Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusZerbini Laurick. — L’Afrique noir...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Zerbini Laurick. — L’Afrique noire en vitrines. Lyon 1860-1960

Odile Goerg
p. 1038-1041
Référence(s) :

Zerbini Laurick. — L’Afrique noire en vitrines. Lyon 1860-1960. Préface de C. Prudhomme. Paris, Maisonneuve & Larose-Hémisphères Éditions, 2019, 397 p., ill., bibl.

Texte intégral

  • 1 Cette recension a été rédigée à l’été 2021.

1L’Afrique noire en vitrines présente un siècle de l’histoire de la ville de Lyon sous l’angle de ses relations commerciales et industrielles avec les pays lointains mais aussi des activités missionnaires, spécificité lyonnaise, et, particulièrement, celui des collections accumulées et exhibées dans ce contexte1. Dans une optique de propagande coloniale et d’éducation des citoyens, des objets furent exposés, précocement, dans diverses institutions évolutives : dès les années 1860 pour la Société des missions africaines (prémices du Musée africain de Lyon), la fin du XIXe siècle pour la Chambre de commerce tandis que la ville conçoit un musée dans les années 1920. Le dynamisme de la congrégation œuvrant en Afrique explique le choix de traiter ce continent alors que les liens avec l’Asie étaient anciennement importants.

  • 2 Université Lyon 2, sous la direction de Dario Gamboni.
  • 3 Depuis, elle a en effet dirigé un ouvrage de mise au point sur ces thèmes : L. Zerbini (dir.), L’o (...)
  • 4 Voir <https://www.museedesconfluences.fr/fr/le-projet>.
  • 5 Voir <http://www.missions-africaines.net/cca/>.
  • 6 L. Zerbini (dir.), L’Afrique de nos réserves. Collections en Rhône-Alpes, Milan, 5 Continents, 201 (...)
  • 7 Voir l’exposition Ex Africa. Présences africaines dans l’art d’aujourd’hui (commissaire Philippe D (...)

2Tiré d’une thèse soutenue en 19982, l’ouvrage en conserve tout l’aspect pédagogique avec ses trois parties bien ordonnées, ses sous-parties clairement exposées en un plan détaillé et son appareil critique fourni. Toutefois, depuis ce travail de recherche approfondi, très nombreuses ont été les études portant sur la propagande et les expositions coloniales, la construction de l’altérité des Africains ainsi que sur les mutations de la muséographie et, plus récemment, sur les conditions, souvent douteuses, de la constitution des collections issues de l’empire. On ne peut donc s’empêcher de lire ces pages à l’aune des acquis ultérieurs et de la familiarité avec des idées développées par Laurick Zerbini, historienne de l’art3. Un appendice bibliographique réactualisé aurait confirmé l’intérêt de l’approche adoptée de manière novatrice il y a plus de vingt ans. Dans cette perspective, on peut regretter que l’épilogue, rédigé en février 2019 (pp. 359-368), se concentre sur le devenir des musées, leur fermeture successive et leur mutation. Désormais dépositaire des collections laïques, le Musée des confluences a ouvert en 20144 tandis que le Musée africain de Lyon a fermé ses portes fin 2017, faute de financement et d’intérêt suffisants. La congrégation propose toutefois un espace intitulé « Carrefour des cultures africaines », offrant conférences et expositions temporaires5. On aurait souhaité que l’autrice, qui aborde clairement en conclusion la notion d’« art africain », hors de l’emprise coloniale, et poursuit par ailleurs sa contribution à la connaissance des collections6, prolonge dans son épilogue une réflexion qui a pris de nouveaux chemins (question des restitutions ou de l’appropriation culturelle notamment7).

3Prenons donc l’ouvrage tel qu’il est publié pour en montrer la pertinence actuelle tant Laurick Zerbini apporte une contribution fondamentale pour la ville de Lyon en mettant en avant le rôle parallèle, mais différent, des élites urbaines, d’abord tournées vers l’Extrême-Orient, et des missionnaires, rapidement centrés sur l’Afrique. Motivée par la richesse des collections lyonnaises exhibées durant la période coloniale, Zerbini déplace la focale de Paris vers Lyon, ville pleinement active dans le mouvement d’expansion coloniale et de construction de l’image de l’Autre.

4La première partie, « Les Lyonnais et l’Afrique Noire au XIXe siècle » (pp. 35-116), campe le décor et justifie le choix de Lyon. Elle présente les données politiques, économiques et religieuses qui font de Lyon une ville économiquement dynamique, à la dimension missionnaire développée, impliquée de longue date dans les relations internationales.

  • 8 T. Chafer & A. Sackur (eds.), Promoting the Colonial Idea : Propaganda and Visions of Empire in Fr (...)

5La deuxième partie, « L’Afrique noire au théâtre des colonies » (pp. 117-207), analyse la façon dont la dimension coloniale est valorisée par les diverses autorités dès les années 1890. Ainsi, si l’Exposition coloniale de Paris de 1931 est fort connue, celle de Lyon de 1894 l’est moins, alors qu’elle marque l’affirmation des pouvoirs économiques de la ville et leur implication dans le mouvement impérialiste national. À l’instar de celles organisées à travers la France, même dans de petites villes, l’exposition de 1894 combine intérêts économiques, propagande coloniale et dimension politique8. Les élites lyonnaises, menées par l’homme d’affaires Ulysse Pila, alliées aux missions, y témoignent de leur soutien à la conquête et à la colonisation. Adoptant des points de vue différents, les expositions contribuent à la diffusion des représentations des mondes lointains auprès d’une large population. Les sources mobilisées sont diverses (« Guide bleu » de l’exposition, Catalogue de la Chambre de commerce, témoignage d’un visiteur…), mais la pénurie de photographies ne permet pas toujours de confirmer ce que les discours affirment dans les archives écrites. L’organisation est déjà bien rodée : divers pavillons présentent les zones de la présence française (Afrique noire, Madagascar, Congo, Obock) et valorisent les ressources économiques autant pour les produits importés (matières premières agricoles ou minières) qu’exportés, en particulier le textile. Dans leur pavillon, les missionnaires visent à convaincre de la nécessité de sauver ces populations « barbares », en instrumentalisant les objets exposés en fonction de leurs objectifs.

  • 9 N. Bancel, P. Blanchard, G. Boëtsch et al. (dir.), Zoos humains. Au temps des exhibitions humaines(...)
  • 10 L’association Images & Mémoires a rédigé de nombreuses monographies sur les « villages » des expos (...)

6Pour attirer les visiteurs, on inclut un aspect récréatif sous la forme de « villages », formule reprise du modèle parisien de 1889. Leur organisation est confiée à l’entrepreneur Joannès Barbier qui fait venir plus de 160 personnes, rétribuées ; leur entrée est séparée et payante. Le terme de « zoo », employé ponctuellement par l’autrice (p. 175), n’a pas encore été popularisé9. Les activités, quotidiennes ou artisanales, sont décrites minutieusement ; celles-ci animent les « villages » sénégalais, dahoméen et soudanais dont « la scénographie doit donner l’illusion de la réalité » (p. 182). Ces villages se retrouvent par la suite dans toutes les expositions de l’Entre-deux-guerres, sans grand changement10.

7Des objets du quotidien mais aussi des œuvres prestigieuses sont exposés. Le Dahomey, dont les sacrifices humains avaient été médiatisés avant la conquête, est particulièrement bien représenté dans les collections des Missions africaines. L’antériorité de la présence missionnaire à la cour d’Abomey est soulignée et mise en scène. Francesco Borghero fut en effet reçu par le roi Glélé en 1861, bien avant la conquête de 1892 par le général Dodds. Celui-ci contribue d’ailleurs à l’exposition par des objets qu’il a pillés et rapportés et dont il rédige lui-même les notices (p. 147).

8L’autrice analyse de manière précise les messages véhiculés par les objets et par l’agencement des pavillons ou les activités des « villages ». Sans surprise, on note la hiérarchie entre l’Asie et l’Afrique, la description paternaliste et raciste du « continent noir », les discours condescendants sur ses habitants… Ces visions stéréotypées contrastent avec des études linguistiques ou ethnologiques menées par certains missionnaires mais dont les conclusions n’infusent pas les discours réservés au public qui jouent de la dichotomie facile entre civilisé et primitif, Nous et les Autres.

  • 11 G. Beaujean analyse magnifiquement cet ensemble : L’art de cour d’Abomey. Le sens des objets, Dijo (...)

9La troisième partie, « L’objet africain sous le prisme du colonial, du scientifique, du missionnaire » (pp. 209-349), examine la diversité des objets accumulés à Lyon tout en montrant l’incapacité des institutions à modifier leur discours au fil des années et donc à proposer des perspectives rénovées au moment des Indépendances, lorsque s’achève l’étude. Au-delà de l’événement ponctuel de 1894, Lyon pérennise en effet le lien avec l’Afrique, et l’outre-mer, par l’organisation d’institutions muséales présentant de vastes collections, constamment enrichies, ainsi que l’organisation ponctuelle d’expositions. 32 illustrations viennent concrétiser ces réalisations. Là réside la spécificité de la ville, dont les élites économiques ont en fait peu investi dans l’outre-mer, contrairement à Marseille ou Bordeaux, même si Lyon entretient un mythe colonial. L’autrice propose une histoire détaillée des divers musées, notamment le Musée africain de Lyon. Les missions jouent en effet un rôle majeur dans la durée, alors que la ville se désintéresse peu à peu de ses collections. Le long apostolat du père Aupiais (1877-1945) au Dahomey, de 1903 à 1926, fait de cette colonie un pôle important. Ainsi, en 1927, Aupiais organise l’exposition Arts dahoméens. L’approche d’histoire de l’art éclaire ces objets, produits des pillages de la conquête mais aussi issus d’achats ou de commandes auprès d’artisans formés par les missionnaires ; ils font partie d’un vaste ensemble exhibé en France11. La Côte d’Ivoire, autre terre d’évangélisation, est aussi représentée. Outre l’intérêt pour le quotidien des populations rurales, les objets servent de support à un discours sur le religieux, autour de la notion de fétichisme, supposé être à l’antithèse du christianisme. On peut noter l’émergence et l’ambiguïté d’un « art chrétien africain », auquel l’autrice consacre de longues pages (pp. 321-349), objet de vifs débats entre adaptation locale et retour, craint, aux fétiches d’antan.

  • 12 P. Blanchard, N. Bancel & L. Bencharif (dir.), Lyon, capitale des outre-mers. Immigration des Suds (...)

10Par sa recherche, Laurick Zerbini met en évidence l’importance de Lyon, et en particulier des missionnaires, dans le processus colonial12 mais, plus encore, dans la monstration d’objets. Leur agencement et les commentaires qui les accompagnent ont forgé l’image que les Lyonnais et autres visiteurs avaient de l’Afrique, image étrangère aux réalités historiques et culturelles du continent. L’Afrique terre à « civiliser » au XIXe s. devient terre à « développer » dans les années 1950, notamment sous l’impact du catholicisme social. La difficulté à se défaire d’un regard tributaire du passé colonial, pointée par l’autrice, reste d’actualité. Son ouvrage démontre la perspective de surplomb qui prévaut tout au long de la période coloniale, traduisant les « conceptions occidentales portées envers les cultures africaines » (p. 351) et non la recherche de leur compréhension intrinsèque. En ce sens, Lyon et ses missionnaires ne se démarquent pas de l’air du temps colonial.

Haut de page

Notes

1 Cette recension a été rédigée à l’été 2021.

2 Université Lyon 2, sous la direction de Dario Gamboni.

3 Depuis, elle a en effet dirigé un ouvrage de mise au point sur ces thèmes : L. Zerbini (dir.), L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires, XIXe

-XXIe siècle. Dépouiller, partager, restituer, Paris, Maisonneuve & Larose-Hémisphères Éditions, 2021 (voir la recension de G. Beaujean, dans ce numéro).

4 Voir <https://www.museedesconfluences.fr/fr/le-projet>.

5 Voir <http://www.missions-africaines.net/cca/>.

6 L. Zerbini (dir.), L’Afrique de nos réserves. Collections en Rhône-Alpes, Milan, 5 Continents, 2011 ; L. Zerbini & J. Bondaz (dir.), Afrique en résonance, collection du Musée Africain de Lyon, Milan, 5 Continents, 2014. On peut citer aussi les travaux de S. A. de Beaune & S. Vaillant, « De l’exposition universelle de Lyon de 1894 à l’université Jean Moulin : la collection lyonnaise d’ethnologie coloniale d’André Leroi-Gourhan », in A.-L. Carré et al. (dir.), Les Expositions universelles à Paris au XIXe

 siècle. Techniques, publics, patrimoines, Paris, CNRS Éditions, 2012.

7 Voir l’exposition Ex Africa. Présences africaines dans l’art d’aujourd’hui (commissaire Philippe Dagen), Musée du quai Branly, 2021.

8 T. Chafer & A. Sackur (eds.), Promoting the Colonial Idea : Propaganda and Visions of Empire in France, Basingstoke, Macmillan, 2001. Des études, dont la mienne, ont été effectuées sur chaque ville : O. Goerg, « Exotisme tricolore et imaginaire alsacien. L’exposition coloniale, agricole et industrielle de Strasbourg en 1924 », Revue d’Alsace, 120, 1994, pp. 239-268.

9 N. Bancel, P. Blanchard, G. Boëtsch et al. (dir.), Zoos humains. Au temps des exhibitions humaines, Paris, La Découverte, 2004.

10 L’association Images & Mémoires a rédigé de nombreuses monographies sur les « villages » des expositions (<https://www.imagesetmemoires.com/villages_noirs.html>) ainsi qu’un ouvrage : J.-M. Bergougniou, R. Clignet & P. David, « Villages Noirs » et visiteurs africains et malgaches en France et en Europe (1870-1940), Paris, Karthala, 2001.

11 G. Beaujean analyse magnifiquement cet ensemble : L’art de cour d’Abomey. Le sens des objets, Dijon, Les presses du réel, 2019. Voir la recension de cet ouvrage par K. Tall, dans ce numéro.

12 P. Blanchard, N. Bancel & L. Bencharif (dir.), Lyon, capitale des outre-mers. Immigration des Suds et culture coloniale en Rhône-Alpes et Auvergne, Paris, La Découverte, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Goerg, « Zerbini Laurick. — L’Afrique noire en vitrines. Lyon 1860-1960 »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1038-1041.

Référence électronique

Odile Goerg, « Zerbini Laurick. — L’Afrique noire en vitrines. Lyon 1860-1960 »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46203 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46203

Haut de page

Auteur

Odile Goerg

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Université de Paris Cité, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search