Navigation – Plan du site

Philosophes et législateurs : les références aux législateurs dans le néoplatonisme de l’Antiquité tardive

Maël Goarzin
p. 105-117

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D. O’Meara, « Vie politique et divinisation dans la philosophie néoplatonicienne », in M. Goulet‑Ca (...)
  • 2 Thèse de doctorat en cours à ce sujet, réalisée par l’auteur de cet article sous la direction conjo (...)

1Les références aux législateurs grecs dans le corpus néoplatonicien ne sont pas rares. Elles sont liées notamment à la dimension politique du mode de vie néoplatonicien, dont les études récentes ont montré l’importance1. L’analyse des occupations quotidiennes (epitêdeumata) des philosophes néoplatoniciens décrites dans les vies de philosophes de l’Antiquité tardive confirme cet intérêt, plus ou moins fort selon les philosophes, pour les activités politiques, dont celle de législateur2. Les références néoplatoniciennes aux figures de législateurs (que ce soit Minos, Solon, Lycurgue, mais aussi Pythagore, Socrate et Platon) montrent l’importance de l’activité législatrice dans la philosophie néoplatonicienne et sa cohérence avec le mode de vie philosophique.

2Pour bien comprendre la pertinence de l’activité législatrice dans le contexte philosophique (néo)platonicien, nous reviendrons dans un premier temps sur la place et le rôle du législateur chez Platon. Dans un deuxième temps, nous analyserons les figures de législateurs mobilisées par les philosophes néoplatoniciens.

  • 3 D. O’Meara, Platonopolis : Platonic Political Philosophy in Late Antiquity, Oxford, Oxford Universi (...)

3Parmi les figures de législateurs présentes dans le corpus de textes néoplatoniciens, on trouve notamment la figure de Minos, dont l’usage par les auteurs néoplatoniciens a été étudié en détail par D. O’Meara3. Nous étendons ici l’enquête à l’ensemble des figures de législateurs présentes dans le néoplatonisme plotinien et post-plotinien : à partir de Jamblique, en effet, la figure de Pythagore et des législateurs pythagoriciens (en particulier Zaleukos et Charondas) devient très présente. Deux autres figures importantes pour Proclus et Olympiodore notamment sont celles de Socrate et Platon, philosophes et législateurs.

4Trois éléments caractéristiques se détachent de l’usage néoplatonicien des figures de législateurs : l’origine divine des lois et le lien étroit du législateur avec le divin ; le souci de l’âme et l’éducation de l’âme comme finalité du législateur ; le parallélisme entre le législateur et le philosophe. Ces trois éléments forment le fil conducteur de cette étude.

I. L’origine divine des lois et le lien étroit du législateur avec le divin

5Le premier élément commun aux figures des législateurs convoquées par Platon et les néoplatoniciens est l’origine divine des lois et la place intermédiaire du législateur entre le monde divin et l’univers sensible.

Chez Platon

  • 4 Si l’authenticité du dialogue est douteuse, il était considéré comme authentique par les philosophe (...)

6Dans le dialogue platonicien Minos4, le personnage de Socrate considère Minos comme un homme divin (318e9), capable de donner aux hommes de bonnes lois, c’est-à-dire des lois divines (318c1-3). Pour ce personnage, en effet, les bonnes lois les plus anciennes de Grèce ne viennent pas de Lycurgue, législateur des Lacédémoniens (318c), mais de Minos et Rhadamanthe, les fils de Zeus et d’Europe, rois de Crète (318d). Face aux mensonges colportés sur la figure de Minos, le personnage de Socrate insiste sur l’enseignement reçu de Zeus, expliquant ainsi le caractère divin des lois qu’il a édictées : « il raconte en effet que, tous les neuf ans, Minos rencontrait Zeus pour s’entretenir avec lui, et qu’il le fréquentait pour être instruit par lui, à savoir par ce savant qu’est Zeus » (319c5-7). La réhabilitation du législateur légendaire passe ainsi par la mise en évidence de l’origine divine des lois édictées par Minos, ainsi que par son exemplarité :

Il est parfaitement clair que c’est ce qu’il estimait être beau qu’il a prescrit comme lois à ses concitoyens. Car Minos, je suppose, n’a pas, en se comportant comme un homme pervers, établi telles ou telles lois, tandis que sa conduite s’écartait de ce qu’il édictait dans ses lois. Au contraire, comme je viens de le dire, ses rencontres avec Zeus se passaient en discours dont l’objet était d’éduquer à la vertu. De là vient qu’il établit pour ses concitoyens ces lois, grâce auxquelles la Crète et Lacédémone ont connu une histoire heureuse tout le temps, depuis le moment où elles ont commencé à en user, parce que ce sont des lois divines (320a6-b7, trad. Brisson).

7Confirmant l’origine divine des lois édictées par Minos, ce passage précise le contenu de l’enseignement de Zeus au législateur : le savoir sur la vertu acquis auprès de Zeus permet à Minos d’édicter des lois menant les citoyens à la vertu. Le législateur se fait intermédiaire entre les dieux et les hommes dans le but d’éduquer à la vertu, comme Platon l’explicite dans les Lois (630c2-e3).

8Dans les Lois, l’Étranger d’Athènes fait également référence à Minos pour rappeler l’origine divine des lois de Crète (624a1-b4). Il en est de même pour Lycurgue et Solon, dont l’origine divine est rappelée par les protagonistes du dialogue à plusieurs reprises. De même que Zeus est la source des lois établies par Minos en Crète, Apollon est la source des lois établies par Lycurgue à Sparte (632d3). Minos, en particulier, est considéré comme intermédiaire entre les citoyens de Crète et Zeus, dont il suit les instructions au moment d’établir les lois de la cité.

Dans le néoplatonisme

Le législateur

9Dans le néoplatonisme, l’origine divine des lois et le caractère divin de la figure du législateur est également mise en évidence. Ainsi, dans les Ennéades, Plotin utilise à deux reprises le terme de législateur. Dans les deux cas, il l’utilise en référence au modèle dont le législateur est la copie, à savoir l’Intellect, deuxième hypostase de la métaphysique plotinienne (V, 9 (5), 5, 26-29). Pour Plotin, les lois établies par le législateur sont issues de sa connaissance du divin, c’est-à-dire de sa contemplation de l’Intellect et de son union à l’Un.

  • 5 Pour Proclus, Intellect et Démiurge ne font qu’un, contrairement à Plotin, pour qui l’Âme, troisièm (...)

10On retrouve cette analogie entre le législateur humain et un principe d’origine divine chez Proclus. Ici, ce n’est plus l’Intellect dont le législateur est une copie, mais le Démiurge, créateur de l’univers sensible5 :

Et de fait, le Père de cet Univers visible, dont le législateur et en un mot l’homme réellement politique sont la copie, a créé l’ensemble avec la volonté que, dans la mesure du possible, toutes choses y soient bonnes et nulle, mauvaise (Timée 30a2) (Proclus, Commentaire sur la République I, 247, 15-19, trad. Festugière).

  • 6 Sur le Démiurge et son modèle dans le Timée de Platon, voir D. O’Meara, Cosmology and Politics in P (...)

11Ici, le législateur est considéré par Proclus comme la copie (ἀπεικονίζεται), dans le monde sensible, du Père de l’Univers sensible, c’est-à-dire du Démiurge. Le législateur ordonne la cité humaine tandis que le Démiurge ordonne le Tout, c’est-à-dire l’univers sensible créé, selon le Timée de Platon, à l’image des Formes intelligibles contemplées par le Démiurge6.

  • 7 Sur la proportion comme don du Démiurge fait au monde, voir Platon, Timée 31b8-32c4, et son comment (...)

12Cette analogie entre le législateur et le Démiurge se retrouve dans deux autres textes de Proclus. Dans la Théologie platonicienne (V, 99, 1-13), tout d’abord, Proclus ajoute aux deux termes de l’analogie la figure de Zeus, associée par Proclus à la figure du Démiurge. Pour Proclus, le législateur ordonne la cité en respectant une certaine proportion, de la même manière que le Démiurge met en ordre l’univers sensible selon cette même proportion7. Ainsi, le monde est considéré par Proclus comme une grande cité, et la cité comme un monde en modèle réduit, ordonné par le législateur.

13Le commentaire de Proclus sur le Cratyle exprime également l’analogie entre le Démiurge du Timée, créateur de l’univers sensible et cause de la génération des noms, avec l’Intellect d’une part, et avec le législateur d’autre part, qui, dans le monde sensible, s’occupe également de la génération des noms (51, 40-58). Cette double analogie entre le législateur et l’Intellect ou le Démiurge fait de l’activité législatrice une image de l’activité démiurgique du divin. Le législateur donne à la cité des lois qui sont la copie des lois divines universelles. Plus précisément, le législateur prend comme modèle les lois de l’univers sensible, elles-mêmes créées par le Démiurge sur le modèle des lois intelligibles de l’Intellect, pour édicter les lois de la cité (52).

Les figures de législateurs

14Platon signalait, à partir d’Homère, la parenté de Minos avec Zeus, et l’origine divine des lois établies en Crète. Dans les Ennéades, Plotin rappelle cette parenté de Minos avec le divin lorsqu’il décrit le cheminement de l’âme en direction de l’Un et le fruit de cette fréquentation de l’Un par le législateur :

S’il en va ainsi, il faut que, se retirant de toutes les choses extérieures, elle se tourne toute entière vers l’intérieur, sans s’incliner vers aucune des choses extérieures. Au contraire, c’est en ignorant toutes choses, d’abord celles qui proviennent de la sensation, puis les formes à leur tour, et en s’ignorant enfin elle-même, qu’elle doit parvenir à la contemplation de l’Un ; et, unie à lui et ayant, pour ainsi dire, suffisamment joui de sa compagnie, il faut qu’elle vienne annoncer aux autres, si elle le peut, ce qu’est la fréquentation de là-bas. C’est peut-être parce que Minos lui aussi avait entretenu une semblable fréquentation qu’il fut dit « familier de Zeus » ; s’en souvenant, il avait établi des lois qui en étaient des images, après avoir été fécondé pour légiférer par le contact divin (Plotin, Ennéades VI, 9 [9] 7, 16-26, trad. Fronterotta).

  • 8 Sur ce passage, voir le commentaire de P. Hadot dans Plotin, Les Écrits, Traité 9 : VI, 9, Paris, C (...)

15Ce passage évoque à la fois l’ascension de l’âme décrite par Diotime dans le Banquet (210a-211a), qui aboutit, pour Plotin, à la fréquentation de l’Un, et l’allégorie de la caverne utilisée par Platon dans la République pour justifier l’activité politique du philosophe (VII, 514a-519e), reprise ici par Plotin pour décrire l’activité législatrice de Minos8. Pour Plotin, c’est le souvenir de cette fréquentation de l’Un qui permet à Minos d'édicter des lois qui sont des images du divin (εἴδωλα). L’origine des lois est ainsi le contact avec le divin, établi suite au cheminement de l’âme vers l’Intellect et sa fréquentation de l’Un.

16Dans la Vie de Pythagore (27), Jamblique établit également un parallèle entre le philosophe et la figure de Minos. Pythagore s’isole en effet pendant 27 jours dans la grotte de l’Ida (17), là où Minos rencontrait Zeus, pour mener des recherches sur les mathématiques. Ces recherches auront un impact sur l’activité politique de Pythagore dès lors que la meilleure constitution et la meilleure législation peuvent être déterminées mathématiquement (131). Par ce retour sur soi et ce temps de recherche solitaire, Pythagore peut ensuite établir des lois divines. La suite du texte confirme l’origine divine des lois établies par Pythagore : « Pythagore, en outre, regardait comme extrêmement utile pour l’établissement de la justice le règne des dieux, et c’est en commençant par là qu’il a établi sa constitution et les lois, la justice et le juste » (174, trad. Brisson & Segonds).

17Dans son Commentaire sur le Timée, Proclus fait référence quant à lui à la figure de Solon. On retrouve en effet chez Proclus cette analogie décrite plus haut entre le législateur et le Démiurge :

Ne nous étonnons pas, d’autre part, que, quand Platon dit à présent que Solon est issu des Athéniens les plus nobles (23b8), nous, de nouveau, nous l’établissions correspondant à la cause de toute l’opposition cosmique. En tant qu’être vivant il est issu sans doute, quant à la race, des Athéniens, mais en tant qu’intelligence particulière qui a reçu les discours sur la guerre, il est analogue à la classe divine qui transmet le message de l’opposition cosmique depuis les Intelligibles jusqu’au sensible (128, 5-12, trad. Festugière).

18Ici, Solon est identifié, par analogie, au Démiurge, « cause de toute l’opposition cosmique » (τὴν αἰτίαν τῆς κοσμικῆς πάσης ἐναντιώσεως). De même que le Démiurge contemple les réalités intelligibles et cherche à reproduire autant que possible ce modèle divin dans l’univers sensible, de même le législateur inscrit l’enseignement reçu des dieux dans les lois de la cité.

19Proclus confirme dans la suite du texte cette position intermédiaire du législateur entre les hommes et les dieux (133, 14-134, 3). Proclus met ainsi en évidence la ressemblance de Solon avec Athéna, déesse gardienne de la cité d’Athènes. Proclus insiste également sur le cheminement vers le divin que les lois permettent de suivre. Par l’intermédiaire de la cité et des lois établies par Solon, le citoyen peut ainsi remonter vers le divin, en passant par Solon puis en remontant vers Athéna et, finalement, vers la source du divin. Cette élévation de l’âme du citoyen vers le divin est rendue possible par le lien étroit entre Solon, législateur d’Athènes, et la déesse Athéna. L’insistance de Proclus sur la chaîne athénaïque dans laquelle se trouve Solon montre la continuité qui existe entre les différents niveaux de réalité intelligibles et sensibles, et le rôle important du législateur, intermédiaire entre les citoyens de la cité et le divin (170, 11-24).

II. Le souci de l’âme et l’éducation de l’âme comme finalité du législateur

20Le deuxième élément commun aux figures (néo)platoniciennes du législateur concerne la finalité de leur activité. En effet, chez Platon comme dans le néoplatonisme, la dimension morale de l’activité législatrice est très forte : les lois ont pour but de rendre la cité et ses citoyens meilleurs, c’est-à-dire vertueux, ce qui passe par l’éducation de l’âme des citoyens.

Chez Platon

  • 9 Le Minos, dialogue pseudo-platonicien, a probablement été conçu comme introduction aux Lois de Plat (...)
  • 10 Sur la figure du législateur dans les Lois de Platon, voir D. O’Meara, op. cit. n. 5, p. 105-116.

21Pour Platon, le législateur est celui qui sera capable d’éduquer les citoyens à la vertu, comme le suggère la fin du Minos : « mais que va bien distribuer le bon législateur, le bon berger, pour rendre l’âme meilleure ? » (321d1-3). Le législateur est donc celui qui, par l’établissement de bonnes lois, rend l’âme des citoyens meilleure (ἐπὶ τὴν ψυχὴν βελτίω αὐτὴν ποιεῖ). Ce point de départ est précisément celui des Lois, dialogue dans lequel Platon établit les lois nécessaires au salut de l’âme des citoyens d’une cité9. Les Lois confirment également l’objectif du législateur au moment de légiférer : celui-ci a en vue, en effet, non pas une partie de la vertu, telle que le courage, mais la vertu toute entière : justice, tempérance, réflexion et courage (630c2-e3)10.

  • 11 Sur l’acquisition des vertus comme objectif principal des législateurs, voir Platon, Lois 632d9-e7  (...)

22Au livre X de la République (599d2-e3), Platon rappelle l’importance politique et sociale, mais aussi morale, des belles occupations (ἐπιτηδεύματα) prescrites par les lois de la cité. Le législateur définit en effet « quelles occupations sont en mesure de rendre les hommes meilleurs ou pires, dans la vie privée et dans la vie publique » (599d5‑6, trad. Leroux). Justifiant le bannissement de la poésie de la cité idéale, Socrate oppose ici l’action des poètes à celle des législateurs, dont le but est d’intégrer dans les lois de la cité les occupations permettant d’améliorer la cité en rendant les hommes meilleurs (βελτίους ἀνθρώπους ποιεῖ). De ce point de vue, Lycurgue, Solon et Charondas sont présentés par Platon comme des modèles, contrairement à Homère. Liée au salut de la cité et à l’éducation morale des citoyens, l’activité législatrice a donc pour but de permettre aux citoyens de progresser dans la vertu (ἀρετῆς)11.

Dans le néoplatonisme

Le législateur

23Pour les néoplatoniciens, le bon législateur se caractérise également par le souci de l’âme des citoyens. Tandis que le médecin et le maître de gymnastique s’occupent du corps, le législateur s’occupe de l’âme et de la vertu des citoyens, comme le rappelle Jamblique :

Les médecins capables et la plupart des maîtres de gymnastique conviennent sans peine que pour prétendre devenir médecin ou gymnaste de valeur il faut s’y connaître en matière de nature ; de même aussi les bons législateurs doivent connaître la nature, et bien plus certes que les premiers. Ceux-ci, en effet, ne travaillent que pour la santé du corps, tandis que les autres, qui s’occupent des vertus de l’âme et se font forts de donner des leçons sur le bonheur ou le malheur de la cité, ont beaucoup plus besoin de philosophie (Protreptique 10, trad. Des Places).

24Ce passage confirme la visée morale du législateur, dont les lois favorisent l’acquisition de la vertu (τὰς τῆς ψυχῆς ἀρετὰς) et permettent, en fin de compte, le bonheur de la cité (πόλεως εὐδαιμονίας). Le parallèle entre vertus de l’âme et bien de la cité fait largement écho à l’analogie établie par Platon dans la République entre la justice de l’âme et les lois de la cité (368d-369a). Le lien étroit entre législateurs et philosophes, réaffirmé ici, s’explique également par la visée commune du philosophe et du législateur : l’acquisition de la vertu.

25Proclus, dans son Commentaire sur la République, rappelle également la valeur éducative du législateur, parallèle à celle du poète, à la différence près que le législateur utilise non pas la force des bons exemples pour éduquer, mais des modèles universels, c’est-à-dire des lois qui s’appliquent à tous, à l’image des lois de l’univers sensible, qui s’appliquent à toutes les réalités sensibles (I, 58, 6-27). Le législateur a ainsi pour but d’édicter des lois qui vont rendre meilleurs les individus qui suivent ces lois et rendre meilleure la cité dans son ensemble.

Les figures de législateurs

26Parmi les figures de législateurs qui incarnent, dans le néoplatonisme, ce souci de l’âme du législateur, Olympiodore convoque celle de Lycurgue dans son Commentaire sur le Gorgias. Législateur de Sparte, celui-ci transforma la constitution en prenant soin de diriger la cité vers la vertu par son exemple tout autant que par ses lois :

« Alors, tu m’engages à prendre soin de la cité, mais comment ? » (521a2) : Socrate a démontré que la cause créatrice du bonheur de la cité est la vertu (…). C’est pour cette raison que Lycurgue est admiré, parce qu’il a transformé la constitution de Sparte pour le meilleur. (…) Il faut donc poursuivre la vertu sur tous les points. Sans cela, il est impossible d’être un homme politique (I, 58, 6-27, notre traduction).

27Ici, Lycurgue est pris par Olympiodore comme exemple du législateur modèle, poursuivant lui-même la vertu (τὴν ἀρετὴν διώκειν) et établissant les lois en vue de la vertu et du bonheur de la cité (τῆς πολιτικῆς εὐδαιμονίας). Comme pour Platon, le législateur exemplaire est celui qui met en pratique la vertu qu’il prône par l’intermédiaire de ses lois.

28Le passage suivant évoque la figure des législateurs pythagoriciens qui, suivant l’enseignement de Pythagore, ont établi dans leurs cités respectives des lois apportant aux citoyens la santé de l’âme :

En outre, il établit très bien un autre type de justice : le législatif, celui qui prescrit ce qu’il faut faire, et défend ce qu’il ne faut pas faire, et qui est supérieur au « judiciaire » ; il comparait cette dernière à la médecine, qui soigne ceux qui sont malades, tandis que l’autre, pour commencer, ne « laisse » même pas tomber malade, mais s’occupe par avance de la santé de l’âme. Dans ces conditions, les disciples de Pythagore ont été les meilleurs législateurs : d’abord Charondas de Catane, ensuite Zaleukos et Timaratos, ceux qui ont écrit les lois de Locres, en outre Théoklês, Helikaon, Aristokratês et Phytios, qui ont été les législateurs de Rhegium. Et tous ces législateurs ont reçu de leurs concitoyens des honneurs que l’on n’accorde qu’à des dieux (Jamblique, Vie de Pythagore 172, trad. Brisson & Segonds).

29Ce passage montre non seulement Pythagore comme à l’origine de la science législative, mais aussi le soin de l’âme associé à la législation, et la supériorité des législateurs pythagoriciens, considérés par les citoyens comme des dieux. La santé de l’âme (τῆς ἐν τῇ ψυχῇ ὑγείας) recherchée par le législateur, semblable au soin accordé par le philosophe à l’âme de ses élèves, permet d’établir un lien étroit entre législation et philosophie, troisième aspect de la figure du législateur dans le néoplatonisme de l’Antiquité tardive.

III. Le parallélisme entre le législateur et le philosophe

  • 12 A. J. Voelke, La Philosophie comme thérapie de l’âme. Études de philosophie hellénistique, Fribourg (...)
  • 13 H. D. Saffrey & A.‑P. Segonds, « La Classification néoplatonicienne des degrés de vertus », dans le (...)

30Dans l’Antiquité, le philosophe est considéré comme médecin de l’âme, capable de mener ses élèves vers la vie vertueuse12. Dans le contexte platonicien, le philosophe est également très proche du divin, la vie vertueuse devant mener, par le biais d’une échelle bien définie des vertus, d’une vie bonne, dans le monde sensible, à une vie meilleure, dans le monde intelligible13. L’ascension de l’âme du philosophe vers le divin d’une part, et le soin de l’âme qu’il porte envers ses élèves et concitoyens d’autre part, font ainsi du philosophe platonicien une figure très proche de celle du législateur.

Chez Platon

31Dans le Banquet (209a8-e4), Platon fait référence aux belles lois, qu’il prend comme exemple des beaux discours engendrés par celui qui regarde vers le Beau. C’est le cas des lois établies par Lycurgue à Sparte. Les belles lois écrites par le législateur sont les rejetons de belles âmes, divines, capables d’engendrer dans le beau, selon l’âme et non selon le corps. Elles font ainsi partie de ces formes variées d’excellence que le poète, le législateur et le philosophe sont capables d’engendrer et qui apportent à ceux-ci gloire et immortalité. Le législateur et le philosophe sont donc très proches, dès lors que leur activité procréatrice est guidée par leur contemplation du Beau.

32Dans le Phèdre (278b7-d6), Platon confirme la nécessité pour le législateur souhaitant édicter de belles lois de se tourner vers le vrai et le beau, associant de ce fait le législateur à la figure du philosophe. Platon prend dans ce texte l’exemple de Solon, qui rédigea les lois d’Athènes « en sachant en quoi consiste le vrai ». Pour Platon, les beaux discours (poèmes ou lois) sont l’œuvre de ceux qui s’attachent à la vérité que le discours exprime, et non au discours lui-même. Or, un tel homme, il convient de l’appeler philosophe. Pour Platon, le bon législateur est donc philosophe, ce qui est confirmé par sa propre activité législatrice dans la République et les Lois, deux textes dans lesquels les interlocuteurs mettent en place les lois nécessaires à la constitution d’une cité idéale.

Dans le néoplatonisme

Le législateur

  • 14 Sur le rapport entre vie contemplative et vie civile, à partir de l’exemple de la Vie de Plotin, vo (...)

33Les philosophes néoplatoniciens associent également la figure du législateur à celle du philosophe, tout en distinguant la plupart des législateurs du véritable législateur, qui, proche du divin et recherchant le bien de l’âme des citoyens, est aussi philosophe. Ainsi, dans De l’abstinence (I, 28, 3-4), Porphyre distingue le législateur et le philosophe, car ce dernier vise une vie plus haute que la majorité des citoyens, à savoir la vie contemplative. Le philosophe suit donc la loi non écrite et divine qu’il connaît grâce à sa contemplation du divin, par opposition à la loi humaine écrite pour la multitude et qui n’a pas en vue la vie contemplative recherchée par le philosophe, mais une vie selon la nature, tournée vers le monde sensible et recherchant les biens dans les choses corporelles. Mais cette distinction concerne une cité dont les lois n’ont pas d’origine divine, et dont le législateur a moins le souci de l’âme que du corps. Car le véritable législateur a toujours en tête la vertu de la cité et de ses citoyens. Et dans ce cadre, l’opposition entre philosophe et législateur n’est plus pertinente, bien au contraire14.

34Dans le Protreptique, Jamblique rappelle en effet que le meilleur législateur est le philosophe, c’est-à-dire celui qui prend les réalités véritables comme modèle pour ses lois :

Seul entre tous le philosophe imite à partir des réalités exactes elles-mêmes ; car ce sont les réalités originales qu’il contemple et non des imitations (…) car il ne peut y avoir une copie belle de ce qui n’est pas beau, ni immortelle et stable de ce qui n’est par nature ni divin ni stable ; et évidemment, le philosophe est le seul [artisan] dont les lois soient stables et l’activité droite et belle. Seul en effet il vit les yeux fixés sur la nature des choses et le divin (10).

