Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusLasserre Marie, Ndiaye Thierno, A...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Lasserre Marie, Ndiaye Thierno, Assemat Franck & Scheidt Yoann. — Traverses

Anna Cuomo
p. 476-478
Référence(s) :

Lasserre Marie, Ndiaye Thierno, Assemat Franck & Scheidt Yoann. — Traverses. Spectacle, 55 min., 2021, Programme Migrations et diversités (MIDI), Ceri Sciences Po Paris.

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, des formes de collaboration variées entre arts et sciences se développent, avec pour objectif commun l’accessibilité de la recherche par des approches sensibles. Le 1er décembre 2022, Marie Lasserre, doctorante à l’Institut des mondes africains (IMAF), a soutenu sa thèse à l’EHESS intitulée Des traversées aux quotidiens transmigratoires sous la frontière externalisée. L’infinité de mobilités pour des Sénégalais.e.s en partance au, à travers et depuis le Maroc. La soutenance s’est déroulée en deux temps : la présentation d’un format artistico-scientifique le matin, le spectacle Traverses, présenté en partenariat avec le Programme Migrations et diversités (MIDI) du Ceri Sciences Po, avec le soutien de Sciences Po Paris ; et la présentation de la thèse l’après-midi devant le jury. Je propose ici de présenter le spectacle et d’analyser les apports de cette démarche à différents niveaux : scientifique, politique et épistémologique.

  • 1 Ils forment un binôme artistique et sont aussi mariés et ont deux enfants.
  • 2 Voir la vidéo de leur spectacle performé le 28 juin 2022, REAF 2022 — Performance — TRAVERSES — Fr (...)

2La singularité de Traverses a trait à la fois à la rencontre humaine entre les différents acteurs — ce qui se joue entre eux et entre leurs sensibilités artistiques — et à l’intention politique collective de la création artistique. La première version du spectacle a été créée en 2014, d’une rencontre au Maroc quelques années plus tôt entre Marie Lasserre, alors doctorante et aussi pianiste, chanteuse et danseuse amateure, et Thierno Ndiaye, danseur professionnel sénégalais migrant1. Depuis, d’autres musiciens se sont associés à cette collaboration au fur et à mesure de leur parcours artistique, dont Franck Assémat et Yoann Scheidt. Le quatuor constitue une base sur laquelle repose le spectacle Traverses2, et d’autres artistes le rejoignent de manière ponctuelle, à l’instar de Nikola Raghoonauth, poète slameur. Traverses se place à hauteur de migrantes et migrants qui traversent des frontières et que Marie Lasserre a suivis pendant plusieurs années. La performance interroge la frontière comme lieu de mouvement et d’invention à la fois dans le propos du spectacle et dans la constitution même du collectif. Elle rend visibles celles et ceux qui parcourent, transgressent et transfigurent les frontières traversées entre Afrique de l’Ouest, Maghreb et Europe et la diversité culturelle qu’ils découvrent, parfois violemment, sur leurs routes. Elle est pensée elle-même comme une aventure, où s’entremêlent des émotions contradictoires de peur, de colère, de joie. Ces émotions sont mises en scène à travers différents registres : des récits de migrants à des pas de danse qui expriment avec force la difficulté de traverser, à des chants religieux utilisés pour se donner du courage dans des moments critiques, jusqu’à des moments culminants où parole, musique et danse jouent à l’unisson.

3Chaque contexte de performance laisse une place importante à l’improvisation, en écho à l’exigence de s’adapter aux frontières toujours mouvantes. Danses contemporaines, africaines et afrocontemporaines, piano classique, saxophone, batterie, guitare, xylophone, bongo ; pour ne citer qu’eux, ainsi que chants (français, arabe et wolof), récits migratoires, analyses scientifiques et poèmes sont mis au service de l’histoire racontée, avec une attention particulière portée sur l’apprentissage en mobilité. Le spectacle dévoile finement les savoirs des différents protagonistes et la manière dont ils s’adaptent à ceux des autres. Marie Lasserre joue du piano classique et déclame des récits de migrants rencontrés pendant ses enquêtes, mais elle chante aussi en arabe et en wolof, reprend des pas de danse de sabar, danse sénégalaise pratiquée par Thierno Ndiaye qui, lui, alterne des pas de danse contemporaine et des paroles prononcées en français et en wolof. Dans son écriture chorégraphique, il utilise son corps comme réceptacle d’un biopouvoir expérimenté violemment sur les routes des traversées. La performance interroge aussi les catégorisations racisées vécues par les migrants sénégalais au Maroc, à travers un dialogue synchronisé entre Marie Lasserre et Thierno Ndiaye et clamé en wolof et en français. La scène permet de confronter le public aux rapports de domination dans lesquels s’inscrivent les individus. Elle est suivie par une chorégraphie dans laquelle Thierno Ndiaye dévoile sa propre manière de se définir, non pas dans une catégorie, mais dans un cheminement où le sabar se transforme dans et par ses expériences vécues de mobilités.

4La performance fait écho à la thèse, mais pas seulement : elle vient la compléter d’une dimension sensible, esthétique, et d’une écriture collective. Elle questionne par ailleurs la difficulté d’accès aux sciences sociales : elle agit en médiation d’une étude complexe, rigoureuse et sensible qui, sans elle, ne s’adresserait qu’au public universitaire. La mise en scène a été travaillée pour être accessible aux adultes, adolescent.e.s et enfants, aux initié.e.s et non initié.e.s à la recherche, aux francophones et non francophones, aux personnes éloignées de ces thématiques ou à celles concernées de plein fouet. Cette médiation vient en retour nourrir les questionnements de recherche. Traverses prend une multitude de formes, dont Traverses XXL qui associe une quarantaine de personnes, musiciens et danseurs amateurs et professionnels, issus de milieux sociaux très divers et de zones rurales. Ainsi la recherche-création devient recherche-action. Marie Lasserre, dans une posture de chercheure embarquée et engagée, crée du collectif, entendu comme forme d’action citoyenne, et cette action lui permet d’interroger sa propre posture de pouvoir. C’est une démarche politique à deux niveaux : son travail de recherche sur les frontières nourrit sa démarche citoyenne (celle de faire communauté), et inversement. Et la création n’a ni besoin d’un capital culturel particulier, ni d’un discours porté sur elle-même pour être comprise par tout le monde, ce qui la rend simultanément populaire et très exigeante.

  • 3 T. Ingold, L’anthropologie comme éducation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

5Enfin, cette démarche questionne l’illusion de la séparation existante entre manières de savoir et savoir en tant que tel, dans la lignée des travaux de Tim Ingold qui prône l’anthropologie comme éducation3. Dans un monde en mouvement, n’est-ce pas de la responsabilité des chercheur.e.s d’inventer de nouvelles méthodologies-épistémologies, pour pouvoir comprendre et diffuser largement des processus passés sous silence, ignorés des recherches actuelles par manque d’une méthodologie adaptée ? C’est une pensée décoloniale : il s’agit de construire une anthropologie qui ne produise plus un savoir sur les autres, mais qui expérimente des potentialités, qui invente des futurs en connaissance des rapports de domination qui agissent en chacun.e d’entre nous, des politiques locales et internationales et de l’historicité des faits sociaux observés. Marie Lasserre et tous ses collaborateurs nous aident à penser l’art et la science comme des outils pour l’action citoyenne.

Haut de page

Notes

1 Ils forment un binôme artistique et sont aussi mariés et ont deux enfants.

2 Voir la vidéo de leur spectacle performé le 28 juin 2022, REAF 2022 — Performance — TRAVERSES — Franck Assémat, Marie Lasserre, Thierno N’Diaye et Yoann Scheidt, Canal-U, <https://www.canal-u.tv/134589> (consultée le 15 juillet 2023).

3 T. Ingold, L’anthropologie comme éducation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Cuomo, « Lasserre Marie, Ndiaye Thierno, Assemat Franck & Scheidt Yoann. — Traverses »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 476-478.

Référence électronique

Anna Cuomo, « Lasserre Marie, Ndiaye Thierno, Assemat Franck & Scheidt Yoann. — Traverses »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3g

Haut de page

Auteur

Anna Cuomo

Passages, CNRS, Bordeaux, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search