Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusWane Birane (fondateur). — Festiv...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Wane Birane (fondateur). — Festival Back to The Roots

Laura Feal
p. 485-490
Référence(s) :

Wane Birane (fondateur). — Festival Back to The Roots. 9-14 mai 2022 et 12-20 mai 2023, Saint-Louis, Sénégal.

Texte intégral

1Ce texte rend compte du projet et du déroulé des deux premières éditions du festival Back to The Roots qui se sont tenues à Saint-Louis au Sénégal en 2022 et 2023. Cet événement, fondé par Birane Wane, un musicien sénégalais résidant en Espagne, est présenté comme une réponse au « problème de l’émigration irrégulière ». C’est avec mes yeux de journaliste espagnole habitant au Sénégal depuis plus d’une décennie, épouse d’un « migrant de retour » et travaillant dans le développement communautaire au sein d’une zone importante de départ migratoire vers les côtes européennes, que j’ai observé, confuse, un écart entre le discours véhiculé sur l’objectif de ce festival et sa réalisation pratique, à savoir un séjour touristique et un festival à destination des visiteurs espagnols, pour nombre d’entre eux, « engagés » dans la défense des droits de migrants.

2L’observation directe et des interviews avec les organisateurs et les participants aux deux premières éditions de ce festival nous permettent de rendre compte de la complexité des différents intérêts qui s’entremêlent dans ce type d’événements.

  • 1 La spécificité de ce voyage étant, selon Wane « la possibilité d’échanger avec des acteurs locaux (...)

3Au début des années 1920, le journaliste jamaïcain Marcus Garvey, constatant les injustices et les violences perpétrées contre la population noire aux États-Unis, devient l’un des principaux promoteurs du mouvement Back to Africa, qui prônait le retour de la communauté afro-descendante américaine sur son continent d’origine. Un siècle plus tard, le musicien sénégalais Birane Wane (1981, Saint-Louis) cite Marcus Garvey comme source d’inspiration en ouverture de son festival Back to the Roots, dont la première édition a eu lieu dans sa ville natale, du 9 au 14 mai 2022. Wane — mieux connu sous son nom d’artiste One Pac — raconte que l’idée est née à son arrivée en Espagne en 2015, à l’âge de 34 ans, après avoir découvert les conditions dans lesquelles vivent nombre de ses compatriotes, sans compter que beaucoup d’entre eux ont perdu la vie au cours de leur migration. « Je me sentais responsable », avoue-t-il. « Le festival se veut une plateforme pour la diaspora, pour motiver le retour des Sénégalais, les inviter à s’y investir, à apporter les nouvelles connaissances qu’ils ont acquises et pour qu’ils s’engagent dans l’avenir de notre pays », affirme-t-il. Il explique que les axes de travail du festival ont fait écho aux « principales problématiques de la ville », identifiées par lui-même et la dizaine de jeunes qui composent son équipe : la migration, l’environnement et la culture. L'événement a été conçu comme un espace de rencontres et, pour cette raison, un voyage depuis l’Europe a été organisé en parallèle. Une vingtaine de personnes, majoritairement espagnoles et italiennes (mais aucune africaine ou afro-descendante) ont accompagné le musicien dans le but de participer au programme d’activités au cours d’un voyage touristique présenté comme « différent »1.

  • 2 Le pays a assuré la présidence rotative du Conseil de l’Union européenne du 1er janvier au 30 juin (...)
  • 3 Présidence tournante pour une durée d’un an, depuis février 2022.

4Dans une émouvante présentation, Wane a introduit le thème en comparant la dynamique migratoire actuelle à l’époque de l’esclavage qui a incité Garvey à promouvoir le « retour ». « Actuellement, nous émigrons par nous-mêmes et non par la force, mais cela ne veut pas dire que les conditions sont meilleures », explique-t-il. Pour Wane — qui collabore en tant que traducteur avec des immigrés sénégalais à Séville — la migration internationale est un « problème majeur » dont « on ne parle pas assez avec la population locale ». Pour cette raison, il a proposé l’organisation de deux tables rondes sur la question, sous les titres « Migration, environnement, développement : réflexion sur les enjeux migratoires » et « Migration et entrepreneuriat des jeunes au Sénégal : des initiatives qui marchent », composées de participants aux profils très diversifiés auxquels a été ajoutée une catégorie supplémentaire de « public actif » migrants sénégalais choisis par les organisateurs assis dans le public. Les panels du festival ont été parrainés par l’Institut français de Saint-Louis, notamment l’une des tables rondes inscrites dans le programme de « présidence croisée » — la France auprès de l’Union européenne2 et le Sénégal en tête de l’Union africaine3 — au sein duquel la migration était définie comme « sujet-clé ».

5Le premier des panels a réuni le président du syndicat national des pêcheurs, une technicienne de la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (CEAR) et une militante des droits humains de l’Université de Rome. Devant un auditoire ayant besoin d’une traduction en espagnol, les participants ont évoqué, chacun à leur tour, les principaux obstacles et défis de la pêche au Sénégal (signalée comme étant l’une des « causes de l’émigration des jeunes Sénégalais vers l'Europe »), l’extrême vulnérabilité des migrants une fois arrivés, et la criminalisation des citoyens européens par les autorités « même dans l’exercice de la solidarité interpersonnelle ».

6Le public, ne sachant pas en quelle langue parler (en wolof ? en français car à l’Institut français ? mais les Espagnols présents en nombre vont-ils comprendre ?), dénonce le « problème » que constituent les migrations de l’Afrique vers l’Europe. Plusieurs membres du public exigent que les autorités gèrent les ressources au profit des populations pour éviter « l’exode qui se produit pour des raisons économiques ».

  • 4 Voir, dans ce numéro, l’entretien de Kelly Poulet avec Mamadou Dia.
  • 5 Open Arms est une organisation espagnole qui a pour mission principale de « protéger, en mer, les (...)

7La seconde table ronde a eu lieu le mercredi 11 mai et a réuni des représentants d’organisations internationales basées au Sénégal qui offrent des crédits ou subventionnent différentes catégories de migrants, comme l’Agence allemande pour la coopération au développement (GIZ) ou l’Office français pour l’immigration et l’intégration (OFII), des entrepreneurs sociaux comme Mamadou Dia de l’association Hahatay4, un représentant du Give One Project de Thione Niang, l’activiste Moussa Diop d’une association nommée Sénégal Debout et une représentante de l’ONG humanitaire Open Arms5, qui gère également des fonds pour les jeunes, afin « d’offrir des opportunités à la source » pour endiguer l’émigration par voie maritime. La seule entité sénégalaise ayant financé l’événement a également participé à ce panel, la Direction générale des Sénégalais de l’extérieur (DGASE). À travers son programme « Gouvernance migration développement » (GMD), financé par l’Union européenne à travers l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), la DGASE subventionne les jeunes qui veulent retourner au pays ainsi que les migrants qui sont déjà revenus avec une idée de projet à entreprendre.

8Après l’explication des différents programmes, certains intervenants et une partie du public ont critiqué l’approche des participants de la table ronde, appelant à un débat plus politique. « Ce qui ne marche pas, ce n’est pas l’entrepreneuriat ou l’emploi, ce sont les relations internationales, profondément inégalitaires » a déclaré Moussa Diop, en dénonçant « tout l’argent qui circule dans l’industrie du contrôle migratoire ». L’un des panelistes a provoqué le public en demandant qui doit être sensibilisé à la migration, « les Africains ou les Européens ? », et a critiqué le fait que les programmes de soutien aux jeunes ne fonctionnent pas « parce qu’ils sont conçus à partir d’une logique occidentale, qui ne correspond pas à la réalité locale ». Parmi le public, plusieurs membres de l’association saint-louisienne des Émigrants rapatriés d’Espagne ont partagé leur expérience migratoire et les conditions difficiles du retour. Le musicien Index, revenu de France, a déploré les stigmatisations présentes « jusque dans le langage », proposant que les retournés soient nommés « expatriés africains de retour » et a appelé à ce que l’aide soit plus accessible et « moins codifiée », afin que les plus vulnérables puissent en bénéficier.

9L’accroissement de la durée du débat et de l’intensité des propos (en wolof directement sans souci de traduction) montre que les publics locaux ont voulu aller plus loin dans le débat, fatigués des « solutions faciles » présentées par les représentants institutionnels.

10Par ailleurs, le groupe formé par Wane et le batteur et producteur José Gómez, One Pac & Fellows, a favorisé une série de rencontres musicales entre des artistes de différents domaines, qui ont partagé des matinées de répétitions communes et des soirées de concerts publics pour montrer leur travail. Plus précisément, le Français Bongo White et l’artiste local Tex ; l’artiste international Numoucounda Cissokho avec les Saint-Louisiens Index et Mama Sadio ; One Pac & Fellows avec Adam Sène. « La rencontre fait partie de nos objectifs », explique Birane Wane « et la musique est très puissante pour unir les peuples ». Ainsi, dans le cadre du programme, le groupe de touristes espagnols a pu profiter d’un cours de percussions et d’un autre de sabar. Les touristes espagnols furent aussi les protagonistes du volet environnement, qui inclut une série d’activités de nettoyage des quartiers de la périphérie dans lesquels ils ont pu côtoyer les associations et discuter sur les défis à affronter en matière de gestion des déchets solides.

11Pour cette première édition du festival Back To The Roots, qui a « vocation à perdurer », les questions restent ouvertes : Est-il « nécessaire » de parler de la migration ? Si oui : qui, à qui, depuis où, sur quoi, à quelle fin ? Le sentiment de « responsabilité » de l’émigré est-il légitime et porteur de sens pour la communauté d’origine ? Qui invite-t-on à « revenir aux sources » ? C’est quoi le retour ? Quels sont les liens entre la culture, la migration et l’environnement ? Les bailleurs, dans leur recherche d’« émigrés modèles », ne sont-ils pas en train de délégitimer les initiatives de ceux qui ne sont pas partis ? Ces « rencontres » ne sont-elles pas utilisées dans le cadre de ces programmes pour dépolitiser le débat sur la mobilité ?

12La deuxième édition s’est déroulée entre le 15 et le 21 mai 2023. Loin d’être résolues, ces questions gagnent en force. Le programme est sensiblement le même, la présence de Wane se fait plus rare dans les tables rondes et son discours moins passionné. Les personnels de l’Institut français, de la DGASE et de l’OFII ont organisé directement les panels. La plupart du personnel du festival n’était pas présente lors des événements. On assiste à un exposé des bailleurs de fonds sur les programmes de retour au pays d’origine pour un potentiel public sénégalais qui n’a pas émigré et qui n’a pas assisté au débat, monopolisé par les institutions organisatrices. Il est paradoxal aussi que le débat de l’édition espagnole de 2023 (célébrée en février à Séville) ait porté sur les difficultés pour l’obtention de visas, à l’adresse d’un auditoire majoritairement européen, comme si les publics étaient inversés. Le deuxième panel portait sur le traitement journalistique du fait migratoire dont la thématique semble plus pertinente, faisant dialoguer une journaliste d’un media communautaire de Dakar (Oxyjeunes FM) et un correspondant international de RFI. Des quatre panels prévus dans la version finale du programme, seuls deux ont finalement eu lieu, du fait de problèmes logistiques de dernière minute. C’est dans la salle de cinéma située dans la cour intérieure de l’Institut français que se tiennent ces panels, mais des barrières spatiales et symboliques se sont combinées pour restreindre l’accès des personnes potentiellement intéressées par le débat. Le public était composé plutôt d’« invités ». L’intervention depuis le public de la journaliste andalouse María Iglesias — du journal de gauche ElDiario.es et venue avec le groupe du festival — fut l’une des plus applaudies, ayant été la seule à avoir fait le lien entre le contrôle migratoire et le racisme structurel des politiques européennes.

13La proposition musicale de cette deuxième édition rassemblait deux groupes locaux très appréciés, Mama Sadio et Sunu Jant et l’orchestre Guneyi ainsi que trois groupes de la diaspora sénégalaise en Europe, Diabel Cissokho (basé au Royaume Uni), Los Hermanos Thioune (basé en Espagne) et One Pac & Fellows (avec des musiciens espagnols), et un artiste sénégalais d’envergure internationale, Sahad Sarr. Le programme était complété par le concert de la chanteuse espagnole Rocío Marquez et le guitariste flamenco Canito qui ont aussi dédié une matinée à la rencontre des musiciens dits « locaux » — sans que leurs noms soient inscrits dans le programme alors qu’ils sont des professionnels expérimentés. La supposée mise en valeur des artistes de la ville a cependant été limitée voire effacée dans les discours. Ce sont les groupes musicaux de la diaspora qui ont été valorisés et présentés par l’animateur de l’événement comme « réussis » ainsi que les collaborations avec des artistes de Saint-Louis sous forme de « master class » au lieu d’« échanges » et qui renvoient toujours à cette idée de « validation » depuis l’Europe.

14Au milieu de la dernière soirée, autour de minuit, les autorités de la ville, du ministère de la Culture et des Affaires étrangères se sont présentées sur scène, pour appuyer les organisateurs et leur programme pour les « migrants de retour », alors que les organisateurs et collaborateurs ne sont pas montés sur scène. En réalité, le public rassemblait majoritairement des habitants de Saint-Louis (Sénégalais d’origine et étrangers) et des touristes venus avec le groupe organisateur du festival (une vingtaine de personnes). N’est-il pas paradoxal qu’entretemps l’association de jeunes « Taxawou sa gox » (« Le Quartier en pied ») ait organisé un autre festival nommé « Langue de Barbarie Festival » se déroulant dans les rues du quartier des pêcheurs confronté aux départs migratoires, sur le thème « Non à l’émigration clandestine », et qu’il n’y ait pas eu de collaboration entre les deux événements, alors qu’un échange sur le fond du sujet aurait été pertinent ?

15Il reste encore à élucider ce qu’il faut entendre par « Back to The Roots » et auprès de qui on prône ce retour. Ce thème paraît intéresser les bailleurs nationaux et internationaux, en quête de ce « bon retour » économiquement rentable et politiquement acritique.

16Après avoir assisté à l’événement et eu plusieurs conversations sur ce sujet, j’ai prolongé ma réflexion. L’initiative relève d’une intention bienveillante, sans doute, mais les intérêts des uns et des autres ont réussi à la détourner, voire à « commercialiser conceptuellement » le sujet : la migration, le retour. Cependant, le festival a réussi quand même à mobiliser des acteurs engagés du Nord et du Sud global. Je me demande donc quel sera l’impact des compromissions que ces acteurs doivent faire pour rentrer dans les « agendas » des bailleurs. Est-il toutefois légitime de simplifier les enjeux et de se cacher derrière un « folklorisme institutionnel » pour avoir accès à des soutiens financiers permettant de se réunir ? Utilise-t-on effectivement ces événements pour construire/réfléchir à des agendas alternatifs, informellement ? Combien d’énergie dépense-t-on dans ce double discours/action ? Que reste-t-il de ceux qui refusent de jouer à ce jeu de la fausse diplomatie ? Et pour finir, comment tout cela affecte-t-il ceux et celles qui observent et participent mais qui ne sont pas capables d’interpréter ces « autres » messages ?

Haut de page

Notes

1 La spécificité de ce voyage étant, selon Wane « la possibilité d’échanger avec des acteurs locaux sur la migration, mais aussi de participer à des actions citoyennes telles que le nettoyage ». Sur le site web, est indiqué que : « Les participants étrangers auront également l’occasion de profiter d’un voyage de tourisme durable, et visiteront au moins deux des plus importantes villes du Sénégal à savoir Dakar et Saint-Louis, afin de collaborer avec quelques associations locales et en même temps participer à la réalisation de micro projets » (<https://www.backtotheroots.cloud/>).

2 Le pays a assuré la présidence rotative du Conseil de l’Union européenne du 1er janvier au 30 juin 2022.

3 Présidence tournante pour une durée d’un an, depuis février 2022.

4 Voir, dans ce numéro, l’entretien de Kelly Poulet avec Mamadou Dia.

5 Open Arms est une organisation espagnole qui a pour mission principale de « protéger, en mer, les personnes qui tentent d’atteindre l’Europe fuyant les conflits belliqueux, la persécution ou la pauvreté ». En 2019, la stratégie de sauvetage s’élargit, l'organisation arguant « qu’une fois en mer, il n’y a plus de solution. La meilleure façon de sauver des vies est d’agir à l’origine » et, dans ce cadre, Open Arms propose le projet « Origine » (<https://www.openarms.es/fr/notre-activite/afrique>).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Feal, « Wane Birane (fondateur). — Festival Back to The Roots »Cahiers d’études africaines, 254 | 2024, 485-490.

Référence électronique

Laura Feal, « Wane Birane (fondateur). — Festival Back to The Roots »Cahiers d’études africaines [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 15 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/47988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11v3l

Haut de page

Auteur

Laura Feal

Journaliste et chercheuse indépendante, Saint-Louis, Sénégal

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search