Navigation – Plan du site

La vieillesse est-elle une maladie ? Le point de vue de la médecine antique

Véronique Boudon-Millot
p. 97-124

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir J. Jouanna, Hippocrate, Paris, Les Belles Lettres, 2017 (1992), et en particulier sur la class (...)
  • 2 Ibid., p. 218.
  • 3 Ibid., p. 204 : « Il serait fastidieux de faire le catalogue de tous les noms de maladies connus de (...)
  • 4 J. Jouanna, op. cit., p. 212-213.

1Les médecins antiques, comme les philosophes avec lesquels ils entretiennent traditionnellement des liens très étroits, n’ont cessé de réfléchir sur leur art. Certains parmi les plus grands, comme Hippocrate et Galien, ont même consacré des traités entiers à cette réflexion, s’appliquant à définir ce qu’est une médecine rationnelle séparée de la religion et dans une moindre mesure de la philosophie, mais aussi ce que sont les maladies, et même la vieillesse. Impossible ici de seulement aborder la richesse de ces définitions et de ces classifications, notamment à l’intérieur du corpus hippocratique1. Il suffira de rappeler que, dans leur majorité, les médecins hippocratiques ont plutôt tendance à adopter une division bipartite entre maladies qui naissent d’elles-mêmes à l’intérieur du corps et maladies qui viennent de l’extérieur, en général en lien avec les saisons (Airs, eaux, lieux). Bien que, dans le détail, ces distinctions restent encore floues et ne soient qu’une préfiguration de l’effort de classification aristotélicien, ces médecins s’accordent généralement pour distinguer entre maladie individuelle, qui n’atteint qu’un seul individu à la fois et plutôt liée au régime, et maladie générale, qui frappe un grand nombre d’individus en même temps et plutôt liée au climat2. La nosologie hippocratique étonne également par la richesse de son vocabulaire, plusieurs noms de maladies ou d’affections décrites au Ve siècle avant notre ère continuant à figurer dans les dictionnaires de médecine les plus récents3. à l’intérieur de ce tableau, ici inévitablement brossé à très grands traits, l’âge du malade, pour les médecins de tradition hippocratique, au même titre que le milieu ambiant, la saison, le lieu ou le sexe, n’est qu’une variable parmi d’autres susceptibles d’expliquer la diversité des maladies4.

  • 5 Galien, Art médical Ib et II, édition critique et traduction par V. Boudon-Millot, Paris, Les Belle (...)
  • 6 Sur l’étendue de la santé (τὸ ὑγείας πλάτος), voir notamment Galien, Art médical IV, 8 ; 284-285 Kü (...)

2Six siècles après Hippocrate, au IIe siècle de notre ère, le médecin Galien de Pergame définit pour sa part la médecine comme « la science de ce qui est sain, malsain et neutre » et en particulier définit le corps sain comme un corps à la fois bien tempéré (en chaleur, froid, sécheresse et humidité) et bien équilibré (en nombre et en taille de chacune de ses parties), le corps malsain présentant les caractères opposés5. Le champ de la santé (τὸ ὑγείας πλάτος)6 ainsi dessiné, et c’est sans doute là sa principale caractéristique, bénéficie donc dans le corpus galénique d’une assez remarquable extension : ce champ est en effet borné, à une extrémité, par le tempérament idéal (mais qui n’existe pas dans la nature) et de l’autre, par la maladie déclarée, elle-même définie par « la lésion sensible d’une fonction » et « l’impossibilité de vaquer à ses occupations habituelles ». Comme déjà chez Hippocrate donc, et malgré des différences, la vieillesse n’occupe aucune place particulière dans cette représentation antique de la santé et de la maladie et ne bénéficie pas, au moins en théorie, de traitement particulier.

  • 7 Sur l’opposition entre médecine égyptienne et médecine grecque, voir déjà Hérodote II, 84.

3La médecine grecque antique enfin, et c’est là un autre de ses traits marquants, est généraliste. Elle considère le corps du patient comme un tout en opposition avec une médecine des spécialités de tradition égyptienne7. Un médecin polymathe comme Galien aborde ainsi tous les domaines de la médecine : anatomie, physiologie, thérapeutique, chirurgie, pharmacie, et soigne sans distinction hommes, femmes et enfants, jeunes et vieux, libres ou esclaves, dans la parfaite tradition hippocratique.

  • 8 Le mot « gynécologie » apparaît au XIXe siècle, tout comme « pédiatrie » qui serait apparu en 1872, (...)
  • 9 C. Lafontaine, « La Vieillesse, une maladie mortelle », Revue internationale de soins palliatifs 25 (...)

4Est-ce à dire que le médecin antique aurait ignoré les spécificités de la gynécologie, de la pédiatrie ou de la gériatrie ? Certes non, mais le seul fait que les noms mêmes de ces différentes spécialités, pourtant directement hérités du grec, ne figurent pas dans les textes antiques et soient d’invention relativement récente doit suffire à nous mettre en garde8. Si la médecine antique s’est intéressée aux vieillards, elle l’a fait d’une façon très personnelle et relativement éloignée de notre gériatrie moderne. De fait, bien loin de voir dans la vieillesse « une maladie mortelle », pour paraphraser le titre d’un article paru en 20109, la médecine grecque s’est au contraire toujours refusée à aborder la vieillesse du seul point de vue de ses maux en préférant se concentrer sur des soins spécifiques à cette classe d’âge, au sein de ce que les auteurs antiques nomment la gérocomie (γηροκομία).

I De la gérocomie : aux origines de la gériatrie

  • 10 C’est semble-t-il un médecin américain, le Dr Ignatz Leo Nascher, qui a le premier utilisé ce terme (...)

5Au début du XXe siècle, au moment de l’émergence d’une médecine spécialisée dans la prise en charge des personnes âgées, les auteurs qui s’intéressent à la question désignent leur objet d’étude sous le nom de « maladies des vieillards ». C’est ainsi que Charles-Louis Durand-Fardel publie en 1854 un Traité clinique et pratique des maladies des vieillards (Paris, Baillière), que Jean‑Martin Charcot donne en 1874 les Leçons cliniques sur les maladies des vieillards et les maladies chroniques (Paris, A. Delahaye), et qu’A. Pic et S. Bonnamour rédigent en 1912 un Précis des maladies des vieillards (Paris, O. Doin et fils). Et avant l’apparition du terme de gériatrie au XXe siècle10, les médecins utilisent encore, pour désigner cette branche de la médecine, le nom de gérocomie hérité du grec, tel le médecin accoucheur de la reine de France Marie-Antoinette et membre de l’Académie de chirurgie de Paris, Jacques‑André Millot, auteur en 1807 d’un ouvrage consacré à La gérocomie ou code physiologique et philosophique, pour conduire les individus des deux sexes à une longue vie, en les dérobant à la douleur et aux infirmités (Paris, F. Buisson). Cependant au-delà des mots, quelle réalité recouvre exactement la gérocomie et en quoi est-elle différente de la gériatrie ?

  • 11 Outre Galien, on trouve aussi avec le même sens γηροκομέω- chez épictète (Entretiens III, 5, 3, 4) (...)

6Terme issu du grec, composé de γῆρας (« la vieillesse ») et de κομέω (« prendre soin de »), le substantif γηροκομία, avec seulement dix-huit occurrences dans la totalité de la littérature grecque, reste relativement rare. Absent du corpus hippocratique, γηροκομία est employé pour la première fois à l’époque romaine : chez Flavius Josèphe (un seul emploi) et chez Plutarque (deux emplois). à l’intérieur de la même famille, le verbe γηροκομιτέω- (« prendre soin d’un vieillard ») n’est employé qu’une seule fois, mais l’adjectif γηροκομικός (« relatif à la gérocomie ») est lui employé quatorze fois, là aussi dans la totalité de la littérature grecque conservée11. L’adjectif γηροκομικός s’impose en particulier dans le corpus galénique qui, à lui seul, rassemble la grande majorité des emplois avec neuf attestations au total dont sept dans le seul traité De la préservation de la santé, sur lequel nous reviendrons. En revanche, Galien n’emploie pas γηροκομία.

7Ce substantif, on l’a dit, intervient pour la première fois non chez un médecin mais chez un historien, Flavius Josèphe, où il est employé à propos d’Obédès, fils de Ruth et de Boaz, que la belle-mère de Ruth, Noémi, prénomma ainsi dans l’espoir qu’il prendrait soin d’elle dans sa vieillesse :

γενομένου δὲ τούτου Βόαζος γαμεῖ τὴν Ῥούθην καὶ γίνεται παιδίον αὐτοῖς μετ’ ἐνιαυτὸν ἄρρεν. τοῦτο ἡ Ναάμις τιτθευομένη κατὰ συμβουλίαν τῶν γυναικῶν Ὠβήδην ἐκάλεσεν ἐπὶ γηροκομίᾳ τῇ αὐτῆς τραφησόμενον· ὠβήδης γὰρ κατὰ διάλεκτον τὴν Ἑβραίων ἀποσημαίνει δουλεύων

cela fait, Boaz épouse Ruth, et il leur naît un enfant mâle un an après. Noémi, qui le nourrit, sur le conseil des femmes l’appela Obéd(ès), parce qu’il devait être élevé pour prendre soin de sa vieillesse. Car ôbèd dans la langue des Hébreux signifie « qui sert » (Antiquités juives V, 336, 2).

  • 12 Plutarque, Vie de Caton l’Ancien 339a : καὶ γὰρ ἵππων ἀπειρηκότων ὑπὸ χρόνου τροφαὶ καὶ κυνῶν οὐ σκ (...)
  • 13 Plutarque, Le Démon de Socrate 583c 2 : καὶ τὰς παρ’ ὑμῖν, ὦ Πολύμνι, θεραπείας καὶ διαίτας τοῦ ἀνδ (...)
  • 14 Voir V. Boudon-Millot, « Les Âges de la vie chez Galien : sens des mots brephos, pais, neos, meirak (...)

8Chez Plutarque, où le substantif apparaît une deuxième fois, γηροκομία sert à illustrer la bonté et la libéralité de ceux qui, à l’inverse de Caton l’Ancien, ne se contentent pas de bien traiter leurs esclaves devenus vieux, au lieu de les chasser et de les vendre comme des bêtes de somme, mais qui s’emploient aussi à nourrir des chevaux épuisés par l’âge et qui, sans se limiter à élever des chiots, procurent également des soins (γηροκομίαι) aux chiens devenus vieux12. De même, toujours chez Plutarque, dans Le Démon de Socrate, le Thébain Polymnis est remercié pour avoir accueilli le philosophe pythagoricien Lysis à la fin de sa vie et pour « lui avoir apporté en ses vieux jours des soins de riche (πλουσίας ... γηροκομίας) dans une maison pauvre », de façon à lui procurer la fin la plus heureuse possible (μακαριστός)13. Dès ces premiers emplois, la γηροκομία apparaît donc liée aux soins procurés à un être âgé, homme, femme ou bête, mais, et cela mérite d’être souligné, qui n’est pas nécessairement malade. Encore faudrait-il préciser ce que les médecins antiques entendent par vieillard. Or, et comme déjà dans le cas de la définition de la santé (ὑγεία), le terme de γέρων, plus fréquent que πρεσβύτης, est employé dans les textes avec une acception relativement large. En effet, en théorie, le γέρων peut désigner toute personne ayant dépassé les quarante ans, mais en pratique il est appliqué aux individus âgés de plus de soixante ans14.

  • 15 Galien, De la préservation de la santé (VI, 1-452, Kühn ; CMG V, 4, 2 Koch) ; traduction anglaise d (...)

9Quant à la branche de la médecine désignée sous le nom de γηροκομία, et même si le médecin de Pergame n’emploie pas ce substantif, c’est à Galien dans son traité De la préservation de la santé (Ἐν τῇ τῶν ὑγιεινῶν πραγματείᾳ) en six livres, rédigé au cours de son second séjour romain, qu’il revient de l’avoir le plus clairement définie et de lui avoir en quelque sorte donné ses lettres de noblesse15. Au tout début de ce traité, Galien définit en effet la médecine comme composée de deux parties premières et principales :

τς περὶ τὸ σῶμα τἀνθρώπου τέχνης μιᾶς οὔσης, ὡς ἐν ἑτέρῳ δέδεικται γράμματι, δύο ἐστὶ τὰ πρῶτά τε καὶ μέγιστα μόρια· καλεῖται δὲ τὸ μὲν ἕτερον αὐτῶν ὑγιεινόν, τὸ δὲ ἕτερον θεραπευτικόν

  • 16 Allusion au De la constitution de l’art médical à Patrophile (I, 224-304 Kühn ; CMG V, 1, 3 Fortuna (...)

puisque l’art relatif au corps humain est un, comme il a été montré dans un autre écrit16, il se compose de deux parties premières et principales, dont l’une est appelée hygiène et l’autre thérapeutique (De la préservation de la santé I, 1 ; VI, 1 Kühn).

10Galien précise même que l’hygiène, qui a pour but de maintenir et préserver la santé et qui précède la thérapeutique, est encore plus importante que cette dernière qui intervient seulement quand la santé n’existe plus ou a commencé à se dégrader. Par rapport à ces deux parties principales de l’art, Galien définit plus loin la gérocomie, en usant de l’adjectif γηροκομικός, comme une troisième partie de la médecine, l’une des plus difficiles qui soit. Cette définition intervient dans le livre V du traité De la préservation de la santé consacré au régime des vieillards où Galien précise qu’il s’agit d’une appellation récente en usage chez les plus jeunes médecins :

εἰπεῖν μὲν οὖν καὶ ταῦτα καὶ τἄλλα ῥᾷστον, ἐπιστατῆσαι δὲ γέροντι διαφυλάττοντα τὴν ὑγείαν αὐτοῦ τῶν χαλεπωτάτων, ὥσπερ γε καὶ τῶν ἀνακομιζομένων ἐκ νόσου. Καλεῖται δὲ ὑπὸ τῶν νεωτέρων ἰατρῶν τουτὶ μὲν τὸ μέρος τῆς τέχνης ἀναληπτικόν, τὸ δὲ ἐπὶ τῶν γερόντων γηροκομικόν

  • 17 Il existe cependant parmi les médecins, et au sein même du corpus galénique, de nombreuses autres p (...)

dire cela et d’autres choses (scil. donner des indications générales relatives au régime) est très facile, mais prendre en charge un vieillard en préservant sa santé est l’une des choses les plus difficiles qui soient, comme également dans le cas des convalescents de maladie. Cette dernière partie de l’art est appelée par les médecins les plus jeunes « analeptique » (scil. restauratrice des forces de l’individu) et celle relative aux vieillards « gérocomique » (De la préservation de la santé V, 4 ; VI, 330 Kühn)17.

11La gérocomie, partie de l’art médical relative aux soins des vieillards, n’est donc pas une gériatrie. En effet, son but principal et premier n’est pas tant de soigner que de préserver la santé du vieillard en lui proposant le régime au sens large (boisson, nourriture, veille, sommeil, exercices...) le plus adapté possible à ses besoins. Et de fait, bien que Galien, à la suite d’Hippocrate, ne méconnaisse pas que certaines maladies surviennent prioritairement chez les vieillards, le traitement de ces maladies de la vieillesse relève, aux yeux du médecin antique, de la thérapeutique en général, au même titre que les autres maladies observables dans le reste de la population :

κάλλιον δὲ καὶ περὶ τῶν ἄλλων διελθεῖν, ὅσα τοῖς πλείστοις τῶν γερόντων γίνεται, βράγχοι καὶ κόρυζαι καὶ λίθων γενέσεις ἐν νεφροῖς ἀρθρίτιδές τε καὶ ποδάγραι καὶ ἄσθματα καὶ τἄλλα ὅσα τοιαῦτα. Πρὸς μὲν οὖν τοὺς βράγχους τε καὶ τὰς κορύζας δίαιταν μὲν τήνδε, φάρμακα δὲ τάδε προσφέρειν χρή, πρὸς δὲ τὰς τῶν λίθων γενέσεις ταῦτα, καθ’ ἕκαστόν τε τῶν ἄλλων οὕτως ἐπερχόμενος ἐπιμελής τε εἶναι δόξεις καὶ περιττὸς εἰς ἐπιστήμην γηροκομικήν. Ἀλλ’ ὥσπερ τούτων οὐδὲν χρὴ γράφειν ἐν συγγράμματι γηροκομικῷ (μεταφέρειν γε δυναμένων αὐτὰ τῶν γεγυμνασμένων ἐν ταῖς τῶν νοσημάτων θεραπείαις), οὕτως αὖ πάλιν οὐδ’ ἐπὶ μόνοις τοῖς κοινοῖς παύσασθαι, προειπόντα δ’ αὐτὰ προστιθέναι τινὰ τῶν κατὰ μέρος, ἃ μάλιστ’ ἐστὶν οἰκεῖα τῷ προκειμένῳ σκέμματι, καθάπερ ἡμεῖς ἐποιήσαμεν. Ἐπειδὴ γὰρ ἐδείχθη τὸ γῆρας ἐν τοῖς Περὶ κράσεων ὑπομνήμασιν ὁμολογουμένως μὲν εἶναι ψυχρόν, οὐχ ὁμολογουμένως δὲ ξηρόν, ἐνίων ὑγρὸν αὐτὸ φάντων εἶναι, προσήκει δήπου, λαβόντας ὑπόθεσιν εἰς τὸ γηροκομικὸν μέρος τῆς τέχνης, ὃ νῦν ἡμῖν πρόκειται, τὰ δειχθέντα περὶ τῆς κράσεως αὐτοῦ, τὸν μὲν σκοπὸν αὐτῶν τῶν πραγμάτων ἀπ’ ἐκείνης λαβεῖν, ἐπελθεῖν δ’ ἔνια τῶν κατὰ μέρος, τὰ μὲν ἕνεκα τοῦ γυμνάσαι τὸν μαθητήν, τὰ δ’ ὡς παραδείγματα πρὸς τὴν τῶν οὐκ εἰρημένων εὕρεσιν γενησόμενα, διὰ τὸ μὴ πάντας οὕτως εἶναι συνετούς, ὡς ἐκ μόνου τοῦ καθόλου γνωσθέντος εὑρίσκειν τὰ κατὰ μέρος, ἀλλὰ τοῦ ποδηγήσοντος ἐπ’ αὐτὰ προσδεῖσθαι

il est préférable de traiter également des autres choses qui frappent la plupart des vieillards, les bronchites et les rhumes, la formation de calculs dans les reins, l’arthrite, la goutte, l’asthme et toutes les autres choses de ce genre. Contre les bronchites et les rhumes, il faut donc appliquer ce régime, et ces médicaments, et contre la formation des calculs ceux-là, et en procédant ainsi pour chacune des autres choses tu paraîtras à la fois attentionné et remarquable dans la science de la gérocomie. Mais, de même qu’il ne convient d’écrire sur aucune de ces choses dans un traité de gérocomie (étant donné que ceux qui sont exercés dans le traitement des maladies sont capables d’opérer leur transposition), de même à l’inverse il ne convient pas non plus de s’arrêter aux seuls traits communs, mais de poursuivre en exposant les traits particuliers eux-mêmes qui sont les plus propres à l’examen proposé, comme nous l’avons fait. Puisque en effet il a été montré dans mes livres sur les Tempéraments qu’il y a accord sur le fait que la vieillesse est froide, mais pas d’accord sur le fait qu’elle est sèche, certains ayant prétendu qu’elle était humide, il convient à mon avis, en posant comme hypothèse, pour cette partie gérocomique de l’art qui nous occupe à présent, ce qui a été montré sur son tempérament (scil. sur le tempérament de la vieillesse), de poursuivre le but de notre enquête en la prenant pour base (scil. en prenant pour base l’hypothèse d’une vieillesse sèche) et d’aborder quelques particularités, les unes pour exercer les étudiants, les autres en tant qu’exemples utiles à la découverte de ce qui n’aura pas été dit (De la préservation de la santé V, 8 ; VI, 349, 7 Kühn).

