Navigation – Plan du site
La ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe

La ville coloniale de Santo-Domingo (République dominicaine), entre patrimonialisation et gentrification

Santo Domingo (Dominican Republic), The Colonial City: Between Heritage and Gentifrication
Laurence Buzenot et Jesús Manuel González Pérez

Résumés

Santo-Domingo, en République dominicaine, est, d’un point de vue européocentré, « la première ville du Nouveau Monde ». Ses monuments historiques témoignent de ce statut particulier : premier couvent, première université, cité-coloniale en damier ; architecture de type plateresque de l’Espagne des XVe et XVIe siècles. Une histoire coloniale riche qui est aujourd’hui au cœur de la valorisation patrimoniale en vue du tourisme international. Cette richesse culturelle est l’un des facteurs explicatifs du processus de gentrification à Santo-Domingo, processus qui concerne essentiellement la ville coloniale. De nombreux investissements sont réalisés dans cette zone spécifique. Notre article se propose de faire le lien entre la fabrication touristique de la ville coloniale et les changements socio-spatiaux qui en découlent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La ville coloniale de Santo-Domingo fut la première ville espagnole du Nouveau Monde, construite par Bartolomeo Colomb, le frère du célèbre navigateur Christophe Colomb. Malgré le nouveau slogan « To Go », le centre historique attire encore peu de touristes. Ceux-ci privilégiant les pôles touristiques littoraux. Ce petit espace urbain est devenu pour les aménageurs, les acteurs institutionnels, un véritable « joyau » touristique à polir.

  • 1 Il a jeté les bases scientifiques du processus de gentrification en menant deux projets de recherch (...)

2La ville coloniale de Santo-Domingo reste peu étudiée et nos résultats ainsi que nos démonstrations s’appuient sur les travaux de recherche menés par Manuel Jesús Gonzáles-Pérez, professeur titulaire de l’Université des Îles Baléares à Mallorca1. Les études sur la gentrification en Amérique latine et dans les îles des Caraïbes débutent tardivement, à la fin des années 1990, avec les travaux des géographes anglais G.A. Jones et A. Varley sur la conservation patrimoniale du centre-ville colonial de Puebla au Mexique. Peu de travaux sur les villes d’Amérique latine mentionnent celles des Caraïbes et il n’y a pas de littérature spécifique sur la gentrification à Santo-Domingo.

3Le processus de patrimonialisation de la ville coloniale est ancien et il s’inscrit dans un cadre plus global commun aux villes de la Caraïbe. Il est intéressant de montrer comment la coopération internationale intervient dans la politique de rénovation et de réhabilitation du quartier. Et quels sont les impacts de cette patrimonialisation dans le renforcement de l’activité touristique et la gentrification en cours ?

4La première partie de cette étude s’attache à montrer la richesse historique de la ville coloniale de Santo-Domingo, visible dans ses bâtiments, ses places et ses monuments. Dans la seconde partie présente la politique de requalification des lieux par le gouvernement dominicain depuis plus de cinquante ans. L’intérêt est alors de souligner la singularité de cette politique de protection qui s’inscrit dans le cadre plus global de la coopération internationale. L’accent est ensuite mis sur les dynamiques spatio-temporelles de la gentrification et les résultats mitigés de la fréquentation touristique.

1. Quand les traces du passé deviennent un « joyau » urbain à polir

5La patrimonialisation de la ville coloniale est une construction contemporaine. Le centre historique de Santo-Domingo est jusqu’aux premières mesures de protection des bâtiments, à la fin des années 1960, un quartier populaire, désinvesti par les classes sociales moyennes et aisées. Ce centre historique est aujourd’hui l’objet des attentions des acteurs politiques et sociaux en vue de l’activité touristique.

6La patrimonialisation du quartier s’appuie sur les traces du passé de la ville par la sélection des monuments à rénover, la conservation des différentes trames historiques. Le temps s’inscrit de manière relativement forte. Cette nouvelle représentation de la ville s’appuie sur les héritages du passé et la mémoire sélective. Nous ne pourrons aborder tous les aspects historiques, mais nous retiendrons celui qui revient le plus souvent : Santo-Domingo est la première et la plus ancienne ville du « Nouveau Monde ». C’est une vision européocentrée qui est mise en avant.

7La ville coloniale est présentée comme étant la plus ancienne ville du « Nouveau Monde ». Construite en 1496 par Bartolomeo Colomb, le frère cadet de Christophe Colomb, sur la rive orientale du Rio Ozama, elle est détruite en 1502 par un ouragan et sera reconstruite sur la rive occidentale du rio Ozama (Marley, 2005 ; Reps, 1969). Le choix du site de la ville est stratégique. Il fallait pour les découvreurs une rade naturelle permettant aux bateaux de mouiller sur une mer calme (Reps, 1969) avec une ouverture sur la mer des Caraïbes. Sa situation sur le littoral permet à la ville d’être un point de départ pour les voyages de découverte et, par la suite, une « tête de pont » de la colonisation (cf. Figure 1). De son port partirent les conquérants Diego de Nicuesa (1509-1511), Fernandez Martin de Encisco (1510-1511), Ponce León, Juan de Esquivel, Hernán Cortés, Vasco Núñez de Balboa, Alonso de Ojeda et tant d’autres.

Figure 1. Santo-Domingo, point de départ des voyages de découverte dans la Caraïbe

Figure 1. Santo-Domingo, point de départ des voyages de découverte dans la Caraïbe

8Par son statut de capitale du « Nouveau Monde », la ville de Santo-Domingo est alors dotée d’institutions qui lui confèrent un pouvoir politique, juridique et religieux, des privilèges et des ressources financières pour soutenir l’extension de la bureaucratie espagnole (Dilla Alfonso, 2014 ; Gonzáles-Pérez, 2017 ; Marley, 2005). Seront construits la première église, la première cathédrale, la première université, le premier couvent, le premier tribunal, le premier palais...

9Cette reconnaissance historique de Santo-Domingo dans l’Histoire lui a valu son inscription en 1990 sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO (cf. Figure 2). Dans les Caraïbes, ce sont les villes de San Juan et de La Havane, les premières, à obtenir le sceau de l’UNESCO, le Graal de la reconnaissance des rôles qu’elles ont joués dans l’Histoire (Scarpaci, 2000). Ensuite, la gestion libérale des villes et les nécessités de protection d’un patrimoine unique sont à l’origine du mouvement de patrimonialisation en vogue au cours des années suivantes.

Figure 2. Les villes caribéennes inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO

Figure 2. Les villes caribéennes inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO
  • 2 La République dominicaine compte près de 11 millions d’habitants en 2015 répartie dans les grands c (...)

10Aujourd’hui, la ville coloniale représente une petite partie de la superficie du territoire dominicain et de la population dominicaine. C’est un quartier de 106 hectares de l’aire métropolitaine de Santo-Domingo et du District national (cf. Figure 3). Les résidents de la ville coloniale représentent 1,2 % de la population du District national2, 0,6 % de l’aire urbaine métropolitaine de Santo-Domingo et à peine 0,11 % de la population dominicaine.

11Petit espace avec une morphologie bien singulière, typique des villes « Ovando ».

Figure 3. La ville coloniale de Santo-Domingo en République dominicaine

Figure 3. La ville coloniale de Santo-Domingo en République dominicaine

12La ville coloniale compte plusieurs sous-quartiers : San Miguel, San Lazaro, San Anton, Santa Barbara et La Atarazana (cf. Figure 4). Elle est délimitée au Nord par Avenue Mella depuis l’avenue Palo Hincado au pont Mella ; elle est délimitée au Sud par l’avenue du Paseo Président Billini (avenue Georges Washington) depuis l’avenue Palo Hincado au terminal du ferri Christophe Colomb ; elle est limitée à l’Est par l’avenue Francisco Alberto Caamaño du terminal du ferri Christophe Colomb jusqu’au pont Mella ; elle est limitée à l’Ouest par l’avenue Palo Hincado de l’avenue Paseo Président Billini (avenue George Washington) à l’avenue Mella. La zone coloniale forme donc un petit quadrilatère limité par des murailles, bastions et forts, avec des parties rénovées. Elle compte 32 rues, 116 pâtés de maisons, où prédominent les bâtiments d’un ou deux étages construits en pierre, en brique et en pisé. Les sites touristiques sont nombreux, la plupart des bâtiments ont été rénovés.

Figure 4. Les sites touristiques de la ville coloniale

Figure 4. Les sites touristiques de la ville coloniale

2. La requalification des lieux par la politique de protection du gouvernement dominicain

13La politique de protection de la ville coloniale débute dès 1968 avec un ensemble de mesures pour protéger les bâtiments et les placer sous le contrôle de l’État avant de voir l’intervention de multiples acteurs de la coopération internationale. La politique de protection précède la mise en tourisme de cet espace. Ce désir de protection est, comme le note Élodie Salin sur les centres historiques de Mexico et du Caire, une « religion patrimoniale, née en Occident, exportée ensuite dans les pays du Sud, et “sublimée” par l’inscription sur la liste prestigieuse du patrimoine mondial de l’UNESCO » (Salin, 2002).

14En effet, dès 1968, le gouvernement crée l’Office du Patrimoine culturel. Sa responsabilité est de développer, de coordonner et de mettre en œuvre les initiatives et les plans nationaux visant à protéger le patrimoine monumental. L’année suivante, en 1969, la zone coloniale est déclarée zone monumentale (Loi n° 492 du 27 octobre 1969). Cette déclaration en tant que zone monumentale avec des bâtiments nationaux par le Congrès national implique un devoir de protection et de sauvegarde. Les services du Patrimoine culturel se chargent alors de la sauvegarde des bâtiments puisque faisant partie de la richesse historique et artistique de la nation. De plus, l’article 64 de la Constitution de la République dominicaine de janvier 2010 entérine cette politique de protection. Cet article 64 stipule que les biens historiques et artistiques du pays font partie du patrimoine culturel de la nation et sont sous la protection de l’État. L’ensemble de ces lois et décrets servent à une « requalification des lieux » par sélection des monuments, par la redécouverte du passé afin de créer une identité nationale et urbaine forte (Salin, 2002). Ces mesures de protection ont facilité le classement de cette zone historique au rang de ville patrimoine mondiale de l’humanité.

  • 3 Nous évoquons ici les trois critères principaux auxquels répond la Ville Coloniale pour son classem (...)

15La ville coloniale de Santo-Domingo est donc un espace minutieusement protégé depuis plus de cinquante ans. La consécration de la politique de protection est l’inscription de la vieille ville au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 1990. Elle répond à différents critères de sélection,3 comme celui (Critère [ii]) « d’être un espace témoignant d’échanges d’influences considérables et de représenter une aire culturelle spécifique par l’architecture des bâtiments, par les arts monumentaux, par la planification de la ville et par les paysages urbains qui en découlent ». En effet, la ville coloniale exerce une grande influence sur le développement des villes des Caraïbes et du continent américain. Son tracé en damier et sa Plaza Mayor servent de modèle aux nouvelles villes des Amériques. Ses bâtiments institutionnels datant du XVIe siècle — palais du vice-roi, mairie, Cour de justice royale, chancellerie et cathédrale — sont des références aux développements des autres cités coloniales.

  • 4 En 1502, le gouverneur Nicolas de Ovando reconstruit la ville de Saint-Domingue sur la rive occiden (...)

16Cet espace urbain offre « l’exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine (Critère [iv]) ». La trame urbaine initiale de la Ville Coloniale de Saint-Domingue, le « modèle Ovando »4, est intacte, autant par la régularité de son tracé en damier, ajusté de-ci, de-là aux impératifs de la topographie, que par la largeur originale des rues. Ses édifices monumentaux datent du début du XVIe siècle. Ils témoignent du déclin du gothique espagnol et de l’apparition des premières manifestations de la Renaissance, comme le démontre de façon éloquente sa cathédrale.

17La ville coloniale est « directement ou matériellement associée à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle (Critère [vi]) ». Des événements d’une valeur universelle voient le jour à Saint-Domingue. C’est d’ici que partent les expéditions et conquêtes vers de nouvelles terres ; que l’évangélisation se propage et que se proclament et s’appliquent les premières Leyes de Indias (Lois des Indes).

3. Complexité de la récupération du centre ancien : la multiplicité des acteurs et le rôle de la coopération internationale

18Traditionnellement, ce sont les institutions nationales pour la culture et le patrimoine qui financent les plans de rénovation et de réhabilitation urbaines, avec des fonds publics et occasionnellement avec le soutien de partenaires privés. Dans le cas de la vieille ville de Santo-Domingo, la planification urbaine de la ville coloniale est intimement liée, pour les soutiens techniques et financiers, aux agences et institutions internationales pour la coopération et le développement.

19Le gouvernement espagnol est le premier à prendre part à la politique de patrimonialisation du centre-ville historique de Santo-Domingo. La première contribution intervient à la fin des années 1950 avec la restauration du Palais Colon et de l’église des Jésuites.

20En 1968, la Standard Oil Compagnie finance le Plan Esso avec des fonds provenant des bénéfices de la firme américaine. C’est une véritable pratique spéculative qui se met en place. Les objectifs de ce plan sont de transformer la ville coloniale en secteur à vocation touristique essentiellement culturelle. Les actions sont dénoncées comme non respectueuses du droit de vivre dans le centre historique. Beaucoup de maisons sont démolies pour libérer la vieille ville et transformer les rues en enclave pour musées et activités culturelles.

21En 1988, l’État dominicain sollicite l’assistance technique de l’Organisation des États américains (OEA) pour l’élaboration d’un plan visant à promouvoir le tourisme, dans la perspective de la réhabilitation et de la conservation du patrimoine. C’est le Plan Cuna conçu pour diversifier l’offre touristique nationale et faire de la ville coloniale, un objet touristique spécifique dans la zone Caraïbe.

  • 5 La Banque interaméricaine de développement est l’une des principales sources de financement à long (...)
  • 6 Ce plan d’urbanisme réunit tous les acteurs institutionnels. Le dernier plan est approuvé par la Mu (...)
  • 7 Les trois outils du plan de Revitalisation intégrale de la ville Coloniale : 1) le Plan directeur, (...)

22Actuellement, la Banque Interaméricaine de Développement (BID)5 est la principale source de financement. Elle finance le Plan de revitalisation intégrale de la Ville Coloniale de Santo-Domingo6. Les actions tournent autour de trois outils de contrôle de base pour la transformation, l’urbanisme et le développement7 (BID, 2006). Les actions entreprises concernent l’ensemble de la zone coloniale (cf. Tableau 1).

Tableau 1. Actions prioritaires des plans directeur et stratégique

Projet de constructions sociales dans le nord

Place de San Anton : rénovation de la rangée de maisons en bois.

Santa Barbara : activités de conservation des bâtiments actuels avec une haute valeur patrimoniale. Construction d’immeubles neufs. Renforcement de la vocation fonctionnelle de zone résidentielle ouvrière.

Avenue Mella : construction d’un parking.

Développement urbain de haute qualité dans les quartiers résidentiels du Sud, jouxtant le polygone touristique

Sont concernées deux rangées de blocs des rues de l’avenue du Président Billini vers le centre. L’objectif est de favoriser le processus de transition : le passage d’une zone de logement de la classe moyenne à une zone résidentielle de haut revenu. Cela comprend la construction de commerces sur la promenade Président Billini et sur la place principale.

Développement urbain dans la zone portuaire

Transformer la zone portuaire actuelle en zone commerciale, y compris la construction d’un parking et d’un pont reliant la rue des Dames à la forteresse Ozama. Le long du rio Ozama, entre le port et la porte de San Diego, piétonnisation des rues. Construction de parkings près de la Puerto Plata et de San Diego.

Re-zonage de la Rue El Conde

Piétonnisation de la rue El Conde du parc de l’indépendance à la rue des Dames.

Rénovation des bâtiments datant du début du XXe siècle avec une valeur historique et une valeur architecturale pour les transformer en bureaux et logements de haute qualité (pour la classe sociale aisée).

Développement de la zone touristique

Renforcement de l’attractivité touristique de la ville, surtout des musées.

Améliorer le paysage urbain en enlevant les câbles aériens

Créer une route touristique ainsi que des activités sur la place d’Espagne (parking souterrain et construction d’un immeuble d’un étage pour des activités commerciales et touristiques).

Modification et amélioration du système de trafic routier actuel

Amélioration de la circulation sur l’avenue Mella, piétonnisation de la rue El Conde jusqu’au parc de l’indépendance, réorganisation de certaines rues (sens de circulation), limitation du trafic en construisant des routes d’accès partielles et construction un nouveau parking.

Sources : BID, 2006 ; Gonzales Perez J., 2017

  • 8 Dans ces quartiers se concentrent les bâtiments anciens et en pierre qui donnent une image de relat (...)
  • 9 Les données proviennent du recensement de la population et du logement de 2010. Elles ont été étudi (...)

23Plusieurs zones sont délimitées : secteur urbain où se concentrent les bâtiments et sites patrimoniaux, secteurs urbains nord et sud réservés aux habitations de type résidentiel. Des aires de loisirs le long du rio Ozama et du port. Les deux axes commerciaux : El Conde et l’avenue Mella sont des rues commerçantes et piétonnes (cf. Figure 5). Les quartiers de San Lazara, San Anton et de Santa Barbara sont réservés aux habitants issus des classes populaires (cf. Figure 5). Ces quartiers sont au nord de la rue El Conde. Cependant des poches de pauvreté s’observent sur les rives du rio Ozama8. L’intégration des classes populaires dans le Plan de revitalisation intégrale de la ville coloniale fait suite aux nombreuses manifestations des associations catholiques et des Droits de l’Homme pour l’arrêt des expulsions systématiques. En réalité, les bâtiments sont mal conservés. Les résidents de ces quartiers sont pauvres et la pauvreté s’entretient de manière cyclique : la pauvreté est la cause et la conséquence de la dégradation des bâtiments. Les espaces publics sont eux aussi dans un état dégradé. Les opérations sont financées par la BID avec un prêt de 90 millions de dollars : près de 200 ménages pauvres sont concernés. Les fonds servent à rénovation des façades et à la réhabilitation de bâtiments très abîmés par le temps. Sur 185 maisons recensées, 16,36 % n’ont pas de système d’assainissement ; 12,03 % ont un toit en zinc ; le matériel de la construction de murs extérieurs n’est pas fait de ciment ou de pierre. Sur les 185 maisons, sept logements ont été détectés avec le sol de terre ; 196 ménages ayant des problèmes de surpeuplement, 48 avec un surpeuplement extrême et jusqu’à 107 ménages sans dortoir9.

4. La gentrification du quartier : de l’exclusion à l’inclusion sociale

24La requalification du centre ancien par les opérations de rénovation et de réhabilitation sont à l’origine de la gentrification, processus qui s’observe depuis plusieurs décennies avec l’augmentation du prix du foncier.

Figure 5. La ville coloniale entre tourisme et gentrification

Figure 5. La ville coloniale entre tourisme et gentrification

25Depuis les années 1960-1970, le front de gentrification progresse vers l’ouest, le sud. Il remonte actuellement vers le nord (cf. Figure 5) avec les divers projets de rénovation et de réhabilitation des quartiers populaires de San-Lazaro, de San-Anton et de Santa Barbara.

26Durant plusieurs années, les expulsions planifiées sont partie intégrante de la politique de la ville. Elles se distinguent en trois grandes phases :

  1. les dernières années de la dictature de R. Trujillo

  2. le gouvernement de Balaguer de 1966 à 1978 : l’année 1967 est celle qui a connu le plus d’expulsion du centre historique justifié par la politique urbaine dont le slogan était « Rendre la Ville propre ».

  3. Le gouvernement de Balaguer de 1982 à 1992. Le plan Cuna de America de 1991, parrainé par l’OEA, envisage l’éradication de la population la plus pauvre de la ville historique par leur expulsion et leur réinstallation dans d’autres parties de la ville. Mais, la crise des années 1990-1991 et le plan d’ajustement structurel du FMI ont aggravé la situation. Durant ces deux années, le ralentissement des activités économiques a des conséquences humaines et sanitaires. L’inflation a mis un frein à la construction de logements et au relogement. De nombreuses manifestations de rues dénoncèrent la politique d’expulsion du centre historique. Le gouvernement de Balaguer refuse alors de négocier avec les manifestants. La section des Droits de l’Homme des Nations Unies condamne le régime d’expulsion du gouvernement de Balaguer pour violation du droit au logement.

  • 10 Durant le gouvernement de Balaguer.

27La représentativité de la population résidant dans le centre historique diminue. Durant la période de 1981 à 2010, la ville coloniale a perdu 50 % de ses résidents. Le nombre de logements a également décliné (Gonzales-Perez, 2017). Le déclin de la population résidente dans le centre historique correspond au plan Cuna de America de 199110. Ce plan prévoit l’éradication de la population la plus pauvre par leur expulsion et leur réinstallation dans d’autres parties de la ville pour la célébration du 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique. Il n’y a pas de données exactes sur le nombre de personnes expulsées de la zone coloniale. Il existe cependant des estimations : 400 000 habitants ont été affectés par les déplacements, 40 quartiers ont été détruits au bulldozer et environ 180 000 résidents et 30 000 familles ont été touchés par les expulsions. Ces déplacements ont eu lieu du centre vers les périphéries : Ciudad Almirante, Los Frailes, Sabana Perdida, La Victoria et Guaricano (Gonzales-Perez, 2017).

28Le nouveau plan d’urbanisme de 2006 prévoit l’intégration des classes populaires dans les rénovation et réhabilitation du quartier. Les habitants des quartiers de San Lazaro, San Miguel et Santa Barbara sont intégrés dans le développement touristique de diverses manières : rénovation et réhabilitation des logements, officialisation des petits commerçants de rue, sessions de formation sur l’histoire des bâtiments et l’accueil des touristes. L’ensemble de ces actions visent à créer un mode de vie en lien avec la requalification des lieux en lui donnant aspect culturel et intemporel.

5. Les effets « mitigés » de la patrimonialisation sur la fréquentation touristique

29La fréquentation touristique de ce lieu devenu « culturel » est assez singulière. La ville coloniale reçoit très peu de touristes. Selon l’étude menée par la Banque Interaméricaine de Développement, la zone reçoit en moyenne 2200 touristes par jour avec des pics atteignant les 3000 touristes par jour durant les mois de février et mars (BID, 2015).

Figure 6. Provenance des touristes de la ville coloniale en 2015

Figure 6. Provenance des touristes de la ville coloniale en 2015

30Les touristes viennent surtout des régions touristiques de Punta-Cana (40 %), La Romana (13 %) et Boca-Chica (10 %). Seul un tiers des touristes viennent directement de l’étranger sans séjourner dans les hôtels All inclusive (cf. Figure 6). Les principales motivations des touristes sont surtout les visites des centres et des lieux historico-culturels et patrimoniaux. Ensuite viennent les envies de promenades et de profiter des espaces de loisir. Très peu se rendent dans la ville coloniale pour des raisons affinitaires comme rendre visite à la famille, à des amis ou s’adonner à du shopping. Par ailleurs, le temps de visite est relativement court : la majorité des touristes passe que quelques heures dans le centre « antique », rares sont ceux qui restent pour la journée. Les nuits sur place sont également peu développées : seulement 12 % des touristes étrangers et 7 % de Dominicains (BID, 2015).

31La capacité d’accueil de la zone a certes augmenté, mais pas suffisamment pour répondre à une forte demande. En 1986, la ville coloniale comptait 6 hôtels et 176 chambres pour atteindre, en 2004, 24 hôtels et 440 chambres (586 lits). En 2014, la zone comptabilise 55 établissements, 1011 chambres pour 1795 lits (Gonzales-Perez, 2017). Bien que les établissements touristiques s’étendent sur presque toute la ville coloniale, il y a une concentration importante autour de trois rues : la rue piétonne et commerciale El Conde, la rue patrimoniale et résidentielle de Padre Belini et la rue administrative et patrimoniale d’Isabela la Catolica. La rue El Conde marque une rupture socio-spatiale dans la ville coloniale.

Conclusion

32La patrimonialisation et la mise en tourisme de la ville coloniale contribuent largement à la gentrification touristique des lieux. La requalification du centre historique commence en 1968 avec la politique de protection de bâtiments historiques dont la valeur avait décliné les siècles précédents. De nombreux acteurs, publics et privés, interviennent dans les opérations de rénovation et de réhabilitation de l’espace urbain. La Banque Interaméricaine de Développement assure actuellement la plus grande partie des financements. Après l’impopularité des expulsions systématiques, le Plan de Revitalisation intégrale de la ville Coloniale intègre les classes populaires. Les quartiers nord et sud sont en cours de réhabilitation et de rénovation jusqu’en 2022. Cependant, la rupture sociale est visible : les quartiers nord demeurent populaires tandis que les quartiers sud sont huppés. La rue El Conde marque une rupture nette dans l’organisation socio-spatiale du centre historique. La fréquentation touristique présente un bilan mitigé. La clientèle européenne principalement visée ne constitue pas le plus gros contingent de touristes en République dominicaine.

33L’objectif de la réhabilitation urbaine est de « recoudre » l’espace et le temps, de recomposer l’habitat et les monuments en fonction du nouvel usage des lieux. C’est un moyen de maintenir une cohésion sociale et identitaire fort dépendante de la fonction touristique attribuée à cette partie de Santo-Domingo. La touristicité de la ville coloniale Santo-Domingo s’appuie uniquement sur l’héritage hispanique. Son essor dépendra de la capacité des acteurs dominicains à attirer cette clientèle européenne tant convoitée.

Haut de page

Bibliographie

Baily, N. (2008). « The Challenge and Response to Global Tourism in the Postmodern Era: The Commodification, Reconfiguration and Mutual Transformation of Habana Vieja, Cuba », Urban Studies 45 (5-6): 1079-1096.

Banco Interamericano de Desarollo (2006). Plano estrategico de revitalizacion integral de la ciudad colonial de Santo-Domingo, Venetia, Lombardi and Associti.

Banco Interamericano de Desarollo (2015). Informe estrategico de evolucion e impactos de la actividad turistica de Cuidad Colonia, Santo-Domingo, Republica Dominicana.

Benevolo, L. (1994). Histoire de la ville. Marseille, Éditions Parenthèses.

Clerval, A. (2008). La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse de doctorat en géographie, Université de Paris 1.

Crespo Toral, H. & M.-A. Silva (1994). Rehabilitación integral en áreas o sítios históricos latino americanos: memorias del seminario-taller, Editorial Abya Yala.

Dilla Alfonso, H. (2014). Ciudades en el Caribe: un estudio comparado de La Habana, San Juan, Santo Domingo y Miami, Mexico, FLACSO Mexico.

Faxas, L. (2005). Système politique et mouvement populaire (1961-1990), Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Gonzales-Perez, J. (2017). ‘A new colonisation of a Caribbean city. Urban regeneration policies as a strategic for tourism development and gentrification in Santo Domingo’s Colonial City», In M. Gravari-Barbas et S. Guinand. (2017), Tourism and Gentrification in Contemporary Metropolises, International Perspective. London and New York, Routledge: 22–50.

Gravari-Barbas, M. et S. Guinand (2017). Tourism and Gentrification in Contemporary Metropolises: International Perspective, London and New York, Routledge.

Hertzog, A. et A. Sierra (2010). « Penser la ville et l’urbain, les paradoxes de la géographie française », EchoGéo [en ligne], 12 | 2010, URL : http://echogeo.revues.org/11898 ; DOI : 10.4000/echogeo.11898

Hiernaux, D. & C.A. González (2014). «Turismo y gentrificación: pistas teóricas sobre una articulación», Revista de Geografía Norte Grande (58): 55-70.

Janoschka, M., J. Sequera, & L. Salinas (2014). ‘Gentrification in Spain and Latin America – a Critical Dialogue’, International Journal of Urban and Regional Research 38 (4): 1234–1265.

Jones, G.A. et Varley, A. (1999). ‘There conquest of historic Centre: urban conservation and gentrification in Puebla, Mexico’, Environnement and Planning A 31(9): 1547–1566.

Luhmann, N. Auteur et Sosoe, L. Traduction. (2011). Systèmes sociaux : Esquisse d’une théorie générale, Presses de l’Université Laval.

Marley, D. (2005). Historic cities of the Americas: An Illustrated Encylopedia, Santa Barbara, ABC-CLIO.

Nelle, A. (2009). ‘Museality in the urban context: an investigation of museality and musealization processes in three Spanish-colonial World Heritage Towns’, Urban Design International 14 (3): 152–171.

Oficina Nacional de Estadísticas, (2017). Anuariode Estadísticas Sociodemográficas 2015, Santo Domingo, ONE.

Pérez, C. (1996). Urbanización y municipio en Santo Domingo, Santo-Domingo, INTEC.

Reps. J.-W. (1969). La ville américaine : fondation et projets, Liège, Édition Mardaga.

Rodriguez Rosario, M. (2015). Políticas de identidad y revitalización urbana para la reorganizacion del flujo turistico de la ciudad colonial de Santo Domingo, Tesina de Máster Máster Oficial en Gestión y Valoración Urbana Año Académico, Universidad Politécnica de Cataluňa.

Salin, E. (2002). Les centres historiques du Caire et de Mexico : représentations de l’espace, mutations urbaines et protection du patrimoine, Thèse de doctorat de géographie, Université de Paris X-Nanterre.

Scarpaci, J. (2000). ‘Reshaping Habana Vieja: Revitalization, Historic Preservation, and Restructuring in the Socialist City’, Urban Geography 21(8): 724–744.

Thomas, G.A. (1991). ‘The gentrification of Paradise: St. John’s, Antigua’, Urban Geography, 12: 469–487.

Haut de page

Notes

1 Il a jeté les bases scientifiques du processus de gentrification en menant deux projets de recherche qui ont structuré ses résultats. Le premier projet s’intitule Crisis and social vulnerabilty in Spanish island cities et le second projet Tourism and transformation of urban spaces. Comparative analysis and knowledge transfer to different cities of Cuba and the Dominican Republic financés par l’Université des Baléares. Ses résultats ont été publiés en 2017 dans l’ouvrage collectif intitulé Tourism an gentrification in contempory metropolises : international perspectives dirigé par Maria Gravari-Barbas et Sandra Guinand.

2 La République dominicaine compte près de 11 millions d’habitants en 2015 répartie dans les grands centres urbains de Saint-Domingue, Santiago de los Cabellos, La Romana et Puerto-Plata. Saint-Domingue est la capitale économique et politique. La ville est une métropole de près de 2 millions d’habitants, dont environ 970 000 habitants dans le District national et environ 12 500 pour la ville Coloniale. C’est l’une des zones de très fortes densités de population : 11 700 habitants/km² (ONE, 2017).

3 Nous évoquons ici les trois critères principaux auxquels répond la Ville Coloniale pour son classement dans la liste du patrimoine mondial de l’humanité.

4 En 1502, le gouverneur Nicolas de Ovando reconstruit la ville de Saint-Domingue sur la rive occidentale de l’Ozama après que les premiers établissements furent détruits par un ouragan. Sous la direction d’Ovando, la ville est construite avec un réseau de rues rectangulaires, et ce modèle est par la suite largement réutilisé par les Espagnols dans le Nouveau Monde (Reps, 1969).

5 La Banque interaméricaine de développement est l’une des principales sources de financement à long terme pour les projets économiques, sociaux et institutionnels en Amérique latine et dans les Caraïbes. Outre les prêts, les subventions et les garanties, la BID mène une recherche de pointe pour offrir des solutions innovantes et durables aux défis les plus urgents de la région. Fondée en 1959 pour aider à accélérer les progrès dans ses pays membres en développement, la BID continue de travailler tous les jours pour améliorer les conditions de vie des Latino-américains et des Caribéens.

6 Ce plan d’urbanisme réunit tous les acteurs institutionnels. Le dernier plan est approuvé par la Municipalité du District national par l’ordonnance 08-2011.

7 Les trois outils du plan de Revitalisation intégrale de la ville Coloniale : 1) le Plan directeur, visant à identifier les zones de transformation et de conservation et à mettre en place les règles. Les objectifs architecturaux prévalent, avec peu de références aux préoccupations sociales et environnementales. Les lignes prioritaires sont les règles de zonage et l’utilisation du sol. Les plans d’utilisation du sol, organisés en usages dominants et professions privilégiées, résument les propositions d’utilisation du sol. D’une part, les réglementations spécifiques sont différenciées selon le type de bâtiment et, d’autre part, les secteurs d’utilisation dominants, auxquels sont assignées des vocations fonctionnelles spécifiques. 2) Le Plan stratégique, qui établit la stratégie fonctionnelle et identifie les domaines prioritaires. Le plan stratégique énonce deux principes : la récupération de l’espace résidentiel, y compris les zones les plus dégradées (Santa Barbara, San Anton et l’avenue Mella) et le renforcement du système touristique. 3) Les profils du plan.

8 Dans ces quartiers se concentrent les bâtiments anciens et en pierre qui donnent une image de relative pauvreté en contact direct avec les zones de gentrification.

9 Les données proviennent du recensement de la population et du logement de 2010. Elles ont été étudiées par Manuel Jesús Gonzáles-Pérez.

10 Durant le gouvernement de Balaguer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Santo-Domingo, point de départ des voyages de découverte dans la Caraïbe
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 2. Les villes caribéennes inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 3. La ville coloniale de Santo-Domingo en République dominicaine
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11535/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 4. Les sites touristiques de la ville coloniale
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11535/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 5. La ville coloniale entre tourisme et gentrification
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11535/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 6. Provenance des touristes de la ville coloniale en 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11535/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Buzenot et Jesús Manuel González Pérez, « La ville coloniale de Santo-Domingo (République dominicaine), entre patrimonialisation et gentrification », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11535 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11535

Haut de page

Auteurs

Laurence Buzenot

Docteure en géographie, laurence_buzenot2@yahoo.fr

Articles du même auteur

Jesús Manuel González Pérez

Professeur de géographie, Université des Baléares, jesus.gonzalez@uib.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals