Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusAli Moussa Iyé (dir.). — Le génoc...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Ali Moussa Iyé (dir.). — Le génocide d’Aycha’a de 1960. Éclairage sur une tragédie occultée

Alain Gascon
p. 228-232
Référence(s) :

Ali Moussa Iyé (dir.). — Le génocide d’Aycha’a de 1960. Éclairage sur une tragédie occultée. Djibouti, IRICA Publications, 2021, 206 p., bibl., annexes, ill.

Texte intégral

1Afin d’« Accomplir un devoir de mémoire » (p. 11), le Comité indépendant [de citoyens] pour la mémoire d’Aycha’a a confié à Ali Moussa Iyé la direction de ce livre collectif publié par l’Institut de recherche indépendant de la Corne de l’Afrique (IRICA) qui organise la recherche à Djibouti. Le Comité appelle à lever le « déni des autorités éthiopiennes » sur « un massacre planifié » par ces autorités, les « tueries d’Aycha’a », un « génocide », afin de « prévenir d’autres crimes contre l’humanité » et aussi d’« élucider d’autres pogroms » (pp. 15-17). Plusieurs fois dans leur texte, les auteurs, se référant aux travaux des juristes et exposant les crimes perpétrés par les soldats éthiopiens, justifient l’utilisation du terme génocide. Cependant, comme on l’a souvent remarqué, son emploi inconsidéré risque de lui faire perdre sa force de stigmatisation. Je n’entrerai pas dans ce débat et renverrai au dictionnaire Robert (2003) : « […] Extermination (d’un groupe important de personnes en peu de temps). » À Aycha’a, et avant à Errer, plus tard à Dhagaxbuur, et à la suite des bombardements de troupeaux, on déplora plusieurs milliers de victimes en incluant les blessés. On comprend donc qu’au nom du devoir de mémoire, le livre ait été intitulé Le génocide d’Aycha’a de 1960.

2Toutefois, si Ali Moussa Iyé célèbre la mémoire d’un groupe, il se propose aussi de resituer ces massacres dans l’histoire de la quête d’indépendance des Somali grâce au plan du livre : première partie « Le contexte historique » (pp. 19-53), deuxième partie « Le massacre d’Aycha’a » (pp. 55-84), troisième partie « Les récits des témoins » (pp. 85-173), conclusion (pp. 175-177) et 18 annexes (pp. 179-204). Ces dernières reproduisent un rapport, datant de 1956, de l’administration du Somaliland britannique et les télégrammes, envoyés en 1960 de Dirré Dawa, par le consul de France au Harär, à l’Ambassade de France en Éthiopie, au gouverneur de la Côte française des Somali (CFS) et au ministère des Affaires étrangères. Les récits des tueries par les dix-huit témoins occupent plus de la moitié de la publication. Pour la plupart, ils étaient, il y a soixante ans, encore enfants ou adolescents et ont intégré, dans leurs souvenirs, la mémoire de leurs familles, voisins et amis. Quelques-uns sont décédés peu de temps après qu’on a recueilli leur témoignage. Un seul est demeuré à Aycha’a, tous les autres ont quitté la petite ville, née du chemin de fer, qui fut l’épicentre de l’horreur. Douze d’entre eux habitent la république de Djibouti (six dans la capitale), quatre en Éthiopie (trois à Dirré Dawa et un à Jigjigga) et l’un d’entre eux, retraité, habite Genève. Ces récits égrènent l’ordinaire des horreurs perpétrées par les armées et les milices qui, depuis des siècles à travers le monde, ont réprimé, et répriment, les populations accusées d’aider des rebelles qui, à leur tour, les oppriment. Le cycle de la violence se perpétue : villages et camps assiégés, pillés, hommes et enfants tués, femmes violées, maisons et récoltes brûlées, troupeaux abattus et volés.

  • 1 Monfreid a soutenu l’occupation italienne. Entre 1969 et 1971, j’ai visité la plantation sévèremen (...)

3Les pièces d’archives, en annexe, confirment les souvenirs des témoins des horribles massacres d’août 1960. Il manque à cette deuxième partie, et à la précédente, des cartes afin de situer Aycha’a, gare-atelier du Chemin de fer franco-éthiopien (CFE), proche du seul tunnel de la ligne et des frontières de la CFS (Dewele) et du Somaliland (Cabdulqaadir/Abdulkader). Au centre des parcours des Somali Ciise (Issa), c’était un marché aux bestiaux important et aussi, un but de pèlerinage sur les tombes de saints musulmans dont Aw [cheikh] Mussa). Des employés du CFE ainsi que des fonctionnaires et policiers éthiopiens y résidaient. Avec la carte, on aurait remarqué que les troubles, survenus en juillet 1960 à Errer, s’étaient déroulés très à l’ouest de Dirré Dawa, donc à au moins 200 km d’Ayacha’a. Ici, la halte est installée sur le piémont, parcours d’éleveurs somali, surplombé par les monts Ahmar couverts des champs de sédentaires oromo, tandis que plus au nord, nomadisent les Afar : toutes ces populations sont en compétition pour les ressources du sol. À Errer, en 1960, le negus exploitait une plantation d’agrumes, confisquée à Monfreid1, qu’il entendait protéger des incursions des troupeaux. C’était une région troublée, parcourue, de plus, par la voie ferrée par laquelle transitait, à l’époque, une part importante des échanges de l’Éthiopie avec l’extérieur.

  • 2 Un chef de service, français, un policier et un pompier du CFE.
  • 3 À Dirré Dawa, les marchandises de la zone franche de Djibouti étaient vendues au grand jour, donc (...)
  • 4 Témoignages des employés du CFE. En juillet 1975, la locomotive, endommagée par des pierres, dut ê (...)
  • 5 L’été 1972, j’ai rencontré le souverain, né au Härar, qui visitait, en Mercédès, les paysans massé (...)

4Le souverain craignait, en cas de coupure de la ligne, de se retrouver enclavé comme en 1935-1936 face à l’agression italienne. La menace pesant sur la liaison ferroviaire explique sûrement la brutalité des réactions éthiopiennes. L’attentat a fourni un prétexte aux autorités qui avaient « commencé l’envoi des troupes à Aycha » […] « bien avant l’attaque qui servit de signal pour le déclenchement des opérations » (p. 82). Le déraillement, dû à des pierres posées sur la voie, eut lieu au petit matin, le 9 août 1960 au col du Harr à environ 60 km au sud d’Ayacha’a, et fit trois morts2 et sept blessés. Les « nomades des alentours » (sic. p. 66) pillèrent les marchandises et rançonnèrent les passagers des wagons accidentés. Houssein Lahdil, un marchand (un peu contrebandier), avait organisé l’attaque en rétorsion à l’action « des autorités éthiopiennes » (p. 66)3. Fréquent sur le CFE4, le banditisme ferroviaire, dans la conjoncture tendue de 1960, entraîna une escalade de représailles à Aycha’a, pourtant éloigné du déraillement. Les fonctionnaires et les militaires du terrain ont fait du zèle car Haylä Sellasé, comme chaque été, avait quitté sa capitale humide et froide pour séjourner dans son palais de Dirré Dawa5. La partie 2 expose clairement comment les tensions régionales ont exacerbé la violence des réactions des autorités, à tous les niveaux. Voulant faire un « exemple » et échappant à toute raison, il en a résulté « un crime d’État prémédité » (p. 81). Le souverain en prit lui-même conscience, trop tard, car ses offres de compensation pécuniaire aux familles tombèrent à plat (p. 79).

5La décolonisation dans la Corne de l’Afrique alarmait le negus qui, pourtant, se présentait en avocat de la cause de l’émancipation des peuples. Or dans la Corne, ses voisins colonisés ont d’abord cherché à s’émanciper… de l’Éthiopie. En 1952, l’Érythrée, fédérée à l’Éthiopie par un vote de l’ONU, a obtenu une large autonomie, garantie par une constitution démocratique. Toutefois en 1960, c’est au sujet des Somali que le souverain se faisait du souci. Certes, après le rejet du référendum sur l’indépendance, la France gardait la CFS. Mais le Somaliland, indépendant le 25 juin 1960, rejoignait le 1er juillet, la Somalie ex-italienne, tout juste indépendante. Or en Éthiopie, les Somali, majoritaires en Ogadén et au Harär, désiraient rejoindre la Somalie unifiée. Cette année de tous les dangers, le fut, mais au Palais impérial d’Addis Abeba ! En décembre 1960 au Brésil, Haylä Sellasé, qui avait éventé maints complots, fut surpris par un coup d’État fomenté par sa Garde impériale et soutenu par les étudiants. Ces derniers le déposèrent et appelèrent son fils à régner, mais comme souverain constitutionnel. Le negus reprit son trône, mais il avait perdu sa réputation d’invincibilité.

  • 6 Voir mon intervention : « De seyyid Maxamed Cabdille Xasan — le « mollah fou » de Somalie — aux Sh (...)
  • 7 G. Rossi, L’Africa italiana verso l’indipendenza (1941-1949), Roma, Giuffrè editore, 1980.

6Les deux chapitres de la première partie tentent une analyse du contexte international puis régional dans le but d’identifier les causes profondes et lointaines du massacre. Connaissant la fin de l’histoire, les rédacteurs ont, parfois, écarté ou minimisé certains sujets ou les ont introduits dans la partie 1 sans nécessité. Des indications bibliographiques, hélas absentes, auraient permis de rectifier les assertions les plus maladroites relevées dans les lignes qui suivent. La guerre d’Algérie, l’expédition de Suez, les eaux du Nil, passe encore, mais que vient faire le Mahdi ici ? Haylä Sellasé est absent de la photo de la conférence de Bandung à laquelle il participa pourtant (p. 28). Précisons que le Front populaire de libération d’Érythrée (FPLE), au pouvoir à Asmära depuis 1991, a expulsé par la force le Front de libération d’Érythrée (FLE) qui avait entamé la lutte (p. 49). Rappelons qu’à Mogadiscio, on a détruit la statue du « héros national » promu par Siyaad Barre, seyyid Mohamed Abdilleh Hassan, qui avait éliminé par les armes ses rivaux claniques et confrériques6. La Grande Somalie reprenait, certes, les revendications des indépendantistes, mais dans un quasi-protectorat de Londres : elle incluait le Somaliland, la Somalia, le Hawd et l’Ogadén et la CFS, peuplée d’Afar, mais excluait le North Frontier District du Kenya britannique, peuplé de Somali. Pressé par les États-Unis de renoncer à la tutelle sur l’Éthiopie instaurée en 1941, le Royaume-Uni, qui occupait l’Érythrée, aurait ainsi contrôlé la totalité des côtes de la mer Rouge et de l’océan Indien7. Ce projet sombra corps et bien devant l’opposition conjointe des États-Unis, de l’URSS, de la France, de l’Italie et de l’Éthiopie à l’ONU (p. 42).

7Dans l’esprit des auteurs, la publication du livre a d’abord une vocation de célébration citoyenne et mémorielle. Cependant, il évite toute dérive hagiographique : le bandit ferroviaire n’y est pas transfiguré en héros de la cause somali. Le texte analyse, après bien d’autres, comment la terreur d’État, massive et ciblée sur un groupe particulier pour faire un « exemple », échappant à ses instigateurs, a dérivé vers le crime d’État et contribué au recrutement de partisans du pansomalisme. Il rappelle combien, en 1960, les Somali d’Aycha’a ont souffert pour la cause pansomaliste qui, ces trente dernières années, semble être tombée dans l’oubli. Les Shabaab, les seigneurs de la guerre, les confréries, les segments de clans et les diasporas, s’affrontent pour le partage du territoire des Somali au gré d’alliances de circonstances. Toutefois, la conjoncture agitée de la région depuis 1991 (sécession du Somaliland, redécoupages fédéraux incessants de la Somalie, troubles chez les Somali d’Éthiopie) ne rend pas ce livre caduque ou dépassé. Il devrait rappeler aux autorités, d’abord éthiopiennes, puis djiboutiennes et « somaliennes », que les violences ne règlent pas les conflits mais les exacerbent. Les récentes modernisations de la voie ferrée et construction de l’autoroute Dirré Dawa-frontière de Djibouti, par des entreprises chinoises, vont profondément changer la donne politique dans la région. Enfin, ce livre remarquable est édité en version électronique et donc accessible.

  • 8 R. Girardet, « Renan et l’idéologie allemande de la nation », Études renaniennes, 103, 1997, pp. 3 (...)
  • 9 Je renvoie à mes recensions dans les Cahiers d’Études africaines, des ouvrages des somalisants : B (...)
  • 10 Enseignement supprimé en 1990 dans l’indifférence générale.

8Cet ouvrage interroge la question : « qu’est-ce qu’une nation ? » qui divise les Européens depuis deux siècles (et que pose de nouveau la guerre en Ukraine). On a lu chez des journalistes et des somalisants, tant européens qu’africains, que les Somali, tous parlant la même langue et professant le même islam, seraient « appelés » à former une nation unique sur un territoire uni. Depuis la controverse historique entre Renan et les historiens allemands8, on est venu à un compromis qui admet que la formation d’une nation ne découle pas « automatiquement » de l’usage d’une langue et/ou de l’adhésion à une confession. Des études récentes ont mis l’accent sur les profondes divisions internes qui traversent les sociétés somali et font douter d’un retour prochain à l’unité9. Ainsi, au cours de somali à l’INALCO (1988-1990)10, m’a-t-on enseigné qu’aucune variation dialectale n’affectait cette langue. Or, j’ai récemment lu que le dictateur Siyaad Barre avait imposé l’unification du somali à partir des dialectes du Sud, excluant ainsi les parlers du Somaliland. L’opposition Nord-Sud est encore plus ancienne : au référendum, tenu en 1961, le Nord a voté pour un État fédéral et le Sud, plus nombreux, un État unitaire. À l’annonce du résultat, éclata le premier putsch en Somalie unifiée.

Haut de page

Notes

1 Monfreid a soutenu l’occupation italienne. Entre 1969 et 1971, j’ai visité la plantation sévèrement gardée.

2 Un chef de service, français, un policier et un pompier du CFE.

3 À Dirré Dawa, les marchandises de la zone franche de Djibouti étaient vendues au grand jour, donc au vu et au su des autorités, comme je l’ai moi-même constaté (1969-1975).

4 Témoignages des employés du CFE. En juillet 1975, la locomotive, endommagée par des pierres, dut être remplacée et mon train atteignit Dirré Dawa avec six heures de retard !

5 L’été 1972, j’ai rencontré le souverain, né au Härar, qui visitait, en Mercédès, les paysans massés sur la route.

6 Voir mon intervention : « De seyyid Maxamed Cabdille Xasan — le « mollah fou » de Somalie — aux Shabaab : rupture ou continuité ? », Musulmans du Sahel : Histoires de djihad, Paris, IMAF/EHESS (3/06/2015).

7 G. Rossi, L’Africa italiana verso l’indipendenza (1941-1949), Roma, Giuffrè editore, 1980.

8 R. Girardet, « Renan et l’idéologie allemande de la nation », Études renaniennes, 103, 1997, pp. 33-44.

9 Je renvoie à mes recensions dans les Cahiers d’Études africaines, des ouvrages des somalisants : B. M. Carcangiu, Abdi Ismail Samatar, M. V. Hœhne et V. Luling, des articles de J. Markakis et Mohamed Haji Mukhtar et du dernier livre d’I. M. Lewis, le père fondateur des études somaliennes.

10 Enseignement supprimé en 1990 dans l’indifférence générale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gascon, « Ali Moussa Iyé (dir.). — Le génocide d’Aycha’a de 1960. Éclairage sur une tragédie occultée »Cahiers d’études africaines, 253 | 2024, 228-232.

Référence électronique

Alain Gascon, « Ali Moussa Iyé (dir.). — Le génocide d’Aycha’a de 1960. Éclairage sur une tragédie occultée »Cahiers d’études africaines [En ligne], 253 | 2024, mis en ligne le 15 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46794 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46794

Haut de page

Auteur

Alain Gascon

Institut français de géopolitique-Université Paris 8-IFG Lab, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search