Navigation – Plan du site

AccueilNuméros253chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusPapin Delphine & Tertrais Bruno. ...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Papin Delphine & Tertrais Bruno. — L’Atlas des frontières. Murs, migrations, conflits

Alain Gascon
p. 241-245
Référence(s) :

Papin Delphine & Tertrais Bruno. — L’Atlas des frontières. Murs, migrations, conflits. Cartographie de X. Laborde. Paris, Les Arènes, 2021, 176 p., bibl., ill.

Texte intégral

  • 1 Voir G. N. Curzon, Frontiers : The Romanes Lecture, Delivered in the Sheldonian Theatre, Oxford, N (...)
  • 2 Téwodros Adhanom Gäbrä Iyyäsus, actuel directeur (éthiopien) de l’OMS.
  • 3 J. Ancel, Géographie des frontières, Paris, Gallimard, 1938. Livre pionnier, souvent oublié.

1Les frontières, arbitraires, qu’on dit imposées par les Européens notamment en Afrique, sont dénoncées comme la source des maux dont souffre la planète. Objet d’une vindicte quasi générale, elles ont suscité des générations d’ONG qui s’affichent « sans frontières ». Pourtant, dès que des groupes de sinistrés fuient une catastrophe, une guerre, une épidémie, l’opinion publique, d’abord touchée par la compassion, assaille ensuite les autorités pour qu’elles « ferment » les frontières. L’Atlas illustre la profonde ambiguïté des frontières en confrontant, en ouverture et en conclusion, deux extraits de la Conférence romane donnée en 1907 à Oxford par lord Curzon1. Dans le premier écrit il interprète l’histoire des luttes pour la délimitation des territoires comme du darwinisme géopolitique qui profite aux « forts ». Dans le texte final, il célèbre, avec des accents à la Kipling, les « Seigneurs des Marches » (p. 176) qui veillent sur l’Empire des Indes dont il fut le vice-roi. Diplomate, il passa à la « pratique » en traçant, en 1919-1920, la ligne éponyme que Staline imposa entre l’URSS et la Pologne en 1945. Suit une anthologie des déclarations contradictoires (pp. 4-5) de « grands » auteurs — parfois des clichés — qui expose la polysémie du terme frontière. Dans ce florilège, j’ai choisi Tédros Ghebreyesus2 : « Le virus ne respecte pas les frontières » et Jacques Ancel3 : « Il n’y a pas de problème de frontières, il n’est que des problèmes de nations. » Toutefois, je retiendrais de ce géographe pionnier, mais oublié, l’« isobare politique » : « Et le géographe conclut que la frontière est une isobare politique, qui fixe, pour un temps, l’équilibre entre deux pressions : équilibre de masses, équilibre de forces » (p. 195).

2Ainsi que le précise son sous-titre, Murs, migrations, conflits, l’Atlas traite de l’actualité géopolitique mondiale à partir de cartes qui occupent plus de la moitié de l’ouvrage. Dirigé par B. Tertrais politologue à l’Institut Montaigne et par D. Papin du service info-cartographie au journal Le Monde où X. Laborde est cartographe, ce livre donne la priorité à la carte sur le texte imprimé. Ce journal, en effet, a rompu, le premier, avec la pratique, commune aux journalistes, de joindre, avec parcimonie, des cartes au format timbre-poste, simples repères de l’essentiel : l’écrit. Les trois auteurs ont aussi pris le parti d’adopter des tracés cartographiques simplifiés qui retiennent, seulement, les indications pertinentes pour le sujet, les autres étant effacées et même éliminées. Ces choix draconiens conduisent à une reproduction particulièrement claire et parlante. Les cartes, regroupées en chapitres, sont précédées de commentaires courts et accompagnées de notices expliquant les légendes. Le livre comprend cinq parties équilibrées : « I-Frontières en héritage (pp. 14-43) ; II-Mers et frontières (pp. 44-69) ; III-Murs et migrations (pp. 70-105) ; IV-Frontières particulières (pp. 106-130) », « V-Frontières contestées (pp. 131-165). » Cette cinquième partie rassemble en un court traité, les principaux points chauds du monde d’où peuvent toujours partir des conflits.

  • 4 A. Gascon, « La mauvaise réputation des frontières africaines », in D. Papin (dir.), 50 fiches pou (...)
  • 5 M. Foucher, Fronts et Frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1991.

3Dans la suite du compte rendu, je concentrerai mon attention sur les chapitres traitant de l’Afrique, victime « reconnue » de la malédiction des frontières coloniales4. Néanmoins, je mentionnerai des chapitres plus généraux, essentiels et précieux pour les enseignants et les étudiants africanistes : « Les frontières en six étapes » (pp. 25-27), « Murs, barrières, clôtures d’aujourd’hui » (p. 78), « Les migrants au péril de leur vie » (pp. 78-105), « Les différents frontaliers » (pp. 136-137) et enfin « De l’Afrique à l’Arabie » (pp. 138-139). Les cartes chronologiques nous remettent, une fois encore en mémoire, le caractère pionnier de la somme de Michel Foucher5 et montrent qu’aucun continent n’a échappé aux conflits et donc, pour les clore, aux querelles de délimitation des territoire — pas même l’Afrique — comme l’expose le chapitre très actuel : « Bouillonnement des frontières » entre Afrique et Arabie (pp. 138-139). Enfin, même en temps de paix, les frontières demeurent meurtrières tant sont rudes et impitoyables les réactions affolées de nos contemporains, face à ceux qui, nés ou établis du mauvais côté de la frontière, tentent de la franchir pour s’y abriter : « Les migrants au péril de leur vie, quand la frontière devient un cimetière » (pp. 82-83).

  • 6 A. Gascon & M. Bazin, « Grands barrages et frontières dans les pays du Sud », Bulletin de l’associ (...)

4Deux cartes traitant des limites culturelles posent question. Doit-on insister, en Europe, sur le schisme est-ouest de 1054 (p. 36) et moins sur la Réforme alors qu’on oppose les protestants « fourmis » du Nord, aux catholiques « cigales » du Sud ? Le croquis (p. 29) « Des frontières de civilisation ? » bute sur le même obstacle que les représentations tirées du Choc des civilisations de S. Huntington, la « civilisation africaine » (sic.). Quelle est-elle ? Où classe-t-on l’Afrique de l’Est ? Ainsi, dans la Corne de l’Afrique, des dizaines de millions d’individus parlent-ils des langues véhiculaires venues d’Arabie. Né sur le rivage (sahel), le swahili, en usage dans cinq États, combine structures bantoues et vocabulaire arabe et enfin, le malgache vient d’Indonésie. Autre regret : une carte du bassin du Nil6 manque dans le chapitre concernant les fleuves et les frontières (p. 61). Heureusement, nous avons des cartes et des notices précises et originales qui traitent des bizarreries, des conflits et des imbroglios nés de traités, d’accords boiteux de cessez-le-feu provisoires qui durent, principalement au Moyen-Orient, en ex-Yougoslavie, en mer Égée, au Haut-Karabagh, en Inde, en Chine et, naturellement, en Ukraine.

  • 7 M. Foucher, Frontières d’Afrique. Pour en finir avec un mythe, Paris, CNRS éditions, 2014.

5Je salue les exposés très clairs de l’héritage colonial dans les présides espagnols au Maroc (pp. 86-87), au Sahara occidental (pp. 94-95) et au Sahel (pp. 142-143) même si, forcément, cette mise au point est en retard sur l’instabilité politique du Mali ! Alors que la carte de la Corne de l’Afrique rend compte, du mieux qu’on peut le faire (pp. 140-141), d’une situation très complexe depuis que la guerre au Tigré est venue s’ajouter, en novembre 2020, aux conflits récurrents dans la péninsule Somali et le Sud-Soudan. La notice fait sienne l’idée, le « mythe » écrit M. Foucher7, que la malédiction des frontières africaines découlerait de leur tracé hérité de la colonisation. « La Corne de l’Afrique, […] connaît, depuis des décennies, une instabilité territoriale et frontalière, partiellement due aux découpages issus de la décolonisation (p. 141). Même si « partiellement » introduit une restriction, on se souvient, néanmoins, que l’Érythrée s’est séparée, après trente ans de guerre, de l’Éthiopie en ressuscitant une frontière coloniale. La sécession du Somaliland (1991) reprend exactement la limite, solennellement effacée en 1960, entre la possession britannique et la Somalia italiana. La frontière, la plus récente du continent, entre le Soudan et le Soudan du Sud, épouse étroitement la démarcation interne au Soudan anglo-égyptien qui interdisait aux Égyptiens l’accès au sud du condominium. Le Cameroun « anglophone » a d’abord été fédéré à la partie « francophone », tout en respectant la frontière coloniale. Sa suppression en 1972 est à l’origine de troubles qui, depuis lors, déchirent le Cameroun réunifié. Le Polisario réclame l’indépendance du Sahara occidental dans les limites de la colonie espagnole, tandis que le Maroc prétend que la décolonisation remet en question ses frontières nées de la colonisation. En Afrique, comme partout ailleurs, un désaccord sur un tracé frontalier, — qui la plupart du temps n’a pas encore été borné — fournit un prétexte tout trouvé à un dictateur à la recherche d’un conflit afin de renforcer son pouvoir, pourtant fort.

  • 8 A. Gascon, « Menilek II traceur des frontières dans la Corne de l’Afrique », in S. Considère & T.  (...)
  • 9 J’ai exercé, pendant vingt ans, le professorat d’histoire-géographie en lycée-collège.

6Qu’on l’évoque ou qu’on le déplore, l’une des premières décisions de l’OUA, alors en session à Addis Abeba, fut la reconnaissance de l’intangibilité (sic.) des frontières tracées pendant la colonisation. Pour la plupart des historiens, l’auteur de cette déclaration, souvent attribuée à Haylä Sellasé, serait plutôt Hamani Diori (président du Niger) quand, en 1963, le Maroc et l’Algérie, à peine indépendante, s’affrontaient dans un conflit frontalier : la « guerre des sables ». Avant de retourner à l’Afrique dans son ensemble, je reviens à la Corne de l’Afrique où, précisément, Menilek, qui avait battu les Italiens et sauvegardé l’indépendance de l’Éthiopie, négocia ses frontières avec les colonisateurs européens et contribua, en toute connaissance de cause, à leur tracé8. Les historiens de la colonisation de l’Afrique au XIXe siècle remettent en question la croyance, communément admise, du partage du continent entre les puissances européennes décidé à la Conférence de Berlin en 1884-1885. Beaucoup d’éditeurs de manuels scolaires de l’enseignement secondaire9 ont largement diffusé une caricature d’époque. Sur un grand gâteau posé sur une table, on lit Afrique. Debout et brandissant un grand couteau, le chancelier Bismarck découpe des parts aux délégués, attablés, de Guillaume Ier le kaiser, de la reine Victoria, du roi d’Italie Humbert Ier, de François-Joseph, du roi Léopold II, du tsar, du sultan, des Pays-Bas, d’Espagne, du Portugal, des États scandinaves et enfin des États-Unis. Cette caricature a peu à peu effacé dans les mémoires le souvenir de la résistance courageuse des Africains à l’assaut des colonisateurs comme le révèlent les travaux des historiens, tels Henri Wesseling. Ces derniers n’oublient pas qu’avant tout Bismarck voulait qu’aucun incident de délimitation en Afrique ne vînt ruiner l’édifice diplomatique qui confortait la place du Reich en Europe. En outre, prudents, les Européens n’ont pas tracé leurs limites complètement au hasard, leurs possessions incluaient des entités politiques préexistantes et, donc, leurs limites.

7La conclusion de l’Atlas : « Le bel avenir des frontières » (pp. 166-170) résume, en une formule courte et bien frappée, le propos des auteurs : « Il n’y a pas d’État et encore moins d’État-nation, sans frontière » (p. 167), mais il n’est pas toujours possible de dissiper le « flou » autour du territoire d’un État. Ils mentionnent la Palestine, Chypre, les « républiques » reconnues par la Russie de Poutine et, en Afrique, la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et le Somaliland. Avec le temps, ces fantômes accéderont peut-être à l’ONU, à l’Union européenne, à l’Union africaine, quoique certains de ces États incomplets y siègent déjà. Ils notent également que les prochaines années verront la délimitation de « nouvelles frontières » (p. 168) afin de s’approprier mers et océans et qu’en conséquence, la gestion des frontières va devenir de plus en plus onéreuse. Ils remarquent que l’UE tend à préserver les frontières entre ses membres alors que l’UA, et ses organisations régionales, se dirigent vers leur effacement. Avant même l’agression de l’Ukraine, ils réaffirmaient : « Le changement des frontières par la force est devenu un tabou et l’annexion d’une partie d’un territoire […] ne fait pas aisément l’objet d’une reconnaissance internationale » (p. 168).

8L’Atlas de B. Tertrais, D. Papin et X. Laborde se termine, p. 170, par un constat, emprunté à Jean-Pierre Filiu (2015) à propos de son terrain, les frontières au Moyen-Orient : « Ces frontières ont acquis avec le temps une légitimité. Elles sont aussi artificielles que n’importe quelles autres. Elles délimitent l’espace dans lequel entend s’exercer la volonté d’un peuple à l’auto-détermination. Et si elles sont illégitimes aujourd’hui, ce n’est plus à cause de la colonisation, mais parce que le droit de ces peuples y a été frustré. » On a lu et entendu, en effet, que les accords Sykes-Picot auraient dépecé cette région comme la Conférence de Berlin, l’Afrique. Les études historiques de la formation des États en Afrique conduisent à ratifier l’avis lucide de J.-P. Filiu. Il faut le compléter avec celui de J. Ancel : un État — où qu’il soit — qui n’entretient pas un fort isobare politique interne expose sa frontière à la haute pression de ses voisins. Cet Atlas, en dépit de quelques réserves à propos de la Corne de l’Afrique, est le fruit d’un travail de qualité, utile pour les étudiants, les enseignants, les chercheurs et le grand public. En prime, on y trouve la liste des 50 lignes frontalières qui partagent notre monde (pp. 171-173).

Haut de page

Notes

1 Voir G. N. Curzon, Frontiers : The Romanes Lecture, Delivered in the Sheldonian Theatre, Oxford, November 2, 1907, Elibron Classics, 1907, reprint by the Clarendon Press, Oxford, 2003.

2 Téwodros Adhanom Gäbrä Iyyäsus, actuel directeur (éthiopien) de l’OMS.

3 J. Ancel, Géographie des frontières, Paris, Gallimard, 1938. Livre pionnier, souvent oublié.

4 A. Gascon, « La mauvaise réputation des frontières africaines », in D. Papin (dir.), 50 fiches pour comprendre la géopolitique, Paris, Bréal, 2010, pp. 78-81.

5 M. Foucher, Fronts et Frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1991.

6 A. Gascon & M. Bazin, « Grands barrages et frontières dans les pays du Sud », Bulletin de l’association de géographes français, 92 (2), 2015, pp. 135-140.

7 M. Foucher, Frontières d’Afrique. Pour en finir avec un mythe, Paris, CNRS éditions, 2014.

8 A. Gascon, « Menilek II traceur des frontières dans la Corne de l’Afrique », in S. Considère & T. Perrin (dir.), Frontières et représentations sociales. Questions et perspectives méthodologiques, Louvain, Academia-L’Harmattan (« Thélème, 20 »), 2017, pp. 241-265.

9 J’ai exercé, pendant vingt ans, le professorat d’histoire-géographie en lycée-collège.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gascon, « Papin Delphine & Tertrais Bruno. — L’Atlas des frontières. Murs, migrations, conflits »Cahiers d’études africaines, 253 | 2024, 241-245.

Référence électronique

Alain Gascon, « Papin Delphine & Tertrais Bruno. — L’Atlas des frontières. Murs, migrations, conflits »Cahiers d’études africaines [En ligne], 253 | 2024, mis en ligne le 15 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46844 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46844

Haut de page

Auteur

Alain Gascon

Institut français de géopolitique-Université Paris 8-IFG Lab, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search