Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLV« Chimie » de la vieillesse. Expl...

« Chimie » de la vieillesse. Explications galéniques de cet âge de la vie

Anne-France Morand
p. 125-143

Entrées d’index

Haut de page

Dédicace

J’aimerais remercier les organisateurs du colloque et en particulier Laetitia Monteils-Laeng et Mathilde Cambron-Goulet pour leurs remarques sur mon article. Ma gratitude va aussi à Terpsi Birchler et Vincent Barras qui m’ont autorisée à utiliser leur traduction des Tempéraments, et à Martin Voyer pour sa relecture de dernière minute.

Texte intégral

1Le propos de cet article est de rendre compte, pour ce qui a trait à la vieillesse, des théories du mélange chez Galien, le médecin de Pergame. Il s’agit de saisir comment il se représente l’intérieur du corps et le processus de vieillissement qu’il conçoit comme un refroidissement et un assèchement. Une première partie sera consacrée aux antécédents poétiques, philosophiques et médicaux de la théorie des tempéraments sur la question du vieillissement. Puisque les médecins se fondent entre autres sur des passages littéraires dans leurs démonstrations, il est utile de tenter de retracer ce que les poètes ont à dire de la vieillesse. Chez Aristote, comme chez les médecins, la chimie de l’assèchement et du refroidissement est largement inspirée par le modèle des plantes. Le poil, sa genèse, son absence et sa croissance sont révélateurs à la fois de l’importance du modèle végétal et du système explicatif relatif à la chimie interne. Une deuxième partie est plus étroitement consacrée à Galien : en se fondant sur des éléments et des images, parfois un peu épars, Galien construit une théorie complète, cohérente et logique. Comme chez Aristote, le poil, sa genèse et sa croissance, est spécialement révélateur du système explicatif des tempéraments et du processus du mélange. La pilosité est en effet une manifestation extérieure au corps du mélange interne et ainsi utile au diagnostic. La théorie des tempéraments permettra de répondre à un certain nombre de questions : pourquoi certains vieillissent-ils plus rapidement que d’autres ? comment s’explique le processus du vieillissement ? sur quels signes se fonder pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur du corps ?

I Les antécédents

Les poètes

  • 2 L’adjectif ολόμενος, tout comme λοός, dérive du verbe ὄλλυμι.
  • 3 ZPE 154 (2005) : plusieurs articles.

2Malgré une valorisation de la vieillesse dès les poèmes homériques, avec des personnages comme Nestor et Phénix, les adjectifs dépréciatifs ne manquent pas. Priam parle de « seuil funeste de la vieillesse » (ὀλοῷ ἐπὶ γήραος οὐδῷ, Homère, Iliade XXIV, 287). La Théogonie la qualifie de « pernicieuse » (Γῆρας τ᾽ οὐλόμενον, 225)2. En outre, le simple fait que, chez Hésiode, Géras, « Vieillesse », descende de la Nuit lui confère un caractère sinistre. Dans le poème de Sappho sur la vieillesse, ce sont surtout les aspects physiques de l’âge et la nostalgie de la jeunesse qui sont mis de l’avant3.

  • 4 Homère, Odyssée XIII, 398 : Athéna, quand elle vieillit Ulysse, parle de lui « assécher la peau ». (...)

3L’association entre la sécheresse et la vieillesse est ancienne puisqu’elle se trouve dès le début de la littérature grecque. Déjà chez Homère, la vieillesse est liée à l’assèchement, avec le verbe κάρφω, « sécher, faner »4. Τὸ κάρφος désigne un bout de bois sec comme par exemple un bâton de cannelle, ce qui implique une sécheresse intense. Archiloque recourt au verbe de la même famille :

οὐκέθ’ ὁμῶς θάλλεις ἁπαλὸν χρόα· κάρφεται γὰρ ἤδη

ὄγμος, κακοῦ δὲ γήραος καθαιρεῖ

  • 5 M. L. West, Iambi et elegi graeci, Oxford, Oxford University Press, 1971, admet la correction de Sn (...)

ainsi, ton teint a perdu sa fleur : ton sillon est désormais desséché / et la fâcheuse vieillesse te tient (Épodes 188 West, trad. Genoud et Morand)5.

4Quel que soit le sens du mot ὄγμος, sillon ou ride, l’intérêt du passage, dans le cadre de notre propos, réside dans le lien établi entre vieillesse et sécheresse.

Aristote

5À la vieillesse, le Stagirite associe non seulement le sec mis en évidence par les poètes, mais aussi le froid :

τὸ δὲ γῆρας ξηρὸν καὶ ψυχρν, καὶ τὸ τεθνηκός· φαίνεται γὰρ οὕτως. Ὕλη δὲ τῶν σωμάτων τοῖς οὖσι ταῦτα, τὸ θερμὸν καὶ τὸ ψυχρόν, καὶ τὸ ξηρὸν καὶ τὸ ὑγρόν. Ἀνάγκη τοίνυν γηράσκοντα ξηραίνεσθαι

la vieillesse est sèche et froide, comme ce qui est mort. Elle apparaît ainsi en effet. La substance des corps, chez les êtres, est constituée de cela : le chaud, le froid, le sec et l’humide. Il y a donc nécessité, quand on vieillit, qu’on se dessèche (De la longévité 466a, trad. Mugnier modifiée).

6Conformément à cette association de la vieillesse et du sec, les animaux de grande taille vivent plus longtemps car ils contiennent plus d’humidité que les petits (466a-466b). Ce n’est cependant pas seulement la quantité d’humidité qui importe selon Aristote, mais également sa qualité. L’humidité doit en effet être chaude. À noter que la qualité dépend implicitement d’un mélange. L’excellence du mélange humide de l’homme fait qu’il vit plus longtemps que certains animaux de taille plus importante (466a). Du fait que l’homme est plus chaud, sa longévité est de façon générale plus grande que celle des femmes (466b). Cet excellent naturel masculin peut cependant être contrecarré par le genre de vie, car fatigue et lascivité dessèchent :

διὸ καὶ τὰ ὀχευτικὰ καὶ πολύσπερμα γηράσκει ταχύ· τὸ γὰρ σπέρμα περίττωμα, καὶ ἔτι ξηραίνει ἀπιόν. Καὶ διὰ τοῦτο ἡμίονος μακροβιώτερος καὶ ἵππου καὶ ὄνου, ἐξ ὧν ἐγένετο, καὶ τὰ θήλεα τῶν ἀρρένων, ἐὰν ὀχευτικὰ ᾖ τὰ ἄρρενα

  • 6 Sur la question spécifique des mélanges d’hommes et de femmes contrecarrés par le mode de vie et le (...)

c’est pourquoi les animaux lascifs qui ont beaucoup de sperme vieillissent vite, car le sperme est un résidu, et son émission dessèche l’être. Voilà pourquoi le mulet vit plus longtemps que le cheval et l’âne, dont il sort, et que les femelles ont une vie plus longue que les mâles, s’ils sont lascifs (De la longévité et de la brièveté de la vie 466b, trad. Mugnier)6.

  • 7 Cf. aussi Aristote, De la génération des animaux 782a. Sur le parallèle entre les hommes qui devien (...)

7Le régime et la saison peuvent également influer sur la qualité et la quantité de l’humidité et de sa chaleur et donc avoir un impact sur le vieillissement. Les différents phénomènes s’observent d’ailleurs aussi bien chez les animaux que chez les plantes et, de fait, les conclusions sont souvent dérivées de l’observation de ces dernières (467a-b)7. Aristote consacre aussi une section du De la génération des animaux aux cheveux et poils qui est très informative sur le fonctionnement du mélange au plus profond du corps (782a sq.). L’épaisseur du cheveu est déterminée par la minceur ou l’épaisseur de la peau. Quant au caractère droit ou frisé, il dépend soit d’une vapeur chaude et sèche qui fait friser le cheveu, ou d’une humidité qui rend le cheveu plus droit. Il n’est ainsi pas surprenant que la peau soit qualifiée de γεώδης « semblable à la terre » (782a), puisque cet adjectif évoque la ressemblance entre la pousse des cheveux et celle des plantes. Le problème XXX de la tradition aristotélicienne insiste de plus sur le refroidissement de la vieillesse et sur l’humeur chagrine qui en résulte chez les vieillards (955a).

  • 8 Sur les rêves dans les Vies de Plutarque, cf. F. E. Brenk, « Still Feeling the Effects of his Dream (...)
  • 9 Plutarque se réfère à Homère pour fonder ce qu’il affirme sur l’humidité et sur les épithètes négat (...)

8Aristote et sa théorie des qualités sont très présents dans la question « Pourquoi les rêves d’automne nous inspirent moins confiance que les autres » dans les Propos de table (736a) de Plutarque8. Après des considérations sur les vapeurs, le dialogue discute l’humide et le sec en lien avec la saison automnale. Ainsi, le sec et le froid altèrent la faculté divinatoire, comme un miroir embué, ce qui ne manque pas d’avoir un effet sur les rêves (736a). C’est en effet le sec et le froid, qualités liées au vieillissement, qui font aussi tomber les feuilles, car, à l’inverse, floraison et croissance sont dues à l’humidité. À l’humidité chaude qui est principe de vie, tout comme le sang, et positif, s’oppose le cadavre qui est « sec » (λίβας) et « desséché » (σκελετός)9. Ce traité de Plutarque révèle que la discussion philosophique des qualités était vive dans une période peu antérieure à celle de Galien et qu’elle n’était pas confinée au discours médical.

La tradition hippocratique

  • 10 Sur la vieillesse dans la pensée médicale, cf. P. Birchler Émery, op. cit., p. 255-256 ; 262-263 ; (...)

9Chez les médecins, l’idée que la vieillesse est une perte de chaleur et d’eau est répandue10. La perte d’humidité peut être plus rapide chez certains, pour des raisons de régime alimentaire ou de genre de vie. Ainsi, selon la tradition hippocratique, la sexualité produit de la sécheresse et un vieillissement accéléré, dont la calvitie et la goutte sont des manifestations. Comme l’explique le traité De la nature de l’enfant : οἱ δὲ εὐνοῦχοι διὰ τοῦτο οὐ γίνονται φαλακροί, ὅτι σφέων οὐ γίνεται κίνησις ἰσχυρή, οὐδὲ θερμαινόμενον τὸ φλέγμα ἐν τῇ λαγνείῃ καίει τῶν τριχῶν τὰς ῥίζας, « les eunuques ne deviennent pas chauves, parce que chez eux il ne se produit pas de mouvement violent et que le flegme, ne s’échauffant pas dans le coït, ne brûle pas la racine des cheveux » (XX, 5, trad. Joly). Une sexualité trop active conduit à des pertes d’humidité et un vieillissement accéléré qui est observé notamment chez les femmes de mauvaise vie. À la base, l’homme est plus sec et chaud que la femme qui est humide et plus froide. De ce fait, le vieillissement est naturellement différent d’un sexe à l’autre.

  • 11 Cf. aussi Hippocrate, Du régime I, 32, 1. Pour une analyse plus détaillée et surtout se référant à (...)

10Ce bref aperçu donne une image plus cohérente de la vieillesse qu’elle ne l’est en réalité. La vieillesse sèche et froide ne fait pas l’unanimité. Selon certains témoignages, les vieillards sont froids et humides. En particulier, le traité de la tradition hippocratique, De la nature de l’homme, affirme que les corps des vieillards sont humides, mous et froids (ὑγρὰ καὶ μαλθακὰ καὶ ψυρχά, 17, 4, trad. Jouanna)11. Ce texte présente donc une théorie différente de celles qui ont été rencontrées jusqu’ici.

11Pour comprendre un des aspects du vieillissement, il est utile de se pencher sur la genèse du poil qui a lieu en milieu humide :

ὥστε ὅπου τελματώδεα, ἐκεῖ καὶ ἀδένες· σημεῖον, ὅπου ἀδήν, ἐκεῖ καὶ τρίχες· ἡ γὰρ φύσις ποιεῖ ἀδένας καὶ τρίχας <καὶ> ἄμφω χρέος τοὐτὸ λαμβάνουσιν, αἱ μὲν ἐς τὸ ἐπιρρέον, ὡς καὶ ἔμπροσθεν εἴρηται· αἱ δὲ τρίχες τὴν ἀπὸ τῶν ἀδένων ἐπικαιρίην ἔχουσαι φύονταί τε καὶ αὔξονται, ἀναλεγόμεναι τό τε περισσὸν καὶ ἐκβρασσόμενον ἐπὶ τὰς ἐσχατιάς. Ὅπου δὲ αὖον τὸ σῶμα, οὔτε ἀδὴν οὔτε θρίξ

  • 12 Sur la signification du terme « glande », cf. R. Joly, dans son édition d’Hippocrate, Du système de (...)

et, de fait, là où il y a de l’humidité stagnante dans le corps, il y a des glandes. La preuve c’est que là où il y a des glandes, il y a aussi des poils. La nature fait des glandes et des poils ; glandes et poils ont la même utilité, les unes pour l’humeur affluant, comme cela a été dit auparavant ; les autres, profitant de l’occasion fournie par les glandes, poussent et croissent recueillant le superflu qui bouillonne vers les extrémités. Mais là où le corps est sec, il n’y a ni glande ni poil (Du système des glandes IV, 1-2, trad. Joly)12.

12Du superflu bouillonnant dépendra la couleur des cheveux. Le poil s’exprime quand il trouve une humidité suffisante pour sa nourriture. Selon la couleur de l’humidité (κμάς) que la chair attire, le cheveu sera roux, noir ou blanc (De la nature de l’enfant XX, 6). Le modèle de la pousse des plantes de la terre est évidemment en arrière-plan du raisonnement, comme le révèle explicitement le passage suivant :

τὰ δ’ ἄλλα ὁπόσα ἀδένας ἔχει μοῦνον, οἷον ἔντερα, — ἔχει γὰρ καὶ ταῦτα ἀδένας ἐς τὸ ἐπίπλοον μέζονας, — τρίχας οὐκ ἔχει. Καὶ γὰρ ἐν τοῖσι τέλμασι τῆς γῆς καὶ καθύγροισιν οὐ φύεται τὸ σπέρμα οὔτ’ ἐθέλει ἀναβαίνειν τῆς γῆς ἄνω, ἀλλ’ ἀποσήπεται καὶ ἀποπνίγεται τῇ πλεονεξίῃ· βιῆται γὰρ τὸ σπέρμα

les autres partie (scil. du corps) qui ont seulement des glandes, comme les intestins, — ils en ont en effet aussi d’assez grosses dans l’épiploon — n’ont pas de poils. En effet, dans les marécages et les lieux très humides de la terre, la graine ne germe pas et ne peut pousser au-dessus du sol, mais pourrit et est étouffée par l’excès, car elle subit une violence (Du système des glandes V, 1, trad. Joly).

  • 13 Cf. P. Brulé, Les Sens du poil (grec), Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 42.

13Ainsi, l’excès d’humidité empêche le poil de croître. Une notion de mesure vient donc s’ajouter au raisonnement : le poil naît dans un environnement suffisamment humide, mais sans excès (De la nature de l’enfant XX, 1)13. L’épiderme doit de plus être poreux (De la nature de l’enfant XX, 2-5).

14Pour ce qui est du signe de vieillesse qu’est la canitie, elle est due à une séparation :

αἱ δὲ πολιαὶ διὰ τοῦτο γίνονται, ὅτι ἐν πολλῷ χρόνῳ διικνευμένου τοῦ ὑγροῦ ἐν τῷ ἀνθρώπῳ, ἀποκρίνεται τὸ λευκότατον καὶ πίπτει πρὸς τὴν ἐπιδερμίδα· καὶ ἡ θρὶξ λευκοτέρην ἰκμάδα ἕλκουσα ἢ ἐν τῷ πρὶν χρόνῳ λευκοτέρη γίνεται, καὶ ἡ ἐπιδερμὶς, ὅκου αἱ πολιαί εἰσι, λευκοτέρη τῆς ἄλλης γίνεται

les cheveux grisonnent parce que l’humide a été longtemps agité dans le corps, que la partie la plus blanche s’en sépare et se porte vers l’épiderme. Le cheveu attirant une humidité plus blanche qu’auparavant devient plus blanc ; l’épiderme aussi, là où il y a des cheveux blancs, est plus blanc qu’ailleurs (De la nature de l’enfant XX, 6, trad. Joly modifiée).

15La genèse du poil est éclairante pour la vieillesse, car elle montre comment les qualités interagissent, notamment grâce à l’humidité, dans un processus semblable à la croissance des plantes. Le cheveu est de plus un révélateur du mélange individuel interne, en particulier le cheveu gris ou blanc qui est le signe d’âge le plus souvent mis de l’avant dans les sources antiques.

II Galien

  • 14 Sur la vieillesse chez Galien, cf. S. Byl, « La Gérontologie de Galien », History and Philosophy of (...)
  • 15 Cf. Aristote, Métaphysique 983b 6 sq., où Aristote observe que Thalès a probablement dérivé son cho (...)
  • 16 Cf. J. Pigeaud, « L’Humeur des anciens », Nouvelle revue de psychanalyse 32 (1985), p. 51-69.
  • 17 Aristote, Génération des animaux 783b 6-8.

16Galien reprend beaucoup de ces théories en les harmonisant14. Le principe de la croissance est à rechercher dans l’humide, tandis que le desséchement progressif conduit à l’extinction de la chaleur interne et à l’arrêt du cœur, où se situe la chaleur. L’humidité comme principe de croissance et de vie est au centre de la philosophie de Thalès chez qui le lien entre l’eau et la vie est peut-être à attribuer à la semence humaine15. Du point de vue médical, il est intéressant de noter que l’image du corps est en grande partie construite sur des liquides, les humeurs16. Par ailleurs, la vieillesse (γῆρας) est rapprochée de la terre (γῆ), qui est aussi froide et sèche, chez Aristote comme chez Galien17. Le rapprochement des deux entités ne s’arrête pas à la ressemblance des mots (γῆρας-γῆ), mais dénote un lien plus profond, à savoir que l’un et l’autre sont froids et secs.

  • 18 ρίστη τις ὑγίεια ἡ εὐεξία, καὶ διὰ τοῦτ’ ἐν τοῖς ἄριστα κατεσκευασμένοις γίνεται σώμασιν, De la bo (...)
  • 19 Galien, De la meilleure constitution du corps 16 Helmreich ; IV, 749 Kühn (trad. Barras, Birchler e (...)

17Avant de rendre compte des mélanges internes du corps, il convient d’apporter une précision : le mélange n’est pas la seule cause de la maladie ou de la santé. Galien, dans le traité De la bonne condition, affirme : « la bonne constitution équivaut à une parfaite santé, et c’est pourquoi elle se trouve dans les corps les mieux construits »18. Or, comme le conclut le médecin de Pergame dans le De la meilleure construction du corps, la meilleure construction dépend de deux facteurs : le bon tempérament (eukrasia) des parties homéomères, et la bonne proportion (symmetria) des parties organiques19. Pour être en bonne santé, le bon mélange ne suffit donc pas.

  • 20 Galien, Hygiène, édité par K. Koch, Galeni, De sanitate tuenda V, 4, 2 (CMG), Berlin, Deutsche Akad (...)
  • 21 Galien, Du marasme (consomption), édité par C. G. Kühn, Galeni opera omnia, Leipzig, C. Cnobloch, 1 (...)
  • 22 Galien, Des tempéraments, texte établi par G. Helmreich, Galeni, De temperamentis libri III, Leipzi (...)

18Sur la question de la vieillesse, trois écrits de Galien sont fondamentaux : De la préservation de la santé (hygiène), qui traite de la prévention, des massages et de la diète20, Du marasme, dont le sujet est la consomption21, et Des mélanges qui porte sur les tempéraments, la chimie des corps et des substances22. Le long traité Sur la préservation de la santé consacre des chapitres du cinquième livre aux vieillards : on y trouve des informations sur ce qu’est la vieillesse selon Galien, ainsi que sur le genre de vie qui convient aux vieillards, notamment par rapport au régime alimentaire. Comme chez Aristote, cet âge de la vie est froid et sec. La sécheresse peut avoir pour origine le régime alimentaire, la privation de boissons ou de nourriture, les excès sexuels, les insomnies, mais aussi les soucis, l’amour, et la colère (Hygiène V, 3, 1, p. 141 Koch ; VI, 1, 319 Kühn), car l’équilibre du corps parfait s’éloigne de cet état pour trois raisons : un mauvais mélange de base, un équilibre déstabilisé par une cause externe, ou encore, plus important pour notre propos, l’écoulement du temps.

  • 23 Les exercices doivent être modérés, car les exercices violents peuvent étouffer ou éteindre la chal (...)
  • 24 Pline, Histoire naturelle VII, 48 sq., consacre plusieurs chapitres à la longévité humaine, aux vie (...)
  • 25 Le cas de Télèphe est discuté dans l’article de V. Boudon-Millot, cf. supra, p. 122-123.
  • 26 Cf. Galien, Hygiène V, 5, p. 144-146 Koch ; VI, 1, 334 sq. Kühn, qui est dédié aux vins.

19L’hygiène qui convient à la vieillesse consiste en la correction (ἐπανόρθωσις) de l’état froid et sec « au moyen d’humidifiants et d’échauffants », διὰ τῶν ὑγραινόντων καὶ θερμαινόντων (Hygiène V, 3, 3, p. 141 Koch ; VI, 1, 319 Kühn). Elle consiste en des exercices modérés (Hygiène V, 3, 5, p. 141 Koch ; VI, 1, 320 Kühn)23, des massages à l’huile destinés à raviver l’énergie vitale (τὸν ζωτικὸν τόνον) et à réchauffer les vieillards modérément (Hygiène V, 3, 11, p. 142 Koch ; VI, 1, 321 Kühn). Pour les personnes qui sont sujettes aux vertiges, épilepsies, ophtalmies violentes, ou otalgies, les exercices qui conviennent sont les marches (περιπάτοις) fréquentes, les courses (δρόμοις) modérées, les mouvements de balancement (αἰωρήσεσι) de char (Hygiène V, 10, 5, p. 156 Koch ; VI, 1, 324 Kühn). Comme plusieurs autres auteurs24, Galien s’intéresse aux personnes qui devinrent très âgées, avec un intérêt particulier porté aux régimes spécifiques du médecin Antiochos qui atteignit plus de quatre-vingts ans, ainsi que du grammairien Télèphe qui vécut jusqu’à presque cent ans (Hygiène V, 4, 8, sq. p. 143 Koch ; VI, 1, 331 sq. Kühn)25. L’observation du régime de ces vieillards ayant atteint le grand âge est décrit : marches, bains chauds, massages et un régime de pain et miel. Pour ce qui est du vin, il est aussi utile pour les vieillards qu’il est nuisible pour les enfants (Hygiène V, 5, 1, p. 144 Koch ; VI, 1, 334 Kühn). Une recette comprend du vin, mélangé avec du miel, de la rue et du poivre (Hygiène V, 5, 24, p. 146 Koch ; VI, 1, 338 Kühn). Le choix du vin spécifique dépend de l’âge du patient, de son tempérament, ou mélange, et du tempérament des diverses parties de son corps26. Galien nomme aussi toutes sortes d’aliments à éviter pour les vieillards : ceux qui sont collants et épais, le gruau, les fromages, les œufs, les escargots, les lentilles, les bulbes, la viande, et pire encore les anguilles, les huîtres et tous les animaux qui ont une chair dure et difficile à digérer (Hygiène V, 6, 1-3, p. 146 Koch ; VI, 1, 339-340 Kühn). De fait, la liste d’aliments concerne des éléments qui favorisent les sucs épais et visqueux, ou qui accroissent le phlegme, qui est froid et humide, ou la bile noire, froide et sèche, comme la terre. En résumé, le traité sur l’hygiène définit les aliments et exercices propices aux vieillards en tenant compte des tempéraments de cet âge.

20Le court traité sur la consomption, Du marasme, est aussi passionnant pour comprendre la vieillesse. Il s’occupe d’une condition spécifique nommée μαρασμός, dont le nom est de la même famille que le verbe μαραίνω, signifiant « éteindre », « disparaître progressivement », « s’épuiser », « s’étouffer », « se consumer », « se faner », « mourir ». Les premiers mots du traité définissent ainsi le μαρασμός : μαρασμός ἐστι φθορὰ ζῶντος σώματος ἐπὶ ξηρότητι, « le marasme est la destruction du corps vivant sous l’effet de la sécheresse » (VII, 666 Kühn). Sur les quatre manières simples de détruire le corps vivant, ce traité n’en traite qu’une seule, qui est liée à la vieillesse sans y être limitée : la sécheresse. La sécheresse simple apparaît lorsque l’être est privé d’aliments (ἀσιτία), que ce soit volontaire ou non (VII, 667 Kühn). Le sec combiné au froid est lié à la vieillesse et à une disposition due à une affection semblable à la vieillesse (ὅσοι διά τι πάθος εἰς ὁμοίαν γήρᾳ διάθεσιν), tandis que la condition sèche et chaude est liée aux fièvres hectiques ou consomptives (ἔν τισι τῶν ἑκτικῶν πυρετῶν, VII, 668 Kühn).

21Schéma 1 : Les formes de sécheresses

Sec et froid

Sec

Sec et chaud

(complexe)

(simple)

(complexe)

chaud et froid équilibrés

Vieillesse ou affection semblable

Privation d’aliments

Fièvres hectiques

  • 27 Une autre image utilisée en référence à la vie et à la mort est celle de la lampe, cf. P. H. Niebyl(...)

22Ce traité s’oppose farouchement à ceux qui prétendent que les personnes âgées sont froides et humides. Cette assertion repose sur l’apparence humide des vieillards ; or, cette apparence est trompeuse selon Galien, puisque ce sont les écoulements des vieillards qui sont humides, tandis que leur nature serait sèche. De plus, l’analogie avec le feu qui flambe plus intensément avant de s’éteindre est à rejeter comme image de la vieillesse (VII, 672-676 Kühn)27. Même si les mots μαραίνω / μαρασμός sont étroitement associés au feu, le rayonnement du feu ne saurait correspondre à un excès d’humidité chez les vieillards. Galien récuse ainsi complètement l’association des vieillards avec l’humidité, qui figure notamment dans le traité hippocratique De la nature de l’homme. Il rejette aussi le lien établi par certains entre les saisons et les âges de la vie, la vieillesse avec l’automne et l’enfance avec le printemps.

23S’il n’est pas possible d’empêcher entièrement la corruption de la vieillesse, il est en revanche possible d’aider à prolonger la vie (VII, 681 Kühn). Les remèdes proposés varient selon les types de consomptions. Ainsi, grâce à des bains, un lit mou, du sommeil et surtout une diète appropriée, il est possible de vivre plus longtemps. Plus précisément, il existe différents types de marasmes, l’un qui est incurable comme la vieillesse et qui s’attaque aux parties homéomères, et un autre qui s’attaque aux parties plus charnues et qui peut être guéri. Des bains et un régime d’aliments froids, tels que la laitue et les poireaux peuvent aussi aider. Le vin, par ses propriétés échauffantes, peut aussi être d’un grand secours, mais un des remèdes les plus efficaces, selon Galien et d’autres, est le lait maternel provenant d’une femme (VII, 701 Kühn).

  • 28 Ce personnage apparaît ailleurs chez Galien. Il est égyptien et il s’agit peut-être d’un Philippe, (...)

24En lien avec le caractère inéluctable de la vieillesse et de la mort, Galien se moque d’un philosophe de son époque qui avait composé un traité qui promettait la jeunesse éternelle, mais qui était dans un état lamentable de décrépitude (VII, 670 sq. Kühn)28. Or, non seulement la mort est inéluctable selon Galien, mais le processus de vieillissement varie d’une personne à l’autre. En bref, le traité sur le marasme porte sur une affection assez spécifique, mais il est fondamental pour comprendre la vieillesse, car cette consomption a les mêmes causes que cet âge de la vie.

25Pour Galien, le traité Des tempéraments est essentiel comme on peut le constater en dénombrant les références qu’il fait à ce traité dans d’autres livres. Le Des mélanges, Περὶ κράσεων, cherche à expliquer ce qui se passe au plus profond du corps, en rendant compte de la composition, ou « chimie » des corps et des remèdes. Comme cela a été énoncé, Galien s’inscrit dans la tradition aristotélicienne de modèle explicatif reposant sur le froid, le chaud, le sec et l’humide. Le médecin recourt à ces qualités pour donner un modèle de la santé en termes d’équilibre des composantes qui constituent le corps. La santé parfaite, l’équilibre de toutes les qualités, forme le neuvième tempérament. Ce modèle définit la santé en terme d’équilibre et rend compte de la réalité d’une manière parfaitement logique et symétrique, comme le révèle le schéma 2. Les quatre dyscrasies simples et les quatre dyscrasies complexes sont de plus liées aux quatre éléments.

26Schéma 2 : Le mélange des qualités selon Galien

27Les quatre qualités de base, le chaud, le froid, l’humide et le sec forment une dyscrasie simple si une qualité est en excès. La combinaison de l’excès de deux qualités conduit à une dyscrasie complexe dont maints problèmes de santé résultent. Dans le schéma, l’état d’équilibre, de santé, est seul face aux quatre dyscrasies simples et aux quatre dyscrasies complexes. Il s’agit de plus d’un état précaire. Galien nous dit que le mélange parfaitement équilibré est extrêmement rare : l’homme parfaitement construit et doté du mélange parfait se situe dans le domaine de l’idéal, du canon de Polyclète, cette statue, dont toutes les parties sont parfaitement bien proportionnées (Des tempéraments I, 9 Helmreich ; I, 566 Kühn). Le mélange parfait a peut-être même une cause divine (I, 9 Helmreich ; I, 567 Kühn). Les déséquilibres sont ainsi beaucoup plus fréquents et peuvent se produire sous l’effet des aliments, du genre de vie ou des saisons, d’un excès d’une des quatre qualités, le chaud, le froid, le sec et l’humide, ou pire encore d’une dyscrasie complexe, du déséquilibre de deux qualités.

28Pour bien comprendre le processus du vieillissement, un exemple particulièrement éclairant est celui de la genèse du cheveu ou du poil qui permet de saisir, au plus profond du corps, ce qui rend le cheveu noir, droit, crépu ou blanc. Pour croître le cheveu a besoin d’humidité qui est le principe de croissance. Or sous la peau, il y a de l’humidité qui avec la chaleur se met à bouillonner. Ce bouillonnement provoque une force qui pousse la matière vers l’extérieur ; la capacité de sortir du poil dépend de la sécheresse de la peau. Les mains, la plante des pieds et les crânes des chauves sont bien trop secs pour permettre au poil de pousser. Un élément à noter est le côté assez vaporeux et humide du processus qui se passe sous la peau. Avec les humeurs, la conception de tout ce qui se passe à l’intérieur est plus liquide, ou ici vaporeux, que dans notre représentation moderne de l’intérieur du corps : « la calvitie est due à la sécheresse, et la formation de cheveux noirs et abondants est la caractéristique d’un bon mélange de l’intérieur de la tête (ἐγκεφάλου) » (I, 9 Helmreich ; I, 634-635 Kühn). Galien décrit de manière particulièrement vivante le processus de la naissance du poil :

si bien que tu peux t’imaginer de nombreuses émanations fuligineuses (ἀναθυμιάσεις) coincées les unes sur les autres, s’entrelaçant peu à peu, se liant entre elles et formant en quelque sorte un corps comparable à la suie (λιγνύς) que l’on trouve au dehors, à la différence près que, comprimé par l’étroitesse de l’issue, il est d’autant plus condensé qu’il a été complètement resserré. Et lorsqu’un tel corps bouche tout le pore, dès ce moment, il est aussitôt heurté violemment par des résidus (περιττωμάτων) similaires ne trouvant pas d’issue, et est en même temps chassé tout entier en avant dans cette direction, si bien qu’étant devenu entre-temps filiforme, il est contraint de percer hors de la peau. La partie coincée dans le pore ressemble à la racine d’une herbe ou d’une plante, celle qui dépasse de la peau à la plante elle-même.

Le poil est noir (μέλαινα) lorsque l’émanation est brûlée par la force du chaud et que le résidu est de la vraie suie ; il est blond (ξανθή) lorsqu’elle est moins cuite. Ce qui est coincé est alors un résidu limoneux (ἰλυῶδες περίττωμα) de bile blonde, et non de bile noire. Le poil blanc (λευκή) provient du phlegme, alors que le poil roux (πυρρά) est intermédiaire, pour sa couleur, entre le blond et le blanc, comme il l’est aussi, pour sa genèse, entre le sédiment phlegmatique et le sédiment bilieux. Les poils deviennent crépus, soit à cause de la sécheresse du mélange, soit à cause du pore dans lequel ils sont enracinés ; si c’est à cause de la sécheresse (ξηρότητα), ils ressemblent aux cordes trop longtemps séchées par le feu. Mais à quoi bon mentionner les cordes si on voit que les poils frisent aussitôt qu’ils s’approchent du feu ? C’est ainsi que tous les Éthiopiens sont crépus (Galien, Des tempéraments II, 15 Helmreich ; I, 615-616 Kühn, trad. inédite de Barras et Birchler).

29En résumé, le poil et le cheveu proviennent d’un bouillonnement de résidus de biles. La couleur sera déterminée par le type de bile, par le tempérament, tandis que la forme, droite ou crépue, relèvera de la force d’expulsion qui s’oppose à la force de résistance des ouvertures de la peau. La description se fondant sur des éléments traditionnels, et particulièrement sur Aristote, met en lumière les différentes forces et matières en interaction.

  • 29 J. Pigeaud, op. cit. n. 16, p. 51-69 ; V. Barras & T. Birchler, op. cit. n. 18, p. 27-36.

30Le mélange permet ainsi d’expliquer la genèse du cheveu mais aussi la composition des différentes parties. Pour ce qui est de la notion d’équilibre, il s’agit d’une notion fondamentale qui permet d’éclairer la beauté des corps, leurs bonnes compositions et la santé29. C’est une notion à la fois médicale mais également esthétique, politique, puisqu’elle est en amont de la concorde et de l’ordonnance du monde. La notion de bon mélange intervient aussi dans le mélange entre le vin et l’eau, lors du banquet. C’est donc bien plus qu’une notion de chimie. Par ailleurs, la description de ce qui se passe à l’intérieur met en évidence le caractère changeant du corps envisagé comme un mélange. Chaque personne a son propre tempérament et ce dernier peut, à tout moment, évoluer sous l’effet des aliments, du genre de vie et des saisons. De plus, les cheveux, tout comme la peau révèlent à l’extérieur la nature du mélange interne, ce qui est très utile dans le cadre du diagnostic.

31La vieillesse est un processus qui s’écarte du mélange parfait avec l’écoulement du temps :

d’après ce que nous avons dit, la vieillesse (τὸ γῆρας) est de toute évidence l’âge le plus sec. Plus manifestement encore, c’est aussi l’âge le plus froid, si bien que personne n’a émis de doute à ce sujet. En effet, lorsqu’on les touche, les vieillards paraissent froids ; ils sont facilement refroidis, noircissent, deviennent livides et sont promptement atteints de maladies froides : apoplexies, paralysies, engourdissements, tremblements, spasmes, rhumes, enrouements. Peu s’en faut qu’ils ne soient privés de tout leur sang, et donc, avec lui, du teint rouge de leur peau. De plus, la digestion (πέψις), la distribution (ἀνάδοσις), la conversion en sang (ἐξαιμάτωσις), l’adjonction (πρόσθεσις), la nutrition (θρέψις), l’appétit (ὄρεξις), le mouvement (κίνησις) et la sensation (αἴσθησις), tout cela est chez eux affaibli et en mauvais état. Or, la vieillesse est-elle autre chose qu’un chemin vers la mort (ὁδὸς ἐπὶ θάνατον) ? Ainsi, si la mort est l’extinction de la chaleur naturelle (τῆς ἐμφύτου θερμασίας), la vieillesse en serait d’une certaine manière la consomption (μαρασμός τις, II, 2 Helmreich ; I, 582 Kühn, trad. inédite de Barras et Birchler).

32Ce passage met en évidence l’importance du toucher, qui permet au médecin de juger du mélange intérieur. Chaque personne possède son propre mélange et ce dernier se modifie avec le temps du fait de l’extinction de la chaleur naturelle. Le tempérament permet d’expliquer la diversité des corps individuels et de leur évolution dans le temps. Il rend compte de manière dynamique de la vieillesse qui est un moment sur le chemin inéluctable de la mort.

33En conclusion, la vieillesse est chez Galien un dessèchement et un refroidissement progressif du corps qui aboutit à l’extinction de la chaleur du cœur. Cheveux blancs, excès de phlegme et de bile noire qui conduisent à des confusions de l’esprit, des découragements, des pertes de mémoire et des insomnies sont des résultats de cette dyscrasie complexe. D’une certaine manière, le corps se rapproche tranquillement de la terre. Galien lit les anciens poètes, se fonde sur des étymologies et sur ses connaissances et son expérience pour construire une pensée cohérente de la vieillesse. Éléments, qualités, humeurs et âges de la vie font cependant partie d’un tout et sont liés. Le caractère fugace et individuel de l’équilibre permet d’expliquer que les corps se modifient avec le temps et que certains vieillissent plus rapidement que d’autres. Enfin, la notion de mélange, ou de crase, qui repose sur la notion d’équilibre, est importante dans le domaine médical, mais également dans les domaines éthique, esthétique, politique et symposiaque.

Haut de page

Notes

2 L’adjectif ολόμενος, tout comme λοός, dérive du verbe ὄλλυμι.

3 ZPE 154 (2005) : plusieurs articles.

4 Homère, Odyssée XIII, 398 : Athéna, quand elle vieillit Ulysse, parle de lui « assécher la peau ». Cf. P. Birchler Émery, L’Iconographie de la vieillesse en Grèce archaïque. Une contribution à l’étude du grand âge dans l’Antiquité, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2010, p. 411-418.

5 M. L. West, Iambi et elegi graeci, Oxford, Oxford University Press, 1971, admet la correction de Snell en γμοις, compris comme des rides. Le texte imprimé ici et ma traduction sont fondés sur C. Brown, « The Parched Furrow and the Loss of Youth : Archilochus fr. 188 West », QUCC n. s. 50 (1995), p. 29-34, qui conserve le ὄγμος du texte du contexte de citation (Héphestion). Selon C. Brown, le mot désigne les parties sexuelles.

6 Sur la question spécifique des mélanges d’hommes et de femmes contrecarrés par le mode de vie et le lieu, cf. Galien, De la cause du pouls IX, 109 Kühn. En cela, Galien rejoint les conclusions des philosophes, cf. l’article de J. C. Courtil dans ce volume (p. 197-215).

7 Cf. aussi Aristote, De la génération des animaux 782a. Sur le parallèle entre les hommes qui deviennent chauves, les oiseaux qui perdent leurs plumes et la chute des feuilles, par opposition aux feuilles persistantes, cf. Aristote, De la génération des animaux 783b. Pour une analyse de la perception de la vieillesse chez Aristote, cf. dans ce volume l’article d’A. Woodcox, p. 65-78.

8 Sur les rêves dans les Vies de Plutarque, cf. F. E. Brenk, « Still Feeling the Effects of his Dream : The Dreams of the Lives », In Mist Apparelled. Religious Themes in Plutarch’s Moralia and Lives, Leyde, Brill, 1977, p. 214-235 ; Idem, On Plutarch, Religious Thinker and Biographer, Leyde, Brill, 2017, p. 103-109 ; cf. aussi F. Fuhrmann dans son edition de Plutarque, Propos de table, Paris, Les Belles Lettres, 1972, tome IX, 1, p. 75.

9 Plutarque se réfère à Homère pour fonder ce qu’il affirme sur l’humidité et sur les épithètes négatives par rapport au froid. Pour la sécheresse, il se base sur des étymologies antiques, ἀλίβας, « cadavre », et -λιβάς, « sans eau » ; σκελετός, « cadavre » ou « desséché ».

10 Sur la vieillesse dans la pensée médicale, cf. P. Birchler Émery, op. cit., p. 255-256 ; 262-263 ; C. Magdelaine, « Vieillesse et médecine chez les médecins grecs, d’Hippocrate à Galien », in B. Bakhouche (ed.), L’Ancienneté chez les Anciens, Montpellier, Publications de l’université Paul-Valéry, 2003, p. 61-81.

11 Cf. aussi Hippocrate, Du régime I, 32, 1. Pour une analyse plus détaillée et surtout se référant à tous les traités où ces théories apparaissent, cf. C. Magdelaine, op. cit., p. 67-70.

12 Sur la signification du terme « glande », cf. R. Joly, dans son édition d’Hippocrate, Du système des glandes, Paris, Les Belles Lettres, 1978, p. 110.

13 Cf. P. Brulé, Les Sens du poil (grec), Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 42.

14 Sur la vieillesse chez Galien, cf. S. Byl, « La Gérontologie de Galien », History and Philosophy of the Life Sciences 10, 1 (1988), p. 73-92 ; C. Magdelaine, op. cit., p. 61-81.

15 Cf. Aristote, Métaphysique 983b 6 sq., où Aristote observe que Thalès a probablement dérivé son choix de l’eau comme principe premier en observant que la nourriture (τροφή) est humide et que les semences (σπέρματα) le sont aussi.

16 Cf. J. Pigeaud, « L’Humeur des anciens », Nouvelle revue de psychanalyse 32 (1985), p. 51-69.

17 Aristote, Génération des animaux 783b 6-8.

18 ρίστη τις ὑγίεια ἡ εὐεξία, καὶ διὰ τοῦτ’ ἐν τοῖς ἄριστα κατεσκευασμένοις γίνεται σώμασιν, De la bonne condition 17 Helmreich ; IV, 751 Kühn (trad. Barras, Birchler et Morand). On trouvera une traduction anglaise dans P. N. Singer, Galen, Good Condition, dans Galen, Selected Works, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 296. Cf. V. Barras & T. Birchler, « La Perfection de l’homme selon Galien », Equinoxe 11 (1994), p. 29 ; A.‑F. Morand, « Mistura das qualidades e determinação da saúde em Galeno : aspectos químicos e cósmicos », in M. C. D. Peixoto (ed.), A saúde dos antigos. Reflexões Gregas e Romanas, São Paulo, Editions Loyola, 2009, p. 203-216.

19 Galien, De la meilleure constitution du corps 16 Helmreich ; IV, 749 Kühn (trad. Barras, Birchler et Morand. Traduction anglaise : P. N. Singer, Galen, The Best Constitution of Our Bodies, dans Galen, Selected Works, Oxford, Oxford World Classics, 1997, p. 295.

20 Galien, Hygiène, édité par K. Koch, Galeni, De sanitate tuenda V, 4, 2 (CMG), Berlin, Deutsche Akademie der Wissenschaften, 1923 (cf. VI, 1, 1-452 Kühn). Traduction anglaise : R. M. Green, A Translation of Galen’s Hygiene, Springfield, Ill., Charles C. Thomas Publisher, 1951.

21 Galien, Du marasme (consomption), édité par C. G. Kühn, Galeni opera omnia, Leipzig, C. Cnobloch, 1824, VII, 666-704. Traduction anglaise : T. C. Theoharides, « Galen on Marasmus », JHM 26 (1971), p. 369-390. La vieillesse par maladie décrite dans le traité Du marasme est l’objet d’une discussion appronfondie dans ce volume, cf. l’article de V. Boudon-Millot, p. 110-119.

22 Galien, Des tempéraments, texte établi par G. Helmreich, Galeni, De temperamentis libri III, Leipzig, Teubner, 1969 (1904). Traduction anglaise : P. N. Singer, dans Galen, Selected Works, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 202-289, et traduction inédite, cf. infra, p. 142-144.

23 Les exercices doivent être modérés, car les exercices violents peuvent étouffer ou éteindre la chaleur naturelle.

24 Pline, Histoire naturelle VII, 48 sq., consacre plusieurs chapitres à la longévité humaine, aux vieillards ayant atteint des âges extrêmes, aux cas rapportés dans le passé, à la façon de comptabiliser les ans et aux exemples plus proches, divisés selon les sexes. Cf. aussi Valère Maxime, VIII, 7 et 13. Cf. R. Combès, « Le De senectute de Valère Maxime », in B. Bakhouche (ed.), op. cit. n. 10, tome II, p. 619-627.

25 Le cas de Télèphe est discuté dans l’article de V. Boudon-Millot, cf. supra, p. 122-123.

26 Cf. Galien, Hygiène V, 5, p. 144-146 Koch ; VI, 1, 334 sq. Kühn, qui est dédié aux vins.

27 Une autre image utilisée en référence à la vie et à la mort est celle de la lampe, cf. P. H. Niebyl, « Old Age, Fever, and the Lamp Metaphor », JHM 26 (1971), p. 351-368.

28 Ce personnage apparaît ailleurs chez Galien. Il est égyptien et il s’agit peut-être d’un Philippe, peut-être de Philippe de Césarée, cf. T. C. Theoharides, op. cit. n. 21, p. 373 n. 22, et V. Boudon- Millot, supra, p. 110-111 ; 115-116.

29 J. Pigeaud, op. cit. n. 16, p. 51-69 ; V. Barras & T. Birchler, op. cit. n. 18, p. 27-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-France Morand, « « Chimie » de la vieillesse. Explications galéniques de cet âge de la vie », Cahiers des études anciennes, LV | 2018, 125-143.

Référence électronique

Anne-France Morand, « « Chimie » de la vieillesse. Explications galéniques de cet âge de la vie », Cahiers des études anciennes [En ligne], LV | 2018, mis en ligne le 06 mai 2018, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1065

Haut de page

Auteur

Anne-France Morand

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search