  • 15 Jamblique distingue ici trois degrés du beau en fonction de l’éloignement par rapport au monde inte (...)

35Pour Jamblique, le législateur ne doit pas prendre comme modèle les lois des autres cités, mais les réalités véritables. Seule la contemplation du divin par le philosophe permet la création de belles lois, qui ne sont pas des imitations (μιμημάτων), mais une belle copie du Beau en soi (καλοῦ μίμημα καλὸν), c’est-à-dire des lois divines15. Le seul législateur capable (ἀγαθὸς) et sérieux (σπουδαῖος) est donc le philosophe.

  • 16 La suite du texte présente les différentes disciplines que ces magistrats doivent apprendre (73, 15 (...)

36Proclus, dans son Commentaire sur la République (II, 73, 10-15), met également en évidence l’importance de la philosophie pour les magistrats, parmi lesquels se trouvent les législateurs. Ceux-ci doivent suivre une éducation complète, incluant « la science même des choses divines »16. Cette éducation que doit suivre le législateur, c’est bien celle du philosophe.

Les figures de législateurs

37Si le législateur par excellence est philosophe, il en est de même des figures de législateurs telles que Minos, Solon ou Pythagore, apparentées par les philosophes néoplatoniciens à la figure du philosophe. Ainsi, dans les Ennéades (VI, 9 [9], 7, 16-28), Plotin présente la figure de Minos comme l’exemple du philosophe qui, ayant contemplé les réalités véritables, revient sur terre et établit des lois semblables aux réalités véritables contemplées.

  • 17 Selon les pythagoriciens, la meilleure constitution politique est en effet liée au soin de l’âme, e (...)

38Dans la Vie de Pythagore (33 ; 129‑131), Jamblique met en évidence le lien étroit entre l’activité législatrice des pythagoriciens et l’enseignement philosophique reçu de Pythagore. Ainsi, Pythagore est considéré comme l’inventeur de l’éducation politique. Or, la science politique inculquée par Pythagore à ses élèves est étroitement liée aux mathématiques (130-131)17, dont l’étude fait partie intégrante, chez Platon (République 522c) comme chez Pythagore, de l’éducation philosophique.

39Proclus, quant à lui, met en évidence à plusieurs reprises la sagesse (σοφίας) de Solon, faisant de lui un pendant du philosophe possédant toutes les vertus (Commentaire sur le Timée 80, 30-81, 19). Les lois d’Athènes, en particulier, sont considérées par Proclus comme témoins de la sagesse de Solon, images des réalités intelligibles, dont la connaissance par Solon est rappelée. Cette parenté de Solon avec le philosophe est également présente dans l’extrait suivant. Proclus y explique l’analogie établie par Jamblique entre Solon et les causes créatrices primordiales, faisant ainsi écho au parallèle établi précédemment entre le législateur et le Démiurge :

Jamblique dit qu’aucune de ces explications n’est vraie, mais qu’il est signifié par cette expression que l’esprit de Solon était désengagé, sa vertu, sans maître, et qu’il y avait chez lui une gravité et une hauteur de vues qui planait au-dessus de tout (Commentaire sur le Timée, 93, 15-18).

  • 18 Expression reprise de Platon, République 617c3.

40L’esprit libéré de la matière (τὸ ἀπόλυτον τοῦ νοῦ), Solon est semblable au philosophe, que les vertus purificatrices ont détourné du monde sensible. Possédant toutes les vertus (τὸ ἀδέσποτον τῆς ἀρετῆς)18, et caractérisé par son caractère sublime ou solennel et sa supériorité vis-à-vis de toutes choses (τὸ σεμνὸν καὶ ὑπερέχον πάντα τὰ ἄλλα), son esprit est semblable à l’esprit du philosophe, constamment dirigé vers le divin.

Platon et Socrate

  • 19 En outre, la formation intellectuelle et philosophique de Pythagore lui-même comprend l’étude des l (...)

41Si les véritables législateurs possèdent les caractéristiques principales du philosophe, les philosophes néoplatoniciens considèrent également certains philosophes comme des législateurs. Nous avons vu le parallèle établi par Jamblique entre Pythagore et Minos (Vie de Pythagore 27)19. Même s’il n’a pas établi lui-même de constitution, comme l’ont fait de nombreux pythagoriciens ayant reçu l’enseignement de Pythagore, le philosophe est considéré toutefois comme l’inventeur de la science législatrice, et peut ainsi être considéré comme législateur de la constitution idéale (129-131). De même, Platon, auteur de la République et des Lois, et Socrate, interlocuteur principal de la République, sont considérés par Proclus et Olympiodore comme des législateurs, renforçant ainsi ce parallélisme entre le législateur et le philosophe.

42Dans la vie de Platon racontée par Olympiodore au début de son Commentaire à l’Alcibiade, Olympiodore rappelle la généalogie de Platon, établissant un lien familial direct entre Platon et Solon :

On dit en effet que Platon eut pour père Ariston fils d’Aristoclès, à partir duquel il faisait remonter l’origine de sa famille à Solon le législateur : et c’est justement selon cet engagement ancestral qu’il écrivit les Lois en douze livres et la Constitution de la République en onze livres (II, 17-20, trad. D’Andrès).

43Outre la parenté de Platon avec Solon, Olympiodore établit ici un lien entre l’ascendance de Platon et son activité de législateur, à travers l’écriture des Lois et de la République, confirmant ainsi le statut de législateur du philosophe. Cette filiation de Platon avec Solon est également mise en évidence par Proclus dans son Commentaire sur le Timée (81, 27–82, 11).

44Dans son Commentaire sur la République, Proclus évoque cette fois l’activité législatrice de Socrate :

De là vient que Socrate lui-même (République 459c8), quand il légifère, prescrit aux gardiens d’user fréquemment du mensonge en considération du vulgaire insensé, qui ne saurait autrement obtenir le bien qui lui convient (I, 116, 12-16, trad. Festugière).

45Pour Proclus, il est clair que Socrate légifère (νομοθετῶν) dans la République sur certaines questions, en particulier, ici, sur la possibilité pour les gardiens de mentir. De même, on trouve chez Proclus un exemple du travail de législateur de Platon qui, dans la République, punit très sévèrement les tyrans :

  • 20 Il y a une lacune de 45 lettres à la fin de ce passage.

De même donc que et Platon et tous les meilleurs législateurs punissent au plus haut point ceux qui conspirent contre l’État et les choses sacrées, de même aussi les Lois cosmiques et les dicastes infernaux [jettent dans les pires supplices ceux qui…] (II, 176, 15-19)20.

46Cet extrait exprime non seulement l’activité législatrice de Platon, associé ici aux meilleurs législateurs (οἱ ἄριστοι νομοθέται), mais rappelle aussi l’analogie discutée plus haut entre les lois cosmiques (οἱ κοσμικοὶ νόμοι) établies par le Démiurge et les lois humaines établies par le législateur.

47Dans son Commentaire sur le Parménide de Platon, enfin, Proclus distingue les opinions de Parménide et de Socrate sur la dialectique, faisant à nouveau de Socrate une figure de législateur (648, 2-18). Faisant référence à la République, Proclus mentionne ici le fait que Socrate et Platon ont légiféré sur l’apprentissage de la dialectique par les jeunes.

48Platon et Socrate apparaissent ainsi parmi les figures de législateurs mobilisées par les auteurs néoplatoniciens, aux côtés de Pythagore et des pythagoriciens, de Solon, de Lycurgue et de Minos, montrant la proximité entre l’activité philosophique et l’activité législatrice. Bien plus, le philosophe est considéré par les néoplatoniciens comme le législateur idéal, parce qu’il a accès aux modèles des lois terrestres, ces réalités véritables qu’il contemple en se tournant vers le divin. Par analogie avec l’Intellect ou le Démiurge, le législateur-philosophe contemple l’ordre de l’univers sensible et édicte les lois de la cité à son image. Ces lois, divines par leur origine, ont pour but de conduire les âmes des citoyens et la cité toute entière à la vertu. Le législateur, par l’intermédiaire des lois, espère conduire les âmes humaines vers le divin, en remontant la chaîne qui part de la réalité supra-intelligible et descend jusqu’aux réalités sensibles. Ce cheminement, c’est précisément celui du philosophe qui, sorti de la caverne, devient législateur et donne à la cité terrestre les lois qui vont permettre à ceux qui les suivent de vivre une vie bonne, dans le monde sensible, ou une vie meilleure, dans le monde intelligible, sortant à leur tour de la caverne pour contempler les réalités véritables.

49Au-delà de la dimension proprement politique des références aux figures de législateurs, les textes néoplatoniciens mettent aussi en évidence la dimension morale de l’activité législatrice, censée donner aux citoyens une bonne éducation, visant l’amélioration de l’âme et le bonheur de la cité. De ce fait, la figure du législateur et celle du philosophe se rejoignent, justifiant à la fois l’activité politique du philosophe, apte à légiférer étant donné sa connaissance des réalités véritables, et justifiant l’éducation philosophique du législateur, nécessaire à la mise en œuvre de toute législation.

Haut de page

Notes

1 D. O’Meara, « Vie politique et divinisation dans la philosophie néoplatonicienne », in M. Goulet‑Cazé, G. Madec, & D. O’Brien (eds), Sophiēs maiētores : « chercheurs de sagesse ». Hommage à Jean Pépin, Paris, Institut d’études augustiniennes, 1992, p. 501-510 ; Platonopolis : Platonic Political Philosophy in Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; « Political Theory », in S. Slaveva‑Griffin & P. Remes (eds), The Routledge Handbook of Neoplatonism, Londres, Routledge, 2014, p. 471-483.

2 Thèse de doctorat en cours à ce sujet, réalisée par l’auteur de cet article sous la direction conjointe d’Alexandrine Schniewind et de Philippe Hoffmann.

3 D. O’Meara, Platonopolis : Platonic Political Philosophy in Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2005, chapitres 7 et 8.

4 Si l’authenticité du dialogue est douteuse, il était considéré comme authentique par les philosophes néoplatoniciens. La prise en compte de ce dialogue se justifie par l’objectif principal de cet article, qui est de comprendre la place et le rôle du législateur dans le néoplatonisme. Sur l’authenticité du dialogue, voir L. Brisson, « La question de l’authenticité du “Minos” », in L. Palumbo (ed.), Logon didonai : la filosofia come esercizio del render ragione : studi in onore di Giovanni Casertano, Naples, Loffredo, 2011, p. 327-336 ; Voir également la contribution de C. Delattre dans ce volume.

5 Pour Proclus, Intellect et Démiurge ne font qu’un, contrairement à Plotin, pour qui l’Âme, troisième hypostase de la métaphysique plotinienne, correspond au Démiurge.

6 Sur le Démiurge et son modèle dans le Timée de Platon, voir D. O’Meara, Cosmology and Politics in Plato’s Later Works, Cambridge, Cambridge University Press, 2017, p. 41-63.

7 Sur la proportion comme don du Démiurge fait au monde, voir Platon, Timée 31b8-32c4, et son commentaire par Proclus (Proclus, Commentaire sur le Timée III, p. 13.15-56.11). Sur le respect des proportions par le législateur dans l’élaboration de la cité, voir aussi Platon, Lois 745b-e et 771a-d.

8 Sur ce passage, voir le commentaire de P. Hadot dans Plotin, Les Écrits, Traité 9 : VI, 9, Paris, Cerf, 1994, p. 180-181.

9 Le Minos, dialogue pseudo-platonicien, a probablement été conçu comme introduction aux Lois de Platon. Ainsi, il précède les Lois dans le classement des dialogues platoniciens en tétralogies par Thrasylle au 1er siècle ap. JC, mais aussi dans l’édition d’Aristophane de Byzance, deux siècles plus tôt. Sur la place du dialogue par rapport aux Lois, voir L. Brisson, « La question de l’authenticité du “Minos” », art. cit. n. 4.

10 Sur la figure du législateur dans les Lois de Platon, voir D. O’Meara, op. cit. n. 5, p. 105-116.

11 Sur l’acquisition des vertus comme objectif principal des législateurs, voir Platon, Lois 632d9-e7 ; 635e4-636e3 et 673e3-674a3.

12 A. J. Voelke, La Philosophie comme thérapie de l’âme. Études de philosophie hellénistique, Fribourg / Paris, Academic Press Fribourg / Cerf, 1993.

13 H. D. Saffrey & A.‑P. Segonds, « La Classification néoplatonicienne des degrés de vertus », dans leur introduction à Marinus, Proclus ou sur le bonheur, Paris, Les Belles Lettres, 2001, p. LXIX-XCVIII ; L. Brisson, « La doctrine des degrés de vertus chez les néo-platoniciens. Une analyse de la Sentence 32 de Porphyre, de ses antécédents et de ses conséquences », Études Platoniciennes, 1 (2004), p. 271-286 ; L. Brisson, « Le maître, exemple des vertus dans la tradition platonicienne : Plotin et Proclus », in T. Ricklin (ed), Exempla docent. Les exemples des philosophes de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, Vrin, 2006, p. 49-60.

14 Sur le rapport entre vie contemplative et vie civile, à partir de l’exemple de la Vie de Plotin, voir A. Michalewski, « Vivre en philosophe. Signification de la philosophia dans la Vie de Plotin », in P. Vesperini (ed), Philosophari. Usages romains des savoirs grecs sous la République et sous l’Empire, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 549-554. Sur l’engagement politique du philosophe, à partir de l’exemple des Vies de philosophes et de sophistes, voir l’introduction de R. Goulet, « Engagement politique », dans l’introduction à Eunape de Sardes, Vies de philosophes et de sophistes, Paris, Vrin, 2014, p. 295-303.

15 Jamblique distingue ici trois degrés du beau en fonction de l’éloignement par rapport au monde intelligible : le Beau en soi, premier degré du beau, modèle des belles choses ; les belles lois, imitation du Beau en soi dans le monde sensible, deuxième degré ; les lois établies à l’imitation des lois étrangères, troisième degré, le plus éloigné du Beau en soi). Sur les différents degrés du Beau, voir Platon, République, X, 596d-598d ; Le sophiste, 235e-236 ; Les Lois, X, 889c-d, repris par Plotin dans le traité 27 (IV 3), 10, 17-20).

16 La suite du texte présente les différentes disciplines que ces magistrats doivent apprendre (73, 15-74, 25).

17 Selon les pythagoriciens, la meilleure constitution politique est en effet liée au soin de l’âme, et plus particulièrement à l’harmonie des différents mouvements du corps et de l’âme. Plus précisément, les constitutions politiques établies par les pythagoriciens sont formées suivant certaines formes géométriques.

18 Expression reprise de Platon, République 617c3.

19 En outre, la formation intellectuelle et philosophique de Pythagore lui-même comprend l’étude des lois de Sparte et de Crète, c’est-à-dire celles de Lycurgue et Minos (Vie de Pythagore 25).

20 Il y a une lacune de 45 lettres à la fin de ce passage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maël Goarzin, « Philosophes et législateurs : les références aux législateurs dans le néoplatonisme de l’Antiquité tardive », Cahiers des études anciennes, LVII | -1, 105-117.

Référence électronique

Maël Goarzin, « Philosophes et législateurs : les références aux législateurs dans le néoplatonisme de l’Antiquité tardive », Cahiers des études anciennes [En ligne], LVII | 2020, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1406

Haut de page

Auteur

Maël Goarzin

Université de Lausanne, Lausanne / Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals