Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLIXLa topographie des décrets de Priène

Résumé

Résumé : Symboles de la capacité d’une communauté à vivre ensemble et à prendre collectivement des décisions, les décrets semblent avoir été soigneusement disposés par le Peuple parmi les divers monuments qui composaient l’espace urbain. À partir du cas de Priène, cette étude explore la possibilité que les citoyens aient été conscients de l’influence du lieu d’exposition dans la perception des inscriptions, impliquant l’existence de stratégies pour l’utiliser comme un élément susceptible de créer ou de renforcer le sens attribué à un monument épigraphique. Cette analyse de la distribution topographique des décrets a permis d’établir qu’elle était fortement influencée par la progression de la monumentalisation de la ville. Les citoyens désiraient faire bénéficier les inscriptions de l’éclat des nouveaux bâtiments. On discerne également une tendance, non systématique, au regroupement thématique, une pratique mise en œuvre par l’Assemblée pour servir l’idéologie civique tout au long de l’époque hellénistique. Les élites civiques de la fin de cette époque, conscientes des enjeux liés à l’emplacement des décrets les concernant, intégrèrent cet aspect à leurs stratégies de distinction. Le choix des lieux d’exposition se fit dès lors conformément à la volonté de ces individus.

Abstract: Symbols of a community's ability to live together and make decisions collectively, the decrees seem to have been carefully arranged by the People among the various monuments that made up the urban space. This study considers the case of Priene and explores the possibility that citizens were aware of the impact of a decree’s location on their perception, thus implying the existence of strategies to use it as an element that could create or reinforce the meaning given to an epigraphic monument. This analysis the decrees topographical distribution has established that it was strongly influenced by the progression of the monumentalization of the city. The citizens wished to make the inscriptions benefit from the splendour of the new buildings. There is also a discernible, but unsystematic, tendency toward thematic grouping, a practice implemented by the Assembly to serve civic ideology throughout the Hellenistic period. The civic elites of the late Hellenistic period, aware of the stakes of the location of the decrees concerning them, integrated this aspect into their strategies of distinction. The choice of the exhibition sites was then made in accordance with the will of these individuals. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette étude a grandement bénéficié d’un séjour de recherche à la Kommission für Alte Geschichte und (...)
  • 2 I. Priene IK 109.

1Au milieu des années 190 a. C, le peuple d’Iasos vota un décret en l’honneur de citoyens de Priène et demanda son exposition dans le sanctuaire d’Athéna Polias. La cité de Priène y répondit favorablement précisant qu’il serait gravé avec le décret priénéen sur une stèle placée dans le sanctuaire, à côté de celle qui portait les honneurs décernés par Chios2. Cet échange témoigne de la hiérarchie entre les espaces civiques et de la nécessité de faire un choix entre les différents lieux d’exposition : à cette époque, il aurait pu se porter sur l’agora. Il montre aussi le soin apporté à ce choix, le contrôle exercé par la cité sur les modalités d’exposition des décrets, mais laisse aussi deviner la volonté d’associer certains monuments épigraphiques de sorte à créer des ensembles thématiques. Les études épigraphiques analysent généralement le lieu d’exposition comme un cadre donné au texte afin d’en garantir la visibilité, un aspect sur lequel insistaient particulièrement les clauses de gravure des décrets. En effet, dans les nombreux textes qui comportent ce type de clause, par lesquelles l’Assemblée du Peuple précisait les modalités relatives à la gravure et à l’exposition d’un texte, le lieu choisi était souvent désigné par l’expression epiphanestatos topos, le « lieu le plus en vue ». Pourtant, si les inscriptions étaient bien destinées à être vues, elles étaient aussi porteuses d’un sens que le seul texte ne suffisait pas à transmettre, d’autant plus que celui-ci ne pouvait pas toujours être lu ou compris dans le détail pour diverses raisons (lettres trop petites, texte placé à plusieurs mètres de hauteur, accumulation de monuments, vocabulaire juridique etc.). C’était à fortiori le cas des décrets, documents officiels rédigés dans une certaine mesure pour pérenniser une information, mais surtout pour diffuser des valeurs et une idéologie civique.

  • 3 Voir L. Robert, « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », L’Histoire et ses méthodes, (...)
  • 4 Sur l’histoire urbaine de Priène, les travaux les plus récents sont rassemblés dans la synthèse de (...)

2Symboles de la capacité d’une communauté à vivre ensemble et à prendre collectivement des décisions, les décrets semblent avoir été soigneusement disposés parmi les divers monuments qui composaient l’espace urbain. Ils étaient produits à l’issue des délibérations de l’Assemblée du Peuple, également en charge du choix de leur lieu d’exposition. Cette étude explorera la possibilité que les citoyens aient été conscients de l’influence du lieu d’exposition dans la perception des inscriptions, impliquant l’existence de stratégies pour l’utiliser comme un élément susceptible de créer ou de renforcer le sens attribué à un monument épigraphique. Leur distribution et leur agencement étaient le résultat de ces stratégies. Celles-ci contribuaient à composer un paysage épigraphique dont la connaissance est essentielle pour interpréter correctement l’emplacement choisi et tenter d’identifier le sens supplémentaire que celui-ci pouvait donner au document3. Peu de cités offrent une documentation suffisante pour une telle étude. Priène constitue en ce sens une exception : l’histoire urbaine hellénistique y est richement documentée (fig. 1) et ses inscriptions ont fait l’objet de nombreuses publications, dont un corpus récent4.

Figure 1. Plan de Priène

3Fondée sur l’analyse des clauses de gravure, des lieux de découverte des inscriptions, mais aussi de leur support, attentive aux interactions entre les textes et leur environnement, cette étude s’efforcera de restituer l’histoire de la topographie des décrets de Priène et, dans la mesure du possible, ce qui détermina les choix du Peuple au-delà du seul critère de la visibilité.

I. Le iiie siècle a. C. et la primauté du sanctuaire d’Athéna Polias

Figure 2. Plan du sanctuaire

  • 1 I. Priene IK 5 ; 7.

4Les plus anciens décrets de Priène furent exposés dans le sanctuaire d’Athéna (fig. 1-2). Les premiers concernent les relations extérieures de Priène – l’un est relatif aux grandes Panathénées d’Athènes, l’autre aux relations avec Maronée1. Dans les trente premières années du iiie siècle a. C. – les décennies qui suivirent la chute de la tyrannie de Hiéron (après 297 a. C.) – le peuple de Priène fit exposer dans le sanctuaire le décret commémorant l’instauration des Sôtêria et plusieurs décrets honorifiques (tabl. 1). Les plus anciens honoraient des étrangers. Dans le même temps, le peuple honora des citoyens, en particulier des phrourarques. Enfin, dans les années 280-270, le peuple remercia plusieurs étrangers pour leur action en faveur de Priène : des juges venus de Phocée, de Nisyros et d’Astypalaia, ainsi que Larichos, l’officier séleucide chargé de la protection de Priène.

Tableau 1 Les décrets des premières décennies du IIIe siècle a. C.

Décret 

Date* 

Support 

Lieu d’exposition d’après la clause de gravure 

Lieu de découverte 

Décret commémorant l’instauration des Sôtêria 

I. Priene IK 6 

Après 297 a. C. 

Stèle 

 

Sanctuaire d’Athéna 

Décrets en l’honneur du Thessalien Euandros  

I. Priene IK 27 

1 : Fin ive s. peu avant 301 a. C. 

2 : Peu après 297 a. C. ? 

Stèle  

 

Remployée dans le sol de la basilique byzantine 

Décret en l’honneur de l’Éphésien Megabyxos  

I. Priene IK 16 

296/295 a. C. 

Stèle 

Devant le temple d’Athéna, à côté de sa statue (I. Priene IK 150)  

Remployée dans le sol de la basilique byzantine 

Décret en l’honneur du Macédonien Antigone  

I. Priene IK 15 

Années 290 a. C (après 297 a. C.) 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Remployée dans le sol de la basilique byzantine 

Décret en l’honneur de l’Athénien Philaios  

I. Priene IK 17 

Fin des années 290, vers 292-287 a.C. ? 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Remployée dans le sol de la basilique byzantine 

Décret en l’honneur du Milésien Théodoros 

I. Priene IK 18 

Fin des années 290, vers 292-287 a.C. ? 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Remployée dans le sol de l’extension de la maison XIII 

Décret en l’honneur de Ménarès 

I. Priene IK 32 

Années 290-280 a.C. (après 297 a.C.) 

Stèle 

 

À l’avant du petit temple au nord du sanctuaire d’Athéna 

Décrets en l’honneur d’Apellis (phrourarque) 

I. Priene IK 19 ; 20 

1 : 294/293 a. C. 

2 : 285/284 a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Remployée dans le sol de la basilique byzantine 

Décret en l’honneur des juges de Phocée, de Nysiros et d’Astypalaia  

I. Priene IK 107 

286/285 a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Fr. a : Asclépiéion  

Fr. b : dans l’escalier près de la fontaine en contrebas du sanctuaire 

Décret en l’honneur de Lysimaque 

I. Priene IK 2 

Vers 286 a. C. 

Bloc d’ante du temple 

 

Sanctuaire d’Athéna 

Décrets en l’honneur de Larichos 

I. Priene IK 29 ; 30 ; 31 

Entre 280-270 a. C. 

Stèle  

Sanctuaire d’Athéna 

Sanctuaire d’Athéna 

Décrets 1 et 2 en l’honneur de Nymphôn (phrourarque) 

I. Priene IK 21 ; 22  

Vers 275-270 a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Güllübahçe 

Décret 3 en l’honneur de Nymphôn (phrourarque) 

I. Priene IK 23 

Vers 275-270 a.C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Güllübahçe 

Décret en l’honneur de Bias (phrourarque) 

I. Priene IK 24 

iiie s. a. C. (vers 275-270 a. C. ?) 

 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Remployée dans le sol de la basilique byzantine 

Décret en l’honneur de Sôtas 

I. Priene IK 28 

Après 277-260 a.C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Remployée dans le sol de la basilique byzantine 

Décret en l’honneur d’un inconnu  

I. Priene IK 35 

Première moitié du iiie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Près de la fontaine en contrebas du sanctuaire 

  • 2 I. Priene IK 1-4 ; 11-12.
  • 3 I. Priene IK 2.
  • 4 L’étude du sanctuaire n’a révélé aucun encastrement de stèle. La petite base w, au nord du sanctuai (...)
  • 5 Voir T. Wiegand, H. Schrader, Priene, Berlin, 1904, p. 481 sur leur découverte et J. Fildhuth, Das (...)
  • 6 C. Crowther, « I. Priene 8 and the History of Priene in the Early Hellenistic Period », Chiron 26, (...)
  • 7 I. Priene IK 132, l. 108-110.
  • 8 Voir F. Forster, Die Polis im Wandel, Göttingen, 2018, p. 108 sur le lien entre ces décrets et le r (...)

5Bien que les antes du temple d’Athéna aient constitué un lieu d’exposition très prestigieux, elles ne furent utilisées pour aucun de ces décrets : elles étaient réservées aux documents relatifs aux échanges avec les rois2. Rien de surprenant dès lors à ce que le seul décret de la cité inscrit sur l’une des antes du temple d’Athéna soit le décret sur les honneurs cultuels décernés à Lysimaque vers 286 a. C.3. Tous les autres furent inscrits sur des stèles dont il est souvent difficile de déterminer précisément l’emplacement au sein du sanctuaire4 à l’exception de celle en l’honneur de Mégabyxos : la clause de gravure prescrivait de l’ériger à côté de sa statue, devant le temple. La stèle et la base furent découvertes dans les ruines de la basilique byzantine au nord-est du sanctuaire (fig. 1)5 avec d’autres stèles érigées dans les années 290 a. C. (tabl. 1). Déplacées au même moment pour être réutilisées dans le même édifice, ces stèles présentaient des décrets comportant la même formule de célébration de l’autonomie de Priène. Elles composaient probablement un groupe cohérent dans lequel se trouvait au moins les stèles dressées en l’honneur de Mégabyxos, Philaios, Antigone et Euandros (tabl. 1). Cette dernière accueillait deux décrets, l’un voté et gravé peu après 297 a. C., l’autre voté à la fin du ive siècle, avant la tyrannie, mais gravé avec le nouveau décret. Il comportait pourtant une clause de gravure qui avait sans doute donné lieu à une première stèle détruite pendant la tyrannie6. Le renouvellement de la gravure de ce texte, ainsi que la proximité de ces stèles et l’usage de formules communes sur l’autonomie de Priène, laissent penser que les Priénéens créèrent volontairement un groupe destiné à forger et entretenir la mémoire collective du redressement de la cité après la tyrannie. Il fut situé à l’avant du temple, seule partie achevée du péristyle à cette époque. Cet emplacement et sans doute ce sens furent conservés pendant plusieurs siècles – les stèles étaient encore intactes quand elles furent déplacées dans la basilique au ve siècle p. C. et qu’elles cessèrent d’être considérées comme un groupe distinct des autres inscriptions. Le sanctuaire était un lieu de mémoire important de la restauration démocratique : on y célébrait sans doute une partie des Sôtêria et, dans les années 190 a. C., l’arbitrage rhodien entre Priène et Samos se fonda en partie sur des décrets votés lors du rétablissement de la démocratie et toujours visible dans le sanctuaire7. Les décrets pour les phrourarques composaient peut-être un autre groupe mis en scène quelques années plus tard (tabl. 1) pour montrer le comportement attendu d’un commandant de garnison, élément essentiel de la stabilité politique8. Ils ne peuvent toutefois pas être situés précisément dans le sanctuaire. C’est également le cas des décrets exposés dans le sanctuaire au cours du iiie et du iie siècle a. C. pour remercier d’autres cités des honneurs accordés à des citoyens de Priène (tabl. 2), majoritairement des juges et des secrétaires envoyés pour constituer des tribunaux étrangers. Il est possible que ces stèles aient formé un groupe dans le sanctuaire – c’est ce que semble indiquer la clause de gravure de l’un des décrets d’Iasos placé à côté de celui de Chios.

Tableau 2 Les échanges de décrets entre Priène et d’autres cités

Décret 

Date 

Support 

Lieu d’exposition 

Décret d’une cité inconnue  

I. Priene IK 126 

iiie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret de Colophon et décret réponse de Priène  

I. Priene IK 115 

iiie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret de Colophon  

I. Priene IK 116 

Dernier tiers du iiie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret de Magnésie du Méandre  

I. Priene IK 112 

Fin du iiie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret d’une cité inconnue  

I. Priene IK 127 

Vers 200 a.C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret d’une cité inconnue  

I. Priene IK 104 

iiie s. a. C. ou début du iie s. a. C. 

Fût de colonne 

Agora 

Décret de Phocée  

I. Priene IK 100 

Vers 190 a. C. 

Fût de colonne 

Portique ouest de l’agora 

Décret de Phocée  

I. Priene IK 101 

Vers 190 a. C. 

Fût de colonne 

Portique est de l’agora 

Décret de Chios et réponse de Priène  

I. Priene IK 117 

Vers 190 a. C. 

Bloc 

Parastade de la stoa double de l’agora (portique sud) 

Décret d’une cité inconnue  

I. Priene IK 130 

iie s. a. C. 

Fût de colonne 

Portique ouest de l’agora 

Décret d’Iasos et réponse de Priène  

I. Priene IK 108 

Milieu des années 190 a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret d’Iasos et réponse de Priène  

I. Priene IK 109 

Milieu des années 190 a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret de Bargylia  

I. Priene IK 110 

Milieu des années 190 a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret de Laodicée du Lykos  

I. Priene IK 113 

196-190 a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret d’une cité inconnue  

I. Priene IK 124 

iie s. a. C. 

Bloc d’ante 

Ante nord du portique ouest de l’agora 

Décret d’Alexandrie de Troade  

I. Priene IK 118 

iie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret en l’honneur d’Alexandrie de Troade  

I. Priene IK 119 

iie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret de Magnésie du Méandre  

I. Priene IK 105 

iie s. a.C. 

Stèle 

 

Décret d’une cité inconnue  

I. Priene IK 106 

iie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret de Parion et réponse de Priène  

I. Priene IK 120 

iie s. a. C. (début ?) 

Stèle 

 

Décret d’une cité (Orthosia ?)  

I. Priene IK 121 

Première moitié du iie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna  

Décret d’une cité inconnue  

I. Priene IK 128 

Première moitié du iie s. a. C. 

Stèle 

 

Décret de Samothrace  

I. Priene IK 102 

iie s. a. C. (milieu ?) 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret réponse de Priène à Samothrace  

I. Priene IK 103 

iie s. a. C. (milieu ?) 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret d’Hydisos  

I. Priene IK 111 

Milieu, seconde moitié du iie s. a. C. 

Stèle 

Sanctuaire d’Athéna 

Décret d’une cité (Érésos ?)  

I. Priene IK 122 

Vers 135 a. C.  

Stèle 

Sud-est de la terrasse du sanctuaire d’Athéna 

  • 9 I. Priene IK 32. Voir ibid. p. 113 sur les particularités de ce décret et son emplacement dans un « (...)
  • 10 I. Priene IK 30. Il est toutefois difficile de déterminer si cette configuration peut être générali (...)

6Durant la haute époque hellénistique, le sanctuaire d’Athéna était sans conteste l’epiphanestatos topos par excellence pour les décisions de la cité, un rôle habituellement dévolu aux sanctuaires des divinités tutélaires, sans qu’ils en aient l’exclusivité. À Priène toutefois, la primauté du sanctuaire est écrasante. Un seul décret de cette époque peut, éventuellement, être placé dans le petit sanctuaire voisin9. Voté dans les années 290-280 a. C. pour honorer Ménarès en récompense de son comportement lors d’une guerre contre Milet, il fut gravé sur une petite stèle découverte devant le temple. Il se distingue des décrets contemporains par la modestie de son support et par le contenu du texte et il semble avoir été destiné à une audience plus restreinte, mais l’absence de clause de gravure et notre méconnaissance de la topographie de ce secteur au début du iiie siècle a. C. empêchent d’exclure que cette stèle ait été érigée dans le sanctuaire d’Athéna. Quant à l’agora, si elle était déjà le lieu d’exposition de quelques statues honorifiques publiques (fig. 3), elle n’était pas encore utilisée pour l’exposition des décrets. Le seul décret honorifique conservé prescrivant l’érection d’une statue sur la place – le deuxième décret en l’honneur de Larichos – montre une dissociation entre la statue et le décret, puisque le décret fut inscrit sur une stèle dressée dans le sanctuaire10. L’absence de décrets sur l’agora au iiie siècle a. C. peut s’expliquer par le fait qu’elle était alors un vaste chantier, puisque les portiques étaient en cours de construction. La distance entre les premières bases de statue et le portique ouest (fig. 3) laisse supposer que des travaux étaient toujours réalisés sur l’entablement de ce portique, par ailleurs le plus ancien de l’ensemble. Par contraste avec le reste de la ville, le sanctuaire d’Athéna offrait au iiie siècle a. C. un cadre monumental exceptionnel, bien que le temple soit encore en cours de construction. La primauté du sanctuaire sur les autres espaces s’explique donc en grande partie par la précocité de sa monumentalisation.

Figure 3. Plans de l’agora

II. L’émergence de nouveaux lieux d’exposition au tournant du iiie et du iie siècle a. C. 

  • 1 I. Priene IK 25. Le texte fut également gravé sur une stèle exposée dans le sanctuaire de Télon sit (...)
  • 2 Agora, p. 37-41 sur la chronologie relative de ces portiques.
  • 3 Ibid p. 267-269 sur les rares blocs attribués à l’édifice.

7En l’état de la documentation, le premier décret exposé en dehors du sanctuaire d’Athéna date de la seconde moitié du iiie siècle a. C. Il ne s’agit pas d’un décret de l’Assemblée, mais d’un décret voté par des soldats en l’honneur de leur phrourarque, Hélikôn1. Gravé sur l’ante du portique de l’Asklépiéion (fig. 3) à leur demande, il est aussi le premier décret sans lien avec les rois à être inscrit sur un édifice. Il véhiculait les mêmes idéaux et il valorisait les mêmes vertus civiques que les décrets votés par l’Assemblée pour les phrourarques quelques décennies plus tôt. Pourtant, les soldats ne réclamèrent pas que leur décret soit inscrit sur une stèle qui aurait pu rejoindre ce groupe dans le sanctuaire d’Athéna. Peut-être souhaitaient-ils garantir à ces honneurs une exposition durable. Une stèle pouvait facilement être détruite ou déplacée et ce désir de pérennité ne pouvait donc être satisfait que par la gravure du texte sur un bâtiment. La garantie était d’autant plus forte si l’édifice se trouvait dans un sanctuaire. Puisque le texte était sans rapport avec les rois, il ne pouvait être gravé sur le temple d’Athéna : le choix dut se porter sur un autre bâtiment. La construction des portiques de l’agora n’était pas encore terminée, contrairement à celle du portique de l’Asklépiéion sans doute achevée depuis peu lorsque les soldats honorèrent Hélikôn2. Il s’agit du seul décret dont l’exposition dans le sanctuaire d’Asclépios est assurée, mais puisque peu de blocs ont pu être attribués au portique3, il n’est pas exclu que d’autres décrets y aient été inscrits et que ce texte ait été associé à d’autres inscriptions.

  • 4 Leur attribution repose sur leur lieu de découverte car aucune clause de gravure n’a été conservée (...)
  • 5 I. Priene IK 378.
  • 6 I. Priene IK 117, l. 6-7.
  • 7 F. Rumscheid, « Auf der Suche nach der diple stoa – nicht nur in Priene », dans L. Karlsson, S. Car (...)
  • 8 Agora, p. 186-190. Aucun fût de colonne, emplacement privilégié pour les décrets, n’a été découvert (...)
  • 9 Sur cette pratique dans la région, voir H. von Hesberg, « Archäologische Charakteristika der Inschr (...)

8La pratique d’inscrire les décrets s’étendit aux colonnes des portiques de l’agora au début du iie siècle a. C. Dans les années 190 a. C., un décret en l’honneur du citoyen Dioklès fut inscrit sur une colonne du portique ouest et un autre en l’honneur du citoyen Hégésias sur une colonne du portique est4. Quelques lettres d’un décret du iie siècle5 peuvent se lire sur un fût de colonne de ce portique, mais il est impossible de déterminer s’il s’agit d’un décret de Priène ou d’une autre cité. En effet, à l’exception des décrets pour Dioklès et pour Hégésias, la majorité des inscriptions gravées sur les antes et les colonnes de l’agora avant le tournant des années 130 a. C. sont des décrets votés par d’autres cités en l’honneur de Priène et de certains de ses citoyens, juges et secrétaires envoyés pour composer des tribunaux étrangers (tabl. 2) – un type de document également inscrit sur les stèles exposées dans le sanctuaire d’Athéna au iiie et iie siècle a. C. À la différence du sanctuaire, l’agora n’accueillit que les décrets votés par les autres cités. Le dossier des échanges avec Chios constitue la seule exception : les deux décrets furent inscrits au début du iie siècle a. C sur la parastade de la stoa double de l’agora6. À cette époque, seul le portique sud, double dans sa partie médiane, pouvait être désigné ainsi7. Sa construction n’aboutit que dans les années 130 a. C., mais les pièces à l’arrière de la colonnade, ainsi que la partie orientale et son raccordement avec le portique est étaient achevés à la fin du iiie siècle a. C. En somme, dès le début du iie siècle a. C., des décrets furent inscrits sur les colonnes et les antes des portiques sud, est et ouest. Le premier portique nord, dont seuls quelques blocs furent conservés8 lorsqu’il fut détruit pour laisser la place au grand portique sacré en accueillit sans doute également. Ce nouvel attrait de l’agora s’explique par la fin de la majorité des constructions vers 200 – seuls les colonnades et les entablements du portique sud et de la Straßenhalle étaient inachevés à cette date. Les colonnes n’étaient alors pas cannelées. On y renonça dès lors qu’on commença à graver des inscriptions sur les fûts. Cette pratique n’était pas isolée : elle est par exemple bien documentée dans les cités voisines de Magnésie du Méandre à la même époque et d’Iasos dès le dernier tiers du ive siècle9.

  • 10 Agora, p. 111.
  • 11 Sur le dialogue instauré entre les monuments, les bâtiments, les statues et les textes sur l’agora (...)
  • 12 I. Priene IK 255.

9Lorsque le décret pour Dioklès fut inscrit sur une colonne du portique ouest de l’agora, il prit place à l’arrière d’une rangée de statues équestres et de quadriges en bronze disposés en façade de ce portique au iiie siècle a. C. Parmi ces statues se trouvait celle de Larichos, peut-être celles des rois Séleucos Ier et Antiochos Ier 10. Le choix d’inscrire ce décret voté pour remercier Dioklès d’avoir servi d’intermédiaire avec le pouvoir séleucide sur une colonne du portique ouest fut peut-être motivé par le désir de l’exposer près des statues des rois et agents séleucides alignés devant ce bâtiment11. Dans les années qui suivirent la gravure de ce décret, une base portant les statues honorifiques privées du frère et de la belle-sœur de Dioklès fut placée à l’avant du portique ouest12. Il pourrait s’agir du premier regroupement associant des inscriptions privées à un décret afin de mettre en scène une famille de notables priénéens dans l’espace public.

  • 13 D. Kah, loc. cit., considère qu’il s’agit d’une caractéristique de l’epigraphic habit de Priène à l (...)
  • 14 Par exemple, la stèle d’un décret honorifique décerné à un étranger au iie siècle a. C. (I. Priene (...)
  • 15 A. von Kienlin, « Zum Prytaneion von Priene », dans W. Raeck, A. Filges, I. H. Mert (éd.), Priene v (...)
  • 16 I. Priene IK 39 ; 62. Plusieurs fragments de stèles avec des lettres approximativement datées du ii(...)
  • 17 I. Priene IK 122 ; 129.

10Si le iie siècle a. C. vit les portiques de l’agora devenir de nouveau lieux potentiels de gravure, la place ne semble toutefois pas avoir eu le prestige du sanctuaire d’Athéna. L’absence de stèles dans les vestiges de l’agora est frappante, mais il est néanmoins difficile d’affirmer qu’aucune stèle n’y fut jamais exposée13. D’une part, certaines stèles remployées dans des constructions byzantines entre le sanctuaire et l’agora ne peuvent être associées avec certitude à l’un ou à l’autre de ces lieux14. D’autre part, des inscriptions très effacées peuvent être discernées sur les dalles de la cour péristyle du prytanée15 ; on peut supposer qu’il s’agissait de stèles érigées au cours de l’époque hellénistique sur l’agora. Le déséquilibre dans la distribution topographique des décrets était peut-être moins prononcé qu’il n’y paraît si des stèles se trouvaient aussi sur l’agora. Quoi qu’il en soit, l’usage d’exposer les décrets sur des stèles dans le sanctuaire d’Athéna se maintint jusque dans le dernier tiers du iie siècle a. C. Au moins deux stèles portant des décrets honorifiques y furent exposées au iie siècle a. C.16. Ensuite, les Priénéens cessèrent d’user de ce type de support. En l’état de la documentation, les dernières stèles furent dressées à Priène pour les décrets de deux autres cités. L’un, vers 135 a. C., est un décret prudemment attribué à Érésos, l’autre un décret très lacunaire d’une cité inconnue, daté du iie ou du ier siècle sur la base de l’écriture17.

III. Les mutations du dernier tiers du iie siècle a. C. : de nouveaux supports au service des stratégies de distinction des élites civiques

  • 1 Les travaux les plus récents sont de F. Forster, op. cit., voir p. 285-315 avec la bibliographie an (...)
  • 2 I. Priene IK 68 ; 69 ; 70. Voir P. Fröhlich, « Dépenses publiques et évergétisme des citoyens dans (...)

11Au moment où cessa l’usage de graver les décrets sur les stèles, celui de les inscrire sur les édifices s’intensifia, en particulier sur les portiques de l’agora (fig. 3). Il s’agissait exclusivement de décrets décernés à des citoyens pour des bienfaits accomplis tout au long de leur vie. L’ensemble cohérent formé par les textes du mur ouest du portique sacré est l’un des dossiers épigraphiques les mieux étudiés du corpus priénéen1. Entre 130 et 90 a. C., le peuple y rassembla plusieurs décrets en l’honneur de ses plus grands citoyens (tabl. 3) de manière à dessiner le portrait du citoyen idéal. Peu de temps après, dès les premières décennies du ier siècle a.C., cette pratique se poursuivit sur le mur est. Néanmoins, dans les années 60, les Priénéens revinrent exceptionnellement au mur ouest pour graver un ensemble de trois décrets en l’honneur de Zôsimos2, un affranchi romain devenu citoyen de Priène. Ils furent inscrits au-dessus des précédents décrets, sur le mur ouest et sur le mur nord, à plus de 4 m au-dessus du sol, et adoptaient la même forme que leurs prédécesseurs.

Tableau 3 Les décrets des portiques de l’agora à partir des années 130 a. C.

Décret 

Emplacement 

Date 

Support 

Portique 

Décret en l’honneur d’Athénopolis  

I. Priene IK 63 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur ouest) 

Vers 130 a. C. 

Décret en l’honneur de Moschion  

I. Priene IK 64 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur ouest) 

Vers 120 a. C. 

Décret en l’honneur d’Hérodès  

I. Priene IK 65 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur ouest) 

Vers 120 a.C. 

Décret en l’honneur d’Aristippos  

I. Priene IK 48 

Fût de colonne 

Straßenhalle ?* 

Au plus tôt fin du iie s. a. C. 

Décret en l’honneur d’Hérakleitos  

I. Priene IK 54 

Fût de colonne 

Portique est ? 

Au plus tôt fin du iie s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 49 

Fût de colonne 

Portique sud (colonnade intérieure)** 

iie ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 55 

Bloc d’ante*** 

 

Vers 100 a. C. 

Décret en l’honneur d’un citoyen  

I. Priene IK 84 

Bloc de mur 

Portique sacré (extrémité ouest du mur nord) 

Fin du iie s. a. C., début du ier s. a. C. 

Décret pour Ménédèmos  

I. Priene IK 66 

Bloc de mur 

Portique sacré (extrémité ouest du mur nord) 

Début ier s. a. C. 

Décret en l’honneur de Kratès  

I. Priene IK 67 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur ouest) 

90-88 a. C. 

Décret en l’honneur de Théon  

I. Priene IK 73 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

Début ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 74 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

Début ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 75 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

Début ier s. a. C. 

Décret en l’honneur d’Hérakleitos  

I. Priene IK 71 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 72 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 76 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 77 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 78 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

ier s. a. C. 

Décret honorifique  

I. Priene IK 82 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

ier s. a. C.  

Décret honorifique  

I. Priene IK 83 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur est) 

ier s. a. C. 

Décrets en l’honneur de Zôsimos  

I. Priene IK 68 ; 69 ; 70 

Bloc de mur 

Portique sacré (mur ouest) 

Après 84 a. C., dans les années 60 a. C. ? 

* Le décret pour Aristippos (I. Priene IK 48) est gravé sur un fût lisse attribué à la colonnade intérieure de la hièra stoa. Son diamètre est de 60 cm, or, dans cette colonnade, tous les blocs de fût lisses ont un diamètre égal ou supérieur à 70 cm. La partie haute de la colonne (diamètre inférieur à 70 cm) est cannelée. Ce bloc conviendrait davantage aux colonnades extérieures des trois autres portiques, entièrement lisses et d’un diamètre de 70-69 cm au bas du fût. Le type de document appartient à la fin du iie s. et au début du ier s. a. C., on serait donc tenté de restituer cette colonne dans l’un des portiques qui venaient d’être achevés à cette époque, peut-être la Straßenhalle en face duquel il a été découvert. 

** Le bloc fut attribué au portique ouest lors de sa découverte, mais son diamètre (74-70 cm) ne correspond pas à celui des colonnes de ce portique (70 cm au bas du fût). Il convient davantage à la colonnade intérieure du portique sud (83 cm au bas du fût). Le décret est daté d’après l’écriture du iie ou du ier s. a. C. : son attribution au portique le place sans doute après 130 a. C. 

*** Ce décret en l’honneur d’un stéphanéphore est gravé sur un bloc dont l’autre face présente un décret d’Athènes (I. Priene IK 99, vers 200 a. C.). Découvert dans le sanctuaire, ce bloc fut longtemps attribué au temple d’Asclépios. Toutefois, une nouvelle étude architecturale de l’édifice a conduit à l’exclure des blocs du temple (voir l’étude de H. Bankel dans W. Raeck et. al., « Priene. Neue Forschungen an einem alten Grabungsort », IstMitt 53, 2003, p. 408-409).  

  • 3 Agora, p. 17. Il mentionne par exemple le bloc A1282, d’un diamètre de 74,7 cm sur lequel se discer (...)
  • 4 Il est impossible d’affirmer qu’aucun décret ne fut jamais inscrit sur l’édifice, mais la découvert (...)
  • 5 Sur les usages de ce secteur, voir R. Bielfeldt, « Polis Made Manifest. The Physiognomy of the publ (...)

12Les autres portiques de l’agora furent aussi utilisés comme supports pour les décrets de cette époque, bien que dans une moindre mesure (tabl. 3). La place du portique sud dans cet ensemble doit être revalorisée depuis que A. von Kienlin a signalé la présence d’inscriptions très effacées sur les colonnes de ce portique3. Son élévation fut achevée en même temps que celle du portique sacré : nul doute que l’éclat de la nouveauté donna un prestige particulier à ces édifices et aux décrets associés. Cet aspect ne suffit toutefois pas à expliquer leur attrait. À la même époque, un portique fut construit dans le sanctuaire d’Athéna et, en dépit de la nouveauté et de son emplacement prestigieux, il ne fut pas utilisé comme support de gravure4. Cette situation s’explique peut-être par son orientation particulière, vers le sud et la ville, et non vers le sanctuaire et la voie qu’il délimitait le long du côté sud du temple. Les usages de ses abords sont sans doute aussi en cause. L’utilisation du portique sacré et de la plateia de l’agora pour les rituels communautaires célébrant les grands bienfaiteurs5 explique également que cet édifice ait été le lieu privilégié de l’exposition des décrets qui les honoraient.

  • 6 Cette pratique annonce celle de l’époque impériale de ne plus inscrire les décrets, mais une inscri (...)
  • 7 L’extension du portique fut réalisée dans la première moitié du ier siècle a. C. (Athenaheiligtum, (...)
  • 8 L’un est un décret pour un étranger (I. Priene IK 40) à qui on octroie notamment une statue en bron (...)
  • 9 I. Priene IK 43-45.

13La fin du iie siècle a. C. vit un autre changement dans l’habitus épigraphique de Priène. Les rares décrets qui ne furent pas inscrits sur les portiques de l’agora furent dès lors gravés sur des blocs qui appartenaient à des bases de statues. Ces monuments associaient statues et décrets, tandis que jusqu’alors les statues étaient accompagnées de décrets inscrits sur des stèles disposées à leurs côtés6. Cette pratique se développa aussi bien sur l’agora à l’avant des portiques que dans le sanctuaire d’Athéna. Dans le sanctuaire, ces monuments sont tous concentrés au sud-est de la terrasse. Ce secteur, situé immédiatement à gauche des propylées en entrant dans le sanctuaire, entre l’autel et l’extrémité orientale du portique, correspond à une extension de la terrasse, réalisée lorsque fut planifiée l’allongement du portique vers l’est, probablement dans les dernières décennies du iie siècle a. C.7. Les Priénéens utilisèrent rapidement ce nouvel espace créé à l’entrée du sanctuaire. Le décret d’Érésos, gravé sur l’une des dernières stèles attestées dans la cité, y fut sans doute exposé vers 135 a. C. Puis deux décrets, l’un des années 130 a. C., l’autre du premier quart du ier siècle a. C, furent inscrits sur des blocs appartenant à des monumentés érigés dans ce secteur8. Le peuple y autorisa aussi l’érection de monuments sur lesquels étaient inscrits des documents émanant du koinon des Ioniens votés dans le dernier tiers du iie siècle a. C.9. Ce secteur, embelli par la construction des premiers propylées monumentaux au cours du troisième tiers du ier siècle a. C., devint le lieu le plus en vue du sanctuaire à la fin de l’époque hellénistique.

  • 10 L’emplacement d’origine demeure inconnu, de même que la chronologie absolue de sa construction, de (...)
  • 11 I. Priene IK 59.
  • 12 I. Priene IK 58 a-b-c.
  • 13 I. Priene IK 56-57.
  • 14 Les clauses indiquent l’avant du diaphragma de la stoa nord de l’agora (I. Priene IK 57), puis l’ep (...)
  • 15 Sur ce mélange d’inscriptions publiques et privées sur cette exèdre, voir les remarques de J. Ma, S (...)
  • 16 I. Priene IK 60.
  • 17 I. Priene IK 42.
  • 18 I. Priene IK 26a ; Athenaheiligtum, p. 203. Ce citoyen nommé Thrasybule, fils de Thrasybule ayant v (...)
  • 19 I. Priene IK 26b (voir la datation dans F. Hiller von Gaertringen, Inschriften von Priene, Berlin, (...)
  • 20 F. R. Forster, op. cit., p. 302.

14En plus de rompre avec l’usage selon lequel décret et statue n’avaient pas le même support, ces monuments mêlèrent pour la première fois les décrets aux inscriptions honorifiques publiques et privées. Lorsque l’histoire du monument peut être précisée, ce mélange relève toujours d’initiatives individuelles. Deux exèdres, l’une sur l’agora, l’autre dans le sanctuaire d’Athéna, en témoignent. La première, d’abord construite pour une unique statue, puis agrandie pour en accueillir plusieurs, fut installée à l’extrémité ouest du portique sacré, au nord de la plateia après 130 a. C. (fig. 3)10. Vers 100 a. C., plusieurs inscriptions relatives à Thrasybule fils de Démétrios et à sa famille furent gravées sur ce monument. Outre des inscriptions honorifiques associées à des statues, l’une publique11, les autres privées sur testament de Démétrios12, on pouvait lire deux décrets votés par le peuple en l’honneur de Thrasybule13. Les décrets furent inscrits à une place de choix sur le monument puisqu’ils se trouvaient à chacune des extrémités de l’exèdre – le monument était par ailleurs dominé par la statue en bronze de Thrasybule décernée par le peuple et dressée au centre de l’exèdre. La clause de gravure de l’un des deux décrets prescrivait un autre emplacement sur l’agora14 ; ils furent sans aucun doute décernés par le peuple quelques années auparavant et intégrés au dossier des textes inscrits sur l’exèdre par Thrasybule lui-même ou un membre de sa famille15. Dans la seconde moitié du ier siècle a. C., un décret de consolation et une statue en bronze pour un autre Thrasybule, fils de Thrasybule, lui-même fils d’un dénommé Thrasybule, furent ajoutés au monument16. Il s’agissait selon toute vraisemblance du petit-fils de Thrasybule, fils de Démétrios. Vers le milieu du ier siècle a. C., la cité autorisa ce même Thrasybule à inscrire le décret voté en son honneur sur une exèdre du sanctuaire d’Athéna17. Cette exèdre (monument G ; fig. 2) fait partie des plus anciennes constructions alignées le long du mur de fond du portique sud du sanctuaire. A. Hennemeyer a prudemment proposé d’y restituer le bloc sur lequel était gravée une inscription honorifique pour un phrourarque nommé Thrasybule, fils de Thrasybule, honoré d’une statue par le peuple18. La forme des lettres de cette inscription la place au iiie ou au iie siècle a. C., mais la construction de l’exèdre peut être datée plus précisément du milieu du iie siècle a. C. Une autre inscription honorifique (privée ?) pour un membre de la famille fut gravée « peu de temps après »19 celle du phrourarque, à droite de la première. Comme l’exèdre de l’agora, ce monument fut d’abord conçu pour une unique statue avant d’être agrandi pour en recevoir plusieurs, une phase qui pourrait correspondre à celle de la gravure de l’une ou l’autre des inscriptions postérieures à celle du phrourarque. Ainsi, la part prise par les initiatives privées dans le choix du lieu d’exposition d’un décret augmenta au ier siècle a. C., toujours sous le contrôle de l’Assemblée. Si dans le cas des décrets pour Thrasybule et son petit-fils, on choisit des monuments familiaux, il était également possible de désigner un emplacement sur un édifice public. Par exemple, le choix surprenant de graver les décrets en l’honneur de Zôsimos au sommet du mur ouest du portique sacré, à 4 m de hauteur, ne s’explique que par une requête de sa part20. En agissant ainsi, il se distinguait des bienfaiteurs de son temps et s’insérait dans la continuité des grands évergètes, les personnages illustres du passé de la cité, issus des grandes familles à la citoyenneté ancienne, contrairement à lui.

  • 21 Cette politique de remploi fut ne concerna pas les seuls blocs inscrits : dans le sanctuaire d’Athé (...)
  • 22 I. Priene IK 18 ; 37.
  • 23 I. Priene IK 53, décret honorifique du iie siècle a. C.

15Durant le Haut-Empire, les Priénéens ne gravèrent plus aucun décret. Cette époque est caractérisée par une très faible quantité d’inscriptions – il s’agit uniquement d’inscriptions honorifiques pour les empereurs et leur famille – mais aussi par le réaménagement du paysage épigraphique composé tout au long de l’époque hellénistique. En effet, dans la seconde moitié du ier siècle p. C.., de nombreuses inscriptions furent déplacées pour être utilisées pour la construction de nouveaux édifices21. Ainsi, au moins deux stèles du iiie siècle a. C. furent prélevées du sanctuaire d’Athéna et utilisées pour réaliser le dallage de la nouvelle cour péristyle dans l’extension vers l’est de la maison XXXIII (fig. 1)22. Des stèles furent également utilisées pour paver le sol de la cour péristyle du prytanée à la même époque et un bloc inscrit dont l’origine est indéterminée fut découvert dans les murs de la salle à abside aménagée à l’est de la Straßenhalle au ier siècle p. C. (fig. 3)23.

Conclusion

16En dépit de sa richesse, le corpus priénéen n’est pas sans poser quelques difficultés. Le doute subsiste par exemple sur la présence ou non de stèles sur l’agora. Il semble toutefois évident que la distribution topographique des décrets fut le résultat d’une politique de l’Assemblée du Peuple pour doter les textes exposés d’un sens supplémentaire. Ainsi, au gré des phases de l’aménagement de l’espace urbain, l’Assemblée privilégiait les nouveaux édifices, ou les secteurs récemment aménagés, pour exposer les inscriptions, parfois avant l’achèvement des travaux. Le prestige des honneurs accordés en était rehaussé. Mais ce seul critère ne suffit pas toujours à expliquer le choix du lieu d’exposition. On discerne également une tendance, non systématique, au regroupement thématique. La création d’un groupe de décrets honorifiques à l’avant du temple d’Athéna, destiné à inscrire dans la mémoire collective une version des événements liés à la restauration de la démocratie, fut le fruit d’une volonté populaire. Ces regroupements furent utilisés pour rendre tangible l’idéologie civique tout au long de l’époque hellénistique. Par exemple, en concentrant les décrets pour les grands bienfaiteurs sur les murs du portique sacré, la cité satisfaisait leur désir de distinction tout en les insérant dans un groupe dédié à la célébration des valeurs civiques, ce qui permettait d’enrichir le sens de ces textes, au-delà de la seule exaltation d’individualités. Le message contenu dans chacun de ces décrets fut renforcé ou nuancé par son emplacement : aucun de ces textes n’aurait eu la même dimension s’il avait été exposé seul. Les élites civiques de la fin de l’époque hellénistique ne s’y trompèrent pas et comprirent les enjeux liés à l’emplacement des décrets les concernant. Cet aspect fut dès lors intégré à leurs stratégies de distinction et le choix des lieux d’exposition se fit conformément à la volonté de ces individus. Il s’agissait généralement de s’associer à une lignée de bienfaiteurs, familiale ou non. Si la pratique rompait avec les usages du passé, son but était bien de proclamer une forme de continuité.

Haut de page

Notes

1 Cette étude a grandement bénéficié d’un séjour de recherche à la Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik de Munich en août 2021. Je remercie C. Schuler pour son invitation et son accueil dans ce cadre de travail idéal.

2 I. Priene IK 109.

3 Voir L. Robert, « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », L’Histoire et ses méthodes, Paris, 1961, p. 453‑497, p. 473 sur l’importance de contextualiser les inscriptions à l’échelle d’une cité.

4 Sur l’histoire urbaine de Priène, les travaux les plus récents sont rassemblés dans la synthèse de W. Raeck, A. Filges, I. H. Mert (éd.), Priene von der Spätklassik bis zum Mittelalter, Bonn, 2020 ; voir également les monographies de A. von Kienlin, Die Agora von Priene, thèse de doctorat, faculté d’architecture de l’Université technique de Munich, 2004 (désormais abrégé Agora) et A. Hennemeyer, Das Athenaheiligtum von Priene, (désormais abrégé Athenaheiligtum). Pour l’épigraphie de Priène, se référer au nouveau corpus W. Blümel, R. Merkelbach, Die Inschriften von Priene, IK 69, Bonn, 2014 ; sur l’histoire des publications de ces inscriptions, voir P. Fröhlich, « Un nouveau corpus des inscriptions de Priène et la chronologie des décrets de la cité », REA 118, 2016, p. 553-572.

1 I. Priene IK 5 ; 7.

2 I. Priene IK 1-4 ; 11-12.

3 I. Priene IK 2.

4 L’étude du sanctuaire n’a révélé aucun encastrement de stèle. La petite base w, au nord du sanctuaire, pourrait être un support de stèle, mais elle n’est pas datée (Athenaheiligtum, p. 206).

5 Voir T. Wiegand, H. Schrader, Priene, Berlin, 1904, p. 481 sur leur découverte et J. Fildhuth, Das byzantinische Priene. Stadt und Umland, Berlin, 2017, p. 33-37 sur la construction de cette basilique à partir de blocs du sanctuaire.

6 C. Crowther, « I. Priene 8 and the History of Priene in the Early Hellenistic Period », Chiron 26, 1996, p. 195-250, p. 213. Voir les remarques de M. Simonton, « The local history of Hippias of Erythrai. Politics, Place, Memory, and Monumentality » Hesperia 87, 2018, p. 497-543, p. 530-531 sur la destruction des stèles et des décrets par les tyrans et sur l’acte politique fort que constituait le renouvellement de leur gravure pour les démocraties restaurées.

7 I. Priene IK 132, l. 108-110.

8 Voir F. Forster, Die Polis im Wandel, Göttingen, 2018, p. 108 sur le lien entre ces décrets et le rétablissement de la démocratie.

9 I. Priene IK 32. Voir ibid. p. 113 sur les particularités de ce décret et son emplacement dans un « sanctuaire secondaire ».

10 I. Priene IK 30. Il est toutefois difficile de déterminer si cette configuration peut être généralisée, comme le fait R. Bielfeldt, « Wo nur sind die Bürger von Pergamon ? Eine Phänomenologie bürgerlicher Unscheinbarkeit im städtischen Raum der Königsresidenz », IstMitt 60, 2010, p. 117-201, p. 133-134, car plusieurs décrets prescrivant l’érection d’une statue de Larichos furent votés avant qu’on décide de les inscrire sur une stèle présentant tous les honneurs octroyés, voir P. Gauthier, « Les honneurs de l’officier séleucide Larichos à Priène », J. Sav. 1980, p. 35-50.

1 I. Priene IK 25. Le texte fut également gravé sur une stèle exposée dans le sanctuaire de Télon situé dans la citadelle dont les soldats assuraient la garde sous le commandement d’Hélikôn.

2 Agora, p. 37-41 sur la chronologie relative de ces portiques.

3 Ibid p. 267-269 sur les rares blocs attribués à l’édifice.

4 Leur attribution repose sur leur lieu de découverte car aucune clause de gravure n’a été conservée dans ces décrets : le fût du décret pour Dioklès (I. Priene IK 46) fut découvert dans le portique ouest ; le fût du décret pour Hégésias (I. Priene IK 47) fut découvert au sud de la forteresse « byzantine » à l’est de l’agora.

5 I. Priene IK 378.

6 I. Priene IK 117, l. 6-7.

7 F. Rumscheid, « Auf der Suche nach der diple stoa – nicht nur in Priene », dans L. Karlsson, S. Carlsson, J. Blid Kullberg (éd.), Labrys. Studies presented to Pontus Hellström, Uppsala, 2014, p. 507-523.

8 Agora, p. 186-190. Aucun fût de colonne, emplacement privilégié pour les décrets, n’a été découvert. Sur les décrets « perdus » de ce portique, voir D. Kah, « Soziokultureller Wandel im hellenistischen Priene : das Zeugnis der Ehrendekrete », dans A. Matthei, M. Zimmermann (éd.), Urbane Strukturen und bürgerliche Identität im Hellenismus, Heidelberg, 2015, p. 386-399, p. 389.

9 Sur cette pratique dans la région, voir H. von Hesberg, « Archäologische Charakteristika der Inschriftenträger Staatlicher Urkunden », dans R. E. Haensch (éd.), Selbstdarstellung und Kommunikation, Munich, 2009, p. 19-56.

10 Agora, p. 111.

11 Sur le dialogue instauré entre les monuments, les bâtiments, les statues et les textes sur l’agora de Priène, voir R. Bielfeldt, « Wo nur sind die Bürger von Pergamon ? Eine Phänomenologie bürgerlicher Unscheinbarkeit im städtischen Raum der Königsresidenz », IstMitt 60, 2010, p. 117-201, p. 131-137.

12 I. Priene IK 255.

13 D. Kah, loc. cit., considère qu’il s’agit d’une caractéristique de l’epigraphic habit de Priène à l’époque hellénistique.

14 Par exemple, la stèle d’un décret honorifique décerné à un étranger au iie siècle a. C. (I. Priene IK 50) a été découverte en remploi dans une tombe byzantine au nord de l’agora et sa clause de gravure lacunaire ne permet pas de l’attribuer à un lieu dans la ville.

15 A. von Kienlin, « Zum Prytaneion von Priene », dans W. Raeck, A. Filges, I. H. Mert (éd.), Priene von der Spätklassik bis zum Mittelalter, Bonn, 2020, p. 129-140, p. 131.

16 I. Priene IK 39 ; 62. Plusieurs fragments de stèles avec des lettres approximativement datées du iie siècle a. C. ont été découverts dans le sanctuaire ; certains sont peut-être les vestiges de décrets exposés sur cette terrasse.

17 I. Priene IK 122 ; 129.

1 Les travaux les plus récents sont de F. Forster, op. cit., voir p. 285-315 avec la bibliographie antérieure.

2 I. Priene IK 68 ; 69 ; 70. Voir P. Fröhlich, « Dépenses publiques et évergétisme des citoyens dans l’exercice des charges publiques à Priène à la basse époque hellénistique », dans P. Fröhlich, C. Müller (éd.), Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique, Genève, 2005, p. 225-256, p. 227-228 sur les particularités des décrets pour Zôsimos.

3 Agora, p. 17. Il mentionne par exemple le bloc A1282, d’un diamètre de 74,7 cm sur lequel se discerne une inscription d’au moins 44 lignes. Voir W. Raeck « Der mehrfache Apollodoros. Zur Präsenz des Bürgers im hellenistischen Stadtbild an Beispiel von Priene », dans M. Wörrle, P. Zanker (éd.), Stadtbild und Bürgerbild im Hellenismus, Munich, 1995, p. 231-240, note 31 p. 236 sur l’importance de ce portique dans la circulation des Priénéens de la basse époque hellénistique puisqu’il fallait le travers pour se rendre du gymnase du bas à l’agora (fig. 1 ; 3).

4 Il est impossible d’affirmer qu’aucun décret ne fut jamais inscrit sur l’édifice, mais la découverte de très nombreux blocs attribués au portique ne laisse aucun doute sur le fait qu’il ne fut jamais un lieu de gravure équivalent aux portiques de l’agora. Sur l’édifice, voir Athenaheiligtum, p. 57-118.

5 Sur les usages de ce secteur, voir R. Bielfeldt, « Polis Made Manifest. The Physiognomy of the public in the hellenistic city – with a case study on the agora in Priene », dans C. Kuhn (éd.), Politische Kommunikation und öffentliche Meinung in der antiken Welt, 2012, p. 87-122.

6 Cette pratique annonce celle de l’époque impériale de ne plus inscrire les décrets, mais une inscription honorifique un peu développée sur les bases de statue. Voir A. Heller, « Le ier siècle av. J.‑C. en Asie Mineure. Epigraphic habit et transition en histoire ancienne » dans C. Müller, M. Heintz (éd.), Transitions historiques, Paris, 2016, p. 69-80 sur ce changement.

7 L’extension du portique fut réalisée dans la première moitié du ier siècle a. C. (Athenaheiligtum, p. 97-98).

8 L’un est un décret pour un étranger (I. Priene IK 40) à qui on octroie notamment une statue en bronze sur l’agora vers 130 a. C., gravé sur un bloc découvert au sud-est de la terrasse du temple d’Athéna. L’autre est un décret pour le citoyen Dioskuridès (I. Priene IK 41).

9 I. Priene IK 43-45.

10 L’emplacement d’origine demeure inconnu, de même que la chronologie absolue de sa construction, de son agrandissement et de son déplacement (Agora, p. 111-113).

11 I. Priene IK 59.

12 I. Priene IK 58 a-b-c.

13 I. Priene IK 56-57.

14 Les clauses indiquent l’avant du diaphragma de la stoa nord de l’agora (I. Priene IK 57), puis l’epiphanestatos topos de l’agora (I. Priene IK 56). Voir F. Forster, op. cit., p. 284 sur les enjeux des différentes interprétations de ces clauses de gravure.

15 Sur ce mélange d’inscriptions publiques et privées sur cette exèdre, voir les remarques de J. Ma, Statues and cities, Oxford, 2013, p. 147.

16 I. Priene IK 60.

17 I. Priene IK 42.

18 I. Priene IK 26a ; Athenaheiligtum, p. 203. Ce citoyen nommé Thrasybule, fils de Thrasybule ayant vécu dans la première moitié du iie siècle a. C., appartenait peut-être à la famille de Thrasybule fils de Démétrios (fin du iie siècle a. C.), mais il est impossible de le situer dans le stemma de la famille.

19 I. Priene IK 26b (voir la datation dans F. Hiller von Gaertringen, Inschriften von Priene, Berlin, 1906, n°252).

20 F. R. Forster, op. cit., p. 302.

21 Cette politique de remploi fut ne concerna pas les seuls blocs inscrits : dans le sanctuaire d’Athéna, de nouveaux propylées furent élevés au cours du iie siècle p. C. grâce à des blocs plus anciens.

22 I. Priene IK 18 ; 37.

23 I. Priene IK 53, décret honorifique du iie siècle a. C.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Plan de Priène
URL http://journals.openedition.org/etudesanciennes/docannexe/image/2028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Figure 2. Plan du sanctuaire
URL http://journals.openedition.org/etudesanciennes/docannexe/image/2028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Légende Figure 3. Plans de l’agora
URL http://journals.openedition.org/etudesanciennes/docannexe/image/2028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Bernini, « La topographie des décrets de Priène »Cahiers des études anciennes [En ligne], LIX | 2022, mis en ligne le 24 décembre 2022, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/2028

Haut de page

Auteur

Julie Bernini

Université de Toulouse - Jean Jaurès, Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search