Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusKlein Martin. — Esclavage et pouv...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Klein Martin. — Esclavage et pouvoir colonial en Afrique occidentale française

Catherine Coquery-Vidrovitch
p. 235-237
Référence(s) :

Klein Martin. — Esclavage et pouvoir colonial en Afrique occidentale française. Trad. C. Becker & L. Hochroth, préface d’I. Thioub. Paris, Karthala-CIRESC, 2021, 560 p., bibl., tables, index.

Texte intégral

1Voici un livre qui aurait dû être traduit depuis longtemps. Hommage doit en être rendu à ses traducteurs, Charles Becker toujours fidèle au poste et Lysa Hochroth, à l’auteur de la nouvelle préface Ibrahima Thioub qui fait le point sur les recherches africaines actuelles, et à son éditeur, Karthala, soutenu par le laboratoire CNRS spécialisé sur la question. Bien que la première version anglaise de cet ouvrage date de 1998, celui-ci n’a pas pris une ride, au contraire, puisque son auteur l’a réactualisé : d’une part sa bibliographie anglophone très riche a été complétée, ce qui a moins été le cas pour la bibliographie francophone qui s’arrête quasiment aux trois ouvrages majeurs mais anciens puisqu’en partie inspirateurs de celui-ci, ceux de Claude Meillassoux surtout, du Canadien Paul Lovejoy (traduit) et la thèse de l’Ivoirien Harris Memel-Fotê. Néanmoins, à la différence de trop nombreux ouvrages qui ont tendance à les ignorer, les historiens africains francophones spécialisés sont largement cités en bibliographie. Les ajouts et correctifs de l’édition française sont plus que bienvenus et complètent heureusement une édition devenue ainsi meilleure que l’originale en anglais !

  • 1 C. Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, 1986.
  • 2 H. Memel-Fotê, L’esclavage dans les sociétés lignagères de la forêt ivoirienne (XVIIe
  • 3 P. Lovejoy, Une histoire de l’esclavage en Afrique. Mutations et transformations (XIVe
  • 4 12 titres, souvent collectifs, énumérés pages 508 à 510. Un projet sur les ressemblances et les di (...)

2L’ouvrage est original à plus d’un titre. D’abord parce que, à part la synthèse magistrale de Claude Meillassoux1, les travaux d’Harris Memel-Fotê sur les sociétés lignagères de basse Côte d’Ivoire2, et ceux de Paul Lovejoy sur l’esclavage en Afrique3, aucun travail de cette portée n’existait vraiment avant la parution de la première édition de cet ouvrage en 1998. La première édition (anglaise) de l’ouvrage de Paul Lovejoy remonte à 1983. Ensuite par son ambition réussie : celle de faire l’histoire de la Sénégambie à partir de l’esclavage affirmé comme consubstantiel à cette histoire (plus de 30 % de la société était servile). Le propos est convaincant dès le début, d’autant que Martin Klein ne s’avance pas seul : il a une connaissance intime et profonde du terrain, par ses sources, ses enquêtes personnelles, et l’exhaustivité de sa bibliographie surtout de langue anglaise. Il progresse avec sûreté, tout en examinant avec attention les hypothèses avancées avant lui, qu’il confirme, argumente ou réfute toujours à bon escient. C’est en outre un ouvrage de lecture fluide malgré sa densité. Celui-ci est donc indispensable pour le chercheur comme pour l’étudiant, et accessible au lecteur intéressé, aidé par une cartographie de qualité. Un de ses mérites principaux est de s’attaquer à l’esclavage côté francophone, alors que la littérature de langue française sur l’esclavage africain n’a commencé à s’épanouir qu’après les années 2000, grâce à la secousse bienvenue de la loi Taubira, du nom de la ministre qui fit en 2001 voter la loi condamnant l’esclavage atlantique en tant que crime contre l’humanité. L’ouvrage est précédé d’une introduction lumineuse par le grand spécialiste sénégalais de l’esclavage africain, Ibrahima Thioub (« L’esclavage en Afrique : briser le silence sur une question tabou »). Grâce à Thioub et à Klein, l’esclavage ne l’est plus. C’est une postface bienvenue de l’édition française, sur une trentaine de pages (pp. 455-482), qui est consacrée à l’analyse nécessaire des nombreux travaux effectués depuis 1998, c’est-à-dire postérieurs à l’édition canadienne originelle, et aux travaux actuels et futurs de l’auteur, aussi bien individuels que collectifs4. La bibliographie, incluant les sources orales, est impressionnante et à jour (pp. 483-532), même si on peut regretter l’absence d’ouvrages issus des travaux du laboratoire CIRESC depuis 2006. Le tout est accompagné d’un glossaire et d’un index complets qui contribuent à faire de cet ouvrage un instrument de travail formidable.

3Cet ouvrage, en dépit de son apparence très fidèle à la chronologie, qui commence avec la loi de 1848 sur l’abolition française de l’esclavage pour aller jusqu’à nos jours traite de manière complexe à la fois l’histoire proprement dite, c’est-à-dire la succession des événements, des tournants et des flux, et les questions que ce déroulement interpelle : facteurs explicatifs, réfutation de théories dépassées, hypothèses nouvelles. C’est une histoire à la fois pensée et scrupuleuse. L’auteur commence par faire le point sur l’esclavage en Afrique de l’Ouest au début de la période, paradoxalement l’année de la loi définitive de l’abolition française de l’esclavage, 1848. Mais c’est pour mieux nous éclairer aussi sur tout ce qui est advenu auparavant. Ce flash-back permet de comprendre à quel point l’esclavage et la traite des esclaves est un facteur essentiel de toute l’histoire sénégalaise moderne depuis que l’on a commencé à l’étudier. Les révolutions musulmanes depuis le XVIIe siècle, la révolution de l’armement, l’organisation du commerce d’esclaves, tout conduit à une révolution sociale globale dont une des clés majeures est l’esclavage. L’important est aussi de montrer, évidemment, que l’esclavage interne et ses méfaits se poursuivent bien après la loi d’abolition de 1848. L’histoire de la conquête est également liée à l’histoire de l’esclavage, les colonisateurs supposés le combattre vont aussi l’utiliser, tenter de composer avec les pouvoirs locaux, de renégocier les relations sociales. Cette analyse passionnante se poursuit jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, et plus encore, puisque l’édition française inclut l’étude de l’esclavage dans l’Ouest africain depuis 1998 (c’est-à-dire depuis l’achèvement de l’édition originelle). Le tout est complété par une analyse minutieuse de toutes les sources permettant de chiffrer globalement et localement le nombre d’Africains esclaves dans leurs propres sociétés, qui selon les régions avoisine ou dépasse parfois largement la moitié de la population.

4Esclavage et pouvoir colonial en Afrique occidentale française est donc un ouvrage fondamental, qu’il faut mettre dans toutes les mains des chercheurs et étudiants francophones concernés. On ne peut que se réjouir de cette magnifique publication qui est un modèle d’érudition accessible.

Haut de page

Notes

1 C. Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, 1986.

2 H. Memel-Fotê, L’esclavage dans les sociétés lignagères de la forêt ivoirienne (XVIIe

-XXe siècle), édition établie par J. Brunet-Jailly, préface d’E. Terray, Paris, IRD-Éditions du CERAP, 2007.

3 P. Lovejoy, Une histoire de l’esclavage en Afrique. Mutations et transformations (XIVe

-XXe siècles), Paris, Karthala (« Esclavages »), 2017 [1983].

4 12 titres, souvent collectifs, énumérés pages 508 à 510. Un projet sur les ressemblances et les différences des pratiques de l’esclavage entre Atlantique et océan Indien est également annoncé (p. 476).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Klein Martin. — Esclavage et pouvoir colonial en Afrique occidentale française »Cahiers d’études africaines, 253 | 2024, 235-237.

Référence électronique

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Klein Martin. — Esclavage et pouvoir colonial en Afrique occidentale française »Cahiers d’études africaines [En ligne], 253 | 2024, mis en ligne le 15 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46819

Haut de page

Auteur

Catherine Coquery-Vidrovitch

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Université Paris-Cité, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search