Navigation – Plan du site

La Vieillesse des héros des Vies de Plutarque

Marine Glénisson
p. 217-234

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Vies, Plutarque, vieillesse
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les sources de Plutarque, voir D. Lenfant, « De l’usage des comiques comme source historique : (...)
  • 2 Sur l’intérêt de Plutarque pour les caractères, cf. N. I. Barbu, Les Procédés de la peinture des ca (...)
  • 3 Sur le projet moral des Vies, voir F. Frazier, Histoire et morale dans les Vies Parallèles de Pluta (...)

1Plutarque donne de la vieillesse de ses protagonistes une image proche de celle que ses sources lui fournissent1 : ils sont malades, fatigués, irritables, peureux, portés vers les plaisirs... Pourquoi alors, si les Vies peignent des caractères vertueux que l’on peut prendre comme exemple2, tant insister sur le déclin des héros ? Les conceptions de la vieillesse que Plutarque hérite de ses sources deviennent pour le lecteur autant d’éléments qui lui permettent d’évaluer le bien-fondé de leurs décisions. Bien plus, les altérations du caractère font écho à toute leur existence passée, qu’il faut ainsi réévaluer au regard de ses dernières manifestations. C’est par ce biais que l’on rejoint le questionnement philosophique de Plutarque sur les conditions qui fondent la fermeté de la vertu et en font un rempart contre la peur de la mort. Nous chercherons donc ici comment les manifestations physiques et psychologiques de la vieillesse contribuent au projet moral des Vies3 et reprennent par le biais d’une pluralité de destins les réflexions des Œuvres morales.

  • 4 Sur le rapport de Plutarque à l’écriture de la vie de ses héros, voir C. Mossé, « Biographie “ hist (...)

2Les Vies de Plutarque ne présentent pas de structure narrative fixe d’un héros à l’autre, sans doute en raison de l’état de ses sources et de ses objectifs propres, qui ne mettent pas toujours l’accent sur le passage du temps sur le protagoniste. À la lecture, on constate que c’est chez les Romains que la vieillesse des protagonistes prend les aspects les plus divers et est le plus exploitée à des fins narratologiques et éthiques ; c’est donc de ces Vies que nous tirerons la plupart de nos textes d’étude4

3Les généraux de Plutarque ont vécu dans leur jeunesse des succès éclatants. Ralentis par l’âge, ils peuvent continuer à s’occuper des affaires politiques, en vertu de leur sagesse, ou se retirer dans un loisir qu’ils ne savent pas toujours occuper. Les destins des héros permettent alors de mettre en tension diverses représentations de la fonction politique des vieillards. Camille ainsi est rappelé par le peuple romain à la fin de sa vie pour prendre un commandement :

  • 5 Sauf indication contraire, les traductions de Plutarque sont tirées de l’édition des Belles Lettres

appelé pour la sixième fois au tribunat militaire, Camille voulait décliner cet honneur, parce qu’il était déjà avancé en âge (γεγονὼς μὲν ἡλικίας ἤδη πρόσω) et qu’il redoutait sans doute l’envie et la jalousie, après tant de gloire et de succès. Mais la cause la plus apparente ( δὲ φανερωτάτη τῶν αἰτιῶν) de son refus était sa mauvaise santé, car il était justement malade en ces jours-là. Malgré cela, le peuple ne le dispensa pas de cette charge, mais, en criant qu’on ne lui demandait pas de combattre à cheval ni à pied, mais seulement de conseiller et de commander (βουλευομένου δὲ μόνον καὶ προστάσσοντος), on l’obligea à se mettre à la tête des troupes et, de concert avec un de ses collègues, Lucius Furius, à les mener sur-le-champ contre les ennemis (Vie de Camille 148d-e)5.

4Ce passage est caractéristique de l’écriture de Plutarque dans les Vies : il avance plusieurs explications au comportement du protagoniste, sur lesquelles il ne se prononce pas. Ainsi, le thème de la maladie causée par la vieillesse explique les remarques du peuple, qui assigne à Camille une fonction de conseil et non plus de combat. Plutarque pour sa part met en avant la retenue naturelle de celui-ci, frein considérable à son ambition tout au long de sa vie. Ces deux explications font entrevoir, d’une part, qu’il existe encore une place pour un général que les forces ont quitté, celle de conseiller auquel on se rallie en vertu de son expérience et de son caractère. D’autre part, la réticence du vieux Camille est elle-même un signe de l’excellence d’un caractère qui ne cède pas plus à la vaine gloire dans la vieillesse que dans la jeunesse. Plutarque laisse ici la parole au peuple romain, mais commente, après la réussite de l’opération :

il revint à Rome chargé de butin, ayant ainsi donné la preuve que les citoyens les plus sages étaient ceux qui, sans s’effrayer de la faible santé (ἀσθένειαν) ou du grand âge (γῆρας) d’un chef qui joignait l’audace à l’expérience (ἐμπειρίαν καὶ τόλμαν ἔχοντος), l’avaient choisi malgré lui et malade (ἄκοντα καὶ νοσοῦντα), de préférence aux jeunes gens qui souhaitaient ardemment le commandement (τῶν ἐν ἡλικίᾳ τοὺς δεομένους καὶ σπουδάζοντας ἄρχειν, Vie de Camille 149b).

5La décision des sages Romains reçoit son approbation et une explication formelle, mettant en avant l’ensemble des qualités qui font l’excellence de Camille : l’audace (τόλμη), l’expérience (ἐμπειρία) et aussi la réticence à accepter ce commandement, à la différence des jeunes loups du forum dévorés d’ambition plus qu’habités par le zèle de servir la patrie. Ainsi est-ce par l’exemple et en laissant au lecteur une part d’interprétation, en multipliant les causes et les points de vue, que Plutarque conclut que la vieillesse n’empêche pas un être d’excellence de servir l’État, ce que l’on trouve aussi dans Si la politique est l’affaire des vieillards :

les activités publiques de ceux qui, malgré leur âge (παρ᾽ ἡλικίαν), se présentent à la tribune ou au palais des stratèges, sont moins entravées par leur faiblesse physique qu’elles ne sont favorisées par leur prudence (τὴν εὐλάβειαν) leur sagesse (τὴν φρόνησιν), et le fait qu’ils ne se jettent pas dans la politique par esprit de compétition ou par désir d’une gloire creuse, pour traîner à leur suite une foule semblable à une mer démontée par l’ouragan : au contraire ils montrent de la douceur et de la modération dans les rapports humains. C’est pourquoi, lorsque les États essuient un revers ou redoutent un danger, ils désirent être gouvernés par des hommes d’âge (πρεσβυτέρων) et souvent, sans qu’il l’ait demandé, contre son gré (μὴ δεόμενον μηδὲ βουλόμενον), on est allé chercher un vieillard dans ses terres et on l’a forcé à prendre pour ainsi dire la barre et à rétablir les affaires, alors qu’on écartait des stratèges et des démagogues seulement capables de vociférer, de discourir à perdre haleine et même, par Zeus, de combattre l’ennemi « solidement plantés sur le sol » (788b-d).

  • 6 Sur la représentation des vieillards à Rome, voir M. Harlow & R. Laurence, « Viewing the Old : Reco (...)
  • 7 Sur un rôle politique possible des vieillards, voir E. Bauer, « Old Age as Principle of Social Orga (...)

6La sagesse des vieillards, au tempérament calme (πράως καὶ μετρίως) et expérimenté, est un atout recherché par les peuples6. On remarque que la réticence (μὴ βουλόμενον) à exercer le commandement fait écho au comportement de Camille, dont le manque d’empressement est vu comme la garantie d’une action désintéressée au service du peuple. Le cas de notre général, si on le met en relation avec celui d’autres vieux hommes politiques, permet de poursuivre la réflexion sur les services qu’ils peuvent rendre à leur patrie7. Solon, vieux et faible, rentre à Athènes après un long voyage. Il est accueilli avec le respect dû à son âge et à ses mérites par le peuple, mais faute d’énergie, décide de composer avec les différents partis politiques, adaptant ainsi son action à son état physique. Même lorsque Pisistrate arrive au pouvoir, le tyran l’estime et prend conseil de lui. En tant que conseiller, il ne cesse d’œuvrer pour le bien des Athéniens, un rôle que les Romains assignaient aussi à Camille (Vie de Solon 94e-96e).

7Marius quant à lui est blâmé pour sa conduite déplacée à un âge qui ne lui permet plus de faire le jeune homme :

cependant Marius, dévoré d’ambition et d’un zèle puéril (φιλοτίμως πάνυ καὶ μειρακιωδῶς), cherchait à secouer sa vieillesse et ses infirmités pour les faire oublier (ἀποτριβόμενος τὸ γῆρας καὶ τὴν ἀσθένειαν) : il descendait tous les jours au Champ de Mars, s’exerçait avec les jeunes gens (μετὰ τῶν νεανίσκων γυμναζόμενος) et exhibait un corps toujours alerte sous les armes et solide à cheval, malgré l’embonpoint de l’âge et l’obésité, qui lui ôtaient de la souplesse et l’alourdissaient. Quelques-uns approuvaient sa conduite et descendaient pour contempler son ardeur dans les compétitions, mais les plus sensés, à ce spectacle, prenaient en pitié une telle avidité de puissance et de gloire : de pauvre et petit qu’il était jadis, devenu très riche et très grand, il ne savait mettre aucune limite à sa prospérité ni se contenter d’être admiré et de jouir en paix des biens présents, mais, comme s’il eût manqué de tout, il voulait partir, après tant de triomphes et tant de gloire, et aller traîner son extrême vieillesse en Cappadoce et au Pont-Euxin pour combattre un Archélaos et un Néoptolème, satrapes de Mithridate ! (Vie de Marius 425a-b).

8Plutarque souligne la conduite de Marius par un récit qui mêle le jugement discret du moraliste, exprimé par les adverbes φιλοτίμως καὶ μειρακιωδς, et l’avis de deux groupes opposés ; le deuxième, sévère, est longuement développé et clôt le paragraphe, signe que Plutarque lui-même désapprouve Marius. Avant cela, c’est la mise en présence de deux groupes, les νεάνισκοι et le vieux Marius au corps déformé, qui disqualifie sa conduite politique, inadaptée à ses forces réelles. La vieillesse inculte et sauvage (γῆρας ἀγριώτατον, 407a) du personnage se fait alors jour. Ainsi, la construction des Vies et la polyphonie permettent au lecteur, par un récit divertissant, de mettre en perspective le rôle des vieillards sans la rigidité du traité.

9C’est le cas également lorsque les héros hésitent entre la retraite et une participation toujours active aux affaires. Nous avons vu chez Camille le désir de se retirer, ce qui ne l’empêchait pas de rester aux affaires quand le devoir l’exigeait. Plusieurs autres héros, tels Cicéron et Flamininus, ont cette tentation, et la mise en relation de plusieurs Vies permet encore une fois de déceler chez Plutarque une réflexion complexe sur le sujet, qui ne se limite pas aux sentences d’un traité mais en déplie tous les aspects. La retraite de Lucullus est un bon exemple :

il avait fait concevoir de merveilleuses espérances au sénat, qui se flattait de trouver en lui un rempart contre la tyrannie de Pompée et un champion de la noblesse, puisqu’il était fort de sa réputation et de son immense crédit. Mais il abandonna les affaires publiques et y renonça, soit qu’il les jugeât difficiles à sauver et très mal en point, soit, comme quelques-uns le disent, qu’il fût rassasié de gloire et se rabattît sur le genre de vie le plus facile et le plus douillet, après tant de combats et de travaux dont la fin n’avait pas été très heureuse. Certains le louent de ce grand changement : « Il échappa ainsi, pensent-ils, aux malheurs de Marius qui, après ses victoires sur les Cimbres et de si beaux et grands succès, ne put se résoudre au repos, malgré les honneurs si enviables qui l’entouraient, et qui, insatiable de renommée et de domination, disputa le pouvoir à des hommes jeunes, alors qu’il était vieux (ἀρχῆς νέοις ἀνδράσι γέρων ἀντιπολιτευόμενος), et alla s’échouer dans des actions affreuses et des maux plus affreux encore. De même, il eût mieux valu que Cicéron, après la mise à l’écart de Catilina, vieillît dans la retraite, et que Scipion aussi se reposât après avoir ajouté Numance à Carthage ; car il y a un terme à la carrière d’homme public, et, lorsque la force et la jeunesse font défaut, il est aussi blâmable de participer aux luttes politiques qu’aux concours athlétiques ». Mais Crassus et Pompée raillaient Lucullus de s’abandonner à une existence de plaisir et de luxe, comme si, pour les gens de son âge (τοῖς τηλικούτοις), la volupté n’était pas plus malséante que la politique et la guerre (παρ᾽ ἡλικίαν ὄντος τοῦ πολιτεύεσθαι καὶ στρατηγεῖν, Vie de Lucullus 517f-518b).

  • 8 Plutarque, Comparaison des Vies de Cimon et de Lucullus 521b : « Certes le loisir, le calme et l’ét (...)

10Encore une fois, la construction du passage met le jugement de Plutarque en sourdine ; il se contente d’énumérer différents points de vue : certains louent Lucullus de ne pas avoir cédé à l’ambition de Marius. Ils allèguent la faiblesse de l’âge, qui rend la retraite appropriée. Mais le cas de Camille, évoqué précédemment, montre qu’il existe un autre moyen de ne pas renoncer. Le dernier mot, laissé à Pompée et Crassus, déplace la condamnation du plan politique au plan moral : s’il est bon de ne pas se laisser aveugler par l’ambition, il est en revanche mauvais de se complaire dans la débauche. Plusieurs questions sont ainsi posées par le passage : un vieillard doit-il se retirer de la vie publique ? À quoi peut-il honorablement employer son loisir ? Alors que la comparaison finale répond partiellement à la deuxième question en assurant que la culture des lettres est un loisir convenable à la vieillesse8, ce qui est corroboré par l’exemple de Solon, passant sa vieillesse à s’instruire, c’est un ensemble d’autres Vies liées à celle de Lucullus (Pompée, Cicéron, Crassus, Caton), qui permet de mieux circonscrire la première. Dans la Vie de Caton, l’exemple de Lucullus revient :

il ne fit point comme firent dans la suite Lucius Lucullus et Metellus Pius : l’âge (ὑπὸ γήρως) ne le détourna pas des affaires, car il considérait le service de l’État comme une obligation envers le peuple. Il n’imita pas non plus l’exemple qu’avait donné antérieurement Scipion l’Africain qui, en butte à l’envie suscitée par sa gloire, s’était détourné du peuple et, par un changement total, avait passé le reste de sa vie dans l’inaction. De même que Denys se laissa persuader de considérer la tyrannie comme le plus beau des linceuls, Caton, lui, regarda la politique comme la plus belle occupation de la vieillesse et, pour se reposer et se distraire, dans ses moments de loisir il écrivait ses livres et s’adonnait à l’agriculture (351c-d).

