Navigation – Plan du site

Figures mythiques du législateur. Réécritures et modélisation

Charles Delattre
p. 45-60

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Législateurs, Platon, figures
Haut de page

Texte intégral

1La question du législateur chez Platon renvoie à deux notions, deux fonctions, deux stratégies discursives. D’un côté, le législateur est celui qui, dans la République et surtout dans les Lois, assure une régulation stricte et dessine un programme politique pour une cité rêvée. De l’autre, le législateur est un personnage mythico-historique, référé à un passé plus ou moins lointain et à un espace géographique et civique historiquement déterminé. Il est tentant de faire du deuxième un simple exemple visant à donner des couleurs au premier, un élément presque superflu de la discussion, un parallèle à pure fonction rhétorique : tout le poids philosophique du propos reposerait dès lors seulement sur l’évocation du législateur politique et social, le législateur mythico-historique se trouvant relégué au rang de simple référence littéraire. Nous voulons ici montrer au contraire comment le législateur mythico-historique a pu jouer un rôle de premier plan dans le discours de Platon et constituer un paradigme constitutif de la notion même de « législateur », un modèle grâce auquel un certain rapport à la loi a pu être pensé.

I. La figure du législateur : premières approches

  • 1 Les liens d’A. Evans avec la presse, en particulier avec le Manchester Guardian, sont étudiés par J (...)
  • 2 A. Evans interprétait en particulier certaines marques des tablettes comme des sceaux officiels et (...)
  • 3 A. Evans fut le découvreur, mais aussi l’inventeur d’une civilisation, dite désormais « minoenne », (...)
  • 4 A. Evans, The Palace of Minos at Knossos, p. 2 : « like another Moses or Hammurabi, receiving the l (...)

2Cette nouvelle appréciation du législateur mythico-historique n’est pas seulement intéressante pour éclairer différemment la stratégie discursive de Platon : elle illustre également comment, tout au long de l’Antiquité et jusqu’à l’époque moderne, s’est forgé un moule dans lequel la notion de législateur est venue fréquemment se couler. Ainsi, confronté à des tablettes inscrites trouvées sur le site de Cnossos, qu’il était incapable de déchiffrer, et soucieux de labelliser les découvertes qu’il venait de faire et d’en assurer la publicité, dans un souci à la fois de promotion personnelle et de recherche de financement1, l’archéologue A. Evans prit parti : certaines de ces tablettes devaient selon lui contenir un corpus de lois2. Et, tout comme le palais récemment fouillé et la civilisation dont il était désormais l’emblème avaient été nommées d’après Minos, le légendaire roi de Crète des sources antiques3, ces lois pouvaient être appelées « Lois de Minos ». Il n’était cependant pas question, pour A. Evans, de voir en ce Minos un vulgaire nomothète : il fallait faire de lui un équivalent de « Moïse ou Hammourabi, recevant ses lois de la divinité elle-même sur la Montagne Sacrée »4.

3Pour décalées que soient aujourd’hui les remarques d’A. Evans, au regard de ce que nous savons aujourd’hui des tablettes de Cnossos — au moins celles en linéaire B, le linéaire A restant toujours intraduisible, sinon indéchiffrable —, elles n’en sont pas moins très représentatives de ce que recouvre l’expression encore en vigueur aujourd’hui de « figure du législateur ». La formule « Lois de Minos » suppose en effet la désignation d’un individu considéré comme origine de la loi, son auteur et son garant ; et la formule autorise également la comparaison avec d’autres individus au statut similaire, même s’ils relèvent d’autres époques ou d’autres cultures. La comparaison incite, dans un dernier élan, à unifier ces différents individus et à considérer qu’il peut exister un même récit d’origine qui peut s’appliquer à tous : en l’espèce, pour A. Evans, c’est le don des lois par une divinité suprême qui fonde la figure du législateur antique. Là encore, ce n’est pas l’activité législatrice historiquement attestée qui est en cause : il n’est question dans ce cadre ni des législateurs historiques qui, tels les nomothètes de l’Athènes classique, contribuent à la rédaction et à l’adoption des lois par la cité, ni des lois particulières et de leurs spécificités (statut, mode de rédaction et d’adoption, champ d’application, instances chargées de les appliquer, etc.). Le champ couvert par l’étude du législateur mythique ne sera donc pas celui des juristes spécialistes de l’Antiquité. S’il y a « figure du législateur », elle s’applique, au singulier, à un individu (éventuellement à un groupe) défini comme fondateur, et elle a pour objet une « loi » qui se passe de précision. La figure du législateur mythico-historique ne dit pas la loi, mais l’origine de la loi, et par là l’origine des institutions, de la culture, de la société et de l’État.

  • 5 W. Nippel, Ancient and Modern Democracy. Two Concepts of Liberty, traduction K. Tribe, Cambridge, C (...)

4On connaît l’anecdote, rapportée par H. Taine, concernant Hérault de Séchelles, l’un des cinq députés de la Convention nationale chargés à partir de 1792 de rédiger une nouvelle constitution : il demanda à la toute récente Bibliothèque nationale un recueil de lois antiques, en particulier celles du roi crétois Minos. Comme le souligne W. Nippel, cette histoire peut recevoir diverses interprétations et ne doit peut-être pas être mise immédiatement au discrédit d’Hérault de Séchelles, qu’on évitera donc de taxer trop rapidement de naïveté5. Quoi qu’il en soit, l’anecdote montre que penser la loi, ce n’est pas seulement la rédiger, la composer, lui donner un contenu. C’est aussi trouver un modèle à imiter : la loi historique ne jaillit pas par inspiration, elle s’adapte à partir d’exemples précédents. En se définissant comme législateur-rédacteur, Hérault de Séchelles s’inscrit dans une galerie de personnages qu’il tente de faire remonter à la plus haute antiquité. D’imitations en adaptations, il espère remonter jusqu’à l’origine ultime, jusqu’à la loi première pour laquelle il n’est pas de modèle antérieur. Parvenu à la dernière référence possible, Hérault de Séchelles l’identifie d’un nom qui est ici celui d’un législateur mythico-historique grec, figure d’autorité et incarnation parmi d’autres du Législateur suprême. La figure du législateur sert à authentifier la loi présente, proprement historique, par un retour sur le passé : elle autorise la désignation d’un antérieur de la loi actuelle, elle en dessine les étapes, et identifie comme modèle à suivre non seulement tous les législateurs successifs, mais aussi le premier d’entre eux.

  • 6 A. Szegedy‑Maszak, « Legends of the Greek Lawgivers », GRBS 19 (1978), p. 199-209.
  • 7 Ce dernier point a été étudié dans ma thèse de doctorat (non publiée), dont la deuxième partie port (...)
  • 8 Par exemple Hérodote, I, 29 : Solon, Ἀθηναίοισι νόμους κελεύσασι ποιήσας, « qui a légiféré à l’invi (...)
  • 9 IG I3, 104.5 : Δράκοντος νόμον τὸμ περὶ το̄ φό[ν]ο. Le décret recommande de faire graver cette loi (...)

5Ce processus de formation stéréotypique a été partiellement analysé par A. Szegedy‑Maszak6 en 1979, sans que celui-ci marque cependant avec précision le rôle pivot que Platon a assumé dans la formation de la figure grecque du législateur7. Il est en effet crucial de remarquer à ce stade que la configuration que j’identifie comme « figure du législateur » a elle-même une date de naissance dans notre documentation, et se développe à partir d’un point critique que l’on peut situer dans l’œuvre de Platon. Certes, des références à l’activité législatrice, y compris mythico-historique, existent bien avant Platon : les noms de Solon et de Clisthène sont attestés comme nomothètes au Ve siècle8, et « la loi de Dracon sur le meurtre » est mentionnée dans un décret de 409/89. Il existe même une topique de la loi : l’activité législatrice est référée à Athènes, avec Clisthène et Solon ; à Sparte, avec Lycurgue ; à la Crète, avec Minos. Et cette topique permet d’envisager des liens d’un lieu à l’autre : Hérodote (I, 65) évoque ainsi une tradition spartiate qui attribue aux lois lacédémoniennes une origine crétoise. Platon lui-même connaît ce modèle topique et le reproduit, par exemple dans la République (VIII, 544c), où il évoque en parallèle la Crète et Sparte comme des organismes régulés (πολιτεία) dont la plupart des gens font l’éloge (ὑπὸ τῶν πολλῶν ἐπαινουμένη), et dans les Lois, où il introduit en prime les noms des législateurs, Minos et Lycurgue (630d ; 632d).

6Des références à la loi et à son institution existent donc bien avant Platon, mais c’est à ce dernier que revient la tâche, dans notre documentation, d’articuler pour la première fois en une configuration unique la mention de législateurs individuels, la mise en relation des législateurs entre eux sous l’autorité d’un modèle général qui unifie leurs pratiques et leur définition, et enfin la composition d’une anecdote qui dit l’origine de la loi. Il participe ainsi à la création d’un modèle qui s’est révélé bon pour penser la loi au moins jusqu’à A. Evans, et à sa dissémination. Cependant tous les détails du modèle ne sont pas complètement déterminés par Platon lui-même. S’il est l’un des principaux acteurs, et pour nous le premier, dans l’élaboration de la figure du législateur, celle-ci lui échappe également, car ce que propose Platon est à son tour soumis à des réinterprétations qui orientent les pistes de sa réflexion vers de nouvelles distinctions, aboutissant à la création de plusieurs modèles subalternes à l’intérieur de la figure principale.

7C’est dire que ce Platon qui a été lu, imité et réinterprété n’est pas le Platon des philosophes contemporains, car il couvre de son autorité des énoncés — en particulier le dialogue Minos, comme nous le verrons par la suite — dont les érudits modernes discutent l’attribution ou contestent l’authenticité. Ce Platon recouvre partiellement, sans s’y identifier complètement, comme un vêtement mal ajusté, le Platon historique que la philosophie académique s’attache à restituer. Et il n’est pas non plus tout à fait le Platon propre à la transmission doxographique qui s’est opérée au sein des écoles et groupes d’enseignement philosophiques antiques, avec leurs particularismes et leurs revendications. Il s’agit d’un Platon plus général et plus souple, partagé entre de nombreuses disciplines, qui flotte au sein d’un vaste ensemble d’énoncés qui traitent de la paideia, de la loi, d’histoire politique, ou d’exégèse homérique. Ce Platon est une véritable figure d’autorité, construite par les énoncés mis sous son nom.

II. Stratégies pour l’écriture d’une fiction : les Lois et la notion de législateur

  • 10 Sur le statut de ces préludes, voir la mise au point de L. Mouze dans ce même volume.

8Entre la République et les Lois, qui mentionnent toutes deux les législations crétoises et spartiates comme des modèles à suivre, s’est produit un changement de perspective. La scène d’ouverture des Lois convoque en effet des représentants des trois grandes traditions politico-législatives : un Athénien, le Crétois Clinias et le Spartiate Mégillos permettent à Platon, dans l’entrecroisement de leur discussion, d’élaborer un projet politique qui ne s’identifie précisément à celui d’aucune des cités dont les représentants sont convoqués. Comme on le sait, l’espace fictionnel dans lequel la discussion est lancée fonctionne comme prélude, des livres I à III, à un projet de constitution, d’abord avec la mise en place d’une organisation générale (livres IV à VIII), puis avec la définition de lois elles-mêmes précédées de préludes (livres IX à XII)10.

  • 11 623e : Θεὸςεἴληφε τὴν αἰτίαν τῆς τῶν νόμων διαθέσεως : « C’est à un dieu que remonte la responsab (...)
  • 12 L’expression ne doit pas prêter à confusion : ce ne sont pas les lois, mais bien le statut de légis (...)

9L’entrée en matière définit de façon nouvelle la place occupée par le législateur dans l’élaboration de la loi : celui-ci n’est plus le seul responsable, celui qui « instaure la loi » (νομοθέτης) de façon autonome et indépendante, car la divinité prend désormais part au processus. Cette intervention de la divinité, dont les modalités restent encore à définir, est corrélée au fait que le législateur « n’aura d’autre visée que l’excellence suprême » (οὐκ ἄλλο πρὸς τὴν μεγίστην ἀρετὴν μάλιστα βλέπων, 630c). La conversation débute en effet par l’affirmation que les lois crétoises et spartiates ont la divinité pour « principe et origine » (αἰτία)11, le rôle du prologue étant d’expliciter ce point. S’il revient bien au futur législateur de composer par ses propres moyens un ensemble de lois qu’il proposera ou imposera aux hommes, ce sont les dieux qui lui servent de guide. C’est ce qu’implique, avec une merveilleuse ambiguïté, l’expression qui définit l’activité législatrice de Minos et de Lycurgue (632d) : tout comme le législateur athénien « tient de Zeus » (630c : τῇδε παρὰ Διὸς νομοθέτης12), les lois qu’ils ont instaurées « relèvent, à ce qu’on dit, de Zeus et d’Apollon Pythien » (τοῖς τοῦ Διὸς λεγομένοις νόμοις τοῖς τε τοῦ Πυθίου Ἀπόλλωνος, 632d). L’incertitude tient ici à l’emploi du génitif, lui-même modulé par le participe λεγόμενος : s’agit-il d’une attribution, d’une inspiration, ou d’autre chose encore ?

  • 13 Platon, Gorgias 523e-524a : Minos, Éaque et Rhadamanthe jugeront aux Enfers les âmes des individus (...)
  • 14 Homère, Odyssée XI, 568-571 : Ulysse voit Minos trancher des litiges entre les morts, et non, comme (...)
  • 15 624a-b : τοῦ Μίνω φοιτῶντος πρὸς τὴν τοῦ πατρὸς ἑκάστοτε συνουσίαν δι᾿ ἐνάτου ἔτους καὶ κατὰ τὰς πα (...)

10Pour affirmer le rôle nouveau de la divinité, le prologue s’appuie sur deux opérations conjointes. D’un côté, il capte des énoncés antérieurs, qu’il insère comme références explicites et arguments d’autorité dans la conversation. De l’autre, il réinterprète ces mêmes énoncés, au point qu’ils prennent un nouveau sens que les Lois imposent ensuite au reste de la tradition. Ainsi il est probable que la mention conjointe de Minos et de Rhadamante et l’allusion à leur équité, quelques lignes auparavant (624b-625a), soient un souvenir direct du Gorgias13 ; mais Minos et Rhadamanthe n’apparaissent plus dans les Lois dans le rôle de juges infernaux, mais comme des modèles d’impartialité souveraine, dont la capacité à émettre une législation juste est saluée. Et, de même que l’énoncé du Gorgias se fondait sur la relecture d’un passage de la Nekuia, au prix d’une distorsion notable14, de même la définition de Minos comme législateur dans les Lois15 est commentée, explicitée et interprétée grâce à un témoignage attribué à Homère, mais manipulé et réorienté, pour justifier la responsabilité de Zeus dans l’établissement des lois crétoises.

  • 16 XIX, 178-179 : Κνωσός, μεγάλη πόλις, ἔνθα τε Μίνως / ἐννέωρος βασίλευε Διὸς μεγάλου ὀαριστής.
  • 17 J. Labarbe, L’Homère de Platon, Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, 1949, a bien montré les s (...)
  • 18 Il convient cependant de noter qu’il n’existe pas de variante notable, dans les citations antiques (...)
  • 19 On retrouve le même embarras dans les scholies : Schol. V Hom., Od., 19.179 énumère jusqu’à cinq in (...)

11Les vers d’Homère sont facilement identifiables : il s’agit d’un passage de l’Odyssée où Ulysse se fait passer pour un Crétois et évoque sa prétendue patrie, en particulier « Cnossos, la grande ville, là où régnait / Minos, en la neuvième année, intime du grand Zeus »16. Cependant les vers ne sont pas cités, mais paraphrasés, glosés et développés. Contrairement à ce que met en œuvre une stratégie intertextuelle, qui invite le lecteur à se rappeler le texte auquel l’auteur fait référence pour tirer parti des modifications éventuelles introduites dans l’énoncé, sans annuler l’énoncé d’origine, Platon substitue son énoncé à celui dont il disposait pour Homère17. Dans le contexte du IVe s. avant notre ère, où le détail même du corpus homérique reste soumis à variation et où les citations peuvent elles-mêmes contribuer à son adaptation, on ne s’étonnera pas d’un tel procédé18. Il prend cependant ici une valeur particulière, dans la mesure où le vers 179 que Platon évoque pose problème dans l’Antiquité, au point que Pausanias (III, 2, 4) exprime, lorsqu’il le mentionne près de cinq siècles plus tard, son incompréhension à son égard19.

12Le verbe principal du vers 179, βασίλευε (« il régnait »), n’est pas difficile ; dans le contexte des Lois, il est même admissible qu’il soit remplacé par une expression qui désigne sans ambiguïté l’activité législatrice, apanage du pouvoir souverain. La prise de position de Platon est en revanche visible dans un ajout : pour Platon, Minos légiférait « conformément aux prescriptions de Zeus » (κατὰ τὰς παρ’ ἐκείνου φήμας). L’emploi des deux prépositions, κατά et παρά, dit bien que le législateur n’est pas le récipiendaire de textes législatifs délivrés par la divinité, et que la loi n’est pas révélée. Si παρά indique bien que la divinité joue un rôle d’origine dans le processus, κατά montre que le législateur agit en s’adaptant, en se conformant à des indications, et qu’il reste l’auteur de son énoncé législatif.

  • 20 Comme l’a bien montré H. Tarrant, « Socratic Synousia : A Post-Platonic Myth? », JHPh 43.2 (2005), (...)
  • 21 Cf. Homère, Iliade XVIII, 349-351 ; Odyssée X, 19-21 ; 388-390 ; XI, 308-312 ; cf. Hésiode, Les Tra (...)

13Cette relation complexe entre obéissance à la divinité et autonomie partielle du législateur humain doit être référée à l’interprétation que donne Platon d’une autre expression du vers 179 d’Homère, le mystérieux Διὸς μεγάλου ὀαριστής (« intime du grand Zeus »). Platon comprend ici qu’il est question d’un rapport régulier entre Minos et Zeus, rapport que traduisent dans son propre texte à la fois le verbe φοιτᾶν (« fréquenter ») et le substantif συνουσία (« compagnie »). Le rappel que Zeus est le père de Minos évite que cette compagnie n’ait une connotation sexuelle, connotation possible à la fois pour συνουσία et pour des termes apparentés à ὀαριστής, en particulier ὄαρ (« épouse ») et ὀαριστύς (« badinage »)20. Un dernier terme du vers 179, l’obscur ἐννέωρος, est enfin glosé en δι’ ἐνάτου ἔτους, « par cycle de neuf ans » (c’est-à-dire tous les huit ans), en contradiction avec les autres occurrences de ἐννέωρος dans le corpus homérique, où l’adjectif semble signifier « âgé de neuf ans »21.

  • 22 Voir dès le prélude des Lois l’affirmation, déjà citée plus haut, suivant laquelle tout législateur (...)

14En introduisant une référence à Homère qui le réécrit et réoriente le sens de ses vers, Platon se couvre de son autorité tout en le manipulant pour imposer un énoncé destiné à faire école. Désormais, l’origine divine de la loi ne fait pas de doute, mais le législateur est considéré comme responsable de son œuvre. C’est à ce passage des Lois qu’un nombre impressionnant d’auteurs antiques se rapportent, soit qu’ils mentionnent explicitement Minos, soit qu’ils se réfèrent à l’activité de législateur dans son rapport avec la divinité, soit même qu’ils citent ou commentent les vers d’Homère, en reproduisant l’interprétation qu’en fait Platon. Ainsi un passage du rhéteur Maxime de Tyr, au IIe s. de notre ère, offre une citation presque exacte du texte de Platon, auquel il ajoute la mention de la grotte de l’Ida, imposée par Platon dans son prologue, ainsi qu’une allusion à la vertu (ἀρετή), qui était déjà au cœur de la réflexion platonicienne sur l’activité législatrice22 :

σοι οὐ δοκοῦσιν ὑπὸ βασιλεῖ τῷ Μίνῳ κοσμηθέντες καλῶς, ἀγασθέντες τῆς ἀρετῆς, διδάσκαλον αὐτῷ ἐπιφημίσαι τὸν Δία ; εἶναι μὲν αὐτόθι ἐν τῇ Ἰδῃ ἄντρον Διός, φοιτῶντα δὲ τὸν Μίνω δι᾿ ἐνάτου ἔτους, συγγιγνόμενον τῷ Διί, μανθάνειν παρ᾿ αὐτοῦ τὰ πολιτικά

Ne te semble-t-il pas que, bien organisés par le roi Minos, jouissant de la vertu, [les Crétois] ont célébré Zeus comme son professeur, disant qu’il se trouvait ici dans l’Ida une caverne de Zeus, et que Minos s’y rendait par cycles de neuf ans, y rencontrait Zeus et apprenait de lui les préceptes politiques ? (Maxime de Tyr, Dialexeis 38, 2c).

  • 23 Voir en dernier lieu les éléments compilés par F. Scrofani, Le Minos dans le Corpus Platonicum. Une (...)
  • 24 Voir W. S. Cobb, « Plato’s Minos », AncPhil 8 (1988), p. 187-207 : les lois ne varient pas, seul es (...)

15Maxime de Tyr introduit cependant dans son énoncé quelque chose qui ne se trouve pas dans le texte de Platon : Zeus est chez lui défini comme le « professeur » (διδάσκαλον) de Minos, et ce dernier, en rencontrant Zeus, recevait de lui un « apprentissage » (μανθάνειν). Or cette interprétation pédagogique de la relation entre Zeus et Minos n’est pas propre à Maxime. Même si on ne la trouve pas dans les Lois, elle est malgré tout considérée dans l’Antiquité comme platonicienne, puisqu’elle provient du Minos, ou Sur la loi, que l’on tient aujourd’hui tantôt pour un brouillon de Platon, tantôt pour un ouvrage qui lui est postérieur23. Quel qu’en soit l’auteur, le Minos s’inscrit dans la droite ligne des Lois, puisqu’il propose une réflexion sur l’origine de l’activité de législateur, dans le cadre d’un dialogue entre Socrate et un disciple. Le questionnement sur la loi, posé en termes typiquement platoniciens, élargit la définition de la loi en intégrant une question réflexive : s’interroger sur la « loi » (νόμος), c’est aussi s’interroger sur la convention par laquelle on nomme la loi, et sur l’opération qui consiste à la « penser » (νομίζειν, Minos, 313a). L’objet du dialogue dès lors n’est plus l’essence de la norme, mais l’opinion normative que les gens ont d’elle24.

16Le Minos reprend le mythe de l’origine de la législation développé dans les Lois, en lui imprimant une direction nouvelle ou en précisant ce qui n’était qu’implicite. En particulier, il fait porter le débat sur l’ancienneté des lois crétoises, et sur la supposée équité de Minos, battue en brèche par les tragiques athéniens, mais que l’auteur se fait fort de rétablir grâce au témoignage d’Homère. Surtout, cet auteur réécrit le passage des Lois où il était question de Minos et de Zeus, en citant à la fois Homère et Platon, et en corrigeant Platon pour proposer une nouvelle interprétation des vers de l’Odyssée. Deux passages sont particulièrement notables :

ὅτι μὲν γὰρ Ζεὺς σοφιστής ἐστιν καὶ τέχνη αὕτη παγκάλη ἐστί, πολλαχοῦ καὶ ἄλλοθι δηλοῖ, ἀτὰρ καὶ ἐνταῦθα. λέγει γὰρ τὸν Μίνων συγγίγνεσθαι ἐνάτῳ ἔτει τῷ Διὶ ἐν λόγοις καὶ φοιτᾶν παιδευθησόμενον ὡς ὑπὸ σοφιστοῦ ὄντος τοῦ Διός

que Zeus soit un sophiste et que son art soit très beau, il l’a souvent montré ailleurs, mais il le montre particulièrement ici. Il dit, en effet, que Minos, tous les neuf ans, conversait avec Zeus et le fréquentait pour recevoir de lui des leçons, ce qui implique que Zeus était sophiste (Minos 319c, trad. Souilhé)

τὸ γὰρ Διὸς ὄντα παῖδα μόνον ὑπὸ Διὸς πεπαιδεῦσθαι οὐκ ἔχει ὑπερβολὴν ἐπαίνου - τοῦτο γὰρ σημαίνει τὸ ἔπος τὸ « ἐννέωρος βασίλευε Διὸς μεγάλου ὀαριστής » συνουσιαστὴν τοῦ Διὸς εἶναι τὸν Μίνων. οἱ γὰρ ὄαροι λόγοι εἰσίν, καὶ ὀαριστὴς συνουσιαστής ἐστιν ἐν λόγοις – ἐφοίτα οὖν δι᾿ ἐνάτου ἔτους εἰς τὸ τοῦ Διὸς ἄντρον Μίνως, τὰ μὲν μαθησόμενος, τὰ δὲ ἀποδειξόμενος τῇ προτέρᾳ ἐννεετηρίδι ἐμεμαθήκει παρὰ τοῦ Διός

le fait que, parmi les fils de Zeus, il ait été le seul élevé par Zeus, est une louange que rien ne dépasse. Et ce vers, « Régna, tous les neuf ans confident du grand Zeus », signifie, en vérité, que Minos fut le disciple chéri de Zeus. Car les oarοi sont des discours et l’oaristès est le confident. Minos passait une année sur neuf dans l’antre de Zeus, soit pour s’instruire, soit pour enseigner ensuite aux autres ce que dans cette dernière période il avait appris de Zeus (Minos 319d-e, trad. Souilhé).

17L’auteur du Minos reprend les mêmes verbes que Platon pour traduire l’homérique ὀαριστής, et donne la même interprétation de ἐννέωρος grâce à une formule analogue à celle de Platon. Mais il innove en introduisant le vocabulaire de la pédagogie : Zeus est qualifié de « sophiste » (σοφιστής), à deux reprises ; Minos reçoit une « éducation » de Zeus (παιδευθησόμενον). Cette éducation permet à Minos d’assurer un double rôle et de servir de pivot : d’un côté, il « apprend » (μανθάνειν), de l’autre il « restitue » (ἀποδειξόμενος) ce qu’il a appris dans une rencontre précédente. Comme chez Platon, le contenu éventuel des lois n’est pas concerné par l’échange et reste du ressort du législateur humain ; ce que transmet la divinité, c’est le « métier de roi » (βασιλικὴ τέχνη), entendu comme pratique guidée par des règles à suivre qui forment le contenu même de l’apprentissage.

  • 25 L’auteur du Minos précise ainsi que Minos « se retrouve dans des conversations » avec Zeus (συγγίγν (...)
  • 26 Voir par exemple Dion Chrysostome, Discours IV, 39-40.

18Ce vocabulaire illustre une conception particulièrement efficace pour dire l’origine de la loi, car il précise et réoriente durablement le modèle des Lois25. L’auteur envisage le législateur comme un roi qui est aussi, sinon un philosophe, du moins quelqu’un qui se règle sur la vertu grâce à son instruction. Le texte fait de la naissance de la loi le résultat non d’une réflexion personnelle guidée par la divinité, mais d’un véritable apprentissage. De nombreux textes portent la trace de cette réflexion, qu’ils attribuent même parfois aux Lois de Platon : le texte du Minos joue par exemple un rôle notable dans l’appréhension du texte des Lois, qu’il colore de son interprétation, ainsi que dans celle d’Homère26.

19On se retrouve ainsi avec une chaîne de références et de lectures, sur lesquelles se fonde la définition du législateur aux origines de la loi : Homère est relu par le prisme des Lois, elles-mêmes étant réinterprétées dans les termes établis par le Minos. L’insertion de réflexions sur l’équité de Minos ou de séquences de gloses qui associent par exemple l’ὀαριστής homérique à « interlocuteur » (ὁμιλητής) et « disciple » (μαθητής) disent l’influence, directe ou indirecte, du Minos sur nombre de textes d’époque romaine.

III. La figure, une définition

20Ce qui se construit dans le texte de Platon et ses suites, c’est une modélisation qui définit le législateur dans l’articulation du passé et du présent : le roi Minos sert non de miroir aux législateurs de l’Antiquité — sa définition n’est pas suffisamment développée pour servir d’exemple —, mais de lieu de réflexion sur la nature de la loi. Le récit de l’origine permet, sous couvert de raconter le passé lointain, de décrire les termes grâce auxquels le présent est pensé.

21La modélisation est à la fois thématique et discursive : un nombre restreint de termes permet de désigner de façon économique l’activité législatrice dans toutes ses implications. Cette activité, via le substantif νομοθέτης (« législateur ») et le verbe νομοθετεῖν (« légiférer »), est désignée grâce à une expression qui fige les variations, les nuances et les modalisations que permettrait le recours à la locution développée νόμους τιθέναι (« instaurer des lois », ces lois étant susceptibles d’être qualifiées par des adjectifs ou amplifiées par une relative). Par une opération de réduction, on passe ainsi d’un énoncé inséré dans une narration et potentiellement complété par une série d’informations circonstanciées, « Minos a institué des lois » (Μίνως νόμους ἔθηκε), à un énoncé hors circonstances, « Minos a légiféré » (Μίνως ἐνομοθέτησε), voire à une caractérisation qui se passe de toute action et qui vaut à elle seule, comme énoncé, « Minos a été un législateur » (Μίνως νομοθέτης ἦν). L’activité législatrice n’est plus ainsi seulement la fonction, mais la définition d’un personnage. Le discours change de statut, puisque l’on passe d’un récit composé d’actions successives assumées par un même sujet — ce que certains appellent traditionnellement le « mythe » — à une qualification, une identification sans variation, où le personnage est tantôt modèle, tantôt référé à un modèle — ce que j’ai appelé « figure ».

22Cette définition, composée d’un nom propre et d’une activité, peut être précisée de façon formulaire par des attributs répétés de texte en texte. Ces attributs sont typifiés et peu susceptibles d’évolution : dans le cas de Minos, son équité (δικαιοσύνη) et son statut de souverain (βασιλεύς) accompagnent, commentent et remotivent au fil des reprises la relation privilégiée et personnelle qu’il a avec une divinité. La « figure du législateur » est ainsi à la fois un type d’énoncé particulier, fondé sur une formule qui associe nom et activité (Minos - législateur), une constellation d’attributs associés (souverain équitable), et un récit mythique sur l’origine de la loi sans cesse reconduit (Minos a été l’intime de Zeus en Crète et s’entretenait régulièrement avec lui).

  • 27 Voir, en anthropologie, P. Boyer, « Les Figures du savoir initiatique », Journal des africanistes ( (...)
  • 28 L’usage du terme « figure » en iconographie, particulièrement pour définir des types, doit bien sûr (...)

23Cette modélisation opérée par les Lois et, de façon secondaire, par le Minos, se retrouve dans l’ensemble de la tradition grecque. Cette reprise de la figure, avec référence explicite ou implicite à Platon, et parfois dans une parfaite ignorance de son origine platonicienne, transforme la modélisation en quelque chose de transmissible. Modèle, archétype, motif, thème, pourquoi ne pas avoir choisi l’un de ces termes ? Je préfère la notion de « figure », abondamment documentée dans les pratiques bibliographiques27, car elle est diachronique et interpersonnelle : la figure du législateur se rencontre à toutes les époques, sous le nom de Minos ou sous d’autres identités. Elle est surtout rhétorique : l’articulation entre un nom propre et une activité est une formulation efficace qui s’adapte à de nombreuses situations. Enfin, le terme « figure » est aussi une métaphore qui renvoie à l’idée de « représentation », de « silhouette », voire de « visage » : ce lien sémantique rappelle que ce trope, qui vise à enserrer des personnages dans une définition générale, dans un groupe qui les rapproche d’autres personnages censés leur être similaires, contribue aussi à leur donner des contours, une apparence, une forme perceptible, comme le ferait un dessin. La figure transforme une liste onomastique en des identités, elle donne corps à des noms28.

IV. L’essaim des reprises

24D’un point de vue dynamique, la figure est une sorte de vampire : elle a la capacité d’agréger, d’intégrer des personnages en contribuant à leur redéfinition, en leur donnant de nouveaux contours qui les stabilisent et les rendent compréhensibles. C’est ce qui explique qu’on la retrouve d’énoncé en énoncé, chez nombre de philosophes et d’historiographes, ainsi que dans les discussions lettrées caractéristiques des textes d’époque impériale. Elle permet de transmettre de façon efficace une configuration minimale qui dit l’origine de la loi, en particulier la loi politique, y compris pour des personnages qui devraient échapper à ce modèle. La figure exerce de ce fait une attractivité non négligeable. En l’isolant et en l’identifiant dans une série de textes, nous pouvons définir des chaînes, mettre à jour des réseaux, dessiner une cartographie qui donne à voir un bouillon conceptuel et culturel homogène, un système de références et de réflexion, l’articulation spécifique d’une pensée de la loi qui passe par la question de son origine, et non de son application juridique.

  • 29 Cassius Hemina fr. 16 Chassignet apud Pline l’Ancien, Histoire Naturelle XXXII, 20 ; Calpurnius Pis (...)
  • 30 Pontifes, flamines, Saliens, Vestales.
  • 31 Cicéron, République II, 26 : leges ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 27, 4 : νόμοι.
  • 32 Cicéron, République II, 25 sq. : uirtutem, sapientiam ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines I (...)

25Le souverain romain Numa et le personnage d’Égérie offrent un exemple particulièrement clair de ce processus. Le rôle de Numa comme fondateur de cultes est bien attesté dans le corpus antique, dès le IIe s. avant notre ère29, en particulier pour les prestigieux collèges romains (Cicéron, République II, 26)30 et le calendrier (Cicéron, Des Lois II, 29). À ce titre on évoque ses lois, inséparables de ses activités royales31. Sa réputation de sagesse ne fait aucun doute32.

  • 33 Ennius, Annales II, 113 Skutsch apud Varron, De la langue latine VII, 42 : olli respondit suauis so (...)
  • 34 Valerius Antias, fr. 6 Peter2 apud Arnobe, Aduersus nationes V, 1. Il est question d’un « conseil » (...)
  • 35 Varron, Antiquités divines I fr. IV Cardauns apud Augustin, La Cité de Dieu VII, 35.

26Égérie apparaît pour nous pour la première fois dans un vers d’Ennius, d’après le témoignage de Varron, où il était peut-être question d’une conversation33. Il semble que l’historien Valerius Antias évoquait de son côté un stratagème de Numa pour se procurer la foudre, et qu’Égérie le conseilla en cela34. Les modalités de la relation entre Numa et Égérie ne sont pas davantage précisées. Cicéron confirme l’existence de cette relation, sous une forme négative, puisqu’il refuse dans un passage de ses Lois qu’Égérie ait conversé avec Numa (I, 4). Varron, d’après le témoignage d’Augustin, définissait cette relation comme conjugale35.

27C’est dans un texte grec, chez Denys d’Halicarnasse, que l’on trouve une représentation d’Égérie et de Numa calquée sur la figure du législateur :

Λόγους τε ὑπὲρ αὐτοῦ πολλοὺς καὶ θαυμαστοὺς λέγουσιν ἀναφέροντες τὴν ἀνθρωπίνην σοφίαν εἰς θεῶν ὑποθήκας. Νύμφην γάρ τινα μυθολογοῦσιν Ἠγερίαν φοιτᾶν πρὸς αὐτὸν ἑκάστοτε διδάσκουσαν τὴν βασιλικὴν σοφίαν (…)

On raconte à son sujet une quantité de récits extraordinaires, en rapportant sa sagesse humaine à des principes divins. Des histoires racontent en effet qu’une nymphe, Égérie, le fréquentait et lui enseignait à chaque fois la science de régner (…) (Antiquités romaines II, 60, 4-5)

  • 36 Denys s’inscrit ainsi dans une lignée que l’on peut rattacher aux ambiguïtés de la συνουσία dans le (...)

28La rédaction qu’il propose est remarquablement proche du texte des Lois, et plus encore du Minos, même s’il faut hésiter à conclure à un emprunt : les termes de la figure ont été suffisamment stabilisés par de nombreux exemples pour ne pas supposer une imitation directe. Il est en effet question, non de conversation ou de conseils, mais d’un « enseignement » (διδάσκουσαν) qu’Égérie prodigue à Numa. Les propos que la divinité adresse à Numa lors de leurs entretiens sont désignés comme des ὑποθῆκαι, ce qui ne renvoie pas à l’idée d’« inspiration », mais à des « règles », des « principes énoncés » auxquels on doit se conformer. Le terme semble être une glose des φῆμαι de Platon, car il indique bien, comme dans les Lois, que ce n’est pas la lettre des lois, mais leur esprit qui est transmis par la divinité. Enfin, la relation entre Numa et Égérie n’est pas expressément identifiée comme conjugale, comme elle l’était chez Varron : Denys joue sur les mots en recourant au même verbe φοιτᾶν (« fréquenter ») que Platon et au motif de la « compagnie » (συνουσία) exploité à la fois par Platon et le Minos, en mettant cette fois à profit, contrairement à ces prédécesseurs, le fait que ces termes peuvent désigner aussi bien l’union sexuelle que la fréquentation entre deux individus36. La suite du texte, qui compare Numa à Minos et décrit les rencontres de ce dernier avec Zeus (II, 61, 1), confirme la prégnance de la figure platonicienne du législateur, sans lever complètement l’incertitude sur la nature des rapports entre Numa et Égérie.

29Ce n’est cependant pas ce point qui suscite l’intérêt de Denys, qui prend le parti de motiver la lecture qu’il offre du couple Numa-Égérie. Il précise en effet qu’il se pourrait, si on refuse l’existence même d’Égérie, que Numa ait consciemment imité les exemples fournis par Minos et Lycurgue, qui prétendaient s’entretenir avec la divinité (II, 61, 1). L’adoption de la figure grecque du législateur, étrangère au monde romain, est ici mise au compte des personnages eux-mêmes, non de l’auteur de l’énoncé.

  • 37 Une liste de législateurs apparaît dans Aristote, Politique 1273b27-1274a32 (un passage peut-être i (...)

30L’idée suivant laquelle différents personnages ont revendiqué leur statut de législateur en se conformant volontairement à un modèle antérieur est d’une grande efficacité et d’une grande souplesse, car elle permet de réunir différentes aires culturelles et différentes temporalités sans que l’auteur lui-même ait à payer le prix de ce que son énoncé peut avoir d’artificiel et de forcé. L’un des rôles de la figure, celui d’identifier des personnages à un type commun de façon à les décrire dans les termes fournis par ce type, est ici délégué au niveau du texte aux personnages rassemblés dans la figure. Cette opération permet de ne pas seulement constituer une liste de législateurs37, elles les associe, les relie et justifie à sa façon l’existence même de la figure.

  • 38 Éphore, IIa 70 F 147 FGrHist, apud Strabon, X, 4, 8.
  • 39 Tout ce passage de Strabon est d’ailleurs une vaste opération compilatoire autour de Minos, puisqu’ (...)

31L’idée n’est pas propre à Denys et remonte peut-être à Éphore de Cumes, qui opère un coup de force aussi important que celui de Platon dans ses Lois. Tout le passage d’Éphore, tel que nous le lisons chez Strabon38, se construit sur une relecture des vers de l’Odyssée consacrés à Minos, vers cités explicitement et réinterprétés dans les termes de Platon et du Pseudo-Platon, que la nouvelle formulation d’Éphore réfute enfin et vise à remplacer39. Éphore détache en effet l’histoire des législateurs du monde divin en traitant d’imposture leur relation avec une divinité. Il entre ainsi en conflit direct avec la figure du législateur définie par Platon et le Pseudo-Platon, et refuse leur récit de l’origine de la loi. Chez lui, l’activité législatrice se fait au sein d’une histoire seulement humaine, et repose sur le mécanisme de l’imitation (μίμησις), lui-même motivé par le sentiment de « rivalité » ou de « jalousie » (ζῆλος).

32L’imitation devient ainsi le moteur d’un procédé narratif qui justifie l’existence même de la figure du législateur, c’est-à-dire l’énumération de personnages qui en relèvent : elle légitime depuis l’intérieur de l’énoncé qui mentionne ces différents législateurs la ressemblance des législateurs entre eux. En faisant porter sur les législateurs eux-mêmes le poids de la construction, elle garantit la possibilité de créer de longues chaînes entre des législateurs distants les uns des autres, de multiplier les étapes par lesquelles la loi se crée, et d’intégrer davantage encore de législateurs étrangers au monde grec. Le motif de la « jalousie » permet qui plus est d’intégrer des éléments polémiques et de construire une échelle de valeur à laquelle chaque législateur pourra être rapporté.

  • 40 C’est peut-être ce qu’affirmait aussi le Sur les législateurs d’Hermippos de Smyrne, pour qui « Pyt (...)

33On ne s’étonnera donc pas de voir ce motif particulier de la figure du législateur exploité au sein des querelles de préséance dans le judaïsme hellénistique et impérial, ainsi que dans la polémique païenne et chrétienne : Moïse y est défini, suivant les auteurs et les partis, tantôt comme un imitateur, tantôt comme un législateur plagié. C’est ainsi que dès le IIe siècle avant notre ère, Aristoboulos, dans un Commentaire du Pentateuque dédié à Ptolémée VI Philomètor, suppose qu’il a existé une traduction grecque de la Loi juive antérieure à la Septante, que Platon et Pythagore auraient imitée40.

  • 41 §4 : Οἵ δὲ τὸ ἀξιόπιστον τῆς παρ᾿ Ἕλλησι νομοθεσίας, ὡς οἷον τε αὐτοῖς, ἐπαίροντες εἰς τὸ θεῖον κατ (...)

34On aboutit ainsi à des textes touffus, où se mêlent les comparaisons et les procédures d’identification. Clément d’Alexandrie, par exemple, dans un passage des Stromates (I, 26, 170, 3-4), énumère les législateurs (Minos, Lycurgue, Zaleucos, Moïse) et les sources (Platon, Aristote, Éphore, Chaméléon), en reprenant les termes typiques de la figure du législateur. Mais la mention de Moïse renverse justement la donne, car Clément accuse les auteurs grecs de s’être réglés sur l’image de Moïse, tout en se refusant à reconnaître l’origine de leur larcin41. De façon ironique pour nous — non pour Clément —, ce dernier texte taxe Platon d’ingratitude et invoque le modèle primitif (ἀρχέτυπον) de la figure platonicienne du législateur dont il dénie à Platon l’autorité. Mais quelque chose d’important se joue aussi chez Clément : désormais, les termes de l’Exode (31, 18 ; 34, 1-28) se substituent comme référence et code de lecture aux attributs définis par la figure platonicienne du législateur, et la réception directe du texte de la loi par Moïse des mains de la divinité remplace les motifs de la conversation et de l’apprentissage. Près de vingt siècles après Clément, A. Evans adopte à son tour ce nouveau modèle en imaginant Minos recevant ses tables de la loi à la façon d’un Moïse.

V. La figure et l’archéologie de la loi

35Cet examen rapide de quelques-unes des étapes par lesquelles une figure du législateur a pu se constituer a mis en évidence quelques traits remarquables de la notion même de figure. Contrairement à ce que pourraient laisser supposer les emplois parfois imprécis qu’autorise une notion devenue passe-partout, la figure est un type d’énoncé, centré sur une formule rapide, quasiment une locution, qui ne varie quasiment jamais (« un tel est législateur »). Cet énoncé central s’accompagne d’attributs qui ont été composés par l’interprétation forcée de vers d’Homère, d’abord par les Lois de Platon, puis par le Minos du pseudo-Platon. En ce sens, la figure du législateur est d’abord platonicienne dans la tradition documentaire grecque, car c’est à ces deux textes que, explicitement ou implicitement, directement ou indirectement, les mentions du législateur et de l’origine de la loi renvoient. Des configurations particulières, telle celle d’Éphore, en gardent les termes généraux, même si elles entrent en conflit direct avec certaines des propositions des Lois et du Minos. Le modèle divergent de l’union conjugale, avec Égérie, ou celui de la révélation divine, avec Moïse, suscitent des réappropriations, des croisements, des effacements et des réécritures : tantôt Minos est un ancien Numa ou un autre Moïse, tantôt ce sont Numa et Moïse qui sont décrits à la façon de Minos.

36Ce que permet la notion de figure, c’est un classement thématique de l’ensemble des occurrences fournies par la documentation, ainsi qu’une réflexion sur la nature de ce classement. Loin d’être issue d’un esprit de système propre au regard contemporain, la figure est un mécanisme narratif pensé et modifié de l’intérieur par les auteurs eux-mêmes. L’organisation des références les unes par rapport aux autres grâce à cette même notion dresse une cartographie, une généalogie et une archéologie de la pensée sur l’origine de la loi. Distincte de la réflexion politique, juridique et philosophique, mais non sans liens avec elle, la figure du législateur fournit un ensemble d’énoncés qui constituent un point de vue sur l’activité du législateur, ainsi qu’un modèle de référence qui permet de classer, d’ordonner et, si besoin, de polémiquer.

Haut de page

Notes

1 Les liens d’A. Evans avec la presse, en particulier avec le Manchester Guardian, sont étudiés par J. A. MacGillivray, Minotaur. Sir Arthur Evans and the Archaeology of the Minoan Myth, New York, Farrar, Straus & Giroux, 2000, p. 158-160 ; C. Gere, Knossos and the Prophets of Modernism, Chicago, University of Chicago Press, 2009, p. 71-72.

2 A. Evans interprétait en particulier certaines marques des tablettes comme des sceaux officiels et des signatures : voir son Palace of Minos at Knossos, Londres, Macmillan, 1921, I, p. 2.

3 A. Evans fut le découvreur, mais aussi l’inventeur d’une civilisation, dite désormais « minoenne », originale, exemplaire et emblème de « modernité ». Ce dernier point devint rapidement un lieu commun : voir J. C. Stobart, The Glory that was Greece, Philadelphie, J. B. Lippincott, 1911, p. 26, sur les lieux d’aisance ; A. Reinach, L’Hellénisation du monde antique, Paris, Alcan, 1914, p. 5, sur l’art minoen et l’art moderne. Pour une relecture circonstanciée de cette invention, voir A. Farnoux, Cnossos. L’archéologie d’un rêve, Paris, Gallimard, 1993 ; J. K. Papadopoulos, « Inventing the Minoans : Archaeology, Modernity and the Quest for European Identity », JMA 18 (2005), p. 87-149 ; C. Gere, op. cit., p. 75-139.

4 A. Evans, The Palace of Minos at Knossos, p. 2 : « like another Moses or Hammurabi, receiving the law from the hands of the divinity himself on the Sacred Mountain ».

5 W. Nippel, Ancient and Modern Democracy. Two Concepts of Liberty, traduction K. Tribe, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, p. 171. L’anecdote a été popularisée par P. Vidal-Naquet, « Le Mirage Grec et la Révolution française », Esprit 452, 12 (1975), p. 826 (article réimprimé dans La Démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris, Flammarion, 1990, et dans Les Grecs, les historiens, la démocratie. Le grand écart, Paris, La Découverte, 2000).

6 A. Szegedy‑Maszak, « Legends of the Greek Lawgivers », GRBS 19 (1978), p. 199-209.

7 Ce dernier point a été étudié dans ma thèse de doctorat (non publiée), dont la deuxième partie portait justement sur « La figure du législateur » : C. Delattre, Les Figures de Minos dans l’imaginaire antique. Thalassocrate, législateur, juge infernal, diss. Université de Paris-X Nanterre, 2001 ; certains éléments de cette thèse ont été également repris dans « L’Ordre généalogique, entre mythographie et doxographie », Kernos 19 (2006), p. 145-159.

8 Par exemple Hérodote, I, 29 : Solon, Ἀθηναίοισι νόμους κελεύσασι ποιήσας, « qui a légiféré à l’invitation des Athéniens » ; V, 66 : Clisthène, avec la description de quelques-unes de ses mesures.

9 IG I3, 104.5 : Δράκοντος νόμον τὸμ περὶ το̄ φό[ν]ο. Le décret recommande de faire graver cette loi de Dracon sur une stèle, qui sera érigée devant la Stoa Basilikè.

10 Sur le statut de ces préludes, voir la mise au point de L. Mouze dans ce même volume.

11 623e : Θεὸςεἴληφε τὴν αἰτίαν τῆς τῶν νόμων διαθέσεως : « C’est à un dieu que remonte la responsabilité de l’instauration des lois ».

12 L’expression ne doit pas prêter à confusion : ce ne sont pas les lois, mais bien le statut de législateur, qui vient de la divinité.

13 Platon, Gorgias 523e-524a : Minos, Éaque et Rhadamanthe jugeront aux Enfers les âmes des individus récemment décédés, Minos intervenant en dernier ressort.

14 Homère, Odyssée XI, 568-571 : Ulysse voit Minos trancher des litiges entre les morts, et non, comme le dit le Gorgias, juger du sort des âmes dans l’au-delà.

15 624a-b : τοῦ Μίνω φοιτῶντος πρὸς τὴν τοῦ πατρὸς ἑκάστοτε συνουσίαν δι᾿ ἐνάτου ἔτους καὶ κατὰ τὰς παρ᾿ ἐκείνου φήμας ταῖς πόλεσιν ὑμῖν θέντος τοὺς νόμους : « Minos fréquentait la compagnie de son père par cycle de neuf ans et légiférait pour vos cités en se conformant aux prescriptions qui venaient de lui ».

16 XIX, 178-179 : Κνωσός, μεγάλη πόλις, ἔνθα τε Μίνως / ἐννέωρος βασίλευε Διὸς μεγάλου ὀαριστής.

17 J. Labarbe, L’Homère de Platon, Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, 1949, a bien montré les spécificités du corpus homérique que l’on peut reconstituer à partir de ses citations et évocations par Platon, même s’il n’a que très rapidement traité notre passage (p. 376 et 399-400).

18 Il convient cependant de noter qu’il n’existe pas de variante notable, dans les citations antiques ou la tradition manuscrite, pour les vers 178 et 179 de l’Odyssée : ils constituent une lectio difficilior pour laquelle aucune autre solution n’a été proposée dans l’Antiquité. Malgré l’intérêt d’appliquer la thématique de la variance et de la mouvance développées par G. Nagy, La poésie en acte. Homère et autres chants, Paris, Belin, 2000, p. 17-53, à partir de B. Cerquiglini et de P. Zumthor, de façon générale à la performance du corpus homérique, cette thématique ne peut s’appliquer ici, faute justement de mouvance et de variance.

19 On retrouve le même embarras dans les scholies : Schol. V Hom., Od., 19.179 énumère jusqu’à cinq interprétations différentes du vers.

20 Comme l’a bien montré H. Tarrant, « Socratic Synousia : A Post-Platonic Myth? », JHPh 43.2 (2005), p. 133-136, les emplois de συνουσία chez Platon sont tout aussi diversifiés que dans le reste du corpus grec antique, et ne peuvent désigner de façon spécifique un type de relation pédagogique entretenu par Socrate avec ses disciples. Font contraste avec ce tableau à la fois le Théétète de Platon et les Mémorables de Xénophon (voir en particulier la conclusion partielle d’H. Tarrant p. 138), puis le Théagès pseudo-platonicien, qui développe une conception particulière de la συνουσία pédagogique qui n’exclut pas au moins, au moins métaphoriquement, l’union sexuelle (ibid., p. 138-141).

21 Cf. Homère, Iliade XVIII, 349-351 ; Odyssée X, 19-21 ; 388-390 ; XI, 308-312 ; cf. Hésiode, Les Travaux et les jours, 436-438 (ἐνναετήρος). Les scholies au vers 179 proposent trois autres interprétations, mais seule celle de Platon s’impose dans la grande majorité des occurrences. Le sens précis du texte homérique reste en débat.

22 Voir dès le prélude des Lois l’affirmation, déjà citée plus haut, suivant laquelle tout législateur digne de ce nom « devra légiférer sans avoir pour horizon rien d’autre que la vertu au plus haut degré » (630c : οὐκ ἄλλο πρὸς τὴν μεγίστην ἀρετὴν μάλιστα βλέπων ἀεὶ θήσει τοὺς νόμους).

23 Voir en dernier lieu les éléments compilés par F. Scrofani, Le Minos dans le Corpus Platonicum. Une théorie de la loi dans l’Académie, diss. EHESS / Università degli studi de Trente, 2017.

24 Voir W. S. Cobb, « Plato’s Minos », AncPhil 8 (1988), p. 187-207 : les lois ne varient pas, seul est soumis au relatif ce que les gens pensent (νομίζειν) être la loi (νόμος).

25 L’auteur du Minos précise ainsi que Minos « se retrouve dans des conversations » avec Zeus (συγγίγνεσθαι... ἐν λόγοις), comme si l’ambiguïté de συγγίγνεσθαι, qui renvoie à celle de συνουσία dans les Lois, devait à tout prix être levée.

26 Voir par exemple Dion Chrysostome, Discours IV, 39-40.

27 Voir, en anthropologie, P. Boyer, « Les Figures du savoir initiatique », Journal des africanistes (1980), p. 31‑57 ; en sociologie de la culture, N. Loraux & C. Miralles (eds), Figures de l’intellectuel en Grèce ancienne, Paris, Belin, 1998, p. 143-189 ; en sociologie politique, M. Piérart, « Les Figures du roi et du tyran dans les Lois de Platon », Ktema 16 (1991), p. 219-227 ; en mythologie, C. Calame, « Les Figures grecques du gigantesque », Communications 42 (1985), p. 147-172 ; en religion antique, G. Pironti, Entre ciel et guerre. Figures d’Aphrodite en Grèce ancienne, Liège, Presses universitaires de Liège, 2007 ; en littérature comparée, C. Hussherr & E. Reibel (eds), Figures bibliques, figures mythiques. Ambiguïtés et réécritures, Paris, Rue d’Ulm, 2002.

28 L’usage du terme « figure » en iconographie, particulièrement pour définir des types, doit bien sûr aussi être prise en considération. C’est sur ce sens que joue le titre de F. Frontisi‑Ducroux, L’Homme-cerf et la femme-araignée. Figures grecques de la métamorphose, Paris, Gallimard, 2003.

29 Cassius Hemina fr. 16 Chassignet apud Pline l’Ancien, Histoire Naturelle XXXII, 20 ; Calpurnius Pison fr. 11 Chassignet apud Varron, De la langue latine V, 165 ; Lucilius, Satires XV, fr. 19 Charpin = 484-489 Marx apud Lactance, Institutions divines I, 22, 13.

30 Pontifes, flamines, Saliens, Vestales.

31 Cicéron, République II, 26 : leges ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 27, 4 : νόμοι.

32 Cicéron, République II, 25 sq. : uirtutem, sapientiam ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 23, 6 : περιττὸς τὴν γνώμην ; σοφός.

33 Ennius, Annales II, 113 Skutsch apud Varron, De la langue latine VII, 42 : olli respondit suauis sonus Egeriai, « lui répond le doux timbre d’Égérie ».

34 Valerius Antias, fr. 6 Peter2 apud Arnobe, Aduersus nationes V, 1. Il est question d’un « conseil » ou d’un « avertissement » d’Égérie (monitus).

35 Varron, Antiquités divines I fr. IV Cardauns apud Augustin, La Cité de Dieu VII, 35.

36 Denys s’inscrit ainsi dans une lignée que l’on peut rattacher aux ambiguïtés de la συνουσία dans les Mémorables de Xénophon, voire au Théagès du ps. Platon, si l’on suit H. Tarrant, op. cit., p. 133-141. Cependant il peut aussi bien exploiter une indifférenciation constitutive du terme, similaire à celle que l’on trouve dans le français « intime ».

37 Une liste de législateurs apparaît dans Aristote, Politique 1273b27-1274a32 (un passage peut-être interpolé, d’après J. Aubonnet, Aristote. La politique, Paris, Belles Lettres, 1960, I, p. 171). Le même Aristote réécrit ensuite la même liste en introduisant un lien de maître à disciple entre certains des législateurs. Sur ce modèle particulier au sein de la figure du législateur, voir C. Delattre, « L’Ordre généalogique, entre mythographie et doxographie », Kernos 19 (2006), p. 155-156.

38 Éphore, IIa 70 F 147 FGrHist, apud Strabon, X, 4, 8.

39 Tout ce passage de Strabon est d’ailleurs une vaste opération compilatoire autour de Minos, puisqu’il débute par une paraphrase de Thucydide, I, 4, 1 concernant les actions de Minos thalassocrate.

40 C’est peut-être ce qu’affirmait aussi le Sur les législateurs d’Hermippos de Smyrne, pour qui « Pythagore pratiquait et répétait ces préceptes, en imitant les opinions des Juifs et des Thraces et en se les attribuant ». Hermippos fr. 81 Wehrli = 1026 F 1 Bollansée apud Flavius Josèphe, Contre Apion I, 165, et Origène, Contre Celse I, 15.

41 §4 : Οἵ δὲ τὸ ἀξιόπιστον τῆς παρ᾿ Ἕλλησι νομοθεσίας, ὡς οἷον τε αὐτοῖς, ἐπαίροντες εἰς τὸ θεῖον κατ᾿ εἰκόνα τῆς κατὰ τὸν Μωυσέα προφητείας ἀγνώμονες, οὐκ αὐτόθεν ὁμολογοῦντες τήν τε ἀλήθειαν καὶ τὸ ἀρχέτυπον τῶν παρὰ σφίσιν ἱστορουμένων : « Ces gens qui font leur possible pour exalter jusqu’à Dieu l’autorité de la législation grecque à l’image de la déclaration prophétique de Moïse, sont bien ingrats de ne pas reconnaître la vérité et (de ne pas mentionner) le modèle primitif de leurs traditions » (trad. Caster).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Delattre, « Figures mythiques du législateur. Réécritures et modélisation », Cahiers des études anciennes, LVII | -1, 45-60.

Référence électronique

Charles Delattre, « Figures mythiques du législateur. Réécritures et modélisation », Cahiers des études anciennes [En ligne], LVII | 2020, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1424

Haut de page

Auteur

Charles Delattre

Université de Lille, Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals