Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusVanderhurst Stacey. — Unmaking Mi...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Vanderhurst Stacey. — Unmaking Migrants. Nigeria’s Campaign to End Human Trafficking

Élodie Apard
p. 483-485
Référence(s) :

Vanderhurst Stacey. — Unmaking Migrants. Nigeria’s Campaign to End Human Trafficking. London, Cornell University Press, 2022, 198 p., bibl, index, ill.

Texte intégral

1Après dix années de recherches ponctuées de longues périodes d’enquêtes de terrain au Nigéria, Stacey Vanderhurst offre, avec cet ouvrage, une contribution aussi importante qu’originale, à la fois aux études sur la gouvernance des migrations en Afrique et à la littérature sur la traite à des fins d’exploitation sexuelle. Ce travail anthropologique, réalisé en immersion dans un « shelter »  centre d’accueil fermé dédié aux femmes identifiées comme étant victimes ou, le plus souvent, potentielles futures victimes de traite — explore en effet un aspect particulier des politiques anti-traite : l’intervention préventive.

  • 1 La NAPTIP (National Agency for the Prohibition of Trafficking in Persons), créée en 2003 à la suit (...)

2Le gouvernement nigérian, doté d’une agence nationale de lutte contre le trafic des personnes, la NAPTIP1, développe depuis quelques années un modèle de protection et d’assistance semi-carcéral qui consiste notamment à arrêter et enfermer dans des shelters des candidates à la migration internationale considérées comme vulnérables à la traite, afin qu’elles y suivent un programme de « réhabilitation ». L’objectif des six semaines de séjour forcé dans ces centres d’accueil/rétention est de faire abandonner leur projet migratoire à celles qui ne sont pas encore parties et de faciliter la réinsertion de celles qui sont rentrées au Nigéria, souvent à la suite d’une expulsion.

3Dans cet ouvrage, Stacey Vanderhurst réalise une ethnographie du shelter de Lagos — le plus grand des dix centres répartis dans tout le pays — ainsi que des relations qui s’y nouent, entre des jeunes femmes contraintes à la protection et des acteurs étatiques chargés de la mise en œuvre de ce modèle singulier de care imposé.

4Souvent vécus comme une privation injuste de liberté par les jeunes femmes censées en bénéficier, ces programmes de réhabilitation représentent une approche répressive préventive dont l’autrice souligne les contradictions et les limites. En observant le fonctionnement du shelter, le travail des « conseillers » et la vie quotidienne des jeunes femmes, Stacey Vanderhurst analyse les dynamiques sociales et les rapports de force qui régissent le lieu. Entre jugement moral et processus de culpabilisation passant par la mobilisation d’un argumentaire religieux, l’autrice montre le profond décalage de perceptions et d’aspirations entre les différents acteurs. L’inefficacité du système est liée à ces discordances mais également à la méthode, basée sur la dissuasion plutôt que sur la réparation, puisque la majorité des femmes accueillies/enfermées n’ont pas encore été victimes de traite et n’ont subi ni abus, ni violence. La plupart d’entre-elles sont donc extrêmement frustrées de ne pouvoir réaliser leur projet migratoire et nourrissent une vive rancœur à l’égard des autorités nigérianes. Accusées d’être victimes, en somme, elles subissent un processus « réformateur » visant moins à les détourner des réseaux de traite qu’à les protéger contre elles-mêmes.

  • 2 Voir notamment P. de Montvalon, « Sous condition “d’émancipation active” : le droit d’asile des pr (...)

5Unmaking Migrants interroge donc l’agenda des politiques de lutte contre la traite au Nigéria ainsi que les enjeux moraux qui y sont liés et, ce faisant, comble certaines lacunes de la littérature existante. La première est épistémologique puisque cet ouvrage est le résultat du tout premier travail de recherche en anthropologie mené sur les programmes de réhabilitation de l’agence nigériane de lutte contre la traite. Si les programmes européens, d’accompagnement et de protection des victimes notamment, ont été étudiés2, leurs équivalents en Afrique ont rarement fait l’objet de recherches ethnographiques, alors même qu’ils représentent un volet entier de la politique mondiale anti-traite et que leurs modes d’application concrète demeurent flous. Le second apport majeur est méthodologique car ce travail analyse, pour la première fois, la politique anti-traite du Nigéria de l’intérieur. Grâce à cette longue enquête menée au sein même du shelter, Stacey Vanderhurst parvient à combiner les points de vue des différents acteurs sans les hiérarchiser. Elle adopte également une démarche réflexive particulièrement poussée, intégrant à la réflexion l’évolution de sa propre perception ainsi que son positionnement dans le shelter, notamment ce que sa présence provoque. Au fil de l’analyse et à travers ces perspectives croisées, on découvre que ce système de « réhabilitation », qui n’applique aucune forme de conseil ou de formation par les pairs, ne propose aucun suivi psychologique et n’emploie pas de véritables travailleurs sociaux, n’est en réalité pas pensé pour être efficace mais seulement pour être reconnu. Le Nigéria se targue en effet d’être le premier pays de la CEDEAO à avoir créé une agence nationale de lutte contre la traite. Or, tout en décrivant un système profondément dysfonctionnel, voire contre-productif, Stacey Vanderhurst évite soigneusement toute approche normative, donnant la parole aux jeunes femmes et au personnel du centre sans jamais tomber dans une interprétation simpliste des attitudes et des responsabilités individuelles. Le maintien d’un équilibre des points de vue est un exercice délicat mais réussi tout au long de l’ouvrage.

6Par ailleurs, Unmaking Migrants explore deux notions fondamentales pour la compréhension des politiques de lutte contre la traite : l’idée qu’une personne puisse être accusée d’être une victime et par conséquent considérée comme une contrevenante alors qu’elle subit un préjudice, entraînant un phénomène paradoxal de criminalisation et de victimisation simultanées. Cette idée, qui constitue la base de l’intervention préventive prônée par la NAPTIP, redéfinit les notions de secours et de protection. La grande majorité des femmes présentes dans les shelters nigérians n’étant que de potentielles victimes, le système les considère comme complices des réseaux de traite pour justifier l’intervention préventive. Cette stratégie révèle la logique de l’État, selon laquelle ce sont les femmes le problème et leur mentalité qui doit être changée. La responsabilité de l’État dans le développement des réseaux de traite n’est, en revanche, jamais interrogée. L’autrice souligne les nombreux effets de cette logique ; sur la mobilité des femmes d’abord, puisque celles-ci sont stigmatisées et considérées comme forcément vulnérables lorsqu’elles voyagent ; sur le système patriarcal ensuite, qui se trouve ainsi consolidé, les femmes se voyant retirer tout libre-arbitre contrairement aux hommes qui, lorsqu’ils sont identifiés comme victimes de traite, sont renvoyés dans leur famille. La philosophie de la NAPTIP renforce également le jugement moral vis-à-vis des femmes prêtes à partir en Europe pour y vendre du sexe et dont le projet migratoire, perçu comme déviant, devient alors condamnable.

7Ce que questionne donc, plus largement, cet ouvrage, c’est le concept de traite des êtres humains comme outil de contrôle du corps et de la mobilité des femmes et plus particulièrement des femmes pauvres. L’autrice montre en effet très bien comment les campagnes anti-traite au Nigéria se confondent avec la politique de lutte contre l’immigration dite « illégale », basée sur des distinctions de genre et de classe, dans un contexte économiquement sinistré et marqué par l’absence totale de justice sociale.

8Grâce aux précieux éléments d’analyse qu’il fournit, ce travail offre plusieurs pistes de réflexion pour de futurs travaux de recherche sur la traite à des fins d’exploitation sexuelle au Nigéria. Il permet par exemple d’envisager des études comparatives entre les programmes de réhabilitation et les outils développés pour lutter contre les réseaux, notamment les dispositifs juridiques. Il appelle, enfin, à interroger la dimension exogène des politiques anti-traite en Afrique ainsi que leur finalité. Le travail ethnographique si fin et nuancé de Stacey Vanderhurst dans le shelter de Lagos met en effet en lumière les contradictions de la lutte anti-traite ainsi que les mécanismes d’interdépendance qui les sous-tendent, amenant le lecteur à se demander dans quelle mesure les activités de « prévention » et les pratiques liées à la traite s’entretiennent mutuellement.

Haut de page

Notes

1 La NAPTIP (National Agency for the Prohibition of Trafficking in Persons), créée en 2003 à la suite de l’adoption du Protocole de Palerme par les Nations unies, est une agence fédérale déployée sur l’ensemble du territoire nigérian.

2 Voir notamment P. de Montvalon, « Sous condition “d’émancipation active” : le droit d’asile des prostituées nigérianes victimes de traite des êtres humains », Droit et société, 99 (2), 2018, pp. 375-392 ; M. Jakšić, « Devenir victime de la traite. L’épreuve des regards institutionnels », Actes de la recherche en sciences sociales, 198 (3), 2013, pp. 37-48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Apard, « Vanderhurst Stacey. — Unmaking Migrants. Nigeria’s Campaign to End Human Trafficking »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 483-485.

Référence électronique

Élodie Apard, « Vanderhurst Stacey. — Unmaking Migrants. Nigeria’s Campaign to End Human Trafficking »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3i

Haut de page

Auteur

Élodie Apard

Unité de recherche migration et sociétés (URMIS), IRD, Paris, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search