Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusAndrikopoulos Apostolos. — Argona...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Andrikopoulos Apostolos. — Argonauts of West Africa : Unauthorized Migration and Kinship Dynamics in a Changing Europe

Chelsie Yount-André
p. 459-461
Référence(s) :

Andrikopoulos Apostolos. — Argonauts of West Africa : Unauthorized Migration and Kinship Dynamics in a Changing Europe. Chicago, University of Chicago Press, 2023, 208 p., bibl., index, tables.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en anthropologie soutenue à l’Université d’Amsterdam en 2017, ce livre propose une réflexion originale sur le rôle de la parenté auprès d’immigrés africains vivant en Europe en situation de précarité matérielle et administrative. L’ouvrage s’appuie sur un terrain ethnographique mené à Amsterdam auprès de migrants ghanéens et nigériens, qu’Andrikopoulos appelle les « Argonautes » de l’Afrique de l’Ouest, faisant référence à la fois à l’œuvre classique de Malinowski et aux héros tragiques de la mythologie grecque qui ont dû faire face aux obstacles dangereux au cours de leur voyage. Étudiant de Peter Geschiere, dont les travaux sur la sorcellerie ont souligné les aspects potentiellement néfastes des liens familiaux, Andrikopoulos insiste sur les manières dont les nouveaux liens de parenté s’avèrent souvent peu fiables et engendrent des dynamiques inattendues de codépendance qui risquent d’aggraver la vulnérabilité de certains membres.

2En focalisant sur des formes de migration non autorisées par les États européens, Andrikopoulos décrit la façon dont des migrants précaires font appel aux liens de parenté dans la recherche d’une stabilité matérielle. L’auteur fournit une description minutieuse de la complexité vertigineuse des processus migratoires et de leur émergence, ainsi que des risques et de la confusion qui caractérisent les trajectoires des migrants précaires.

3Cette ethnographie éclaire des situations pouvant par exemple motiver un migrant à vendre son passeport alors qu’il vient d’arriver dans un pays étranger, ou encore le pousser à envoyer à des membres de sa famille en Afrique une voiture qui ne sera pas conduite (chapitre 2).

4Andrikopoulos nous permet de suivre les mouvements des « Argonautes » par le biais des relations sociales dont dépend l’accès aux documents d’identité, montrant comment les migrants précaires endossent l’identité des autres non seulement pour se déplacer de pays en pays au fil des mois et des années, mais aussi au cours d’une seule journée, comme l’illustre l’exemple d’Afua (chapitre 3). Afua est Ghanéenne, elle travaillait à Amsterdam en tant que femme de ménage. Chaque matin au travail, elle répondait au nom de Barbara, une « sœur » qui lui permettait d’utiliser ses documents administratifs afin d’obtenir un emploi formel. Ensuite, Afua travaillait de manière informelle chez des clients qui l’appelaient par son vrai prénom ; elle terminait sa journée par un second emploi informel, sous le nom de Miriam, celui d’une autre « sœur » qui lui prêtait son identité.

5Le livre avance l’argument que, contrairement à l’hypothèse selon laquelle l’importance sociale de la parenté diminuerait avec la modernité, les inégalités mondiales croissantes ont fait de la nationalité et des documents d’identité des ressources rares renforçant l’importance des rapports familiaux et engendrant de nouvelles pratiques de parenté.

6L’ouvrage s’organise en deux parties. La première partie traite des rapports de parenté que des migrants forgent entre « sosies » (« lookalikes »), dont un seul possède les papiers nécessaires pour travailler aux Pays-Bas et accepte (moyennant compensation financière) de laisser son « frère » ou sa « sœur » utiliser ses documents pour travailler. La seconde partie examine des mariages entre des migrants africains et des citoyennes européennes, notamment des Hollandaises, des Afro-antillaises et des Européennes de l’Est. La juxtaposition de ces deux phénomènes illustre les manières dont les politiques à l’échelle européenne refaçonnent des mariages transnationaux, en rendant certains liens plus ou moins avantageux au regard des droits associés aux passeports des époux. Par exemple, avec l’entrée de la Grèce et de la Pologne dans l’Union européenne, les migrants africains à Amsterdam qui se marient avec ces « Européennes périphériques » (p. 28) ont le droit de vivre et de travailler aux Pays-Bas. En même temps, la mise en place de peines plus lourdes pour les employeurs qui embauchent des migrants « sans papiers » a quasiment mis un terme à la pratique d’emprunt d’identité qui nourrissait des collaborations entre des migrants africains et leurs « frères » et « sœurs » hollandais.e.s d’origine afro-antillaise.

7En analysant ensemble des relations de parenté dites « fictives » et des liens reconnus, tels que les liens du mariage, Andrikopoulos invite ses lecteurs à remettre en cause les catégories utilisées pour distinguer des formes de parenté. Le terme « parenté fictive » brille par son absence. On peut y lire une critique subtile des travaux sur la parenté qui présumeraient pouvoir faire le tri entre des liens de famille qui sont « vrais » ou « faux ». Dans un sens, cette recatégorisation des pratiques de parenté s’inscrit dans une politique de labélisation plus large au sein des études sur la migration : le refus des termes comme « migrant illégal » ou « mariage blanc » afin de remettre en cause les présuppositions liées à ces catégories concernant les migrants et leurs motivations. Mais Andrikopoulos va plus loin, en suggérant, par exemple, qu’il n’est pas correct de parler de ses interlocuteurs en tant que personnes « sans-papiers », remarquant que les migrants qu’il étudie s’appuient sur de nombreuses formes de documentation dans leur « fabrique d’identité non autorisée » (« unauthorized identity craft »). Ces migrants sont tout sauf sans papiers, quand bien même ils sont dans une forme de « précarité légale » en Europe (p. 10).

8En prenant au sérieux les fraternités et les sororités créés par l’emprunt des documents et en juxtaposant ces exemples avec son analyse des mariages transnationaux, Andrikopoulos suggère que les distinctions tacites dans la notion de parenté fictive peuvent être aussi malavisées que les distinctions que font les États européens entre les « mariages blancs » (« sham marriages ») et ceux qui sont « authentiques » (« genuine »), c’est-à-dire censés être motivés par l’amour et non par l’intérêt. La remise en cause par Andrikopoulos de la notion de « mariage blanc » repose sur la distinction entre mariage « par amour » et « mariage par intérêt » qui est au cœur des législations européennes. En s’appuyant sur ses données ethnographiques, il démontre que l’amour et l’intérêt mutuels sont présents dans tous les mariages, dans des formes variables à travers le temps. Le chapitre 5 décrit, par exemple, l’évolution des mariages entre conjoints africains et européens que l’entourage du couple décrit, au début, comme étant contractés « pour des papiers », mais qui sont par la suite devenus des relations intimes, des mariages « authentiques » et basés sur l’amour. Dans ce chapitre, Andrikopoulos avance l’argument convaincant que, contrairement aux discours des États européens qui prétendent défendre la norme du mariage « désintéressé » au nom de la protection des femmes, l’insistance sur l’amour comme étant la base d’une relation bénéficiait surtout aux hommes, dans la mesure où cela excluait la possibilité que leur épouse attende une rémunération pour son rôle dans la régularisation du statut du migrant (p. 143).

9Cet argument incisif sur les rapports de genre au sein des mariages transnationaux aurait mérité d’être poursuivi et davantage élaboré, afin d’approfondir les questions de genre et de sexualité posées au sein de ces exemples, questions qui ne sont pas analysées de manière explicite. L’auteur décrit (pp. 113-114), par exemple, une interaction avec un interlocuteur nigérian qui demandait de l’aide dans sa recherche d’une épouse. Une gêne a suivi lorsque l’anthropologue a demandé si l’homme accepterait aussi un mariage de convenance avec un homme, étant donné que les mariages homosexuels donnent les mêmes droits et ont la réputation d’être inspectés d’une manière moins minutieuse par les autorités. Andrikopoulos présente cet exemple comme étant l’illustration de la complexité des mariages transnationaux qui ne se résument pas aux mariages « d’amour » ou « par intérêt », mais il néglige d’examiner les implications de ces observations sur les questions de genre et de sexualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chelsie Yount-André, « Andrikopoulos Apostolos. — Argonauts of West Africa : Unauthorized Migration and Kinship Dynamics in a Changing Europe »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 459-461.

Référence électronique

Chelsie Yount-André, « Andrikopoulos Apostolos. — Argonauts of West Africa : Unauthorized Migration and Kinship Dynamics in a Changing Europe »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47833 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3c

Haut de page

Auteur

Chelsie Yount-André

Institute of Security and Global Affairs, Leiden University, Pays-Bas

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search