Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusChappatte André. — In Search of T...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Chappatte André. — In Search of Tunga : Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town

Pietro Fornasetti
p. 461-463
Référence(s) :

Chappatte André. — In Search of Tunga : Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town. Ann Arbor, University of Michigan Press, 2022, 228 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

1In Search of Tunga est un ouvrage passionnant. Fruit d’une enquête ethnographique approfondie menée à une échelle locale, il donne néanmoins des clés de lecture enthousiasmantes pour comprendre les dynamiques actuelles d’une vaste région d’Afrique de l’Ouest, le sud-ouest du Mali. La région étant aujourd’hui au cœur d’enjeux géopolitiques d’envergure et difficile d’accès pour les chercheurs européens, cet ouvrage n’en est que plus important. Notons à ce propos que, si sa publication est récente, le terrain a été effectué avant 2012, année du début de la guerre au Mali.

  • 1 Humble abri pour isoler des malades contagieux.
  • 2 « Empire » précolonial, fondé par Samory Touré.

2Revenons tout d’abord sur la localité observée : Bougouni. Cette ville de province malienne, qui occupait jusqu’alors une position périphérique, a récemment été le théâtre d’un processus d’urbanisation. Fondée à la place d’un lazaret1 d’une famille de bergers peuls liés par le tutorat (jatigiya) à une chefferie bamanan de la zone (et « bamanisés » par la suite), Bougouni se situe dans un ancien espace interstitiel. Au XIXe siècle, ses terres faisaient partie d’un canton (kafo) vassal du royaume de Ségou, puis devinrent une zone de razzias opérées par le Wassoulou2 de Samory Touré. La « pacification » coloniale semble alors avoir favorisé les intérêts des anciens hôtes plutôt que ceux de leurs tuteurs, en accompagnant l’émergence d’une chefferie autonome et la construction du premier poste colonial. Située approximativement à équidistance de Bamako et des frontières de la Côte d’Ivoire et de la Guinée, la ville a surgi au carrefour des axes routiers Bamako-Abidjan (Nord-Sud) et Bobo Dioulasso-Conakry (Est-Ouest), une situation relativement privilégiée. D’ailleurs, si dans la première moitié du XXe siècle, la région est une zone de départ de mouvements migratoires dirigés vers les centres productifs et urbains, depuis la seconde moitié du siècle, elle se révèle attractive pour toute activité marchande liée aux commerces transfrontaliers comme à la présence de fonctionnaires ; aujourd’hui, elle a basculé en position de destination migratoire. Cette dynamique d’urbanisation semble s’être accélérée en période de démocratisation et de décentralisation de l’État malien (années 1990), dont l’un des effets notables a alors été la montée en puissance des associations musulmanes dans l’espace public. Épargnée par les conflits qui ont touché la région dans les dernières décennies (Côte d’Ivoire, Mali, Burkina Faso), Bougouni est devenue une ville de refuge pour des migrants venant du Nord comme du Sud.

  • 3 Sur ce point, voir F. Héran, « L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes », Populations (...)

3Le choix d’aborder l’urbanisation de Bougouni à travers le point de vue de migrants, qualifiés à la fois d’« aventuriers » et de « simples musulmans », comme ils se définissent eux-mêmes, permet à l’auteur de faire la jonction entre échelles locale et régionale. Il est ici question de migrations internes à l’Afrique occidentale, un phénomène aussi crucial qu’il est malheureusement refoulé par les discours idéologiques sur les migrations africaines3. Les matériaux empiriques sur lesquels l’auteur se concentre tout particulièrement traitent des itinéraires de vie d’une douzaine d’« aventuriers » ayant trouvé à Bougouni une stabilité relative faite de petits commerces, d’embauches précaires, d’aspirations entrepreneuriales, d’attentes et de désillusions. On retrouve ici de nombreuses thématiques classiques de la littérature anthropologique portant sur les migrations transnationales ouest-africaines, dont la notion bambara de tunga : difficile à traduire, elle signifie à la fois « brousse », « étranger », « exil » et ce parcours de formation qui implique une prise de distance vis-à-vis du contrôle des parents (le « poids du social ») donnant aux acteurs la possibilité de se réaliser eux-mêmes, de devenir aînés à leur tour. Cette littérature souffre malheureusement d’un biais de genre difficile à contourner, auquel l’auteur n’échappe pas mais qu’il reconnaît. Non seulement car il est un homme, mais aussi parce que l’écrasante majorité de ses interlocuteurs ont été des hommes, fréquentés dans des lieux d’observation fortement masculins (les « grins » de thé et les « maquis »).

4La force du livre n’en est pas moins indéniable. Elle réside dans sa capacité de synthèse entre ce qui relève du vécu, du point de vue subjectif et situé des acteurs, et ce qui relève des cadres moraux englobants, partagés, que les acteurs mobilisent pour se connaître et se définir. Des valeurs qu’André Chappatte analyse en ayant recours à la littérature ethnologique, abondante sur la région. Cela lui permet de mettre en lumière la prégnance, dans le quotidien de ses interlocuteurs actuels, de valeurs et modèles anciens issus des sociétés mandé précoloniales et faisant appel à l’idéal de noblesse (hɔrɔnya), à l’ethos marchand, tout comme à la philosophie du salut musulman. Autant de valeurs qui reposent sur une conception double (twofold) de la réalité, sur une séparation du visible de l’invisible — séparation de la force manifeste d’une personne de ses pouvoirs occultes —, et composent un ethos cohérent à partir de comportements, apparemment contradictoires, comme l’ostentation de richesses et la maîtrise de soi. L’auteur est donc tout particulièrement intéressé par les ressorts d’ordre existentiel, moral et religieux mobilisés au quotidien par ses interlocuteurs. Il parvient alors à démontrer que les termes de « prospérité », de « piété » de « dieu », de « bénédiction », loin d’être abstraits, se révèlent être des notions opératoires. Elles sont abordées au prisme d’une stratification de temporalités et d’un enchevêtrement d’échelles, permettant de lier la globalisation néolibérale, l’islam et l’ethos traditionnel mandé. Ensemble, ces différents réservoirs de signifiants viennent constituer ce qu’André Chappatte définit comme un « mille-feuilles métamorphique » (pp. 25-27, 167-168) qu’il parvient à déployer habilement au fil de l’ouvrage.

5Naviguer dans cette cartographie existentielle permet au lecteur de se sentir plongé dans l’univers des acteurs et de comprendre que, dans cette région du monde, la migration n’est pas (comme elle est conçue dans les sociétés occidentales) une forme de déracinement qui produit de l’aliénation, mais un moyen de lutter pour une vie meilleure (struggle for a better life), c’est-à-dire, finalement, une manière d’être humain (au sens bamanan de l’adamadenya, litt. « la condition d’être enfant d’Adam »). Reste néanmoins en suspens, de notre point de vue, une question majeure qui dépasse le champ de l’ouvrage et de ses objectifs concentrés sur les trajectoires de migrants. Cette question concerne le statut spécifique de la migration (du statut d’« aventurier » par rapport au non-« aventurier »), dans des sociétés où la mobilité spatiale structure à tous niveaux les ordres politiques, sociaux et moraux. Dans cette perspective, on voudrait en savoir plus sur les relations dans lesquelles s’inscrivent les migrants non seulement avec leurs propres parents (laissés « derrière » ou imaginés « devant ») mais aussi et surtout avec les insiders de la ville. Le tutorat (jatigiya), en vertu duquel la ville a trouvé sa place, opère-t-il toujours entre, d’une part, les anciens allochtones devenus chefs et, de l’autre, les nouveaux allochtones fuyant les conflits de la région (Côte d’Ivoire, Mali, Burkina Faso) ? Si, comme on croit le comprendre, ce n’était pas vraiment le cas au moment de l’enquête, cette crise du tutorat n’est-elle pas liée aux tensions qui traversent la région aujourd’hui ? Ou, alors, n’y aurait-il pas une configuration spécifique des relations entre insiders et outsiders qui aurait contribué à épargner la région de Bougouni de ces mêmes conflits ? Ces questions, qui ne surgissent qu’à posteriori, vont bien sûr au-delà du propos du livre, dont nous conseillons très vivement la lecture.

Haut de page

Notes

1 Humble abri pour isoler des malades contagieux.

2 « Empire » précolonial, fondé par Samory Touré.

3 Sur ce point, voir F. Héran, « L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes », Populations & sociétés, 558, 2018, <https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/europe-spectre—migrations-subsahariennes/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pietro Fornasetti, « Chappatte André. — In Search of Tunga : Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 461-463.

Référence électronique

Pietro Fornasetti, « Chappatte André. — In Search of Tunga : Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3d

Haut de page

Auteur

Pietro Fornasetti

Institut des mondes africains (IMAF), Aubervilliers, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search