Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusDessertine Anna. — À quoi tient l...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Dessertine Anna. — À quoi tient le village. Espaces et mobilités en pays malinké (Guinée)

André Chappatte
p. 464-466
Référence(s) :

Dessertine Anna. — À quoi tient le village. Espaces et mobilités en pays malinké (Guinée). Nanterre, Société d’Ethnologie, 2021, 303 p., bibl., ill.

Texte intégral

1La clé de lecture de cet ouvrage, À quoi tient le village, se trouve dans les toutes premières pages de l’introduction. En arrivant au village de Djirilan (Haute-Guinée), Anna Dessertine explique qu’elle fut intégrée dans sa famille d’accueil en tant « qu’immobile » : passer la journée dans la cour centrale (p. 15). Quand elle voulait se mettre un peu trop en mouvement, un membre de la famille la dirigeait poliment vers un tabouret. Selon les coutumes malinké, on lui attribuait la place d’une étrangère et de surcroît une jeune femme célibataire. Au début, on lui tenait fréquemment compagnie. Mais après le temps des salutations et face à son inaptitude à parler la langue locale, Anna se trouva bien souvent seule assise dans cette cour centrale. Que faire ? Face à l’ennui et à une bienveillance qui tend vers le contrôle, de nombreuses jeunes chercheuses étrangères dans le même cas auraient refusé cette assignation. Le terrain en aurait été modifié, déplacé, voire annulé. D’autres auraient opté pour des terrains urbains réputés plus flexibles. Mais Anna accepta son immobilité et, face au temps long, travailla son sens de l’observation en notant durant des heures les faits, gestes, et mouvements se déroulant dans son champ de vision. Grâce à une anthropologie « du point de vue du tabouret » (pp. 15-35), elle développa le fil rouge de son ouvrage : « une lecture topocentrée de la vie sociale » à Djirilan (p. 16). Avec le temps et l’amélioration de sa maîtrise de la langue locale, Anna gagna en mobilité en effectuant diverses tâches pour les aînées de sa famille d’accueil. Après son premier terrain, elle reviendra plusieurs fois au village. Au cours de ces nouveaux séjours, l’auteure sera certes encore perçue comme une cadette célibataire, mais ses présences seront motivées par des objectifs d’étude plus précis. Au total, l’auteure aura passé deux ans sur le terrain, ce qui n’est pas peu. Sa démarche discrète, par le regard, et dans la durée lui a permis de comprendre l’organisation sociale du village non pas en termes de frontières mais de centres et d’im.mobilités articulées à ces centres, les cours centrales des familles. Immobile dans une cour, un nouveau-né en grandissant va acquérir et expérimenter des formes de mobilité qui vont l’amener en dehors du village tout en faisant des allers et retours à temporalités variables pour aller saluer avec déférence les personnes qui tiennent le village : celles qui, par leur grand âge, se retrouvent, comme le nouveau-né, limitées aux cours familiales. Documentant le « caractère fondamentalement spatial des statuts sociaux » à Djirilan (p. 27), cet ouvrage nous invite à comprendre le village malinké comme un ensemble de relations sociales dont les mobilités, suivant diverses temporalités de retours, se croisent et retournent au point zéro de résidence : les cours centrales des maisons.

  • 1 C’est-à-dire, plus son mariage est ancien.
  • 2 Majoritairement, vente de sumbala (condiment).

2Les chapitres 1 à 5 présentent les espaces qui structurent la vie sociale au village. Le chapitre 1 étudie l’espace résidentiel en tant qu’organisation topocentrique dans laquelle le centre, la cour du chef de résidence, détermine l’extension des unités domestiques parentes (lu) par sa force d’attraction et la hiérarchie de statuts de ses membres par leur éloignement résidentiel (courettes) par rapport au centre. La mobilité est également topocentrée : tout membre du lu se doit de se rendre disponible, présent, et visible selon une régularité liée à son statut dans le lu. Le chapitre 2 présente les séniors comme étant les garants immobiles et centraux du lu. Durant la journée, lorsque les adultes sont au travail, les petits-enfants âgés de 3 à 8 ans, circulant librement dans l’espace résidentiel, rencontrent inévitablement les « vieux » et « vieilles » assis dans les cours centrales. Ces derniers éduquent leurs petits-enfants par des jeux sur la parenté. Quant aux jeunes, ils cultivent leur appartenance au lu par des salutations adressées aux aînés qu’ils cherchent à croiser surtout le matin et en fin de journée. Le chapitre 3 analyse différents types d’interactions dans les espaces périphériques à la cour centrale. Si la cour centrale est un espace représentatif de l’ordre établi, de l’autorité des aînés et du respect que les autres membres leur doivent, les courettes intérieures se vivent en revanche comme des « espaces affectifs » (p. 105) propices à la médiation des conflits domestiques. Elles sont aussi le lieu des visites où peut s’exprimer librement l’amitié. Par leur éloignement, les espaces agricoles constituent quant à eux un espace d’autonomie pour les femmes et un espace de négociation de l’autorité paternelle entre père et fils. Le chapitre 4 explore la relation d’appartenance au lu paternel initiée par le baptême et le chapitre 5 celle due au mariage et à la cérémonie d’accompagnement de l’épouse chez son mari. Ces deux chapitres montrent que les rituels marquant l’entrée dans le lu paternel suivent un processus spatial de la périphérie vers le centre qui ainsi convoque de nouveau le principe topocentrique à travers lequel le lu se légitimise. Les chapitres 6 et 7 explorent l’expansion résidentielle par les modes de présence liés aux mobilités extra-villageoises. Les gains financiers obtenus par le travail de maraîchage des femmes sont appréciés par les hommes du lu. Cependant les absences des femmes sont balisées. Plus une femme du lu est stabilisée au sein de ce dernier1, plus ses absences causées par ses activités commerciales2 peuvent être longues (de quelques heures à quelques semaines) et donc éloignées (du marché local à Bamako). Depuis les années 1990, les hommes partent « en aventure » dans les mines aurifères de la région. Comme les lieux de l’aventure sont devenus proches, leurs mobilités dessinent « un mouvement pendulaire d’allers et retours annuels qui redéfinit le rythme des absences-présences au village » (p. 216). Concrètement, les jeunes hommes célibataires partent vers les mines d’or artisanales durant la saison sèche. Chaque retour est une opportunité d’afficher la réussite de leur prospection. Avec le temps, les aînés s’assurent par le mariage des cadets leur retour au village pour perpétuer la résidence. Le chapitre 8, sortant un peu du fil rouge topocentrique, examine les présences invisibles des génies près des villages. Chapitre après chapitre, l’espace villageois, fruit d’un croisement de mobilités, est ainsi analysé de manière nuancée et détaillée « comme un système [résidentiel] socio-spatial à la fois expansif et centripète » (p. 198). Cette démarche contribue à analyser le village malinké comme un lieu de résidence qui cultive sa force d’attraction tout en se déployant dans un monde en transformation.

  • 3 E. S. Casey, Getting Back into Place. Toward a Renewed Understanding of the Place-World, Bloomingt (...)

3Cet ouvrage, dont la lecture est fluide et informative, propose une ethnographie pertinente et convaincante d’un village malinké. L’auteure, chapitre après chapitre, en restant constante et consistante dans sa démarche topocentrée de la vie sociale, offre une lecture assumée, surprenante, et cohérente. Cet ouvrage fait penser aux travaux du philosophe américain Edward S. Casey sur la notion de place (lieu)3. Faisant référence à différents mythes créateurs dans le monde, Casey fait le constat suivant : l’être humain en société ne peut « être » (« being ») sans « être en place » (« to be implaced »). Comme dit un penseur archytien cité par Casey, « there is no being without place ». En quelque sorte, À quoi tient le village illustre, sans l’avancer directement, que la vie sociale dans les villages en pays malinké reconstitue jour après jour et depuis des temps anciens ce lieu domestique originel qui permet d’être, dans le sens de faire communauté.

4Certains pourront souligner la faible présence du facteur religieux dans l’analyse de la vie sociale d’un village malinké de la Haute Guinée. On pourrait objecter que les débats dans de nombreux pays européens ont souvent trop tendance à préconcevoir l’institution religieuse, surtout dans les pays étrangers « lointains », comme ayant une influence prédominante (voire envahissante) sur l’organisation sociale des villages, ce qui n’est pas forcément le cas en Haute-Guinée. Néanmoins, il n’est fait nulle mention dans l’ouvrage de l’intervention de l’État guinéen dans la régulation de la vie sociale de ces villages malinké. Il est vrai que dans cette partie du monde, l’État gouverne depuis la capitale et installe un pouvoir délégué dans les villes régionales, en n’intervenant que de manière inconstante dans l’immensité du monde rural ouest-africain. Néanmoins, on aurait pu s’attendre à ce que surgisse dans l’ouvrage un fonctionnaire en mission ou encore un certificat de naissance ; cette attente provient peut-être de l’imposante « analyse depuis l’État » qui, en cette période d’instabilité des régimes étatiques dans la région, devient particulièrement incontournable, à tort ou à raison, dans l’agenda intellectuel des études sur la formation des communautés ouest-africaines. Ainsi, cet ouvrage, en partant depuis le tabouret d’un village malinké, nous rappelle l’importance de cultiver une recherche directe, libre, à l’écoute du local.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire, plus son mariage est ancien.

2 Majoritairement, vente de sumbala (condiment).

3 E. S. Casey, Getting Back into Place. Toward a Renewed Understanding of the Place-World, Bloomington-Indianapolis, Indiana University Press, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Chappatte, « Dessertine Anna. — À quoi tient le village. Espaces et mobilités en pays malinké (Guinée) »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 464-466.

Référence électronique

André Chappatte, « Dessertine Anna. — À quoi tient le village. Espaces et mobilités en pays malinké (Guinée) »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3e

Haut de page

Auteur

André Chappatte

Global Studies Institute, Université de Genève, Suisse

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search