Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusAdler Laure. — Françoise Héritier...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Adler Laure. — Françoise Héritier, le goût des autres. Gaillard Gérald. — Françoise Héritier, la biographie. Gaillard Gérald. — Françoise Héritier

Jean Copans
p. 221-228
Référence(s) :

Adler Laure. — Françoise Héritier, le goût des autres. Paris, Albin Michel, 2022, 270 p., ill.

Gaillard Gérald. — Françoise Héritier, la biographie. Préface de Michelle Perrot. Paris, Odile Jacob, 2022, 237 p., bibl.

Gaillard Gérald. — Françoise Héritier. London, Berghahn Books (“Anthropology Ancestors”, 3), 2022 , 193 p., bibl., index.

Texte intégral

1Apparemment, Françoise Héritier est bien une anthropologue puisqu’elle est qualifiée dans le titre de l’ouvrage de la journaliste et essayiste Laure Adler comme ayant « le goût des autres ». Mais précisons d’emblée qu’il faut lire ces mots de manière bien plus large puisque dès la page 7, l’auteure se positionne comme faisant partie, elle aussi, de ces « autres » qui constituent la large communauté des fréquentations et des amitiés d’Héritier au-delà de ses seuls collègues.

  • 1 Laure Adler précise qu’elle n’a pas encore vingt ans à cette époque. Elle a rencontré so (...)

2Pour qui chercherait à pénétrer dans les mystères de la gestation scientifique tant conceptuelle qu’empirique de la pensée de cette anthropologue, il faut retenir la priorité donnée ici à l’atmosphère, au vécu et au personnage Héritier. Il est certain que cette restitution relève d’abord de confidences très personnelles et d’une fréquentation très ancienne de l’anthropologue sur près d’un demi-siècle (jusqu’au jour même de son décès, en novembre 2017, décrit dans un épilogue qui fait écho au prologue), ce qui permet d’éclairer certaines situations emblématiques. Ainsi, ce prologue nous invite à suivre Laure et Françoise en balade dans les Cévennes à l’été 1969, ce qui donne d’emblée le ton de ce texte, à la fois témoignage très personnel d’une époque et d’un tout petit milieu professionnel, d’une part, et biographie que l’on pourrait qualifier de participante (comme se définit l’observation ethnologique)1. Précisons tout de suite, pour caractériser le style de ce texte, qu’on n’y trouvera ni bibliographie des textes d’Héritier, sélective ou complète, ni bibliographie des sources et des commentateurs de sa pensée. Les extraits d’entretiens des collègues ou des confidences d’Héritier elle-même ne sont guère mieux référencés quant à la date ou au lieu. Il est surtout question de la vie intime et publique d’une savante, mais la vie savante, documentée par moments et ignorée à d’autres, n’est véritablement pas l’objectif de cette étude. Cet ouvrage est, à l’évidence, destiné à un large public, celui que fréquente Adler depuis au moins un tiers de siècle et c’est une ambition qui ne peut évidemment se discuter ici.

  • 2 Une vingtaine de personnes est remerciée à la fin de l’ouvrage mais plusieurs témoins dé (...)

3Toutefois un petit doute peut substituer après cette lecture : cette vie d’une savante est-elle bien savante elle-même ? En d’autres termes, peut-on faire l’économie de ce qui fait la professionnalité d’une chercheuse en se contentant pour l’essentiel d’exposer le vécu de cette dernière, fondé certes sur des sources sérieuses mais à peine, hélas, discutées et surtout contextualisées2. La proximité familière d’Adler la conduit en quelque sorte à s’incarner dans la personne même de Françoise Héritier qu’elle transforme dès le début de son texte en une espèce d’héroïne.

  • 3 F. Héritier, L’exercice de la parenté, Paris, Gallimard-Éditions du Seuil (« Hautes étud (...)
  • 4 Elle a consulté son dépôt aux Archives nationales.
  • 5 Nous ne pouvons que renvoyer ici à la bibliographie établie par Gérard Gaillard pour sa (...)

4L’écriture suit un déroulement chronologique mais les datations sont souvent floues sinon obscures ou même parfois absentes. L’ouvrage est divisé en 27 chapitres (neuf font au plus 6 pages et huit en font le double) et l’année 1981, alors qu’Héritier rentre au Collège de France, scande la première moitié du texte. Cette première partie couvre ainsi la période de fabrication d’une ethnologue de terrain et d’une anthropologue de la parenté. Évidemment, cette scansion est marquée par la parution de son grand livre (quoique modeste par sa taille) L’exercice de la parenté3. Adler est tout du coup obligée de prêter une certaine attention aux démonstrations proprement anthropologiques d’Héritier. Certes elle a plus ou moins bien décrit les réflexions conscientes et inconscientes produites par et sur le terrain, grâce notamment à des extraits de correspondance4 ou de conversations avec Héritier. Mais comme elle le note justement, l’ouvrage de 1981 est le premier livre en nom propre d’Héritier qui avait tout de même déjà 37 ans. Le style de la biographe change à ce moment-là, l’œuvre de l’anthropologue prenant la forme d’une énumération thématique de ses préoccupations académiques puis surtout éthiques et politiques qu’évoquent les multiples ouvrages collectifs publiés en écho au cours du Collège de France et aux séminaires de l’EHESS : le corps, la famille, les humeurs (corporelles), l’inceste, le droit des femmes, le sida, la domination masculine5.

5Tous ces thèmes sont autant des questions de société et d’éthique publique. Cet engagement « activiste » monte en gamme en 1986 lorsqu’Héritier est nommée au Haut conseil de la population et de la famille puis présidente du Conseil national du Sida de 1989 à 1994 et enfin présidente du Comité consultatif national d’éthique de 1999 à 2000. Adler insiste à juste titre sur ses engagements militants : par exemple, elle est syndiquée tant au CNRS qu’au Collège de France. Elle a soutenu Mitterrand lors de ses deux élections présidentielles comme plus tard Martine Aubry ou même François Hollande. Elle n’hésite pas à donner de multiples entretiens pour la presse écrite ou radiophonique y compris après son départ à la retraite en 1999 à cause de sa maladie. C’est d’ailleurs par le biais de cette condition qu’Adler pénètre dans l’intimité d’Héritier puisqu’elle lui rend visite chaque fois qu’elle est hospitalisée et qu’elle décrit de manière saisissante sa dernière visite chez elle le jour de son anniversaire alors qu’elle venait de décéder à l’hôpital.

6En fait, l’anthropologue est captée depuis sa petite enfance par ce qui façonne sa personnalité et son identité : la plupart des titres de chapitres en font foi. Non pas que les faits divers prennent le pas sur la pensée puisque c’est la restitution de cette dernière qui préoccupe tout de même Adler. Mais on a l’impression que la réflexion d’Héritier est définie par la nature de son être sensible et social, par ses réactions en direct à l’univers sociétal, qu’il soit samo, parisien voire campagnard, ou amical et amoureux. Adler surfe sur cette interprétation et j’en veux pour preuve sa réduction de Marc Augé aux rôles d’un amant transi puis d’un second mari avant qu’il ne soit plus qu’un très bon ami divorcé, sans dévoiler une seule fois son rôle intellectuel éventuel dans la pensée d’Héritier d’une part, et surtout son incarnation mobilisatrice d’une anthropologie des mondes contemporains « made in France ». Lorsqu’on a été un témoin intermittent et surtout très réservé, comme je le fus, de leurs relations, on ne peut qu’être irrité de voir ici le people prendre le pas sur la chercheure. Pourtant un tiers du texte évoque, certes de façon un peu anecdotique, la présence de ses collègues. Ainsi insiste-elle sur le rôle des premières femmes ethnologues des années 1930-1950, comme Germaine Dieterlen ou Denise Paulme qui ont pu lui servir de modèle, ou encore sur la place de son premier mari qui va devenir le spécialiste de la population mossi, Michel Izard. Mais c’est surtout Claude Lévi-Strauss qui mobilise son attention sur près de 10 % de l’ouvrage, ce qui permet à Adler de détailler le délitement progressif de sa très grande proximité avec Héritier puisque cette dernière va refonder complètement ses conceptions a-féminines de la parenté. Malheureusement, c’est à ce moment que l’auteure laisse voir son dédain pour une restitution précise de l’histoire des idées puisqu’elle écrit que Les Structures élémentaires de la parenté paraissent la même année que Tristes tropiques (!), que ce serait ce dernier livre qui le rend célèbre, puisqu’il est mis au programme des lycées ou encore à la Une du magazine Elle ! Si Michel Izard et Françoise Héritier « dévorent » Anthropologie structurale, le lecteur, lui, n’aura aucune idée précise du contenu de ce dernier livre, des dates précises de parution de chacun des trois ouvrages ou même de celle du numéro d’Elle (p. 60).

7Il semble donc difficile d’accorder le label de vie savante à cette biographie qui s’arrête toujours au pied du mur de la vulgarisation objective : Adler s’exclame « Mazette » à l’intitulé de la médaille d’argent du CNRS attribuée en 1978 (p. 109) ou encore elle insiste sur sa difficulté personnelle à comprendre L’exercice de la parenté, « […] réservé à des anthropologues » (p. 121). Elle qualifie Godelier de spécialiste de la parenté, ce qu’il n’est qu’en partie, sans expliquer pourquoi elle disqualifie d’emblée l’incompréhension (jalouse ?) de ce dernier de ne pas avoir été retenu par Lévi-Strauss comme successeur comme un simple effet du machisme dominant dans la discipline. On peut néanmoins comprendre la forte déception de l’un des animateurs brillants de l’anthropologie économique marxiste à la française dans les années 1960-1980 et, sans rentrer dans une polémique dépassée, il aurait été honnête de signaler la maîtrise exceptionnelle du corpus de l’anthropologie mondiale de cette époque par un chercheur français innovateur (ce qui n’est pas le cas d’Héritier) qui a enquêté lui aussi sur la place de la dominance masculine dans une société bien plus traditionnelle que celle des Samo, à savoir celle des Baruya de la Nouvelle-Guinée (terrain proposé par Lévi-Strauss lui-même).

8La profonde amitié d’Adler pour Héritier tout au long de la vie de cette dernière ne peut excuser son manque minimal de sérieux académique qui n’aurait fait qu’améliorer et peaufiner l’image d’une femme exceptionnelle sous tous les rapports. Héritier a su être une militante publique efficace parce qu’elle était aussi et d’abord une grande « savante ». En minorant et en galvaudant un peu cette partie de l’exercice biographique, malgré la disponibilité de collaborations amicales et professionnelles décisives, Adler ne cherche pas du tout à se transformer en vulgarisatrice scientifique car elle ne parvient pas à cerner concrètement la nature du métier d’anthropologue et le mécanisme qui transforme des intuitions ou des hypothèses en démonstrations scientifiques provisoirement indiscutables et non en simples arguments activistes.

9La morale provisoire de cette lecture confirme qu’une bonne amie peut être un témoin ponctuel fiable mais qu’une telle situation est par nature biaisée car l’amitié reprend vite le dessus, d’autant qu’un ou une journaliste se contentera le plus souvent de cette seule corrélation alors qu’un chercheur s’efforce par définition de saturer des informations contradictoires. Les professionnels de la recherche ne sont pas forcément les meilleurs biographes, mais il existe aussi des distinctions sérieuses à établir entre les contributeurs-contributrices (même occasionnel.le.s) d’une page du bottin mondain et ceux-celles de la rubrique nécrologique.

  • 6 Les notes et références bibliographiques sont bien individualisées sur presque quarante (...)
  • 7 Je rappelle que G. Gaillard est non seulement un anthropologue de certaines populations (...)

10Préfacé par Michelle Perrot, l’ouvrage de Gérald Gaillard réussit à la fois à brosser une biographie chronologique, à évoquer le contenu des principales recherches d’Héritier et enfin à détailler ses interventions publiques de plus en plus nombreuses dans la seconde moitié de sa vie6. De fait, près de 25 % du texte analyse l’apport de l’anthropologue à l’anthropologie de la parenté au sens très large qui est resté le domaine de prédilection d’Héritier. J’avoue ici, très honnêtement et très modestement, mon admiration pour Gaillard qui a su résumer très clairement aussi bien les fondements et les évolutions de ses conceptions que les débats autour de ces dernières7. L’importante bibliographie de 194 références présentée dans la version anglaise du texte témoigne de la richesse de l’œuvre d’Héritier mais surtout de sa diversité à la fois savante et activiste. Notons toutefois que si 14 % des références portent sur les travaux de terrain et de synthèse qui aboutissent à son chef-d’œuvre pour son entrée au Collège de France, L’exercice de la parenté, seulement 30 % des références suivantes jalonnent sa carrière jusqu’à la fin 1999, date de sa retraite administrative. En effet, la seconde moitié des références fournies ne concerne que la toute dernière partie de sa carrière jusqu’à son décès en 2017. Elle correspond à des entretiens, à des interviews, à des participations à des émissions de radio ou de TV. C’est à partir du milieu des années 1980 qu’Héritier commence à occuper des fonctions officielles et à devenir un personnage public mobilisé d’abord par la pandémie du Sida puis plus largement par l’interpellation éthique. Insensiblement, elle passe de thématiques purement anthropologiques, comme l’échange matrimonial ou l’inceste, à la situation plus globale ou complexe des femmes et à la distinction masculin-féminin à laquelle elle a consacré plusieurs de ses séminaires à l’EHESS.

  • 8 Gaillard évoque évidemment le second mariage de Françoise Héritier puis son divorce avec (...)
  • 9 Signalons ici en passant la parution d’un Dictionnaire Lévi-Strauss (Paris, Bouquins, 20 (...)

11Héritier est l’anthropologue d’un pays, la Haute-Volta (aujourd’hui Burkina Faso) et d’une population, les Samo, après avoir accompagné un temps Michel Izard chez les Mossi. Elle épousera d’ailleurs ce dernier en 1958 lors d’un de leurs terrains conjoints8. Elle avait débuté ses études universitaires en géographie et leur première mission en1957 avait été une recherche appliquée d’un ethno-sociologue (Izard) et d’une géographe (Héritier). Je n’évoquerai pas plus la conversion d’Héritier à l’anthropologie grâce à la fréquentation de la génération africaniste montante (Marc-Henri Piault, Claude Meillassoux, Emmanuel Terray, Marc Augé notamment) ainsi que des séminaires de Georges Balandier et de Claude Lévi-Strauss de la VIsection de l’EPHE, future EHESS9. Gaillard évoque de manière à la fois très détaillée et surtout humaine l’atmosphère du Quartier latin étudiant puis académique de cette époque grâce aux nombreux entretiens qu’il a menés pour sa recherche plus globale sur l’évolution de l’ethnologie et de l’anthropologie française après 1945. Ses nombreuses sources et informations orales sont toujours indiquées. Cette espèce de biographie collective se poursuit tout au long de l’ouvrage jusqu’aux derniers jours d’Héritier et permet d’apprécier sur pièces la construction non seulement institutionnelle mais aussi individuelle d’une discipline.

  • 10 Voir sa contribution, F. Héritier, « L’ordinateur et l’étude du fonctionnement d’un syst (...)
  • 11 Voir le chapitre de F. Héritier, « L’enquête généalogique et le traitement des données » (...)
  • 12 Voir les entrées rédigées par F. Héritier, « Famille » et « Inceste », in P. Bonte & M. Izard (dir (...)
  • 13 De même, elle n’a pas dirigé beaucoup de doctorats, à peine plus d’une douzaine selon Ga (...)

12Cette thématisation de la chronologie professionnelle et analytique permet d’intégrer au fur et à mesure les nouvelles questions que se pose Héritier et le passage de la pensée savante aux formes plus vulgarisatrices et/ou activistes de ses réflexions. Héritier n’a jamais soutenu sa thèse de doctorat, ce qui paraît tout à fait exceptionnel pour quelqu’un qui a succédé à C. Lévi-Strauss au Collège de France à l’âge de 48 ans. De fait, elle n’a rédigé qu’un seul ouvrage en nom propre, L’exercice de la parenté, bien plus court en taille que les fameuses Structures élémentaires de la parenté de son maître et prédécesseur. Un paradoxe se fait toutefois jour qui est plus un trait culturel et institutionnel français qu’une caractéristique psychologique et professionnelle personnelle. Elle n’a jamais dirigé ou rédigé de manuel même si elle a contribué à quelques encyclopédies ou annuaires. L’anthropologie en France est une discipline de recherche et non d’enseignement universitaire de base, au contraire du devenir brillant de la sociologie dans ce domaine (et à la très ancienne tradition anglo-saxonne en la matière). Malgré sa grande notoriété publique, Héritier n’a jamais cherché, semble-t-il, à révolutionner ces mœurs quelque peu anachroniques. Il existe deux ou trois excellents manuels ou ouvrages d’introduction à la parenté en français mais à part ses contributions au volume édité par Marc Augé, Les domaines de la parenté, paru en 197510, au troisième tome du manuel d’ethnologie de Robert Cresswell co-édité avec Maurice Godelier en 1976, Outils d’enquête et d’analyse anthropologiques11ou au Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie dirigé par Pierre Bonte et Michel Izard de 199112, elle n’a pas pratiqué la vulgarisation universitaire en tant que telle13.

13L’influence d’Héritier est indiscutable et Gaillard met bien en lumière toutes les petites ou grandes pistes qu’elle a suivies qui redessinent les nouvelles thématiques fortes d’une anthropologie de la parenté : les deux incestes, le corps et ses substances, la distinction des genres et la violence dans la domination masculine dont la prostitution. Toutefois, le passage en généralité de l’anthropologue ne sort guère de ce domaine, sauf pour confirmer qu’elle est « structuraliste » et pour rappeler tout ce qu’elle doit à C. Lévi-Strauss. Les vrais ou faux débats qui ont agité internationalement la discipline comme la décomposition des sous-spécialités classiques (dont la parenté était le meilleur exemple), l’écriture post-moderne, la mondialisation des terrains et la difficile appropriation de la discipline par les populations autochtones et, plus largement, par les chercheurs des Suds la concernent peut-être mais elle ne les évoque qu’indirectement lorsqu’elle se mobilise en faveur des sans-papiers, des handicapés ou des femmes violentées.

  • 14 F. Héritier, Le sel de la vie, Paris, Odile Jacob, 2012 ; Le goût des mots, Pa (...)
  • 15 J’ai été son « subordonné » un temps lorsqu’elle a dirigé le Centre d’analyse et de rech (...)

14Gaillard énumère et décrit ses engagements mais il ne va pas jusqu’à comparer sa trajectoire à celles des autres chercheuses et chercheurs de sa génération, françaises bien sûr mais aussi américaines, européennes ou encore africaines. Il s’agit là d’une espèce d’objectivisme total qui va même jusqu’à mettre en lumière ses trois derniers petits livres très personnels et intimes parus en 2012, 2013 et 201714. Cependant, l’anthropologue que je suis qui a vécu, comme Héritier, les évolutions ou « involutions » de la version française de la discipline depuis un demi-siècle, ne peut s’empêcher de penser que l’engagement de l’anthropologue doit être également global et mondial. Héritier a contribué activement à replacer le genre féminin dans le concert des identités anthropologiques, mais cette dynamique ne peut être pérenne, selon nous, que si elle participe également d’un renouveau paradigmatique disciplinaire, bien plus large, qu’elle n’évoque malheureusement jamais et dont Gaillard se garde bien de signaler l’absence puisque la dimension généraliste est totalement absente de son propos. Certes, Héritier pense que l’anthropologue doit participer aux débats de la Cité et que les sciences sociales devraient être mieux considérées et utilisées en France, mais il me semble que l’élitisme inconscient de l’anthropologie française fait également partie du problème et on ne voit pas très bien quel modèle professionnel elle suggère de mettre en œuvre pour y parvenir. C’est une anthropologue du genre féminin mais pas féministe15. Cela dit, il faut lire cette biographie scientifique non seulement parce que c’est la première qui lui est consacrée mais surtout parce qu’elle met très bien en lumière la cohérence d’une démarche à première vue très éclatée.

Haut de page

Notes

1 Laure Adler précise qu’elle n’a pas encore vingt ans à cette époque. Elle a rencontré son premier mari, l’ethnologue Alfred Adler à l’été 1968. Elle a passé son enfance et son adolescence à Conakry (jusqu’à l’indépendance de la Guinée en 1958) puis à Abidjan d’où elle est revenue avec ses parents en 1967. Ceci explique ses déclarations d’amour à l’Afrique en général et son identification à la relation intime de Françoise Héritier avec ses terrains voltaïques (aujourd’hui burkinabè). Le chapitre 6, qui décrit le premier départ d’Héritier (encore géographe) avec Michel Izard, s’intitule paradoxalement, « Afrique mon amour. Épisode 1 » mais il n’y a pas d’épisode 2, à moins de considérer ainsi le passage sur sa Leçon inaugurale de la chaire « Étude comparée des sociétés africaines » au Collège de France en 1981, évoquée plus de cinquante pages plus loin. Célèbre animatrice culturelle et audiovisuelle, notamment à France Culture, conseillère culturelle de F. Mitterrand pendant son premier quinquennat, historienne des femmes (auteure d’une thèse avec M. Perrot), elle doit une partie de sa réputation à la rédaction d’une demi-douzaine de biographies dont celles d’Hannah Arendt, Simone Weil, Françoise Giroud et surtout Marguerite Duras et à de nombreux ouvrages sur l’histoire des femmes.

2 Une vingtaine de personnes est remerciée à la fin de l’ouvrage mais plusieurs témoins décisifs qu’elle convoque dans le texte n’y sont pas associés comme Maurice Godelier ou Jean-Charles Piette, son docteur à la Pitié-Salpêtrière, auquel Adler consacre au moins cinq pages.

3 F. Héritier, L’exercice de la parenté, Paris, Gallimard-Éditions du Seuil (« Hautes études »), 1981, 199 p.

4 Elle a consulté son dépôt aux Archives nationales.

5 Nous ne pouvons que renvoyer ici à la bibliographie établie par Gérard Gaillard pour sa version en langue anglaise qui occupe plus de vingt pages. Dix-neuf titres d’ouvrages collectifs ou en nom propre paraissent entre 1990 et 2017, ce qui prouve sa puissance de travail collectif. Rappelons que le détail de ces références est donné dans les notes dans la version française.

6 Les notes et références bibliographiques sont bien individualisées sur presque quarante pages en fin d’ouvrage. Du coup, la bibliographie qualifiée de « très sélective » ne fait qu’une page et demi. La version anglaise était parue au début de l’année 2022 alors que la version française est parue en janvier 2023, un an après la version en langue anglaise.

7 Je rappelle que G. Gaillard est non seulement un anthropologue de certaines populations de la Guinée-Bissau mais aussi un historien incontournable de notre discipline depuis sa thèse de doctorat de 1990 (G. Gaillard, Répertoire de l’ethnologie française, 1950-1970, 2 tomes, Paris, Éditions du CNRS, 1990). Il a récemment rédigé des nécrologies très fournies notamment de George Balandier et de Jacques Lombard. On retiendra surtout sur ce point son Routledge Dictionary of Anthropologists, London, Routledge, 2004.

8 Gaillard évoque évidemment le second mariage de Françoise Héritier puis son divorce avec M. Augé dans les années 1970-1980 mais il n’évoque pas son rôle de mère d’une fille, à la différence de L. Adler très prolixe sur ce point. Gaillard fait mention à juste titre de la grave maladie qui l’a frappée à partir de la cinquantaine et qu’elle a surmonté de façon tout à fait impressionnante et combative. On peut d’ailleurs penser que son affrontement constant avec une condition qui l’a handicapée pendant la moitié de sa carrière explique la puissante force volontariste de ses engagements publics et éthiques.

9 Signalons ici en passant la parution d’un Dictionnaire Lévi-Strauss (Paris, Bouquins, 2022, XXXVII + 1184 p.) sous la direction de Jean-Claude Monod rédigé par 48 auteurs (dont seulement moins de la moitié sont anthropologues). L’entrée « Héritier » est rédigée par Salvatore d’Onofrio qui a édité son recueil d’articles de 2009. Malgré la présence d’un long article consacré au Laboratoire d’anthropologie sociale, il n’y a aucune entrée pour l’EPHE ou l’EHESS et surtout pour les activités d’enseignement (séminaire de l’EPHE et cours du Collège) qui sont indéniablement les lieux physiques et sociaux de fabrication de la pensée de Lévi-Strauss comme d’Héritier. La vie savante selon ce Dictionnaire devient une pure abstraction. Notons que Gaillard exclut également cette approche.

10 Voir sa contribution, F. Héritier, « L’ordinateur et l’étude du fonctionnement d’un système matrimonial omaha », in M. Augé (dir.), Les domaines de la parenté, Paris, François Maspero (« Dossiers africains »), 1975, pp. 95-117.

11 Voir le chapitre de F. Héritier, « L’enquête généalogique et le traitement des données », in R. Cresswell & M. Godelier (dir.), Outils d’enquête et d’analyse anthropologiques, Paris, François Maspero (« Bibliothèque d’Anthropologie »), 1976, pp. 223-265.

12 Voir les entrées rédigées par F. Héritier, « Famille » et « Inceste », in P. Bonte & M. Izard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 1991, pp. 273-275, 347-350.

13 De même, elle n’a pas dirigé beaucoup de doctorats, à peine plus d’une douzaine selon Gaillard.

14 F. Héritier, Le sel de la vie, Paris, Odile Jacob, 2012 ; Le goût des mots, Paris, Odile Jacob, 2013 et Au gré des jours, Paris, Odile Jacob, 2017.

15 J’ai été son « subordonné » un temps lorsqu’elle a dirigé le Centre d’analyse et de recherche sur l’Afrique noire (CARDAN) à la VIsection de l’EPHE où j’avais été vacataire pendant deux ans (1965-1966) sous la direction scientifique de G. Balandier. Il me semble qu’elle n’avait jamais cherché à engager la conversation avec moi qui en fait ne dépendais ni de son autorité administrative ni de sa supervision scientifique. Début 1981, elle avait accepté que je mène avec elle un « grand entretien » pour le bimensuel tiers-mondiste et radical, Afrique-Asie, auquel je collaborais régulièrement (avec par exemple de longues chroniques bibliographiques, une polémique sur l’engagement du chercheur avec Jean Ziegler ou encore un entretien avec Régis Debray). J’avais abordé, entre autres sujets, l’anthropologie féministe radicale américaine qui commençait à se faire entendre à cette époque. Elle avait bien insisté sur le fait qu’elle ne se considérait pas du tout comme une anthropologue féministe. Cette modération ne l’avait pas empêché par la suite de me demander finalement de ne pas publier l’entretien à cause de son élection imminente au Collège de France. Ce texte n’a jamais été publié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « Adler Laure. — Françoise Héritier, le goût des autres. Gaillard Gérald. — Françoise Héritier, la biographie. Gaillard Gérald. — Françoise Héritier »Cahiers d’études africaines, 253 | 2024, 221-228.

Référence électronique

Jean Copans, « Adler Laure. — Françoise Héritier, le goût des autres. Gaillard Gérald. — Françoise Héritier, la biographie. Gaillard Gérald. — Françoise Héritier »Cahiers d’études africaines [En ligne], 253 | 2024, mis en ligne le 15 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46779

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Université Paris Cité, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search