  • 18 Ceux qui pensent que la vieillesse est humide se laissent abuser par l’augmentation des résidus obs (...)

12On ne saurait distinguer plus clairement gérocomie et thérapeutique, vieillesse et maladie. La prise en charge des maladies propres à la vieillesse relève en effet de la partie thérapeutique de la médecine, tandis que la partie gérocomique traite du régime le plus apte à conserver au vieillard la santé la meilleure possible. Le vieillard, sans être malade, possède cependant une disposition qui lui est propre : froide et sèche pour Galien, froide et humide pour d’autres, mais qui en réalité, aux dires du médecin de Pergame, se trompent18. Le vieillard demande donc des soins particuliers, objets de l’art délicat de la gérocomie. Et c’est ce régime particulier, au sens large, que Galien s’emploie à régler au mieux dans la suite du livre V de son traité De la préservation de la santé, après avoir pris comme hypothèse de départ celle d’une vieillesse constitutionnellement froide et sèche.

13Toutefois si la vieillesse n’est pas une maladie, et si à ce titre elle ne relève pas d’une gériatrie mais d’une simple gérocomie, on rencontre dans nos textes la curieuse expression de « vieillesse par maladie » (ἐκ νόσου γῆρας) sur laquelle il faut à présent s’arrêter.

II Vieillesse selon la nature (τὸ κατὰ φύσιν γῆρας) et vieillesse par maladie (τὸ ἐκ νόσου γῆρας)

  • 19 Pour ces trois traités, outre la traduction anglaise du De la préservation de la santé par R. M. Gr (...)
  • 20 On la rencontre aussi une fois dans les Différences des fièvres (VII, 315, 6 Kühn : τῶν παρὰ φύσιν (...)

14L’expression « vieillesse par maladie » se rencontre une seule fois dans le traité De la préservation de la santé (VI, 357, 6 Kühn), mais trois fois dans la Méthode thérapeutique (X, 495, 3 ; 721, 8 ; 730, 4 Kühn) et une fois dans le traité du Marasme19 (VII, 685, 1 Kühn), deux traités qui lui sont postérieurs et qui, aux yeux de Galien, forment un tout. Il en recommande d’ailleurs la lecture conjointe à celui qui veut devenir un expert dans l’art de la gérocomie, comme dans ce passage de De la préservation de la santé où il nous livre également sa définition de la vieillesse20 :

ἔστι μὲν γάρ, ὅ γε κυρίως ἅπαντες ἄνθρωποι γῆρας ὀνομάζουσιν, ἡ ξηρὰ καὶ ψυχρὰ κρᾶσις τοῦ σώματος ἐκ πολυετίας γινομένη. Συμβαίνει δέ ποτε καὶ διὰ πυρετῶδες νόσημα, καὶ καλοῦμεν αὐτὴν ἐκ νόσου γῆρας, ὡς ἐν τῷ Περὶ μαρασμοῦ λέλεκται γράμματι· μαρασμὸς γὰρ καὶ ἡ τοιαύτη διάθεσίς ἐστιν, οὐκ ἐν ζῴοις μόνον, ἀλλὰ καὶ ἐν φυτοῖς γινομένη. Γέγραπται δὲ καὶ κατὰ τὸ πρῶτον βιβλίον τῆσδε τῆς πραγματείας ἡ ἀναγκαία τοῦ γήρως γένεσις. Ἔκ τε οὖν ἐκείνων καὶ ἐξ ὧν ἐν τοῖς Περὶ κράσεων εἴρηται καὶ προσέτι τοῦ Περὶ μαρασμοῦ γράμματος εὐπορώτερος ἄν τις εἰς τὸ γηροκομικὸν μέρος τῆς τέχνης γενηθείη

ce que, au sens propre, tous les hommes appellent « vieillesse », c’est un tempérament du corps sec et froid résultant du grand âge. Mais il arrive aussi parfois qu’il résulte d’une maladie fébrile, et nous l’appelons « vieillesse par maladie », comme on l’a dit dans le traité du Marasme. De fait, le marasme est aussi une disposition de ce genre (scil. sèche et froide) qui ne survient pas seulement chez les êtres animés mais aussi chez les plantes. Il est également question dans le premier livre de ce traité (scil. dans le premier livre de De la préservation de la santé) de la survenue nécessaire de la vieillesse. D’après ceci et d’après ce qui a été dit dans les Tempéraments et en outre d’après le traité sur le Marasme, on pourrait très facilement aborder la partie gérocomique de l’art (De la préservation de la santé V, 9 ; VI, 357, 3 Kühn).

15L’expression de « vieillesse par maladie » devait d’ailleurs être promise à une belle postérité puisqu’elle fut ensuite utilisée successivement par Alexandre de Tralles (VIe siècle), et les byzantins Théophile dit le Protospathaire et Léo médecin. De quoi s’agit-il ?

16Tel que défini par Galien dans son petit traité éponyme (Du marasme VII, 666-704 Kühn), le marasme est la consomption d’un corps vivant sous l’effet de la sécheresse (666 : μαρασμός ἐστι φθορὰ ζῶντος σώματος ἐπὶ ξηρότητι), au cours d’un processus caractéristique de la vieillesse, mais non exclusivement. Aussi, pour comprendre et soigner les différentes formes de marasme, convient-il d’abord, selon Galien, de rechercher la cause de la vieillesse (669 : γνῶναι γήρως αἰτίαν). Le processus du vieillissement est ainsi décrit dans le traité du Marasme comme à la fois complètement inéluctable (ἀφυκτότατος) et tout à fait naturel (καὶ κατὰ φύσιν). Car ajoute Galien, en bon aristotélicien, « tout ce qui est engendré est aussi nécessairement destiné à la corruption » (672 : ὡς ἀναγκαῖόν ἐστι τὸ γεννηθὲν ἅπαν εὐθὺς εἶναι φθαρησόμενον).

  • 21 J. Ilberg, op. cit. n. 15, p. 188 n. 2, identifie l’auteur de ce traité au médecin Philippe (sur le (...)
  • 22 Comme le signale C. Magdelaine, « Vieillesse et médecine chez les médecins grecs d’Hippocrate à Gal (...)

17Toutefois, ce caractère inéluctable du vieillissement n’était pas partagé par tout le monde. Le médecin de Pergame rapporte ainsi qu’un des philosophes de son temps avait écrit un livre sur la façon de rester perpétuellement exempt de vieillesse (ἀγήρων ... διαμεῖναι τὸ πάμπαν, Du marasme 2 ; VII, 670 Kühn). Ce philosophe21 avait écrit ce livre à l’âge de quarante ans, mais quand il parvint à l’âge de quatre-vingts ans, il était si décharné et si fripé qu’il devint la risée de tous. Il écrivit donc un second livre Sur l’étonnante agérasie (Περὶ τῆς θαυμαστῆς ἀγηρασίας) pour montrer que, certes, tout homme ne pouvait pas demeurer exempt de vieillesse, mais qu’il fallait pour cela posséder une nature appropriée, et en particulier bénéficier dès l’enfance d’un régime adapté ; il promettait à ceux qui suivraient ses conseils de rendre leurs corps immortels (ἀθάνατα αὐτῶν ποιήσειν τὰ σώματα). Et, ajoute Galien non sans humour, comme le philosophe mourut avant que les enfants dont il avait reçu la charge aient eux-mêmes atteint l’âge d’homme, il fut impossible de vérifier la validité de son enseignement sur ce point22. Galien ajoute ici une conclusion qui, au premier abord, pourrait paraître quelque peu surprenante :

οἱ μὲν οὖν ἄλλοι πάντες ἐσχάτην μωρίαν αὐτοῦ κατεγίνωσκον, ἐγὼ δὲ οὔ, [μόνον] εἰδώς, ὅτι πολλὰ καὶ ἄλλα δόγματα τοῖς διὰ τῆς ἐμπειρίας ἐγνωσμένοις μαχόμενα πολλοὶ τῶν λογικῶν ἀνδρῶν ἀπεφήναντο τῇ πιθανότητι τῶν λόγων ἐξαπατηθέντες. Οὐκ οὖν οὐδὲ τοῦτο θαυμαστόν ἐστιν ὅσον ἐπὶ τῷ λόγῳ. Τὸ γὰρ ὅτι τὸ γεννητὸν πᾶν φθαρήσεται πάντως οὔτ’ ἐπιστημονικὴν οὔτ’ ἀναγκαίαν ἔχει τὴν ἀκολουθίαν, ἀλλ’ ἄχρι τοῦ πιθανοῦ προϊοῦσαν, ὡς ἐν τῷ περὶ ἀποδείξεως ἀποδέδεικται, καίτοι γε τούτῳ χρῶνται τῷ λόγῳ σχεδὸν ἅπαντες, ὅσοι τὸ γηράσκειν ἀναγκαῖον ἐπιδεικνύουσι τοῖς ζώοις, ὁδὸν εἶναι φάσκοντες αὐτὸ πρὸς τὴν ἐξ ἀνάγκης ἑπομένην φθορὰν τοῖς γεννητοῖς ἅπασιν. Ἐξ ἐμπειρίας οὖν ἔτι μόνης τὸ γῆρας ἀναγκαῖόν τε καὶ κατὰ φύσιν, ὥσπέρ γε καὶ ὁ θάνατος οὐδ’ αὐτὸς ἀποδεδειγμένος ὑπὸ τῶν ἑτοίμως ἀποφαινομένων καὶ λεγόντων, ὡς ἀναγκαῖόν ἐστι τὸ γεννηθὲν ἅπαν εὐθὺς εἶναι φθαρησόμενον. Ἑπόμενον δὲ δήπου τοῖς σοφισταῖς ἐστι τὸ πρὸς τὴν ἐμπειρίαν ἀντιλέγειν, ὅπερ, οἶμαι, κᾀκεῖνος ἐποίει φάσκων ἀποθνήσκειν τε καὶ γηράσκειν ἅπαν ζῶον ἀγνοίᾳ τῶν ἐπιστατούντων.Ἴσως οὖν ἄμεινον ἡμᾶς ἐπισκέψασθαι τὴν αἰτίαν ἥτίς ποτέ ἐστι, δι’ ἣν γηράσκει τά τε ζῷα καὶ τὰ φυτὰ σύμπαντα

tous les autres donc condamnèrent son extrême sottise, sauf moi, car je savais que beaucoup d’autres opinions combattant les données de l’expérience avaient été proférées par beaucoup de logiciens trompés par le caractère vraisemblable des raisonnements. De fait, la question qui nous occupe ne comporte rien non plus d’étonnant du point de vue du raisonnement. Car le fait que « tout ce qui est engendré sera inexorablement corrompu » résulte d’une conséquence qui n’est ni scientifique ni nécessaire, mais procède du vraisemblable, comme cela a été montré dans Sur la démonstration ; et pourtant ils recourent presque tous à cette proposition, ceux qui démontrent que vieillir est une nécessité pour les êtres animés, en déclarant qu’il s’agit d’un processus aboutissant à la corruption qui s’en suit nécessairement pour tous les êtres engendrés. De fait, d’après encore l’expérience seule, la vieillesse est nécessaire et selon la nature, comme du reste la mort dont la réalité non plus n’est pas elle-même démontrée par ceux qui profèrent et déclarent volontiers qu’« il est nécessaire que tout ce qui a été engendré soit immédiatement destiné à la corruption ». Mais c’est évidemment faire œuvre de sophistes que de parler contre l’expérience, ce que, je crois, cet homme faisait quand il disait que tout être animé mourait et vieillissait du fait de l’ignorance de ceux chargés de veiller sur lui. Il est donc peut-être préférable que nous examinions quelle peut bien être la raison pour laquelle les êtres animés et les plantes tous sans exception vieillissent (Du marasme 2 ; VII, 671-672 Kühn).

  • 23 Sur cette suspension du jugement pratiquée par Galien à propos de certaines questions ne pouvant fa (...)

18Dans ce passage inspiré à Galien par sa formation de logicien, le médecin ne met naturellement pas un seul instant en doute le dogme aristotélicien relatif à la génération et à la corruption, pas plus qu’il ne remet en question la réalité de la vieillesse et de la mort. Mais il insiste sur le fait que le caractère inéluctable de la vieillesse comme celui de la mort, s’il nous est bien enseigné par l’expérience, ne fait pas facilement l’objet d’une démonstration de type mathématique. De fait, en se plaçant sur le terrain de la logique formelle, Galien dénonce la faiblesse et la fragilité de propositions qui échappent à toute démonstration pour ne relever que du vraisemblable (ἄχρι τοῦ πιθανοῦ). Il est impossible de préciser davantage la position de Galien sur ce point car son traité Sur la démonstration est perdu en dehors de quelques fragments, mais il adoptera la même position prudente au sujet d’autres questions qui relèvent à ses yeux du seul vraisemblable comme par exemple celles de l’immortalité de l’âme et du rôle du démiurge, dans son testament philosophique intitulé Sur ses propres opinions23.

19Quelle est donc la cause du vieillissement ? Plusieurs explications, rappelle Galien, ont été proposées. Selon la première, la chaleur naturelle du petit enfant est tempérée à ses débuts par l’humidité, un peu comme lorsqu’on jette du bois humide dans un foyer, puis le feu, un moment ralenti par le bois humide, redouble d’intensité (dans la force de l’âge) avant de retomber à nouveau quand le combustible commence à s’épuiser (au moment de la vieillesse) et de s’éteindre complètement (au moment de la mort) (Du marasme 3 ; VII, 673-674 Kühn). Mais cette explication en vogue chez presque tous les médecins et philosophes les plus récents ne satisfait pas Galien (674 : παρὰ πᾶσιν ὀλίγου δεῖν τοῖς νεωτέροις ἰατροῖς τε καὶ φιλοσόφοις). En effet, argumente-t-il, la flamme se nourrit d’une matière (le bois) qu’elle consume complètement, alors que la chaleur innée ne consume pas les corps mais au contraire les accroît et les fait grandir. Aussi Galien apporte-t-il un correctif à cette image qui évoque davantage le modèle de la fièvre lorsque celle-ci consume les corps. En réalité, Galien se fait ici l’écho d’un débat, dont le détail nous échappe d’ailleurs quelque peu, qui faisait rage entre les différentes écoles médicales rivales sur la nature et le rôle respectif des deux types de chaleur : chaleur innée et fièvre. L’essentiel pour notre propos est que la vieillesse est un processus nécessaire et naturel (τὸ γῆρας ἀναγκαῖόν τε καὶ κατὰ φύσιν, ὥσπέρ γε καὶ ὁ θάνατος), au même titre que la mort, et s’apparente à une forme de marasme, c’est-à-dire à un dessèchement sous l’effet de la chaleur.

  • 24 Sur ces différentes formes de marasmes au nombre de quatre, voir notamment Théophile, De la différe (...)
  • 25 Même si le vieillissement pathologique d’une seule partie majeure (ventre, cœur, foie) peut entraîn (...)
  • 26 Alexandre de Tralles (VIe s.), Des fièvres I, 357, 17 Puschmann : τὸν τῷ γήρᾳ παρακολουθήσαντα παρα (...)
  • 27 Galien cite neuf fois le nom de ce médecin dans son seul traité Sur le marasme (VII, 685, 2, 6 et 1 (...)

20Parmi les différentes formes de marasme définies par Galien24, celle nommée « vieillesse par maladie » se caractérise par le vieillissement contre nature d’une ou plusieurs parties (et non de tout le corps25), accompagné d’une constitution froide et sèche26. Il s’agit d’une expression que Galien dit avoir empruntée à un médecin du nom de Philippe27 et qu’il utilise donc seulement dans le contexte d’une affection bien précise, par exemple à propos de certains maux de ventre :

γέροντος γὰρ οὗτοι ἴσχουσι γαστέρα πρὶν γηρᾶσαι· διὸ καὶ βλάπτονται ῥᾳδίως ὑπὸ σμικρῶν αἰτιῶν, ὥσπερ οἱ γέροντες, καὶ πέττειν οὐ δύνανται καλῶς· ἐξ οὗ συμβαίνει καὶ τὸ σύμπαν αὐτοῖς σῶμα χεῖρον ἴσχειν· οὕτως δὲ κᾂν ἄλλο τι πάθωσι μόριον, ἂν δὲ καὶ τὴν καρδίαν αὐτὴν, ἐν τάχει μαραίνονται· καὶ καλεῖ τὸν τοιοῦτον μαρασμὸν ὁ Φίλιππος ἐκ νόσου γῆρας. Οὗτος μὲν οὖν ὁ μαρασμὸς ἐπὶ θάνατον ἄγει συντόμως· ἐφεξῆς δὲ καὶ ὁ ἀπὸ τοῦ ἥπατος ἀρξάμενος· εἶθ’ ὁ ἀπὸ τῆς γαστρός· οἱ δ’ ἐπ’ ἄλλοις μορίοις εἰς τοσοῦτον χρονιώτεροι εἰς ὅσον ἕκαστον αὐτῶν ἀκυρώτερόν ἐστι τῶν εἰρημένων

car ces individus-là possèdent un ventre de vieux avant d’avoir vieilli. C’est pourquoi de petites causes leur nuisent facilement, comme pour les vieux, et ils ne peuvent pas bien assurer une bonne coction. Il en résulte qu’il arrive aussi à la totalité de leur corps de se détériorer. S’ils ont aussi une autre partie ainsi affectée, si c’est le cœur lui-même, ils ont vite fait de s’épuiser par marasme. Et Philippe appelle le marasme de cette sorte « vieillesse par maladie ». Ce marasme mène réellement à la mort en peu de temps. Tout de suite après vient celui qui part du foie, puis celui qui part du ventre. Ceux qui ont pour cause d’autres parties ne durent plus longtemps que dans la mesure où chacune d’elles joue un rôle moins majeur que celles dont il a été question (Sur la méthode thérapeutique VI, 6 ; X, 494-495 Kühn).

21Dans certains cas extrêmes, quand le marasme provoque « le dessèchement des corps solides (scil. des os) », il devient incurable (εἴπερ οὖν ἀνίατος μέν ἐστιν ἡ ξηρότης τῶν στερεῶν σωμάτων). De fait, il est alors impossible de rectifier ce type de dessèchement :

συμβαίνει δὲ μάλιστα κατὰ τὰ χρόνια τῶν ἀῤῥωστημάτων, ὅταν ἡ σύμφυτος ὑγρότης ἑκάστου μέρους, ἐξ ἧς πρώτης τρέφεται, κινδυνεύει μηκέτι εἶναι· τὴν μὲν γὰρ αὐτῶν τῶν στερεῶν σωμάτων ξηρότητα τῶν ἀδυνάτων ἐστὶν ἐπανορθώσασθαι, καθάπερ καὶ τὸ γῆρας, ὡς κᾀν τῷ περὶ μαρασμοῦ δέδεικται λόγῳ· τὴν ὑγρότητα δὲ κᾂν ἀπόληται τελέως, οἷόν τε γεννῆσαι κατὰ τὴν εἰρημένην ἀρτίως δίαιταν

cela arrive, surtout lors des états de faiblesse chronique, chaque fois que l’humidité innée de chaque partie, une humidité qui constitue la nourriture première de celle-ci, risque de ne plus exister. En effet rectifier le dessèchement des corps solides eux-mêmes (scil. des os) appartient à l’impossible, tout comme rectifier la vieillesse, ainsi qu’il est montré précisément dans mon ouvrage Sur le marasme. En revanche, l’humidité, même si elle est complètement détruite, il est possible de la générer, en suivant le régime dont on a parlé à l’instant (X, 488 Kühn).

22Aussi ne faut-il pas même essayer de guérir celui qui est victime d’un marasme rigoureux (τὸν δ’ ἀκριβῶς μαρανθέντα μηδ’ ἐπιχειρῶμεν ἰᾶσθαι) :

καὶ γὰρ εἰ τὴν θέρμην αὐτοῦ σβέσαιμεν, ἀλλ’ ἥ γε ξηρότης ὑπολειφθεῖσα γήρως τρόπῳ τὸν ἄνθρωπον ἀπολεῖ, τοσοῦτον ἐπιβιώσαντα χρόνον ὅσον ἀντισχεῖν τὰ στερεὰ μόρια πρὸς τὴν ἐσχάτην ξηρότητα. Τάχα δ’ ἄν τις ἕλοιτο τῶν οἰκείων τοῦ νοσοῦντος, ἔτι τε μᾶλλον ὁ κάμνων αὐτὸς ἐπιβιῶναί τινα χρόνον ἐν γέροντος σχέσει μᾶλλον ἢ τεθνάναι παραχρῆμα. Θεραπεύειν οὖν καὶ τούτους μετὰ προρρήσεως, εἰς ἕτερον μεθιστάντας μαρασμόν, ὃν ἤδη καλεῖν ἔθος ἡμῖν ἐστιν ἐκ νόσου γῆρας· ἐγχωρεῖ γὰρ αὐτοὺς οὐ μόνον ἡμέρας πλείους, ἀλλὰ καὶ μῆνας ζῆσαι. Νεανίσκον γοῦν ἐγώ τινα τῶν οὕτως ἐχόντων ἰασάμενος, εἶθ’ ἑξῆς ἀνακομίζων καὶ οἷον γηροτροφῶν αὐτοῦ τὴν πρεσβυτικὴν ἀσθένειαν, οὐ μόνον εἰς μῆνας, ἀλλὰ καὶ εἰς ἔτη διεφύλαξα ζῶντα

  • 28 Allusion à la fièvre qui entraîne marasme et dessèchement, avant de provoquer le froid du corps.
  • 29 Comparer avec Aétius d’Amida, Livres de médecine V, 93, 49 Olivieri, qui qualifie de même d’incurab (...)

de fait, à supposer que nous parvenions à éteindre sa température chaude28, le dessèchement qui cependant subsistera provoquera, à la façon de la vieillesse, la perte de l’individu, qui n’aura survécu que le temps que les parties solides auront été capables de résister à l’extrême dessèchement. Mais peut-être que l’un des familiers du malade, et encore plus la personne souffrante elle-même, choisirait de survivre un certain temps dans l’état d’un vieillard plutôt que de mourir sur-le-champ. Il faut donc administrer une thérapie à ces gens-là aussi avec un pronostic, en les faisant passer dans un autre marasme, celui que nous avons désormais l’habitude d’appeler « vieillesse par maladie ». Il leur est en effet donné la possibilité de vivre non seulement plusieurs jours, mais même plusieurs mois. En tout cas moi, parmi ceux qui étaient dans cet état, j’ai réussi à guérir un jeune homme qui était dans cet état, et tout de suite après je me suis efforcé de lui faire recouvrer ses forces en donnant à sa faiblesse sénile une alimentation pour ainsi dire de vieillard, et ainsi j’ai réussi à le garder en vie non seulement pour des mois, mais même pour des années (X, 721 Kühn)29.

23Il peut donc y avoir des rémissions au marasme, y compris dans sa forme la plus sévère. Alors que les patients victimes de cette « vieillesse par maladie », sorte de vieillissement prématuré et contre nature d’une ou plusieurs parties du corps, requièrent le traitement du médecin dans un cadre thérapeutique, en revanche les vieillards affectés d’une « vieillesse selon la nature » ne demandent que les soins aptes à conserver leur santé dans le cadre adapté de la gérocomie. Il est de ce point de vue tout à fait révélateur que Galien nous livre son explication de la sénescence, dans un contexte thérapeutique, à propos d’une pathologie, le vieillissement prématuré, et non dans son traité d’hygiène.

III La santé du vieillard (γέροντος ὑγείαν)

24De fait, s’il n’existe pas, dans la médecine antique, de prise en charge spécifique des maladies de la vieillesse, il existe en revanche des soins propres à conserver la santé du vieillard (γέροντος ὑγείαν). Mais que convient-il exactement d’entendre par là ? Galien compare dans un premier temps la santé des vieillards à celle des convalescents qui relèvent de maladie :

καὶ δοκοῦσιν αἱ διαθέσεις ἀμφοῖν οὐ κατὰ τὴν ἀκριβεστάτην ὑγείαν, ἀλλ’ ἤτοι μέσαι τινὲς εἶναι νόσου τε καὶ ὑγείας ἢ πάντως μὴ τῆς καθ’ ἕξιν, ἀλλὰ τῆς κατὰ σχέσιν ὀνομαζομένης ὑπ’ αὐτῶν ὑγείας. Εἴτ’ οὖν νόσον εἴτε νοσώδη διάθεσιν εἴτε μέσην ὑγείας τε καὶ νόσου διάθεσιν εἴτε κατὰ σχέσιν ὑγείαν ὀνομάζειν χρὴ τὸ γῆρας, οὐ πάνυ τι τῶν τοιούτων φροντίζοντας ζητήσεων μέχρι λόγου προερχομένων ἐπίστασθαι δὲ χρὴ τὴν κατάστασιν τοῦ τῶν γερόντων σώματος, ὅτι ἐπὶ σμικροῖς αἰτίοις εἰς νόσον μεθισταμένην ὁμοίως τοῖς ἀναλαμβάνουσιν ἐκ νόσου τὴν ἀρχαίαν ὑγείαν διαιτᾶν χρή

  • 30 Sur cette distinction entre santé « par état » et « par possession », voir surtout le À Thrasybule (...)
  • 31 Ce passage, il est vrai, mal établi en grec, a été mal rendu par R. M. Green qui comprend curieusem (...)

les conditions de ces deux groupes (scil. convalescents et vieillards) ne semblent pas relever de la santé la plus exacte, mais être soit à mi-chemin de la maladie et de la santé, soit appartenir pleinement non pas à la santé « par état », mais à celle « par possession » comme ils (i. e. les médecins récents) la nomment30. Qu’il faille donc appeler la vieillesse une maladie ou une disposition malsaine ou une disposition intermédiaire entre la santé et la maladie, ou une santé « par possession », sans se soucier davantage de telles recherches, mais en progressant de façon rationnelle31, ce qu’il faut connaître de la constitution des vieillards, c’est qu’en tant que sujette à basculer dans la maladie aux moindres causes, comme ceux qui récupèrent d’une maladie, il faut régler leur santé initiale par un régime (De la préservation de la santé V, 4 ; VI, 330, 8 Kühn).

25Au-delà des querelles de mots dans lesquelles Galien se refuse d’entrer, ce qu’il importe donc au médecin de connaître c’est la fragilité de la santé du vieillard, fragilité qui l’expose, aux moindres causes, à pencher du côté de la maladie. Quant à l’expression « santé du vieillard » (γέροντος ὑγείαν), à laquelle Galien a personnellement choisi de s’arrêter et qu’on ne rencontre que dans le traité De la préservation de la santé, voici en quels termes il propose de la définir :

τὴν μὲν οὖν ἰσχὺν ἅπαντες ἄνθρωποι καθαιροῦνται μετὰ τὴν ἀκμαστικὴν ἡλικίαν, οὐ μὴν τήν γε ὑγείαν ἀπολλύουσιν, ἀλλ’ ἧττον μὲν ἐπαινετὴν ἔχουσιν ἢ πρόσθεν, ἔχουσι δ’ οὐ μόνον ἄχρι γήρως ἀρχῆς, ἀλλὰ καὶ κατ’ αὐτὸ τὸ γῆρας ὅλον, ὃ δὴ δοκεῖ τισιν εἶναι νόσημα φυσικόν. Ὁπόταν γὰρ μήτ’ ὀδυνῶνταί τι μήτε τινὰ τῶν ἐνεργειῶν, αἷς εἰς τὰς κατὰ τὸν βίον πράξεις χρώμεθα, Tελέως ἀπολέσωσιν ἢ μὴ παντάπασιν ἄρρωστον ἔχωσιν, ὑγιαίνουσιν ὑγείαν οἰκείαν γήρᾳ. μεμνῆσθαι γὰρ δεῖ που καὶ τῶν περὶ τῆς ὑγείας ἀποδεδειγμένων, ὡς πάμπολυ τὸ πλάτος αὐτῆς ἐστιν. Ἔστι δὲ καὶ τρίτη τις διάθεσις σώματος, ἣν οἱ περὶ τὸν Ἡρόφιλον « οὐδετέραν » ὀνομάζουσι, τοῖς τε ἐκ πυρετῶν χαλεπῶν διασωθεῖσιν ὑπάρχουσα κατ’ αὐτὸν τὸν τῆς ἀναλήψεως χρόνον καὶ τῇ τοῦ γήρως ἡλικίᾳ. <καὶ> τὸ μὲν ἔξω νόσου τοῖς γέρουσιν εἶναι πάντως ὑπάρξει, τὸ δὲ τὰς ἐνεργείας ἰσχυρὰς ἔχειν ὁμοίως τοῖς ἀκμάζουσιν οὐχ ὑπάρχει. λλ’ ἐάν, εἰς ὅσον γέροντι χρεία βλέπειν τε καὶ ἀκούειν καὶ βαδίζειν καὶ τἄλλα πράττειν δύνασθαι, μηδὲν ἐλλίπῃ τὸ σῶμα, καὶ τοῦτ’ ἄν τις εἰκότως ὀνομάζοι γέροντος ὑγείαν, ὅλον τοῦτο λέγων ὑγείαν γέροντος, οὐχ ἁπλῶς ὑγείαν. Ἐκείνη μὲν γὰρ ἄμεμπτός ἐστι διὰ τὴν τῶν ἐνεργειῶν ἀρετήν, μεμπτὴ δ’ ἡ τῶν γερόντων· ἔχουσα γὰρ ἁπάσας τὰς ἐνεργείας οὐδεμίαν ἐρρωμένην ἔχει. Kαὶ δὴ καὶ τὸ γηροκομικὸν ὀνομαζόμενον μέρος τῆς ἰατρικῆς σκοπὸν ἔχει τὴν γεροντικὴν ὑγείαν εἰς ὅσον οἷόν τε διαφυλάττειν

  • 32 Curieuse expression que l’on ne rencontre en grec que dans cet unique passage de Galien.
  • 33  Sur l’étendue de la santé (τὸ ὑγείας πλάτος), voir supra n. 6.
  • 34  Sur ces médecins, héritiers et disciples d’Hérophile, voir l’ouvrage d’H. von Staden, op. cit. n.  (...)

tous les hommes connaissent donc un déclin de leur vigueur après la force de l’âge, mais sans néanmoins perdre leur santé, mais ils jouissent d’une santé moins louable qu’auparavant, qu’ils conservent cependant non seulement jusqu’au début de la vieillesse, mais aussi tout au long de la vieillesse qui précisément paraît à certains être une maladie naturelle32. En effet, quand ils n’éprouvent ni douleur ni perte définitive d’une des fonctions dont nous usons dans les activités de la vie, ni n’en possèdent une complètement affaiblie, ils jouissent d’une santé propre à la vieillesse. Il faut en effet également rappeler, je pense, ce qui a été démontré concernant la santé, à savoir que son étendue est vaste33. Car il existe aussi une troisième disposition du corps que les Hérophiléens34 nomment neutre qui existe à la fois pour ceux qui ont réchappé de fièvres terribles pour le temps précis de leur convalescence et à l’âge de la vieillesse, car être exempt de maladie pour des vieillards existera tout à fait, tandis que posséder des fonctions aussi vigoureuses que ceux dans la force de l’âge n’existe pas. Mais si, pour autant qu’il est utile à un vieillard, son corps est capable de voir, d’entendre, de marcher et de faire le reste sans qu’il y manque rien, c’est cela qu’on pourrait vraisemblablement nommer santé du vieillard, en disant que ce tout forme la santé du vieillard, non la santé pure et simple. Car cette dernière est irréprochable du fait de l’excellence des fonctions, alors que celle des vieillards ne l’est pas. De fait, bien qu’elle possède toutes les fonctions, il n’en est aucune qui soit vigoureuse. Et c’est pourquoi la partie de la médecine nommée gérocomique a pour but, autant que possible, de conserver la santé sénile (De la préservation de la santé VI, 2 ; VI, 387-388 Kühn).

26Dans l’espace imparti à cet exposé, il est naturellement impossible d’aborder le détail de ce programme de soins proposés par Galien aux livres V et VI de son traité De la préservation de la santé. Il s’agit pour l’essentiel de recommandations relatives aux massages, bains, exercices physiques, alimentation, boisson, et relations sexuelles, ainsi que tout ce qui est susceptible d’influencer le tempérament du vieillard pour le maintenir dans la meilleure disposition possible et ainsi préserver sa « santé sénile ». On se bornera donc à évoquer pour finir le cas emblématique du grammairien Télèphe, âgé de presque cent ans (σχεδὸν ἑκατὸν ἔτη βιούς), à propos duquel Galien écrit dans son traité De la préservation de la santé :

Τήλεφος δὲ ὁ γραμματικὸς ἐπὶ πλείονας μὲν ἐξίκετο χρόνους Ἀντιόχου σχεδὸν ἑκατὸν ἔτη βιούς. Έλούετο μὲν τοῦ μηνὸς δὶς ἐν τῷ χειμῶνι, τετράκις δὲ ἐν τῷ θέρει, τρὶς δὲ ἐν ταῖς μεταξὺ τούτων ὥραις. Έν αἷς δ’ ἡμέραις οὐκ ἐλούετο, περὶ τρίτην ὥραν ἠλείφετο μετὰ βραχείας ἀνατρίψεως. Εἶτα χόνδρον ἡψημένον ἐν ὕδατι, μέλι μιγνὺς ὠμὸν ὅτι κάλλιστον, ἤσθιε, καὶ τοῦτἤρκει μόνον αὐτῷ τήν γε πρώτην. ἠρίστα δὲ καὶ οὗτος ὥρας ἑβδόμης βραχεῖ τινι θᾶττον, λάχανα μὲν πρῶτον προσφερόμενος, εἶθἑξῆς ὀρνίθων ἰχθύων γευόμενος. ἑσπέραν δὲ μόνον ἄρτον ἤσθιε διαβρέχων ἐν οἴνῳ κεκραμένῳ

  • 35 Allusion au médecin Antiochos, âgé de plus de quatre-vingts ans (γεγονὼς μὲν ἐτῶν πλείω τῶν ὀγδοήκο (...)

quant à Télèphe le grammairien, il parvint à un âge plus avancé qu’Antiochos35 puisqu’il vécut presque cent ans. Il se baignait deux fois par mois en hiver, quatre en été, et trois dans les saisons intermédiaires. Les jours où il ne prenait pas de bains, vers la troisième heure il se faisait enduire d’huile avec un léger massage. Ensuite il mangeait de l’orge bouillie dans de l’eau qu’il mélangeait à du miel cru le meilleur qui soit. Et cela seul lui suffisait, du moins pour le matin. Mais il déjeunait lui aussi à la septième heure ou un peu plus tôt, en commençant par des légumes et en poursuivant par la dégustation d’oiseaux et de poissons, tandis que le soir il mangeait seulement du pain trempé dans du vin coupé (V, 4 ; VI, 333 Kühn).

  • 36 De ce point de vue, la conception galénique de la conservation de la santé considérée comme l’affai (...)

27Un régime, on le voit, qui par plusieurs de ses traits n’est pas sans évoquer les recommandations des nutritionnistes contemporains, notamment sur la nécessité de faire un repas du soir léger36.

28À la question qui ouvrait cette contribution, Galien a donc répondu sans ambiguïté par la négative : la vieillesse n’est pas une maladie. Mieux encore, elle ne se définit pas par ses maladies qui d’ailleurs sont loin d’être toutes propres à cet âge de la vie. De ce point de vue, certaines expressions utilisées par les médecins antiques ne doivent pas nous égarer. La « vieillesse par maladie » ne désigne en effet rien d’autre qu’une forme particulière de marasme. La vieillesse n’est pas davantage une « maladie naturelle », même si elle peut apparaître comme telle à certains. Elle s’apparente en réalité bien davantage à un état neutre entre santé et maladie qui autorise le médecin à poser l’existence d’une authentique « santé du vieillard », objet de l’art antique de la gérocomie. Au cours des siècles cependant, et en particulier au début du XXe siècle, on est insensiblement passé de la gérocomie définie comme « soin des vieillards » et avant tout médecine de prévention et d’hygiène (pris en son sens premier de préservation d’un état sain), à la gériatrie, médecine des vieillards et de leurs maladies. Dernier avatar de cette évolution, notamment sous l’influence du transhumanisme, la vieillesse tend de plus en plus à être considérée comme « une maladie dont on pourrait guérir », au prix, on l’aura compris, d’une surmédicalisation entièrement étrangère à la pensée antique.

Haut de page

Notes

1 Voir J. Jouanna, Hippocrate, Paris, Les Belles Lettres, 2017 (1992), et en particulier sur la classification des maladies, p. 207-221.

2 Ibid., p. 218.

3 Ibid., p. 204 : « Il serait fastidieux de faire le catalogue de tous les noms de maladies connus de la Collection hippocratique » ; et l’avertissement (p. 205) : « Il ne faut pas se laisser abuser par la permanence du nom ». Voir aussi sur cette question de l’évolution de la nomenclature médicale, F. Skoda, Médecine ancienne et métaphore. Le Vocabulaire de l’anatomie et de la pathologie en grec ancien, Louvain, Peeters, 1988.

4 J. Jouanna, op. cit., p. 212-213.

5 Galien, Art médical Ib et II, édition critique et traduction par V. Boudon-Millot, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 276 et 278. Toutes les traductions sont personnelles, sauf indication contraire et en dehors des traités publiés dans la CUF pour lesquels sont citées les traductions parues dans cette collection. Les tempéraments sont également l’objet de l’article d’A.-F. Morand dans ce volume (p. 125-143).

6 Sur l’étendue de la santé (τὸ ὑγείας πλάτος), voir notamment Galien, Art médical IV, 8 ; 284-285 Kühn, une idée que Galien a empruntée au médecin alexandrin du IIIe siècle avant notre ère Hérophile, sur lequel voir H. von Staden, Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

7 Sur l’opposition entre médecine égyptienne et médecine grecque, voir déjà Hérodote II, 84.

8 Le mot « gynécologie » apparaît au XIXe siècle, tout comme « pédiatrie » qui serait apparu en 1872, voir A. Rey (ed.), Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, nouvelle édition janvier 1994, tome II, p. 1462. Le terme de gériatrie est encore plus récent (XXe s.) selon le CNTRL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, portail lexical en ligne).

9 C. Lafontaine, « La Vieillesse, une maladie mortelle », Revue internationale de soins palliatifs 25 (2010-2011), p. 5-9. L’auteure y dénonce notamment « l’effritement de la frontière entre vieillesse et maladie » qui expose au risque de surmédicalisation de la vieillesse considérée comme une maladie chronique.

10 C’est semble-t-il un médecin américain, le Dr Ignatz Leo Nascher, qui a le premier utilisé ce terme en 1914, mais il faudra attendre les années cinquante pour que la gériatrie se constitue progressivement comme discipline à part entière.

11 Outre Galien, on trouve aussi avec le même sens γηροκομέω- chez épictète (Entretiens III, 5, 3, 4), Lucien (Toxaris 22, 12), Hérodien (Prosodie générale III, 1, p. 230, 15), Aelius Aristide (Exhortation des Rhodiens à la concorde 568, 5 Jebb) et γηροκόμος : « qui prend soin d’un vieillard », chez Hésiode (Théogonie 605), Oppien (Halieutiques V, 85) et Alciphron (Lettres II, 13, 3, 4).

12 Plutarque, Vie de Caton l’Ancien 339a : καὶ γὰρ ἵππων ἀπειρηκότων ὑπὸ χρόνου τροφαὶ καὶ κυνῶν οὐ σκυλακεῖαι μόνον, ἀλλὰ καὶ γηροκομίαι τῷ χρηστῷ προσήκουσιν, « l’homme doué de bonté doit nourrir ses chevaux épuisés par l’âge et soigner non seulement les chiots, mais aussi les chiens devenus vieux ».

13 Plutarque, Le Démon de Socrate 583c 2 : καὶ τὰς παρ’ ὑμῖν, ὦ Πολύμνι, θεραπείας καὶ διαίτας τοῦ ἀνδρὸς οἱ σαφῶς εἰδότες ἀπήγγελλον, ὅτι πλουσίας ἐν οἴκῳ πένητι γηροκομίας τυχὼν καὶ πατὴρ τῶν σῶν υἱέων ἐπιγραφεὶς οἴχοιτο μακαριστός, « quand des hommes connaissant bien les soins qu’il avait reçus et la façon dont il avait été traité dans ta famille, Polymnis, nous eurent appris que dans cette maison pauvre il avait mené une existence de riche en ses vieux jours ».

14 Voir V. Boudon-Millot, « Les Âges de la vie chez Galien : sens des mots brephos, pais, neos, meirakion et neaniskos », in N. Rousseau & I. Boehm (eds), L’Expressivité du lexique médical en Grèce et à Rome. Hommages à Françoise Skoda, Paris, Presse de l’université Paris-Sorbonne, 2014, p. 269-284. De fait, comme le note Galien dans le De la préservation de la santé V, 3 (VI, 329 Kühn), il n’y a pas une mince différence entre ceux qui sont presque incapables de bouger avant même l’âge de soixante-dix ans et ceux qui sont encore pleinement valides au-delà de quatre-vingts ans. Voir aussi VI, 386-387 Kühn. Sur l’âge auquel on devient vieux, cf. dans ce volume l’article de J.-N. Corvisier, p. 23.

15 Galien, De la préservation de la santé (VI, 1-452, Kühn ; CMG V, 4, 2 Koch) ; traduction anglaise de R. M. Green, Springfield, C. Thomas Publisher, 1951 (à utiliser avec précaution). J. Ilberg, « Über die Schriftstellerei des Klaudios Galenos », RhM 44 (1889), p. 225-226 et 229, situe la rédaction du traité au cours du second séjour romain de Galien, entre 169 et 180, date de la mort de Marc Aurèle ; K. Bardong, « Beiträge zur Hippokrates- und Galenforschung », Nachrichten von der Akademie der Wissenschaften in Göttingen Philol.-Hist. Klasse 7 (1942), p. 636 et 639, la situe autour de 175 pour les livres I à V et sous le règne de Commode (avant 186) pour le livre VI.

16 Allusion au De la constitution de l’art médical à Patrophile (I, 224-304 Kühn ; CMG V, 1, 3 Fortuna).

17 Il existe cependant parmi les médecins, et au sein même du corpus galénique, de nombreuses autres partitions de l’art médical, dont certaines beaucoup plus complexes. Comparer par exemple avec ce qu’en dit Théophile dans son Commentaire aux Aphorismes (F. R. Dietz, Scholia in Hippocratem et Galenum, Königsberg, Borntraeger, 1834, tome II, p. 246 (réimpression Amsterdam, Hakkert, 1966), à propos du terme τέχνη employé dans le premier aphorisme αʹ où il distingue deux premières parties dans la médecine, théorique et pratique (τό τε θεωρητικόν καὶ τὸ πρακτικόν) qui se subdivisent à leur tour en plusieurs autres parties. La théorique se divise en physiologique (φυσιολογικόν), étiologique (αἰτιολογικόν) et séméiotique (σημειωτικόν). La physiologique se divise à son tour entre les éléments (στοιχεῖα), tempéraments (κράσεις), humeurs (χυμούς), parties (μόρια), facultés (δυνάμεις), activités (ἐνεργείας). L’étiologique se divise entre les causes procatarctiques (προκαταρκτικὰ αἴτια), précédentes (προηγούμενα) et synectiques (συνεκτικά). La séméiotique se divise entre le diagnostic de l’état présent (τὴν τοῦ παρόντος διάγνωσιν), le pronostic de l’état futur (τῶν μελλόντων πρόγνωσιν) et le rappel de l’état passé (τῶν παρεληλυθότων ἀνάμνησιν). À son tour la pratique se divise entre l’hygiène (ὑγιεινόν) et la thérapeutique (θεραπευτικόν). Et la thérapeutique se divise entre la diététique (διαιτητικόν), la pharmaceutique (φαρμακευτικόν) et la chirurgie (χειρουργικόν). La diététique se divise entre la gérocomie (γηροκομικόν), le rétablissement (ἀναληπτικόν) et la prophylaxie (προφυλακτικόν).

18 Ceux qui pensent que la vieillesse est humide se laissent abuser par l’augmentation des résidus observables à cet âge (yeux et nez qui coulent notamment) et qui précisément marquent la frontière entre l’âge mûr et la vieillesse : ὅροι δὲ σαφεῖς ἐπὶ ταῖς τοῦ παρακμάζοντος ἡλικίαις καὶ ταῖς τοῦ γέροντος τῶν ὑγρῶν ἐπικράτησις περιττωμάτων, ὑφὧν ἐξαπατωμένους ἐλέγομεν ἀποφήνασθαί τινας ὑγρὸν εἶναι τὸ γῆρας, « parmi les limites claires entre l’âge mûr et la vieillesse figure la prépondérance des résidus humides qui font que, trompés par eux, certains, disions-nous, ont proféré que la vieillesse était humide » (Du marasme 4 ; VII, 680 Kühn). Galien rejoint en cela Aristote, qui estime également que la vieillesse est froide et sèche, cf. dans ce volume l’article d’A. Woodcox, p. 68.

19 Pour ces trois traités, outre la traduction anglaise du De la préservation de la santé par R. M. Green (citée supra n. 15), voir la traduction française de J. Boulogne, Galien. Méthode de traitement, Paris, Gallimard, 2009, et la traduction anglaise de C. Theoharides, « Galen on Marasmus », JHM 26 (1971), p. 369-390.

20 On la rencontre aussi une fois dans les Différences des fièvres (VII, 315, 6 Kühn : τῶν παρὰ φύσιν μαραινομένων ἐκεῖνο τὸ εἶδος, ὃ προσαγορεύει Φίλιππος ἐκ νόσου γῆρας, εἰς ὃ πολλοὺς εἴδομεν οὐ πρεσβύτας μόνον, ἀλλὰ καὶ παῖδας ἐμπεσόντας, « chez les gens atteints de marasme contre nature, on rencontre cette forme que Philippe appelle “ vieillesse par maladie ”, dans laquelle nous avons vu tomber beaucoup de gens et pas seulement des vieillards, mais aussi des enfants ») et une fois dans les Causes du pouls (IX, 176, 14 Kühn : καλεῖ δὲ τὸν τοιοῦτον μαρασμὸν ὁ Φίλιππος ἐκ νόσου γῆρας, καὶ συμπίπτει μάλιστα μὲν τοῖς παρηβῶσιν, ἐνίοτε καὶ τοῖς ἔτι ἀκμάζουσι, « un tel marasme Philippe l’appelle “ vieillesse par maladie ”, et il frappe de préférence les gens sur le déclin et parfois aussi ceux qui sont encore dans la force de l’âge »).

21 J. Ilberg, op. cit. n. 15, p. 188 n. 2, identifie l’auteur de ce traité au médecin Philippe (sur lequel voir infra n. 27). Mais rien dans les textes n’autorise une identification aussi hâtive entre l’élève d’Archigène, à qui est attribuée la paternité de l’expression « vieillesse par maladie », et celui qualifié par Galien tantôt de philosophe, comme ici mais aussi dans le De la préservation de la santé I, 12 (VI, 63 Kühn : τις νῦν ἀνὴρ φιλόσοφος), et tantôt de sophiste (VI, 399 Kühn : ὁ τοῦ σοφιστοῦ λόγος). Que cet auteur ait été égyptien, comme l’a aussi supposé J. Ilberg, semble en revanche ressortir d’un passage du traité Du marasme 4 (VII, 678 Kühn : καὶ τότε ἂν ἡμῖν ὁ Αἰγύπτιος).

22 Comme le signale C. Magdelaine, « Vieillesse et médecine chez les médecins grecs d’Hippocrate à Galien », in B. Bakhouche (ed.), L’Ancienneté chez les Anciens, Montpellier, Publications de l’université Paul-Valéry, 2003, p. 80, cette anecdote peut être rapprochée d’un passage de Clément d’Alexandrie dans le Pédagogue II, 2, 23, où est évoqué le médecin Artorius Asclépiadès, ami d’Octave et élève d’Asclépiade de Bithynie, et auteur d’un Περὶ μακροβιοτίας dont le contenu devait être assez proche. Ce rapprochement avait déjà été signalé par T. C. Theoharides, op. cit., p. 373 n. 22.

23 Sur cette suspension du jugement pratiquée par Galien à propos de certaines questions ne pouvant faire l’objet d’une démonstration, voir R. J. Hankinson (ed.), Method, Medicine, and Metaphysics, Alberta, Academic Printing, 1988 ; A. Pietrobelli, « Galien agnostique. Un texte caviardé par la tradition », REG 126 (2013), p. 103-135, et la thèse de J. Devinant, Les Troubles psychiques chez Galien. Étude d’une approche philosophique et médicale de l’âme, soutenue à l’Université de Paris-Sorbonne le 9 juillet 2016.

24 Sur ces différentes formes de marasmes au nombre de quatre, voir notamment Théophile, De la différence des fièvres p. 28, 6 Sicurus : (λʹ.) Περὶ τῶν εἰδῶν τοῦ μαρασμοῦ. Τέσσαρα εἰσὶν εἴδη μαρασμῶν· πρῶτον μὲν τὸ κατὰ φύσιν, δεύτερον τὸ ἐκ νόσου γῆρας, τρίτον τὸ ἀπὸ ἑκτικοῦ μεταπίπτον εἰς μαρασμόν, καὶ τέταρτον ὁ περιφρυγὴς μαρασμός, « sur les formes de marasme. Il y a quatre formes de marasme : la première dite selon la nature ; la deuxième dite vieillesse par maladie ; la troisième qui résulte de l’évolution d’une fièvre hectique en marasme ; et la quatrième dite marasme brûlant ».

25 Même si le vieillissement pathologique d’une seule partie majeure (ventre, cœur, foie) peut entraîner le dépérissement du corps tout entier.

26 Alexandre de Tralles (VIe s.), Des fièvres I, 357, 17 Puschmann : τὸν τῷ γήρᾳ παρακολουθήσαντα παραπλήσιον μαρασμὸν εἰκότως ἐκ νόσου γῆρας ἐκάλουν· ψυχρὸς γὰρ οὗτος καὶ ξηρός ἐστιν, « le marasme semblable à la vieillesse qui s’en suit, ils (scil. les médecins) l’appelaient à bon droit “ vieillesse par maladie ”. Car celui-ci est froid et sec ».

27 Galien cite neuf fois le nom de ce médecin dans son seul traité Sur le marasme (VII, 685, 2, 6 et 17 ; 686, 10 ; 689, 6 ; 690, 9 ; 694, 5, 9 et 701, 17 Kühn). Ce Philippe faisait partie des « médecins les plus récents » (voir Des différences des fièvres VII, 347 Kühn : οἱ νεώτεροι δὲ, ὧν ἐστι καὶ Φίλιππος). Voir aussi, toujours dans le contexte du marasme, le Sur la méthode thérapeutique (X, 706-707 et 722 Kühn) où Galien critique l’opinion de Philippe selon qui « le bain nuit à ceux qui connaissent un marasme ». à propos de la paternité de l’expression « vieillesse par maladie », voir Des différences des fièvres (VII, 315 Kühn : ὃ προσαγορεύει Φίλιππος ἐκ νόσου γῆρας, « ce que Philippe appelle “ vieillesse par maladie ” », voir supra n. 20) ; Des causes du pouls (IX, 176 Kühn : καλεῖ δὲ τὸν τοιοῦτον μαρασμὸν ὁ Φίλιππος ἐκ νόσου γῆρας, « ce genre de marasme Philippe l’appelle “ vieillesse par maladie ” ») et Diagnostic par le pouls (IX, 247 Kühn : ἓν γὰρ καὶ τοῦτ’ εἶδός ἐστι μαρασμοῦ τὸ πρὸς τοῦ Φιλίππου καλούμενον γῆρας ἐκ νόσου, « car cette forme de marasme est celle appelée par Philippe “ vieillesse par maladie ” »). Son nom étant plusieurs fois lié dans le corpus galénique à celui d’Archigène d’Apamée, lui-même médecin de Trajan, le plus vraisemblable (comme le suppose I. Theodarides, op. cit., p. 373, n. 22, à la suite notamment de J. Ilberg) est qu’il s’agit d’un élève de ce dernier : Philippe de Césarée.

28 Allusion à la fièvre qui entraîne marasme et dessèchement, avant de provoquer le froid du corps.

29 Comparer avec Aétius d’Amida, Livres de médecine V, 93, 49 Olivieri, qui qualifie de même d’incurable (ἀνίατός ἐστι) « la fièvre qui aboutit à un exact marasme» (ὁ μὲν οὖν ἀκριβὴς μαρασμώδης πυρετός), provoquant un état que les médecins appellent aussi « vieillesse par maladie » (τοῦτο δέ ἐστιν ὃ καλοῦσιν ἐκ νόσου γῆρας). Et aussi Léo médecin, Synopsis de l’art médical I, 19 Ermerins, pour qui « la vieillesse par maladie » survient quand on cherche à guérir une fièvre hectique par une abondante application d’eau froide, entraînant à la fois le refroidissement de tout le corps et un état de vieillesse (γεροντικὴν ἕξιν). Et Théophile, Des urines 5, 4, 5 Ideler, pour qui cette affection se caractérise par des urines très blanches et très ténues (πάνυ λευκὸν καὶ λεπτόν), comme on en observe dans la vieillesse « selon la nature » (ὡς ἐπὶ τοῦ κατὰ φύσιν γήρως).

30 Sur cette distinction entre santé « par état » et « par possession », voir surtout le À Thrasybule ou Si l’hygiène relève de la médecine ou de la gymnastique (V, 814 ; 816 ; 819 ; 864 et 884 Kühn), où Galien l’a théorisée. Voir aussi le Sur la méthode thérapeutique VI, 12 et VIII, 3 (X, 518 et 557 Kühn), où J. Boulogne traduit ces deux notions à l’aide des deux adjectifs « constitutionnel » et « circonstanciel ».

31 Ce passage, il est vrai, mal établi en grec, a été mal rendu par R. M. Green qui comprend curieusement que seuls les fous s’intéressent à ces choses.

32 Curieuse expression que l’on ne rencontre en grec que dans cet unique passage de Galien.

33  Sur l’étendue de la santé (τὸ ὑγείας πλάτος), voir supra n. 6.

34  Sur ces médecins, héritiers et disciples d’Hérophile, voir l’ouvrage d’H. von Staden, op. cit. n. 6.

35 Allusion au médecin Antiochos, âgé de plus de quatre-vingts ans (γεγονὼς μὲν ἐτῶν πλείω τῶν ὀγδοήκοντα), mais considéré comme faisant partie des gens affaiblis par l’âge (τοῖς ἀσθενέσι γέρουσιν) et dont il a été question juste avant (De la préservation de la santé V, 4 ; VI, 332-333 Kühn).

36 De ce point de vue, la conception galénique de la conservation de la santé considérée comme l’affaire de toute une vie, devant débuter le plus tôt possible et, idéalement, dès l’enfance, fait directement écho à l’approche contemporaine des tenants de la Life course epidemiology développée, notamment, par D. Kuh, Y. Ben Shlomo & S. Ezra, A Life Course Approach to Chronic Disease Epidemiology, Oxford, Oxford University Press, 2004, mais correspond également aux recommandations des philosophes, cf. dans ce volume l’article de J.‑C. Courtil (p. 197-215).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Boudon-Millot, « La vieillesse est-elle une maladie ? Le point de vue de la médecine antique », Cahiers des études anciennes, LV | 2018, 97-124.

Référence électronique

Véronique Boudon-Millot, « La vieillesse est-elle une maladie ? Le point de vue de la médecine antique », Cahiers des études anciennes [En ligne], LV | 2018, mis en ligne le 06 mai 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1059

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals