Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusSchmoll Camille. — Les damnées d...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Schmoll Camille. — Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée

Elsa Maarawi
p. 481-483
Référence(s) :

Schmoll Camille. — Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée. Paris, La Découverte, 2020, 248 p., index.

Texte intégral

  • 1 Directrice de recherche au CNRS, membre de l’UMR Géographies-Cités, membre honoraire de l’Institut (...)
  • 2 Titre des journées d’étude organisées les 26 et 27 novembre 2020 par le GTM-CRESPPA, l’Université (...)

1Partant de l’intention de restituer la part des femmes dans les flux migratoires et d’une invitation à reconsidérer une réalité souvent camouflée ou fantasmée, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, ouvrage publié en 2020 aux éditions La Découverte, est une contribution majeure à l’étude des frontières comme lieux hautement politiques dans le contexte actuel des mesures (anti)migratoires européennes. À travers les trajectoires et le récit d’Africaines migrantes, la géographe Camille Schmoll1 plonge le/la lecteur.rice dans l’actualité des migrations méditerranéennes et propose un regard renouvelé sur « le genre de la frontière »2.

2Ce travail, issu d’une Habilitation à diriger des recherches (HDR), s’appuie sur des entretiens avec les principales concernées par ces migrations, avec des personnels de centres de rétention administrative et de centres temporaires d’accueil, et sur des observations réalisées au cours d’un terrain de huit ans. Il donne à voir les mobilités, mais aussi les immobilités contraintes par les politiques migratoires européennes, laissant « aux marges » de l’Europe les « indésirables », tuant parfois des anonymes dans des traversées maritimes de plus en plus risquées. C’est à partir de ces « marges », Malte et l’Italie, « lignes de front des voies de passage » (p. 11) vers l’Europe, que l’autrice retrace les parcours de ces femmes, depuis leur pays d’origine jusqu’aux centres d’accueil et de rétention administrative mis en place dans le cadre des politiques migratoires européennes et destinés à classer, à trier les « bon.ne.s et les mauvais.e.s migrant.e.s ». La géographe propose une vision dynamique de ce que sont les migrations dites « irrégulières » en Europe actuellement, en dépassant la distinction migration forcée/migration volontaire, pour restituer le « continuum des expériences » migratoires dans leur complexité et leur non-linéarité, et la « pluralité des parcours » pendant lesquels le « projet migratoire est constamment redéfini » (p. 59).

3La définition et la pratique de la frontière sont au cœur de l’ouvrage. Celle-ci est étudiée à travers plusieurs échelles imbriquées entre elles (approche transcalaire) : tout d’abord à l’échelle des politiques publiques européennes, ensuite à l’échelle plus micro des centres de rétention et d’accueil des demandeur.se.s d’asile enfermé.e.s dans l’attente de la régularisation de leur statut, jusqu’à celle du regard, de l’expression et du vécu des migrantes. De la sorte, l’ouvrage participe à étayer la signification de la frontière. Dans le sillage d’Étienne Balibar avec la notion de « borderland », et de Paolo Cuttitta avec celle de « frontiérisation », la frontière est ici abordée dans ses dimensions spatiale, politique et morale. Elle est alors caractérisée en fonction des acteur.rice.s impliqué.e.s dans sa définition, et des épreuves vécues par celles et ceux qui la franchissent. Ainsi, c’est notamment par l’immobilité des migrantes que la frontière est envisagée, immobilité justifiée par l’existence même de celle-ci, garantie par une série de dispositifs administratifs et assurée par des employé.e.s chargé.e.s d’organiser la vie dans les centres, jusqu’à la décision de rapatriement ou de relocalisation. La frontière s’exerce même jusque sur les corps des voyageuses, laissant parfois des traces, comme la violence physique et sexuelle, et organisant les espaces sociaux et intimes.

4Au-delà de la frontière comme objet d’étude, c’est bien du genre de la frontière dont il est question. Camille Schmoll décrit une expérience collective de femmes originaires de pays africains. Celles-ci, rencontrées dans ces lieux-frontières, vivent la frontière de façons multiples et séquencées : au cours de leur parcours migratoire depuis leur pays d’origine, à la traversée de la Libye par exemple ; à l’arrivée sur le territoire européen, la frontière se transforme en attente, dans l’ennui et le quotidien des centres, et dans leur agencement qui les maintient dans un état de stagnation. Aussi, les téléphones, les médias sociaux, sont autant d’outils permettant à ces migrantes de s’échapper de leur quotidien. La présence de ces migrantes également ancrée dans le territoire sur lequel elles sont confinées, ici l’Italie ou Malte. L’argumentaire reprend par exemple l’histoire des migrations africaines et leur rôle dans le travail domestique ou agricole dans le sud de l’Italie pour expliquer l’attitude de certain.e.s employé.e.s ou directeur de centre, comme lorsqu’iels essentialisent l’aptitude des Africaines à (ne pas) travailler ou le fait que les femmes de certaines nationalités (Érythréennes) sont plus enclines à accepter les rapports sexuels violents (viols) que d’autres (Soudanaises, Éthiopiennes).

5Ainsi, ce livre s’attache à décortiquer les effets de la frontière sur la vie quotidienne des personnes migrantes rencontrées, renouvelant le regard sur les représentations genrées et racialisées en jeu dans la mise en œuvre des politiques migratoires. Grâce au concept « d’autonomie en tension » (p. 161), la chercheuse décrit les expériences spécifiques de migrantes contraintes à l’inactivité par des « dispositifs de contrainte spatiale » (p. 92) et étudie le pouvoir qui s’exerce sur elles à travers les moyens de résistance mis en œuvre face à celui-ci. L’autonomie est entendue comme le produit de structures sociales, de relations et de pratiques, et elle est associée aux enjeux de pouvoir inhérents aux rapports de genre et aux rapports post-coloniaux. Le pouvoir est envisagé dans sa définition foucaldienne et à l’aide des théories de l’agency développées par Judith Butler ou Joan Scott (p. 165), ceci en considérant son expression envers celles qui y sont soumises. Pour décrire cette « autonomie en tension », l’approche transcalaire décrite plus haut est utilisée pour montrer les résistances aux échelles du corps, de l’espace domestique et de l’espace numérique. Car c’est à ces échelles que les femmes tentent de résister aux interdictions, aux injonctions, et aux violences auxquelles elles sont soumises en tant que femmes et Africaines.

6En concluant sur quarante ans d’études sur les migrantes, l’ouvrage propose des pistes pour penser le genre en contexte migratoire, dans une perspective dynamique et non essentialiste. Il permet d’approfondir la recherche sur les migrations en introduisant de nouveaux paradigmes issus des études sur les rapports sociaux de genre. Cette combinaison offre une opportunité aux études migratoires d’intégrer pleinement le genre comme objet d’étude dans le cadre des borderstudies et de l’étude des politiques migratoires, en dépassant la vision essentialiste portée par les institutions de l’asile et du contrôle migratoire, qui réduisent encore trop souvent les femmes à des victimes — de la traite par exemple. Il est sans aucun doute une étape décisive et un encouragement à approfondir la recherche sur le genre en contexte migratoire.

Haut de page

Notes

1 Directrice de recherche au CNRS, membre de l’UMR Géographies-Cités, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et co-rédactrice en chef de la Revue européenne des migrations internationales.

2 Titre des journées d’étude organisées les 26 et 27 novembre 2020 par le GTM-CRESPPA, l’Université de Poitiers et Migrinter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Maarawi, « Schmoll Camille. — Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 481-483.

Référence électronique

Elsa Maarawi, « Schmoll Camille. — Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3k

Haut de page

Auteur

Elsa Maarawi

Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique-Épistémologie des sciences sociales (CURAPP-ESS), Université Picardie Jules Verne, Amiens, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search