Navigation – Plan du site

Sage vieillard et jeune associé. Réflexions sur la valeur du couple intergénérationnel à partir des Lois de Platon

Annie Larivée
p. 161-179

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Pour qui désire explorer les vues des anciens sur la vieillesse, les Lois de Platon semblent incontournables. La vieillesse y est omniprésente non seulement comme thème, mais aussi comme contexte d’écriture, comme élément narratif et, peut-être même, comme style. On pourrait résumer les Lois en disant qu’il s’agit de l’œuvre d’un vieillard, mettant en scène trois vieillards, imaginant une cité gouvernée par des vieillards, prônant le respect — sacré ! — des vieillards et des valeurs chères aux vieillards, le tout dans le cadre d’un échange de propos modérés, ordonnés, sobres et très lents.

  • 1 J’adopterai donc une approche plus conceptuelle que philologique : je n’offre pas ici un examen « m (...)

2Au-delà de la caricature, cette description n’est pas totalement dénuée de vérité comme je m’emploierai à le montrer dans la première partie de mon texte. Ma seconde tâche consistera à mettre en lumière l’idéal de mélange des âges promu au sein du mystérieux Conseil nocturne tel que décrit au livre XII. L’intérêt de ce thème, un aspect vivifiant du texte trop souvent passé sous silence, dépasse largement la sphère de l’érudition historique1. En effet, cet aspect des Lois peut contribuer à enrichir la réflexion contemporaine sur la vieillesse, me semble-t-il, en mettant en relief la valeur des relations intergénérationnelles.

I Omniprésence de la vieillesse dans les Lois

Vieillesse de l’auteur et des personnages

  • 2 625b ; 634d ; 635a ; 752b ; 799d ; 821e ; 892d ; 905c.

3Commençons par quelques éléments de mise en contexte : l’action des Lois se passe en Crète ; il n’y a pas de narrateur ; on assiste à une très longue conversation entre trois hommes âgés qui se dirigent vers le sanctuaire de Zeus et qui, en cours de route, décident de s’entretenir de législation. L’âge exact des trois pèlerins n’est pas révélé, mais le fait qu’ils sont vieux et que leur âge leur impose des restrictions et des pauses fréquentes est constamment évoqué2.

  • 3 Chose sûre, je m’oppose pour ma part à toute lecture dystopique des Lois. L’œuvre est beaucoup trop (...)

4Mégillos, peu bavard, vient de Lacédémone. Clinias, Crétois, a été chargé par sa cité de fonder une colonie en Magnésie. Ce projet explique la décision du trio, annoncée au terme du livre III, de jouer aux législateurs en façonnant un projet de constitution fictive pour la cité des Magnètes. Mais le meneur de la discussion est l’Étranger d’Athènes. Son nom n’est pas révélé et j’avoue être fortement tentée, pour ma part, d’ignorer toute prudence herméneutique et de voir en ce noble Athénien l’alter ego de Platon lui-même3. On sait par ailleurs que les Lois sont le fruit du travail d’un vieil homme. C’est le tout dernier dialogue de Platon, texte qu’il n’aurait pas eu le temps d’achever avant sa mort, à l’âge de 81 ans suivant la tradition (Diogène Laërce, III, 37).

  • 4 C’est aussi le cas du Criton. L’homogénéité générationnelle des personnages des Lois prendra plus l (...)

5Le choix des personnages s’explique-t-il par l’âge de Platon lui-même, devenu plus sensible à la condition des vieillards ? Toujours est-il que le fait de présenter trois vieillards en conversation a quelque chose de singulier dans le corpus platonicien. On rencontre évidemment d’autres vieillards dans les dialogues — pensons à Parménide et Gorgias dans les dialogues éponymes, à Céphale au début de la République ou à Socrate dans le Phédon —, mais ces vieillards sont entourés de jeunes gens qui participent ou assistent à leurs échanges. Les Lois ont ceci de particulier que les interlocuteurs sont tous vieux4.

6La vieillesse est également présente au sein du projet législatif discuté entre les trois vieillards, et ce à plusieurs niveaux, dont j’évoquerai ici les plus remarquables.

Caractère gérontocentrique de la cité des Magnètes

  • 5 Le fait que Platon assigne une limite d’âge à l’exercice de certaines fonctions suggère que, passé (...)
  • 6 S. De Beauvoir, La Vieillesse, Paris, Gallimard, 1979, p. 119-120. Ce terme qu’elle applique à la R (...)

7La mesure gérontocentrique la plus évidente promue par l’Étranger concerne les magistratures. Les critères d’âge pour être admissibles aux magistratures les plus importantes de la cité des Magnètes favorisent nettement les aînés. Ces critères s’appliquent au plus important magistrat, le grand responsable de l’éducation (au moins 50 ans, 765d), aux gardiens des lois (de 50 à 70 ans, 755a), aux vérificateurs (de 50 à 75 ans, 964a), aux prêtres (au moins 60 ans, 759d). À la lumière de ces critères d’âge appliqués au niveau du pouvoir exécutif — limites qui se situent généralement entre 50 et 70 ans5 — on comprend pourquoi Simone de Beauvoir a qualifié le projet politique de Platon de « gérontocratie » dans son livre sur la vieillesse6. D’autres éléments justifient cependant cette impression.

  • 7 Avec ces mesures, Platon réagit certainement aux préjugés de son temps défavorables aux vieillards. (...)
  • 8 690d-691b ; 701b ; 714e ; 879b-d ; 917a. Il y a en effet chez le Platon des Lois comme des hiérarch (...)

8Parmi les plus évidents, mentionnons les nombreuses exhortations et mesures législatives visant à promouvoir un respect absolu des aînés dans la cité des Magnètes. Je n’utilise pas le terme « absolu » à la légère. La forme de respect promue par l’Athénien n’est pas ordinaire : elle s’approche du religieux. Le fait que l’Athénien place les parents et ancêtres à la suite des dieux, des démons et des divinités ancestrales dans la hiérarchie des honneurs dus aux êtres sacrés présentée en grande pompe au livre IV (717a-b) suffit à l’indiquer. Plus loin, au livre XI, les parents sont même dépeints comme des « dieux visibles » dignes de révérence religieuse (931a-932e). Plus concrètement, ce respect sacré explique que les crimes commis envers les parents seront châtiés beaucoup plus sévèrement que les autres (808b ; 880e-882a)7 et, de manière plus troublante, que les abus et actes violents commis par les parents envers les enfants, ou par des aînés envers des plus jeunes, devront être acceptés avec résignation et docilité (717c-d ; 879c). Puisque notre question est ici la vieillesse et non la parentalité, observons au passage que, dans les Lois comme dans la République, la différence d’âge suffit à justifier un respect de type parental. Ainsi, tout citoyen étant l’aîné d’un autre de plus de 20 ans doit être traité comme père ou mère, et le grand âge est présenté, au même titre que la parentalité, comme un facteur d’autorité indiscuté et indiscutable8.

  • 9 Voir, entre autres, A. Miller, The Body Never Lies, New York, W. W. Norton & Company, 2005, p. 19. (...)
  • 10 Épictète, Manuel 30 (trad. Hadot) : « il est ton père ? Il t’est prescrit d’en prendre soin, de lui (...)

9En fait, il est intéressant de noter que Platon tâche d’assurer le respect des aînés en créant une forme de tabou religieux suivant en tous points la recette fournie par l’Athénien au livre VIII quand il est question de la prohibition, alors utopique, de ce que nous appelons aujourd’hui l’homosexualité. Cette recette est simple : sacralisation de l’interdiction, unanimité absolue de l’opinion publique, impossibilité de questionner l’objet du tabou ne serait-ce qu’en pensée comme c’est le cas pour l’inceste (838a-c ; 839a). Il n’est donc pas exagéré de voir les Lois comme l’une des sources anciennes de ce que la psychologue Alice Miller, pionnière du mouvement de dénonciation des abus commis contre les enfants, a appelé le « tabou du 4e commandement » (« Père et mère tu honoreras… »)9. Ce tabou, qui n’a été que récemment et partiellement levé, a longtemps protégé les parents contre toute critique, même légitime, venant des enfants. Aussi mauvais, négligents ou abusifs soient-ils, les parents, les aînés sont sacrés et doivent être respectés, honorés. Ainsi le veut la croyance sinon créée, du moins activement renforcée par des philosophes anciens tels Platon ou Épictète10.

  • 11 892a-c ; 894e-895a ; 895b ; 896a-b.

10Un autre élément « gérontocentrique » touche également à la religion, quoique de manière plus subtile. Je pense ici à l’idée cruciale utilisée par l’Athénien au livre X pour combattre l’athéisme matérialiste et prouver l’existence des dieux — dieux astraux en l’occurrence (899b) —, l’idée d’ancienneté, plus précisément, l’idée de l’ancienneté de l’âme du monde par rapport aux corps dont il est formé. Sans premier mouvement qui est cause de soi, aucun corps ne serait en mouvement dans l’univers, explique l’Athénien. Or, ce type de mouvement est fourni par l’âme qui est donc le point de départ, l’archè au niveau cosmique11. Cette ancienneté de l’âme vaut d’ailleurs à l’âme humaine, individuelle, d’être elle aussi « sacralisée » et nommée à la suite des ancêtres dans la hiérarchie des honneurs énoncée solennellement par l’Athénien au livre V. Il faut l’honorer comme une divinité personnelle et l’idée d’ancienneté de l’âme joue ici un rôle déterminant (726a).

  • 12 Voir A. Larivée, « L’Incarnation législative du souci de l’âme dans les Lois : un héritage socratiq (...)
  • 13 Ibid., p. 99.

11D’ailleurs, ce « souci de l’âme », qui fait écho à la hiérarchie des valeurs promue par Socrate dans l’Apologie et qui doit être au cœur de toutes les dispositions prises par le législateur, comme l’Athénien ne cesse de le répéter dans les Lois12, semble favoriser les citoyens âgés. En effet, dans des sociétés guerrières, comme celles de Mégillos et Clinias par exemple, où vigueur et force physique sont au sommet de l’échelle des valeurs, c’est la jeunesse qui risque d’être valorisée. Cependant, les Lois s’attaquent sans relâche à l’idée qu’une bonne constitution puisse être orientée vers la guerre comme objectif premier. Au contraire, la cité excellente et heureuse est tout entière orientée vers la paix selon l’Athénien (628d ; 803d), de sorte que, des quatre vertus cardinales, le courage y sera vu comme la moins importante (631d ; 667a) : au sommet vient la sagesse (631c), une vertu qui s’acquiert avec le temps, ce qui favorise encore une fois, bien qu’indirectement, le pouvoir des aînés. En somme, si les contextes troublés et instables favorisent le pouvoir de la jeunesse, comme Simone de Beauvoir le suggère dans le chapitre de son livre consacré à l’histoire, la cité des Magnètes par son pacifisme aussi bien interne qu’externe est particulièrement bien adaptée aux besoins des vieillards13.

  • 14 L’importance accordée aux nomophylaques exprime bien cette aspiration. La cité doit veiller à conse (...)
  • 15 Sur ce point, cf. B. Perez, « Muthologia et ancienneté chez Platon », in B. Bakhouche (ed.), L’Anci (...)
  • 16 656d-e ; 660b ; 799a ; 819b.

12La constitution imaginée dans les Lois vise, elle-même, à devenir vieille, ancienne. En effet, le législateur doit tâcher de créer non seulement une cité excellente, mais une cité faite pour durer14. Or, selon l’Athénien, cette pérennité sera assurée, non seulement par une stabilité législative, mais aussi par une stabilité culturelle exempte, le plus possible, de changement15. Ici, le modèle à suivre est l’Égypte, culture immuable depuis des millénaires citée en exemple à plusieurs reprises par l’Athénien16. Par rapport aux Égyptiens, les Grecs, déclarait Timée dans le dialogue éponyme, ne sont que des enfants (Timée 22b). Or l’idéal embrassé par Platon dans les Lois est celui d’une culture vieille, pérenne. Comment créer une culture vieille ? Drôle de question, mais c’est là un des soucis constants exprimés par l’Athénien.

Les Lois comme utopie gérontocentrique : précision méta-discursive

  • 17 Sur ce point, voir l’article de M. Haynes, « The Supposedly Golden Age for the Aged in Ancient Gree (...)

13Malgré les nombreux éléments gérontocentriques que je viens de passer en revue, les Lois ne peuvent être utilisées, sans précautions herméneutiques, comme une source d’information sur la vieillesse à l’époque où Platon les composait. En particulier, il faut résister à la tentation d’interpréter les Lois comme une preuve que le grand âge était alors hautement valorisé et respecté pour la simple et bonne raison que les Lois sont une œuvre prescriptive, et une œuvre prescriptive fortement utopique17.

14Si l’on ne craignait pas le paradoxe, on pourrait dire qu’en fait, l’aspect le plus utopique des Lois consiste à tenter d’établir les conditions d’un conservatisme extrême pour une cité gérontocentrique future. Pour comprendre les vues courantes d’alors sur la vieillesse, il vaut mieux se fier au portrait peu flatteur des traits de caractère typiques des vieillards brossé par Aristote au livre II de sa Rhétorique. Il y a néanmoins des enseignements utiles à tirer des Lois, en tant que texte normatif, indépendamment de la possibilité, douteuse, d’en obtenir des informations fiables sur la vieillesse dans l’Antiquité. L’idéal de mélange en constitue un bel exemple.

II Le couple intergénérationnel au cœur de la préservation et du renouvellement de la cité

L’idéal de mélange des âges

15Dans le Philèbe, dernier dialogue écrit par Platon avant les Lois, la conception de la vie bonne que Socrate met de l’avant repose sur l’idée de mélange. La vie bonne n’est pas faite d’une seule chose ; elle contient une diversité d’éléments différents mais compatibles qui s’équilibrent et forment une harmonie (Philèbe 22a-b ; 61a-67b). Cette idée de mélange comme condition du bien humain est présente dans les Lois à plusieurs niveaux, notamment l’âge. Car bien que les Lois mettent le grand âge à l’honneur, ce n’est pas là le fin mot de l’histoire. À plusieurs points de vue, elles favorisent également un mélange en ce qui concerne l’âge.

  • 18 712b ; 769a ; 803c-e ; 820c. Cf. E. Jouët-Pastre, Le Jeu et le sérieux dans les Lois de Platon, San (...)

16Mélange d’un point de vue conceptuel d’abord, en suggérant subtilement que la vieillesse partage certains des avantages de l’enfance. Il est vrai que l’Athénien évoque le dicton « le vieillard est deux fois enfant » dans son sens traditionnel négatif (646a ; 929e). Ce dicton accentue la perte de responsabilité et d’autonomie liée au déclin des capacités physiques et intellectuelles des vieillards. Le vieillard sénile est traité comme un enfant (929d). Toutefois, dans un mouvement qui n’est pas rare chez Platon, l’Athénien subvertit le sens traditionnel du dicton pour mettre en lumière un des avantages possibles de la vieillesse, la liberté (635a). La vieillesse, c’est la liberté de l’enfance retrouvée : liberté du jeu, liberté de l’imagination, de la pensée, et aussi liberté de prendre des risques en marge de la sphère pratique de l’action. C’est là, me semble-t-il, le sens de l’image récurrente utilisée par l’Athénien pour décrire l’esprit qui anime leur trio, l’image de « vieux enfants », de vieillards qui s’adonnent, sans soucis, à un jeu sérieux18.

17Ainsi, dans leur œuvre fictive d’apprentis législateurs, les trois pèlerins ont tout leur temps : ils ne sont pas bousculés par d’urgentes responsabilités civiques ; ils disposent de la liberté nécessaire pour imaginer, critiquer et, parfois même, innover radicalement. Le mélange d’utopisme et de conservatisme présent dans les Lois reflète aussi, de manière symbolique, le mélange entre vieillesse et jeunesse ici promu par Platon. Toutefois la mesure la plus étonnante de cet idéal est sans doute le mélange concret des âges au sein du Conseil suprême de la cité des Magnètes, le Conseil nocturne. Ce mélange des générations retient peu souvent l’attention des interprètes, mais il vaut la peine de s’y attarder.

L’association entre jeunes et vieux au sein du Conseil nocturne

18Un des aspects les plus singuliers du dernier dialogue de Platon consiste à tenter d’assurer la sauvegarde de la cité en couplant chacun des membres du Conseil nocturne à un jeune associé avec lequel il formera une paire œuvrant en étroite collaboration. Le Conseil nocturne n’est donc pas, à proprement parler, un conseil des aînés à la différence des Gérontes de Sparte. Il s’agit d’un conseil mixte du point de vue générationnel ; on y trouve en fait un nombre égal d’aînés et de jeunes associés.

19Quelques mots, d’abord, sur le Conseil nocturne, l’institution la plus énigmatique évoquée dans les Lois. Platon la décrit à la toute fin de son œuvre, et il n’est pas impossible que le mystère qui l’entoure soit dû au fait que les Lois sont demeurées inachevées. L’Athénien insiste d’abord sur le fait que la fonction première du Conseil est de préserver la cité au fil du temps. Établir de bonnes lois est une base nécessaire pour une cité, mais ne suffit pas à en assurer la sauvegarde sur le long terme (960b-961c). Quelque chose de plus est nécessaire : une sorte de Conseil de sages à la fois nomothètes et philosophes.

  • 19 Cf. B. Vancamp, « Colline d’Arès et Conseil nocturne : un rapprochement entre les Lois de Platon et (...)
  • 20 C. Bobonich, Plato’s Utopia Recast. His Later Ethics and Politics, Oxford, Clarendon Press, 2002, p (...)

20Le nom de ce Conseil, nukterinòs súllogos (nom quelque peu inquiétant de prime abord), fait simplement allusion à l’heure où le conseil se réunit quotidiennement, c’est-à-dire juste avant l’aube, moment où ses membres ne sont pas encore absorbés par leurs responsabilités publiques ou privées19. On y discutera librement de l’administration de la cité et de législation (952a). En fait, c’est uniquement en son sein qu’auront lieu des discussions critiques concernant les pratiques d’autres cités et les améliorations législatives nécessaires au fil du temps20. Les observateurs autorisés à voyager ou spécialement mandatés par la cité des Magnètes pour examiner les pratiques d’autres cités s’y présenteront pour partager les résultats de leur enquête (951d-e).

21Ce Conseil, dont le nombre de membres peut varier, aura également une vocation éducative. Le grand Épimélète de l’éducation en fera partie et il sera accompagné des anciens responsables de l’éducation à la retraite. Le reste du contingent sera formé des dix gardiens des lois les plus âgés et des prêtres qui se sont le plus distingués (951d). Or, il est bien spécifié que chacun de ces membres aînés formera une sorte de couple avec un citoyen plus jeune, ayant entre 30 et 40 ans (951e).

  • 21 Soulignons que dépendamment de la longévité des membres sénior du Conseil nocturne, certains d’entr (...)

22Quelques mots d’abord sur la sélection de ces jeunes associés. Malgré l’hostilité ouvertement exprimée dans les Lois envers la pédérastie dans son versant sexuel (636c), je n’hésite pas à parler de « couple », ou si l’on préfère, de « paire », vu la dimension personnelle du choix fait par l’aîné. Le Conseil nocturne n’est pas présenté comme un conseil dont la moitié des membres serait des aînés et l’autre moitié des neoi : l’ensemble des jeunes ne forme pas un groupe cohésif parallèle au groupe des aînés. Chaque membre âgé se choisit un associé qui sera le sien propre. Chose remarquable dans le contexte des Lois, aucun critère ou processus précis n’est mentionné quant à la sélection du jeune associé par l’aîné. L’aîné choisit personnellement un jeune, suivant son gré (951e). Étant donné la liberté accordée par le législateur et le caractère personnel du choix, on peut donc supposer que la bonne éducation et les capacités morales et intellectuelles du jeune homme ne sont pas les seuls facteurs qui entrent en jeu (bonne nature et bonne éducation sont mentionnées, 961b). Le choix implique sans doute une compatibilité de caractère, une dimension d’attachement, une chimie particulière entre les deux individus qui vont former en quelque sorte une équipe21.

23Un passage rarement commenté du livre II où l’Athénien critique le caractère collectif de l’éducation dorienne met l’accent sur l’importance de cet aspect individuel, personnel :

24vous vous administrez comme une armée qui campe et non comme des gens fixés dans des villes ; vous gardez vos jeunes au vert comme des bandes de poulains qui paissent par troupes ; et aucun de vous ne prend le sien, ne l’arrache à ses compagnons tout farouche et furieux, pour le confier à un palefrenier particulier et l’élever en le pansant, en l’apprivoisant, en donnant tous les soins à une éducation qui peut faire de lui non seulement un bon soldat, mais un administrateur compétent de communautés politiques ou civiles. (666e, trad. des Places)

  • 22 Voir A. Larivée, « Du vin pour le Collège de veille ? Mise en lumière d’un lien occulté entre le Ch (...)

25Je vois dans ce passage une allusion précoce à l’association pédagogique aîné-jeune associé au sein du Conseil nocturne22. Une limite est toutefois posée à la dimension personnelle dans la mesure où l’admission d’un jeune associé est soumise à l’approbation de tous les aînés du Conseil. S’ils ne donnent pas leur accord, le jeune n’est pas admis, une exclusion qui demeure secrète (961b).

26Quel est le but ou le rôle poursuivi par l’Athénien dans ce couplage entre aîné et jeune associé au sein du conseil suprême de la cité ? Les fonctions de cette collaboration semblent multiples et certaines sont plus évidentes que d’autres. J’en perçois au moins cinq.

271) L’éducation spéciale des dirigeants

  • 23 670e ; 818a sq. ; 965b ; 967d-e.

28L’Athénien évoque maintes fois la nécessité d’une « éducation plus exacte » pour l’élite dirigeante de la cité23. Tout indique que cette éducation sera prodiguée au sein du Conseil nocturne, seul lieu où la philosophie semble pratiquée. Les jeunes associés y sont initiés aux formes intelligibles des vertus morales, du bien et du beau (965c-966b), et accèdent ainsi à une connaissance plus exacte du but premier et pour ainsi dire unique poursuivi par le législateur, la vertu (963a-966d).

29L’accent est mis sur la compréhension de l’unité des vertus, un sujet qui semble abstrait de prime abord. Saisir cette unité dans la diversité est ce qui permettra d’éviter la corruption de la cité et les dérives guerrières que pourrait entraîner la valorisation unilatérale, par exemple, du courage sans sagesse. Cette mission pédagogique sera en partie accomplie de façon « musicale », à la manière d’une incantation, au sein du Chœur de Dionysos sur lequel je reviendrai bientôt.

302) L’activité législative des « jeunes législateurs »

  • 24 769c-d ; 770c ; 772b ; 835b.

31La formation prodiguée n’est pas strictement théorique puisqu’elle semble prendre également la forme d’une activité législative concrète. Il y a de bonnes raisons de croire que la fécondité d’âme présentée dans le Banquet comme le fruit des relations homo-érotiques et qui mène à la création, par exemple, de bonnes lois et de nobles constitutions, est au cœur de la relation entre aîné et jeune associé au sein du Conseil nocturne (Banquet 209a-d). Comme je l’ai déjà mentionné, ce Conseil est le seul endroit où la capacité d’examiner et bonifier les lois établies par le législateur d’origine est encouragée. En fait, le Conseil est l’unique lieu où une telle pensée est même autorisée, car, en principe, les lois et pratiques de la cité doivent demeurer absolument stables et inchangées. En pratique, cependant, l’Athénien admet qu’elles devront parfois être modifiées, mais surtout complétées, puisque le législateur d’origine ne peut penser à tout et déterminer toutes les pratiques civiques jusque dans leurs moindres détails. Des législateurs « plus jeunes » s’en chargeront24. Quand l’Athénien évoque la contribution future de « jeunes législateurs » (855d ; 957a), il semble naturel de penser qu’il fait allusion aux jeunes associés du Conseil nocturne, ou en tout cas à l’ensemble du couple législatif formé des aînés et de leurs jeunes associés.

32Les Lois permettent ainsi de comprendre un peu mieux pourquoi l’activité législative est présentée dans le Banquet comme une forme d’engendrement spirituel ayant lieu au sein d’un couple pédérastique de type « platonique ». Après tout, pourquoi ne pas présenter une telle activité comme l’accomplissement d’un législateur solitaire ? L’association entre législateurs âgés et jeunes associés dans les Lois apporte une réponse : la formation et la supervision du jeune par l’aîné permettent d’assurer la présence constante et ininterrompue du principe légiférant au sein de la cité. Le principe législatif reste vivant en s’auto-reproduisant par le biais de cette chaine intergénérationnelle.

333) La collaboration psycho-physique

  • 25 D’où le fait qu’ils doivent quitter leurs fonctions d’associés à quarante ans, de plus jeunes prena (...)

34Les deux membres du couple aîné-jeune associé collaborent également de manière « psycho-physique ». Leur complémentarité est illustrée par une comparaison corporelle où les aînés jouent le rôle d’intellect de la cité, alors que les jeunes associés représentent la tête, plus précisément, la vue et l’ouïe, sens localisés dans la tête et fournissant à l’intelligence des données sur l’état du monde. En d’autres termes, les jeunes associés ont pour fonction de fournir aux aînés du Conseil des informations sur ce qui se passe au sein de la cité (964c). Ils sont décrits comme étant en alerte, voyant et entendant tout, avec la mobilité physique que cela requiert. Ils apportent ainsi un soutien perceptuel aux aînés qui, on peut le supposer, sont moins énergiques, moins mobiles et disposent de capacités sensorielles affaiblies25.

  • 26 C’est l’hypothèse de L. Brisson dans « Les Agronomoi dans les Lois de Platon », in S. Scolnicov & L (...)

35Les jeunes associés du Conseil font-ils aussi partie du groupe des agronomoi décrit par l’Athénien au livre VI (769b ; 762b-763c) ? Ces jeunes entre 25 et 30 ans sont chargés, pendant deux ans, de parcourir sans répit la partie non urbaine des 5040 lots situés en campagne, vivant à la dure et apprenant ainsi à connaître le pays à fond en vue, notamment, de pouvoir le défendre en cas d’invasion. C’est une hypothèse intéressante et qui correspond au rôle d’informateurs joués par les associés du Conseil nocturne, mais, outre que l’âge des deux groupes ne correspond pas parfaitement (25 à 30 ans pour les agronomes, et 30 à 40 pour les associés du Conseil), les agronomes sont relégués à la campagne alors que les jeunes associés du Conseil doivent observer tout ce qui se passe dans la cité, ce qui inclut nécessairement la partie centrale, plus urbaine. Cela dit, il n’est pas interdit de penser que les agronomes seront en bonne position pour être recrutés comme associés du Conseil nocturne une fois leur mandat achevé26.

364) Représentation publique du Conseil

37Une quatrième fonction des jeunes associés est le revers de leur tâche d’observateurs et d’informateurs, c’est-à-dire une tâche de représentation. Ils sont en quelque sorte la face visible du Conseil. Puisqu’ils circulent un peu partout à la recherche d’information, ils sont aussi constamment, eux-mêmes, exposés au regard des citoyens, à leur appréciation, et doivent les inspirer par une conduite exemplaire en toutes circonstances (952b). On peut supposer ici que l’aîné tire fierté de la conduite de son protégé et que le protégé se sent honoré de le représenter.

385) Inspiration mutuelle et équilibre des caractères dans le Chœur de Dionysos

39Finalement, bien que les fondements textuels soient ici plus subtils, l’association entre aînés et jeunes associés semble également viser à créer une sorte d’unité de la vertu, concrète, au sein du Conseil suprême de la cité (962d). Les effets néfastes du vieil âge au niveau du caractère sont contrebalancés par les qualités du jeune âge, et vice versa.

  • 27 Voir A. Larivée, op. cit. n. 22, p. 35-44.
  • 28 Pour une description détaillée de la structure et du rôle joué par le Chœur de Dionysos, voir le ch (...)

40Ce rééquilibrage concret est perceptible dans les développements sur le fameux Chœur de Dionysos dont il est question au début des Lois. Tout semble indiquer que ce groupe sera composé des membres du Conseil nocturne27. Le Chœur, dont le fonctionnement demeure lui aussi mystérieux, ne se produit pas en public et se réunit lors de banquets dirigés par des aînés de plus de 60 ans qui resteront sobres (640d ; 671d-e)28. Les célébrations en l’honneur du dieu sont le seul contexte où l’ivresse est permise dans la cité des Magnètes et elle sert de support à deux types d’exercices spirituels au sein du Chœur de Dionysos.

  • 29 La présence de deux visées différentes en fonction de l’âge (rajeunissement / enhardissement / dési (...)
  • 30 650a ; 672d ; 673e.
  • 31 Sur le banquet comme contexte pédagogique, voir M. Cambron‑Goulet, « Banquets, beuveries et enseign (...)

41Comme le Conseil, le Chœur se compose d’aînés et de plus jeunes (entre 30 et 60 ans), et le vin vise chez les uns et les autres un effet opposé29. Pour les aînés, la consommation de vin au sein du Chœur leur permet de retrouver l’enthousiasme, l’effervescence et l’humeur légère de la jeunesse. Elle les assouplit, les enhardit et leur permet d’offrir aux plus jeunes, sans trop de gêne, une « incantation » par le biais du chant (666b-c ; 670d-671a). Pour les plus jeunes, au contraire, elle constitue une forme d’entraînement graduel à la modération dans l’expérience des plaisirs et au maintien d’une attitude réservée et digne en toutes circonstances30. Le simple fait pour les anciens et les jeunes associés d’être couplés et de collaborer constamment au sein du Conseil peut sans doute, à long terme, avoir un effet équilibrant similaire sur le caractère, mais la consommation de vin lors des réunions du Chœur de Dionysos permet de modifier plus rapidement certaines des tendances négatives du grand âge et de la jeunesse telles que caractérisées par Aristote dans sa Rhétorique (1388b 31-1390a 28). Par ailleurs, il semble que ces banquets permettent aux aînés de mettre à l’épreuve l’âme des jeunes et de découvrir la vraie nature de ceux qui sont pressentis pour devenir associés au Conseil nocturne (650b)31.

III Retour au présent en compagnie de Platon

42Pour conclure, je me permettrai quelques réflexions d’ordre plus général. En conjonction avec la stratégie de « sacralisation » du grand âge, accentuer l’utilité civique des aînés était probablement la seule manière d’éviter les conséquences géronticides qui semblent découler naturellement de la politique d’élimination des malades chroniques et des improductifs dont Socrate fait la promotion dans le passage de la République sur l’« Asclépios politique » (406b-408d). Cela dit, tout comme il serait erroné de croire que l’épanouissement des femmes était l’un des buts poursuivis par Platon dans la République, il serait naïf de penser que les Lois visent à améliorer la condition, précaire et pénible, des vieillards à l’époque où il écrivait. Platon n’est pas tendre à l’égard des plus vulnérables. Dans les deux œuvres, c’est la sauvegarde de la cité qui est présentée comme l’objectif justifiant la mise en valeur de classes d’individus traditionnellement infantilisés, négligés et tenus à l’écart de la vie publique.

43Quoi qu’il en soit, même si plusieurs aspects des Lois, comme de la République, répugnent à notre sensibilité démocratique contemporaine, la proposition d’intégrer pleinement les femmes et les aînés au sein du tissu social mise de l’avant dans ces deux textes peut encore servir d’inspiration. Surtout, l’idée de collaboration entre les générations promue par la structure même du Conseil nocturne dans les Lois semble un exemple à suivre en tant que principe général de mélange et de complémentarité des âges. Ce type d’attachement et d’étroite collaboration intergénérationnelle ne se limite-t-il pas trop souvent, de nos jours, au contexte de la vie familiale ?

  • 32 « Pour que la vieillesse ne soit pas une dérisoire parodie de notre existence antérieure, il n’y a (...)

44Par ailleurs, il est surprenant de constater à quel point les Lois offrent un modèle d’aînés en tous points conforme à l’idéal que Simone de Beauvoir défend dans la conclusion de son ouvrage, trop peu lu, La Vieillesse, ouvrage animé par une juste colère. L’amélioration de la condition des vieillards dans les sociétés occidentales modernes, libérales et capitalistes passe par une transformation de la vie humaine en général, y déclare-t-elle en substance. En effet, comment espérer que l’existence d’un être humain arrivé au terme de sa vie « productive » conservera un sens si cet individu n’est pas d’ores et déjà impliqué dans des projets et des collaborations dépassant le cadre étroit de cette activité à durée limitée ? Pour que la vieillesse ait un sens, il faut que la vie elle-même en ait un. Or, il est difficile de trouver un sens à la vie sans être impliqué dans des projets tournés vers le monde commun, sans un engagement vers un avenir qui dépasse sa propre fin32.

45Les vieillards libres et actifs dépeints dans les Lois ne sont-ils pas exemplaires à cet égard ? Pensons au trois pèlerins, d’abord, personnages qui, quoiqu’âgés, demeurent physiquement et mentalement industrieux et engagés ensemble, dans la mesure de leurs forces, dans un projet politique visant le bien-être des générations futures. Pensons ensuite au groupe d’aînés du Conseil nocturne imaginé par l’Athénien, eux aussi politiquement actifs, et qui, en collaboration avec leurs jeunes associés, auront pour fonction d’œuvrer activement à la préservation de la cité des Magnètes au fil du temps — ici encore : activité, intégration au tissu social, et engagement envers le futur. Finalement, n’oublions pas l’auteur du texte, Platon, qui serait mort en quelque sorte au travail, laissant ses Lois inachevées.

Haut de page

Notes

1 J’adopterai donc une approche plus conceptuelle que philologique : je n’offre pas ici un examen « microscopique » du texte, mais une vue d’ensemble. Les renvois à la littérature secondaire et les citations sont réduits au minimum. J’exprime toute ma gratitude à Mathilde Cambron-Goulet et Laetitia Monteils-Laeng pour leurs nombreuses suggestions qui m’ont permis d’améliorer ce texte de manière substantielle.

2 625b ; 634d ; 635a ; 752b ; 799d ; 821e ; 892d ; 905c.

3 Chose sûre, je m’oppose pour ma part à toute lecture dystopique des Lois. L’œuvre est beaucoup trop étendue et détaillée, autour de 600 pages en langues modernes, pour n’être qu’une mystification ironique. Platon ne se moque pas : il est sérieux.

4 C’est aussi le cas du Criton. L’homogénéité générationnelle des personnages des Lois prendra plus loin la forme d’une mesure pédagogique réfléchie puisque les trois apprentis législateurs décideront de tenir la jeunesse de la cité des Magnètes à l’écart de toutes discussions (publiques) soumettant les lois à la critique (635a).

5 Le fait que Platon assigne une limite d’âge à l’exercice de certaines fonctions suggère que, passé un certain stade, le vieillard risque de perdre certaines de ses facultés. Platon est le premier à faire référence à la démence sénile (Lois 929d 3-929e 8). Voir S. Byl, « Les Facultés mentales du vieillard dans la littérature grecque », BAGB (2003), p. 27-49. Cf. également dans ce volume J.-N. Corvisier, p. 31.

6 S. De Beauvoir, La Vieillesse, Paris, Gallimard, 1979, p. 119-120. Ce terme qu’elle applique à la République sied encore mieux aux Lois.

7 Avec ces mesures, Platon réagit certainement aux préjugés de son temps défavorables aux vieillards. Au début du IVe siècle le mépris pour les vieillards devient un caractère distinctif d’Athènes par rapport à sa vieille rivale Sparte, une sorte de caractère national. L’attitude des deux communautés à l’égard des anciens est décrite par Xénophon (Mémorables III, V, 15) et Hérodote (II, 80, 1). Voir M. Reinhold, « The Generation Gap in Antiquity », in S. Bertram (ed.), The Conflict of Generations in Ancient Greece and Rome, Amsterdam, Grüner, 1976, p. 27 sq.

8 690d-691b ; 701b ; 714e ; 879b-d ; 917a. Il y a en effet chez le Platon des Lois comme des hiérarchies naturelles : les parents commandent à leurs enfants, le noble au vulgaire, les vieux aux jeunes, le maître à l’esclave, le fort au faible, le savant à l’ignorant (690a-b ; 714e). Le vieux prévaut systématiquement sur le moins vieux, et les plus vieux parmi les vieux sont d’ailleurs les meilleurs (965a).

9 Voir, entre autres, A. Miller, The Body Never Lies, New York, W. W. Norton & Company, 2005, p. 19. Un passage des Lois évoque le respect dû aux jeunes par les vieillards (729b), mais cela ne fait pas vraiment contrepoids à la tendance inverse à excuser et accepter les abus venant des aînés promue dans cette œuvre.

10 Épictète, Manuel 30 (trad. Hadot) : « il est ton père ? Il t’est prescrit d’en prendre soin, de lui céder en tout, de le supporter, s’il t’injurie ou te frappe ».

11 892a-c ; 894e-895a ; 895b ; 896a-b.

12 Voir A. Larivée, « L’Incarnation législative du souci de l’âme dans les Lois : un héritage socratique », in L. Brisson & S. Scolnicov (eds), Plato’s Laws : From Theory into Practice, Sankt Augustin, Academia Verlag, 2003, p. 98-102.

13 Ibid., p. 99.

14 L’importance accordée aux nomophylaques exprime bien cette aspiration. La cité doit veiller à conserver à l’identique ses lois, d’où l’idée que l’un des plus grands crimes que l’on puisse commettre au sein de cette cité soit celui de vouloir détruire les lois dans le but de renverser la constitution, voir 856b ; 864d.

15 Sur ce point, cf. B. Perez, « Muthologia et ancienneté chez Platon », in B. Bakhouche (ed.), L’Ancienneté chez les anciens, Montpellier, Publications de l’université Paul-Valéry, 2003, tome II, p. 443-455, et P. Roussel, « Étude sur le principe de l’ancienneté dans le monde hellénique du Vᵉ siècle av. J.-C. à l’époque romaine », MAI 43 (1942), p. 123-227.

16 656d-e ; 660b ; 799a ; 819b.

17 Sur ce point, voir l’article de M. Haynes, « The Supposedly Golden Age for the Aged in Ancient Greece », The Gerontologist 2 (1962), p. 93-98, qui rejoint ces conclusions.

18 712b ; 769a ; 803c-e ; 820c. Cf. E. Jouët-Pastre, Le Jeu et le sérieux dans les Lois de Platon, Sankt Augustin, Academia Verlag, 2006.

19 Cf. B. Vancamp, « Colline d’Arès et Conseil nocturne : un rapprochement entre les Lois de Platon et les Euménides d’Eschyle », RBPh 71 (1993), p. 80-84. Les connotations sinistres de la traduction littérale ont conduit Luc Brisson à proposer la traduction plus libre « Collège de veille », voir L. Brisson, « Le Collège de veille (nukterinòs súllogos) », in F. L. Lisi (ed.), Plato’s Laws and its Historical Significance, Sankt Augustin, Akademia Verlag, 1998, p. 161-177.

20 C. Bobonich, Plato’s Utopia Recast. His Later Ethics and Politics, Oxford, Clarendon Press, 2002, p. 395-408, est d’avis, pour sa part, que le Conseil nocturne ne disposera pas d’un monopole à cet égard. Je suis en désaccord avec lui sur ce point, mais sa discussion du débat concernant la possibilité (ou l’impossibilité) de changer les lois est éclairante.

21 Soulignons que dépendamment de la longévité des membres sénior du Conseil nocturne, certains d’entre eux (la plupart ?) auront plus d’un associé (non pas simultanément, mais successivement), puisqu’un associé ne peut être en poste passé quarante ans. Le « couple » est donc à durée limitée.

22 Voir A. Larivée, « Du vin pour le Collège de veille ? Mise en lumière d’un lien occulté entre le Chœur de Dionysos et le νυκτερινὸς σύλλογος dans les Lois de Platon », Phronesis 48 (2003), p. 33-35.

23 670e ; 818a sq. ; 965b ; 967d-e.

24 769c-d ; 770c ; 772b ; 835b.

25 D’où le fait qu’ils doivent quitter leurs fonctions d’associés à quarante ans, de plus jeunes prenant alors la relève. Voir C. Bobonich, op. cit. n. 20, p. 393.

26 C’est l’hypothèse de L. Brisson dans « Les Agronomoi dans les Lois de Platon », in S. Scolnicov & L. Brisson (eds), op. cit. n. 12, p. 221-226.

27 Voir A. Larivée, op. cit. n. 22, p. 35-44.

28 Pour une description détaillée de la structure et du rôle joué par le Chœur de Dionysos, voir le chapitre 2 du récent livre de M. Folch, The City and the Stage : Performance, Genre, and Gender in Plato’s Laws, Oxford, Oxford University Press, 2015. Bien que la lecture qu’il en offre soit moins « savante » et plus libre, c’est sans doute la description de S. Benardete (Plato’s Laws, Chicago, University of Chicago Press, 2000, p. 75-87) qui rend le mieux compte du caractère curieux, voire mystérieux, de ce Chœur qui n’en est pas vraiment un.

29 La présence de deux visées différentes en fonction de l’âge (rajeunissement / enhardissement / désinhibition pour les plus âgés, d’une part, et entraînement à la pudeur, à la modération et dévoilement de la véritable nature de l’âme pour les plus jeunes, d’autre part) est généralement éludée, ce qui rend le texte difficilement intelligible ; voir par exemple F. WoertherL’Èthos aristotélicien. Genèse d’une notion rhétorique, Paris, Vrin, 2007, p. 105. Sur ce point voir A. Larivée, op. cit. n. 22, p. 49-51 et 36-37.

30 650a ; 672d ; 673e.

31 Sur le banquet comme contexte pédagogique, voir M. Cambron‑Goulet, « Banquets, beuveries et enseignement philosophique », in J.‑P. de Giorgio, F. Laurent & F. Le Borgne (eds), Espace-temps du dialogue littéraire, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2016, p. 195-209. Sur ce même thème dans les Lois, voir G. Normandeau, Le Philosophe et ses jeux. Étude sur la notion de jeu appliquée aux discours chez Platon, diss. université de Montréal / université Paris 1, 2008, p. 91-93.

32 « Pour que la vieillesse ne soit pas une dérisoire parodie de notre existence antérieure, il n’y a qu’une solution, c’est de continuer à poursuivre des fins qui donnent un sens à notre vie : dévouement à des individus, des collectivités, des causes, travail social ou politique, intellectuel, créateur. (…) La vie garde un prix tant qu’on en accorde à celle des autres, à travers l’amour, l’amitié, l’indignation, la compassion. Alors demeurent des raisons d’agir ou de parler. On conseille souvent au gens de “ préparer ” leur vieillesse (…). Mieux vaut ne pas trop y penser mais vivre une vie d’homme assez engagée, assez justifiée, pour qu’on continue à y adhérer même toutes illusions perdues et l’ardeur vitale refroidie », S. De Beauvoir, op. cit. n. 6, p. 567.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Larivée, « Sage vieillard et jeune associé. Réflexions sur la valeur du couple intergénérationnel à partir des Lois de Platon », Cahiers des études anciennes, LV | 2018, 161-179.

Référence électronique

Annie Larivée, « Sage vieillard et jeune associé. Réflexions sur la valeur du couple intergénérationnel à partir des Lois de Platon », Cahiers des études anciennes [En ligne], LV | 2018, mis en ligne le 08 mai 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1086

Haut de page

Auteur

Annie Larivée

Université Carleton

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals