Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusDiago Alassane. — Les larmes de l...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Diago Alassane. — Les larmes de l’émigration
Jiménez Mary & Liénard Bénédicte. — On la nomme brûlure

Elena Sacchi
p. 466-469
Référence(s) :

Diago Alassane. — Les larmes de l’émigration. Film documentaire, 80 min., 2009, Sénégal, Corto Pacific.

Jiménez Mary & Liénard Bénédicte. On la nomme brûlure. Film documentaire, 36 min., 2021, Tunisie, Belgique, Dérives.

Texte intégral

1La 14e édition du festival StLouis’Doc, qui a eu lieu dans la ville homonyme au nord du Sénégal du 2 au 6 mai 2023, a offert une large gamme de productions documentaires, à la fois en termes de thématiques et de réalisateurs. Différents âges, origines et années d’expérience ont contribué à alimenter la programmation du festival. Le festival est organisé par Sunuy Films (Sénégal) et Krysalide Diffusion (France) avec l’objectif de valoriser le cinéma documentaire africain et créole. L’édition 2023 a présenté une sélection de 40 films documentaires autour desquels se sont déroulés des projections-débats, des cafés-rencontres, des séances scolaires portant sur la production documentaire au Sénégal. La sélection a réuni courts et longs métrages en provenance de 17 pays pour la majorité africains, avec l’ajout de certaines productions portugaises, haïtiennes, suisses, guadeloupéennes et françaises.

  • 1 Voir, dans ce numéro, l’entretien de Kelly Poulet avec Mamadou Dia, président de l’ONG H (...)

2Le festival StLouis’Doc se présente comme un outil de démocratisation du cinéma et, pour cette raison, il cible aussi bien un public d’amateurs et de professionnels du cinéma qu’un public éloigné physiquement et socialement de la production culturelle et artistique. Dans le même but, certaines projections ont été organisées en collaboration avec des associations locales, comme Hahatay Son Risas de Gandiol1 ; celles-ci ont favorisé la décentralisation du festival en offrant un support logistique pour la projection de certains documentaires dans le milieu rural de Gandiol, à environ 20 km de Saint-Louis.

  • 2 M. Rofheart, Shifting Perceptions of Migration in Senegalese Literature, Film, and Socia (...)

3Parmi la multiplicité des sujets abordés figure la migration, en toile de fond ou, dans certains cas, comme sujet principal de plusieurs documentaires. Le prisme de narration adopté à l’égard de la migration est particulièrement intéressant à observer au Sénégal où de nombreuses productions artistiques — chansons, œuvres d’art et films — ont pour thème la narration des routes migratoires, très souvent dans l’objectif d’éduquer et de sensibiliser le public sénégalais aux risques du voyage2.

4Un exemple de la façon dont ce thème a été traité dans le cadre du festival a été fourni par Alassane Diago, invité d'honneur et réalisateur d’un des principaux longs métrages consacrés au sujet. Les larmes de l’émigration, un documentaire de 80 minutes, est le premier film du réalisateur. À l’âge de 24 ans, Diago décide de rentrer dans son pays natal après des années d’absence, armé d’une caméra prêtée par un ami. Ce n’est qu’après un premier montage qu’il a reçu un financement de la francophonie pour la production du film. Son film a été projeté à l’Institut français de Saint-Louis en sa présence. Il s’agit d’une histoire intime qui propulse le spectateur dans le quotidien d’une mère qui accueille son fils de retour au foyer après plusieurs années passés loin de chez lui. Ce fils est Diago lui-même, qui est à la fois le réalisateur et le sujet du documentaire. Ses mains, qui apparaissent dans une scène pour soutenir symboliquement sa mère dans sa prière, transmettent la douceur du regard qu’il maintient tout au long du documentaire. Les larmes du titre sont celles que la mère de Diago cache en répondant à ses questions à propos de l’émigration de son mari parti il y a longtemps comme la majeure partie des hommes du village et, finalement, comme le réalisateur lui-même. En effet, le départ de Diago n’est qu’une des nombreuses histoires de migration des hommes vers d’autres villes, d’autres pays ou d’autres continents. Cependant, le départ du père de Diago s’est accompagné d’une rupture totale de contact avec sa famille, ce qui rend son absence encore plus réelle. Ainsi, le père du réalisateur illustre l’absence d’une figure masculine, tout comme est absente une véritable description de son parcours migratoire, raconté plus en détail dans une deuxième production de Diago, Rencontrer mon père, également projetée au festival. C’est la longue absence du père ainsi que celle du beau-frère du réalisateur, qui compte également au nombre des hommes qui ont choisi de partir, qui rend l’expérience de la migration extrêmement présente dans la vie de ceux, ou plutôt de celles, qui restent. L’attente à l’apparence immobile des femmes, qui impose la patience, est le résultat d’un mouvement qui a un début défini mais dont la fin semble rester suspendue. La mère de Diago attend toujours, après vingt-trois ans, le retour de son mari.

5La réalité schématique et générationnelle de cette migration s’incarne dans l’histoire de la sœur du réalisateur qui, avec sa fille encore très jeune à ses côtés, raconte son attente de son mari, presque identique à celle de sa mère. Trois générations de femmes se succèdent devant la caméra, témoins du départ de leur époux et/ou de leurs fils, pour qui ne pas partir du village aurait signifié courir le risque de devenir « fou, mort ou pas utile », comme le souligne la mère de Diago.

6Donner la parole à celles qui restent et rendre visible l’expérience collatérale féminine de la migration semble également être l’intention d’une autre œuvre présentée lors du festival, le moyen métrage On la nomme la brûlure, réalisé par Mary Jiménez et Bénédicte Liénard. Le film a été projeté également à l’Institut français lors d’une séance de moyens et courts métrages l’après-midi du 4 mai 2023. À l’origine une pièce de théâtre, l’histoire a été transposée sous forme d’un documentaire de 36 minutes avec une coproduction tunisienne et belge. Tout au long de la narration, par un jeu de lumière autour de la palette de bleus qui rend la mer omniprésente, les deux réalisatrices placent le drame de la route méditerranéenne au centre de leur réflexion, sans peut-être parvenir à sortir du récit dramatique qui caractérise la plupart des productions cinématographiques consacrées à la « traversée ». Les histoires des hommes disparus en mer sont racontées par des voix de femmes dont les visages ne sont montrés que dans les dernières séquences du documentaire. Une fois de plus, les femmes sont celles qui restent, dépositaires des larmes de leur mari ou de leurs enfants. La représentation du féminin comme épouse et mère émerge avec encore plus de force dans les dernières images du moyen métrage, qui révèlent enfin les visages de ces femmes comme dans un souvenir et les montrent occupées à laver leurs fils et leurs filles, à prendre soin de ceux et celles que la mer a pris ou pourrait prendre à l’avenir. La trajectoire de vie des personnes qui ont traversé la Méditerranée est également racontée par le médecin légiste, qui décrit à partir de la morgue ce que portaient les corps en attente d’être reconnus. Le seul homme qui apparaît au premier plan vers la fin du documentaire en racontant l’expérience d’un naufrage semble mettre de l’ordre dans les témoignages fragmentés des différentes femmes. L’exceptionnalité de son apparition se manifeste également au niveau des couleurs et de la netteté par rapport aux autres figures représentées : lorsqu’elles ne sont pas enveloppées d’une lumière bleue évoquant la mer, les scènes se déroulant en Tunisie se caractérisent par une distorsion artificielle, rendant le paysage incliné et désorientant.

7Bien que les deux films mettent l’accent sur les effets collatéraux de la migration sur celles qui ne partent pas, l’œuvre d’Alassane Diago ressemble davantage à un récit intime, un dialogue du réalisateur pour soi-même, tandis que le film réalisé par Liénard et Jimenez assume le ton de la dénonciation. Cependant, la différence des récits n’empêche pas un ancrage commun dans la dimension individuelle de la migration, qu’elle soit subie ou vécue. Même en touchant l’aspect le plus violent et dramatique des frontières, ce que Jiménez et Liénard restituent au public sont des tragédies individuelles. Si le retour à l’individu peut servir pour réhumaniser des décisions politiques souvent trop détachées des réalités qu’elles affectent, la réflexion sur le système qui produit la tragédie méditerranéenne est largement absente de ce moyen métrage. De son coté, Alassane Diago n’a pas non plus intégré de réflexion systémique dans son documentaire : la dimension collective des projets qui se cache souvent derrière la migration d’un seul homme n’a été évoquée qu’au cours de la discussion avec le réalisateur qui a suivi la projection.

8Les deux films traitent moins de la migration à proprement parler que des rôles différenciés des hommes et des femmes au Sénégal et des vécus genrés de l’expérience migratoire qui en découlent. Ainsi, la migration devient la scène sur laquelle les inégalités de genre sont présentées. Questionner l’immobilité féminine devient le dénominateur commun du récit : des femmes qui attendent un retour, tout du moins un appel, et qui ne veulent pas que leurs filles subissent le même sort, comme le souligne la sœur de Diago, mais qui acceptent néanmoins le départ de leurs fils, comme c’est le cas pour Diago lui-même.

9Au-delà d’une réflexion comparative à propos des choix de représentation du phénomène migratoire, il s’agit également de comprendre quel est l’impact de ce type de documentaires sur le public sénégalais. Si le moyen métrage peine à sortir de la représentation « classique » de la route migratoire comme étant dangereuse et dramatique, le film d’Alassane Diago raconte une histoire différente, celle de ceux qui restent en arrière plutôt que ceux qui entreprennent le voyage migratoire. La force de ce récit réside également dans le fait que son objectif n’est pas d’enquêter ou de juger la décision des hommes d’émigrer, mais plutôt de mettre en lumière l’impact de l’émigration sur la famille que ces hommes laissent derrière.

10Un message qui ne semble pas viser à exercer un effet dissuasif risque alors de trouver un écho inattendu dans des oreilles habituées à d’autres types de sensibilisation. Ainsi, lors de la discussion qui a suivi la projection de Les larmes de l’émigration, le public a souligné que de nombreuses familles de la vallée du fleuve Sénégal ont une histoire similaire à raconter et que, par conséquent, le film devrait être montré à tous les jeunes qui « prennent » la mer ou le désert, pour qu’ils aient conscience « des larmes qu’ils laissent derrière ». Bien que cela ne semble pas l’objectif du réalisateur, l’impression est que le message du film est néanmoins perçu par le public comme une incitation à ne pas partir.

11Ainsi, quelle que soit la perspective narrative des films présentés au public, celui-ci, trop souvent exposé aux discours de dénonciation, d’activisme et de dissuasion, peine à comprendre autrement les récits migratoires qui lui sont proposés.

Haut de page

Notes

1 Voir, dans ce numéro, l’entretien de Kelly Poulet avec Mamadou Dia, président de l’ONG Hahatay.

2 M. Rofheart, Shifting Perceptions of Migration in Senegalese Literature, Film, and Social Media, Lanham, Lexington Books, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Sacchi, « Diago Alassane. — Les larmes de l’émigration
Jiménez Mary & Liénard Bénédicte. — On la nomme brûlure »
Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 466-469.

Référence électronique

Elena Sacchi, « Diago Alassane. — Les larmes de l’émigration
Jiménez Mary & Liénard Bénédicte. — On la nomme brûlure »
Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3f

Haut de page

Auteur

Elena Sacchi

Université Ca’ Foscari de Venise (UniVe), Venise, Italie ; Université Paul Valéry de Montpellier (UPVM3), Montpellier, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search