Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Les Cahiers d’Études africaines, depuis leur fondation en 1960, privilégient la publication d’articles inédits, nourris par des enquêtes originales et des apports théoriques consolidés ou émergents. Tout en étant interdisciplinaire, la revue privilégie les recherches anthropologiques et historiques sur l’Afrique et les sociétés liées à l’Afrique à travers le monde. La publication d’articles en français et en anglais contribue à la reconnaissance internationale de la revue.
Les numéros antérieurs à 2000 sont en libre accès sur persee.fr. Les abonnements sont gérés par les éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Dernier numéro en ligne
240 | 2020
Soudan : identités en tension

In Sudan, the various modalities of participation in Islam and Arab identity affect relations between populations and segments of society according to variable gradients between recognition and denial. From the micro-local to the international scale, the positions between Arabity and Islam intersect the debates on national identity, according to changing and multiple configurations. Regional borders and other institutional arrangements inherited from colonial constructions have given rise to numerous conflicts and reshuffles while forming a referential base. The independence of Southern Sudan in 2011, ending decades of war and ethnic polarization, was a testimony to the failure of national construction. This stage did not end the reconfigurations of identities and power relations in the country, as evidenced by the inclusive slogans dealing with identity issues carried by the revolutionary movement that led in April 2019 to the fall of the Islamic regime in place since 1989. Focused on an interdisciplinary approach, attentive to long-term phenomena and the empirical anchoring of situated fieldworks, this issue is devoted to identity reconfigurations in Sudan. The historical arrangements and the declinations around three notions of ethnicity, religion and nationalism are questioned beyond the specificity of the Sudanese case.

Au Soudan, les diverses modalités de participation à l’islam et à l’identité arabe agissent sur les relations entre les populations et les segments de la société selon des gradients variables entre reconnaissance et dénégation. De l’échelle micro-locale à l’échelle internationale, les positionnements entre arabité et islamité entrecroisent les débats sur l’identité nationale, selon des configurations mouvantes et plurivoques. Les frontières régionales et d’autres dispositifs institutionnels hérités des constructions coloniales ont suscité de nombreux conflits et remaniements tout en formant un socle référentiel. L’indépendance du Soudan du Sud en 2011 mettant fin à des décennies de guerre et de polarisation ethnique témoignait cependant de l’échec de la construction nationale. Cette étape n’a par ailleurs pas clos les reconfigurations des identités et des relations de pouvoir comme en attestent les slogans inclusifs portés par le mouvement révolutionnaire qui a mené en avril 2019 à la chute du régime islamique en place depuis 1989. Centré sur une démarche interdisciplinaire, attentive aux phénomènes de la longue durée et à l’ancrage empirique d’enquêtes situées, ce numéro est consacré aux reconfigurations identitaires au Soudan. Les agencements historiques et les déclinaisons autour de trois notions d’ethnicité, de religion et de nationalisme, y sont interrogés au-delà du cas soudanais.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search