Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusZerbini Laurick (dir.). — L’objet...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Zerbini Laurick (dir.). — L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : dépouiller, partager, restituer

Gaëlle Beaujean
p. 1041-1043
Référence(s) :

Zerbini Laurick (dir.). — L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : dépouiller, partager, restitueree. Paris, Maisonneuve & Larose-Hémisphères Éditions, 2021, 630 p., bibl., ill.

Texte intégral

1Laurick Zerbini, maîtresse de conférence HDR en histoire des arts d’Afrique subsaharienne à Lyon 2, se démarque depuis plusieurs années par ses recherches sur les expositions et musées missionnaires, en particulier des catholiques de la Société des missions africaines (SMA) de Lyon et son musée d’art africain, fermé au public depuis 2017. Dans cette nouvelle publication de plus de 600 pages, composée de 25 articles, elle coordonne la comparaison avec d’autres sociétés et musées missionnaires. De diverses nationalités et de différentes disciplines, 24 auteurs abordent le lien entre le prosélytisme chrétien et la collection d’objets africains. Sont ainsi dressés les portraits de missions catholiques et protestantes, d’hommes ou de femmes d’Europe ou d’Afrique qui, portés par leur foi, ont transformé le sens et la valeur d’usage d’objets africains. À ces approches historiques, anthropologiques, éthiques et théologiques (Nicolas) s’ajoutent en dernière partie d’ouvrage les enjeux et les demandes contemporains de restitutions.

2Le sous-titre indique une borne temporelle du XIXe au XXe siècle, mais notons que deux articles reviennent en profondeur sur des missions plus anciennes, du XVIIe et du XVIIIe siècles. Cécile Fromont interroge la place de l’objet kongo dans les images de codex entre 1650 et 1750 de missions portugaises en Afrique centrale ; Richard Price se penche sur une mission allemande installée au Surinam au XVIIIe siècle chez les Marrons, esclaves africains qui ont fui leur condition et ont maintenu des cultures africaines. Si la première observe une diffusion de l’objet cultuel par l’image, le second retrace le parcours d’objets acquis dans la violence, demandés sans succès en restitution. Mais en effet, l’essentiel de l’ouvrage porte, d’une part, sur la période coloniale durant laquelle les activités de prosélytisme, de « collectes » et d’exposition atteignent leur paroxysme et, d’autre part, sur leur réalité contemporaine. En se plaçant depuis l’objet, le lecteur saisit un paradoxe : celui d’un rejet, d’un dénigrement puis d’une mise en valeur par les missionnaires. Les mécanismes sont mis à nu par un détour vers la théologie, qui encourage la confiscation des idoles, la description du mode de vie missionnaire et leur parfaite connaissance de la langue vernaculaire. Certains auteurs soulignent également leurs relations privilégiées avec l’État colonisateur (Sánchez Gómez) ou encore avec les scientifiques (Prudhomme, Bondaz) qui encouragent la « collecte ». Ainsi, ces partenariats aboutissent à la constitution de collections documentées d’objets et de spécimens naturalistes à destination des musées. Tout d’abord en Europe dans des musées laïcs : Musée royal d’Afrique centrale à Tervuren (Van Schuylenbergh, Mumbembele), musée de Neuchâtel (Mary) ou Musée d’ethnographie du Trocadéro (Nicolas) puis, dans leur majorité, ces collections accompagnent la création de cabinets de curiosités et de musées chez les catholiques ou d’expositions itinérantes chez les protestants. Chez les catholiques, l’Œuvre pontificale de la propagation de la foi centralise les méthodologies et encourage la propagande tout comme l’appel de fonds auprès de fidèles européens, soit par l’exposition d’objets africains « païens », preuves selon eux de la nécessité de conversion, soit pour certaines congrégations par la vente de ces objets aux particuliers occidentaux (Nicolas, Memel Kassi, Ousman). Plusieurs auteurs identifient l’importance de l’exposition vaticane de 1925 et son musée de Latran comme point culminant de cette activité prosélyte et de collecte (Prudhomme, Amaral, Nicolas, Gasparotto) sous couvert de l’ethnologie, que les missionnaires considèrent comme science auxiliaire (Bondaz). L’intention est semblable du côté protestant, mais la « monstration » (Zerbini) diffère en se portant sur l’exposition itinérante en Allemagne, en France ou encore en Grande-Bretagne (Loder-Neuhold, Gangnat, Michaud). Enfin, sur le continent africain, cette relation des missionnaires chrétiens à l’objet passe de l’autodafé (Mumbembele) à la création de musées en Afrique centrale (Abouna, Eyezo’o, Ousman, Mumbembele) ou à la participation à la constitution de collections pour des musées laïcs, comme celui de l’IFAN à Dakar dont le directeur Théodore Monod, fils de pasteur, avait constitué des relais dans les Missions à l’échelle continentale (Bondaz).

3La question centrale portée par l’ouvrage, et qui traverse chacun des articles, interroge le moment de l’arrivée de ces objets entre les mains des missionnaires. Cinq articles reviennent sur des conditions d’acquisitions connues, comme les confiscations avérées pour les objets marrons du Surinam ou ceux des Yombe du Congo, les commandes auprès d’artisans du Cameroun pour l’ancien Musée Alioune Diop de Yaoundé ou encore les acquisitions collégiales dans le musée communautaire de Yagoua au nord du Cameroun. En dehors de ces cas, le protocole d’acquisition reste flou quand il n’est pas suspect. Et si la destruction totale de l’objet est évitée par son entrée au musée, ne peut-on y déceler une forme d’iconoclasme (Zerbini, Bondaz, Mary) ? À ce changement radical de sens, et dans une perspective de biographies d’objets, certains auteurs invitent le lecteur à s’interroger sur la mort de l’objet par son entrée dans un musée ou, de façon plus nuancée, comme Mary, d’y percevoir que : « […] les objets morts des musées funéraires restent des “racines vivantes”, et on veut croire qu’elles ne meurent jamais puisqu’elles renaissent comme objet culturel ou sujets d’une culture revendiquée » (p. 493). Car si la culture des anciens colonisateurs a frappé de son sceau une partie de la sculpture africaine et sa valeur d’usage, les débats récents sur la restitution (Négri) ont entraîné une rectification sans appel de la vision de ces objets par les Africains, des communautés autochtones (S. Price) aux États en passant par les professionnels de musée. Ces témoignages et analyses forment le corps du dernier chapitre. Alassane Waongo détaille les étapes de la sauvegarde patrimoniale des archives et des photographies des missionnaires européens au Burkina Faso, dont le fonds préservé par l’État a été confié à l’archidiocèse de Ouagadougou. Par ailleurs, l’ancienne directrice du Musée des civilisations de Côte d’Ivoire, Silvie Memel Kassi, fait le point sur la constitution du musée national ivoirien, la difficile conquête d’un public local, les pillages pendant la guerre civile et les demandes de restitution et de réparation. Elle semble désigner les missions au même titre que les autres acteurs coloniaux qui, par leurs « collectes », « ont causé des ruptures au sein des sociétés » (p. 515). Abdourahmane Seck sort du sujet missionnaire pour analyser, à l’heure des réseaux sociaux, la restitution d’un sabre — dit d’El Hadj Omar — saisi par l’armée coloniale française et ses implications diplomatiques, politiques, militaires et idéologiques en faveur de « la fabrique du nationalisme sénégalais » (p. 600). L’ouvrage se conclut donc et ouvre sur les dimensions géopolitique et mémorielle des restitutions.

4Extrêmement bien documentée et rigoureuse, la somme réunie ici constitue un ensemble non seulement inédit mais désormais de référence. On remarque l’effort éditorial tant sur les contenus que sur la forme. Le seul bémol réside toutefois dans la traduction d’un texte, avec une syntaxe parfois approximative et de malheureuses erreurs de traduction (Araujo).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Beaujean, « Zerbini Laurick (dir.). — L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : dépouiller, partager, restituer »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1041-1043.

Référence électronique

Gaëlle Beaujean, « Zerbini Laurick (dir.). — L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : dépouiller, partager, restituer »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46213 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46213

Haut de page

Auteur

Gaëlle Beaujean

Responsable de collections Afrique, Musée du quai Branly-Jacques Chirac, Paris ; Institut des mondes africains (IMAF), Aubervilliers, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search