11Cette fois, la voix du moraliste intervient pour comparer Lucullus à Caton, et c’est uniquement sur le retrait des affaires politiques que porte la critique. Le commentaire emphatique de Plutarque est comme une confirmation que Caton est le modèle qu’il plébiscite : un homme à la moralité inébranlable qui s’attache aux affaires sans condition d’âge mais par devoir, et qui profite de ses moments de loisir pour s’instruire. Il se rapproche ainsi des idées du Si la politique est l’affaire des vieillards, où l’exemple des deux héros est également repris :

mais demander à un homme qui de longue date demeure avec sa femme et vit avec elle depuis bien du temps sans plainte aucune, de la répudier sous prétexte qu’il est vieux (διὰ τὸ γῆρας), pour vivre en garçon ou introduire chez lui une vulgaire concubine à la place de sa femme légitime, c’est le comble de l’imbécillité. Pareillement, quand le vieillard (πρεσβύτην) qui se présente au peuple est Chlidon, le paysan, ou Lampon, l’armateur, ou l’un des philosophes du Jardin, on a quelque raison de les admonester et de les maintenir dans leur inaction ordinaire, mais s’en prendre à Phocion, à Caton, à Périclès, et leur dire : « Ami athénien (ou romain) desséché par l’âge comme tu l’es… signifie le divorce à la politique et, répudiant les activités et les soucis des charges civiles et militaires, va vite sur tes terres avec ta servante pour vivre en compagnie de l’agriculture, ou consacrer le reste de tes jours à ton ménage et à tes livres de compte », dire cela, c’est conseiller à l’homme d’État une conduite injuste et bien vilaine (789b-c).

  • 9 Sur la complexité des destins des héros de Plutarque, voir E. Almagor, « Parallel Narratives and Po (...)

12Dans ce traité, Plutarque préfère pour le vieillard la vie active à la vie contemplative, mais un personnage comme Caton est une synthèse réussie des deux qui a sa faveur. L’intérêt du projet moral des Vies n’est pas de donner des réponses claires à ces interrogations, mais de peindre des caractères et de les poser comme des êtres ambigus dont on ne peut juger les actions sans comprendre les ressorts moraux qui les animent. Par un jeu de citation de sources et de points de vue, Plutarque met en scène des personnages complexes9, et la question est moins de savoir quelle conduite le vieillard modèle devrait adopter que les raisons qui poussent les héros à se conduire comme ils le font. Les Vies font ainsi de la vieillesse l’aboutissement d’un processus physique qui engage également le caractère d’un individu, comme nous allons le voir.

  • 10 Voir Aristophane, Les Guêpes, ou encore Martial, IV, 79, pour les atteintes physiques et psychologi (...)

13Dans la vieillesse, conformément à une tradition bien établie tant dans les écrits satiriques et comiques que rhétoriques (cf. le livre II, 13 de la Rhétorique d’Aristote)10, les tempéraments changent, ce dont se font l’écho les sources que Plutarque utilise pour peindre ses caractères. Ces altérations semblent parfois expliquer le comportement d’un général. Fabius Maximus, qui demande qu’on démette Scipion de son commandement, choque les Romains par sa virulence :

il heurta dès lors par cette conduite une foule de gens, qui ne virent plus en lui qu’un homme envieux et chagrin (ὡς δύσκολος ἀνὴρ καὶ βάσκανος), un vieillard à qui l’âge avait ôté toute audace et tout espoir (ὑπὸ γήρως ἄτολμος γεγονὼς καὶ δύσελπις) et qui avait d’Hannibal une peur démesurée (Vie de Fabius Maximus 189d).

14L’opinion publique lui prête le caractère traditionnel du vieillard : la peur et la perte d’énergie, l’humeur maussade, le manque d’espoir. Plutarque ne donne aucune autre explication du comportement de ce grand général à qui, précédemment, les Romains ont déjà reproché sa lenteur et sa paresse, autres vices traditionnels des vieillards (188e). Sans doute le moraliste ne voit-il que le passage du temps pour expliquer la virulence du vieux général. L’effet de la vieillesse est plus explicite dans le cas de Lysandre :

Lysandre, qui était déjà d’un tempérament très irritable, était devenu plus bilieux encore avec la vieillesse (ὀργὴν διὰ τὴν μελανχολίαν ἐπιτείνουσαν εἰς γῆρας). Il excita les éphores et les persuada de décréter la mobilisation contre les Béotiens. Il prit le commandement de l’armée et se mit en campagne (Vie de Lysandre 449a-b).

  • 11 Voir J. N. Corvisier, « Médecine et biographie : l’exemple de Plutarque », REG 107 (1994), p. 129-1 (...)

15L’auteur emprunte ici son explication, plus qu’au registre rhétorique, au domaine médical11. Dans les deux cas, Plutarque met à profit des opinions courantes sur la vieillesse pour construire ses personnages et leur donner une épaisseur psychologique en marquant l’évolution de leur caractère dans le temps. En outre, certains dans leur vieillesse cèdent à des inconvenances fréquemment raillées : tandis que Lucullus et Sylla se débauchent comme des jeunes gens, que le vieux Solon ne dédaigne pas les plaisirs de la table, les austères Pompée, Caton et Cicéron prennent femme sur le tard. Caton l’Ancien, comme un vieillard de comédie, va voir les courtisanes. Cette conduite est un contrepoint à sa vertu qui, empêchant d’en faire un modèle parfait, complexifie son personnage, loin de la figure figée d’une anecdote édifiante :

pour lui, qui était solidement bâti et qui avait une constitution robuste, il résista très longtemps aux atteintes de la vieillesse, à ce point que, déjà vieux (πρεσβύτης ὢν), il avait souvent des rapports amoureux et qu’il contracta un second mariage peu convenable à son âge (οὐ καθ᾽ ἡλικίαν), pour le motif que voici (Vie de Caton 350d-e).

16L’expression οὐ καθ᾽ ἡλικίαν est ici le seul signe de désapprobation, et renvoie à tout un imaginaire social que Plutarque ne refuse pas. Cette phrase introduit le récit des événements qui ont conduit Caton à épouser la fille de son ami Saloninus, s’attirant le reproche de son fils. Plutarque laisse le lecteur interpréter l’anecdote et se plaire à ce Caton de comédie, et c’est seulement dans la comparaison finale qu’il donne son avis :

ajoutons que cette continence que Caton a si souvent décorée des plus magnifiques louanges, Aristide l’a toujours gardée vraiment intacte et pure, tandis que le remariage de Caton, indigne de son rang et de son âge ( παρ᾽ ἀξίαν ἅμα καὶ παρ᾽ ὥραν γάμος), l’a rendu à cet égard grandement et sérieusement suspect. À l’âge avancé auquel il était parvenu (πρεσβύτην γὰρ ἤδη τοσοῦτον), amener chez son fils adulte et chez la jeune femme de celui-ci, la fille d’un appariteur, d’un employé public, cela n’est absolument pas beau. Qu’il l’ait fait par sensualité ou par dépit, pour se venger de son fils qui trouvait à redire à son concubinage, l’acte et le prétexte sont également honteux (Comparaison de la vie d’Aristide et de la vie de Caton 355f-356a).

17Outre une certaine tartufferie de Caton, Plutarque condamne comme bien d’autres un mariage disproportionné : un vieillard ne devrait pas épouser une jeune femme. La sexualité hors normes de Caton à son âge découle d’une force physique inébranlable, cause de ses plus grandes vertus comme de ses rares vices. Elle participe à la cohérence de son caractère et conduit à un jugement nuancé du moraliste : c’est une égale vigueur et un même tempérament inébranlable qui permettent à Caton de conduire des procès à quatre-vingts ans et de prendre femme comme un jeune homme. Le passage 350d-e, que nous avons cité (cf. supra p. 227), conforte cette interprétation, car il annonce le thème qui unifie des anecdotes où figurent et le mariage de Caton et son obstination aux affaires publiques. Il est d’ailleurs clair dès le début que chez Caton, la robustesse du corps et celle de l’esprit forment un tout :

pour son extérieur, ses cheveux tiraient sur le roux, et il avait les yeux bleus, comme le fait voir avec malveillance l’auteur de cette épigramme : « Ce roux, qui mord tout le monde et qui a les yeux bleus, Porcius, même quand il est mort, Proserpine ne l’admet pas dans le Tartare ». Sa constitution, affermie dès les débuts par le travail, un régime tempéré et les campagnes, se prêtait à toute espèce d’activité et n’avait pas plus à désirer sous le rapport de la force que de la santé. Quant à son éloquence, qu’il regardait comme un second corps, instrument du bien, et pas seulement du nécessaire, pour un homme qui ne voulait pas vivre dans la bassesse ni dans l’inaction, il l’exerçait et s’y entraînait dans les bourgades et les petites villes voisines. Il assistait chaque fois en justice ceux qui le lui demandaient, et il se fit ainsi connaître d’abord comme plaideur zélé, puis comme orateur capable. Cette activité faisait éclater davantage, aux yeux des bénéficiaires de son appui, la gravité et l’élévation de son caractère, qui exigeaient, pour être mises dans tout leur jour, de grandes affaires et un rôle de chef. Car non seulement, à ce que l’on sait, il se montrait désintéressé matériellement dans les procès et les débats ; mais on voyait bien que même la gloire de ce genre de luttes, il ne l’escomptait pas comme un très grand avantage ; il voulait plutôt s’illustrer dans les combats contre l’ennemi et les expéditions ; aussi, étant encore adolescent, il avait le corps criblé de blessures reçues en face (Vie de Caton l’Ancien 336c-e, trad. Latzarus).

18La Vie de Caton permet ainsi de lire son comportement dans la vieillesse comme l’aboutissement de l’évolution d’un caractère durant toute sa vie : sa robustesse est due à un entraînement physique régulier et à un régime frugal. Plutarque rappelle plusieurs fois son caractère inébranlable, dont la conséquence est une occupation politique invariante (342b-e). Celle-ci a bien entendu changé, car le vieux Caton cantonne son activité au forum quand le jeune homme ne rêvait que de conquêtes militaires. Sa conduite galante et son avarice sont les atteintes les plus vives de la vieillesse (348e-349d). Une caractéristique importante à noter, et qui n’est pas étrangère à ce comportement rigide, est son rapport à la culture grecque :

lors de la prise de Tarente par Fabius Maximus, Caton se trouvait sous ses ordres, étant encore un tout jeune homme. Il fut l’hôte d’un certain Néarque, de l’école pythagoricienne, et mit du zèle à profiter de ses enseignements. Il recueillit de la bouche de ce philosophe les formules dont Platon se sert aussi : « Le plaisir est le plus grand des appâts du mal, et le corps le premier des fléaux de l’âme. La délivrance et la purification de l’âme sont les raisonnements les plus propres à l’écarter des sensations physiques et à l’en dégager ». Il aima donc plus encore la simplicité et la tempérance. Par ailleurs on dit qu’il s’initia sur le tard (ὀψιμαθὴς) à notre culture, et qu’il prit en mains des livres grecs dans un âge très avancé (πόρρω παντάπασιν ἡλικίας). Il aurait tiré quelque profit de Thucydide pour améliorer son éloquence, et davantage de Démosthène. Cependant ses écrits sont assez parsemés d’opinions philosophiques ou d’anecdotes empruntées à la Grèce ; et il y a beaucoup de traductions littérales du grec dans ses maximes et ses sentences (337b-d, trad. Latzarus).

19Le seul profit qu’il semble avoir tiré du pythagoricien est une phrase de Platon qui s’accorde au vieil idéal de frugalité romain. Son style et ses manières n’ont pas été polis par la culture grecque, et son caractère en reste marqué jusque dans la vieillesse.

  • 12 M. Cuvigny, dans la notice de son édition à ce traité aux Belles Lettres, p. 24-26, fait la synthès (...)

20Ainsi les Vies les plus abouties sont-elles celles où la conduite des personnages est en lien constant avec un caractère qui évolue en bien ou en mal. Il faut alors replacer la vieillesse dans le continuum des événements et en considérer les différentes manifestations physiques et psychologiques ainsi que leur influence sur la conduite politique comme le résultat d’événements passés. La jeunesse conditionne la vieillesse, et l’on rejoint dans les Vies, à travers une diversité de cas particuliers, les considérations du traité Sur l’éducation des enfants, qui, s’il n’est de Plutarque, est sans doute à attribuer à un membre de son école12 :

d’une manière générale, ce que l’on dit habituellement des arts et des sciences, on doit le dire aussi de la vertu : pour une conduite tout à fait juste, il faut le concours de trois éléments : la nature, la raison et l’habitude (φύσιν καὶ λόγον καὶ ἔθος). Ce que j’appelle raison, c’est l’instruction (τὴν μάθησιν), et habitude, la pratique (τὴν ἄσκησιν). Les bases viennent de la nature ; les progrès, de l’instruction ; l’usage, de son exercice ; la perfection, des trois ensembles ; si l’un vient à manquer, alors inévitablement la vertu se met à boiter. Car la nature sans l’instruction est aveugle, l’instruction coupée de la nature incomplète et la pratique séparée des deux autres, inefficace (2a-b, trad. Houpert-Merly).

  • 13 Plutarque, Sur l’éducation des enfants 7f-8a : « Je considère comme des hommes accomplis ceux qui p (...)
  • 14 Sur les rapports entre la vieillesse et l’enfance, voir T. Parkin, op. cit. n. 6, p. 25-40 ; C. Pel (...)

21Pour obtenir un caractère vertueux, il faut une bonne nature dirigée par l’instruction et confortée par l’habitude. Caton possède une bonne nature et l’a exercée toute sa vie ; il ne lui a manqué pour atteindre la vertu parfaite qu’une instruction plus poussée. Ce système à trois éléments n’est pas toujours mis en œuvre dans les Vies, mais dépend toujours des sources du biographe. Néanmoins, les plus fournies mentionnent la nature du sujet et son éducation, en portant une attention particulière à la philosophie13 ; ce sont en général celles qui relatent la vieillesse des personnages et la replacent dans le contexte plus vaste d’une évolution qui prend toute la vie. Aucun des caractères de Plutarque ne représente en fait la vertu accomplie : Cicéron, naturellement porté à apprendre, développe une ambition à laquelle son excellente éducation a malheureusement contribué en lui donnant les moyens rhétoriques de briller en public. Jointe à un caractère hésitant qui devient une timidité maladive avec la vieillesse, elle contribue à sa perte. Lucullus, lui aussi, a reçu une excellente éducation mais sa nature douce et juste tend à une mollesse qui, s’accentuant dans la vieillesse, le plonge, face aux difficultés internes de Rome, dans le désespoir et les plaisirs de la table. Dans cette perspective, on le voit, la vieillesse n’est pas tant un moment chronologiquement déterminé que le point d’aboutissement de toute une existence. Ce qui est donné à penser au lecteur, c’est que la vieillesse se prépare dès l’enfance, d’où le lien entre l’éducation de la jeunesse et la vieillesse qui en tire un aliment pour affronter les désagréments du grand âge14. On a la vieillesse que l’on mérite, comme le montrent clairement les diverses maladies qui entraînent certains héros dans la tombe : Sylla meurt d’un abcès dû à une vie entière passée dans les débauches de la table et la compagnie des danseurs. Quant à Marius, sa mort donne lieu à une longue narration presque clinique :

il se trouvait en proie à d’affreuses angoisses, à des terreurs nocturnes, à des cauchemars, croyant toujours entendre une voix qui disait : « Le gîte du lion, même absent, est terrible ». Comme il redoutait surtout l’insomnie, il se mit à boire et s’adonna à une ivrognerie intempestive à son âge (παρ᾽ ἡλικίαν) ; il cherchait à s’évader de ses pensées dans le sommeil. À la fin, un message venu de la mer le fit tomber dans de nouvelles frayeurs. Redoutant l’avenir, mécontent et dégoûté de sa situation présente, il ne fallut que peu de chose pour qu’il contractât une pleurésie, au dire du philosophe Posidonios : celui-ci raconte qu’il entra lui-même chez Marius déjà malade et l’entretint de l’objet de son ambassade. Voici d’autre part ce que raconte un certain historien C. Pison : Marius, se promenant après dîner avec ses amis, se mit à parler de sa carrière, en remontant tout au début ; il rappela en détail les nombreuses vicissitudes qu’il avait traversées et conclut que ce n’est pas le fait d’un homme sensé de se fier à la Fortune ; après cet entretien, il salua les personnes présentes, se mit au lit, y resta et mourut au bout de sept jours. Selon certains, son ambition se dévoila entièrement pendant sa maladie (τινὲς δὲ τὴν φιλοτιμίαν αὐτοῦ φασιν ἐν τῇ νόσῳ παντάπασιν ἀποκαλυφθεῖσαν) : son esprit à la dérive étant pris d’un étrange délire, il croyait mener la guerre contre Mithridate ; il faisait toute sorte de gestes et de mouvements, les mêmes dont il avait l’habitude dans les combats réels, et il accompagnait cette mimique de vociférations et de fréquents cris de guerre. Tant s’étaient implantés en lui, avec une violence indomptable, l’amour du commandement et le désir jaloux de diriger cette expédition ! (οὕτως δεινὸς αὐτῷ καὶ δυσπαραμύθητος ἐκ φιλαρχίας καὶ ζηλοτυπίας ἔρως ἐντετήκει τῶν πράξεων ἐκείνων, Vie de Marius 432c-433a).

22Par le jeu d’imbrication des discours, le texte ménage la clarté d’une explication qui fait de l’ambition et de la violence des désirs la cause première de cette maladie, et une ambiguïté qui laisse place à l’interprétation du lecteur. En effet, il semble qu’on puisse rapporter à Plutarque la fin du texte, où l’ambition est citée. Encore faut-il nuancer, car ce sont des voix anonymes (τινες) qui donnent la φιλοτιμία comme fondement du délire, et même si la phrase suivante nous fait quitter le discours rapporté, on se demande qui de Plutarque ou des τινες s’exprime vraiment. Le jeu des sources construit par ailleurs la maladie mentale du personnage grâce à des éléments disparates unifiés en un récit cohérent : les réflexions de Marius, causant des troubles psychosomatiques qu’il essaie de noyer dans le vin, introduisent, comme si elle en résultait, la pleurésie de Posidonios. Le radotage du vieillard, attribué à l’historien Pison, peut être mis en rapport avec le délire rapporté par les τινες. Ce montage de sources donne à voir les manifestations d’une maladie polymorphe qu’on est tenté d’attribuer à l’angoisse des dangers, résultat d’une ambition qui scande le paragraphe. Néanmoins, des bribes de discours jettent le doute sur cette interprétation : pourquoi Marius incrimine-t-il la Fortune ? Est-il aveugle sur son ambition ou a-t-il réellement manqué de chance ? Que signifie la phrase que, dans sa paranoïa, il entend sans cesse ? On voit ainsi que la mauvaise santé de la vieillesse peut être interprétée en termes moraux comme l’aboutissement d’un caractère mal formé, mais que Plutarque, chez qui l’influence du destin n’est jamais loin, ménage dans son texte une part d’incertitude. D’autres morts jettent le doute sur la part que le destin prend, à côté de l’excellence des caractères, dans la vie des héros, comme celle de Paul-Émile, qui, mourant d’une nouvelle atteinte d’un mal pour la guérison duquel il vient de rendre grâces aux dieux, est pourtant donné comme bienheureux (Vie de Paul-Émile 275f-276a).

23Plutarque, par le jeu de ses sources, fait de la vieillesse un moment inscrit dans un continuum temporel qui permet au lecteur d’évaluer le caractère des héros qu’il a devant les yeux. En ce sens, les Vies vont plus loin que les Œuvres morales dans la réflexion éthique et philosophique : le lecteur doit réfléchir aux conditions d’une vieillesse harmonieuse et forte, comme celle de Caton. Elle ne peut résulter que d’une bonne éducation et d’une vie entière passée à exercer les fruits qu’on en a retirés. Mais Marius ou Paul-Émile mettent bien en évidence ce qui sous-tend également d’autres Vies : sans la faveur de la Fortune et des dieux, même la vertu ne peut garantir le bonheur ; elle peut tout au plus permettre d’affronter un destin malheureux avec panache, comme Phocion, ferme et semblable à Socrate quand il boit la ciguë, à plus de quatre-vingts ans.

Haut de page

Notes

1 Sur les sources de Plutarque, voir D. Lenfant, « De l’usage des comiques comme source historique : les Vies de Plutarque et la comédie ancienne », in G. Lachenaud & D. Longrée (eds), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 391-414 ; C. Pelling (ed.), Plutarch and History. Eighteen Studies, Swansea, The Classical Press of Wales and Duckworth, 2002, qui comprend une abondante bibliographie finale ; G. Delvaux, « Retour aux sources de Plutarque », LEC 56 (1988), p. 27-48 ; M. De Pourcq & G. Roskam, « Mirroring Virtues in Plutarch’s Lives of Agis, Cleomenes and the Gracchi », in K. de Temmerman & K. Demoen (eds), Writing Biography in Greece and Rome. Narrative Technique and Fictionalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, p. 163-180.

2 Sur l’intérêt de Plutarque pour les caractères, cf. N. I. Barbu, Les Procédés de la peinture des caractères et la vérité historique dans les biographies de Plutarque, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1976. Voir Plutarque, Vie d’Alexandre 664f-665a ; Vie de Timoléon 235e-236a.

3 Sur le projet moral des Vies, voir F. Frazier, Histoire et morale dans les Vies Parallèles de Plutarque, Paris, Les Belles Lettres, 1996. Sur les représentations de la vieillesse chez Plutarque, voir S. Byl, « Plutarque et la vieillesse », LEC 45 (1977), p. 107-123.

4 Sur le rapport de Plutarque à l’écriture de la vie de ses héros, voir C. Mossé, « Biographie “ historique ” ou roman “ héroïque ” ? La Vie de Pyrrhos de Plutarque, » in. M. L. Desclos (ed.), Biographie des hommes, biographie des dieux, Paris, Vrin, 2000, p. 167-172.

5 Sauf indication contraire, les traductions de Plutarque sont tirées de l’édition des Belles Lettres.

6 Sur la représentation des vieillards à Rome, voir M. Harlow & R. Laurence, « Viewing the Old : Recording and Respecting the Elderly at Rome and in the Empire », in C. Krötzl & K. Mustakallio (eds), On Old Age. Approaching Death in Antiquity and the Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2011, p. 3-23 ; T. Parkin, Old Age in the Roman World. A Cultural and Social History, Baltimore, John Hopkins University Press, 2003.

7 Sur un rôle politique possible des vieillards, voir E. Bauer, « Old Age as Principle of Social Organization : Gerousiai in the Poleis of Hellenistic and Roman Southern Asia Minor », in C. Krötzl & K. Mustakallio (eds), op. cit., p. 127-151.

8 Plutarque, Comparaison des Vies de Cimon et de Lucullus 521b : « Certes le loisir, le calme et l’étude des lettres, qui réjouit et élève l’esprit, sont la consolation qui convient le mieux à un vieillard revenu des actions guerrières et politiques ; mais, prendre la volupté pour fin après les belles actions, et célébrer désormais des fêtes d’Aphrodite pour les guerres et les stratégies en s’amusant et en se plongeant dans les délices, cette conduite n’est pas digne de la noble Académie, ce n’est pas celle d’un sectateur de Xénocrate, mais d’un homme qui penche vers Épicure ». Plutarque se souvient peut-être ici du Phèdre de Platon (276d), où Socrate évoque également le loisir de l’étude comme aliment pour la vieillesse. Cet écho était sans doute également perçu par les lecteurs de Plutarque, car ce dialogue était populaire dans les premiers siècles de l’Empire, comme le montre M. B. Trapp, « Plato’s Phaedrus in the Second Century », in D. A. Russell (ed.), Antonine Literature, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 141-173.

9 Sur la complexité des destins des héros de Plutarque, voir E. Almagor, « Parallel Narratives and Possible Worlds in Plutarch’s Life of Artaxerxes », in K. de Temmerman & K. Demoen (eds), op. cit. n. 1, p. 65-79.

10 Voir Aristophane, Les Guêpes, ou encore Martial, IV, 79, pour les atteintes physiques et psychologiques de l’âge, ou encore les radoteurs séniles de L’Ami du mensonge de Lucien. Voir aussi S. Byl, « Les Infirmités physiques de la vieillesse dans les épigrammes de l’Anthologie palatine », REG 114 (2001), p. 439-455 ; Idem, « Les Facultés mentales du vieillard dans la littérature grecque », BAGB (2003), p. 27-49. Sur les changements de caractère des vieillards chez Aristote, cf. dans ce volume l’article d’A. Woodcox, p. 74-76.

11 Voir J. N. Corvisier, « Médecine et biographie : l’exemple de Plutarque », REG 107 (1994), p. 129-157.

12 M. Cuvigny, dans la notice de son édition à ce traité aux Belles Lettres, p. 24-26, fait la synthèse des raisons tant linguistiques que liées au contenu de l’ouvrage qui ont conduit depuis D. A. Wyttenbach les commentateurs à douter de son authenticité ; il serait à attribuer en grande partie à l’un de ses proches (p. 27-29). Cette position est également celle de J. Sirinelli, Plutarque de Chéronée. Un philosophe dans le siècle, Paris, Fayard, 2000, p. 341. 

13 Plutarque, Sur l’éducation des enfants 7f-8a : « Je considère comme des hommes accomplis ceux qui peuvent allier l’intelligence politique à la philosophie, et qui, à mon avis, atteignent les deux plus grands biens : avoir une vie publique utile à tous, et une vie privée sans vagues ni remous grâce à la philosophie » (trad. Houpert-Merly).

14 Sur les rapports entre la vieillesse et l’enfance, voir T. Parkin, op. cit. n. 6, p. 25-40 ; C. Pelling, « Childhood and Personality in Greek Biography », in C. Pelling (ed.), Characterization and Individuality in Greek Literature, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 213-244.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Glénisson, « La Vieillesse des héros des Vies de Plutarque », Cahiers des études anciennes, LV | 2018, 217-234.

Référence électronique

Marine Glénisson, « La Vieillesse des héros des Vies de Plutarque », Cahiers des études anciennes [En ligne], LV | 2018, mis en ligne le 06 mai 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1099

Haut de page

Auteur

Marine Glénisson

Université Paris-Sorbone

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals