Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusTervonen Tania. — Les otages. Con...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Tervonen Tania. — Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial

Anne Doquet
p. 1034-1037
Référence(s) :

Tervonen Tania. — Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial. Paris, Marchialy, 2022, 227 p., bibl., ill.

Texte intégral

1Taina Tervonen est une journaliste d’investigation franco-finlandaise qui a grandi au Sénégal. Son livre Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial est, selon ses propres mots, « un récit de non-fiction rédigé à partir de documents historiques et d’entretiens ». Il est constitué d’une vingtaine de courts chapitres, qui sont autant de terrains de recherche pour l’autrice : lieux des entretiens qu’elle mène, à Dakar en particulier, auprès de potentiels détenteurs de la mémoire de l’histoire de ce trésor ; lieux dans lesquels les objets dont elle reconstitue le parcours ont transité ; lieux de leurs traces écrites, bibliothèques et centres d’archives. Le butin en question est issu de la prise de la ville de Ségou (actuel Mali) par les troupes du colonel Archinard en 1890. Du pillage du palais d’Ahmadou Tall, le fils du fondateur de l’empire toucouleur El Hadj Oumar Tall, Archinard rapporta un ensemble d’objets, connu sous l’appellation de « trésor de Ségou » et constitué essentiellement de manuscrits, de bijoux et d’armes censés avoir appartenu au chef militaire et religieux. Fait moins connu, le général français revint à Paris avec le fils d’Ahmadou, donc le petit-fils d’El Hadj Oumar, un otage humain âgé d’une quinzaine d’années. Fortement liée au Sénégal où elle a grandi et fréquenté l’école locale, Tania Tervonen vit en France, où ses origines finlandaises et son lien à l’Afrique lui permettent d’observer avec une relative distance les rapports de la France à l’histoire coloniale. C’est cette mémoire de la colonisation, ou plutôt son déni, que l’autrice cherche à mettre au jour à travers le destin mouvementé d’un butin. Et si les modes de raisonnement et de traitement des données des journalistes et des chercheurs en sciences sociales apparaissent souvent diamétralement opposés, l’autrice jette ici un pont entre leurs perspectives dissemblables, grâce à la précision de son récit et à sa grande honnêteté intellectuelle conciliant un effort de vulgarisation et une attention constante au contexte de production de ses données.

  • 1 D. Foliard, « Les vies du “trésor de Ségou” », Revue historique, 688 (4), pp. 869-898.

2Ne pouvant couvrir de façon exhaustive la trajectoire du butin dans son ensemble — la tâche lui aurait encore demandé plusieurs années de travail —, le récit de Tania Tervonen se concentre sur trois de ses éléments, dont les entretiens et les recherches en archives révèlent progressivement la biographie : le sabre d’El Hadj Oumar, l’ensemble de bijoux pillés dans le palais d’Ahmadou et enfin le propre fils de ce dernier, censé avoir brandi le sabre pour défendre sa mère. Entre le début de la recherche et la parution du livre, l’histoire du sabre a fait couler beaucoup d’encre, en particulier pour avoir inauguré en 2019 la série de restitutions de biens culturels promises par le président français en 2017. Cette position de prééminence dans les restitutions officielles n’est cependant pas le seul enjeu soulevé dans les débats. Les recherches en provenance continuent en effet de déclarer son origine douteuse, tandis que des accords économiques et militaires conclus entre les deux pays à l’occasion de cette restitution ont été dévoilés. L’enquête menée par Tania Tervonen revient sur les conclusions hasardeuses de l’histoire officielle, en dialoguant avec un archéologue sénégalais qui, le premier, avait réfuté l’attribution retenue du sabre, ou avec la chargée de recherche au Musée de l’armée (à Paris), amère du peu d’attention accordée à ses recherches. L’autrice creuse l’histoire de l’arme auprès des descendants d’El Hadj Oumar, à Dakar et à Halwar, où elle se fait raconter la longue lutte familiale pour voir le sabre restitué, pour ramener les restes du corps du fils d’Ahmadou et l’enterrer au pays, et pour plaider en faveur du retour des manuscrits. Elle revient aussi sur le lieu de la cérémonie de restitution du sabre, où transparaissaient les enjeux politiques, diplomatiques et économiques de son retour. Le destin des bijoux du trésor de Ségou est moins connu, ces derniers n’ayant pas suscité l’intérêt médiatique, mais leur trajectoire est tout autant révélatrice du destin tortueux des butins coloniaux. Un article publié en 20181 avait déjà exploré les ressorts de la construction du « trésor de Ségou » et la transformation des significations attribuées à ses éléments. Là encore, les enquêtes de la journaliste viennent creuser et compléter les connaissances acquises. Sur le contenu et la valeur du trésor, tout d’abord, surestimés à la fois par les Ségoviens pour rehausser le prestige de leur chef et par Archinard comme prétexte à la prise de la ville pour l’administration coloniale. Sur l’incroyable négligence de l’institution muséale quant à la préservation de ce trésor ensuite : l’exploitation des archives explique l’amenuisement continu du trésor au fil des déplacements, des manipulations, des éparpillements, du désordre des lieux de conservation, des erreurs de référencement, ou encore des cambriolages. Le lot initial de 96 bijoux est aujourd’hui réduit à 22, toujours relégués dans les réserves du Musée du quai Branly. Sur l’absence de voix sénégalaises dans cette histoire, enfin, l’entretien avec un bijoutier lui en apprenant davantage que les notices évasives des musées. Une fois passées en revue les biographies d’objets, c’est au destin d’otages humains que Tania Tervonen s’intéresse, et plus particulièrement à celui d’Abdoulaye, fils d’Ahmadou et donc petit-fils d’El Hadj Oumar Tall. Si un chapitre sur « les otages de Faidherbe » vient rappeler la rééducation contrainte de fils de chefs et de notables destinés à devenir des auxiliaires du pouvoir colonial, la journaliste dévoile le ravissement d’Abdoulaye, otage ramené en France de crainte qu’il n’instrumentalise l’enseignement de l’« école des otages » pour mieux poursuivre le dessein de ses aïeux. Placé dans une famille parisienne comme pupille de la nation, intégré dans un lycée parisien, il parvint à rentrer à Saint-Cyr juste avant que la tuberculose ne l’emporte. Les persévérantes recherches en archives permettent à l’autrice de mettre le doigt sur la correspondance entre le jeune Abdoulaye et son ravisseur, dans laquelle apparaissent successivement le plus grand dévouement du jeune homme, puis son écœurement du traitement en « fils de vaincu » qu’on lui inflige lors d’un de ses séjours au Sénégal, et les doutes induits sur les intentions de son bienfaiteur. Ces lettres, publiées in extenso, résument à elles seules la violence et le machiavélisme de l’entreprise coloniale. Le décorticage minutieux des archives permet aussi de découvrir l’existence de Naba Kamara, une autre enfant ramenée par Archinard et confiée à sa sœur, petite fille qualifiée de « muette » puisque les archives ne laissent apparaître que le récit français de son intégration réussie.

