Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254études et essaisAux marges du « développement », ...

études et essais

Aux marges du « développement », les espaces discrets du contrôle migratoire. Quand le « panafricanisme entrepreneurial » fait frontière en Tunisie

Inconspicuous Spaces of Migration Control at the Margins of “Development”. When “Pan-African Entrepreneurship” Makes Border in Tunisia
Camille Cassarini
p. 307-331

Résumés

Cet article interroge la position des acteurs entrepreneuriaux estudiantins dans la mise en œuvre du contrôle migratoire en Tunisie. Au croisement des mondes de la migration et du développement, les « étudiants africains » ont été, depuis 2015 et l’arrivée de nombreux fonds européens dédiés à la gestion des migrations, une cible privilégiée des acteurs du gouvernement international des migrations. Souvent chargés de « sensibiliser » les personnes considérées comme « migrantes » aux risques de la migration et aux opportunités du modèle entrepreneurial en Afrique, ces acteurs développent des modèles de réussite fondés sur l’accès à la mobilité et sur la promotion de celle-ci au sein du continent africain. Refusant une lecture strictement opportuniste de leurs pratiques, cet article cherche à saisir en quoi l’engagement de ces étudiants dans la mise en ordre des mobilités se branche sur un imaginaire politique panafricaniste.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Migration, développement, entrepreneuriat : les échelles de la gestion migratoire en Tunisie
Les leaders de la migration, les étudiants et les autres
Le panafricanisme entrepreneurial et la fabrique d’un imaginaire politique de l’immobilité

Aperçu du texte

En 2021, le journal Le Monde Afrique publie un article intitulé « En Tunisie, l’autre parcours des migrants subsahariens ». Les auteurs y retracent l’histoire d’hommes et de femmes, entrepreneurs et entrepreneuses, dont le parcours illustre le fait que l’immigration subsaharienne ne se réduit pas aux traversées vers l’Europe mais comprend aussi de vraies « réussites entrepreneuriales » dans le pays d’accueil qu’est pour eux la Tunisie. L’article provoque de vives réactions sur les réseaux sociaux. Des organisations non gouvernementales (ong) et intergouvernementales (oig) le partagent, soulignant le fait qu’il met en lumière une partie des « résultats », selon leurs termes, de leur travail en Tunisie sur les questions migratoires. D’autres structures, associatives et militantes, sont, elles, plus critiques. Elles regrettent l’image faussement généralisante de cette immigration « entrepreneuriale », alors même que l’État tunisien n’a jamais procédé à la régularisation, sur son territ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Cassarini, « Aux marges du « développement », les espaces discrets du contrôle migratoire. Quand le « panafricanisme entrepreneurial » fait frontière en Tunisie »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 307-331.

Référence électronique

Camille Cassarini, « Aux marges du « développement », les espaces discrets du contrôle migratoire. Quand le « panafricanisme entrepreneurial » fait frontière en Tunisie »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v36

Haut de page

Auteur

Camille Cassarini

Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) ; Laboratoire population environnement et développement (LPED), IRD, Université Aix-Marseille, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search