Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253Marc Augé. « As Time Goes By »

Marc Augé. « As Time Goes By »

Marc Augé. “As Time Goes By”
Jean-Pierre Dozon
p. 9-21

Résumés

Dédié à la mémoire de Marc Augé, ce texte retrace les moments-clés de son parcours intellectuel et de son œuvre anthropologique. Depuis ses premiers terrains ivoiriens jusqu’à son ethnographie de la surmodernité, il met en lumière les concepts et les innovations théoriques majeurs qui les ont jalonnés et qui ont marqué fortement l’histoire de l’anthropologie, en France comme à l’étranger. Mais il se demande également pourquoi plusieurs des grands livres de Marc Augé sont en France quelque peu oubliés alors qu’ils sont restés d’une grande actualité dans d’autres pays.

Haut de page

Texte intégral

1Marc Augé est décédé au cœur de l’été dernier alors qu’il allait bientôt avoir 88 ans.

2Avec lui, s’éclipse encore un peu plus un large pan de l’histoire de l’africanisme et de l’anthropologie telle qu’elle s’est tout particulièrement déroulée à la vie section de l’ephe, puis à l’ehess. Venant d’un tout autre univers que celui que constituaient ou qu’étaient en train de constituer ces domaines des sciences sociales, en l’occurrence de l’univers des Lettres classiques enseignées à l’École normale supérieure, il y prit finalement vite une place de tout premier plan. Et il la prit du reste d’autant mieux qu’il était revenu à Georges Balandier, dispensant notamment des cours à l’ens au tout début des années 1960, de rendre singulièrement attractives « l’Afrique noire » et les études africaines à l’heure des Indépendances et des programmes de développement. De les rendre attractives auprès de jeunes agrégatifs de la prestigieuse École, mais aussi auprès de beaucoup d’autres apprentis-chercheurs qui, quoique disposant souvent d’un modeste bagage en sciences sociales, furent recrutés au cnrs et à l’orstom (actuel ird) où d’autres figures majeures de l’africanisme de l’après-guerre (spécialement Denise Paulme, Paul Mercier, Germaine Dieterlen, Gilles Sautter et Jean Rouch) exerçaient également leur magistère.

3Marc Augé a ainsi appartenu à cette imposante génération de chercheurs qui se forma durant la première décennie de la Cinquième République et qui, par l’importance que celle-ci continuait à accorder à cette Afrique que la Troisième avait colonisée à peine un siècle plus tôt, notamment au travers de son ministère de la Coopération et de son aide publique au développement, alla faire du terrain dans la quasi-totalité des pays issus de ce qui avait composé l’empire français d’Afrique et auxquels s’ajoutait Madagascar. Ce fut une génération assez exceptionnelle par le nombre, notamment par la quantité de recrutements qui se firent à l’orstom tout au long des années 1960, mais aussi et surtout par le fait d’avoir su concilier démarches empiriques, spécialement sous forme de monographies, et ambitions théoriques, celles-ci étant largement soutenues par les débats qu’animaient, en tensions ou en complémentarité, structuralisme et marxisme. Et si Marc Augé s’y distingua assez vite, c’est certainement aussi parce qu’il eut l’opportunité d’un détachement à l’orstom dans le cadre d’une expatriation en Côte d’Ivoire et d’un apprentissage du métier d’ethnologue grâce à l’amitié de collègues, un peu plus anciens et expérimentés, qui l’initièrent aux pratiques de terrain et aux thématiques qui présidaient alors à l’étude de populations africaines particulières : celles relatives notamment à leur vie matérielle et à leurs systèmes symboliques. À maintes reprises, il eut l’occasion d’exprimer un sentiment de dette à l’égard d’un lieu et d’un milieu, le centre orstom de Petit-Bassam où l’enquête ethnologique comme aussi bien les méthodologies et théories en vigueur au sein des sciences sociales firent l’objet de discussions partagées ; non seulement avec des collègues français, mais aussi avec de jeunes chercheurs ivoiriens. Pour avoir suivi quelques années plus tard le même parcours que Marc Augé en tant que chercheur à l’orstom, je me reconnais volontiers dans son heureuse formule, celle d’avoir été, comme lui et comme pas mal d’autres, un « enfant de Petit-Bassam ».

