Navigation – Plan du site

Législateurs grecs et romains chez Denys d’Halicarnasse

Antoine Jayat et Stavroula Kefallonitis
p. 77-89

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antiquités romaines I, 6, 5. Les textes latins et grecs proviennent des éditions de la C. U. F. ; s (...)
  • 2 A. Delcourt, Lecture des Antiquités romaines de Denys d'Halicarnasse. Un historien entre deux monde (...)

1Malgré l’importance de son œuvre, on sait peu de choses sur Denys d’Halicarnasse. Seules quelques rares informations le concernant sont parvenues jusqu’à nous, presque exclusivement dans ses propres écrits. Il est né vers 60 a. C., à Halicarnasse, a émigré à Rome après la bataille d’Actium, sans doute en 30 a. C. Il dit avoir reçu à Rome une seconde παιδεία1 (« culture »). On sait qu’il y a enseigné la rhétorique grecque et fréquenté des milieux lettrés et des personnages en vue2. Son œuvre se compose de deux ensembles : une série de traités de rhétorique regroupés sous le titre d’Opuscules rhétoriques et une somme historique intitulée Antiquités romaines, dont il dit avoir commencé à amasser la matière dès son arrivée à Rome et dont le livre I a été publié en 8 ou en 7 a. C. (I, 7, 2). On ne sait rien sur la mort de Denys.

  • 3 Il étudie Lysias, Isocrate, Démosthène, Dinarque, ainsi qu’Hérodote, Thucydide, Théopompe.

2Qu’il s’agisse de rhétorique ou d’histoire, l’œuvre de Denys affirme la filiation entre l’Athènes classique et la Rome d’Auguste, en même temps que sa propre double παιδεία : d’une part, ses œuvres rhétoriques sont essentiellement consacrées aux orateurs attiques, ainsi qu’à l’historiographie des Ve et IVe siècles3 ; d’autre part, les Antiquités romaines, composées de vingt livres, s’attaquent aux temps les plus anciens de Rome, remontant jusqu’aux origines, dont Denys affirme qu’elles sont grecques.

3En l’état actuel des connaissances sur Denys, rien ne semble permettre d’affirmer qu’il ait pratiqué l’éloquence judiciaire dans les tribunaux, ni qu’il ait d’une manière ou d’une autre eu une activité d’ordre proprement juridique ou politique. Cela paraît d’autant moins probable que son œuvre, ou du moins ce qui nous en est parvenu, ne porte jamais directement ou exclusivement sur des sujets relatifs aux lois. Néanmoins, lorsqu’il est question des orateurs de la Grèce classique dans ses Opuscules rhétoriques, et surtout à propos des premiers siècles de Rome, dans les Antiquités romaines, les figures de νομοθέται (« législateurs ») et les νόμοι (« lois »), ainsi que les νομοθεσίαι (« codes de lois ») et les πολιτεῖαι (« constitutions ») dans lesquelles ils s’inscrivent, ont une portée capitale. Comment ces motifs prennent-ils place dans le projet historique de Denys, à savoir démontrer la filiation entre Grecs et Romains ? Quel rôle Denys attribue-t-il aux législateurs romains au sein d’une œuvre qui présente les Romains comme les descendants des Grecs ?

I. Les νόμοι des origines de Rome comme preuves de son hérédité grecque ?

  • 4 Voir S. Kefallonitis, « Unité du livre VII des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse », REA 1 (...)

4L’importance des νόμοι est affirmée par Denys dès les toutes premières pages des Antiquités romaines, lorsqu’au terme de son prologue (I, 8, 1) il définit son sujet, indiquant qu’il commence avec les récits les plus anciens et poursuit jusqu’au déclenchement de la première guerre punique, avant de préciser que la matière de son livre doit être composée de trois types de sujets, à savoir les guerres étrangères et les dissensions internes, toutes les πολιτεῖαι qu’a connues Rome (sous la monarchie et après), ainsi que les ἔθη ( « coutumes ») et les νόμοι. Cet intérêt fort pour les institutions et les lois est un des fils conducteurs des Antiquités romaines, réaffirmé et expliqué à la fin du livre I (90, 2), lorsque Denys annonce des preuves de la filiation grecque des Romains, qu’il compte fournir dans « le livre qui sera consacré à leur organisation politique ». Cette promesse est rappelée à la fin du livre VII (70, 2) dont le récit concerne le début du Ve siècle et, au lendemain de la création des tribuns de la plèbe, les interrogations qui surgissent à propos de l’équilibre institutionnel de la République naissante. En effet, le livre VII constitue une vaste réflexion sur les régimes politiques et confirme le poids de ce sujet dans le projet de Denys4.

5Les questions relatives aux lois sont développées à travers deux aspects complémentaires, à savoir les pratiques en usage et les institutions mises en place à Rome. À propos de Théopompe, dont il célèbre les qualités de l’écriture historique et qu’il considère comme un modèle (Lettre à Pompée Géminos, 6, 5-6), Denys souligne l’importance que prennent dans l’œuvre de celui-ci les lois et les institutions, utilisant le même terme qu’à la fin du prologue des Antiquités romaines (I, 8, 2), à savoir βίος, parce qu’il s’agit de la « vie » même. C’est aussi par leur dimension pragmatique que les usages religieux occupent une place déterminante dans la démonstration de l’hérédité grecque de Rome : Denys explique comment les pratiques politiques et religieuses constituent les meilleures preuves du lien direct entre la Grèce et Rome, le constat de coutumes ou de rituels semblables à Rome et en Grèce étant à ses yeux un argument définitif. En effet, si la source romaine est postérieure à la conquête de la Grèce par Rome, il paraît peu vraisemblable que les Romains aient méprisé leurs coutumes nationales pour adopter celles des cités vaincues, mais surtout, lorsque Denys est en mesure de s’appuyer sur des sources antérieures — comme Fabius Pictor, le plus ancien historien de Rome — l’argumentation lui paraît devenir inattaquable (VII, 71, 1). Aussi est-ce en premier lieu pour leur valeur pragmatique et l’impact démonstratif qui s’y trouve associé que les usages politiques et religieux constituent les preuves les plus recherchées par Denys. C’est effectivement avec ce type d’arguments qu’il sert le mieux la thèse au cœur de son œuvre historique.

  • 5 Voir P. M. Martin, « De l’universel à l’éternel : la liste des hégémonies (Antiquités romaines I, 2 (...)

