Navigation – Plan du site

La vieillesse dans le monde antique : aspects démographiques et conséquences sociales1

Jean-Nicolas Corvisier
p. 17-36

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Vieillesse démographie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans la mise au point de ce texte j’ai bénéficié d’utiles suggestions de ses savantes éditrices. Qu (...)
  • 2 M. D. Grmek, Les Maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris, Payot, 1983 ; J.-N. Corvi (...)

1En abordant la vieillesse du point de vue de l’historien démographe, l’historien ne doit pas oublier de rester toujours et surtout historien. Ainsi, dans l’Antiquité, les obstacles au vieillissement n’étaient pas aussi grands qu’en d’autres temps et en d’autres lieux. Le milieu grec est globalement sain. Les rations alimentaires sont en général suffisantes, l’alimentation équilibrée et assez riche en vitamines, ce qui réduit les avitaminoses, les conditions d’hygiène plutôt satisfaisantes, comparées à l’Europe médiévale ou moderne. La situation sanitaire peut s’être dégradée à partir du IIIe siècle a. C., mais elle mettait le Grec ancien à l’abri des grandes endémies. Jusqu’à la période impériale, la Grèce est donc un monde protégé, avec une pathologie d’un simple pays chaud : fièvres, dysenteries et malarias, dont la forme gravissime due au Plasmodium Falciparum n’est pas toujours présente. Le monde romain est moins favorisé vu son étendue, mais il l’est davantage que le Moyen Âge ou la période moderne, au moins jusqu’au IIe siècle p. C.2. On devra s’en souvenir lorsqu’on posera la question des nombres. En effet, il faut d’abord reconstruire une démographie avant de donner le point de vue de l’historien démographe sur la vieillesse en elle-même puis sur la vieillesse dans la société.

I Le problème des nombres

Les sources antiques

  • 3 K. Hopkins, « Graveyards for Historians », in F. Hinard (ed.), La Mort, les morts et l’au-delà dans (...)
  • 4 B. E. Richardson, Old Age among the Ancient Greeks, Baltimore, Hopkins Press, 1933, p. 233.

2Les indications fragmentaires des textes facilitent peu l’étude quantitative : l’épigraphie donne des séries numériques importantes mais ses résultats sont aberrants. Selon les calculs modernes en effet, on doit avoir, pour une espérance de vie à la naissance de 20 ou 30 ans, des courbes similaires. D’une mortalité respectivement de 33% et de 26% du total dans la première année, elles tombent à 8 et 6% vers 12 ans, remontent à 15 et 10% du total vers 40 ans et à 60 ans jusqu’à 35 et 27% du total. La courbe devrait donc adopter une forme de V presque régulier3. Pour le monde grec, la courbe qu’obtenait B. E. Richardson en 1933, sur plus de 2000 cas, partait d’un niveau élevé (380 cas par an entre la première et la dixième année), montait jusqu’à 470 cas vers 20 ans, tombait à 230 cas à 40 ans, 120 à 60 ans, 30 à 90 ans4. Les deux courbes sont donc incompatibles. Celle de B. E. Richardson est anormale, ses données de départ étant trop fragmentaires pour que l’échantillon soit utilisable. Tout au plus peut-on calculer que l’âge moyen qui se dégage de ces données est de 27,4 ans toutes périodes confondues.

  • 5 Ces questions ont été plus largement abordées dans J.-N. Corvisier, « La Vieillesse dans l’Antiquit (...)

3Depuis 1933, d’autres études ont été menées. L’âge moyen au décès est 29-30 ans pour les inscriptions funéraires des Ve-IVe siècles (1938), 29 ans à la période impériale (1958) et 24 ans dans l’Égypte gréco-romaine (1945). Les inscriptions funéraires attiques ont été réexaminées par une équipe américano-danoise (1985 et 1992) qui n’en tire que des conclusions sociales, en affirmant que l’échantillon est trop hétérogène pour correspondre à des modèles démographiques normaux. Il n’empêche qu’au IVe siècle les inscriptions célèbrent la longévité, au contraire de celles du VIe. Pour le monde romain, l’ampleur du matériel épigraphique (43 000 inscriptions) devrait permettre des résultats plus positifs, mais on n’obtient pas plus des données compatibles avec les courbes de décès normales. Celles qu’établit K. Hopkins en 1987 pour les hommes comme pour les femmes montrent dans le premier cas un point de départ très bas, alors qu’on l’attendrait très haut, une stabilisation à un niveau élevé, entre 20 et 45 ans (jusqu’à 20% de la classe d’âge), et une lente montée ensuite. Dans le second cas, on discerne après un début très bas, un pic de mortalité entre 25 et 30 ans, suivi d’une chute jusque vers 55 ans puis d’une remontée. Rien à voir avec le V qu’on attendrait. Les inscriptions sont-elles malgré tout utilisables par l’historien ? La controverse se poursuit5.

4En fait, pour utiliser l’épigraphie, il faut savoir que le fait social y prime sur le fait démographique. La reconstitution de familles porte sur une frange de la société, celle qui écrit et qui a les moyens de faire graver. Faire cadrer sa démographie avec celle de l’ensemble de la population ne peut être réalisé de façon satisfaisante. La mortalité accidentelle des adultes, guerres ou accouchements, y est surreprésentée, d’où les discordances par rapport aux courbes de référence. Pour chiffrer la mortalité des vieillards, on a peu de choses à en tirer, si ce n’est l’image de celle-ci.

  • 6 R. Bagnall & B. Frier, The Demography of Roman Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 1994. (...)

5Peut-on se tourner vers les papyri ? La masse des déclarations de naissance et décès dans l’Égypte romaine a été étudiée par R. Bagnall et B. Frier. Ils pensent que les chiffres issus de leur documentation cadrent avec les modèles et tablent sur une espérance de vie à la naissance de 21-22 ans, soit le niveau 2 de Coale et Demeny6.

La paléodémographie

  • 7 J.-L. Angel, « Ecology and Population in the Eastern Mediterranaean », World Archaeology 4 (1972), (...)

6La paléodémographie ne donne que les âges moyens au décès des squelettes répertoriés. Dans le monde grec, selon les tables de J. L. Angel7, on arrive aux résultats suivants :

Période

Hommes

Femmes

Fer Ancien

38,8 ans

30,4 ans

Classique

45 ans

36,2 ans

Hellénistique

42,4 ans

36,5 ans

Impériale

40,2 ans

34,6 ans

  • 8 S. Bisel, A Pilot Study of Aspect of Human Nutrition in the Ancient Eastern Mediterranean, diss. Un (...)

7Les chiffres sont élevés par rapport aux âges moyens donnés par l’épigraphie, mais on les comparera utilement avec les données relevées par S. Bisel8 :

Hommes

Femmes

Athènes classique

49,7 ans

47 ans

Akanthos classique

35,5 ans

42,1 ans

Athènes hellénistique

44,3 ans

44,3 ans

8La validité de ces chiffres est contestée par les paléodémographes actuels pour qui les séries sont trop fragmentaires, la sous-représentation des enfants faussant entre autres les moyennes, il y a contradiction entre des âges au décès plus élevés pour les hommes que pour les femmes et le haut niveau d’âge moyen au décès obtenu. Car les tables de mortalité disent qu’à une espérance de vie à la naissance de 21-22 ans, le nombre d’hommes dans la société est sensiblement identique à celui des femmes et baisse si l’espérance de vie moyenne augmente. Ce serait même une certitude biologique. Or, pour le monde de l’est méditerranéen, même au début du XXe siècle, J. L. Angel notait encore un léger excédent d’âge moyen au décès pour les hommes (56,1 ans contre 54,3) et, vers 1800, arrivait à 40,2 et de 37,3 ans, comme dans l’Antiquité, quand l’espérance de vie à la naissance était de 26 ans.

  • 9 E. Séguy & L. Buchet, Manuel de paléodémographie, Paris, Ined, 2011.

9Partant du principe qu’il y a une unité démographique de toutes les populations préindustrielles depuis la fin du paléolithique, les paléodémographes ont établi récemment une courbe de mortalité fondée sur la mise en série de données issues de 170 cimetières d’époque préindustrielle dont les squelettes sont étudiés avec la précision scientifique et les méthodes de calcul actuelles. Ce modèle donne, à défaut de documents directs, une vraisemblance fiable et permet d’établir que tous ceux qui atteignaient 20 ans avaient une espérance de vie normale de 40 ans avec décroissance plus ou moins rapide après, ce qui laisse de la place pour les plus de 50 ou de 60 ans ; que la différenciation entre les sexes, en termes de mortalité, s’atténue passé 60 ans ; enfin qu’on tourne autour de 10% d’une classe d’âges survivante à 60 ans, hommes et femmes confondus9.

10Toutefois, le monde gréco-romain antique ne figure pas dans le panel d’études. Sa spécificité impose de ne pas tout rejeter des travaux antérieurs. Ainsi, on peut admettre que, pour des raisons culturelles (on valorisait les mâles, les guerriers, les citoyens y compris au niveau sanitaire), la surmortalité masculine ait été un peu réduite, et qu’on puisse dépasser un peu les 21-22 ans d’espérance de vie à la naissance. On peut aussi admettre que, les études ayant été menées avec la même méthodologie, même si celle-ci surévalue les ordres de grandeur, la tendance à la hausse dans des âges moyens au décès soit significative, de même que le resserrement entre les sexes. On arriverait à 23 ans d’espérance de vie à la naissance (niveau 3 Demeny-Coale), un peu au-dessous (niveau 2) ou un peu au-dessus (au maximum niveau 4), mais pas plus.

11Ainsi, puisqu’il faut conclure sur les nombres, on tablera sur :

12Demeny-Coale Préindustriel

Niveau 2

Niveau 3

Niveau 4

pessimiste

Normal

optimiste

Femmes 50 ans

14,9%

15,6%

16,2%

Hommes 50 ans

13,3%

13,9%

14,5%

Hommes 60 ans

9,1%

9,5%

10%

Femmes 60 ans

9,1%

9,8%

10,5%

Hommes /

femmes 60 ans

10%

13Ainsi, 1 nouveau-né sur 10 pouvait atteindre 60 ans, même si les 60 ans et plus ne représentaient que 6 à 8% de la population au grand maximum. Par tranche de 100 000 personnes, 30 à 60 individus à peine avaient des chances d’atteindre l’âge de 90 ans. La grande vieillesse était donc rare mais connue. Est-ce pour autant un paradoxe que ces différentes formes de vieillesse apparaissent dans nos textes ? Se poser la question incite à s’interroger sur ce qu’était sociologiquement la vieillesse.

II La vieillesse / Les vieillesses

Le seuil de la vieillesse

  • 10 J.-N. Corvisier, « La Vieillesse en Grèce ancienne d’Homère à l’époque hellénistique », Annales de (...)
  • 11 Démosthène, Contre Conon 22 ; Lysias, Pour Polystratos 10.
  • 12 Aristote, Constitution des Athéniens 53, 4 ; Politique 1270b-1271a ; 1272a et b.
  • 13 Eschine, Contre Ctésiphon 4.

14Les textes donnent rarement des âges précis pour les individus10. Dans les 86 discours du corpus des orateurs attiques, seules deux indications chiffrées apparaissent : un homme de plus de 50 ans et un de plus de 70 ans11. Pour les hommes, le chiffre global de 60 ans est souvent accolé à la vieillesse. Certaines fonctions dévolues à des gens sages, donc vieux, débutent à 60 ans (juges, arbitres, Anciens) et la soixantaine marque la fin des obligations militaires12. Mais cet âge montre seulement qu’on est vieux pour la Cité, car la notion de vieillesse est parfois accolée à l’âge de 50 ans. On connaît la formule : « que chacun donne son avis, en commençant par les hommes de plus de 50 ans »13. À cet âge le citoyen athénien est dégagé du service en campagne et affecté à la surveillance du territoire et des forteresses. On commence donc à être vieux à 50 ans. À 60, on atteint le seuil maximal de la vieillesse.

  • 14 M. D. Grmek, op. cit., p. 152 ; Corpus hippocratique, Des semaines 5 ; IX, 636 Littré, et dans ce v (...)

15Notons que les travaux sur les squelettes montrent des signes de sénescence dès 56-60 ans. Les médecins donnent, certes dans le cadre d’une conception par semaine de la vie, 56 ans comme limite à la vieillesse14. Dans le monde romain, on a pu tenir pour vieillards des quadragénaires ou quinquagénaires.

Vieillir au masculin / vieillir au féminin

  • 15 Aristote, Génération des animaux 775a ; Histoire des animaux 545b ; Pline, Histoire naturelle VII, (...)
  • 16 W. Suder, « Démographie et médecine : à propos de la législation matrimoniale d’Auguste », in J.-N. (...)

16Pour les femmes, le seuil de la vieillesse est plus difficile à fixer. Selon Aristote, les femelles vieillissent plus vite que les mâles, tout allant chez elles plus vite à son terme : puberté, âge mûr et vieillesse ; pour l’âge à procréer, l’homme a son extrême limite à 70 ans et la femme le peut jusqu’à 50 ans, mais le cas est rare, la limite se situant, pour l’homme, à 65 ans et la femme à 45. Quatre siècles après, Pline est globalement du même avis15, corroboré par les textes médicaux et les textes juridiques que W. Suder met en relation avec la législation matrimoniale d’Auguste16. Dans les textes chrétiens, l’âge canonique se situe vers 45 ans, en tout cas avant 50 ans. C’est dans cette perspective que l’on peut comprendre la différenciation faite par les philosophes grecs entre hommes et femmes. Platon (Lois 785b) limite à 60 ans les obligations militaires pour les hommes et à 50, dans sa Cité idéale, les responsabilités civiques des femmes ayant eu des enfants.

  • 17 Platon, Lois 881a-b ; Aristote, Politique 1260b et 1269b.
  • 18 Aristote, De la longévité 466b ; Plutarque, Opinions des philosophes 911b-c, à propos du vieillisse (...)

17Le nœud du problème réside dans ce que la conception des Anciens est, en matière de différence sexuelle, conditionnée par le rôle de procréatrice dévolu aux femmes ; lorsqu’elles ne peuvent plus le jouer, elles perdent l’essentiel de leur intérêt voire ne sont plus citées. Pour Platon, hommes et femmes sont aussi nombreux dans la société. Aristote paraît du même avis, même si les passages qu’on invoque à ce sujet sont peu explicites17. Plus claire est sa position sur la durée de vie maximale : de nature plus chaude les mâles vivent plus vieux que les femelles. Or, la vieillesse est perçue comme le refroidissement qui précède la mort, comme le pensent les Stoïciens mais pas toujours les médecins. L’auteur des Épidémies et celui de la Maladie sacrée ont une position différente. Aristote connaît cette théorie et cite également celle de Parménide : en disant que les femmes sont de complexion froide, il suit l’opinio communis. Elle s’appuie aussi sur l’idée que le vieillissement est plus rapide chez les femelles que chez les mâles ou sert à la fonder18 !

  • 19 Aristote, Histoire des animaux 522a. Sur les représentations des nourrices dans l’iconographie, cf. (...)

18Les sources littéraires mentionnent peu la vieille femme sauf comme type humain telle la vieille nourrice chez les orateurs et dans le roman grec (le mot presbutera est parfois synonyme de nourrice)19. Par ailleurs, la sénilité apparaît chez Euripide pour une femme qu’on doit garder à vue chez elle (Suppliantes 1116 ; 1139). La vieille femme est rarement favorisée par nos sources. Aristophane la montre édentée, ridée et desséchée à l’image des masques de théâtre. Pire encore, on en fait des êtres moroses, qui s’accrochent ridiculement à de jeunes gens (Ploutos 1023-1024).

L’hyper-vieillesse

19La longévité maximale est difficile à fixer. L’épigraphie donne des résultats approximatifs, et numériquement inutilisables. En Grèce, 1,75% de la population aurait atteint la tranche d’âge 80-90 ans, 0,55% la tranche 90-100 ans, et 0,15% la tranche 100-110 ans, ce qui est bien peu vraisemblable. La paléodémographie n’est d’aucun secours pour ces âges extrêmes. Toutefois, au vu des hommes célèbres dont on connaît précisément les dates de naissance et de mort, il est sûr qu’on pouvait atteindre des âges élevés.

  • 20 Varron, De la langue latine, VI, 1, 11 ; J.-N. Corvisier & W. Suder, La Population de l’Antiquité c (...)

20Les textes ne donnent que des indications fortuites. Sauf cas exceptionnels, la fourchette réside entre 70 et 100 ans : Solon, cité par Hérodote, donne 70 ans dans le cadre d’une conception septénaire de la vie mais admet, ailleurs, 80. Platon donne 81, soit le carré de 9. Enfin, Censorinus va jusqu’à 100. Il est en phase avec les textes littéraires, juridiques et médicaux de l’époque impériale qui fixent assez régulièrement, comme longévité maximale, 100 ans. C’est ainsi ce qu’écrivent Varron ou Galien ou qu’implique l’épitaphe souvent citée20 :

Gaius Iulius Felix a vécu 82 ans et 7 mois

Tu as perdu la vie injustement et trop rapidement, Felix

Tu aurais dû vivre 100 ans, comme cela t’était permis.

  • 21 Pline, Histoire naturelle VII, 160-161 ; Solon, fr. 19 Diehl, cité par Hérodote, I, 32 ; Censorinus (...)

21Enfin Pline, sur la foi des astrologues dont Epigène, envisage 112, 116 et même 124 ans21.

  • 22 Il y a une trentaine d’années, le Dr Grmek donnait 112 ans comme maximum jamais atteint et 115 ans (...)

22La biologie donne 80 ans comme longévité normale. Au-delà, c’est l’exception de la programmation individuelle. Méfions-nous cependant : les limites qu’on croyait assurées tendent à reculer22. Elles peuvent l’avoir également fait dans le monde antique, dans la société favorisée de la Grèce classique ou du Haut Empire romain.

23D’après les Anciens, il y avait des longévités extrêmes. Censorinus, dont la position est proche d’un médecin, donne 108 ans comme maximum atteint. La littérature collationne les cas d’êtres humains ayant atteint des âges extrêmes, mais seulement à la période impériale, ce qui n’est pas indifférent. Lucien dans les Exemples de longévité (7-28) donne une liste de cas, ceux qu’il tient pour imaginaires, puis ceux qu’il pense réels, rois, philosophes ou écrivains.

24Regroupées par tranches de 5 ans, les données sont :

Rois

Philosophes

Écrivains

80-84 ans

10

6

3

85-89 ans

5

2

4

90-94 ans

9

2

5

95-99 ans

2

5

100-104 ans

4

2

106-109 ans

1

1

110-114 ans

1

115-120 ans

1

150 ans

1

25Cette répartition est-elle totalement invraisemblable ? Certes on ne peut accorder créance aux 110, 115 et 150 ans cités, mais la majorité des cas est à moins de 100 ans et on peut souvent les vérifier. On notera que 80 ans est la durée de vie au-delà de laquelle tout devient exceptionnel et que ces vieillards sont tous de milieux sociaux élevés.

26Pline l’Ancien donne lui aussi (VII, 156-159) une liste de gens âgés et les résultats du census dans une partie de l’Italie, entre l’Apennin et le Pô. Très brève, sa liste d’hommes et de femmes commence à 95 ans :

Hommes

Femmes

95-99 ans

1

2

100-105 ans

1

3

105-109 ans

110-114 ans

1

1

116-119 ans

1

1

120 ans

1

27L’auteur émet quelques doutes sur les cas extrêmes, qui sont des hommes, mais, pour l’essentiel, ce sont des femmes qui sont répertoriées.

28Pour le census, il ne commence qu’à cent ans et reprend évidemment l’opinion de ceux qui se sont fait enregistrer, ce qui veut dire qu’on ne peut pas tenir les âges pour réels (VII, 162-164). Jugeons-en :

Hommes

Femmes

100-110 ans

6

115-119 ans

7

120-124 ans

2

125-129 ans

1

1

130-134 ans

2

135-140 ans

2

1

29Phlégon de Tralles donne une liste de centenaires (257 F 37 FGH). Quand il ne précise pas davantage l’âge de décès, nous avons 61 hommes dont 5 affranchis, et 7 femmes dont 2 affranchies. Cependant, quand les âges sont précisés, la proportion change un peu (le nombre d’affranchis est indiqué entre parenthèses) :

Hommes

Femmes

101-110 ans

13 (3)

8 (4)

111-120 ans

2 (1)

2 (1)

121-130 ans

131-140 ans

2

+ 150 ans

1

1

30Que peut-on tirer de ces énumérations ? Doit-on les rejeter totalement sous prétexte qu’elles sont fondées sur une trop grande crédulité ? À notre sens, on peut en tirer ceci : lorsqu’on table sur 80 ans pour un seuil de vieillesse exceptionnelle, on est dans la norme. Lorsqu’on passe 100 ans, les données tombent dans l’invraisemblable. Dans nos sources, l’attention est fixée sur les hommes. Toutefois, lorsque la division des sexes est faite pour des âges précis et possibles, on constate que les âges maxima sont normalement féminins, et parfois même les femmes sont en supériorité numérique, comme dans la liste de Pline. Ainsi, on reste dans la vraisemblance démographique d’une légère supériorité en nombre des femmes par rapport aux hommes, mais pas suffisante pour être remarquée, vu les œillères culturelles du monde antique, ce qui correspond bien à une espérance de vie à la naissance de 22, 23 ou 24 ans.

III Conséquences et démographie sociale

Sexualité des vieillards

31Le primat est donné à la génération, ce qui met les femmes en infériorité car elles ne peuvent plus enfanter. La position des Anciens est déterminée par deux critères :

  • 23  Plutarque, Vie de Lycurgue 49b-c.

32La capacité de génération. Elle fournit matière à des listes de records, et donc invérifiables, en général masculins. Pline cite Massinissa à 86 ans et Caton passé 80. Autrement, 70 ans pour les hommes et 50 ans pour les femmes sont, hormis les exceptions, des maxima raisonnables. De plus, le souci d’eugénisme vise à réduire une natalité issue de parents âgés, à Sparte23, chez certains moralistes ou chez les auteurs médicaux. Le mythe du partage des femmes en est en partie issu. Il est donc vain de rechercher une incidence démographique mesurable à la génération par parents âgés.

  • 24  Euripide, fr. 23 Nauck, cité par Plutarque, Si la politique est l’affaire des vieillards 787a ; Qu (...)
  • 25 Euripide, Ploutos 1023-1024 ; Isée, Sur la succession de Philoktèmon.

33La capacité et l’envie à pratiquer l’acte sexuel. Les textes sont rares, mais sexués. Certains hommes, pour des raisons sociales ou à plus forte raison dynastiques — mariages plus que procréation d’héritiers —, se doivent de prouver qu’ils peuvent encore. Presque tous les souverains hellénistiques ont été dans ce cas. Pour les autres, les notations éparses de la littérature biographique font en général l’objet d’un traitement moraliste. La puissance sexuelle n’est pas blâmée si elle n’est pas affichée, mais la débauche est critiquée. C’est un mauvais exemple, les vieux ne respectant pas leurs cheveux blancs. Plutarque développe le cas de Lucullus et de Sylla. Selon le mot d’Euripide, Aphrodite a horreur des vieillards24. La femme qui repousse les effets de l’âge jusqu’à être sous l’emprise d’un gigolo, fait partie des thèmes éternels. On le trouve chez les comiques, mais aussi, plus étonnant, chez les tragiques ou les orateurs25.

  • 26 Plutarque, Vie de Solon 80d-e ; Vie de Caton 351d-352c ; Vie de Sylla 474c-d. Pour la représentatio (...)
  • 27 W. Suder, op. cit n. 16.

34Le mariage du vieillard est une réalité même si philosophes, moralistes et vox populi n’y sont pas favorables. Solon et Denys l’Ancien ne le préconisent pas. C’est un des rares reproches faits par Plutarque à Caton ou, plus nombreux, à Sylla26. Homme ou femme, l’union avec une jeunesse est un thème éternel de comédie qui nourrit le soupçon de captation d’héritage. Dans la législation matrimoniale d’Auguste, les sanctions tombent pour les hommes célibataires à 60 ans, pour les femmes à 5027. Pour la société, le vieillard ne doit plus ni convoler ni procréer. Peut-il encore servir l’État ?

Rôle des vieillards dans la Cité ou dans l’État

35De qui faisons-nous l’histoire ? De ceux qui laissent des traces dans les sources : citoyens et possessionnés dans le monde grec, membres de la nobilitas ou des ordres supérieurs dans le monde romain. De condition de vie meilleure, de longévité supérieure au reste de la population, leur vieillesse est bien vue.

  • 28 P. Roussel, « Étude sur le principe d’ancienneté dans le monde hellénique du Ve siècle av. J.-C. à (...)
  • 29 Plutarque, Vie de Philopomène 366d ; Vie de Marius 430a ; Vie d’Agésilas 618e-f, etc.
  • 30 Eschyle, Suppliantes 602 ; Aristote, Politique 1270b-1271a ; 1272a‑b ; 1275b ; 1297a ; 1306a.
  • 31 J. Christien-Tregaro, « Les Temps d’une vie. Sparte, une société à classe d’âge », Mètis 12 (1997), (...)

36Le monde antique, notamment grec, suivait le principe d’ancienneté28. On relève maints cas de fonctions publiques tenues par des vieillards : commandements militaires tels Agésilas (84 ans), Ptolémée (entre 80 et 85 ans), Séleucos (75 ans), Philopomène ou Marius (+ 70 ans), Fabius Maximus, Périclès (66 ans) ou Nicias (+ 60 ans)29 ; ambassadeurs (le terme grec lui-même fait allusion à l’âge) comme Phocion ; membres du conseil, Aréopage athénien ou Gerousia spartiate, crétoise, d’Élis ou de Carthage ; citoyens à l’exemple des Maliens chez qui le corps civique est composé de ceux qui ne sont plus mobilisables (+ 60 ans) ; juges (les diétètes). Ces réalités prouvent que, dans des Cités à faible nombre de citoyens, il y avait assez d’hommes de 60 ans pour remplir les postes (même à Sparte dont le nombre de citoyens de plein droit tombe à 700, sinon à 300 !), mais elles doivent être nuancées30. En effet, hors le cas où les fonctions sont attribuées ès qualités, leur exercice n’est pas réservé à des gens âgés : elles sont collégiales et les plus vieux ne sont pas les seuls à les remplir ; cependant ils assurent la continuité à la fois dans les générations et dans l’action, les mobilisables n’étant pas toujours disponibles31. L’âge moyen pour les responsabilités politiques et militaires, quand on peut le déterminer, se situe, chez Thucydide et Xénophon, entre 40 et 55 ans. 10% des décideurs seulement ont dépassé 60 ans.

  • 32 Solon, fr. 19 et 22, 7 Diehl ; Aristote, Politique 1297a ; Platon, Lois 765d ; 795d-e (mais l’âge e (...)

37Chez les penseurs grecs, l’âge où l’on possède l’intégralité de son jugement est inférieur, pour l’homme, à 60 ans. Pour Solon, 42-56 ans est l’âge idéal pour exercer des fonctions délibératives. Cette opinion vient peut-être de présupposés liés aux tranches de 7 ans mais, lorsque Solon affirme que le jugement décline entre 56 et 63 ans (même s’il admet que, vieux, on peut encore apprendre), il est suivi par Aristote et Platon : à 49 ou 50 ans on a pleine capacité à décider. Au-delà, seuls certains le peuvent. Ils ont plus un rôle de conseil que de décision. Quand Platon en fait des gardiens de la loi, dans sa cité idéale, il prend en compte cette réalité. Les risques d’éclipse intellectuelle ou physique, ou d’aboulie, sont perçus, même si on les signale surtout lorsqu’ils sont imputés à tort32. Que Plutarque, après Théophraste et Démétrios de Phalère, se demande si la politique est l’affaire d’un vieillard est significatif. Rien ne l’en empêche, dit-il, mais à condition qu’il l’ait fait toute sa vie, qu’il n’y soit pas seul et qu’il ne prenne pas de tâche supérieure à ses forces. Alors, sa modération et sa sagesse seront utiles, comme son rôle de conseil et d’éducation des jeunes.

Les vieillards dans la société. Les grands-parents

  • 33 Iliade XXII, 77 ; XXIV, 516-518.
  • 34 Iliade II, 216-230 ; Odyssée XIII, 387-402.
  • 35 Hésiode, Les Travaux et les jours 517-518 ; Tyrtée, fr. 1, 21-27 et 9, 23, 37-42 Diehl ; Alcée fr. (...)
  • 36 À l’exception d’Œdipe à Colone 1211-1249, où le chœur déplore une longévité excessive.
  • 37 Eschyle, Suppliantes 602 ; Les Sept contre Thèbes 621-624 ; Euripide, Héraclides 684-685 ; Héraclès(...)
  • 38 Aristophane, Ploutos 265-268 ; 507-508 ; Guêpes 225 ; 277 ; 540-541 ; 544-545 (la phrase est textue (...)
  • 39 Lysias, fr. 38, 5 Gernet-Bizos ; Démosthène, Contre Boeotos ; Isée, Sur la succession de Philoktèmo (...)

38À l’époque homérique, la vieillesse est honorée. Nestor et Priam ne souffrent pas de l’âge, se déplacent sans mal, combattent et participent aux conseils. Ils ne sont vieux que par l’apparence (cheveux et barbe blancs). Est-ce une idéalisation du grand âge, forcément heureux, sauf à perdre ses enfants, le plus grand malheur possible (Priam)33 ? Peut-être, les allusions négatives étant rarissimes, hors Thersite, âgé mais malade et pas nécessairement vieillard34. La vision négative débute avec Hésiode et surtout la poésie archaïque : faiblesse des genoux, rides, manque de forces, yeux troublés, perte de l’esprit, dents gâtées, désespoir35. À l’époque classique, la vision n’est pas plus idyllique : Eschyle et Sophocle parlent très peu des vieillards, mais restent dans le thème de la vieillesse heureuse36 alors qu’Euripide énumère : perte de vigueur, vue mauvaise, cécité, blancheur des tempes, calvitie, démarche voûtée, ralentie, débile avec bâtons ou guides, enfin sénilité. Ses vieillards sont servantes, portiers, messagers, mais n’ont aucun rôle réel dans la société. La vieillesse est inutile, la mort d’un être âgé bien moins anormale que celle d’un plus jeune37. Pour les comiques enfin, perte de mémoire, radotage, manies, irritabilité, fourberie, ivrognerie sont caractéristique du vieillard ; bref, ils sont « des inutiles et des propres à rien »38. Les orateurs insistent sur l’ivrognerie et la faiblesse qui les mettent à la merci des captateurs de fortune ou des gigolos39.

  • 40 J.-N. Corvisier, op. cit. n. 10.
  • 41 Par exemple, la cécité : Plutarque, Vie de Timoléon 257b-c ; l’obésité : Vie de Marius 425a-b.

39La progression du thème de la vieillesse n’est-elle pas l’indice d’une présence réelle et accrue des vieillards dans le monde classique, comme je l’ai suggéré il y a plus de 30 ans ? La hausse de l’âge moyen au décès entre Fer Ancien et IVe siècle irait dans ce sens40. Il se peut que l’image du vieillard varie selon l’intention des auteurs. La poésie archaïque incite à vivre dans l’instant au lieu d’attendre quand il sera trop tard. De même, où Sophocle et Eschyle voient davantage le monde tel qu’il devrait être, le monde des héros, Euripide et surtout Aristophane seraient plus marqués par la vie réelle et le souci satirique. Les deux explications ne s’excluent pas. Il est clair que la description des maux de la vieillesse existe ensuite dans toutes les sources, grecques et aussi romaines41.

  • 42 Platon, Lois 717c-e ; 718a ; Isée, Ménéclès 10 ; Lysias, Contre Agoratos 45 ; Plutarque, Vie de Sol (...)
  • 43 Euripide, Ion 742-743 : il est honteux à deux vieillards de choir ensemble. Ils doivent donc se sou (...)

40Les vieux gardent toutefois un rôle dans la société. S’ils ont le choix de travailler ou non, ils remplissent un rôle d’éducateur, une fonction d’autorité. S’ils doivent travailler, comme le montrent plaidoyers, théâtre ou sources figurées, ils continueront le plus possible leur activité (paysan, barbier, cordonnier, poissonnier, marchand ou artisan), d’autant que la pension de retraite n’existe pas. Le vieillard vit donc le plus possible de ses revenus et chez lui. L’obligation morale que les enfants supportent l’affaiblissement de leurs parents et l’obligation légale de subvenir à leurs besoins, de leur assurer sépulture et culte des morts les protègent au moins un peu42. En fait, dans ce monde d’adultes, c’est au vieillard à ne pas être ridicule, auquel cas il sera sévèrement jugé, et à servir d’exemple en imposant le respect dû à ses cheveux blancs… et à la rareté de son état43.

  • 44 L’idéal vaut pour ceux qui mènent la vie de loisirs au service de la Cité, la norme pour ceux qui t (...)
  • 45 J.-N. Corvisier, « Les Grands-parents dans le monde grec ancien », Annales de démographie historiqu (...)
  • 46 Euripide, Héraclès 316-318 ; Troyennes 1166-1187 ; Andromaque 1047-1070 ; 1214-1217 ; Plutarque, Vi (...)
  • 47 Isocrate, Lettre VIII, 1-2 ; Plutarque, Vie d’Agis 797b ; Platon, Hippias Majeur 286 (douteux). ; T (...)
  • 48 Isée, Cléonymos 39 ; Kiron 35 ; 38-39 ; Platon, Lois 880e-882a ; Démosthène, Contre Macartatos 62-6 (...)

41L’un des rôles les plus réels mais les moins présents dans nos sources est la transmission des valeurs civiques et familiales aux petits-enfants. Il faut faire intervenir ici une autre variable démographique, l’âge au (premier) mariage. Pour les femmes, il est assez facile à fixer, la limite basse étant 14 ans et la pratique se situant vers 16-17 ans. Pour les hommes, philosophes et moralistes font croire à une hausse de 30 à 37 ans entre Hésiode et Aristote, mais la pratique, à en juger par les plaidoyers, se situe entre 25 et 30 ans44. Dans un monde sans véritable contrôle des naissances, en tablant sur des conceptions rapides, les femmes peuvent voir naître un enfant de leur fille à 36 ans et de leur fils à 45, les hommes peuvent voir naître un enfant de leur fille à 44 ans, de leur fils à 52 ans. Un certain nombre de Grecs pouvaient donc connaître leurs grands-parents dans leur enfance45. La tendresse des grands-parents pour leurs petits-enfants est un thème commun, tout comme leur douleur (souvent celle d’une grand-mère) s’ils doivent en enterrer un46. Comme grands-parents, normalement quinquagénaires ou sexagénaires mais parfois plus jeunes, ils ont part à la fonction éducatrice, au moins pour la petite enfance, et même religieuse47. Tenus pour faibles, ils sont protégés par la loi : obligation de nourriture et de sépulture, protection contre le parricide, interdiction de casser leurs engagements hors cas de démence, avec pour corollaire, dans le cadre de la solidarité familiale, l’extension jusqu’aux petits-enfants de la responsabilité pour les délits qu’ils auraient commis48.

  • 49 W. Suder, « La Mort des vieillards », in F. Hinard (ed.), op. cit. n. 3, p. 31-45.

42Dans le monde romain, on retrouve ce conflit entre vieillesse respectée et vieillesse moquée. Les textes juridiques de la République attestent du grand respect et du prestige dus aux vieillards dans la famille et la société romaine, y compris l’obligation alimentaire. Dans le droit archaïque, et surtout classique ou post-classique, l’âge de 60 ans ouvrait à certains avantages et privilèges liés à la perte des aptitudes physiques et intellectuelles. Toutefois, cette image positive des rapports de la société aux vieillards ne correspond pas tout à fait à la pratique. Comme on le voit dans les textes littéraires, ils étaient également objets de moqueries, mépris, animosité et intolérance de la part de leurs cadets, tant au sein de la famille que dans la vie publique. Leur mort donnait du chagrin, supposait le deuil, mais était tenue pour naturelle. Leur surreprésentation dans les épitaphes romaines montre seulement comment la mémoire et le deuil étaient ressentis dans la famille et dans la société49.

43À l’heure de la conclusion, deux points méritent d’être relevés : la vieillesse est rare mais non exceptionnelle dans le monde antique puisqu’environ 1 nouveau-né sur 10 pouvait atteindre 60 ans ; les 60 ans et plus ne formaient pas le quart de la population totale comme de nos jours, mais quand même 6 à 8%. Il y avait donc bien, et en nombre, des Anciens chez les Anciens et l’hyper-vieillesse n’était pas inconnue ! Mais d’autre part, même démographiquement, le monde antique est un monde d’adultes qui sait qu’il peut et doit accepter les enfants car il peut les modeler, mais qui doit à son corps défendant s’accommoder des vieillards. Selon les âges et les cultures, il oscille entre une vision négative et une vision positive de la vieillesse. Le vieillissement et la mort sont considérés comme des phénomènes normaux qu’on se garde bien d’occulter comme c’est souvent le cas aujourd’hui. Les égards dus aux vieillards sont donc à double tranchant. On leur réserve la fonction de conseil, le rôle de transmetteurs des valeurs civiques et familiales, mais on doute de leurs facultés de décideurs. Les honorer permet ainsi de justifier que les adultes prennent leur place… sauf bien entendu dans les cas où ils peuvent encore la tenir ! 

Haut de page

Notes

1 Dans la mise au point de ce texte j’ai bénéficié d’utiles suggestions de ses savantes éditrices. Qu’elles en soient vivement remerciées.

2 M. D. Grmek, Les Maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris, Payot, 1983 ; J.-N. Corvisier, Santé et société en Grèce ancienne, Paris, Economica, 1985, et « Paludisme et démographie en Grèce péninsulaire », in R. Ginouvès (ed.), L’Eau, la santé et la maladie dans le monde grec, Paris, de Boccard, 1994, p. 297-319 ; R. Sallares, The Ecology of the Ancient Greek World, Ithaca, Cornell University Press, 1991.

3 K. Hopkins, « Graveyards for Historians », in F. Hinard (ed.), La Mort, les morts et l’au-delà dans le monde romain, Caen, Centre de publications de l’Université de Caen, 1987, p. 113-126.

4 B. E. Richardson, Old Age among the Ancient Greeks, Baltimore, Hopkins Press, 1933, p. 233.

5 Ces questions ont été plus largement abordées dans J.-N. Corvisier, « La Vieillesse dans l’Antiquité : le point de vue du démographe », in B. Bakhouche (ed.), L’Ancienneté chez les anciens, Montpellier, Publications de l’université Paul-Valéry, 2003, tome I, p. 9-21, où on trouvera toutes les références.

6 R. Bagnall & B. Frier, The Demography of Roman Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 1994. Pour W. Scheidel, Debating Roman Demography, Leyde, Brill, 2001, p. 17-19, l’échantillon n’est pas fiable, car il fait trop appel aux papyri du Fayoum. Cf. la réponse anticipée de B. Frier, ibid., p. 129-161.

7 J.-L. Angel, « Ecology and Population in the Eastern Mediterranaean », World Archaeology 4 (1972), p. 88-105.

8 S. Bisel, A Pilot Study of Aspect of Human Nutrition in the Ancient Eastern Mediterranean, diss. University of Minnesota, 1980, p. 66.

9 E. Séguy & L. Buchet, Manuel de paléodémographie, Paris, Ined, 2011.

10 J.-N. Corvisier, « La Vieillesse en Grèce ancienne d’Homère à l’époque hellénistique », Annales de démographie historique (1985), p. 53-70.

11 Démosthène, Contre Conon 22 ; Lysias, Pour Polystratos 10.

12 Aristote, Constitution des Athéniens 53, 4 ; Politique 1270b-1271a ; 1272a et b.

13 Eschine, Contre Ctésiphon 4.

14 M. D. Grmek, op. cit., p. 152 ; Corpus hippocratique, Des semaines 5 ; IX, 636 Littré, et dans ce volume l’article de V. Boudon-Millot, p. 103.

15 Aristote, Génération des animaux 775a ; Histoire des animaux 545b ; Pline, Histoire naturelle VII, 14. Sur le vieillissement plus rapide des femmes, voir dans ce volume, J.-C. Courtil, p. 202.

16 W. Suder, « Démographie et médecine : à propos de la législation matrimoniale d’Auguste », in J.-N. Corvisier, C. Didier & M. Valdher (eds), Thérapies, médecine et démographie antiques, Arras, Artois, 2001, p. 257-266.

17 Platon, Lois 881a-b ; Aristote, Politique 1260b et 1269b.

18 Aristote, De la longévité 466b ; Plutarque, Opinions des philosophes 911b-c, à propos du vieillissement. Cf. déjà Hérodote, I, 32 ; Hippocrate, La Maladie sacrée 9 ; Épidémies VI, 2, 25 ; Aristote, Parties des animaux 648a, et Génération des animaux 765b et 775a.

19 Aristote, Histoire des animaux 522a. Sur les représentations des nourrices dans l’iconographie, cf. dans ce volume, P. Birchler Émery, p. 52.

20 Varron, De la langue latine, VI, 1, 11 ; J.-N. Corvisier & W. Suder, La Population de l’Antiquité classique, Paris, Presses universitaires de France, 2000, p. 101-102.

21 Pline, Histoire naturelle VII, 160-161 ; Solon, fr. 19 Diehl, cité par Hérodote, I, 32 ; Censorinus, Du jour natal 14, 12 et 15, 1-2 ; 17, 1-2 et 4.

22 Il y a une trentaine d’années, le Dr Grmek donnait 112 ans comme maximum jamais atteint et 115 ans comme maximum envisageable selon les calculs des démographes. Le cas de Jeanne Calment, parvenue depuis à 120 ans, prouve que ces limites sont extensibles, encore que l’hyper-vieillissement marque le pas depuis le début du siècle. Modification du genre de vie, des équilibres nosologiques ou hasard de programmation ? Ne serait-ce pas aussi dû à la fin de toute sélection naturelle ? La question reste posée.

23  Plutarque, Vie de Lycurgue 49b-c.

24  Euripide, fr. 23 Nauck, cité par Plutarque, Si la politique est l’affaire des vieillards 787a ; Questions romaines 285b ; On ne peut vivre plaisamment en suivant la doctrine d’Épicure 1094f ; Vie de Lucullus 518b-c ; Vie de Sylla 474c-d.

25 Euripide, Ploutos 1023-1024 ; Isée, Sur la succession de Philoktèmon.

26 Plutarque, Vie de Solon 80d-e ; Vie de Caton 351d-352c ; Vie de Sylla 474c-d. Pour la représentation de la vieillesse chez Plutarque, cf. dans ce volume l’article de M. Glénisson, p. 217-234.

27 W. Suder, op. cit n. 16.

28 P. Roussel, « Étude sur le principe d’ancienneté dans le monde hellénique du Ve siècle av. J.-C. à l’époque romaine », Mémoires de l’Institut national de France 43 (1951), p. 123-227.

29 Plutarque, Vie de Philopomène 366d ; Vie de Marius 430a ; Vie d’Agésilas 618e-f, etc.

30 Eschyle, Suppliantes 602 ; Aristote, Politique 1270b-1271a ; 1272a‑b ; 1275b ; 1297a ; 1306a.

31 J. Christien-Tregaro, « Les Temps d’une vie. Sparte, une société à classe d’âge », Mètis 12 (1997), p. 45-79. Pour la retraite militaire, cf. M. I. Finley, « Les Personnes âgées dans l’Antiquité classique », Communications 37 (1983), p. 31-45 ; Sénèque, De la brièveté de la vie 20, 5.

32 Solon, fr. 19 et 22, 7 Diehl ; Aristote, Politique 1297a ; Platon, Lois 765d ; 795d-e (mais l’âge est un titre à commander, cf. 690a) ; Plutarque, Vie de Fabius Maximus 180c. Sur les vieillards de Platon, cf. dans ce volume, l’article d’A. Larivée, p. 161-179.

33 Iliade XXII, 77 ; XXIV, 516-518.

34 Iliade II, 216-230 ; Odyssée XIII, 387-402.

35 Hésiode, Les Travaux et les jours 517-518 ; Tyrtée, fr. 1, 21-27 et 9, 23, 37-42 Diehl ; Alcée fr. 5, 5 ; Sappho, fr. 58, 13, 15 Lobel-Page ; Alcée fr. 5, 5 Lobel-Page ; Anacréon, fr. 395, 358, 359 Page ; Mimnerme, fr. 1 à 3 ; 5 à 7 Diehl. Étude générale dans F. Preisshofen, Untersuchungen zur Darstellung des Greisenalters in der Frühgriechischen Dichtung, Wiesbaden, Steiner, 1977.

36 À l’exception d’Œdipe à Colone 1211-1249, où le chœur déplore une longévité excessive.

37 Eschyle, Suppliantes 602 ; Les Sept contre Thèbes 621-624 ; Euripide, Héraclides 684-685 ; Héraclès 124-125 ; 643-644 ; 908 ; Ion 740-744 ; Phéniciennes 12 ; 376 ; 1610 ; Suppliantes 170-171 ; Alceste 611 ; Bacchantes 363-365 ; Électre 16 ; 490-492 ; Médée 1-5 ; Hélène 438.

38 Aristophane, Ploutos 265-268 ; 507-508 ; Guêpes 225 ; 277 ; 540-541 ; 544-545 (la phrase est textuelle) ; Nuées 130 ; 1305 ; Acharniens 600-601 ; Assemblée des femmes 877-882 ; Paix 700.

39 Lysias, fr. 38, 5 Gernet-Bizos ; Démosthène, Contre Boeotos ; Isée, Sur la succession de Philoktèmon ; Antiphon, Tétralogie 3, 2.

40 J.-N. Corvisier, op. cit. n. 10.

41 Par exemple, la cécité : Plutarque, Vie de Timoléon 257b-c ; l’obésité : Vie de Marius 425a-b.

42 Platon, Lois 717c-e ; 718a ; Isée, Ménéclès 10 ; Lysias, Contre Agoratos 45 ; Plutarque, Vie de Solon 89e-90a.

43 Euripide, Ion 742-743 : il est honteux à deux vieillards de choir ensemble. Ils doivent donc se soutenir mutuellement.

44 L’idéal vaut pour ceux qui mènent la vie de loisirs au service de la Cité, la norme pour ceux qui travaillent pour vivre. Dans une société rurale, l’âge au mariage est un équilibre entre nécessités économiques (partage de la terre ou petits boulots dans l’attente de l’héritage) et pression des parents pour voir naître des petits-enfants (cf. Démosthène, Contre Boeotos 11 et 12).

45 J.-N. Corvisier, « Les Grands-parents dans le monde grec ancien », Annales de démographie historique (1991), p. 21-31.

46 Euripide, Héraclès 316-318 ; Troyennes 1166-1187 ; Andromaque 1047-1070 ; 1214-1217 ; Plutarque, Vie d’Agis 804a ; Consolation à Apollonios 113d.

47 Isocrate, Lettre VIII, 1-2 ; Plutarque, Vie d’Agis 797b ; Platon, Hippias Majeur 286 (douteux). ; Timée 20e-21b ; Isée, Kiron 15-17 (le grand-père maternel conduit son petit-fils aux Grandes Dionysies).

48 Isée, Cléonymos 39 ; Kiron 35 ; 38-39 ; Platon, Lois 880e-882a ; Démosthène, Contre Macartatos 62-67 ; Aristote, Constitution des Athéniens 35, 2.

49 W. Suder, « La Mort des vieillards », in F. Hinard (ed.), op. cit. n. 3, p. 31-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Nicolas Corvisier, « La vieillesse dans le monde antique : aspects démographiques et conséquences sociales », Cahiers des études anciennes, LV | 2018, 17-36.

Référence électronique

Jean-Nicolas Corvisier, « La vieillesse dans le monde antique : aspects démographiques et conséquences sociales », Cahiers des études anciennes [En ligne], LV | 2018, mis en ligne le 08 mai 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1032

Haut de page

Auteur

Jean-Nicolas Corvisier

Université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals