Navigation – Plan du site
Etudes urbaines africaines, approches complémentaires

La migration, facteur urbanisant et de développement socio territorial dans la vallée du fleuve Sénégal

Migration, an Urbanizing and Socio-Territorial Development Factorin Senegal River Valley
Cheikh Samba Wade et Aboubacry Wade

Résumés

Depuis des décennies, les migrants ressortissants de la vallée du fleuve Sénégal (principalement les régions de Saint-Louis et de Matam) se font remarquer par d’importants investissements dans le développement social. Les appuis au développement dont les retombées issues de ces acteurs individuels ou associatifs (avec ou sans appui financier extérieur) apportent une contribution significative et parfois décisive à l’économie locale. Cet apport les place parmi les acteurs principaux du développement en termes de fournitures de services publics. Dans les villages et communes, face à l’absence d’intervention de l’État quant à la mise en place de services socio-économiques collectifs, ces « petits bailleurs de fonds, comme on peut les appeler localement, se sont substitués à la puissance publique, dans des domaines aussi variés que la santé, l’éducation, l’hydraulique villageoise, etc. Ainsi, les migrants méritent-ils d’être qualifiés de promoteurs » ou « développeurs » ? C’est à cette question essentielle que cet article tente d’apporter quelques éléments de réponses.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Sénégal
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’accès à un développement social a toujours placé l’Homme au cœur des mutations récurrentes du domaine de l’espace-temps et société. L’inégale densité et répartition des ressources ainsi que les fractures et factures technologiques entre le nord et le sud reconfigurent les espaces de production, de consommation et d’échange. La carte des mobilités définit de façon assez nette les espaces d’attraction situés dans les pays industriels par opposition à ceux de génération, situés dans les pays tropicaux.

2Les mobilités géographiques attestent désormais d’un impératif de promotion sociale individualisée ou collective (familiale) des acteurs qui passe par l’investissement local du migrant circulant dans l’immobilier et la distribution de biens de consommation et d’équipement. Ces initiatives de développement économique réalisées dans les territoires d’origine des migrants traduisent leurs projets de vie en termes de perspectives de développement local et de promotion sociale qui placent le migrant au cœur des processus de la territorialisation. Il reconfigure l’espace et crée un territoire valorisé dédié « territoire de la migration » construit selon un modèle promu, de valeur significative, différent des standards locaux dominés par la forte paysannerie.

3Les situations (crises) économiques difficiles rencontrées depuis les années 1970 à la suite de la dégradation des conditions de production dans les zones rurales amplifiées par les contraintes économiques des politiques d’ajustement structurel sont considérées comme les déclencheurs de la migration, aussi internationale, particulièrement dans les régions de Saint-Louis et Matam situées dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal.

  • 1 UEMOA est l’union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest qui regroupe les États suivants : (...)
  • 2 Au Sénégal, dès les premières années qui ont suivi l’indépendance, les autorités ont voulu réorgani (...)

4La crise des ressources financières des Etats de la zone ouest-africaine surtout de l’UEMOA1 et de la vague d’ajustement structurel qui en est résulté les a contraints à réduire de manière drastique leurs investissements et leurs subventions dans les secteurs clés de l’économie (Janglin et Dubresson, 1993). C’est donc dans un souci de corriger les impairs provoqués que certaines politiques décentralisatrices ont été initiées2. Dans ces processus, nous citerons les réformes territoriales de 1972 avec, pour la première fois, la mise en place des Communautés rurales et en 1996 par le transfert d’un certain nombre de compétences aux collectivités locales. Cette dernière qui se voulait révolutionnaire par la gestion de fortes responsabilités par les pouvoirs locaux et leurs assemblées est décriée par les populations à la base qui l’assimilent à un simple désengagement de l’État de sa mission régalienne.

5Les initiatives locales ont commencé à prendre une plus conséquente expression territoriale et sociale, se substituant aux politiques et à la puissance publique dont l’inefficacité et l’inaction sont désormais très déconcertantes au regard de la léthargie qui caractérise les territoires. Il devient tout naturellement admis d’accorder plus d’attention à la capacité économique du migrant et de son rôle social plus déterminant (Charef et Gonin, 2005).

6Le développement local très dépendant de l’investissement migratoire (par la mise en place de petits projets locaux : maraîchage, commerce, élevage, entre autres) dans les zones génératrices valorise ses principaux acteurs-bailleurs dans la hiérarchie de la notabilité locale. Dans les régions de Matam, Tambacounda, Louga et Diourbel, plus des deux tiers des revenus des ménages sont constitués à partir des transferts de ressources des émigrés. Ces transferts ont représenté dans les années 2000 plus de cinq milliards de francs CFA, soit 2,5 % du PIB ou 10 % des revenus au titre des opérations courantes (ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur 2016).

1. Revue de la littérature

7La contribution s’est appuyée, en plus des données endogènes et locales, sur des ressources documentaires qui ont valeur d’outils et de sources d’information sur les enjeux et les pratiques de la migration dans les politiques de développement local et durable au niveau international, tel celui de Charef et Gonin (2005), les travaux conduits dans le cadre du laboratoire Migrinter (notamment de ceux de G. Simon), mais aussi du FIDA (2014) et d’Horizons solidaires (2012). Ces contributions analysent la dimension économique du développement local et durable des territoires dans la coopération décentralisée.

  • 3 Selon des sources de l’ONU en 2004, le Sénégal, 4e pays d’Afrique subsaharienne, derrière le Soudan (...)

8La migration internationale à travers ses logiques de fonctionnement apparaît comme un vecteur d’échange et d’interaction sociale soutenu par les transferts de ressources, de compétences et de pratiques3. De plus en plus le lien entre la migration et le développement local est plus facilement accepté pour justifier les processus territoriaux et analyser les dynamiques des territoires (Simon, 2008). Les mobilités spatiales se complexifient, tout comme leurs conséquences sur le développement, mais aussi sur les identités nationales. Les mobilités modifient la dynamique des territoires, conduisent à la convergence économique ou renforcent les inégalités territoriales.

9Les discours sur la migration dans les deux sens (lieux de départ et d’installation) ont évolué autour de la référence « développement local ». L’association entre migration et développement est désormais la matrice discursive des politiques migratoires (Charef et Gonin, 2005). C’est à ce titre que les migrants surtout internationaux sentent de plus en plus la nécessité d’édifier des cercles de convergence pour participer au développement de leurs terroirs d’origine.

10La réalisation de ce qu’on peut désormais qualifier de « territoire de la migration » dans les pays du Sud, justifié par la densité et la qualité des investissements durables (immobiliers, productifs et structurels) fonde l’intérêt scientifique et social du binôme « migration et développement » : deux notions trouvées très complexes dans leur mise en relation par Charef et Gonin. Ils s’apprécient tout de même comme un « concept magique » permettant pour des personnes et des espaces, de passer du « moins être » à un bien-être social, économique et politique (Yves et Vanier, 2009).

11Ghislain Bregeot et Isabelle Chenevez, CUF, 2006 analysent l’impact local de la coopération décentralisée sur les territoires à partir de cas pratiques sur le suivi-évaluation des projets eau et assainissement ; l’électrification grâce aux énergies renouvelables : le développement des activités productives en zones rurales…

12L’impact de la migration dans la vallée du Sénégal rejoint les analyses de Saucedo et Gutiérrez (2014) où est analysé le contexte d’incertitude économique et politique de la migration des Mexicains vers les États-Unis, marquée par un important flux de migrants de retour. Ce scénario permet de réévaluer les contributions de la migration internationale au développement local et de repenser l’impact de la migration, tout comme les défis que ces changements impliquent pour l’avenir.

13Dans la vallée du Sénégal (surtout chez les Soninkés, une des principales ethnies locales), la migration serait liée aux besoins monétaires des unités familiales, suite à la ruine de l’économie fluviale et à la marginalisation du fleuve dans l’économie coloniale (Adams, 1997) au profit d’autres régions économiques du Sénégal, notamment le Centre. Quant aux migrations lointaines halpullar, elles datent surtout de cette dernière vague (années 1970-80) même si elles ont été précédées d’un important exode vers Dakar (Minville, 1985). Le rapport au développement est influencé par les formes de migrations dominantes au niveau local : la migration de retour et la ré-émigration. Les sujets exclusivement des natifs de la vallée entretiennent une relation d’affectivité avec leurs terroirs d’origine.

14L’inclination des migrants à investir en faveur de leur territoire d’origine répond à différentes motivations : affectives, sociales et économiques qui prennent forme selon des modes d’épargne et d’investissement collectifs ou individuels. (FIDA, 2014). Du fait de leur connaissance du territoire, de ses potentialités et limites, de leur expérience personnelle, des qualifications acquises à l’étranger, de leur capacité à mobiliser des ressources financières propres et en cofinancement à partir de sources publiques et privées, ils constituent une classe d’investisseurs particulière (Charef et Gonin, 2005).

15Les investissements collectifs sont réalisés principalement sur une base de rattachement communautaire à un territoire d’origine rural, et organisés par des associations de ressortissants à l’étranger. « Avec des disparités selon la région d’origine au Sénégal, le pays d’installation et la base des membres cotisants actifs (de moins de 20 jusqu’à 300), les projets d’investissement collectif des associations de migrants visent d’abord la couverture des besoins sociaux identifiés comme les plus essentiels au niveau communal (infrastructure de santé, d’accès à l’eau potable, d’éducation » (FIDA, 2014).

16Toujours sur ces questions, Horizons solidaires, 2012, dans son édito aborde la notion de développement durable au cœur des problématiques de développement des territoires. Les principes et démarches de développement durable doivent imprégner l’ensemble des secteurs de vie (transport, logement, agriculture…).

2. Contexte

17La migration dans la vallée du Sénégal est ancienne (depuis la Seconde Guerre mondiale), mais elle est aujourd’hui marquée par des mutations et des tendances intervenues au cours des années quatre-vingt-dix en rapport avec la dévaluation de la monnaie locale (franc CFA) en 1994, la décentralisation territoriale au Sénégal (démocratie de base et transfert de compétences) en 1996, la crise économique et financière internationale dans des années 1990.

18Parmi les mesures d’adaptation à l’environnement politique et économique international, régional et national, la croissance importante du flux migratoire et la formation d’une communauté locale (associations de ressortissants ; renforcement et ciblage des transferts pour l’investissement local ; jumelage entre autres) sont les plus fédératrices des synergies des migrants des pays du Sud.

2.1. Contexte de la recherche

  • 4 Devant le durcissement des politiques migratoires, l’émigration clandestine a pris le relais et s’e (...)

19La recherche de meilleures conditions d’existence reste la motivation première dans les mobilités géographiques. Le chapitre 8 du recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage (RGPHAE) de 2013 intitulé Migration et Urbanisation atteste que 73,4 % des émigrants sénégalais, soit près des trois quarts de l’effectif, sont des migrants à la quête du travail ou pour une revalorisation sociale. Le nouveau statut sociopolitique du migrant « un modèle de réussite » déterminé par la forte empreinte sociale de l’émigration suscite de plus en plus le départ, l’aventure chez les jeunes4. Les émigrants sénégalais, entre 1997 et 2001, étaient 45,9 % à être occupés avant leur départ, et 29 % étaient à la recherche d’un emploi (ANSD, 2004). A priori, ils étaient près de 67,9 % à migrer à la recherche d’un meilleur ou d’un nouvel emploi. Cette forme de migration a également touché les travailleurs qualifiés qui sont estimés à 27,1 % du stock d’émigrés en 2007 (OIM, 2009).

Tableau 1. Répartition des émigrants par principal motif de départ

Principal motif

Effectifs

Pourcentage (%)

Travail

121 089

73,4

Étude/apprentissage

20 056

12,2

Mariage

5 490

3,3

Raison de santé

976

0,6

Raisons familiales

1 326

6,9

Ne sait pas

2 816

1,7

Non déterminé

3 149

1,9

Total

164 901

100

Source : ANDS, RGPHAE 2013

Figure 1. Répartition des émigrants par principal motif de départ

Figure 1. Répartition des émigrants par principal motif de départ

Source : ANDS, RGPHAE, 2013

20L’importance de la migration de travail est sans commune mesure avec la situation des autres justificatifs de la mobilité. Cette structuration de l’émigration fonde les attributs sociaux liés à la pratique migratoire. Leur profil, souvent des adultes, instruit chez eux le comportement de circulant qui favorise la domestication dans leur territoire de départ, les profits de leur séjour.

Figure 2. Effectifs d’émigrants par région d’origine

Figure 2. Effectifs d’émigrants par région d’origine

Source : ANDS, RGPHAE du Sénégal 2013 (voir aussi www.ansd.sn)

21La répartition des émigrés selon la région d’origine confirme l’idée de région de départ pour la vallée du Sénégal. En dehors de Dakar qui est une région spécifique, les régions de Matam (avec 13,8 %) et de Saint-Louis (environ 14 %) sont les principales zones émettrices.

2.2. L’espace géographique de la recherche

22La région étudiée couvre les régions administratives de Saint-Louis et de Matam (voire les cartes ci-dessous). C’est une vaste zone qui se situe au nord-nord-est du Sénégal, sur la rive gauche du fleuve Sénégal, faisant frontière avec la Mauritanie. C’est aussi une zone habitée majoritairement par des Toucouleurs, des Soninkés et des Wolofs (dans le département de Dagana) et des Maures. Si la région apparaît excentrée par rapport aux autres régions du pays, elle est aussi ouverte sur la Mauritanie et le Mali. Dans le grand ensemble du bassin du fleuve, la situation géographique de la zone présente ainsi des similitudes avec la région de Kayes, au Mali, du fait de l’ampleur des migrations.

23Notre choix pour ce terrain se fonde d’abord sur la place occupée par la vallée, surtout sa partie médiane dans l’émigration sénégalaise. D’abord, la vallée est connue par le départ d’une bonne partie de sa jeunesse vers les grandes villes de l’Ouest, des pays de la sous-région ouest-africaine ou vers d’autres continents et cela depuis les années 1940. C’est ensuite dans cette région que les effets de la migration de retour sont plus nets et plus décisifs dans le développement socio-spatial et territorial du Sénégal. La migration, facteur urbanisant et de recomposition territoriale est au centre des politiques du développement local régional.

24Et enfin, parce que la vallée du Sénégal est un terrain de recherche très prisé qui capitalise une longue tradition d’enquêtes socio-économiques, culturelles et politiques en rapport avec son rôle dans les économies de traite, régionale et par sa situation de frontière et de point de contact entre le Sénégal, la Mauritanie et le Mali. Elle représente un poids significatif de la base de données bibliographiques sur la migration et le développement local.

Figure 3. L’organisation administrative du Sénégal

Figure 3. L’organisation administrative du Sénégal

Source : Wade. CS, 2018

25La carte de l’organisation administrative du Sénégal présente les quatorze régions du Sénégal et leurs départements. Elle illustre les grandes disparités régionales et la forte concentration à l’Ouest du pays au tour de la métropole dakaroise traduisant assez éloquemment la situation de macrocéphalie territoriale. Les principales régions migratoires sont celles du nord et attenantes à la vallée du fleuve du Sénégal (cf. figure 4).

Figure 4. Les territoires de la vallée du fleuve Sénégal

Figure 4. Les territoires de la vallée du fleuve Sénégal

Source ; Géraud Magrin, fonds carte administrative du Sénégal. Réalisation F Débordes

26La figure 4 montre une partie de la vallée du fleuve Sénégal avec les régions de Saint-Louis et de Matam où se concentre la majeure partie des investissements des migrants surtout dans le domaine des infrastructures commerciales, productives et artisanales. Les nouvelles communes figurées sur la carte, se situant sur des axes stratégiques, le plus souvent constituant des carrefours entre la RN2 et les bretelles les reliant aux anciennes villes escales établies sur le bord du fleuve Sénégal.

3. Approche méthodologique

27Notre réflexion s’intéresse à la problématique de l’émigration qui est aujourd’hui un enjeu géopolitique majeur dont les différentes variables appréciées à travers sa typologie, son évolution et ses dynamiques fondent les préoccupations des pouvoirs publics et des communautés. Elle est perçue comme une solution consacrée, admise à ce jour comme la principale forme de résilience à la péjoration climatique et à l’indigence économique dans les pays du Sud. Par le développement local qu’elle entretient, elle est un des moteurs des transformations spatiales, des mutations territoriales et socio-économiques.

28Le propos surtout centré sur la situation de la vallée du Sénégal tente d’apporter des réponses à ces questionnements, fort complexes et assez peu interrogés (Tandian, 2016), des processus migratoires reliés au développement local. Les résultats de cette recherche sont construits à partir de la synthèse de plusieurs modes de mobilisation et de capitalisation de l’information (recherche documentaire, enquêtes socio-économiques et institutionnelles et observation directe et participante).

29Les entretiens réalisés dans le cadre de cette contribution ont porté sur des enquêtes ménages spécifiques aux familles des émigrés, des entretiens avec les autorités centrales et locales sur les investissements et initiatives des émigrés et leur rôle dans le développement local. Les communes de Golléré, Ndioum, Kanel, Ourossogui et Waoundé dans la moyenne vallée nous ont servi de lieux d’observations. Nous avons eu d’abord recours aux données du RGPHAE de 2013 en utilisant le pas de sondage de 1 sur 200 pour toutes les localités choisies.

30La convergence des résultats entre les pratiques et les modes opératoires relevés dans cette phase comme durant l’analyse de la question ont influencé l’échantillon de notre enquête limitée aux autorités administratives et locales, à cinq ménages par localité et aux promoteurs économiques installés sur place. Des difficultés sont notées dans le déroulement de la recherche en rapport avec la sensibilité du sujet et la mobilité des cibles assez centrales et indiquées pour nous fournir des éclairages sur des questions en rapport avec les investissements, les transferts financiers, les budgets familiaux, leurs rapports avec les autorités politiques.

4. La migration, un facteur de développement local et le migrant-circulant, un acteur de la territorialisation

31Parmi ses principaux résultats, la contribution montre comment les logiques migratoires construisent les projets de vie des émigrés. On en déduit que les investissements des migrants valorisent le territoire et recomposent l’espace géographique. Ces dynamiques et mutations qualitatives des territoires nous amènent à qualifier l’émigration dans la vallée du Sénégal comme un moteur du développement local et un facteur du développement régional.

4.1. Les migrants, des bailleurs de fonds et des investisseurs

32Outre les initiatives individuelles réalisées par les migrants dans leur localité de départ et qui témoignent fortement des mutations ou transformations territoriales et la promotion du développement social local, les nouvelles tendances à l’investissement sont les initiatives collectives portées par les mouvements d’associations de migrants. C’est une stratégie d’organisation sociétale traditionnelle qui remonte à l’avènement des associations de communautés villageoises pour le développement. Certes en pays halpullar, les hommes avaient des rapports sociaux très inégalitaires et hiérarchisés (castes), mais il a toujours existé des liens de solidarité entre les différents groupes, matérialisés sous forme de classe d’âge ou feedé (en langue Pular). Ces feedé ont été reconduits un peu partout par les jeunes (migrants), une fois installés dans les grandes villes et par la suite dans d’autres pays. C’est à travers ces associations qu’ils manifestent ainsi une forme d’attachement citoyen à leur région, malgré l’éloignement.

33Ces associations créées par les migrants semblent être le moteur de nouvelles formes de fabriques de citoyennetés et de démocratie participative notamment par les liens (coopération par exemple) qui peuvent s’établir entre les pays d’accueil et villages et communes d’origine auxquels les migrants continuent de s’identifier. Ces initiatives permettent alors une mobilisation des différentes couches de la société, une appropriation d’autres connaissances et formes d’organisation et contribuent aux échanges interculturels. Ce qui place le migrant en position de trait d’union (une sorte de cordon ombilical) entre des territoires distants et des médiateurs d’idées novatrices assurant des responsabilités nouvelles.

34Face au déficit chronique du service public à assurer correctement les besoins primaires des populations (équipements, infrastructures de base) dans les villages et communes, il y a eu non seulement une généralisation des associations de migrants, mais surtout une diversification des secteurs de leur intervention et une démocratisation des initiatives par une plus large couverture de territoires. L’objectif premier est d’améliorer les conditions de vie des populations locales par des initiatives individuelles et collectives. Il existe deux grands types d’associations d’émigrés de la vallée : des associations villageoises et d’autres inter-villageoises. Les premières ont une approche limitée au local, c’est-à-dire à l’échelle du village ou communale. Les autres, à la différence des premières, regroupent des migrants issus de plusieurs villages ou communes d’une même région qui souhaitent intervenir sur une réalité plus vaste et complexe. Il est possible de ranger dans cette catégorie les « dahira » qui sont des associations religieuses et regroupant des ressortissants de régions très différentes (Ebin V., 2001).

  • 5 Selon Daum une étude, réalisée en 1991 auprès de 105 associations d’immigrés originaires de la régi (...)

35Au-delà de ces types d’associations, d’autres réseaux d’unions regroupant des membres de même origine ethnique (notamment le Pular) militent plutôt pour le développement culturel. C’est le cas de l’association « Lénôl fulbé » en France, ou « Fulbé Aragon » en Espagne. La seule différence avec les premières est liée au fait qu’elles n’ont pas pour objet le développement local villageois ou communal, ni des réalisations d’infrastructures, mais plutôt des objectifs culturels visant à promouvoir certaines valeurs et coutumes sur des territoires plus vastes. Pour les migrants originaires de la région des « trois frontières », les premières associations sont mises en place dans les années 1970-80 (Delville, 1991). C’est notamment le cas de l’Union des Ressortissants d’Ourossogui (URO créée en 1975 sous l’initiative de quelques émigrés basés à Dakar). Les réalisations dans certains villages ont suscité un engouement général5. Par conséquent, à partir des années 1990, plus de 400 associations villageoises de développement étaient déjà répertoriées dans la région du fleuve (Daum, 1993).

36Ces structures ont rapidement couvert l’ensemble des secteurs de la vie des villages. À défaut d’être en mesure de rénover les moyens de production, elles se sont d’abord concentrées sur les projets améliorant les conditions de vie des villageois. Les communautés étant menacées depuis le durcissement des conditions écologiques par les pénuries d’eau et de nourriture, plus du tiers des réalisations et le quart des financements couvrent les secteurs de la consommation villageoise (banques de céréales et magasins coopératifs) et de l’eau (puits).

37Pour diverses raisons, depuis quelques années, ses associations s’orientent de plus en plus vers des projets ayant un impact économique plus direct et durable. Elles se proposent, d’une part, d’articuler production vivrière et production marchande en modernisant l’activité agricole et, d’autre part, de promouvoir des activités génératrices de revenus ; le but étant, dans les deux cas, de mettre en place les conditions socio-économiques indispensables à la fixation des populations dans leur région d’origine.

38D’où la stratégie de recherche de partenaires avec les collectivités territoriales dans les pays d’accueil. C’est l’exemple entre Ourossogui et Ardèche en France. En 1985, Ourossogui n’était encore qu’un village et n’allait devenir commune que cinq ans plus tard, mais ses ressortissants basés en région parisienne et les autorités de la ville de Valence ont noué un partenariat d’investissement pour le village, donnant naissance à une association dénommée : Ardèche Drôme-Ourossogui Sénégal (ADOS). Depuis, cette association devenue une ONG a élargi son partenariat à d’autres collectivités locales des trois départements de la région de Matam, constituant ainsi le premier partenaire régional en termes de coopération décentralisée. Autre exemple de coopération dynamique, l’Association des ressortissants de Kanel en France (ARKF) favorise la recherche de partenariats ou de financements pour la réalisation de projets à Kanel (entre autres son nouveau lycée, et l’extension de son réseau d’adduction d’eau dans des quartiers).

39Ces appuis au développement dont les retombées issues de ces acteurs individuels ou associatifs (avec ou sans appui financier extérieur), apportent une contribution importante et parfois décisive à l’économie locale. Cet apport les place parmi les acteurs principaux du développement en termes de fournitures de services publics. Si dans certains foyers, la part de l’aide des migrants peut représenter jusqu’à 20 % des revenus pour les hommes voire jusqu’à 75 % pour les femmes restées au village, dans beaucoup de collectivités locales, face à l’absence d’intervention de l’État quant à la mise en place de services socio-économiques collectifs, ces « petits bailleurs de fonds » comme on peut les appeler se sont substitués à l’État, dans des domaines variés comme la santé, l’éducation ou l’hydraulique villageoise, l’environnement, etc. Sur ce point, la région du Fouta se démarque des autres régions du Sénégal. Car l’État et les collectivités locales font plus office de wagon que de locomotive, et ont tendance à s’emparer de certaines situations privilégiées, récupérant ainsi à leur profit l’importance des investissements des migrants, appuyés souvent par des initiatives d’ONG pour changer le cours de choses (Wade, 2016).

  • 6 Ces entretiens ont été réalisés en octobre 2013 par Wade Aboubacry dans le cadre de sa thèse de doc (...)

40Quasiment tous les élus de Matam et Ourossogui ont magnifié le rôle décisif des émigrés dans le développement communal : « Dans le cadre des investissements en termes d’équipements et services publics, les réseaux des émigrés constituent nos premiers partenaires. Les premiers forages, dispensaires, écoles, etc., ont été mis en place grâce aux émigrés. De plus, Ourossogui a signé son premier partenariat avec une ville française grâce à l’association des émigrés. Actuellement, ils sont pour nous, élus locaux, des acteurs et partenaires incontournables dans le processus de développement » (Wade, 2015 : 281)6. Ce même rôle est aussi joué par des migrants pour d’autres régions. Les liens entretenus par les migrants avec le pays d’origine sont multiples et porteurs de transformations sociales parfois significatives (Fall et Cisse, 2007 : 18).

41Les progrès de développement qu’ils ont permis transforment progressivement l’espace et la société, ainsi que leur rapport vis-à-vis des autorités politiques et traditionnelles. De par les réalisations qui prouvent leur attachement à leur région, ils éprouvent la nécessité de conquérir une légitimité face aux autorités locales, en démontrant qu’ils ne sont pas seulement des personnes remettant en cause les traditions, mais aussi des membres de la communauté, préoccupés du développement du village et capables d’œuvrer pour son bien. Dans les départements de Podor et Matam, des secteurs de la santé (maternités, dispensaires), l’hydraulique villageoise et l’électrification rurale (panneaux solaires, extension du réseau électrique depuis les villages voisins) bénéficient constamment de l’appui des migrants. Les puits de forages réalisés par l’ADOS à Ourossogui, Kanel, Bokidiawé, la dotation d’une ambulance médicalisée au poste de santé de Ndiayène-Pendao, la construction du collège d’enseignement de Dimath, etc., constituent autant d’exemples de réalisations de migrants.

42Ces investissements socio-éducatifs, sanitaires ou culturels renvoient à une problématique plus générale de l’aménagement local, qui leur permet de se substituer d’une certaine manière à l’État et aux collectivités locales, qui par ailleurs profitent de ces réalisations. En dehors de quelques projets de l’État, d’ONG, les collectivités territoriales s’appuient beaucoup sur les réalisations et les investissements d’un des principaux acteurs (migrants), sinon le plus important en matière de mise en place de services publics au niveau local. Les fréquentes récupérations politiques de l’action des acteurs font l’objet d’âpres critiques. Nombre d’autorités locales profitent en effet de l’inauguration des réalisations pour se targuer de leur capacité à améliorer les services, ou se vantent de l’existence des associations tout en s’en servant pour inscrire certaines infrastructures dans leur bilan politique, alors même qu’elles ont été financées par les migrants.

43Il reste néanmoins à préciser les difficultés que peuvent rencontrer ces associations d’émigrés. La première d’entre elles est la tendance, heureusement en net déclin, à une hiérarchisation discriminatoire plus ou moins tacite entre leurs membres. Pendant longtemps, le système d’organisation très hiérarchisé de la société dans la vallée s’est ainsi reflété au sein des associations (Condé et Diagne, 1983). Certains membres d’associations, parce qu’issus de familles « descendantes de captifs », ne pouvaient pas prétendre à certains postes comme la présidence, le secrétariat général ou la trésorerie. Même si ce phénomène tend à s’estomper dans les associations de développement, aussi bien dans la vallée que dans les régions d’accueil, ces discriminations s’y font parfois encore cruellement ressentir. La politisation des associations crée parfois des clans en leur sein, pouvant se traduire par un manque d’engagement de la part de certains de leurs membres, souvent lié à leur dépit de voir leurs efforts détournés de leur but premier.

4.2. Les migrants, des promoteurs de développement

44Depuis la dévaluation du franc CFA en 1994, les transferts financiers des émigrés sont devenus paradoxalement plus significatifs, du fait de la faiblesse du taux de change. Cette soudaine valorisation relative de leurs revenus a permis à beaucoup d’émigrés et d’associations de ressortissants d’entreprendre des chantiers dans leur localité. Rien qu’en 2003, les montants de transfert pour le Sénégal avaient atteint 300 milliards de francs CFA (Atlas jeune Afrique, 2007). Ces transferts via des circuits officiels ou des tiers ont représenté des sources très importantes de revenus pour la moyenne vallée. Les banques en ont aussi profité pour mieux capter ces transferts, par une diversification de leurs services. Des modes de transfert comme le Mandat-poste, Western-union, Ria, Money-Gram ou Money-express se sont rapidement répandus dans la région du fleuve. Des banques aussi se sont implantées au fur et à mesure pour offrir ces services, comme la SGBS, la BICIS, la CBAO, le Crédit populaire sénégalais ou encore le Crédit mutuel. Ces structures financières s’essaimant le long des établissements fluviaux ainsi que la réalisation des infrastructures socio-collectives s’ajoute bien à l’impressionnant et imposant réseau postal de la vallée, témoignant de fait de la signification des migrations dans le développement local et régional.

45S’il faut reconnaître que les migrations ont créé des ressources grâce auxquelles les migrants participent activement au développement de leurs localités d’origine, il faut tout de même reconnaître que le bilan économique est difficile à dresser du fait du manque de données précises sur la question. De façon générale, les retombées financières par le transfert des sommes d’argent ont grandement contribué au processus général de restructuration de l’économie locale. Au regard du volume assez important, les transferts d’argent constituent ainsi une composante essentielle de l’émigration. Sur un plan macroéconomique, les investissements des émigrés représentent une bonne part des devises du Sénégal. Pour l’année 2010, les transferts sont estimés à 594,9 milliards de F CFA, représentant 9,3 % du PIB du pays (ANSD, 2010). Avec une telle contribution, les migrants méritent ainsi d’être qualifiés de « promoteurs » ou « développeurs ». Les ressources mobilisées depuis l’étranger ou plus généralement en dehors du pays contribuent à l’amélioration de la situation économique locale et au recul sensible de la pauvreté. Il a aussi eu des effets importants sur les modes de vie des familles elles-mêmes (mode de consommation, habitat, usages vestimentaires, langage, etc. ; Günther et al., 2006).

46Aujourd’hui, il est évident qu’une part importante de ces transferts d’argent est investie dans la promotion immobilière, notamment dans les communes jeunes. Il s’avère cependant difficile, voire impossible, en l’état actuel des données disponibles, de mener une étude fine et approfondie sur l’impact des émigrés dans l’immobilier. Ceci est dû au fait que beaucoup de migrants ne connaissent pas exactement la somme dépensée pour leurs projets. Le plus souvent, ils se contentent d’envois périodiques aux frères ou aux parents qui gèrent la construction et ne peuvent faire autrement que de prendre des nouvelles, quand ils le peuvent, sur l’état d’avancement des travaux, sans ignorer que parfois l’argent envoyé peut être détourné de son objectif premier. Le constat général est la régression des formes de construction traditionnelle et la très forte propension de l’habitat moderne.

47Le front urbain est désormais très dynamique et le mitage de l’espace progressif dans la quasi-totalité des bourgs et petites communes de la vallée. La promotion immobilière favorise un processus d’urbanisation, au point que plusieurs de ces villages situés sur l’axe routier proposent des commodités urbaines et des genres de vie assez évolués.

Des images de transformation urbaine dans la vallée du Sénégal

Photographie 1. Résidence d’émigré dans une commune rurale de la vallée

Photographie 1. Résidence d’émigré dans une commune rurale de la vallée

Source : Wade CS, 2017

Photographie 2. Les investissements des migrants impulsent l’urbanisation et le développement local des communes d’origine des émigrés

Photographie 2. Les investissements des migrants impulsent l’urbanisation et le développement local des communes d’origine des émigrés

Source : Wade A, 2017

48Ces clichés témoignent de l’autopromotion immobilière portée par les investissements des émigrés et les transformations urbaines assez significatives dans la vallée du Sénégal. Une observation attentive des plans et architectures des constructions montre, dans les nouveaux quartiers, une tendance à la généralisation de maisons à terrasse voire à étage.

49Pour comprendre ce phénomène, il faut voir l’importance que le migrant originaire du Fouta accorde à la construction d’une belle maison pour sa famille, même dans le hameau le plus reculé. Chaque réalisation constitue un témoignage de l’attachement territorial (village d’origine) et au devoir de solidarité envers ses parents. C’est aussi le symbole quelque peu ostentatoire de la réussite économique de l’émigré, et de la fierté de sa famille.

50Les mutations et recompositions territoriales sont aussi symbolisées par la colonisation de nouveaux espaces extérieurs aux communes et villages traditionnels. Ces zones d’extension localement appelées « Sinthianes » connaissent un développement rapide, diffèrent des quartiers et noyaux anciens par les modes d’occupation et d’organisation de l’espace et par les styles de construction et les équipements promus. Les nouvelles formes de territorialité et le contenu urbain épanoui de ces secteurs les classent favorablement dans la hiérarchie résidentielle régionale et nationale selon des critères de centralité émergente.

5. Migrations et développement : liens et contradictions ?

51L’histoire du peuplement de la vallée montre que les migrations ont toujours été une constante historique dans la région, mais elles se sont néanmoins intensifiées et diversifiées durant les années 1980-1990, voire les années 2000, du fait d’un contexte économique et environnemental peu favorable au développement social. Pour assurer leur subsistance, les populations de la région vont avoir de plus en plus recours à la migration de travail comme stratégie de diversification des sources de revenus de l’économie familiale.

52À côté de cette émigration purement économique, il y a un autre type de migration non moins important, il s’agit de l’émigration liée aux études (Ela, 1982). L’aspiration à vivre dans un minimum de confort et la recherche d’une autonomie financière se diffuse rapidement chez les jeunes ruraux. Ces initiatives sont soutenues par le développement des moyens de communication et la construction de réseaux migratoires pour faciliter les conditions de vie des migrants et assurer l’insertion des nouveaux venus dans le pays d’accueil.

53Les relations migration et développement se profilent de la même façon que celle entre décentralisation et développement local. Les deux couples suscitent beaucoup de passions et occupent une place importante dans les études et les sujets de débat. Les notions de migration et développement sont d’ailleurs souvent employées ensemble, de sorte qu’elles paraissent indissociables dans les publications et politiques de développement depuis les années 1970. Rigoni et Blion (2001) affirment que : « le lien entre migration et développement est un serpent déjà ancien qui réapparaît à échéances régulières, porté tant par les organismes gouvernementaux, intergouvernementaux que par les autres acteurs des sociétés civiles ; autant de groupes dont les intérêts divergent ».

54C’est donc depuis les années 1970 que des sociologues, des géographes et des économistes ont commencé à étudier les réalisations effectuées par les migrants dans leur région d’origine. Ce sont alors développés au fur et à mesure certains présupposés selon lesquels les migrations favoriseraient le développement local et que le développement stopperait les migrations. S’agissant du premier énoncé, une question mérite d’être posée : ce présupposé se vérifie-t-il toujours dans la moyenne vallée ? Il est évident que dans les régions de départ, un grand nombre d’auteurs ont associé les deux notions à la suite de leur observation sur les dynamiques de changements liés aux investissements issus de l’émigration. S’agissant de ces investissements dans les territoires, peut-on réellement parler de développement local ? Faut-il considérer le phénomène migratoire que sous le seul aspect des retombées positives ?

  • 7 Dans la vallée, ces jeunes venus accomplir les travaux agricoles sont appelés « sourgues » (express (...)

55La forte dépendance de cette région halpullar et soninké à l’argent de l’émigration pose problème. Le départ des jeunes et des adultes vers les grandes villes et plus tard dans la diaspora laisse un vide dans les zones rurales engendrant d’autres difficultés, comme la déprise agricole et le déclin des circuits de distribution locale. Les grandes villes accueillent beaucoup plus que leurs infrastructures et équipements ne le leur permettent, alors même que certaines régions rurales souffrent d’un cruel déficit en main-d’œuvre, notamment pour la mise en place et l’entretien des aménagements hydro-agricoles. Souvent, ce sont des jeunes7 venus des pays voisins, qui remplacent ceux partis vers d’autres régions. Cette situation pose un surcoût de travail pour ces familles, dans la gestion et l’entretien des aménagements agricoles ou du bétail, et peut parfois les confronter à une certaine insécurité, celles-ci étant contraintes de recourir à l’aide de travailleurs venus d’ailleurs.

56Pour le second présupposé, selon lequel le développement stopperait les migrations, le débat est plus confus. Mais dans cette région nord du Sénégal, le constat semble plus clair. Les décideurs croyaient que le développement du réseau de communication dans les régions intérieures, les programmes d’infrastructures et d’équipements ainsi que la politique des aménagements hydro-agricoles et industriels, allaient diminuer les départs, mais contre toute attente, le résultat inverse s’est produit. Le développement de l’irrigation dans la moyenne et haute vallée ainsi que l’amélioration de la couverture éducative (avec collèges et lycées) ont certes permis une amélioration du développement social, mais la courbe des départs est restée dynamique. La route a beaucoup facilité les déplacements, en réduisant les temps de parcours entre les villages, communes et les villes provoquant une progressive intégration territoriale « Les migrations ont une dimension positive : elles génèrent du développement, mais contrairement à une idée préconçue, celui-ci ne les stoppe pas, il peut les amplifier » (Gonin, 2001 : 26). Ce constat se vérifie ici, car les investissements et réalisations des migrants ont fortement incité les jeunes à partir à leur tour. Il est fréquent d’entendre les jeunes se plaindre de leur situation quotidienne : « deug bii dafa métti, touki diotna » traduit littéralement par « la vie est dure ici, il est temps de partir ».

57Quand les jeunes sont interrogés sur cette question, ils évoquent souvent les réalisations et les investissements des émigrés dans l’immobilier et les services pour justifier leur départ confirmant l’affirmation de Gonin « Le développement aussi embryonnaire incite à partir, certes pour mieux revenir, avec un projet ou tout simplement parce que ce développement procure quelques ressources qui facilitent aussi le départ » (Gonin, 2001 : 30).

Conclusion

58Devant l’inaction ou le sentiment d’une absence de l’État et l’intervention limitée des municipalités dans les domaines prioritaires du développement social, les migrants s’activent et s’investissent dans le développement de leurs villages et communes. Leurs investissements ont grandement contribué au processus d’urbanisation et au développement socio-économique local.

  • 8 Gonin traduit la « solidarité négative » notamment par le fait suivant : « dès qu’un Sénégalais ou (...)

59Malgré les témoignages et l’image globalement positive de l’émigration sur le développement territorial, nous ne saurions considérer ici ces seuls aspects ni nous contenter de ne citer que les réalisations évoquées plus haut. Depuis quelques années se font jour d’autres conséquences de l’émigration, certes moins visibles : la déperdition scolaire notée chez une part significative des jeunes, l’abandon de certaines activités comme le travail de la terre, l’élevage ou le commerce, sous la fascination de la migration et ce que Gonin définit par la « solidarité négative »8 qui exerce une pression psychologique énorme sur le migrant condamné à assumer une prise en charge pérenne de la famille au détriment de ses propres projets.

60Le constat unanime est cependant de remarquer que le migrant ou circulant est un acteur décisif de la territorialisation. La profonde transformation de la morphologie des communes et villages émetteurs, pourvoyeurs de migrants des régions de Matam, mais aussi de Louga et de Diourbel entre autres reste une précieuse illustration. L’intégration de ces établissements est soutenue par des indicateurs économiques et sociaux liés aux investissements structurants des émigrés et par un niveau d’équipement domestique très appréciable. En conséquence, ces établissements comme Ourossogui, Kanel, Waoundé dans la région de Matam et Ndame, Dieulérou Sylla, Gueune Sarr dans la région de Louga n’ont rien à envier aux quartiers résidentiels des grands centres urbains nationaux.

Haut de page

Bibliographie

Adams, A. (1977). Le long voyage des gens de la vallée du fleuve, Maspens.

Agence nationale de la démographie et de la statistique du Sénégal (2004 ; 2010 ; 2013). Rapport, ANDS.

Atlas Jeune Afrique (2007). Les Editions du Jaguar, Voyages-Atlas-Beaux livres-Sciences humaines-Albums.

Brégeot ; G. et I. Chenevez, (2006). L’impact local de la coopération décentralisée sur les territoires, CUF.

Charef, M. et P. Gonin (2005). Place et rôle des émigrés dans le développement local, Agadir (Maroc), dans M. Charef et P. Gonin (dir.), Emigrés — immigrés dans le développement local, Editions Sud-Contact : 9-19.

Conde, J. et P. Diagne (1983). Les migrations internationales Sud-Nord. Une étude de cas : les migrants maliens, mauritaniens et sénégalais de la vallée du fleuve Sénégal en France, OCDE, Paris.

Daum, C., (1993). Quand les immigrés du Sahel construisent leur pays, Harmattan-Institut Panos.

Delville, P. L., (1991). « Migration et structuration associative. Enjeux dans la moyenne vallée », in La vallée du fleuve Sénégal : évaluation et perspective d’une décennie d’aménagement, Karthala : 117-139.

Ebin, V. (2001). « Comment se jouer l’espace. La construction de catégories spatiales par les commerçants mourides itinérants », dans D’un voyage à l’autre, des voix de l’immigration pour un développement pluriel, Institut Panos.

Ela, J-M. (1982). La ville en Afrique noire, Karthala, Paris.

Fall, A. S. et R. Cissé (2007). Migrations internationales et pauvreté en Afrique de l’Ouest, IFAN-UCAD, document de travail, n° 5.

FIDA (2014). Transferts de fonds et développement au Sénégal, quelles opportunités d’intervention pour élargir l’échelle et accroître l’impact ?, Rome.

Giorguli Saucedo S-E. et E-Y. Gutiérrez (2014). « Migration et développement. De l’ambivalence à la désillusion ? », Hommes et migrations (1296): 22-33.

Gonin, P. (2001). « Migrations développement, les utopies des années 1990 », dans D’un voyage à l’autre, des voix de l’immigration pour un développement pluriel, Institut Panos : 25-46.

Günther, I., Ali M. Marouani, et M. Raffinot (2006). La croissance est-elle pro-pauvres au Mali ?, IRD.

Horizons solidaires (2012). « Développement local durable et coopération internationale, des défis communs », Les Cahiers, n° 64.

Minvielle, J.P. (1985). Paysans migrants du Fouta-Toro, ORSTOM.

OIM (2009). Migration au Sénégal : Profil national, Genève.

RGPHAE (2015). Rapport définitif, Dakar.

Rigoni I. et Blion R. (2001). D’un voyage à l’autre. Des voix de l’immigration pour un développement pluriel, Paris, Karthala, Institut Panos.

Simon, G. (2008). La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin.

Tandian, A., (2016). « Migrations sénégalaises : entre chimères des candidats aux voyages et difficultés dans des options politiques », Revue Perspectives & Sociétés, 7(1): 75-93.

Wade, A., (2015). Décentralisation et développement territorial. Articulations et dissociations des processus dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, Thèse de doctorat en cotutelle internationale, Université de Poitiers/Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Wade, C. S. (2016). « Les mobilités géographiques transfrontalières au Sénégal, facteurs de vulnérabilités socio territoriales : “les routiers dans la chaîne de transmission désinfections sexuellement transmissibles, le cas du VIH/Sida” », Revue Perspectives & Sociétés 7(1): 94-112

Yves, J. et M. Vanier (dir.) (2009). La France aménager les territoires, 2e édition, Armand Colin, Paris.

Haut de page

Notes

1 UEMOA est l’union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest qui regroupe les États suivants : Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Benin, Burkina Faso, Togo, Guinée-Conakry, Niger et la Guinée Bissau.),

2 Au Sénégal, dès les premières années qui ont suivi l’indépendance, les autorités ont voulu réorganiser le territoire national en fonction des potentialités des régions qu’on appelait régions naturelles. C’est dans cette logique que le pays était divisé en 7 régions, dont la région du fleuve pour son potentiel hydrique et dont les vastes superficies irrigables devraient être le grenier du pays.

3 Selon des sources de l’ONU en 2004, le Sénégal, 4e pays d’Afrique subsaharienne, derrière le Soudan, le Nigeria et l’Afrique du Sud, a bénéficié des rapatriements de salaires les plus importants dans cette région. Il a reçu 511 millions de dollars, représentant 6,7 % du PIB. Les transferts officiels et contrôlables des émigrés sénégalais vers leur pays d’origine sont évalués à 242 milliards de francs CFA, soit 7 % du PIB et 82 % de l’aide publique au développement (APS, 20/06/2005).

4 Devant le durcissement des politiques migratoires, l’émigration clandestine a pris le relais et s’est intensifiée. De nombreuses pirogues de fortunes ont quitté les côtes sénégalaises à destination de l’Europe, bravant ainsi les tempêtes et houles et mettant en danger la vie des passagers.

5 Selon Daum une étude, réalisée en 1991 auprès de 105 associations d’immigrés originaires de la région du fleuve Sénégal, donne toute la mesure du dynamisme de ces structures. Les immigrés du bassin du fleuve Sénégal ont financé, en un peu plus de dix ans, 334 réalisations diverses pour un budget total de 43,5 millions de francs français (environ 8 millions de dollars EU) dont 38,5 millions de francs sur leur épargne et 5 millions de francs apportés par des ONG avec l’aide de bailleurs de fonds internationaux.

6 Ces entretiens ont été réalisés en octobre 2013 par Wade Aboubacry dans le cadre de sa thèse de doctorat portant sur la moyenne vallée du Sénégal ; cf. liste bibliographique.

7 Dans la vallée, ces jeunes venus accomplir les travaux agricoles sont appelés « sourgues » (expression Wolof et Pular désignant un jeune employé par une famille pour assurer les travaux agricoles et d’autres tâches domestiques. Ainsi, dans certains villages, ces sourgues constituent jusqu’à 60 % de la main-d’œuvre.

8 Gonin traduit la « solidarité négative » notamment par le fait suivant : « dès qu’un Sénégalais ou un Malien réussit dans une entreprise, vient se greffer autour de lui une foule de “parasites” (familles, amis) qui ne sont aucunement intervenus pour l’aider à mettre en place sa structure, mais qui dès qu’elle fonctionne, voudraient “leur part” » (Gonin, 2001 : 38).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des émigrants par principal motif de départ
Crédits Source : ANDS, RGPHAE, 2013
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11651/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 2. Effectifs d’émigrants par région d’origine
Crédits Source : ANDS, RGPHAE du Sénégal 2013 (voir aussi www.ansd.sn)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11651/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 3. L’organisation administrative du Sénégal
Crédits Source : Wade. CS, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 4. Les territoires de la vallée du fleuve Sénégal
Crédits Source ; Géraud Magrin, fonds carte administrative du Sénégal. Réalisation F Débordes
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11651/img-4.png
Fichier image/png, 715k
Titre Photographie 1. Résidence d’émigré dans une commune rurale de la vallée
Crédits Source : Wade CS, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11651/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photographie 2. Les investissements des migrants impulsent l’urbanisation et le développement local des communes d’origine des émigrés
Crédits Source : Wade A, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11651/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cheikh Samba Wade et Aboubacry Wade, « La migration, facteur urbanisant et de développement socio territorial dans la vallée du fleuve Sénégal », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11651 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11651

Haut de page

Auteurs

Cheikh Samba Wade

Laboratoire Leïdi, Université Gaston Berger de Saint-Louis, wachsamba@gmail.com

Aboubacry Wade

Laboratoires : Ruralités, Université de Poitiers et Leïdi, Université Gaston Berger de Saint-Louis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals