Navigation – Plan du site
La ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe

La réhabilitation d’un territoire portuaire à La Havane : dilemmes, opportunités et contraintes

La rehabilitación de un territorio portuario en la Habana: Dilemas, oportunidades y limitaciones
The Rehabilitation of a Harbourous Territory in Havana: Dilemmas, Opportunities and Constraints
Diego Mermoud

Résumés

Pour bénéficier de l’élargissement du canal de Panama, le gouvernement cubain a rénové le port de Mariel afin de recevoir les navires « post-panamax » pouvant nouvellement emprunter ce passage interocéanique. Le port de La Havane étant rendu obsolète par cette nouvelle infrastructure, le territoire portuaire et industriel de la capitale peut aujourd’hui changer d’usage. Les institutions publiques cubaines doivent imaginer, décider et organiser le futur de cet espace au cœur de la ville. Ma contribution a pour objectif de contextualiser et de mettre en évidence les difficultés d’une telle entreprise malgré un système politico-économique qui offre à l’État la quasi-totalité des instruments de pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’élargissement du canal de Panama a offert la possibilité à l’État cubain d’entreprendre l’insertion du pays dans la mondialisation en rénovant un port situé dans la baie de Mariel. Cette baie réunit les spécificités adéquates pour recevoir les navires adaptés à la nouvelle taille de ce passage interocéanique. Cette rénovation entraîne le déplacement progressif des activités portuaires et industrielles du port historique de La Havane vers cette nouvelle infrastructure. Ce mouvement ouvre la voie à une modification de l’usage du sol de larges territoires de la baie de La Havane jusque-là utilisés pour ces activités.

2Cette opportunité est également un défi de taille pour l’État qui doit déterminer quelle devra être le futur de ce territoire. Il doit par conséquent organiser et hiérarchiser les différentes institutions publiques devant participer au processus de réhabilitation. Parmi les nombreuses institutions impliquées, nous pouvons en distinguer quatre qui sont plus spécifiquement engagées dans l’aménagement de la baie. Chacune de ces institutions a ses propres représentations qui influencent ses appréciations sur les éléments qui doivent être favorisés dans la construction du territoire.

1. Une ouverture progressive

3Coupée diplomatiquement et économiquement des États-Unis durant plus d’un demi-siècle, l’île de Cuba a vécu un rapprochement avec la venue de Barack Obama le 20 mars 2016. La remise en question de la dynamique d’ouverture par l’administration Trump a généré une situation d’attente et d’incertitude quant au futur de cette relation. Cette conjoncture indécise complexifie l’anticipation de l’avenir et par conséquent les prises de décisions politiques pour l’État cubain.

1.1. Une insularité exacerbée

4Cuba est une île. Et comme sur tous les territoires insulaires cette particularité génère un isolement1 physique des habitants face au reste du monde, et également une représentation, entendue comme une « création sociale ou individuelle de schémas pertinents du réel » (Y. André ; 1998) d’isolement. L’espace maritime agissant comme frontière réelle et symbolique du territoire insulaire. Dans le cas spécifique de Cuba, l’insularité et les représentations d’insularité ont été exacerbées depuis 1962 par un embargo économique (qualifié de blocus par les autorités cubaines) mené par les États-Unis. Celui-ci s’est renforcé économiquement à partir de 1991 suite à la chute de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et de la fin des subventions du bloc de l’Est. Ce renforcement a également été législatif avec l’adoption de loi extraterritoriale par les États-Unis en particulier les lois Torrichelli (Cuban Democracy Act)2 en octobre 1992 et Helms-Burton (Cuban Liberty and Solidarity – Libertad – Act)3 au mois de mars 1996. L’Union européenne adoptant quant à elle la « Position commune »4, dans le sillage des États-Unis, au mois de décembre 1996, conditionnant ses relations économiques et diplomatiques aux « avancées » sur les droits de l’homme et la démocratie sur l’île. L’ensemble de ces lois ayant totalement ou en partie comme objectif d’asphyxier économiquement l’île et de faire « tomber » le régime cubain.

5La situation économique des années 1990, rendue extrêmement défavorable, a provoqué ce que les Cubains appelleront la « période spéciale », véritable effort de guerre en temps de paix. Une période de rationnement, où les conditions de vie étaient extrêmement difficiles et qui a exacerbé les représentations d’isolement de la population. Cette situation a, en outre, provoqué une sclérose du développement urbain déjà peu dynamique et accentué l’abandon du parc immobilier qui est progressivement tombé en ruine. Le quartier vieille ville de La Havane, « image d’Épinal » pour les touristes du monde entier, a longtemps symbolisé cette réalité. C’est ce quartier qui, outre les paysages paradisiaques de l’île et son histoire peu ordinaire, pousse chaque année des millions de touristes à visiter La Havane. Mais ce quartier symbolique se modifie progressivement à travers le travail de rénovation, entrepris en 1981 suite à une décision de Fidel Castro, confiée et mise en œuvre par l’historien de la ville de La Havane, Dr. Eusebio Leal Spengler. L’UNESCO lui reconnaît le statut de patrimoine mondial de l’humanité en 1982, permettant à la vieille ville de bénéficier de ressources pour sa préservation et sa rénovation même durant la « période spéciale ».

1.2. Une ouverture fragile

6L’arrivée du tourisme au cours des années 1990, qui s’est réellement développé depuis le début des années 2000, a permis à l’île de sortir progressivement de la crise économique de la « période spéciale ». Ce retour à une économie viable est toutefois le résultat de plusieurs facteurs comme le rapprochement avec le Venezuela qui offre un approvisionnement en pétrole avantageux ou encore les programmes d’envois de médecins cubains à l’étranger, économiquement favorable pour Cuba. Le tourisme, quant à lui, s’est fortement développé depuis le rapprochement avec les États-Unis entrepris en décembre 2014. La visite de Barack Obama au printemps 2016 a également favorisé un tourisme souhaitant visiter l’île « avant que les choses ne changent ». Le résultat est que 4,7 millions de personnes ont visité Cuba en 2017, dont près de 620 000 Étasuniens, soit une forte hausse par rapport à 20165. Néanmoins, l’impact médiatique de l’ouragan Irma, le discours de Donald Trump au mois de juin 2017 et les nouvelles dispositions prises par son administration tempèrent les perspectives d’augmentation du tourisme en provenance des États-Unis6. Par conséquent, la relation conflictuelle entre les deux voisins provoque des incertitudes pour les autorités cubaines en ce qui concerne la construction d’infrastructures touristiques et plus généralement pour l’aménagement du territoire.

Figure 1. Nombre de touristes visitant Cuba par année

Figure 1. Nombre de touristes visitant Cuba par année

2. Une nouvelle reconfiguration portuaire

7Malgré les relations indécises avec le puissant voisin, les autorités cubaines ont décidé de rénover le port de Mariel, inauguré au mois de janvier 20147, ce qui rend aujourd’hui obsolète le port de La Havane.

2.1. L’ouverture du port de Mariel

8Le port de classe international de Mariel a été rénové avec l’objectif affiché de recevoir les navires « post-Panamax » ayant des dimensions adaptées à la nouvelle voie du canal inaugurée en juin 20168. Particulièrement en ce qui concerne le tirant d’eau de ces monstres des mers qui atteint aujourd’hui 15 mètres et les empêche d’accéder de ce fait à de nombreux ports. La construction de cette infrastructure portuaire par l’entreprise brésilienne Odebrecht a pour objectif non seulement la réalisation d’un port de classe internationale, mais également la réalisation d’un projet plus large comprenant une zone spéciale de développement afin de permettre à des entreprises nationales, mixtes ou étrangères de développer une activité dans des conditions fiscales favorables. Ce double projet, portuaire et de zone franche, a été principalement financé par la banque de développement du Brésil (BNDES) à hauteur de 682 millions de dollars pour un coût total de 957 millions de dollars9. Le financement de la BNDES s’est fait sur la base d’un crédit à l’exportation pour les autorités cubaines. Le gouvernement cubain s’acquittant de sa dette selon différentes modalités, la principale étant l’envoi de 6 000 médecins au Brésil10.

9Le succès de cette entreprise de réhabilitation est en partie lié au maintien ou non du blocus (embargo selon les États-Unis), car les navires mouillant à Cuba n’ont pas le droit de se rendre aux États-Unis durant 180 jours après leur départ de l’île. En effet, l’objectif du port étant, outre de servir d’interface permettant l’entrée de marchandise dans le pays, d’avoir la fonction de hub. Il pourrait permettre, grâce au transbordement de conteneurs, de desservir les ports étasuniens du golfe du Mexique n’ayant pas les profondeurs adéquates pour recevoir les « post-Panamax ». Le Congrès étasunien ne semble actuellement pas se diriger vers une levée de ces restrictions, mais l’arrivée de multinationales telles que Unilever11 ou encore récemment Nestlé12 montre qu’il existe un véritable intérêt pour s’établir dans cette Zone spéciale de Développement de Mariel.

2.2. Un port obsolète, une opportunité pour un renouveau

10Cette nouvelle configuration portuaire cubaine rend obsolète le port marchand historique situé dans la baie de La Havane (cf. carte la baie de La Havane) et par conséquent la zone industrielle attenante. Le tunnel routier passant sous le chenal d’entrée de la baie et limitant à 12 mètres le tirant d’eau des navires mouillant à La Havane a également renforcé la mise en œuvre de cette reconfiguration. La réhabilitation de cette nouvelle zone, délimitée officiellement à plus de 48,56 km2, est une opportunité peu commune pour une capitale aujourd’hui. Les modalités de cette réaffectation sont aujourd’hui entre les mains des planificateurs qui doivent définir et concevoir les contours de ce qui deviendra un nouveau territoire.

11Cette situation offre de nouvelles possibilités d’utilisation du sol à proximité du secteur patrimonial de l’UNESCO. Car la planification de la baie de La Havane s’inscrit dans la continuité des travaux de réhabilitations du quartier de la Vieille Havane qui ont été entrepris il y a plus de trois décennies. Ce projet de rénovation est aujourd’hui un véritable succès urbanistique, il a permis de progressivement rénover le territoire, malgré les difficultés économiques provoquées en partie par une puissance extérieure imposant de très lourdes restrictions. Cette dynamique s’appuie sur le concept de « développement intégral », cherchant à combiner une multiplicité de facteurs afin de répondre à des problématiques réunissant plusieurs thématiques et plusieurs disciplines à différentes échelles. Cet espace offre aujourd’hui des infrastructures pour les populations locales ainsi que pour les activités touristiques avec le souci de bâtir un environnement répondant à un maximum de contraintes en même temps.

Figure 2. La baie de La Havane

Figure 2. La baie de La Havane

3. La planification de la baie de La Havane

123.1. Plusieurs institutions pour un même territoire

13Comme dans tous les territoires subissant ce genre de transformation se pose la question : que faire ? La réponse à cette question doit s’inscrire dans la réalité locale cubaine, particulière à plus d’un titre. En effet, le régime politico-économique très centralisé est communiste. Le pacte social national est bâti sur l’égalité. Les acteurs économiques privés sont très faibles, voire inexistants. Enfin, il n’existe pas d’organisations non gouvernementales pouvant mobiliser publiquement la population en faveur ou défaveur d’un projet urbain. Outre ces conditions structurelles particulières, il nous faut également ajouter que les ressources économiques sont restreintes, ce qui contraint les autorités à optimiser au maximum leurs choix. Par conséquent, les acteurs publics, seuls en charge de la construction du territoire se doivent de faire des choix judicieux.

14Dans le cas de réhabilitation de la baie de La Havane, plus d’une centaine d’acteurs prennent place dans le processus. Parmi ceux-ci nous pouvons y distinguer différents ministères, parmi lesquels celui du tourisme, de l’intérieur ou encore celui du transport, le Conseil national du patrimoine, le Groupe d’administration des entreprises (GAE), l’Institution de planification physique au niveau national, provincial et municipal, le Bureau de l’Historien de la Ville de La Havane, le Projet intégral de développement de la baie de La Havane pour ne citer que les principaux. Les entreprises ayant des activités sur ce territoire, les différents Conseils d’administration municipaux des municipalités concernées ainsi que les Conseils populaires des différents quartiers ou encore les institutions culturelles prennent également part à ce processus de réhabilitation.

15Formellement il existe donc une grande multiplicité d’acteurs participant d’une manière ou d’une autre à la réalisation de ce grand projet de changement d’usage du sol de la baie. Toutefois nous pouvons distinguer quatre institutions importantes qui participent activement à la planification sur ce territoire précis13 :

  1. « Instituto de Planificacion Fisica – IPF » (Institut de planification physique), comportant des échelons nationaux, provinciaux et municipaux ;

  2. « Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana – OHCH » (Bureau de l’historien de la Ville de La Havane) ; cette institution chapeaute d’autres institutions parmi lesquels le « Plan Maestro » (Plan maître) et la « Dirección General de Proyectos de Arquitectura y Urbanismo » (Direction générale de projets d’architecture et d’urbanisme) ;

  3. « Grupo de Trabajo Estatal Bahía de La Habana – GTE-BH » (Groupe de travail étatique baie de La Havane) ;

  4. « Proyecto Integral de Desarollo de la Bahia de La Habana — PIB-BH » (Projet intégral de développement de la baie de La Havane).

16Chacune de ces institutions a des représentations propres, construites et inscrites dans leur histoire, celles-ci influencent leurs appréciations sur les éléments qui doivent être favorisés dans la construction du territoire. Ces représentations sont construites par les acteurs qui composent les institutions. Les institutions étant elles-mêmes vectrices de la construction des représentations des acteurs qui les composent. Ces dialectiques de constructions des représentations débouchent sur une appréhension différenciée du territoire ainsi qu’une hiérarchisation différente des objectifs à mettre en œuvre. Nous pouvons distinguer comment chaque institution s’inscrit dans ce projet urbain.

    • 14 Dra. Arq. Ibis M. Menéndez-Cuesta González, Colloque « Manejo y Gestion », 24 mai 2017, La Havane C (...)
    • 15 Idem.
    • 16 Idem.

    L’Instituto de planificacion fisica (IPF), est la structure officielle et historique qui dirige la planification urbaine sur toute l’île de Cuba depuis le début de la révolution. Elle coordonne les différentes institutions prenant part aux processus, celles-ci pouvant varier selon le territoire. Elle élabore des scénarios qu’elle soumet au gouvernement local ou central afin d’obtenir des décisions politiques qui engagent des ressources pour le développement urbain14. Cette institution qui se considère comme un instrument de gouvernance15 poursuit l’objectif d’agréger un maximum de facteurs dans sa construction du territoire. Les représentations qui l’accompagnent sont actuellement en pleine transformation, passant d’une vision réduite à un angle « physico-spatial » à une nouvelle vision plus proche des considérations humaines. Aujourd’hui cette institution conçoit sa gestion urbaine comme « une politique publique, expression spatiale de la politique environnementale, économique, sociale et culturelle »16. En outre, elle se hiérarchise au niveau national, provincial et municipal, chaque niveau étant responsable du territoire qui lui correspond afin de permettre une conception multiscalaire de l’aménagement urbain.

    • 17 Dr. Eusebio Leal Spengler, Colloque « Manejo y Gestion », 24 mai 2017, la Havane, Cuba.

    L’« Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana – OHCH » est l’institution historique qui est responsable de la réhabilitation et la rénovation du patrimoine urbain de la ville. En son sein, c’est le « Plan Maestro » qui est en charge de la planification, la rénovation du bâti ainsi que le suivi et l’octroi des licences de travail sur le territoire reconnu Patrimoine mondial de l’UNESCO. La « Dirección General de Proyectos de Arquitectura y Urbanismo » est quant à elle en charge d’imaginer et de planifier les futurs aménagements à une échelle plus large. L’OHCH existe depuis le début des années 80’ et s’inscrit dans une représentation de sauvegarde patrimoniale. La personnalité forte de l’Historien de la ville, Dr. Eusebio Leal Spengler, qui a la confiance des autorités au plus haut niveau, a permis au « Plan Maestro » de rénover de nombreux édifices dans la vieille ville et de bénéficier d’une certaine autonomie dans la gestion urbaine de ce territoire. La « Dirección General de Proyectos de Arquitectura y Urbanismo » s’inscrit également dans une dynamique de sauvegarde du patrimoine et, grâce à une équipe composée en partie de jeunes diplômés, apporte de nouvelles idées originales pour le futur urbain de ce territoire. Outre la sauvegarde du territoire, les représentations de l’institution sont marquées par une forte volonté d’intégrer les populations locales17 dans le développement et s’inscrivent dans les recommandations de l’UNESCO. En outre, cette institution collabore avec de nombreuses institutions internationales telles que l’Union européenne, l’Agence suisse pour le Développement et la Coopération (DDC), la Mairie de Barcelone (Ajuntament de Barcelona), pour ne citer que celles-ci.

  1. Le « Grupo de Trabajo Estatal Bahía de La Habana – GTE-BH » se dédie depuis près de 20 ans pour l’amélioration de l’environnement de la baie18. Son travail se focalise sur la réduction de la pollution, le « nettoyage » de ce territoire, le développement de la flore et sur la participation des populations locales aux processus de rénovation de la baie. Cela passe par des études sur l’évolution de la pollution de l’eau et de l’air, par une sensibilisation des entreprises et par un programme d’éducation à l’écologie dans les écoles. Cette institution ne poursuit pas l’objectif de planifier le futur de la baie, mais à travers ses responsabilités elle a un impact sur les acteurs de la planification. En effet, c’est le GTE-BH qui coordonne et organise les travaux devant permettre de réduire au maximum la pollution pour offrir la baie aux activités touristiques. Par conséquent, les possibilités offertes par l’environnement, et donc les possibilités d’aménagement, dépendent du GTE-BH. En outre, de par son travail touchant développement de la flore, plus précisément au reboisement à proximité des rivières se jetant dans la baie, elle incite à une planification soucieuse de l’environnement.

    • 19 Présentation, Colloque « Bahía - Diálogo ambiental y urbano entre ciudades portuarias », 15 juin (...)
    • 20 Idem.

    Le Proyecto Integral de Desarollo de la Bahia de La Habana (PID-BH) est une structure en cours de création, elle sera responsable de l’ensemble de la mise en œuvre du projet urbain de la baie. Il s’agit en partie des mêmes acteurs qui ont été en charge de la création du port de Mariel. Sa mission est d’« être l’organe de direction, de planification, de parrainage et de gestion du processus de reconversion de la baie de La Havane et de ses environs, en tant que zone de développement stratégique, devant être économiquement durable. Ce travail devant être coordonné avec les entités sectorielles et gouvernementales »19. Les représentations de cette institution pouvant être rapportées à ce qu’elle décrit comme sa vision qui veut « faire de la baie de La Havane et de ses environs un projet intégré de développement multifonctionnel, avec des activités principalement récréatives, culturelles, nautiques, touristiques, de construction de maisons et d’immobilier, d’importance stratégique pour le développement économique de la ville et du pays, en harmonie avec le patrimoine culturel et l’environnement »20. Cette institution, à dominante militaire, a une vision commerciale relativement ouverte, elle souhaite construire un territoire capable de proposer des offres attractives pour les touristes ayant un fort pouvoir économique. L’objectif étant pour celle-ci de créer un espace offrant une activité économique permettant de générer des devises pour l’État cubain.

17Nous sommes donc face à quatre acteurs de l’aménagement du territoire qui ont des représentations propres sur les priorités à donner à ce projet urbain. Il existe de nombreux points de convergences conceptuelles entre ces différentes structures, parmi lesquels nous pouvons par exemple distinguer la construction d’un territoire en harmonie avec le patrimoine culturel et respectueux de l’environnement, mais également certaines priorités n’entrant pas totalement en adéquation.