6Quant aux systèmes constitutionnels, ils représentent un enjeu complémentaire, en imposant la supériorité politique et militaire romaine, dont la thèse est affirmée par Denys dès son prologue : il y présente une liste d’hégémonies (I, 2-3)5, énumérant les empires qui ont précédé Rome, avant de constater combien cette dernière se distingue comme la puissance qui a surpassé toutes les autres, à la fois par son extension géographique et par sa durée. Dans ce panorama historique méditerranéen et asiatique, la République constitue la πολιτεία la plus durable de tous les temps : en mêlant éléments monarchiques, aristocratiques et démocratiques, elle a permis d’assurer la stabilité de Rome depuis Romulus jusqu’aux Gracques.

  • 6 Cette distinction est également soulignée dans le prologue des Antiquités romaines (I, 8, 2).
  • 7 Le livre XI est incomplet et les livres XII à XX ne nous sont connus que sous la forme de fragments (...)

7Ce dernier aspect idéologique contribue à révéler les raisons pour lesquelles les rares références explicites à des lois ou à des législateurs grecs se trouvent très majoritairement dans les livres I à IV des Antiquités romaines, c’est-à-dire dans la partie consacrée à la royauté, tandis que la suite, qui traite de la période républicaine6 (livres V à XX7), si elle revient sur ces thématiques à propos des décemvirs, accorde de manière générale beaucoup moins de place à ces aspects.

8Dans le livre I, les lois romaines s’inscrivent dans le sillage d’un héritage arcadien. Le livre est essentiellement consacré à la description de cinq vagues de peuplement de Rome identifiées par Denys, à savoir les Aborigènes, les Pélasges, les Arcadiens, Héraclès et ses compagnons, puis Énée. Denys rapporte une tradition selon laquelle les Arcadiens auraient été les premiers à introduire en Italie l’usage des lettres grecques, certains instruments de musique (lyres, trigones, flûtes), ainsi que des lois civilisatrices (I, 33, 4).

  • 8 Denys précise que Lycurgue tient sans doute lui-même cet usage des Crétois.

9Dans le livre II, la référence grecque reste présente, à propos de Romulus et de Numa Pompilius. Romulus, qui se distingue en tant que législateur notamment par sa qualification répétée de νομοθέτης (II, 26, 4 ; 27, 1), est comparé à Lycurgue pour avoir repris son idée de repas en commun (II, 23)8 avec l’installation de salles de festin. Romulus est aussi rapproché de Solon, Pittacos de Mytilène et Charondas de Catane (II, 26, 2-3), à propos duquel Denys rappelle que les lois imposant aux enfants l’obéissance à leur père manquaient de fermeté et avaient permis de nombreuses attitudes scandaleuses, alors que celles de Romulus avaient imposé une sévérité absolue, en instituant la tutelle paternelle durant toute la vie du fils et en lui attribuant tout pouvoir sur lui.

  • 9 Cf, dans ce numéro des CEA, C. Delattre, « Figures platoniciennes du législateur : modélisations de (...)
  • 10 Il est aussi question de Pittacos dans le récit des débuts de la République, mais pas en tant que l (...)

10Dans le livre II aussi, à propos de Numa Pompilius et de sa relation avec Égérie, il est fait référence à Minos9 et à ses liens avec Zeus, ainsi qu’à Lycurgue affirmant que sa législation lui a été dictée par Apollon (II, 61, 2). Mais Denys précise qu’il ne souhaite pas approfondir ce sujet et préfère se concentrer sur les profits considérables que les Romains ont tirés du règne de Numa. Amphictyon est mentionné, à propos de l’intérêt que ses lois communes suscitent chez Servius Tullius (IV, 25). Ce sont là les dernières occurrences explicites de figures grecques de législateurs dans ce qui est parvenu jusqu’à nous des Antiquités romaines10.

  • 11 Voir A. Jayat, La Figure du législateur dans l’œuvre historique de Denys d’Halicarnasse, diss. ENS (...)
  • 12 D. Musti, Tendenze nella storiografia romana e greca su Roma arcaica, Studi su Livio e Dionigi da A (...)

11La dimension fortement idéologique du lien tissé dans les Antiquités romaines entre références grecques et lois romaines semble confirmée par le fait que l’inspiration grecque est mentionnée ou suggérée non seulement pour Romulus et Numa Pompilius, mais aussi à propos de Servius Tullius, de Brutus et des décemvirs et que, parmi ces occurrences, seul Tarquin le Superbe (qui crée pourtant, lui aussi, une loi, concernant les Féries latines) est tenu complètement à l’écart de la filiation grecque11, ce qui s’inscrit clairement dans la logique anti-étrusque12 du discours de Denys sur les origines de Rome.

12Ainsi apparaît-il que les références à des législateurs et les mentions de lois disposées par Denys dans les Antiquités romaines relèvent d’une double intention à l’œuvre dans son récit historique, qui s’applique à suggérer l’héritage grec de Rome tout en signifiant la supériorité de cette dernière. Les figures de Romulus et de Numa Pompilius sont particulièrement révélatrices de cet aspect.

II. Romulus et Numa, des législateurs hors pair ?

  • 13 Les chapitres consacrés par Tite-Live à Romulus (I, 6-16) ne présentent aucune occurrence de lex, s (...)
  • 14 « Devenu roi d’une ville naissante, fondée par la force des armes, il se met en devoir de l’établir (...)

13Romulus fonde Rome et en devient le premier roi ; après lui, son successeur sabin Numa Pompilius dote la Ville de lois et d’institutions religieuses. C’est ainsi que la majeure partie de la tradition présente le règne des deux premiers rois de Rome : le premier, Romulus, est un fondateur, tandis que le second, Numa, est un législateur, et plus particulièrement un législateur religieux. En effet, si Tite-Live reconnaît à Romulus un rôle de législateur13, celui-ci apparaît surtout comme le fondateur de Rome. Les fonctions de fondateur et de législateur sont ensuite plus clairement distinguées et pour évoquer l’arrivée au pouvoir de Numa, après la mort de Romulus, Tite-Live a recours à un contraste saisissant : qui regno ita potitus urbem nouam conditam ui et armis, iure eam legibusque ac moribus de integro condere parat (I, 19, 1)14.

  • 15 Numa chez Cicéron apparaît comme une figure topique de bon législateur, cf. Lois II, 23 et 29.
  • 16 Nobis Romulus ut libitum imperitauerat ; dein Numa religionibus et diuino iure populum deuinxit, re (...)
  • 17 Adferunt laudem liberi parentibus, urbes conditoribus, leges latoribus, artes inuentoribus, nec non (...)
  • 18 On relève sept occurrences de νομοθέτης, à savoir trois dans la Vie de Numa (9, 3 ; 14, 12 ; 22, 2) (...)

14Après la période mouvementée de la fondation par les armes, vient le temps paisible de l’institution systématique et cohérente des lois, notamment religieuses, qui sont vantées par la postérité (I, 32, 2 ; IV, 4, 2). Numa apparaît chez Tite-Live comme le « fondateur de nos institutions religieuses » (Numa diuini auctor iuris, I, 42, 4), de même que chez Cicéron, qui représente dans ses discours et dialogues Numa comme le roi pieux et sage par excellence (De l’orateur III, 197)15, ainsi que chez Tacite, même si pour ce dernier le roi sabin n’est pas pleinement législateur (Annales III, 26, 4)16. Quintilien, s’il semble comme Tacite distinguer le législateur des institutions religieuses du législateur au sens large, n’en fait pas moins remonter l’origine des cultes religieux à Numa (III, 7, 18)17. Aulu-Gelle, non sans distance critique, rapporte que l’on attribue à Numa une antiquissima lex selon laquelle la femme en concubinage avec un homme marié était appelée pellex (IV, 3, 3). Chez Plutarque, si l’on cherche les occurrences du lexique caractéristique du législateur dans la Vie de Romulus, la Vie de Numa et les deux synkriseis (Thésée/Romulus et Lycurgue/Numa), on constate qu’elles sont toutes du côté de Numa18. La perspective de Plutarque, qui choisit de comparer Romulus avec Thésée et Numa avec Lycurgue, le législateur mythique de Sparte, est d’ailleurs révélatrice. La tradition présente donc ces deux personnages comme des incarnations de deux figures distinctes.

  • 19 Dans un contexte positiviste accordant le primat de la valeur historique au témoignage de Tite-Live (...)
  • 20 Pour une analyse plus complète de ces deux ensembles de lois, voir A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 29- (...)

15Or, dans les Antiquités romaines, Denys s’écarte de cette tradition. Les deux premiers rois légendaires de Rome sont l’un et l’autre mis en avant comme des législateurs. Ce rapprochement est suggéré jusque dans la similarité des procédés utilisés pour décrire les mesures législatives de chacun de ces deux personnages : qu’il s’agisse de Romulus ou de Numa, les lois dont ils sont les auteurs sont décrites comme un tout cohérent et organisé qui s’insère de manière thématique dans le récit historique. Les lois de Romulus sont exposées dans un passage relativement long et isolé (II, 7-29), au point que la critique a pris pour habitude de l’intituler la « constitution de Romulus » et qu’on a longtemps douté de la paternité dionysienne de ce texte — laquelle, en revanche, n’est plus remise en cause aujourd’hui19. Dans la même perspective, les lois de Numa Pompilius sont décrites en II, 63-7620.

  • 21 Sur Tite-Live, voir supra, n. 13. Quant à Plutarque, s’il indique que Romulus établit plusieurs loi (...)
  • 22 L’expression est d’A. Delcourt (op. cit. n. 2, p. 296).

16Cette concentration en vingt-deux chapitres d’un ensemble des lois édictées par Romulus est un fait unique dans le corpus parvenu jusqu’à nous : aucun autre historien de l’Antiquité ayant traité cette période ne rapporte autant de lois attribuées à Romulus et de manière si dense21. Ce regroupement est également cohérent, toutes ces lois particulières ayant pour objectif commun lὁμόνοια (« concorde ») entre les Romains, la πολυανθρωπία (« population nombreuse ») de la cité, et la vertu de ses habitants. C’est ainsi que les chapitres 7 à 14 traitent des lois encourageant lὁμόνοια, et que les chapitres 15 à 29, sorte de « Code privé22 », montrent comment Romulus a doté Rome d’une population nombreuse autant que vertueuse.

  • 23 II, 73, 4 : τὰ […] περὶ τὸ θεῖον νομοθετηθέντα ὑπὸ τοῦ Νόμα.
  • 24 ΙΙ, 74, 1 : τὰ δεἰς εὐτέλειάν τε καὶ σωφροσύνην ἄγοντα τὸν ἑκάστου βίον.
  • 25 Sur ce point, voir A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 37-42 et les annexes.
  • 26 C’est ce que montre le texte (II, 64, 5) : Τὴν δὲ πέμπτην ταῖς φυλαττούσαις τὸ ἱερὸν πῦρ παρθένοις, (...)
  • 27 Cf. II, 70, 1 ; 72, 1 ; 73, 1-2.
  • 28 Cela peut expliquer ces mesures. Par exemple, G. Capdeville (« Les institutions religieuses de la R (...)
  • 29 La nuance est ténue : alors que les premières lois sont religieuses et visent à inculquer la piété (...)
  • 30 Cette loi renvoie à une autre partie de la tradition, qui mêle divers jeux étymologiques au sujet d (...)

17La νομοθεσία de Numa Pompilius est subdivisée en deux catégories : d’une part, les lois religieuses23 (II, 63-73) et, d’autre part, celles favorisant frugalité et tempérance24 (II, 74-76). Or la progression du passage concernant les réformes purement religieuses semble manquer d’homogénéité25, notamment dans les chapitres où il est question des Vestales (II, 65-69) : alors que le passage paraît d’abord être consacré à l’énumération de huit cérémonies religieuses attribuées par Numa à autant de corps de prêtres (II, 64), l’évocation des Vestales suscite une digression sur la création de ce collège de prêtresses. Ce sont donc en fait deux mesures au lieu d’une qui sont alors présentées par Denys, à savoir non seulement l’attribution d’une cérémonie religieuse aux Vestales, mais aussi, par un retour en arrière, la création de ce collège de prêtresses26. Ce procédé apparaît de nouveau à plusieurs reprises, à propos des saliens, des fétiaux et des pontifes27. Les autres réformes de Numa (II, 74-76), si elles sont résolument séparées des réformes religieuses dans la narration qu’en fait Denys28, n’en sont pas moins, pour deux d’entre elles en tout cas, également de nature religieuse29. Seule la loi sur la division du territoire en pagi (II, 76), motivée par la volonté d’améliorer le rendement agricole au moyen d’inspections des exploitations, semble exempte de tout lien avec la religion30.

  • 31 Ce corps semble avoir subi une modification non négligeable entre Romulus et Numa : d’abord militai (...)
  • 32 Voir A. Jayat, op. cit. n. 11, annexes.
  • 33 Cf. supra p. 2-3, au tout début de cet article, notre présentation du prologue des Antiquités romai (...)
  • 34 Si la prépondérance du religieux relève évidemment d’un « motif classé de la tradition » (J. Poucet(...)

18Ainsi l’analyse de la composition générale de ce passage semble-t-elle révéler combien Denys s’est attaché à donner une cohérence rhétorique à sa description de la législation de Numa. En effet, en recourant fréquemment à des retours en arrière, Denys truffe son propos sur les créations législatives de Numa de considérations relatives à l’établissement des sacerdoces et des cérémonies que le second roi de Rome est dit avoir attribués à des corps de prêtres (II, 63-73). Cela tend à brouiller la chronologie en suggérant, par ces juxtapositions narratives, une concomitance entre ces mesures. Certaines décisions, concernant les curions et les celeres31, s’appuient même sur des créations romuléennes32 : l’ombre du premier roi de Rome plane donc sur la législation de son successeur. Le texte présentant la législation de Numa en apparaît d’autant plus comme une couture de digressions : celles-ci s’expliquent par l’intérêt pédagogique des institutions de la Rome archaïque — en accord avec le projet annoncé dans le prologue33 — et par la volonté d’insister sur les réformes à mettre spécifiquement au compte de Numa. De plus, la prépondérance de la religion dans toute l’œuvre législative de Numa, y compris dans ce qui ne vise pas directement la piété, est à souligner34. Il ressort donc de la lecture du livre II des Antiquités romaines un contraste fort entre Numa qui, malgré la bipartition de la législation que lui attribue Denys, reste presque entièrement cantonné au religieux, et Romulus qui, quant à lui, paraît avoir légiféré dans tous les domaines.

  • 35 Selon la formule d’A. Delcourt (op. cit. n. 2, p. 241), Romulus apparaît comme un « plus que roi » (...)
  • 36 Cette insistance sur Romulus comme législateur pourrait aussi être expliquée par une analogie avec (...)

19Aussi l’originalité de Denys réside-t-elle non seulement dans son choix de représenter Romulus sous les traits d’un législateur, mais aussi dans sa manière de le décrire comme un législateur bien plus important que son successeur Numa Pompilius35. En effet, si c’est aux lois romuléennes qu’est accordée la place la plus considérable (vingt-deux chapitres, contre treize pour les lois du roi sabin), il est non moins remarquable que Denys insiste explicitement sur le poids du rôle législatif de Romulus, notamment en le désignant à deux reprises comme « le législateur de Rome » ( τῶν Ῥωμαίων νομοθέτης, II, 26, 4 et 27, 1). En revanche, en ce qui concerne Numa Pompilius, successeur du fondateur, bien que le rôle de sa νομοθεσία soit souligné, il ne se trouve jamais qualifié de νομοθέτης dans le texte des Antiquités romaines36.

  • 37 X, 1, 2 : « mais dans les premiers temps, les rois rendaient eux-mêmes la justice pour ceux qui le (...)

20En outre, lorsque Denys désigne un roi comme législateur ou évoque les mesures qu’il prend comme des lois plutôt que comme des décisions, cela relève d’un choix à la fois linguistique et historiographique, dont témoigne un passage du livre X : ἀλλὰ τὸ μὲν ἀρχαῖον οἱ βασιλεῖς αὐτῶν ἔταττον τοῖς δεομένοις τὰς δίκας, καὶ τὸ δικαιωθὲν ὑπ’ ἐκείνων τοῦτο νόμος ἦν37. En indiquant une équivalence entre décision royale et νόμος, Denys se donne la possibilité de désigner chacune des mesures prises par les premiers rois de Rome ou bien comme un choix souverain, ou bien comme une loi. Par conséquent, lorsqu’il qualifie certaines de ces décisions de νόμοι et les rapproche d’un acte de législateur par l’utilisation d’un lexique spécifique, cela participe d’un choix historiographique, celui de représenter certains rois comme des législateurs.

III. Comment présenter à un public grec la supériorité des lois romaines ?

  • 38 V. Fromentin, « Denys d’Halicarnasse, historien grec de Rome », Histoire et historiographie dans l’ (...)
  • 39 Cet épisode est traité par Tite-Live (I, 8, 5-6).

21Ainsi le projet d’ensemble des Antiquités romaines concourt-il à une reconstruction où les questions de droit, pour lesquelles Denys déclare son intérêt dès le prologue, occupent une place primordiale. Résolument romanophile et destiné à démontrer que les Romains sont des Grecs, le propos de Denys implique que, dès ses débuts, Rome se soit construite en adoptant les bases institutionnelles les meilleures. Or ce moment de la fondation a une importance toute particulière. Le règne du premier roi de Rome est un enjeu fort, souvent abordé par les historiens antiques. Chez les Grecs, le public auquel s’adresse Denys, une « propagande anti-romaine » existe38, qui vise tout particulièrement deux éléments de l’histoire romaine : d’une part, le premier roi de Rome, pour peupler sa nouvelle cité, aurait accueilli des fugitifs, des hommes libres et des esclaves, venant chercher refuge sur le Capitole39 (c’est le mythe de l’asylum romuléen), et d’autre part, les Romains devraient leur position dominante non pas à leur vertu, mais à l’aide d’une injuste τὐχη (I, 4, 2). Cette vision de l’histoire est dénoncée par Denys dans son prologue aux Antiquités romaines : son œuvre vise à enseigner l’histoire des origines de Rome contre ces « racontars » (ἀκούσματα, I, 1, 4). C’est notamment parce que Denys combat ces thèses hostiles à Rome que le personnage de Romulus est primordial : Denys s’applique à montrer que rien n’a pu être dû au hasard et que Rome, dès ses premières années, grâce à son fondateur-législateur, disposait par elle-même de tout ce qui lui était nécessaire pour devenir l’empire brillant qu’elle est ensuite devenue, en surpassant même ses ancêtres grecs.

  • 40 Τρίτον ἦν ἔτι Ῥωμύλου πολίτευμα, ὃ πάντων μάλιστα τοὺς Ἕλληνας ἀσκεῖν ἔδει, κράτιστον ἁπάντων πολιτ (...)
  • 41 Σπαρτιᾶται μέν γε πταίσαντες μάχῃ τῇ περὶ Λεῦκτρα, ἐν ᾗ χιλίους καὶ ἑπτακοσίους ἄνδρας ἀπέϐαλον, οὐ (...)
  • 42 Cf. A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 31-36 et annexes.
  • 43 Δοκεῖ δὲ καὶ τῆς ἄλλης εὐκοσμίας, ᾗ χρώμενοι Ῥωμαῖοι διεφύλαξαν εὐδαιμονοῦσαν τὴν πόλιν ἐπὶ πολλὰς (...)
  • 44 οὕτως ἐγκρατὴς ὁ βίος ἦν αὐτοῖς ἁπάσης ἡδονῆς καὶ τὸ μακάριον ἀρετῇ μετρῶν, οὐ τύχῃ.

22Le passage de la « constitution de Romulus » confirme l’importance de cet enjeu romanophile dans le récit des origines de Rome proposé par Denys : l’ensemble du texte peut se lire comme une critique en creux des détracteurs de Rome. Contre l’argument de l’asylum romuléen, Denys loue notamment la politique de citoyenneté ouverte mise en œuvre par Romulus (II, 16, 1)40, qui préserve Rome de l’erreur qui contribuera à l’infériorité des cités grecques face à Philippe de Macédoine (II, 17, 2)41 ; c’est dans cette même optique que les lois sur les naissances sont présentées (II, 15, 1-2)42. Pour montrer que Rome ne doit en rien sa destinée au hasard, Denys représente Romulus comme celui qui, dès le début, a mis en œuvre les conditions nécessaires à ce que Rome soit puissante dans les siècles à venir : concorde, population nombreuse et, dans un dernier temps, vertu du peuple romain (II, 24, 1)43. En outre, une phrase de Denys, à propos du cercle vertueux engendré par les lois de Romulus sur la relation entre patrons et clients, résonne implicitement comme une critique contre l’opinion selon laquelle les Romains doivent leur destin au hasard et non à leur vertu : « tant il est vrai que les Romains savaient vivre en tempérant toutes les formes du plaisir, et mesurer le bonheur à l’aune de la vertu et non à celle de la fortune » (II, 10, 4)44.

  • 45 Sur la figure du législateur, voir F. E. Adcock, « Literary Tradition and Early Greek Code-Makers » (...)
  • 46 La division de la population romaine en curies et en tribus est rapprochée des divisions en tribus (...)
  • 47 Denys fait même référence à quatre législateurs grecs mythiques à propos de Romulus : cf. supra p. (...)
  • 48 La généalogie est un thème capital des premiers livres des Antiquités romaines, notamment le livre  (...)

23Le législateur est une figure présente dans les mythes et récits grecs, entourant légendes de fondation et réformes politiques45. Faire le choix de représenter Romulus comme un législateur, c’est aussi l’inscrire dans cette tradition, et conforter la thèse affirmée par les Antiquités romaines, à savoir que les Romains sont des Grecs. En effet, la « constitution de Romulus » est l’occasion de nombreux rapprochements entre les lois de Romulus et des mesures grecques dont le législateur des Romains se serait inspiré46. Il s’agit d’associer les réalités romaines aux réalités grecques47. Enfin, l’aspect généalogique est primordial : pour prouver que les Romains descendent des Grecs, il est capital de montrer que c’est Romulus, lointain descendant d’Énée, qui est le législateur de Rome, plutôt que Numa, roi sabin sans lien familial avec la Grèce48.

  • 49 Voir J. Martinez‑Pinna, « Dionisio de Halicarnaso y la tradición sobre el fundador de Roma », Palla (...)
  • 50 Sur ce passage, voir V. Fromentin, « Choisir le meilleur : la royauté élective à Rome selon Denys d (...)
  • 51 Voir M. Ducos, « Denys d’Halicarnasse et le droit », Mélanges de l’École française de Rome, Antiqui (...)

24Ainsi, là où le reste de la tradition dissocie la figure du législateur de celle du fondateur, Denys présente Romulus comme un fondateur-législateur49. C’est aussi par les lois que Romulus fonde Rome, à travers sa « constitution » et, auparavant, par l’assemblée qu’il a présidée et à l’issue de laquelle les Romains ont décidé de vivre en royauté et l’ont désigné comme roi (II, 3-4)50. Dans la perspective du projet de Denys, il est pertinent de faire coïncider la création des lois les plus importantes, bases du rayonnement croissant de Rome, avec la fondation de cette dernière, et de confier Rome à un fondateur-législateur, dans le sillage des mythes grecs. Ce choix a pour conséquence de placer Numa Pompilius dans l’ombre de Romulus, qui ne peut donc qu’avoir le premier rang des législateurs romains, et de présenter le droit comme la création d’un homme51.

25Enfin, les figures de législateurs grecs et romains présentées dans les Antiquités romaines révèlent l’importance du thème législatif dans la thèse romanophile soutenue par Denys. Chaque occurrence est l’occasion de souligner à la fois la filiation grecque des Romains et leur supériorité, et ce, dès la fondation de Rome. Si Denys réussit à atteindre ce double objectif, c’est notamment en faisant de Romulus, le premier roi, un fondateur-législateur et en lui attribuant la mise en place d’une νομοθεσία entière.

Haut de page

Notes

1 Antiquités romaines I, 6, 5. Les textes latins et grecs proviennent des éditions de la C. U. F. ; si le texte n’existe pas dans cette collection, c’est l’édition de la Bibliothèque Teubner qui est utilisée. Les traductions sont celles de la C. U. F., sauf pour le livre II des Antiquités romaines (trad. J. Schnaebele, Paris, Les Belles Lettres, « La Roue à Livres », 1990).

2 A. Delcourt, Lecture des Antiquités romaines de Denys d'Halicarnasse. Un historien entre deux mondes, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2005, p. 30-35.

3 Il étudie Lysias, Isocrate, Démosthène, Dinarque, ainsi qu’Hérodote, Thucydide, Théopompe.

4 Voir S. Kefallonitis, « Unité du livre VII des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse », REA 110 (2008), p. 195-214.

5 Voir P. M. Martin, « De l’universel à l’éternel : la liste des hégémonies (Antiquités romaines I, 2-3) », Pallas 39 (1993), p. 193-214.

6 Cette distinction est également soulignée dans le prologue des Antiquités romaines (I, 8, 2).

7 Le livre XI est incomplet et les livres XII à XX ne nous sont connus que sous la forme de fragments, notamment transmis par les excerpta constantiniens – voir S. Pittia (ed.), Denys d’Halicarnasse. Rome et la conquête de l’Italie aux IVe et IIIe siècles avant J.-C., Paris, Les Belles Lettres, « Fragments », 2002, ainsi que S. Pittia (ed.), Fragments d’historiens. Autour de Denys d’Halicarnasse, Rome, École française, « Collection de l’École française de Rome », 2002.

8 Denys précise que Lycurgue tient sans doute lui-même cet usage des Crétois.

9 Cf, dans ce numéro des CEA, C. Delattre, « Figures platoniciennes du législateur : modélisations de la figure de Minos ».

10 Il est aussi question de Pittacos dans le récit des débuts de la République, mais pas en tant que législateur : c’est sa désignation par les Mytiléniens qui est évoquée, à propos de la création de la fonction de dictateur (V, 73, 3).

11 Voir A. Jayat, La Figure du législateur dans l’œuvre historique de Denys d’Halicarnasse, diss. ENS Lyon, 2012, p. 108.

12 D. Musti, Tendenze nella storiografia romana e greca su Roma arcaica, Studi su Livio e Dionigi da Alicarnasso, Rome, Ateneo, 1970.

13 Les chapitres consacrés par Tite-Live à Romulus (I, 6-16) ne présentent aucune occurrence de lex, sinon indirectement lorsqu’il est expliqué que seules des lois (I, 8 : nulla re praeterquam legibus) pouvaient unifier les Romains, juste avant l’expression iura dedit à propos de l’organisation donnée par Romulus à la Ville avec la création des licteurs, la mise en place d’une politique d’accueil (l’asylum romuléen) et l’institution du Sénat.

14 « Devenu roi d’une ville naissante, fondée par la force des armes, il se met en devoir de l’établir sur des fondements nouveaux : le droit, la loi, les bonnes mœurs. » On retrouve peu après l’opposition entre guerre et paix (II, 20, 2), ainsi qu’entre fondation et législation : il est fait référence au « fondateur » (conditor) de Rome (II, 20, 3).

15 Numa chez Cicéron apparaît comme une figure topique de bon législateur, cf. Lois II, 23 et 29.

16 Nobis Romulus ut libitum imperitauerat ; dein Numa religionibus et diuino iure populum deuinxit, repertaque quaedam a Tullo et Anco. Sed praecipuus Seruius Tullius sanctor legum fuit quis etiam reges obtemperarent : « chez nous [Tacite, qui cherche l’origine du droit, vient d’évoquer les législateurs grecs], Romulus avait commandé selon son bon plaisir ; après lui, Numa assujettit le peuple aux prescriptions religieuses et au droit divin ; puis certaines innovations furent trouvées par Tullus et par Ancus. Mais le principal législateur fut Servius Tullius, aux institutions duquel même les rois devaient obéissance ». On notera que Tacite ne représente pas Romulus sous les traits d’un législateur.

17 Adferunt laudem liberi parentibus, urbes conditoribus, leges latoribus, artes inuentoribus, nec non instituta quoque auctoribus, ut a Numa traditum deos colere : « les enfants font rejaillir leur gloire sur leurs parents, les villes sur leurs fondateurs, les lois sur les législateurs, les arts sur leurs inventeurs et mêmes les institutions sur leurs auteurs : par exemple, c’est Numa, dit-on, qui organisa le culte des dieux ».

18 On relève sept occurrences de νομοθέτης, à savoir trois dans la Vie de Numa (9, 3 ; 14, 12 ; 22, 2) et quatre dans la synkrisis (23 (1), 10 ; 25 (3), 13 ; 26 (4), 4 et 6). Le substantif νομοθεσία est présent deux fois, dans la synkrisis (23 (1), 2 ; 26 (4), 9). Le verbe νομοθετέω apparaît une fois, dans la Vie de Numa (12, 3).

19 Dans un contexte positiviste accordant le primat de la valeur historique au témoignage de Tite-Live et reléguant les historiens grecs de Rome au rang de compilateurs, F. Taeger (Die Archäologie des Polybios, Stuttgart, Kohlhammer, 1922) a le premier douté de la paternité dionysienne de ce passage, puis M. Pohlenz Eine politische Tendenzschrift aus Caesars Zeit », Hermes 59 (1924), p. 157-189) y a vu la reprise d’un traité de propagande datant des guerres civiles et inséré tel quel dans le récit. E. Gabba Studi su Dionigi di Alicarnasso. I. La costituzione di Romolo », Athenaeum 38 (1960), p. 175-225), J. Baldson Dionysius on Romulus: a Political Pamphlet? », JRS 61 (1971), p. 18-27), puis M. Sordi La “ costituzione di Romolo ” e le critiche di Dionigi di Alicarnasso alla Roma del suo tempo », Pallas 39 (1993), p. 111-120) ont fortement remis en cause ce jugement et A. Delcourt (op. cit. n. 2), en montrant les contradictions multiples des différents articles entre eux, a réaffirmé la paternité dionysienne de ce passage qui, aujourd’hui (cf. P. Moreau, « La “loi royale” de la première-née (Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 15, 2) : une règle démographique archaïque ? », Mondes anciens 10 (2018), https://journals.openedition.org/mondesanciens/1988), n’est plus remise en cause.

20 Pour une analyse plus complète de ces deux ensembles de lois, voir A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 29-42 et annexes.

21 Sur Tite-Live, voir supra, n. 13. Quant à Plutarque, s’il indique que Romulus établit plusieurs lois, il n’en décrit qu’une, qui défend à la femme d’abandonner son mari tout en permettant à ce dernier de la répudier pour différentes fautes (Vie de Romulus, 22, 3-4). Cicéron présente certes une « constitution de Romulus » (République II, 14-16), mais de manière bien moins développée et bien moins dense que ne le fait Denys.

22 L’expression est d’A. Delcourt (op. cit. n. 2, p. 296).

23 II, 73, 4 : τὰ […] περὶ τὸ θεῖον νομοθετηθέντα ὑπὸ τοῦ Νόμα.

24 ΙΙ, 74, 1 : τὰ δεἰς εὐτέλειάν τε καὶ σωφροσύνην ἄγοντα τὸν ἑκάστου βίον.

25 Sur ce point, voir A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 37-42 et les annexes.

26 C’est ce que montre le texte (II, 64, 5) : Τὴν δὲ πέμπτην ταῖς φυλαττούσαις τὸ ἱερὸν πῦρ παρθένοις, αἳ καλοῦνται πρὸς αὐτῶν ἐπὶ τῆς θεᾶς ἣν θεραπεύουσιν ἑστιάδες, αὐτὸς πρῶτος ἱερὸν ἱδρυσάμενος Ῥωμαίοις Ἑστίας καὶ παρθένους ἀποδείξας αὐτῇ θυηπόλους· ὑπὲρ ὧν ὀλίγα καὶ αὐτὰ τἀναγκαιότατα τῆς ὑποθέσεως ἀπαιτούσης ἀναγκαῖον εἰπεῖν : « la cinquième catégorie concernait les vierges chargées de veiller sur le feu sacré. Les Romains les appellent vestales, du nom de la déesse qu’elles servent. C’est Numa qui, le premier, fit bâtir à Rome un temple d’Hestia et lui donna des vierges pour prêtresses. Il me faut dire quelques mots des vestales : c’est indispensable, puisque le sujet le réclame ».

27 Cf. II, 70, 1 ; 72, 1 ; 73, 1-2.

28 Cela peut expliquer ces mesures. Par exemple, G. Capdeville (« Les institutions religieuses de la Rome primitive selon Denys d’Halicarnasse », Pallas 39 (1993), p. 153-172) s’arrête au chapitre II, 73, lorsqu’il évoque la législation religieuse de Numa.

29 La nuance est ténue : alors que les premières lois sont religieuses et visent à inculquer la piété aux Romains, les secondes se présentent comme une réponse religieuse à des problèmes de nature plus sociale. Ainsi le festival religieux des Terminalia est-il créé en l’honneur du dieu des bornes, Numa ayant au préalable fixé des limites à la propriété de chacun, symbolisées par des bornes encadrant des terres privées comme publiques (II, 74). Un culte à Fides est également créé, afin que les Romains respectent davantage les engagements et les contrats qu’ils passent entre eux (II, 75).

30 Cette loi renvoie à une autre partie de la tradition, qui mêle divers jeux étymologiques au sujet du deuxième roi de Rome. En effet, celui-ci, qui incarne par excellence la figure du législateur (religieux) à Rome, se trouve avoir un nom, Numa — en grec Νόμας — qui évoque singulièrement le terme νόμος. A. Deremetz (« L’invention étymologique dans le mythe de Numa », Euphrosyne 25 (1997), p. 251-259) a d’ailleurs mis en évidence que cette tradition de jeux étymologiques a pu avoir des conséquences dans la genèse même de certains éléments du mythe de Numa Pompilius. En effet, le mot νόμος est lié par son étymologie au verbe νέμειν qui signifie « distribuer, répartir ». De plus, avant de signifier « loi » ou même « coutume », le mot νόμος a pu désigner le « pâturage », « ce qui est usuellement en possession ». Le législateur, le νομοθέτης, est donc étymologiquement, au début de son évolution, moins celui qui crée les lois que celui qui assure une égale répartition des terres. Cela n’est pas sans faire écho aux deux lois de division du territoire élaborées par Numa (la loi sur les bornes, avec le festival des Terminalia, et la loi des pagi). Le deuxième roi de Rome est dépeint par la tradition comme l’incarnation même du concept de νόμος, dans ces différents sens apparus au cours du temps. Aussi le mythe même de Numa semble-t-il bien avoir été engendré par son propre nom, évoquant les deux aspects de la tradition : à la fois un Numa législateur religieux, et un Numa pure incarnation du concept de νόμος. Voir également A. Deremetz, « La sagesse de Numa : entre l’oralité et l’écriture », Uranie 5 (1995), p. 33-56, et D. Briquel, « “ Ils rapportent à son sujet une foule de récits extraordinaires ” (Denys d’Halicarnasse, II, 10, 4) : remarques comparatives sur la tradition relative à Numa Pompilius », ACD 40-41 (2004-2005), p. 37-53.

31 Ce corps semble avoir subi une modification non négligeable entre Romulus et Numa : d’abord militaire (cf. II, 13, 2-3), il est ici religieux. Toutefois cela n’est pas si surprenant dans la Rome archaïque, où il arrive que des charges religieuses recoupent des fonctions de nature différente — ce qui semble être le cas des pontifices : ces prêtres tireraient leur nom du fait qu’ils s’occupent de la réparation des ponts (II, 73, 1-2).

32 Voir A. Jayat, op. cit. n. 11, annexes.

33 Cf. supra p. 2-3, au tout début de cet article, notre présentation du prologue des Antiquités romaines.

34 Si la prépondérance du religieux relève évidemment d’un « motif classé de la tradition » (J. Poucet, Les Rois de Rome : tradition et histoire, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2000, p. 57 et sq.), il n’en appartient pas moins à Denys de suivre cette tradition ou de la renouveler — ce qu’il n’hésite pas à faire pour représenter Romulus en législateur.

35 Selon la formule d’A. Delcourt (op. cit. n. 2, p. 241), Romulus apparaît comme un « plus que roi » dans les Antiquités romaines.

36 Cette insistance sur Romulus comme législateur pourrait aussi être expliquée par une analogie avec Auguste, fondateur d’une Rome nouvelle. Voir B. Mineo, « L’Ab Vrbe Condita : quel instrument politique ? », CEA 47 (2010), p. 385-408 (https://journals.openedition.org/etudesanciennes/134). De plus, les possibles relations entre des mesures augustéennes et la philosophie grecque ont été posées (voir V. Laurand, « Philosophie et politique : la “référence” ambiguë de Musonius Rufus aux lois d’Auguste sur le mariage. Une lecture de Dion Cassius, Histoire romaine, LVI, 1-10 et de Musonius, XIII-XV », in P. Galand-Hallyn, C. Lévy (eds), La Villa et l’univers familial dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, PUPS, 2008, p. 147-167) et l’hypothèse d’un éloge indirect d’Auguste formulée (voir aussi V. Laurand, Stoïcisme et lien social : enquête autour de Musonius Rufus, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 359). Toutefois, dans ce qui est parvenu jusqu’à nous des Antiquités romaines, Denys ne mentionne Auguste qu’une fois nommément, pour préciser la date de son immigration à Rome, en 30 a. C., « quand César Auguste mit fin à la guerre civile » (I, 7, 2 ) et, implicitement, à propos de la gens Iulia évoquée au sujet d’Ascagne, alias Iule (I, 70, 4). Le silence de Denys sur Auguste (E. Gabba, Dionysius and The History of Archaic Rome, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press, 1991, p. 212 sq.) et le peu d’information dont on dispose sur la vie de Denys et les conditions pragmatiques de son activité d’historien (voir V. Fromentin, Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, Introduction générale. Livre I, Paris, Les Belles Lettres, C. U. F., 1998, p. XIV sq., ainsi qu’A. Delcourt, op. cit.) invitent à la prudence. En revanche, l’importance accordée à Romulus offre un argument fort à la thèse de l’origine grecque de Rome soutenue par Denys. En adoptant les modèles grecs, Romulus les transmet à Rome et met en place des institutions et des valeurs qui, pour les contemporains de Denys, constituent les références des maiores : à travers Romulus, ce sont les modèles grecs que l’époque augustéenne préserve (voir N. Wiater, The Ideology of Classicism: Language, History, and Identity in Dionysius of Halicarnassus, Berlin, New York, Walter de Gruyter, 2011 p. 168 sq.).

37 X, 1, 2 : « mais dans les premiers temps, les rois rendaient eux-mêmes la justice pour ceux qui le demandaient, et leurs jugements faisaient loi » (notre traduction).

38 V. Fromentin, « Denys d’Halicarnasse, historien grec de Rome », Histoire et historiographie dans l’Antiquité. Actes du 11ème colloque de la Villa Kérylos, 2000, p. 127.

39 Cet épisode est traité par Tite-Live (I, 8, 5-6).

40 Τρίτον ἦν ἔτι Ῥωμύλου πολίτευμα, ὃ πάντων μάλιστα τοὺς Ἕλληνας ἀσκεῖν ἔδει, κράτιστον ἁπάντων πολιτευμάτων ὑπάρχον, ὡς ἐμὴ δόξα φέρει, ὃ καὶ τῆς βεϐαίου Ῥωμαίοις ἐλευθερίας ἦρχε καὶ τῶν ἐπὶ τὴν ἡγεμονίαν ἀγόντων οὐκ ἐλαχίστην μοῖραν παρέσχε, τὸ μήτε κατασφάττειν ἡϐηδὸν τὰς ἁλούσας πολέμῳ πόλεις μήτε ἀνδραποδίζεσθαι μηδὲ γῆν αὐτῶν ἀνιέναι μηλόϐοτον, ἀλλὰ κληρούχους εἰς αὐτὰς ἀποστέλλειν ἐπὶ μέρει τινὶ τῆς χώρας καὶ ποιεῖν ἀποικίας τῆς Ῥώμης τὰς κρατηθείσας, ἐνίαις δὲ καὶ πολιτείας μεταδιδόναι : « Romulus prit une troisième mesure, à laquelle, plus qu’à toute autre, les Grecs auraient dû se conformer et qui constitue, à mon avis, la plus efficace des mesures politiques. La liberté des Romains trouva en elle un fondement solide et elle n’eut pas la part la plus mince dans la lutte qu’ils menèrent pour la suprématie. Cette mesure interdisait, dans les cités vaincues à l’issue d’une guerre, de massacrer les hommes en âge de porter les armes, de réduire en esclavage le reste de la population ou d’abandonner les terres en pâturage aux troupeaux. Elle prévoyait au contraire d’envoyer sur place des colons en leur attribuant une part du terrain, de faire des cités conquises des colonies romaines et, dans certains cas, d’accorder la citoyenneté à la population ».

41 Σπαρτιᾶται μέν γε πταίσαντες μάχῃ τῇ περὶ Λεῦκτρα, ἐν ᾗ χιλίους καὶ ἑπτακοσίους ἄνδρας ἀπέϐαλον, οὐκέτι τὴν πόλιν ἠδυνήθησαν ἐκ τῆς συμφορᾶς ταύτης ἀναλαϐεῖν, ἀλλ’ ἀπέστησαν τῆς ἡγεμονίας σὺν αἰσχύνῃ : « ainsi les Spartiates, après leur défaite à la bataille de Leuctres où ils perdirent mille sept cents hommes, furent désormais incapable de relever leur cité et d’effacer ce désastre, et ils abandonnèrent dans la honte leur suprématie ».

42 Cf. A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 31-36 et annexes.

43 Δοκεῖ δὲ καὶ τῆς ἄλλης εὐκοσμίας, ᾗ χρώμενοι Ῥωμαῖοι διεφύλαξαν εὐδαιμονοῦσαν τὴν πόλιν ἐπὶ πολλὰς γενεάς, ἐκεῖνος ἄρξαι νόμους καλοὺς καὶ συμφέροντας : « dans les autres domaines, c’est encore Romulus, me semble-t-il, qui jeta les bases de l’ordre civil grâce auquel les Romains ont pu préserver durant des générations la prospérité de leur cité ».

44 οὕτως ἐγκρατὴς ὁ βίος ἦν αὐτοῖς ἁπάσης ἡδονῆς καὶ τὸ μακάριον ἀρετῇ μετρῶν, οὐ τύχῃ.

45 Sur la figure du législateur, voir F. E. Adcock, « Literary Tradition and Early Greek Code-Makers », Cambridge Historical Journal 2 (1927), p. 95-109 ; A. Szegedy‑Maszak, « Legends of the Greek Lawgivers », GRBS 19 (1978), p. 199-209 ; B. Liou‑Gille, « La Figure du législateur dans le monde antique », BBPh 78-1 (2000), p. 171-190 ; C. Delattre, Les figures de Minos dans l’imaginaire antique : thalassocrate, législateur, juge infernal, diss. Université Paris-X-Nanterre, 2001.

46 La division de la population romaine en curies et en tribus est rapprochée des divisions en tribus et phratries de la population athénienne. Denys souligne la proximité étymologique de certains noms d’institutions (la γερουσία et le Senatus par exemple) et voit même dans la relation patrons / clients une ancienne loi grecque améliorée. Pour plus de précisions sur ce point, voir A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 31-33.

47 Denys fait même référence à quatre législateurs grecs mythiques à propos de Romulus : cf. supra p. 4 et A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 122-124. De plus, dans le livre X des Antiquités romaines, la filiation grecque des lois élaborées par les décemvirs est particulièrement soulignée, cf. A. Jayat, op. cit. n. 11, p. 63-71 et X, 51, 5.

48 La généalogie est un thème capital des premiers livres des Antiquités romaines, notamment le livre I. Voir S. Kefallonitis, « Les Antiquités romaines, un laboratoire d’histoire », in F. Le Blay (ed.), Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistiques et romains, actes du colloque international Doctrinarum disciplina de l’Université de Nantes (22-24 mars 2007), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 63-77.

49 Voir J. Martinez‑Pinna, « Dionisio de Halicarnaso y la tradición sobre el fundador de Roma », Pallas 39 (1993), p. 87-110.

50 Sur ce passage, voir V. Fromentin, « Choisir le meilleur : la royauté élective à Rome selon Denys d’Halicarnasse », Ktèma 29 (2004), p. 311-323, et « Denys d’Halicarnasse et Hérodote III, 80-82 ou comment choisir la meilleure constitution pour Rome ? », Pallas 72 (2006), p. 229-242.

51 Voir M. Ducos, « Denys d’Halicarnasse et le droit », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité 101-1 (1989), p. 175-186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Jayat et Stavroula Kefallonitis, « Législateurs grecs et romains chez Denys d’Halicarnasse », Cahiers des études anciennes, LVII | -1, 77-89.

Référence électronique

Antoine Jayat et Stavroula Kefallonitis, « Législateurs grecs et romains chez Denys d’Halicarnasse », Cahiers des études anciennes [En ligne], LVII | 2020, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1384

Haut de page

Auteurs

Antoine Jayat

Université de Bordeaux Montaigne, Bordeaux

Stavroula Kefallonitis

Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals