Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253études et essaisStratégies alimentaires et privil...

études et essais

Stratégies alimentaires et privilèges de genre dans le Rufiji du XXIe siècle (Tanzanie). Une approche d’ethnographie économique

Food Strategies and Gender Privilege in the 21st Century Rufiji (Tanzania). An Economic Ethnography Approach
Jean-Luc Paul, Stéphanie Duvail, Olivier Hamerlynck et Kassim Kindinda
p. 149-175

Résumés

Cet article explore, d’un point de vue ethnographique, les stratégies alimentaires, au cœur de l’économie d’un village tanzanien, dans la perspective d’une lecture genrée du processus de préservation-destruction des sociétés agricoles domestiques en général soumis à la globalisation marchande. La démarche d’anthropologie économique proposée fonde son discours interprétatif sur l’étude de la production, de la circulation du produit et de la reproduction sociale, tout en intégrant les autres dimensions sociales et, notamment, l’étude des discours et des représentations.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

L’utopie de l’autosubsistance
Des saisons et des lieux
Mission impossible
L’argent rare
Alimentation et rapports de genre au quotidien
L’accès de l’époux au produit du travail des épouses
L’approvisionnement monétaire des foyers par l’homme : un devoir assuré bon an mal an
La nature conflictuelle de la gestion du monétaire

Aperçu du texte

Dans le village de Kipo (district du Rufiji) en Tanzanie, comme dans beaucoup d’endroits du monde, la question alimentaire obnubile l’économie villageoise. Certes, on n’y meurt pas de faim mais il est rare qu’une année s’écoule sans qu’on s’interroge plusieurs jours au moins sur ce qu’on mangera demain. Quand les greniers sont vides, on achète à la boutique la farine de maïs. Si la bourse elle aussi fait défaut, on se tourne, insistant, vers les parents, les alliés ou les amis. Enfin, si les réseaux de solidarité faillent, on supprime un repas ou on trompe sa faim en consommant du potiron bouilli en lieu et place de l’ugali. Faut-il encore qu’on soit en saison, sinon on mâchera de la canne à sucre ou on jeûnera.

L’expérience de la disette est plutôt rare mais régulière, renforcée certains jours par la lassitude, quand une femme, épuisée par une journée de labeur, renonce à cuisiner parce qu’il lui faudrait alors repartir collecter du bois, puiser de l’eau, cueillir des feuillages, pi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Paul, Stéphanie Duvail, Olivier Hamerlynck et Kassim Kindinda, « Stratégies alimentaires et privilèges de genre dans le Rufiji du XXIe siècle (Tanzanie). Une approche d’ethnographie économique »Cahiers d’études africaines, 253 | 2024, 149-175.

Référence électronique

Jean-Luc Paul, Stéphanie Duvail, Olivier Hamerlynck et Kassim Kindinda, « Stratégies alimentaires et privilèges de genre dans le Rufiji du XXIe siècle (Tanzanie). Une approche d’ethnographie économique »Cahiers d’études africaines [En ligne], 253 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46510 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46510

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Paul

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS, Aubervilliers, France

Stéphanie Duvail

Patrimoines locaux, environnement et globalisation (PALOC), Museum national d’histoire naturelle, Paris, France

Olivier Hamerlynck

National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya

Kassim Kindinda

Paysan, Kipo, Tanzanie

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search