18En termes de responsabilités, les quatre institutions s’entrecroisent, l’Institut de Planification physique (IPF) a la responsabilité de l’aménagement sur l’ensemble du territoire national, les deux autres institutions de planification agissent par conséquent dans le cadre défini par l’IPF qui s’articule entre ses différents niveaux. L’approbation des décisions doit se faire en accord avec cette institution historique. Au sein du OHCH, le « Plan Maestro » est responsable du territoire de la « Vieille Havane », il définit les priorités et se charge de la mise en œuvre des décisions. Mais son territoire étant en lien direct avec la baie, il joue un rôle à travers la relation qu’il entretient avec elle, par exemple à travers le paysage comme le montre son dernier ouvrage « Plan de manejo, Paisaje cultural, Bahía de La Habana, Avance » présenté le 7 février 2018 lors du salon du livre de La Havane. La « Dirección General de Proyectos de Arquitectura y Urbanismo » a quant à elle présenté à cette occasion le livre « Termoeléctrica de Tallapiedra » (Castañeda et al.) qui propose une rénovation de cette centrale thermoélectrique pour la transformer en un centre d’Art contemporain ainsi qu’une nouvelle utilisation du sol dans les territoires adjacents tournés vers la culture et l’enseignement des arts. L’institution Projet Intégral de Développement de la baie de La Havane (PID-BH) devrait avoir quant à lui la responsabilité de l’aménagement de l’ensemble de la baie. Il n’est toutefois pas encore formellement institutionnalisé, mais devra respecter le cadre de l’IPF et surtout agir en bonne intelligence avec l’OHCH. En effet, la « Vieille Havane » étant le point d’intérêt central de la baie, un lieu de concentration patrimoniale et touristique, il est nécessaire d’organiser sa réhabilitation en prenant en compte cette réalité.

3.2. Enjeux et contraintes

  • 21 La terminologie utilisée par les Cubains est : contacto al turista (contact avec le touriste).

19La planification urbaine de la baie est, malgré la présence d’acteurs uniquement publics, face à de nombreux défis structurels. Premièrement le pacte social basé sur l’égalité est bousculé par l’arrivée du tourisme. En effet, le salaire moyen cubain est, toutes professions confondues, d’environ vingt-cinq dollars mensuels. Toutes les activités économiques ayant un lien direct avec le tourisme21 peuvent générer des revenus pouvant aller jusqu’à vingt-cinq dollars par jour pour les acteurs économiques travaillant en cuentas propistas (en compte propre). Ces cuentas propistas sont les personnes qui louent des chambres aux touristes, ont ouvert un petit restaurant, proposent des promenades en vieilles voitures étasuniennes des années 1950 ou encore par exemple les ébénistes en relation directe avec cette économie touristique. Cette population de cuentas propistas pouvant gagner jusqu’à trente fois le salaire mensuel moyen creusent les inégalités sur le territoire. Certains acteurs économiques privés, quelques fois propriétaires de plusieurs appartements, officiellement au nom des membres de leur famille, deviennent progressivement une nouvelle élite économique.

  • 22 http://www.radiorebelde.cu/noticia/decreto-ley-288-elimina-prohibiciones-vivienda-cubana-20111107/, (...)
  • 23 Idem.
  • 24 http://www.idealista.com/news/inmobiliario/internacional/2012/06/04/460995-la-venta-de-casas-en-cub (...)
  • 25 Decreto-Ley No. 302, Gaceta Oficial No. 44 Ordinaria de 16 de octubre de 2012, URL: <https://www.ga (...)

20Il ne faut également pas négliger l’arrivée rapide de devises après la « réforme de l’habitation » faite par décret le 7 novembre 201122. Cette nouvelle loi a permis aux Cubains de vendre leurs biens immobiliers23. Ce fut un changement structurel majeur, car la population est devenue réellement propriétaire alors que précédemment le patrimoine immobilier de l’île ne pouvait pas être vendu. Ceci a généré un boom de l’immobilier24sur l’île, principalement dans les zones représentant un intérêt touristique. Cet essor du marché immobilier est généralement le fait de la diaspora cubaine autorisée à revenir sur l’île et d’y obtenir la résidence depuis le 14 janvier 201325. Ce processus s’est soldé par une arrivée d’acteurs économiques qui ont bouleversé le système économique et la structure sociale égalitaire. Les nouveaux arrivants de la diaspora cubaine ayant la possibilité de construire de petites entreprises offrant des conditions de vie agréables en comparaison avec celles des populations « historiques » n’ayant pas migré.

  • 26 Entretiens menés auprès des populations locales vivant dans la vieille ville de la Havane, juin 201 (...)

21Cette situation a créé un certain mécontentement26 au sein de la population cubaine « historique ». Car ce sont finalement, dans les représentations de la population « historique », les Cubains qui ont « abandonné » la patrie qui sont aujourd’hui récompensés par la structure législative, les « historiques » ayant lutté pour la Révolution se retrouvant économiquement très défavorisés. Face à cela, en août 2017, l’État a arrêté d’octroyer de nouvelles licences pour de nombreux métiers, jusqu’à modification de la législation d’attributions de celles-ci. En outre, certains métiers ne se verront définitivement plus octroyer de licence, par exemple les vendeurs de produits agricoles. Ce changement politique fut brusque, car la nouvelle loi qui gèle l’octroi a pris effet immédiatement afin d’éviter une vague d’inscription de cuentas propistas. Cette rupture soudaine avec le modèle mis en place jusque-là doit également être mise en perspective avec la venue de Barack Obama qui a suscité une vague d’enthousiasme dans le monde et à Cuba, accompagnée de discours favorables aux cuentas propistas. Cette position de l’ancien président étasunien a en quelque sorte eu un effet contre-productif par rapport aux volontés affichées de transformation sociétale prônées par les États-Unis. De plus, le changement à la tête du pays prévu pour le mois d’avril et l’arrivée probable d’un nouveau dirigeant ne faisant pas partie de la famille Castro et n’appartenant pas à la génération des révolutionnaires historiques pousse l’État à la prudence vis-à-vis de l’augmentation des cuentas propistas.

22Cette modification législative a provoqué un problème majeur pour les populations qui avaient entamé un processus de « mise à leur compte ». Car ceux-ci avaient consenti des investissements souvent conséquents pour créer leur propre affaire. Investissement résultant généralement d’un travail acharné, de la contraction de dettes ou d’aide venue de l’extérieur du pays. De nombreux Cubains poursuivant ce processus, pouvant prendre de nombreuses années, se retrouvent aujourd’hui dans l’impossibilité de mettre en route leur « business » et cela génère naturellement de grandes frustrations. Toutefois la situation devrait à terme se rétablir, même si les incertitudes concernant les modalités futures sont grandes.

3.3. Des infrastructures pour un futur incertain

  • 27 Rapport sur le développement humain 2016, Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), (...)

23Les nouvelles infrastructures qui participeront au développement économique de la ville doivent donc être « pensées » et adaptées à l’écosystème sociétal préexistant, mais également s’inscrire dans la structure sociétale future. Outre les enjeux sociétaux locaux, Cuba, en tant que pays doit développer son économie nationale qui reste aujourd’hui dans une situation fragile et très dépendante de facteurs extérieurs. La « période spéciale » est aujourd’hui bien passée, mais il ne faut pas surestimer les conditions économiques actuelles. Les Cubains vivent toujours avec un carnet de rationnement couvrant la moitié de leurs besoins alimentaires mensuels, le pays vit en partie grâce à l’aide du Venezuela, pays aujourd’hui politiquement et économiquement en grande difficulté. Si nous nous référons au rapport sur le Développement humain de 201627 publié par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Cuba se place en 68e position avec un Indice de développement humain (IDH) de 0,775 qui nous montre que la situation, sans être excellente, reste très acceptable. Nous pouvons même parler sur ce point d’une prouesse sachant que le pays reste sous embargo étasunien. Mais les autorités doivent poursuivre leurs efforts pour développer économiquement le pays afin de poursuivre la lente, mais progressive augmentation du niveau de vie de la population. La difficulté réside principalement dans la répartition de cette croissance, celle-ci ne devant pas seulement favoriser une nouvelle élite économique, mais bien l’ensemble de la population.

24Pour ce faire, l’État cubain poursuit aujourd’hui deux objectifs pour augmenter l’arrivée de devises dans le pays. Premièrement, encourager les Cubains de la diaspora à venir investir sur l’île, dans le cadre fixé par l’État. En témoigne l’entrée en vigueur le 1er janvier 2018 de la nouvelle loi migratoire qui facilite le retour pour les Cubains ayant émigré28. Ces nouvelles dispositions favorisent l’établissement, l’investissement et les visites de l’île pour la diaspora si elle possède la nationalité et la résidence cubaine. Cette ouverture vers la diaspora a l’objectif de promouvoir l’investissement sur l’île par des acteurs qui, en tant que Cubains, doivent nécessairement suivre les législations cubaines sur le territoire national. De plus, ces nouvelles lois migratoires s’inscrivent dans le processus de rapprochement avec les États-Unis et la fin de la politique étasunienne des « pieds secs, pieds mouillés »29 qui permettaient aux migrants venus de l’île de bénéficier immédiatement d’un droit d’asile s’ils touchaient la terre ferme étasunienne. Cette législation particulière a contribué à une certaine instabilité sur l’île, car une partie de la population a fait le choix du départ vers les États-Unis selon des modalités très difficile en prenant de grands risques et en abandonnant tout, quelquefois très soudainement. Mais contre intuitivement nous pouvons voir dans cette loi « pieds secs, pieds mouillés » des effets stabilisateurs en offrant une perspective aux Cubains et à la jeunesse en particulier. Un rêve potentiellement réalisable permettant d’éviter une grogne sociale face aux manques de perspectives existantes. La fin de de la loi des « pieds secs, pieds mouillés » pourrait par conséquent obliger les autorités à modifier la structure législative afin d’offrir de nouvelles perspectives à la population.

Conclusion

  • 30 Présentation, Colloque « Bahía - Diálogo ambiental y urbano entre ciudades portuarias », 15 juin (...)

25Les décisions touchant à l’environnement urbain doivent prendre en considération toutes ces nouvelles réalités. La place du tourisme sur le territoire étant un enjeu considérable. Faut-il bâtir des hôtels luxueux, espaces clos, gérés par l’État ou ouvrir le tourisme aux cuentas propistas, au risque de provoquer un creusement des inégalités ? Il existe également une volonté de modifier la structure socio-économique du tourisme, l’objectif étant d’orienter ce secteur vers des personnes ayant un pouvoir économique plus élevé venant pour des séjours d’exceptions30. Mais cela nécessite une augmentation des standards pour conquérir plus largement ce marché, les cuentas propistas auront des difficultés à adapter leur offre, ce qui favorisera les structures gérées par l’État. Toutefois, dans le contexte cubain il s’agit d’un défi de taille, car les services offerts ne sont pas toujours à la hauteur du prix demandé en comparaison avec les pays de la région.

26Outre la gestion des problématiques du creusement des inégalités, des investissements de la diaspora ou de l’accueil d’un tourisme plus aisé, l’aménagement du territoire de la baie nécessite un investissement lourd, cent millions de dollars selon Artura López-Levy économiste cubain de l’Université de Denver31. Cet investissement pourrait même atteindre deux milliards de dollars en fonction des orientations qui seront favorisées. L’origine des financements de ce renouveau urbain aura également un impact, quelle part les acteurs étatiques prendront-il en charge ? Quelles seront les modalités de l’investissement étranger ? Quelles seront les exigences des investisseurs extérieurs pour qu’ils répondent présents ? Ces questions encore en suspens font également partie de l’équation que doit résoudre l’État cubain pour réussir à mettre en œuvre ce projet urbain.

27L’État cubain concentre presque tous les pouvoirs de par sa structure politico-économique et a un contrôle total de son territoire. Malgré ces conditions très favorables où l’autorité étatique ne subit pas les pressions de contradicteurs privés ou non gouvernementaux, elle doit toutefois arbitrer les oppositions qui peuvent surgir entre les différentes institutions publiques. L’articulation entre les différents acteurs prenant part au renouveau urbain de la baie reste difficile à cerner, la hiérarchisation ainsi que le « poids » de chaque institution restent complexes, chacune d’elles défendant ses représentations de ce qu’il lui semble pertinent de favoriser. Mais au-delà des représentations présentes, il s’agit également d’une projection dans le futur, car la mise en avant de la construction d’infrastructures permettant de recevoir un plus grand nombre de bateaux de croisière indique une volonté de se tourner vers un tourisme correspondant à ce type d’offre. Le soutien à la construction de port de plaisance pouvant accueillir des yachts montre une intention de se projeter dans un environnement sans embargo où les liens avec la Floride toute proche se verraient fortement renforcés. Ces différentes représentations du présent et du futur vont plus loin que le projet urbain de la baie, elles indiquent quelles sont les futures relations imaginées avec l’extérieur et particulièrement avec les États-Unis. Cette dimension extérieure, très importante pour les territoires insulaires, a et aura un impact sur le pays. L’État cubain, qui changera de Président le 19 avril 2018, à travers les arbitrages des dilemmes qu’entraîne la réhabilitation de la baie indiquera la direction vers laquelle se dirigera la plus grande île des Caraïbes.

Haut de page

Bibliographie

Alemany Llovera, J. (2016). « Oportunidas de Negocio en el Puerto de La Habana », Cámara de Comercio de Mallorca, URL : <http://cambramallorca.com/documentos/Desp_6121.pdf>, consulté le 3 mars 2018.

Alvarez Quiñones, N. (2016). « Caracterización Medioambiental Bahía de La Habana », Cuadernos Técnicos, Plan Maestro – Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, n°4.

André, Y. & A. Bailly (dir.) (1989). Représenter l’espace. L’imaginaire spatial à l’école, Paris, Economica.

Cruz Sosa, N. (2016). « El Turismo en el Centro Histórico La Habana Vieja », Cuadernos, Informativos, Plan Maestro – Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, n°1.

Cuban Democratie Act (‘CDA’), United States Code, Title 22, Foreign Relations and Intercourse, URL : <http://www.treasury.gov/resource-center/sanctions/Documents/cda.pdf, consulté le 3 mars 2018>.

Cuban Liberty and Democratic Solidarity (Libertad) Act of 1996, Codiefied in Title 22, Sections 6021–6091 of the U.S. Code, URL : <http://www.treasury.gov/resource- center/sanctions/Documents/libertad.pdf, consulté le 3 mars 2018>.

D. Viciedo (2016) « Caracterización Económica Bahía de La Habana », Cuadernos Técnicos, Plan Maestro – Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, n°2.

Gazette Officielle n° 31 Extraordinaire du 1er août 2017. Résolution n° 22/2017, URL : <https://www.gacetaoficial.gob.cu>, consulté le 3 mars 2018.

Iglesias Pérez, M. & L. Molina Gutiérrez (2016). « Caracterización Sociocultural Bahía de La Habana », Cuadernos Técnicos, Plan Maestro – Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, n°1.

Inclán Casteña, O. & C. Castillo de la Cruz (2011). « Bahía de la Habana, Centrando una idea de intervención », Opus Habana, Oficina del Historiador de la Ciudad 13(3): 56-63.

Inclán Casteña, O. & C. Castillo de la Cruz (dir.) (2017). Termoeléctrica de Tallapiedra, Edition CICEES Centro de Iniciativas Culturales.

Rodriguez Alomá P. (dir.) (2017). PEDI Plan Especial de Desarollo Integral 2030 La Habana Vieja Centro Historico, Plan Maestro, Oficina del Historiador de la Ciudad.

Rodriguez Alomá, P. & K. Sánchez Alvarez (dir.) (2017). Plan de Manejo Paisaje Cultural Bahía de La Habana, Avance, Editions Boloña.

Rodriguez Alomá, P. (dir.) (2011). PEDI Plan Especial de Desarollo Integral, Plan Maestro, Oficina del Historiador de la Ciudad.

Haut de page

Notes

1 Isoler, « faire prendre la forme d’une île ». Saint-Amant (1653) Moyse sauvé, éd. Ch. L. Livet, Œuvres, t. 2, p. 313 : Une branche du Nil [...] isole une prairie. http://www.cnrtl.fr/etymologie/isoler, consulté le 3 mars 2018.

2 https://www.treasury.gov/resource-center/sanctions/Documents/cda.pdf, consulté le 3 mars 2018.

3 https://www.treasury.gov/resource-center/sanctions/Documents/libertad.pdf, consulté le 3 mars 2018.

4 http://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/PDF/?uri=CELEX :31996E0697&from=EN

5 http://www.cubadebate.cu/noticias/2018/01/09/mas-de-un-millon-cien-mil-visitantes-desde-ee-uu-llegaron-a-cuba-en-2017/#.Wq9ng2Z7TOQ, consulté le 5 mars 2018.

6 http://abonnes.lemonde.fr/ameriques/article/2017/06/16/m-trump-ravive-un-climat-de-guerre-froide-avec-cuba_5146039_3222.html, consulté le 5 mars 2018.

7 http://www.lemarin.fr/articles/detail/items/le-nouveau-port-cubain-de-mariel-inaugure-en-grandes-pompes.html, consulté le 5 mars 2018.

8 https://www.letemps.ch/economie/nouveau-canal-panama-redistribue-cartes-transport-mondial, consulté le 15 novembre 2017.

9 https://www.terra.com.br/economia/bndes-financiamento-de-porto-cubano-foi-operacao-normal,a650ed0e0ef36410VgnVCM3000009af154d0RCRD, consulté le 15 novembre 2017.

10 https://www.cibercuba.com/noticias/2013/05/26/6000-medicos-cubanos-brasil-en-contraprestacion-brasilera-al-desarrollo, consulté le 15 novembre 2017.

11 https://www.unilever.com/news/news-and-features/Feature-article/2016/Unilever-and-Intersuchel-agree-35-million-Cuban-joint-venture.html, consulté le 30 novembre 2017.

12 http://www.business-standard.com/article/companies/nestle-lays-first-stone-for-55-mn-coffee-factory-in-cuba-s-mariel-port-117112900191_1.html, consulté le 30 novembre 2017.

13 http://www.juventudrebelde.cu/cuba/2017-06-16/la-habana-para-nosotros-y-el-mundo, consulté le 15 décembre 2017.

14 Dra. Arq. Ibis M. Menéndez-Cuesta González, Colloque « Manejo y Gestion », 24 mai 2017, La Havane Cuba.

15 Idem.

16 Idem.

17 Dr. Eusebio Leal Spengler, Colloque « Manejo y Gestion », 24 mai 2017, la Havane, Cuba.

18 http://www.radiorebelde.cu/noticia/celebra-aniversario-grupo-trabajo-estatal-bahia-habana-20170616/, consulté le 20 février 2018.

19 Présentation, Colloque « Bahía - Diálogo ambiental y urbano entre ciudades portuarias », 15 juin 2017, La Havane, Cuba.

20 Idem.

21 La terminologie utilisée par les Cubains est : contacto al turista (contact avec le touriste).

22 http://www.radiorebelde.cu/noticia/decreto-ley-288-elimina-prohibiciones-vivienda-cubana-20111107/, consulté le 13 janvier 2018.

23 Idem.

24 http://www.idealista.com/news/inmobiliario/internacional/2012/06/04/460995-la-venta-de-casas-en-cuba-se-dispara-por-la-nueva-ley-de-vivienda, consulté le 13 janvier 2018.

25 Decreto-Ley No. 302, Gaceta Oficial No. 44 Ordinaria de 16 de octubre de 2012, URL: <https://www.gacetaoficial.gob.cu/>, consulté le 13 janvier 2018.

26 Entretiens menés auprès des populations locales vivant dans la vieille ville de la Havane, juin 2017.

27 Rapport sur le développement humain 2016, Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), http://hdr.undp.org/sites/default/files/HDR2016_FR_Overview_Web.pdf, consulté le 1er décembre 2017.

28 http://www.cubadebate.cu/especiales/2017/11/09/nuevas-medidas-migratorias-de-cuba-a-debate/#.WjjyXrZ7TOQ, consulté le 6 décembre 2017.

29 http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/01/13/barack-obama-met-fin-au-regime-special-d-immigration-pour-les-cubains_5061885_3222.html, consulté le 3 mars 2018.

30 Présentation, Colloque « Bahía - Diálogo ambiental y urbano entre ciudades portuarias », 15 juin 2017, La Havane, Cuba.

31 http://www.radiohc.cu/especiales/exclusivas/293-una-nueva-imagen-para-el-puerto-habanero, consulté le 30 novembre 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nombre de touristes visitant Cuba par année
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 2. La baie de La Havane
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diego Mermoud, « La réhabilitation d’un territoire portuaire à La Havane : dilemmes, opportunités et contraintes », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11619 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11619

Haut de page

Auteur

Diego Mermoud

Doctorant allocataire de recherche, Université Paris 8, UMR 7533 Laboratoire Dynamiques sociales et Recompositions des Espaces — LADYSS, École Polytechnique Fédérale de Lausanne EPFL, Communauté d’Études pour l’Aménagement du Territoire — CEAT, diego.mermoud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals