Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusDeridder Marie. — Élites, électio...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Deridder Marie. — Élites, élections et transformation du politique au Mali

Anaïs Ménard
p. 232-235
Référence(s) :

Deridder Marie. — Élites, élections et transformation du politique au Mali. « Ceux qui cherchent le pouvoir sont parmi nous ». Paris, Karthala, 2021, 351 p., bibl., ill.

Texte intégral

1L’ouvrage de Marie Deridder analyse la transformation des pouvoirs locaux « traditionnels » au Mali en relation aux changements institutionnels plus larges, en montrant la façon dont les élites d’une ville secondaire, Youwarou, se sont saisis du processus de décentralisation initié dans les années 1990 comme d’une possibilité de maintenir leur monopole politique. Cet ouvrage vient poser d’emblée la question de la relation entre rupture et continuité, entre « tradition » et formes modernes du politique, en nous invitant à une réflexion sur la nature du pouvoir qui, s’il est dit « traditionnel », non seulement n’échappe pas à l’historicité et au changement social, mais en est partie prenante.

2L’ethnographie que nous livre l’auteure précède la situation de crise et d’instabilité politique que le pays traverse depuis 2012. Ainsi, le chapitre 1 permet de contextualiser Youwarou dans le Mali d’hier et d’aujourd’hui et décrit les changements ayant eu lieu depuis la réalisation de la recherche. Le chapitre 2 introduit ensuite un acteur à part entière du récit : le Delta du fleuve Niger, dont les mouvements permanents de crue et de décrue structurent le tissu économique de la région et les pratiques qui y sont liées, notamment le déplacement cyclique des hommes et des bêtes, lié à la transhumance des bovins. Le rythme du fleuve crée un paysage singulier et fluctuant qui ordonne les mouvements, les rend possibles ou les contraint, et façonne de la sorte différentes activités productives, parmi lesquelles l’agriculture, l’élevage et la pêche. Le Delta apparaît alors comme le pendant géographique des pratiques sociales flexibles qui seront décrites dans le reste de l’ouvrage.

  • 1 Voir, par exemple, A. Bellagamba, « Entrustment and Its Changing Political Meanings in Fuladu, the (...)

3Dans ce paysage mouvant, Youwarou, dans le chapitre 3, nous est décrit comme une zone « frontière » — à savoir une zone dans laquelle les populations ont circulé, se sont côtoyées, et ont inventé une certaine façon de vivre ensemble basée sur un imaginaire distinct, qui constitue le ferment de l’organisation politique. Cet imaginaire présente de nombreux points communs avec celui d’autres zones frontières d’Afrique. Dans celles-ci, les logiques d’hospitalité envers les groupes « étrangers » ont permis un enchâssement complexe des pouvoirs, chaque groupe hôte « coiffant » un groupe étranger en fonction d’un ordre de primauté basé sur l’autochtonie. La relation hôte/étranger apparaît ainsi comme centrale dans l’organisation des espaces socioéconomiques et des droits politiques, comme elle l’est, en comparaison, dans les sociétés agraires qui organisent le travail « d’étrangers » dans les champs ou qui interagissent avec le mouvement saisonnier des éleveurs1. L’étranger n’est alors plus tout à fait étranger, selon cette distinction faite, dans la langue anglaise, entre outsider (celui qui est hors de la société) et stranger (l’étranger qui devient partie prenante de la localité et s’allie aux lignages locaux par le biais de logiques de parenté).

4Dans la région de Youwarou, l’auteure définit comme « logique consensuelle agglomérative composite » le processus par lequel différentes populations sont entrées en contact et ont développé un imaginaire politique commun dans lequel chacune d’elle se positionne de manière distincte et complémentaire des autres. Ces groupes « ethnico-professionnels » sont définis par une spécialité productive, puisque chacun structure son identité et son activité autour du contrôle d’une ressource (eau, pâturage et terre agricole) et de ce qu’elle fournit (poisson, bovins, céréales).

5Cependant, les frontières entre ces groupes sont mouvantes : l’imaginaire politique vient avant tout structurer le vivre-ensemble et ne définit pas nécessairement les pratiques individuelles ou familiales ou les processus de définition de soi, qui sont bien plus complexes. La position qui est assignée à l’auteure par ses interlocuteurs pendant son terrain le prouve : elle est à la fois « Mariama Bah » du nom du patronyme peul du maître des pâturages, et mariée de manière fictive, sur le mode d’une relation à plaisanterie, à un vieux pêcheur somono de Homboloré (l’une des deux parties de Youwarou, fondée, selon l’histoire locale, par un pêcheur). L’auteure conclut « mon inclusion dans la localité et sa complexité était marquée » (p. 24). L’ouvrage permet de faire ressortir très justement ces logiques complexes, sans jamais tomber dans le piège de l’essentialisme, tout en explicitant la trame du vivre-ensemble qui structure la manière dont on fait la politique à Youwarou.

  • 2 C. Lentz, « Land Rights and the Politics of Belonging in Africa : An Introduction », in R. Kuba & (...)
  • 3 S. Berry, « Debating the Land Question in Africa », Comparative Studies in Society and History, 44 (...)

6L’une des forces théoriques de l’ouvrage est certainement de démontrer que la frontière doit rester mouvante afin d’être opérationnelle pour les acteurs concernés. Le chapitre 4 présente un litige à propos des droits de pêche sur un espace du fleuve Niger, qui illustre l’importance de la négociation et de la reconnaissance mutuelle via le conflit. Les différents groupes peuvent alors rééquilibrer leurs rapports hiérarchiques en fonction de l’histoire de la localité et de leurs différents usages de la notion d’autochthonie, renégocier leurs droits d’usage et s’entendre. En ce sens, l’auteure montre les façons plurielles dont la notion d’autochthonie est mobilisée dans l’arène politique locale et les différentes significations qu’elle revêt selon le groupe concerné. En d’autres termes, le conflit « met en œuvre la frontière », il permet aux parties prenantes « d’exister légitimement par rapport aux autres et à eux-mêmes dans l’arène politique locale » (p. 196). Cette pratique sociale, commune en Afrique de l’Ouest, par laquelle les groupes, leurs frontières et leurs statuts sont constamment renégociés pour assurer le vivre-semble, nécessite qu’une certaine flexibilité d’interprétation soit possible et que chaque groupe puisse trouver son avantage dans cet espace de négociation créé par le conflit2. De fait, les frontières tangibles, matérielles, fixes, sont exclues de cet espace. Dans ce conflit halieutique sur le Niger, les piquets érigés dans l’eau pour délimiter les zones de pêche sont ainsi perçus comme une violence et rejetés comme mode de résolution du conflit : lorsqu’un piquet est posé par l’une des parties prenantes, il provoque l’outrage (il s’agit en effet d’un symbole utilisé pour matérialiser la mise en défens d’une zone de pêche) et lorsqu’un autre piquet est posé par l’administration suite à un accord fragile, sa validité est contestée. Dans une logique similaire aux conflits fonciers, introduire de la fixité (en raison, par exemple, de l’existence de documents de propriété) entrave des discussions basées sur le droit coutumier, là où les rapports entre groupes, entre lignages, entre familles demandent du compromis3. L’approximatif, l’incertitude, permettent ainsi le dialogue.

7Les chapitres 5 et 6 analysent la recomposition des élites actuelles, et leur capacité inventive, alors que celles-ci déploient diverses manœuvres pour conserver leur pouvoir et s’imposer sur l’échiquier politique dans un nouveau contexte institutionnel. Ce pouvoir passe notamment par le maintien de leur monopole d’accès aux ressources naturelles et aux richesses qu’elles engendrent. L’adhésion des élites à la reforme de décentralisation est alors largement utilitaire, puisqu’elle leur permet « de maintenir leur hégémonie sur la localité » (p. 284) par des ruses politiques : rétention d’informations à propos du processus institutionnel de décentralisation, logiques d’intermédiation et consolidation des rapports hiérarchiques entre groupes, renforcement du pouvoir par le cumul des fonctions (par exemple, le cumul des fonctions de maire et de maître du pâturage).

  • 4 Dans le contexte ouest-africain, voir C. H. Bledsoe, Women and Marriage in Kpelle Society, Stanfor (...)

8Si le chapitre 6 laisse entrevoir un changement générationnel, la compétition politique dans le cadre de la décentralisation n’en demeure pas moins encore structurée par le principe de wealth-in-people4, cette forme du pouvoir qui se construit par le contrôle des subalternes socioéconomiques. Pourtant, dans ce nouveau contexte, les élites « traditionnelles » apparaissent comme des « entrepreneurs » politiques éminemment modernes dans leurs manières de s’approprier les changements institutionnels. Si leurs pratiques revêtent une apparente continuité, celles-ci sont un facteur inattendu de changement social, puisqu’elles ouvrent à la discussion, à la contestation, au conflit, induisant ainsi « une transformation lente des modalités d’exercice du pouvoir et de ses représentations locales » (p. 322).

9Dans l’ensemble, on aurait pu souhaiter, notamment dans la première partie du livre, une discussion plus approfondie de la littérature clé sur la construction de l’ethnicité, de la frontière et de l’identité politique, ainsi que la mise en évidence de l’aspect comparatif de cette étude en Afrique de l’Ouest. Cependant, l’ouvrage revisite en substance les stratégies d’acteurs à l’œuvre dans la construction du champs politique local, en les ancrant dans une histoire sociopolitique régionale de longue durée. Or, il s’agit d’une perspective plus que nécessaire à l’heure de l’intensification des conflits, d’insurrections répétées, et de l’insécurité grandissante au Sahel.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, A. Bellagamba, « Entrustment and Its Changing Political Meanings in Fuladu, the Gambia (1880‒1994) », Africa, 74 (3), 2004, pp. 383-410.

2 C. Lentz, « Land Rights and the Politics of Belonging in Africa : An Introduction », in R. Kuba & C. Lentz (eds.), Land and the Politics of Belonging in West Africa, Leiden, Brill, 2006, pp. 1-34.

3 S. Berry, « Debating the Land Question in Africa », Comparative Studies in Society and History, 44, 2002, pp. 638-668.

4 Dans le contexte ouest-africain, voir C. H. Bledsoe, Women and Marriage in Kpelle Society, Stanford, Stanford University Press, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Ménard, « Deridder Marie. — Élites, élections et transformation du politique au Mali »Cahiers d’études africaines, 253 | 2024, 232-235.

Référence électronique

Anaïs Ménard, « Deridder Marie. — Élites, élections et transformation du politique au Mali »Cahiers d’études africaines [En ligne], 253 | 2024, mis en ligne le 15 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46804

Haut de page

Auteur

Anaïs Ménard

Institut Max Planck en anthropologie sociale, Halle/Saale, Allemagne

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search