4En tout état de cause, Marc Augé y apprit rapidement les arcanes du métier et la manière dont l’exercice de celui-ci devait s’accompagner des meilleures consécrations académiques, enchaînant thèse de doctorat de 3° cycle et thèse de doctorat d’État. Ainsi qu’il était d’usage à l’époque, ces deux thèses résultaient d’études monographiques portant, comme on l’a dit, sur des populations particulières, en l’occurrence sur des « ethnies » ivoiriennes, mais qui, formulées de cette façon, ne rendent pas véritablement compte de ce que chacune put avoir d’heuristique au regard des grands domaines de recherche qui avaient cours en anthropologie sociale. Les systèmes familiaux et matrimoniaux, les structures politiques ou leur absence, les représentations du monde et de la personne, ou encore, et de manière plus sociologique, la mesure des changements survenus au sein des sociétés africaines avec les colonisations européennes, constituaient en effet l’essentiel de ces grands domaines, certains ayant été d’assez longue date plus particulièrement défrichés par l’anthropologie britannique.

5Or, en tous ces domaines, Marc Augé apporta des analyses singulièrement novatrices. C’est ainsi que dans le cadre de sa première monographie dédiée aux Alladian (Augé 1969), il mit notamment en exergue la manière dont nombre de chefs de lignage contournaient, à des fins de renforcement de pouvoir et d’accumulation de richesses, les règles de matrilinéarité qui régissaient le fonctionnement global de leur système social ; cela en recherchant des épouses auprès de sociétés voisines organisées, elles, sur un mode patrilinéaire, ce qui avait pour but d’accroître pour leur propre compte le nombre de dépendants. Autrement dit, entre les règles et leur mise en pratique, il y avait quelque hiatus ou, plutôt, quelques marges de liberté. Ce que d’autres chercheurs, tel que Pierre Bourdieu (1972) dans ses travaux sur le monde kabyle, purent aussi bien montrer en se démarquant d’une appréhension des systèmes de parenté où n’apparaîtraient pas les calculs ou les visées stratégiques de ceux qui en étaient les principaux protagonistes.

6Mais c’est certainement les recherches suivantes, portant sur deux populations voisines des Alladian, les Ebrié et les Avikam, et constituant la matière de sa thèse de doctorat d’État, qui marquèrent profondément l’anthropologie française des années 1970. Dans un contexte où s’y disputaient les apports théoriques du marxisme et du structuralisme, représentés tout particulièrement par ceux d’Althusser et de Lévi-Strauss, elles s’y distinguèrent par le fait qu’en reposant sur la comparaison de trois populations toutes proches, elles permirent d’éclairer les spécificités propres à chacune, comme s’il s’agissait de ce que l’auteur de Tristes tropiques (Lévi-Strauss 1955) appelait des groupes de transformation. Ce faisant, ses travaux confortèrent ce que Lévi-Strauss disait relever d’un « choix arbitraire » pour tenter de saisir pourquoi, par exemple, telle société était commandée par un mode de filiation patrilinéaire plutôt que par un mode matrilinéaire ou bilinéaire. Pour Marc Augé, en dépit de leur grande proximité et de leurs multiples échanges, ces trois populations présentaient des institutions sociales et des systèmes symboliques assez différents, plus précisément des particularités d’importance qui n'obéissaient à aucun déterminisme, qu’il fût écologique ou économique.

7Cependant, attentif également aux lectures qu’Althusser avait faites de Marx, notamment sur la question de l’idéologie, Marc Augé (1977) entendit montrer que ces particularités obéissaient à une sorte de grammaire au travers de laquelle chacune des trois populations étudiées concevaient « le possible et le pensable », c’est-à-dire organisaient leurs représentations du monde et leurs systèmes de croyance de façon telle que les unes et les autres pussent fournir constamment du sens aux aléas de la vie individuelle et collective. Il nomma cette grammaire « idéo-logique », en précisant cependant que ce concept devait être également compris comme une théorie du pouvoir. Au premier chef, comme la théorie d’un pouvoir originel et arbitraire, irréductible à toute explication en termes d’infrastructure, mais aussi comme celle à partir de laquelle se légitimaient les rapports sociaux, c’est-à-dire essentiellement des inégalités, et étaient mis en œuvre des dispositifs de répression, notamment à l’endroit des subalternes.

  • 1 Voir notamment Pouvoirs de vie, pouvoirs de mort (Augé 1977).

8C’est précisément sur ce terrain où l’idéo-logique se confond avec une théorie du pouvoir informant l’ensemble des rapports sociaux qu’il s’attela à l’étude du phénomène de la sorcellerie, aussi bien dans sa thèse de doctorat (Augé 1975) que dans d’autres écrits qui suivirent1, marquant ainsi encore un peu plus la discipline anthropologique. Marc Augé fournit en effet du phénomène en question des analyses tout à fait novatrices et cela sur deux plans. D’une part, pour en traiter d’une manière encore plus comparative que celle qui résultait de ses propres enquêtes ivoiriennes, il dut s’approprier et discuter les nombreux travaux que l’anthropologie britannique africaniste lui avaient consacré depuis ceux, pour ainsi dire inauguraux remontant aux années 1930, d’E. Evans-Pritchard (1972 [1937]) dédiés à la magie et à la sorcellerie chez les Azandé. Ce qui signifiait que l’africanisme français, en particulier celui représenté par les écrits des administrateurs coloniaux à vocation ethnographique et par les recherches menées par Marcel Griaule et ses émules, l’avait largement ignoré, comme si appréhender la sorcellerie, notamment au travers de ses évocations maléfiques, aurait donné une vision trop négative des croyances et des pratiques cultuelles africaines.

9D’autre part, fort de cette appropriation de la littérature britannique et d’une lecture attentive d’écrits de quelques collègues français qui, comme lui, s’étaient mis enfin à s’intéresser au phénomène de la sorcellerie, Marc Augé en proposa une interprétation à la mesure de sa définition toute théorique de « l’idéo-logique ». À l’encontre en effet des approches fonctionnalistes adoptées par de nombreux travaux britanniques, mais aussi par les quelques tout récents travaux français, la sorcellerie ne pouvait être pour lui, ni un exutoire des tensions ou des conflits à l’œuvre au sein de telle ou telle communauté, ni une sorte de miroir inversé permettant aux dominés de s’opposer imaginairement aux dominants. Elle consistait plutôt en une explicitation et une explication du réel, plus précisément en une façon de rendre compte continûment des aléas (notamment les maladies et la mort) et des intrigues agitant les vies individuelles et collectives, comme également d’un certain ordre social dans la mesure où les gens du pouvoir, tout en étant quasiment toujours soupçonnés de pratiques sorcellaires (leur pouvoir ne pouvant s’expliquer que par elles), échappaient le plus souvent, contrairement aux gens de peu, à l’accusation d’y recourir effectivement.

10C’est pourquoi, le phénomène de la sorcellerie pouvait aussi bien participer à une certaine modernité ivoirienne, c’est-à-dire comme grille explicative de ce qui avait fait que les transformations advenues au cours du xxe siècle s’étaient traduites par de nouvelles formes de domination et de richesses et par de fortes disparités au sein des populations. Autant de mises en rapport qui s’éclairèrent encore un peu mieux par l’analyse qu’il fit dans ce travail de thèse, comme dans d’autres textes qui lui succédèrent, des prophétismes ivoiriens dont la multiplication au long du siècle eut tout spécialement pour raison d’être de lutter contre la sorcellerie.

11Théorie des pouvoirs et idéologie fut donc une grande thèse de doctorat d’anthropologie et il est heureux que les Éditions de l’ens aient songé voici quatre ans à rééditer le livre qui en avait résulté (Augé 1975). Car je dirais volontiers de cette œuvre qu’elle a été comme frappée d’amnésie. Assez vite épuisée dans sa première édition chez Hermann et non traduite en anglais, elle est rarement mentionnée dans les très nombreux et souvent très intéressants écrits anglophones traitant de la modernité de la sorcellerie dans divers contextes africains au tournant du troisième millénaire, même si, fort heureusement, quelques anthropologues français ou francophones, notamment africains (Tonda 2005 ; Yengo 2016), ne manquèrent pas d’y faire régulièrement référence.

12Quoiqu’il en fût, elle inaugura un parcours intellectuel assez exceptionnel où les terrains africains de Marc Augé, d’abord en Côte d’Ivoire puis au Sud-Togo, en pays mina et guin, et les différentes thématiques dont ils furent porteurs, entendirent œuvrer à l’unité et à l’affermissement de la démarche anthropologique. C’est ainsi qu’alors qu’il avait rejoint, après l’orstom, la vie section de l’ephe, laquelle allait devenir l’ehess, Marc Augé y entreprit au tournant des années 1980, de concert notamment avec Françoise Héritier et Claudine Herzlich, de travailler sur « le sens du mal » (Augé & Herzlich 1984). Il s’agissait apparemment là de prospecter un vaste domaine de recherche que d’aucuns, notamment aux États-Unis, avaient appelé « anthropologie médicale », mais que Marc Augé ne reprit pas à son compte, lui préférant la formule d’anthropologie de la maladie pour précisément ne pas faire des troubles corporels ou psychiques une nouvelle spécialité de la discipline, mais pour, au contraire, permettre à celle-ci d’approfondir sa démarche et ses enjeux théoriques.

  • 2 Marc Augé participa en effet aux enquêtes collectives qu’avaient mises sur pied Jean Rouch au cour (...)

13À l’appui de ses enquêtes ivoiriennes, celles portant notamment sur la sorcellerie ou sur les séances de confessions publiques et de guérison qu’organisait le prophète Albert Atcho2, puis de celles qu’il mena au Sud-Togo sur le monde des voduns et sur leurs dimensions thérapeutiques (Piault 1975), il conçut en effet que la maladie (mais aussi d’autres malheurs de l’existence, tels que les accidents ou la mort) constituait une excellente entrée pour saisir en quelque sorte en acte la cohérence et la vigueur des logiques symboliques. Affaire au premier chef individuelle, s’éprouvant en tourments intimes, il la définit comme « la forme élémentaire de l’évènement » capable continûment, par les étiologies et les divers recours thérapeutiques auxquels elle donnait lieu, de mobiliser et ainsi de conforter tout ou partie des règles et des représentations présidant à la vie sociale de telle ou telle population.

14Autour de cette anthropologie de la maladie envisagée comme un ambitieux programme de recherche comparatiste, ce furent alors de nombreuses thèses de doctorat qui ont été réalisées sous la direction de Marc Augé. Elles le furent au travers de terrains africains, sud-américains ou autres, mais aussi à partir de terrains occidentaux : plus précisément de terrains où, malgré la forte prégnance de la biomédecine, la quête du sens de la maladie ne parvenait pas toujours à s’épuiser dans ses modèles explicatifs et dans ses prises en charge sophistiquées, des alternatives thérapeutiques ou spirituelles pouvant davantage la satisfaire qui ressemblaient quelque peu à ce qui était plus communément observable en Afrique.

  • 3 Il accéda à cette fonction en 1985 et l’exerça, pendant deux mandats, jusqu’en 1995.

15Cependant, et alors qu’il allait bientôt accéder à la fonction de président de l’ehess3, ses enquêtes au Sud-Togo sur le monde des voduns amenèrent Marc Augé à revisiter le domaine magico-religieux africain, nommé diversement animisme ou fétichisme, mais auquel il préféra appliquer, sans rejeter les deux précédentes formules, celle de paganisme. En fait, de la même façon qu’il ne voulut pas faire de l’anthropologie de la maladie une spécialisation de la discipline, sa démarche, un peu comme chez Durkheim, ne consista pas à œuvrer à une anthropologie proprement religieuse. En s’appuyant par ailleurs sur les nombreux travaux, tels que ceux de Pierre Verger, qui avaient été consacrés aux divinités du golfe du Bénin (appelées également orishas et présentes de longue date au Togo, Bénin et Nigéria et dont les cultes s’exportèrent outre-Atlantique à travers les traites négrières), elle visa à appréhender ce monde des voduns tout à la fois comme un ensemble de représentations, de récits et de savoirs évoluant à proximité des ordres familiaux et politiques locaux et comme organisation pratique et matérielle, notamment au travers de ses initiations et de ses rituels spécifiques.

  • 4 Toute cette partie de l’œuvre de Marc Augé a donné lieu à une importante entreprise d’anthropologi (...)

16Marc Augé entendit plus précisément montrer que la force d’un tel paganisme tenait non seulement à sa capacité de mettre intellectuellement en forme et en correspondance les différentes sphères agençant les vies individuelles et collectives, mais également à celle d’offrir des explications et des solutions concrètes aux problèmes rencontrés régulièrement par les unes et les autres. Par suite, à l’instar des dieux grecs que venait lui-même de revisiter Jean-Pierre Vernant (1966), les voduns et orishas du Golfe du Bénin lui parurent d’abord et avant tout fonctionner à l’ambivalence et à l’ambiguïté, pouvant aussi bien résoudre les problèmes en question qu’en être les agents. Et, dans leur très grande proximité avec les humains, il mit en avant leur façon d’être des dieux-objets (Augé 1988), c’est-à-dire des autels faits d’assemblages de divers matériaux de la nature (minéral, végétal et animal) et installés dans des lieux particuliers pour y recevoir le plus grand soin et possiblement assurer protection et bienfaits4.

17Finalement, pour Marc Augé, il fut impérieux de rendre compte du génie propre au paganisme, de ce qui a constitué depuis la nuit des temps une mise en ordre générale du monde ne reposant sur aucune transcendance et aucun salut, et qui, en dépit des combats menés contre lui par les monothéismes, a su se perpétuer en Afrique et sur d’autres continents, y compris là où les processus de sécularisation n’ont cessé de s’accélérer.

  • 5 Mais il fut toutefois traduit en plusieurs autres langues européennes.
  • 6 Voir notamment de cet auteur et traduit en français, Le prix du monothéisme (Assmann 2003).

18C’est ce qu’il fit magistralement en publiant un ouvrage (Augé 1982) au titre malicieusement démarqué du Génie du christianisme de Chateaubriand et à propos duquel on peut également regretter qu’il soit quelque peu oublié, voire maintenant ignoré, n’ayant pas été réédité ni non plus traduit en anglais5, alors même que des auteurs importants, tel que Jan Assmann traitant du même sujet dans son rapport au monothéisme6, aurait pu très bien s’y référer. Ainsi, Le génie du paganisme connut-il le même destin que Théorie des pouvoirs et idéologie, deux œuvres-maîtresses qui ont à coup sûr marqué l’histoire de l’anthropologie, mais qui sont bien difficiles à faire exister dans l’actualité et dans le catalogue d’ouvrages majeurs de la discipline.

19Je serais assez tenté de dire que si les choses évoluèrent ainsi, c’est peut-être parce que Marc Augé avait en large part placé ses analyses sous le signe du structuralisme tel que Lévi-Strauss, dans une certaine continuité avec Durkheim, mais empruntant largement à la linguistique, l’avait développé dans ses propres œuvres et dont on peut constater qu’elles font également aujourd’hui l’objet d’une assez nette désaffection. Pour lui, et assez différemment de nombre de ses collègues qui lui étaient contemporains et qui avaient placé les mouvements de l’histoire au cœur de leurs travaux, l’important était de débusquer les opérations symboliques qui, en nombre fini, présidaient à l’institution et à la reproduction des ordres sociaux.

20C’est pourquoi considérait-il que les changements, qui ne manquaient pas d’affecter ces ordres sociaux et qui en faisaient nécessairement des phénomènes historiques ancrés dans des contextes particuliers, permettaient bien plutôt de pointer la solidité de leur grammaire, celle-ci pouvant s’en nourrir au prix simplement de quelques accommodements ou de quelques distorsions avec ses règles et ses usages.

21C’est pourquoi également, pour Marc Augé, la tâche de l’anthropologie devait moins résider dans l’étude de la manière dont les ordres sociaux évoluaient dans le temps que dans l’examen tangible d’espaces spécifiques où ces ordres étaient très concrètement mis en œuvre ou mis en scène. Autrement dit, faire de l’anthropologie devait consister au premier chef à se livrer à une analytique des lieux, c’est-à-dire des endroits où se rendent d’une façon ou d’une autre manifestes les opérations symboliques, notamment celles qui délimitent les seuils et les frontières, entre le profane et le sacré, entre la nature et la surnature, entre l’univers domestiqué et le monde sauvage, et où, en particulier, se déroulent les activités rituelles.

22Mais, faire de l’anthropologie sur cette base devait amener Marc Augé à ne pas limiter ses investigations aux seuls terrains africains ou à ce qui était considéré par la discipline comme étant son objet spécifique, à savoir les sociétés non occidentales. Il s’est agi, au contraire pour lui, de les étendre à nos univers proches ou, plutôt, à tout ce qui faisait qu’en cette fin du xxe siècle l’ensemble des humains, au-delà de leur diversité sociale et culturelle, étaient de plus en plus confrontés à des situations et sollicitations semblables.

  • 7 Voir par exemple Le Grand Système (Balandier 2001) et Fenêtres sur un nouvel âge (2006-2007) (Bala (...)

23Il ne fut d’ailleurs pas seul à faire ce parcours allant du lointain au proche ou, plus exactement, d’une Afrique balançant entre tradition et modernité à une mondialisation en train de se faire. Georges Balandier, dans le sillage de ce que l’Afrique lui avait révélé comme formes exemplaires de modernité, au travers de crises, de conflits ou de perspectives d’émancipation, poursuivait également son œuvre tout au long des années 1990-2000 en interrogeant une certaine actualité du monde, faite tout à la fois de grandes transformations technologiques et de fortes incertitudes quant à leur définition en termes de progrès7. S’ils s’accordèrent d’ailleurs tous deux pour donner à cette actualité le nom de surmodernité, voyant en elle un moment particulièrement critique où tout était en train de s’accélérer et de fonctionner à l’excès, Marc Augé, de son côté, entreprit d’en saisir les aspects les plus problématiques à travers la prolifération, partout sur la planète, d’espaces ou d’aménagements spécifiques qu’il appela des « non-lieux » (Augé 1992).

24Par contraste précisément avec ces lieux à fort contenu anthropologique où se concrétisent les logiques symboliques et les dispositifs rituels et où s’opèrent les anamnèses individuelles et collectives, cette prolifération en forme de dédoublement planétaire de supermarchés, d’autoroutes, de chaînes d’hôtels, ou d’aéroports internationaux, se traduisait pour lui en une généralisation de mondes évoluant dans un éternel présent et bien en peine de produire des significations communes. Mais à quoi s’ajoutait, en quelque sorte dans le même mouvement, un excès d’images résultant du développement irrépressible des médias et des univers virtuels, qui entraînait lui-même aussi bien un effacement des frontières entre réalité et fiction que d’innombrables replis sur soi-même bien peu susceptibles d’entretenir ou de fabriquer des imaginaires partagés.

25Je suggérerais volontiers ici que l’anthropologie de la surmodernité de Marc Augé, jalonnée tout au long des années 1990-2000 d’ouvrages remarquables, tels que La Guerre des rêves. Exercices d’ethno-fiction (Augé 1997), Fictions fin de siècle (Augé 2000) ou Le temps en ruines (Augé 2003), tout en se différenciant nettement des discours dominants sur la post-modernité, posa des diagnostics dont la pertinence s’affermit les deux décennies suivantes en termes de crise du futur ou de mise en cause des idéaux de connaissance et de vérité.

26Cependant, ces ouvrages d’anthropologie à caractère délibérément critique furent accompagnés, durant la même période, d’écrits consacrés à du « proche », mieux à du « très proche », mais qui portèrent, si j’ose dire, sur d’authentiques lieux et de puissantes images. En fait, et comme pour trancher avec ses appréciations distanciées sur une modernité passée en surrégime, Marc Augé en conçut leur antithèse ou, plus précisément, leur contre-feu, à partir de lui-même, c’est-à-dire à partir d’investigations de lieux familiers ou d’exercices mémoriels méthodiques au cours desquels il se prit en quelque sorte pour son propre informateur et qu’il définit très justement en termes d’ethno-analyse.

  • 8 Voir La traversée du Luxembourg. Ethno-roman d’une journée française considérée sous l’angle des m (...)

27Le jardin du Luxembourg, le métro parisien (spécialement la ligne 10 qu’il fréquentait depuis son enfance), plus généralement Paris où il grandit, étudia, vécut et travailla, le film Casablanca et son thème musical « as time goes by » qu’il découvrit très jeune, marquèrent exemplairement cette singulière entreprise d’ethno-analyse8. D’aucuns la jugèrent quelque peu décalée par rapport à ses grands textes anthropologiques antérieurs, comme des essais assez peu conformes aux réquisits de la discipline. Pourtant, à lire de près ces écrits frappés assurément de subjectivité, on peut y découvrir la plupart des thèmes que lesdits grands textes avaient particulièrement mis en avant. L’identité toujours pensée relativement à quelque altérité par quoi s’effectue le travail symbolique, les pratiques rituelles individuelles ou collectives qui s’inscrivent nécessairement dans des lieux spécifiques, à l’instar des remémorations qui font se rencontrer destin particulier et vécus ou significations partagés : autant de thèmes en effet qui en constituent les principaux motifs et qui n’ont cessé de féconder l’ensemble de l’œuvre de Marc Augé, notamment lorsqu’il s’est agi d’expliquer le « génie du paganisme ».

28Sans doute, ont-ils constitué également de véritables exercices de style, allant dans le sens de Clifford Geertz (1992) qui vit chez les meilleurs anthropologues d’abord et avant tout des auteurs. Mais si, à leur manière, ils explicitèrent une certaine vérité de Marc Augé, celle qui le fit agrégé de lettres classiques et amoureux de littérature, la proposition de Geertz vaut aussi bien pour la totalité de son œuvre ; à cela près que, différemment de ce dernier, ne considérait-il pas le travail d’enquête, qu’il s’appliquât à un monde lointain ou à un monde proche, comme étant peu ou prou voué à s’effacer devant le plaisir ou la tentation de l’écriture. Comme pour Lévi-Strauss ainsi que pour pas mal de figures des sciences sociales qui l’ont précédé ou qui accompagnèrent son parcours intellectuel, mais peut-être était-ce une idiosyncrasie française, une bonne plume, un style distinctif, devait supporter la production de connaissances sous forme d’articles ou d’ouvrages. Ce qui ne voulait évidemment pas dire que de tels « auteurs » avaient perdu de vue qu’ils œuvraient, chacun à sa manière, à démontrer la capacité des sciences sociales à faire précisément sciences, bien au contraire.

29Je me permettrais par conséquent de recommander chaudement la lecture de ces écrits d’ethno-analyse en ajoutant une remarque en forme d’interrogation. Traduits notamment en italien et en espagnol (certains d’entre eux le furent également en anglais), ils eurent une forte audience en Italie et, au-delà de l’Espagne, dans plusieurs pays d’Amérique latine, leur auteur, dans les années 1990-2000, y devenant une référence majeure de l’anthropologie française. Mais, s’ils bénéficièrent ainsi d’une telle réception, ce fut dans une large continuité avec ses ouvrages issus de ses terrains africains, tels que Pouvoirs de vie, pouvoirs de mort ou Le génie du paganisme qui avaient été également traduits dans ces mêmes langues.

30Autrement dit, alors qu’en France, on eut tendance à distinguer la période en quelque sorte « africaniste » de l’œuvre de Marc Augé de celle qui suivit en forme de succession d’essais, ce ne fut pas du tout le cas dans ces autres pays. C’est là un constat pour lequel je ne dispose pas d’explications tangibles, mais qui demanderait certainement qu’on y prêtât quelque attention. Comme, de la même façon, me semble être devenu un problème épistémologique en même temps que pédagogique, le fait qu’une part importante des débats de l’anthropologie française qui avait cours il y a encore une vingtaine d’années, notamment ceux qu’alimentaient structuralisme et marxisme et auxquels des ouvrages majeurs de Marc Augé avaient apporté une contribution de premier plan, se soit vite dissipée au point d’être aujourd’hui presque oubliée.

Haut de page

Bibliographie

Assmann J., 2003, Le prix du monothéisme, Paris, Aubier.

Augé M., 1969, Le rivage alladian. Organisation et évolution des villages alladian (Côte-d’Ivoire), Mémoire 34, Paris, Éditions de l’ORSTOM.

Augé M., 1975, Théorie des pouvoirs et idéologie. Études de cas en Côte d’Ivoire, Paris, Hermann (« Savoir »).

Augé M., 1977, Pouvoirs de vie, pouvoirs de mort, Paris, Flammarion.

Augé M., 1982, Le génie du paganisme, Paris, Gallimard.

Augé M., 1985, La traversée du Luxembourg. Ethno-roman d’une journée française considérée sous l’angle des mœurs, de la théorie et du bonheur, Paris, Hachette (« Histoire des gens »).

Augé M., 1986, Un ethnologue dans le métro, Paris, Hachette (« Textes du XXe siècle »).

Augé M., 1988, Le dieu-objet, Paris, Flammarion.

Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Éditions du Seuil (« La Librairie du XXe siècle »).

Augé M., 1997, La Guerre des rêves. Exercices d’ethno-fiction, Paris, Éditions du Seuil (« La librairie du XX° siècle »).

Augé M., 2000, Fictions fin de siècle, suivi de Que se passe-t-il ? (29 février, 31 mars, 30 avril 2000), Paris, Fayard (« Histoire de la pensée »).

Augé M., 2003, Le temps en ruines, Paris, Galilée (« Lignes fictives »).

Augé M., 2007, Casablanca, Paris, Éditions du Seuil (« La Librairie du XXIe siècle) ».

Augé M., Colleyn J.-P., de Clippel C. & Dozon J.-P., 2019, Vivre avec les dieux. Sur le terrain de l’anthropologie visuelle, Paris, FMSH Éditions.

Augé M. & Herzlich C. (dir.), 1984, Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Paris, Éditions des Archives contemporaines (« Ordres sociaux »).

Augé M. & Mounicq J., 1992, Paris retraversé, Paris, Imprimerie nationale.

Balandier G., 2001, Le Grand Système, Paris, Fayard.

Balandier G., 2008, Fenêtres sur un nouvel âge (2006-2007), Paris, Fayard.

Bourdieu P., 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Genève, Droz.

Evans-Pritchard E. E., 1972, Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandés, Paris, Gallimard (Witchcraft, Oracles and Magic among the Azandes, Oxford, Clarendon Press, 1937).

Geertz C., 1992, Ici et là-bas. L’anthropologue comme auteur, Paris, Métaillé.

Lévi-Strauss C., Tristes tropiques, Paris, Plon.

Piault C. (dir.), 1975, Prophétisme et thérapeutique. Albert Atcho et la communauté de Bregbo, Paris, Harmann.

Tonda J., 2005, Le souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Gabon, Congo), Paris, Karthala.

Vernant J.-P., 1966, Mythe et pensée chez les Grecs. Étude de psychologie historique, Paris, François Maspero.

Yengo P., 2016, Les mutations sorcières dans le bassin du Congo. Du ventre et de sa politique, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Pouvoirs de vie, pouvoirs de mort (Augé 1977).

2 Marc Augé participa en effet aux enquêtes collectives qu’avaient mises sur pied Jean Rouch au cours des années 1960 sur le prophète ivoirien Albert Atcho et sa communauté thérapeutique de Bregbo et qui donnèrent lieu à un ouvrage particulièrement remarqué, Prophétisme et thérapeutique. Albert Atcho et la communauté de Bregbo (Piault 1975).

3 Il accéda à cette fonction en 1985 et l’exerça, pendant deux mandats, jusqu’en 1995.

4 Toute cette partie de l’œuvre de Marc Augé a donné lieu à une importante entreprise d’anthropologie visuelle, intitulée « Vivre avec les dieux », en collaboration tout particulièrement avec Jean-Paul Colleyn et Catherine de Clippel, dont a rendu compte un ouvrage tout récent (Augé, Colleyn, de Clippel & Dozon 2019).

5 Mais il fut toutefois traduit en plusieurs autres langues européennes.

6 Voir notamment de cet auteur et traduit en français, Le prix du monothéisme (Assmann 2003).

7 Voir par exemple Le Grand Système (Balandier 2001) et Fenêtres sur un nouvel âge (2006-2007) (Balandier 2008).

8 Voir La traversée du Luxembourg. Ethno-roman d’une journée française considérée sous l’angle des mœurs, de la théorie et du bonheur (Augé 1985), Un ethnologue dans le métro (Augé 1986), Paris retraversé (Augé & Mounicq 1992), Casablanca (Augé 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dozon, « Marc Augé. « As Time Goes By » »Cahiers d’études africaines, 253 | 2024, 9-21.

Référence électronique

Jean-Pierre Dozon, « Marc Augé. « As Time Goes By » »Cahiers d’études africaines [En ligne], 253 | 2024, mis en ligne le 15 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46235

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dozon

IRD, EHESS, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search