3Que retenir de ce récit de « non-fiction » que livre la journaliste franco-finlandaise ? La reconstitution de la trajectoire à la fois fascinante et effroyable des butins coloniaux, qu’ils soient des otages matériels ou humains, est le fruit d’un travail en archives sérieux, comme d’enquêtes de terrain tout aussi sérieuses. Ces investigations témoignent d’une sensibilité de l’autrice à différents paramètres entourant son enquête, à commencer par sa positionnalité. Alors que l’organisation des chapitres suit le déroulement chronologique de son enquête, Tania Tervonen choisit en guise de prologue l’extrait d’un entretien qu’on retrouve à mi-chemin du livre. À la question du kalife Tierno Madani Tall sur l’intérêt pour cette histoire d’une blanche et descendante de colons, elle répond en terme d’« histoire commune » mais tue et susceptible de ressurgir là où on ne l’attend pas. D’emblée, le lecteur sait donc d’où elle parle et peut mesurer les bénéfices de cette position singulière sur les conversations qu’elle engage, d’autant qu’elle maîtrise le wolof. On remarque également le soin qu’elle prend à faire entendre les voix africaines en donnant la parole aux premiers concernés par cette histoire : ses interlocuteurs, bien sûr, mais surtout l’otage adolescent, dont elle retranscrit les correspondances sur une vingtaine de pages en se mettant totalement en retrait. Cette attention se conjugue avec celle de restituer autant que possible le contexte de recueil de ses données. Que l’on soit dans la boutique d’un bijoutier, dans une maison familiale, dans le bureau-grotte d’un archéologue ou dans une salle d’archives, c’est dans un décor bien campé que sont décrites, voire retranscrites les conversations, dont elle précise systématiquement le ton, l’ambiance et les interactions les plus ténues. Elle tient aussi à faire part des pensées qui la traversent en amont et au sortir de ces entretiens. Cet effort de contextualisation se retrouve jusque dans les archives. Lorsque, en épluchant les dossiers, elle met le doigt sur une information d’importance pour l’avancée de son enquête, elle éprouve le besoin de plonger le lecteur dans le bain des documents en mentionnant le contenu détaillé des pages lues précédemment. Délivrant ainsi non pas des matériaux bruts mais des données contextualisées aux lecteurs, elle limite les possibilités de dévoiement de leur interprétation. Ce souci du contexte, dans les archives comme dans les entretiens, est de première importance et témoigne du sérieux de sa recherche. La précision de son récit découle de plus de deux ans de recherche dans les archives et de sa volonté de multiplier et de croiser les sources, écrites comme orales. Au-delà de la précision des informations, la restitution de sources multiples et parfois contradictoires traduit la profonde ambiguïté animant les acteurs de l’histoire : Archinard entre violence et affection, Abdoulaye entre dévouement et colère froide. « Je n’aurais pas fait une très bonne historienne », écrit la journaliste (p. 82) en avouant son ennui devant la lecture fastidieuse de documents peu utiles à sa recherche. Son ouvrage le dément, même si le premier chapitre laisse voir quelques amalgames trompeurs (entre les écrits de Desplagnes et la mission Dakar-Djibouti ou entre les grottes de Bandiagara et l’abri sous roche de Songo en pays dogon). Le récit reste néanmoins, dans son ensemble, à la hauteur de la rigueur de sa démarche, qui se rapproche de celle d’une chercheuse. Mais parce qu’elle ne s’enferme pas dans le cadre d’une recherche scientifique, l’autrice livre ses impressions subjectives et se permet des interprétations dépassant le cadre de l’histoire. Plongé au cœur de l’enquête, le lecteur peut être quelque peu surpris, sinon déçu, quand elle s’en extrait pour esquisser des parallèles entre la violence coloniale transpirant dans le traitement d’Abdoulaye lors de son retour au Sénégal et celles du racisme ordinaire ou des commissariats de police français aujourd’hui. C’est sans doute que ce qui lui tient à cœur, au-delà du sort des butins coloniaux, est d’éclairer le déni français d’une histoire coloniale étouffée mais agissante. C’est peut-être aussi de déboulonner discrètement les présupposés et arguments contre la restitution déployés dans les espaces politiques et culturels français. Si les butins coloniaux furent les otages de la France, les Français sont aujourd’hui otages du silence imposé par leurs institutions éducatives et muséales sur le passé colonial. La contre-histoire d’un bulletin colonial de Taina Tervonen vient rompre ce silence, tout en réconciliant les perspectives du journalisme et des sciences sociales, pour le bonheur de ses lecteurs qui, chercheurs ou néophytes et quel que soit leur degré de connaissance et de sensibilité au passé colonial, s’installent avec elle dans ses enquêtes. Peut-être les lecteurs restent-ils sur leur faim quant à la question du sort des manuscrits, sans doute peuvent-ils être frustrés de l’absence de voix maliennes dans un dialogue avec la France qui concerne tout autant le Mali que le Sénégal. Mais les choix de l’autrice ont découlé de sa grande honnêteté et de la disponibilité des sources, dont le croisement fait la richesse de ses remarquables enquêtes situées.

Haut de page

Notes

1 D. Foliard, « Les vies du “trésor de Ségou” », Revue historique, 688 (4), pp. 869-898.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Doquet, « Tervonen Tania. — Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1034-1037.

Référence électronique

Anne Doquet, « Tervonen Tania. — Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46193

Haut de page

Auteur

Anne Doquet

Institut des mondes africains (IMAF), IRD, Aubervilliers, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search