Navigation – Plan du site

La fabrique de la tradition : les législateurs dans la littérature antique

Catherine Psilakis
p. 7-16

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Législateurs, figures, Tradition
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Édition consultée : J.‑H. Bernardin De Saint‑Pierre, Paul et Virginie : Avec des extraits du Voyage (...)

Cependant des bienfaiteurs du genre humain s’élevèrent de siècles en siècles au-dessus de ses brigandages. Hercule, Esculape, Orphée, Linus, Confucius, Lockman, Lycurgue, Solon, Pythagore, Socrate, Platon, etc., civilisent peu à peu ces hordes de barbares. Ils déposent parmi eux les éléments de la concorde, des lois, de l’industrie, de religions plus humaines. Ils apparaissent dans les siècles passés au-dessus de leurs nations, comme des sources inépuisables de sagesse, de lumière, et de vertus, qui ont circulé jusqu’à nous de générations en générations semblables à ces fleuves descendus des sommets aériens des montagnes lointaines, qui traversent depuis des siècles, des rochers, des marais, des sables, pour venir féconder nos plaines et nos vallons.1

Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, Préambule de 1788.

1Les textes réunis ici procèdent d’un séminaire intitulé « Figure(s) du législateur : la parole de l’expert dans la littérature antique »2 qui s’est tenu au Centre Jean Pépin (UMR 8230 CNRS ENS) de janvier 2018 à janvier 2019. Ce séminaire a été rendu possible grâce au soutien du GIS Humanités et du Centre Jean Pépin, dont je remercie le directeur et les collègues assidus aux séances. Je remercie également Pascale Fleury d’avoir accepté ce dossier au sein des Cahiers des Études Anciennes.

  • 3 C. Psilakis, Dynamiques et mutations d'une figure d'autorité : la réception de Solon aux Ve et IVe  (...)
  • 4 Cf. supra n. 1.

2Lors de mon travail de doctorat intitulé Dynamiques et mutations d'une figure d'autorité : la réception de Solon aux Ve et IVe siècles avant J.-C3, j’ai pris conscience de l’importance et surtout de la récurrence de la figure du législateur dans les textes grecs issus de la rhétorique, de la philosophie, mais également du théâtre dans l’Athènes de l’époque classique. Un élargissement de mes recherches fut l’occasion de constater que Solon n’était pas la seule figure de législateur à faire l’objet d’un traitement particulier et récurrent dans la littérature grecque de l’époque. D’autres législateurs étaient présentés comme des figures exemplaires : Lycurgue de Lacédémone, Dracon d’Athènes et Charondas de Sicile ont été abondamment cités non seulement à l’époque classique (Platon, La République, 599d-e), mais également chez des auteurs postérieurs (Cicéron, De Legibus I, 57). Bien au-delà de l’Antiquité, les anciens législateurs, qu’ils soient grecs ou romains, ont été considérés comme des héros civilisateurs, voire des éducateurs pour les peuples4.

3C’est ainsi que l’idée de ce séminaire est née de la volonté d’étudier dans une perspective diachronique les traditions qui s’élaborent au sein des textes de la littérature grecque et romaine autour des législateurs anciens les plus fréquemment cités : Minos et Rhadamante, Pythagore, Lycurgue, Charondas, Dracon, Solon et Zaleucos pour les législateurs grecs ; Romulus, Numa Pompilius et Servius Tullius pour les législateurs romains.

4Cet objet d’étude nécessite une mise au point terminologique d’une part pour expliciter ce qu’on entendra ici par la notion de « figure » de législateurs et pour éclairer le choix du corpus retenu ; d’autre part, pour définir ce que nous nommons la « tradition ».

I. Les législateurs comme figure d’autorité

5S’interroger sur les traditions qui s’élaborent autour des législateurs anciens revient à soulever deux points qui méritent toute notre attention. Premièrement, de quoi parle-t-on lorsque le terme de « figure » est utilisé ? Deuxièmement, sur quels fondements repose l’autorité de celui que l’on désigne comme législateur ?

  • 5 « Christine de Pizan : Figures d’auteur, figures d’autorité, figures exemplaires », IXe colloque in (...)
  • 6 B. Liou-Gille, « La figure du Législateur dans le monde antique », RBPh 78.1 (2000), p. 171.
  • 7 M. Detienne & P. Vidal-Naquet. Les maîtres de vérité dans la Grèce archaïque, Paris, F. Maspero, 19 (...)

6Dans le champ des études anciennes et médiévales, les contributions qui s’intéressent aux figures problématisent davantage le complément du nom que la notion de figure elle-même : les contributions sur « la figure de l’auteur » ou encore « la figure de l’intellectuel » ont donné lieu à des développements poussés sur la notion d’auctorialité au Moyen-Âge et sur les vertus de l’anachronisme pour saisir les intellectuels de l’Antiquité qui recouvrent de facto le poète, l’historien et le sophiste5. De même, la féconde étude de Bernadette Liou-Gille consacrée à la figure du législateur dans le monde antique évacue la question de la figure pour se focaliser sur la recherche d’une typologie du « Sage-Législateur »6 adoptant ainsi une approche exclusivement anthropologique. Dans les trois cas, les auteurs ne disent pas un mot de la notion de figure. Ces études montrent toute la difficulté de parvenir à une définition précise et englobante : elles font davantage le pari d’aborder la notion par des études de cas que par une théorisation générale. Car comme les poètes et les aèdes, si l’on s’attache cette fois à la typologie de Marcel Detienne, les législateurs de l’Antiquité peuvent également relever de la catégorie nommée « Maîtres de Vérité »7. La notion de figure offre donc à la fois une facilité de langage, mais également une résistance dans la mesure où les efforts pour la saisir entièrement et précisément restent vains.

  • 8 J. Pavlevski-Malingre, « Introduction. La figure face au personnage », Revue Ad Hoc 4 (2015), p. 1- (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 F. Godefroy, « Complément », Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes d (...)
  • 11 J. Pavlevski-Malingre, op. cit. n. 10, p. 4, qui cite ici les travaux de V. Léonard‑Roques, « Avant (...)

7Sous ses dehors d’apparente facilité, la notion de figure est régulièrement utilisée comme une convention de langage allant de soi alors qu’elle nécessiterait un effort de conceptualisation afin de préciser son champ sémantique8. La figure est en effet polysémique : sans reprendre de manière exhaustive l’évolution du terme du latin à nos jours9, il est possible de souligner son extension sémantique qui peut désigner à la fois la « forme extérieure des choses »10 selon son sens en ancien français, mais également renvoyer au sens de « cas exemplaire » en relation avec « un personnage ou une personnalité mémorable », qui confère dès lors au terme une dimension allégorique. Ainsi, « la figure mythique, elle, ne saurait se réduire à un seul personnage. Inscrite dans des relations d’intertextualité mettant en jeu un ou plusieurs personnages hypotextuels et leurs avatars hypertextuels, la figure mythique se conçoit comme la somme jamais close de ses incarnations, comme une forme relationnelle dynamique, élément constitutif d’un système faisant intervenir une série de personnages. Plurielle, labile, elle est à la fois moule et ensemble d’incarnations, perpétuant en cela le sens étymologique du latin figura »11. Ainsi définie, la notion de figure revêt une dimension particulièrement heuristique car elle n’informe pas uniquement sur la loi et sur celui qui l’instaure, mais renvoie plus généralement à son origine, c’est-à-dire aux institutions et aux formes politiques du corps civique qui ont permis son émergence. Recouvrant des approches à la fois littéraires, anthropologiques, historiques et institutionnelles, la figure a l’avantage d’unir ce qu’il serait maladroit de séparer dans l’étude des textes anciens.

  • 12 La traduction la plus récente de la poésie solonienne est celle de M. Noussia‑Fantuzzi, Solon the A (...)
  • 13 Voir principalement les études de M. Gagarin. « The Literary Evidence », Early Greek Law, Universit (...)

8Car le point commun à toutes ces figures que représentent Minos et Rhadamante, Pythagore, Lycurgue, Charondas, Dracon, Solon et Zaleucos pour les législateurs grecs ; Romulus, Numa Pompilius et Servius Tullius pour les législateurs romains, c’est que leur caractère exemplaire ainsi que leur autorité leur ont permis à un moment d’instaurer les lois. Mais quels sont les fondements de cette autorité ? Est-ce parce que le législateur exerce le pouvoir politique, comme c’est le cas pour les législateurs romains qui sont également les premiers rois de Rome ? Est-ce parce qu’en plus de l’établissement des lois, il a laissé des vers12 de sorte que la figure du législateur rejoint celle du poète comme dans le cas de Solon à Athènes ? La bibliographie sur ces questions abonde et ce n’est sans doute pas le lieu de reprendre le dossier dans son intégralité. En effet, toutes les études consacrées au droit et à l’établissement des lois se sont longuement interrogées sur l’origine de ces lois, en lien avec ce moment crucial de l’écriture des lois et une organisation particulière de la cité13. On rappellera uniquement trois points récurrents qui permettront de mieux saisir les enjeux posés par l’autorité du législateur dans l’Antiquité.

9Dans la Rhétorique (1376a), lors de l’énoncé des preuves extra-techniques, Aristote distingue deux types de témoins que l’orateur peut invoquer dans un procès, les contemporains et ceux du passé, parmi lesquels se trouvent les poètes. Or, le privilège est accordé aux plus anciens. Ils sont en effet qualifiés de πιστότατοι (« les plus dignes de foi »), ce qui signifie qu’ils sont les plus propres à emporter l’adhésion par leur autorité. Ancienneté et légitimité fondent l’autorité que la communauté reconnaît aux poètes en les incluant dans l’éducation reçue par le futur citoyen.

  • 14 B. Liou‑Gille, op. cit. n. 8, p. 174-177.
  • 15 L. Pernot, La rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Librairie générale française, 2000, p. 24-27.
  • 16 Voir l'ouvrage de référence de A. Kleingünther, Philologus. Supplementband. Πρωτος ευρετης, Leipzig (...)
  • 17 M. Baumbach (Zürich), « Protos heuretes », in Brill’s New Pauly, H. Cancik et H. Schneider (eds), A (...)

10Il existe également une proximité du législateur avec le divin, comme l’a montré fort justement Bernadette Liou‑Gille14, ce qui confère une dimension sacrée à l’œuvre du législateur. Par sa proximité avec les temps reculés, les origines et la dimension sacrée qui entoure ce passé lointain, la notion d’ancienneté est indissociable dans les textes de la tradition de la notion de fondation. Il faut ici se référer à une habitude grecque de conférer une origine connue et unique à un long processus qui aboutit à l’invention d’un art, d’une technique ou encore d’une institution15. Ainsi, la qualification du « premier inventeur » (πρῶτος εὑρετής)16 qui revient régulièrement pour qualifier les législateurs anciens prend tout son sens. Elle concerne trois groupes distincts : les inventeurs divins ou héroïques, les inventeurs historiques attestés dès le VIIe siècle, les peuples et les cités17. Le deuxième groupe nous intéresse dans la mesure où Aristote préconise l’utilisation de cette caractéristique du premier et de l’unique dans la Rhétorique et plus particulièrement dans la littérature encomiastique :

Χρηστέον δὲ καὶ τῶν αὐξητικῶν πολλοῖς, οἷον εἰ μόνος πρῶτος μετ᾿ ὀλίγων καὶ [] μάλιστα πεποίηκεν. ἅπαντα γὰρ ταῦτα καλά. [...] καὶ εἰ τὰ προτρέποντα καὶ τιμῶντα διὰ τοῦτον εὕρηται καὶ κατεσκευάσθη. καὶ εἰς ὃν πρῶτον ἐγκώμιον ἐποιήθη, οἷον εἰς Ἱππόλοχον, καὶ Ἁρμόδιον καὶ Ἀριστογείτονα τὸ ἐν ἀγορᾷ σταθῆναι. [...] πίπτει δ᾿ εὐλόγως αὔξησις εἰς τοὺς ἐπαίνους· ἐν ὑπεροχῇ γάρ ἐστιν, δ᾿ ὑπεροχὴ τῶν καλῶν.

« Il faut aussi utiliser un grand nombre de moyens d’amplification, dire par exemple si celui qu’on loue a agi seul, ou le premier ou avec un peu d’aide, ou encore s’il a été le principal artisan, car toutes les modalités sont belles. [...] De même dira-t-on si les encouragements et les marques d’honneur ont été inventés et mis en place à cause du personnage et si c’est pour lui qu’un panégyrique a été composé pour la première fois, comme pour Hippolochos, ou qu’une statue a été dressée sur l’agora, comme pour Harmodios et Aristogiton. [...] L’amplification tombe bien pour les éloges, car elle implique une supériorité, laquelle fait partie des choses belles. » (Aristote, Rhétorique, 1368a, trad. A. Motte).

11Les législateurs grecs et romains qui composent notre corpus sont ainsi présentés dans les textes comme des figures de fondateurs pour une cité particulière ou pour une aire géographique plus large.

  • 18 Pour une étude exhaustive, voir A. Busine, Les Sept Sages de la Grèce antique. Transmission et uti (...)
  • 19 L. Pernot, op. cit. n. 17, p. 58, à propos du canon des orateurs attiques : « le canon des orateurs (...)

12Figure d’ancienneté, figure sacrée, figure de fondateur : force est de constater que les Anciens eux-mêmes ont rapproché les législateurs qui nous intéressent. En effet, dès l’Antiquité, ces derniers apparaissent dans la syllogè, la légende des Sept Sages18. Ce phénomène de liste, de galerie d’autorités légendaires et historiques, relève sans doute de la même démarche que le canon des orateurs établi à l’époque hellénistique : il s’agit d’un mouvement de fixation d’autorités offertes comme modèles propices à l’enseignement19. En suivant les Anciens, le présent volume souhaite s’inscrire à son tour dans une démarche de rapprochements et de comparaisons des législateurs grecs et romains, en allant également jusqu’à comparer entre eux des législateurs d’époques différentes.

II. Récits de législateurs : du texte à la tradition

  • 20 J. Irigoin, « La transmission des textes et son histoire », Tradition classique et modernité. Actes (...)
  • 21 Définition de S. Heyworth et N. Wilson, « Indirect tradition », in Brill’s New Pauly, H. Cancik et (...)
  • 22 Voir par exemple M.‑P. Noël, « Lectures, relectures et mélectures des sophistes », Noesis 2 (1998), (...)
  • 23 Tout questionnement sur la citation commence avec la lecture d’A. Compagnon, La seconde main : ou, (...)

13Comme le note J. Irigoin, la tradition classique est un terme qui recouvre la transmission des textes anciens et son histoire : « les œuvres littéraires qui nous sont parvenues supposent une transmission continue, de copie en copie, avec les risques de fautes qu'implique toute reproduction manuelle. Or l'exemplaire complet le plus ancien que nous possédons de ces œuvres est généralement postérieur d'un millénaire au temps où vivait l'auteur, souvent plus en grec, parfois moins en latin » 20. Les philologues classiques distinguent la tradition directe de la tradition indirecte afin de préciser les modalités de transmission d’un texte. Par tradition indirecte, on entend généralement les citations, les morceaux choisis, les commentaires et les traductions d’une œuvre donnée21. Toutefois, cette distinction est régulièrement discutée22, car la pratique de la citation est un phénomène complexe à saisir dans les textes grecs et latins à cause du caractère oral premier d’une grande partie de la production littéraire des Anciens23.

14En outre, en faisant abstraction des difficultés inhérentes à la notion de citation dans l’Antiquité, la tradition indirecte ainsi définie serait à la fois inexacte et trop étroite dans sa conception pour saisir notre objet. Car l’objectif de ce volume est d’étudier non une œuvre mais un ensemble de passages faisant référence à chacun des législateurs cités précédemment et ainsi d’analyser tous les testimonia que l’on trouve dans les textes antiques. En opérant ce changement de perspective, nous souhaitons combler une lacune éditoriale : en effet, nous voulons explorer ainsi d’une façon renouvelée les traditions autour de ces législateurs célèbres, en nous intéressant aux différents processus de légitimation du discours auxquels ils participent, sans oublier l’examen de la réflexion suscitée chez les auteurs qui les citent dans des contextes politiques, culturels et religieux forts différents.

  • 24 Ces trois démarches constituent l’approche principale des législateurs anciens. Toutefois, Solon fa (...)
  • 25 A. Szegedy‑Maszak, « Legends of the the Greek lawgivers », GRBS 19 (1978), p. 199-209 ; pour une in (...)
  • 26 Nous faisons nôtre sur ce point la démarche exposée par L. Calvié, « La tradition indirecte des ῾Ρυ (...)

15En d’autres termes, l’objet d’étude n’est plus un personnage, son œuvre législative, ni les conséquences de cette dernière sur son époque24 : il ne se limite pas non plus aux points communs que l’on pourrait trouver dans les récits de vie et mort de ces législateurs célèbres grecs et romains25. Ces testimonia revêtent un intérêt particulier dans la mesure où ils entretiennent entre eux des relations de « transtextualité » telle que G. Genette la définissait comme « transcendance textuelle du texte », c’est-à-dire « tout ce qui le met en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes »26. Les testimonia qui constituent la tradition indirecte attachée aux législateurs débordent donc largement le cadre de la citation.

16En rassemblant tous les témoignages relatifs à chacun de ces législateurs, on aboutit à un volume de citations qui s’explique par la diversité des genres dans lesquels s’inscrit l’œuvre où la référence au législateur apparaît. Sans vouloir limiter le corpus à un genre littéraire, différents textes sont étudiés tels que la poésie, les récits historiques pour narrer les origines des institutions d’une cité, les textes philosophiques où l’on réfléchit au gouvernement idéal, comédie, les récits de fiction, les textes des géographes, les textes des grammairiens et ceux des commentateurs et des compilateurs, les textes de la littérature chrétienne et particulièrement la littérature apologétique dans lesquels une grande partie des législateurs appartiennent à la galerie des autorités que constituent les figures de l’hellénisme. Dans cette diversité des sources, nous souhaiterions mieux saisir l’évolution et la transmission des testimonia concernant les législateurs grecs et romains.

17Au terme de ces prolégomènes nécessaires à un objet d’étude mouvant et malaisé à saisir, la difficulté même des concepts utilisés tels que la tradition et la figure invitent naturellement à adopter une perspective interdisciplinaire. C’est pourquoi dans les contributions qui vont suivre, les auteurs abordent des genres littéraires différents, des époques différentes, selon des approches historiques, littéraires, historiographiques et anthropologiques complémentaires.

18Le volume s’ouvre sur un article à caractère introductif d’Antoine Chabod (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, UPEM, EA 3350 « ACP »). Cette étude, fondée à la fois sur les sources épigraphiques et littéraires, éclaire les différents sens associés à la figure du législateur. Les croisements soulignés entre les législateurs qui relèvent du légendaire et de l’historique permettent notamment de préciser la notion de héros fondateur.

19Michael Gagarin (University of Texas at Austin) s’intéresse au procédé littéraire à l’art de la narration et à ses récurrences, qui caractérisent les références aux législateurs grecs chez les orateurs attiques.

20Les deux contributions suivantes s’attachent à l’importance de Platon dans la définition du législateur telle qu’elle peut apparaître dans les développements de ce que nous avons appelé la tradition. Charles Delattre (Université de Lille, UMR 8164 HALMA, Histoire, Archéologie et Littérature des Mondes Anciens) s’intéresse à la figure de Minos et étudie la constitution d’une figure mythique du législateur dans la tradition historiographique. Létitia Mouze (Université de Toulouse) se concentre sur la figure du législateur dans les Lois de Platon.

21Passant des textes philosophiques aux textes historiques, Stavroula Kefallonitis (Université de Saint-Étienne, UMR 5189 HiSoMA) & Antoine Jayat (Université de Bordeaux) analysent les figures des législateurs, qui sont aussi des figures de fondateur chez Denys d’Halicarnasse.

22Basculant dans l’étude des législateurs romains, Christopher Smith (St Andrews University) revient quant à lui sur un autre masque de la figure du législateur : celui des premiers à Rome et s’interroge sur leurs lois.

23Maël Goarzin (Université de Lausanne - EPHE) s’interroge quant à lui sur les liens entre philosophes et législateurs dans la doctrine du néoplatonisme à l’époque de l’Antiquité tardive.

24Sébastien Morlet (Université Paris-Sorbonne) clôt le volume en s’intéressant à la place réservée aux législateurs grecs au sein des textes composés par les auteurs chrétiens des cinq premiers siècles de notre ère.

25En définitive, ce projet intéresse l'histoire des textes et celle des idées, mais également l'histoire de la traduction et celle de l'historiographie de la philologie. Il revient à s’interroger sur la relation des Anciens aux autorités particulières que représentent les législateurs et aux productions textuelles qui font référence à ces autorités ainsi qu’aux rapports qu’elles entretiennent entre elles.

  • 27 Base de données en cours de construction, à paraître sur le site du Centre Jean Pépin : http://umr8 (...)

26Comprendre l’élaboration d’une tradition revient premièrement à (re)découvrir les relations entre les auteurs et ainsi voir apparaître les phénomènes de mises en réseau ou si l’on préfère de filiation littéraire. Qui influence qui ? Qui a servi de modèle à qui ? Dans le même esprit, le développement d’une base de données des législateurs anciens27 en parallèle du séminaire qui s’est tenu entre janvier 2018 et janvier 2019 permettra, nous l’espérons, d’exploiter les possibilités offertes par les outils numériques. L’idée est de mieux comprendre la manière dont se construit, se développe et se ramifie la tradition indirecte qui porte sur chacun des législateurs : en un mot, déplier les maillons de la chaîne des testimonia afin de mieux en comprendre les attaches. Dans une prochaine étape du développement de cette base de données, nous souhaiterions mettre en œuvre les outils de visualisation géographique de l’expansion de la tradition sur le temps long, de l’époque classique en Grèce à l’époque impériale romaine, car ils peuvent participer à une démarche heuristique pour compléter les contributions du présent volume.

  • 28 Sur l’autorité des Anciens et de ses diverses manifestations dans la littérature antique de même qu (...)
  • 29 Nous nous inspirons de la taxinomie établie par P. Payen et D. Foucault, op. cit., qui sert égaleme (...)
  • 30 P. Chiron « Tibérios citateur de Démosthène », Réceptions antiques. Lecture, transmission, appropri (...)

27Comprendre l’élaboration d’une tradition signifie deuxièmement analyser quels traitements sont réservés à cette figure d’autorité28 que représentent les législateurs anciens selon le genre, l’époque et l’auteur. Il s’agit ici de déterminer si l’auteur décide de refonder, contester, légitimer, s'approprier, ou transformer l’autorité du législateur auquel il fait référence29. Comme dans le cas de la citation, « les déformations auxquelles on assiste [...] impliquent aussi l’autre projet du transmetteur, sa culture, son idéologie, et ses a priori sur le texte, lequel finit par refléter autant ou plus que son modèle, le contexte de l’opération de transmission »30. Les références qui entretiennent un lien plus ou moins lâche entre elles ouvrent aux chercheurs de nouvelles perspectives qui nous renseignent sur l’auteur, sa culture et ses valeurs morales.

Haut de page

Notes

1 Édition consultée : J.‑H. Bernardin De Saint‑Pierre, Paul et Virginie : Avec des extraits du Voyage à l'île de France, Paris, Gallimard, 1988, p. 87-88.

2 Le programme du séminaire est en ligne sur le carnet https://rhetorique.hypotheses.org/. Bien que toutes les contributions ne figurent pas dans ce volume, je remercie chaleureusement toutes les chercheuses et tous les chercheurs qui ont répondu à mon invitation, en particulier les professeurs M. Gagarin et C. Smith, venus spécialement en France pour présenter leur communication.

3 C. Psilakis, Dynamiques et mutations d'une figure d'autorité : la réception de Solon aux Ve et IVe siècles avant J.-C. diss. Université de Lille 3, 2014, consultable en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01427368.

4 Cf. supra n. 1.

5 « Christine de Pizan : Figures d’auteur, figures d’autorité, figures exemplaires », IXe colloque international Christine de Pizan à l’Université de Louvain-la-Neuve (7 au 11 juillet 2015) ; N. Loraux & C. Miralles, Figures de l'intellectuel en Grèce ancienne, Paris, Belin, 1998.

6 B. Liou-Gille, « La figure du Législateur dans le monde antique », RBPh 78.1 (2000), p. 171.

7 M. Detienne & P. Vidal-Naquet. Les maîtres de vérité dans la Grèce archaïque, Paris, F. Maspero, 1979.

8 J. Pavlevski-Malingre, « Introduction. La figure face au personnage », Revue Ad Hoc 4 (2015), p. 1-2.

9 Ibid.

10 F. Godefroy, « Complément », Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, New-York, Kraus reprint, 1968, p. 618, consultable en ligne, http://micmap.org/dicfro/search/complement-godefroy/figure.

11 J. Pavlevski-Malingre, op. cit. n. 10, p. 4, qui cite ici les travaux de V. Léonard‑Roques, « Avant-propos », Figures mythiques, fabrique et métamorphoses, V. Léonard‑Roques (ed.), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2008, p. 26.

12 La traduction la plus récente de la poésie solonienne est celle de M. Noussia‑Fantuzzi, Solon the Athenian, the Poetic Fragments, Leyde, Brill, 2010.

13 Voir principalement les études de M. Gagarin. « The Literary Evidence », Early Greek Law, University of California Press, 1986, p. 51-81, qui parle de « semi-divine figures » p. 61 ; K.‑J. Holkeskamp, « Arbitrators, Lawgivers and the "Codification of Law" in Archaic Greece [Problems and Perspectives] », Mètis 1-2 (1992), p. 49-81, consultable en ligne, https://doi.org/10.3406/metis.1992.977 ; J.-M. Bertrand, « L’écriture du législateur », De l'écriture à l'oralité : Lectures des Lois de Platon, Paris, Éditions de la Sorbonne, 1999 ; P. Ellinger, « En marge des lois chantées : la peste et le trouble », in P. Sineux (ed.), Le législateur et la loi dans l’Antiquité. Hommage à Françoise Ruzé, Actes du colloque de Caen (15-17 mai 2003), Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, p. 49-61, sur le législateur en tant que figure purificatrice ; J.‑J. Aubert, « Lawgivers » in M. Bévir et al. (eds), The Sage Encyclopedia of Political Theory, 2010, p. 779-783.

14 B. Liou‑Gille, op. cit. n. 8, p. 174-177.

15 L. Pernot, La rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Librairie générale française, 2000, p. 24-27.

16 Voir l'ouvrage de référence de A. Kleingünther, Philologus. Supplementband. Πρωτος ευρετης, Leipzig, Dieterich, 1933 ; K. Thraede, « Das Lob des Erfinders : Bemerkungen zur Analyse der Heuremata-Kataloge », RhM 105 (1962), p. 158-186.

17 M. Baumbach (Zürich), « Protos heuretes », in Brill’s New Pauly, H. Cancik et H. Schneider (eds), Antiquity volumes, édition anglaise : C. F. Salazar. Consulté en ligne le 1er Septembre 2019, http://dx.doi.org.janus.biu.sorbonne.fr/10.1163/1574-9347_bnp_e1011460 : « scholars often interpret the prôtos heuretḗs concept teleologically as a reflex of a growing historical awareness and the development of a sense of personality from the 6th cent. BC ».

18 Pour une étude exhaustive, voir A. Busine, Les Sept Sages de la Grèce antique. Transmission et utilisation d'un patrimoine légendaire d'Hérodote à Plutarque, Bruxelles / Paris, Centre de recherche sur la Cité grecque / De Boccard, 2002. On notera toutefois que le terme de légende n’est pas explicité et concurrence la notion de mythe au chapitre VI intitulé « le mythe d’Arion ».

19 L. Pernot, op. cit. n. 17, p. 58, à propos du canon des orateurs attiques : « le canon des orateurs n’est pas un phénomène isolé, au contraire, l’Antiquité a établi des listes comparables pour les poètes, les historiens, les philosophes, les artistes, etc. Dans chaque cas, il s’agissait de dresser la liste des classiques reconnus dans un genre donné, afin de fixer un corpus de références pour la critique, pour l’imitation, pour l’enseignement ».

20 J. Irigoin, « La transmission des textes et son histoire », Tradition classique et modernité. Actes du 12ème colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer (19 et 20 octobre 2001). Cahiers de la Villa Kérylos 13, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2002, p. 1. Voir également P. Hummel, « La tradition des textes grecs », QUCC 84.3 (2006), p. 131136.

21 Définition de S. Heyworth et N. Wilson, « Indirect tradition », in Brill’s New Pauly, H. Cancik et H. Schneider (eds), Antiquity volumes, édition anglaise : C. F. Salazar ; M. Landfester (ed.) Classical Tradition volumes, édition anglaise : F. G. Gentry, consulté le 14 Septembre 2019, http://dx.doi.org.janus.biu.sorbonne.fr/10.1163/1574-9347_bnp_e524110.

22 Voir par exemple M.‑P. Noël, « Lectures, relectures et mélectures des sophistes », Noesis 2 (1998), p. 25 : « C'est que, pour les auteurs antiques, il n'y a aucune différence entre ce que Diels, dans son édition, nomme “témoignages” et l'œuvre elle-même, ni entre la tradition directe ou indirecte d'un auteur ». Sur la remise en cause de la tradition directe, voir L. Canfora, Le Copiste comme auteur, Toulouse / Marseille, Anacharsis, 2012.

23 Tout questionnement sur la citation commence avec la lecture d’A. Compagnon, La seconde main : ou, Le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, pour se poursuivre dans le champ des études anciennes avec les ouvrages de C. Darbo‑Peschanski, La citation dans l’Antiquité : actes du colloque du PARSA, Lyon, ENS LS, (6-8 novembre 2002), Grenoble, J. Millon, 2000 ; et de C. Nicolas. Hôs ephat', dixerit quispiam, comme disait l'autre : mécanismes de la citation et de la mention dans les langues de l'Antiquité, Grenoble, UFR de lettres classiques et modernes / Université Stendhal-Grenoble 3, 2006. On notera que les contributeurs des deux ouvrages ne s’accordent pas sur la définition du phénomène désigné par le terme de citation ni même sur tous les autres procédés dégradés qui s’en approchent.

24 Ces trois démarches constituent l’approche principale des législateurs anciens. Toutefois, Solon fait exception car les poèmes attribués au poète-législateur viennent s’ajouter aux nombreux testimonia qui parlent de lui. Pour une étude de ces testimonia à l’époque classique, voir C. Psilakis, op. cit n. 3.

25 A. Szegedy‑Maszak, « Legends of the the Greek lawgivers », GRBS 19 (1978), p. 199-209 ; pour une interprétation de ces récits, B. Liou-Gille. « La figure du Législateur dans le monde antique », RBPh 78.1 (2000), p. 171-190.

26 Nous faisons nôtre sur ce point la démarche exposée par L. Calvié, « La tradition indirecte des ῾Ρυθμικὰ στοιχεῖα d’Aristoxène de Tarente : citations, extraits, paraphrases, résumés, remaniements et suppléments », Rhuthmos, consultable en ligne, http://rhuthmos.eu/spip.php?article2137 : « Il n’en subsiste pas moins toute une série de textes antiques et médiévaux qui entretiennent avec celui-ci des relations du type de ce que Genette appelait naguère la transtextualité ou la “transcendance textuelle du texte”, c’est-à-dire “tout ce qui le met en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes” ; forment ce que je nomme pour ma part sa tradition indirecte ; et relèvent assurément du palimpseste et de la littérature du commentaire. Les éditeurs des ῾Αρμονικὰ στοιχεῖα du disciple d’Aristote ont été confrontés à un semblable problème et la dernière en date, Da Rios, l’a résolu en faisant suivre son édition critique des larges fragments de ce traité de ce qu’elle appelle les Testimonia de rebus ad harmonicam doctrinam pertinentibus. Ce faisant, elle a dû renoncer à distinguer les citations proprement dites du texte aristoxénien, qui relèvent de ce que Genette nomme l’intertextualité (“la présence effective d’un texte dans un autre”), des témoignages de toutes sortes sur sa doctrine musicale, qu’ils entretiennent avec ses ῾Αρμονικὰ στοιχεῖα une relation métatextuelle de commentaire (“qui unit un texte à un autre texte dont il parle, sans nécessairement le citer […], voire, à la limite, sans le nommer”) ou d’hypertextualité (“relation unissant un texte B […] à un texte antérieur A […] sur lequel il se greffe d’une manière qui n’est pas celle du commentaire”) ». Ce type d’analyse n’est pas utilisé par les contributeurs de ce volume, mais dans mon travail de doctorat cité supra n. 3, p. 1.

27 Base de données en cours de construction, à paraître sur le site du Centre Jean Pépin : http://umr8230.vjf.cnrs.fr/spip.php?article195.

28 Sur l’autorité des Anciens et de ses diverses manifestations dans la littérature antique de même que ses réceptions aux époques ultérieures, voir P. Payen et D. Foucault, Les autorités : dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, Grenoble, Éd. J. Millon, 2007 ; M. Gorea et M. Tardieu, Autorité des auteurs antiques : entre anonymat, masques et authenticité, Turnhout, Brepols, 2014 ; les travaux du laboratoire junior de l’ens Expressions et Représentations de l’Autorité dans les Mondes Anciens (erama : http://erama.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique1) et M. T. Schettino et C. Urlacher‑Becht (eds), Ipse dixit. L’autorité intellectuelle des Anciens : affirmation, appropriations, détournements, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, Institut des sciences et techniques de l’Antiquité, 2017.

29 Nous nous inspirons de la taxinomie établie par P. Payen et D. Foucault, op. cit., qui sert également de titre aux cinq parties de l’ouvrage : I. Refonder (p. 37), II. Contester (p. 88), III. Légitimer (p. 151), IV. S’approprier (p. 226), V. Transformer (p. 282).

30 P. Chiron « Tibérios citateur de Démosthène », Réceptions antiques. Lecture, transmission, appropriation intellectuelle, L. Ciccolini, C. Guérin, S. Itic & S. Morlet (eds), Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006, p. 107-108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Psilakis, « La fabrique de la tradition : les législateurs dans la littérature antique », Cahiers des études anciennes, LVII | -1, 7-16.

Référence électronique

Catherine Psilakis, « La fabrique de la tradition : les législateurs dans la littérature antique », Cahiers des études anciennes [En ligne], LVII | 2020, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/1441

Haut de page

Auteur

Catherine Psilakis

Université De Lyon, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals