Navigation – Plan du site

Introduction

Mathilde Cambron-Goulet et Laetitia Monteils-Laeng
p. 7-16

Entrées d’index

Index de mots-clés :

vieillesse, sagesse, déchéance, vieillard
Haut de page

Texte intégral

1Les contributions ici rassemblées sont issues du colloque intersectoriel « Les vieillards sont deux fois des enfants » : Du regard sur la vieillesse dans l’Antiquité, qui a eu lieu du 7 au 9 juin 2017 à l’Université de Montréal.

  • 1 J.-Y. Goffi, « L’Éternité devant nous », in S. Carvallo & É. Giroux (eds), Comprendre la vieillesse(...)
  • 2 La première allusion au système de groupes d’âge (hêlikiai) divisant l’existence humaine en hebdoma (...)

2Quelle est la spécificité de l’approche antique de la vieillesse ? Y a-t-il une ou plusieurs façons de la concevoir ? On a bien souvent tendance à considérer que l’Antiquité nous aurait transmis une forme de sagesse selon laquelle la vie est scandée par différents âges inscrits dans la nature même des choses1 : l’enfance, la jeunesse, l’âge mature et enfin la vieillesse organisent l’existence selon un schéma dans lequel à une ascension succède un déclin2. La vie se lit alors selon un cheminement où chaque génération tend à s’effacer au profit de celle qui la suit. La vieillesse coïncide dans ces conditions avec le désengagement de la sphère politique et sociale, le retour sur soi, mais pas forcément avec le repli sur soi, puisqu’elle permet en retour une transmission des savoirs, les plus âgés faisant bénéficier les plus jeunes de leur expérience. L’Antiquité accepterait a priori avec sagesse la vieillesse comme un phénomène nécessaire et inéluctable. Ainsi pour Sénèque : « (…) il est doux d’avoir fatigué ses désirs et de les avoir laissés en arrière ! » (Lettre à Lucilius 12, 5, trad. Jourdan-Gueyer). La vieillesse apparaît ainsi comme « un âge fatigué, non pas brisé » (26, 1).

  • 3 Cf. J.-Y. Goffi, op. cit., p. 60.
  • 4 F. Bacon, Des moyens de mourir, de retarder la vieillesse et de restaurer les forces vitales, trad. (...)
  • 5 R. Descartes, Discours de la méthode, Paris, Vrin, 1987, p. 62. Voir M. Grmek, « Les Idées de Desca (...)
  • 6 N. de Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, GF-Flammar (...)

3Les Modernes, au contraire, se caractériseraient par « leur activisme foncièrement dirigé contre le vieillissement et contre la mort »3. F. Bacon propose par exemple une théorie de la longévité : « Tout ce qui peut être continuellement nourri et, en se nourrissant, être restauré entièrement, est, tout comme la flamme de Vesta, potentiellement éternel »4. L’alimentation est ainsi capable de faire obstacle à la mort, du moins de ralentir le vieillissement. L’hypothèse de F. Bacon se fonde sur l’idée que les êtres vivants sont soumis aux mêmes processus de décomposition que les corps inorganiques. Le traité consiste en des observations sur des pratiques de conservation de la matière (boiseries recouvertes de vinaigre, fruits recouverts de farine, vin et bière scellés dans des bouteilles). R. Descartes, de son côté, nourrit l’espoir que la médecine finisse par avoir raison de la vieillesse. Une médecine dont on attend qu’elle soulage les hommes d’une infinité de maladies et « même peut-être aussi de l’affaiblissement de la vieillesse »5. Quant à N. de Condorcet, il estime que les développements de la science médicale, associés aux progrès de l’éducation et à une meilleure organisation sociale, permettraient l’avènement « d’un temps où la mort ne serait plus que l’effet, ou d’accidents extraordinaires, ou de la destruction de plus en plus lente des forces vitales »6.

4Aux Modernes, qui refusent une condition jugée déplorable et insatisfaisante, condition qu’ils espèrent modifier en travaillant sur les techniques de prolongement de la vie, s’opposeraient donc les Anciens qui nous offrent de la vieillesse une vision rassurante et apaisante. La vieillesse ne s’oppose pas au bien-vivre et est conforme à la nature. Toutefois, un regard rapide jeté sur les images de la vieillesse qu’a pu produire l’Antiquité suffit à montrer qu’il y a là matière à controverse, voire à polémique.

  • 7 S. Byl, « Lamentations sur la vieillesse dans la tragédie grecque », in J. Bingen, G. Cambier & G. (...)
  • 8 Aristophane, Les Guêpes 1341-1359 ; L’Assemblée des femmes 465-468 et 877-1110. Voir J. B. Bremmer, (...)
  • 9 Voir F. Woerther, L’Èthos aristotélicien. Genèse d’une notion rhétorique, Paris, Vrin, 2007, p. 255 (...)

5Maudite chez Hésiode (Les Travaux et les jours 104), la vieillesse est envoyée aux hommes en guise de châtiment aux côtés du travail et de la maladie (90-116). Misérable chez les auteurs de tragédie (Œdipe à Colone 1211-1249), elle n’appelle que lamentations et constitue le plus grand des malheurs au point où la mort est perçue comme un remède7. Moquée et ridiculisée par Aristophane, la vieillesse est synonyme d’impuissance physique et de dégénérescence morale. Les vieillards, et plus encore les vieilles femmes, passent pour des fous, des êtres lubriques et libidineux8. Le potentiel comique du vieillard vient notamment de ce qu’il refuse de voir cette régression et pense toujours être capable d’apprendre ou de séduire. Aristote, de son côté, en dresse un tableau repoussoir : le corps usé, l’esprit affaibli, le vieillard est aigri par l’expérience d’une vie qui, loin d’apporter la sagesse, contribue plutôt à le rendre mesquin, craintif et égoïste (Rhétorique 1389b 13-1390a 24)9.

6La vieillesse reste ainsi un mot chargé d’inquiétude, de faiblesse et parfois d’angoisse. Un terme pourtant imprécis, une réalité difficile à cerner. Quand devient-on vieux ? L’étude de Jean‑Nicolas Corvisier nous permet de définir la réalité que recouvre le terme vieillesse dans l’Antiquité : une vie qui se prolonge au-delà de la moyenne et qui permet par exemple de jouer le rôle valorisé et valorisant de grand-parent, certes, mais également une vie active qui se poursuit alors que les forces déclinent, avec les complications que cela comporte.

  • 10 Voir T. Parkin, « The Elderly Children of Greece and Rome », in C. Krötzl & K. Mustakallio (eds), O (...)

7Les images qu’explore Patrizia Birchler-Émery mettent en lumière cette crainte de la vieillesse qui se traduit par une iconographie parsemée de vieillards voûtés, ridés, chauves, dont les caractéristiques physiques illustrent la participation sociale déclinante. Le proverbe « les vieillards sont deux fois des enfants » (Clavis patrum graecorum I, 235 Geerard), que Platon reprend à son compte (Lois 646a) et qui reflète une idée populaire10, consacre la circularité tragique de l’existence humaine. Même s’il est permis d’en avoir une lecture positive, cette formule renvoie plutôt à l’état d’indigence et de dépendance dans lequel se retrouvent le vieillard et l’enfant.

  • 11 Mimnerme, Septième élégie : « Puissé-je mourir, sans maladie ni cruels soucis, à soixante ans ».

8La diffusion de stéréotypes dévalorisant le sujet vieillissant est ainsi loin d’être l’apanage de notre époque. Qu’elle soit redoutée, mal vécue, cachée, voire volontairement évitée — le poète Mimnerme préfèrerait mourir que vieillir11 , la vieillesse reste le plus souvent dans l’Antiquité synonyme de perte et de déchéance. Déjà, dans la Sparte archaïque, le vieillard est celui qui n’a pas su obéir à l’injonction de la belle mort et qui par conséquent ne peut prétendre à l’immortalité, comme le montre Magali Année.

  • 12 S. Byl, « La Vieillesse dans le Corpus hippocratique », in F. Lasserre & P. Mudry (eds), Formes de (...)

9L’Antiquité ne s’est cependant pas contentée d’idéaliser le grand âge ou au contraire de le déprécier, et de favoriser ainsi sa marginalisation ou au contraire sa réhabilitation politique et sociale. Elle s’est aussi interrogée sur les causes du vieillissement, produisant un débat courant sur plusieurs siècles opposant les tenants d’une hypothèse dégénérative qui voit dans la sénescence un processus pathologique (Aristote, Génération des animaux 783b-784b), aux partisans d’une hypothèse plus évolutive pour qui vieillir n’est pas forcément comparable à une maladie. Aristote, qui adopte une telle hypothèse dégénérative, se contente de décrire et d’expliquer en scientifique les dégâts que ne manque pas de causer la vieillesse, sans se soucier d’interférer dans ce qu’il considère être un processus inéluctable. Ainsi, Adam Woodcox montre que pour Aristote, les causes du vieillissement sont à chercher dans le déséquilibre des éléments constituants (chaud et froid, humide et sec), déséquilibre qui peut même aller jusqu’à infléchir les dispositions morales de la personne. Contre une conception risquant d’enfermer le vieillissement dans une méconnaissance fataliste, l’auteur du traité Nature de l’homme (XII, 6) considère en revanche ce processus, non plus comme pathologique, mais comme l’ultime étape d’un processus de refroidissement entamé depuis l’enfance. Les auteurs du Corpus hippocratique sont aussi les premiers à identifier chez le vieillard une physiologie et une pathologie propres (Aphorismes III, 24)12. Le corps vieilli n’est ainsi pas forcément associé à un organisme défaillant, il dispose d’un idéal de santé qui lui est propre, distinct de celui des âges inférieurs. Ces questions sur la nature du vieillissement sont l’objet de plusieurs des contributions du dossier présenté ici. Comme le note Véronique Boudon-Millot, Galien estime en effet que l’équilibre peut être maintenu grâce à la gérocomie, qui a pour but de maintenir et de préserver la santé du vieillard, la vieillesse ne constituant pas en elle-même une maladie. Anne‑France Morand souligne que chez Galien, l’analyse de la vieillesse repose sur la théorie du tempérament : froids et secs, les vieillards doivent adopter un régime qui rétablit chez eux l’équilibre.

  • 13 Il ne suffit pas d’être vieux pour être sage. Céphale, le vénérable vieillard dont les propos ouvre (...)
  • 14 C’est bien chez Platon qu’on trouve pour la première fois un traitement rationnel de cette forme de (...)
  • 15 L. Candiotto, « The Role of the Old Interlocutors in Plato’s Dialogue. A New Philosophical Meaning (...)

10En effet, aux images pathétiques de la vieillesse véhiculées par l’iconographie, la poésie archaïque spartiate ou la biologie aristotélicienne, répondent, chez Homère, la figure du vénérable Nestor dont Agamemnon loue le bon conseil en temps de guerre (Iliade II, 370-374), tout en déplorant les ravages physiques que ne manque pas de produire sur lui la vieillesse (IV, 313-316). Platon promeut, quant à lui, une vision de la vieillesse non pas naïvement idéalisée13, mais néanmoins positive. La vieillesse peut en effet être le lieu d’une supériorité intellectuelle et morale (Lois 715d), sans que pour autant la sagesse soit le corollaire systématique de la vieillesse. Les plus âgés ont certes seuls l’expérience nécessaire à une pratique raisonnable du pouvoir (République 347d) et l’ordre de la nature veut que les vieux commandent aux jeunes (Lois 690a-b ; 714e), mais le philosophe n’ignore pas le déclin physique et mental qui peut accompagner la vieillesse14. Les rapports entre vieillesse et sagesse sont ambigus, ainsi que le montre la contribution d’Alan Pichanick dans ce dossier : du point de vue de Platon, c’est en effet la véritable modération qui permet d’aborder la vieillesse avec sérénité, aussi celui qui renonce aux plaisirs de la jeunesse exclusivement en raison de la perte de ses capacités physiques ne peut-il échapper à la « deuxième enfance » que celle-ci entraîne. L’Antiquité a en outre, par certains aspects, tenté de diminuer l’écart qui sépare les représentations de l’humain dit « normal » de celles de l’humain vieillissant et dépendant, en valorisant, à l’image de Platon, l’expérience des plus âgés auprès des plus jeunes et en en démontrant l’utilité sociale15, comme l’observe Annie Larivée. Cette tension entre la sagesse du vieillard et les maux propres à la vieillesse est également l’objet de la réflexion de Sénèque sur le temps, ainsi qu’on peut le voir dans l’article de Marion Bourbon : chez le vieillard, le temps s’accélère et la vie gagne en intensité.

11Chez les Stoïciens, la sagesse prémunit d’ailleurs contre les maux de la vieillesse, comme le remarque Jean‑Christophe Courtil : le phénomène de vieillissement est intimement lié aux choix éthiques et diététiques des individus, une vie déréglée provoquant l’accélération du vieillissement, alors qu’une vie vertueuse permet de le ralentir. De nombreux philosophes partagent ainsi une telle opinion, et mettent en relation vieillissement et dispositions morales. C’est en effet à ce moment de la vie que les défauts ou les qualités qui résultent de l’évolution du caractère atteignent leur apogée, comme on peut le voir dans la contribution de Marine Glénisson, pour qui il s’agit là d’une des raisons pour lesquelles la vieillesse joue chez Plutarque un rôle central dans la description d’un caractère.

  • 16 Cicéron, Des fins des biens et des maux III, 18, 60. Il y a un seuil au-delà duquel les conditions (...)

12La pensée antique a ainsi saisi bien des enjeux fondamentaux du vieillissement : nature normale ou pathologique du processus ; impact du vieillissement physique sur nos facultés psychiques, intellectuelles et même morales. À sa manière, elle a posé des questions dont la pertinence et l’actualité ne peuvent que nous frapper : faut-il privilégier la qualité de la vie à sa longévité ? Faut-il affronter les souffrances que peut causer la vieillesse ou faire le choix d’une mort préservant la dignité ? La question de l’euthanasie est un exemple concret d’enjeu éthique qui divise dès l’Antiquité : certes, le « serment d’Hippocrate » s’y oppose en interdisant le recours au poison pour aider au suicide, mais les textes littéraires et philosophiques sont plus partagés. Ainsi, dans les Suppliantes (1109-1111), Euripide dresse un tableau de la vieillesse qui irait plutôt dans un sens favorable à l’euthanasie. Platon, à l’inverse, proscrit le suicide (Phédon 62c 6-8) qui n’est pas un moyen acceptable d’abréger ses souffrances dans la vieillesse. Pour lui, « mourir de vieillesse » est la fin la plus douce, elle est même accompagnée de plaisir plutôt que de peine (Timée 81e), tout en soutenant qu’il ne faut pas prolonger inutilement la vie des incurables (République 407c-e), au travers de ce qui ressemble à une critique de l’acharnement thérapeutique. Plus radicale est cependant l’attitude de Zénon, fondateur du Portique, qui, parvenu à un âge avancé, n’aurait pas hésité à mettre fin à sa vie volontairement, par auto-asphyxie (Diogène Laërce, VII, 28). Lorsque ce qui n’est pas conforme à la nature l’emporte dans la vie présente, il est pertinent, même pour le sage, de quitter la vie16. Face à la maladie chronique, aux douleurs persistantes, ou à la certitude d’être mis à mort, le suicide peut devenir un devoir, un acte approprié (kathèkon). Bien que ce genre de conditions fassent partie de ce qui, en droit, est indifférent, elles peuvent s’avérer être suffisamment puissantes pour interdire au sage de poursuivre une vie vertueuse. Le suicide, loin d’être une échappatoire, peut alors être considéré comme une mort exemplaire, dernier acte volontaire d’un être libre. Ces considérations sont l’objet de l’article de Nadine Bernard qui montre que, dans certains cas, c’est non seulement le suicide, mais encore la mise à mort des vieillards qui s’inscrit dans de telles visées éthiques.

13Le désir d’une « mort digne » serait-il une liberté, celle de choisir la façon de terminer sa vie et de privilégier la qualité de la vie à sa longévité ? Cette notion de dignité pourrait cependant impliquer que la maladie, l’infirmité, la faiblesse et la vieillesse seraient à elles seules capables de rendre un être humain indigne. Mais ce désir d’éviter cette fin de vie associée au terme affectivement chargé de « décrépitude » ne cache-t-il pas aussi une angoisse de la vieillesse assimilée à une déchéance systématique ? Le « vieux » aurait finalement le choix entre cette mort volontaire et la disparition sociale, la marginalisation, la mise en retrait.

14L’ensemble du dossier présenté ici laisse entrevoir toute l’ambivalence que peut susciter la vieillesse, à la fois désirée car inséparable de la longévité et redoutée en raison des maux qu’elle ne manque pas de provoquer. Phénomène inéluctable, biologiquement nécessaire, la vieillesse n’a rien d’une évidence.

Haut de page

Notes

1 J.-Y. Goffi, « L’Éternité devant nous », in S. Carvallo & É. Giroux (eds), Comprendre la vieillesse, Bruxelles, E. M. E., 2012, p. 53-65, particulièrement p. 59.

2 La première allusion au système de groupes d’âge (hêlikiai) divisant l’existence humaine en hebdomades (période de 7 ans) apparaît vers la fin du VIIe siècle dans un poème de Solon (fr. 27 West). Les Pythagoriciens identifient de leur côté quatre âges, c’est-à-dire pais, neos, anêr et gerôn, dans la lignée des quatre saisons (Diodore de Sicile X, 9, 5. Cf. H. Thesleff, The Pythagorean Texts of the Hellenistic Period, Abo, Abo Akademia, 1965, p. 233). Platon distingue aussi quatre âges (Lois 658c-d ; 833c-d) et attribue à chacun des capacités intellectuelles différentes. Le Corpus hippocratique (fin du Ve siècle a. C.) analyse aussi l’existence humaine en 7 hêlikiai qui durent chacune 7 ans : le premier est le paidion ; le second, pais ; le troisième, meirakion ; le quatrième, neaniskos ; le cinquième, anêr ; le sixième, gerôn ; le septième, presbutês (cf. Pollux, Onomasticon II, 4). Sur ce point, voir R. Garland, The Greek Way of Life. From Conception to Old Age, Ithaca, Cornell University Press, 1990, p. 2-4.

3 Cf. J.-Y. Goffi, op. cit., p. 60.

4 F. Bacon, Des moyens de mourir, de retarder la vieillesse et de restaurer les forces vitales, trad. C. Surprenant, Paris, Éditions Payot, 2002, p. 27.

5 R. Descartes, Discours de la méthode, Paris, Vrin, 1987, p. 62. Voir M. Grmek, « Les Idées de Descartes sur le prolongement de la vie et le mécanisme du vieillissement », RHS 21 (1968), p. 285-302.

6 N. de Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, GF-Flammarion, 1988, p. 294.

7 S. Byl, « Lamentations sur la vieillesse dans la tragédie grecque », in J. Bingen, G. Cambier & G. Nachtergael (eds), Le Monde grec. Hommages à C. Préaux, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 1975, p. 130-139.

8 Aristophane, Les Guêpes 1341-1359 ; L’Assemblée des femmes 465-468 et 877-1110. Voir J. B. Bremmer, « The Old Women of Ancient Greece », in J. Blok & P. Mason (eds), Sexual Asymmetry : Studies in Ancient Society, Amsterdam, J. C. Gieben, 1987, p. 191-207 ; N. Bernard, « Les Femmes âgées au sein de la famille et de la cité classique », in B. Bakhouche (ed.), L’Ancienneté chez les anciens, Montpellier, Publications de l’université Paul-Valéry, 2003, tome I, p. 43-60. 

9 Voir F. Woerther, L’Èthos aristotélicien. Genèse d’une notion rhétorique, Paris, Vrin, 2007, p. 255-297.

10 Voir T. Parkin, « The Elderly Children of Greece and Rome », in C. Krötzl & K. Mustakallio (eds), On Old Age. Approaching Death in Antiquity and the Middle Age, Turnhout, Brepols, 2011, p. 25-40 ; p. 39-40, pour toutes les occurrences de cette formule dans le corpus antique.

11 Mimnerme, Septième élégie : « Puissé-je mourir, sans maladie ni cruels soucis, à soixante ans ».

12 S. Byl, « La Vieillesse dans le Corpus hippocratique », in F. Lasserre & P. Mudry (eds), Formes de pensée dans la collection hippocratique, Genève, Droz, 1983, p. 85-95 ; C. Magdelaine, « Vieillesse et médecine chez les médecins grecs, d’Hippocrate à Galien », in B. Bakhouche (ed.), op. cit. n. 8, tome I, p. 61-81, particulièrement p. 69 ; V. Nutton, La Médecine antique, trad. A. Hasnaoui, Paris, Les Belles Lettres, 2016, p. 387 n. 25.

13 Il ne suffit pas d’être vieux pour être sage. Céphale, le vénérable vieillard dont les propos ouvrent la République (328c-331d), est, à lui seul, la preuve que sagesse et vieillesse ne sont pas interchangeables. C’est néanmoins un contre-sens qu’on trouve parfois : C. S. Kirk, « Old Age and Maturity in Ancient Greece », Eranos-Jb 40 (1971), p. 123-158, et G. Minois, Histoire de la vieillesse en Occident, Paris, Fayard, 1987, p. 89-91, voient en Céphale l’incarnation de cette belle vieillesse pour qui les capacités intellectuelles profitent de l’affaiblissement des sens. Ce contre-sens est notamment dénoncé par P. Javet, « Céphale et Platon sur le seuil de la vieillesse. Réflexions sur le prologue de la République », RPhilos 172 (1982), p. 241-247.

14 C’est bien chez Platon qu’on trouve pour la première fois un traitement rationnel de cette forme de déraison (paranoia) qu’est la sénilité (République 536d ; Lois 929d). Voir S. Byl, « Les Facultés mentales du vieillard dans la littérature grecque », BAGB (2003), p. 27-49.

15 L. Candiotto, « The Role of the Old Interlocutors in Plato’s Dialogue. A New Philosophical Meaning of Old Age », SPhP 24 (2014), p. 15-24.

16 Cicéron, Des fins des biens et des maux III, 18, 60. Il y a un seuil au-delà duquel les conditions qui entourent l’existence, du statut d’indifférents, passent à celui d’obstacles interdisant l’accomplissement du télos (Épictète, Entretiens I, 25, 18) : en l’homme, la raison transforme de l’intérieur, tout en le prolongeant, l’instinct de conservation qui anime les animaux. En certaines circonstances, cet instinct peut laisser place à une estimation lucide qui juge qu’il peut être plus conforme au télos et à la vertu de mettre fin à ses jours. Mais en aucun cas, le suicide chez le sage ne peut être interprété comme symptomatique d’une affectivité troublée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Cambron-Goulet et Laetitia Monteils-Laeng, « Introduction », Cahiers des études anciennes, LV | 2018, 7-16.

Référence électronique

Mathilde Cambron-Goulet et Laetitia Monteils-Laeng, « Introduction », Cahiers des études anciennes [En ligne], LV | 2018, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1030

Haut de page

Auteurs

Mathilde Cambron-Goulet

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Laetitia Monteils-Laeng

Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals