Navigation – Plan du site
Dossier

Pour la préservation du patrimoine linguistique : le français des Antilles

Para la preservación del patrimonio lingüístico: El francés de las Antillas
Élodie Cocote

Résumés

La prise de conscience de la diversité de la langue française n’est plus à démontrer. L’apparition de concepts comme celui de norme endogène de Gabriel Manessy, ou celui d’interlecte ou de zone interlectale que mentionne Lambert-Félix Prudent dans ses travaux attestent les variations de la langue française. De cette diversité découlent des spécificités lexicales, soit des diatopismes lexicaux caractéristiques de plusieurs régions francophones.
Ce présent article abordera la question de la variation lexicale du français des Antilles dans le dessein de mieux lutter pour la préservation de ce patrimoine linguistique. Il s’agira principalement d’analyser le statut accordé à ces diatopismes lexicaux à l’échelle régionale et nationale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le Trésor de la langue française, on distingue diverses acceptions relatives au terme patrimoine. Dans le cadre de cet article, nous retiendrons l’acception suivante « Ce qui est transmis à une personne, une collectivité, par les ancêtres, les générations précédentes, et qui est considéré comme un héritage commun » (TLFi). Partant, on peut avancer que le patrimoine linguistique d’une région est transmis par les ancêtres. À la Martinique cohabitent deux langues, le créole et le français. Le créole, qui est la langue régionale, fait évidemment partie du patrimoine linguistique, et il est majoritairement transmis par les générations précédentes.

2Néanmoins, il nous semble juste d’envisager qu’il n’est pas le seul patrimoine linguistique. En effet, la cohabitation du français et du créole ainsi que les transferts incessants qui s’opèrent d’une langue à l’autre ont favorisé l’émergence d’un « continuum linguistique ». Ce concept qui apparaît dans la première moitié du XXe siècle s’avère utile pour caractériser la situation linguistique de la Martinique. Ce continuum linguistique se matérialise par la présence d’un français régional marqué par des diatopismes lexicaux. Les diatopismes lexicaux sont issus de « la variation dans l’espace. Les régions de France et les pays de la francophonie présentent des mots qui leur sont propres » (Lehman et Martin-Berthet, 1998 : 4).

3Les auteurs de la Créolité ont bien mis en évidence la nécessité de préserver ce patrimoine linguistique et de le transmettre par le biais de la littérature, « La créolité, comme ailleurs d’autres entités culturelles a marqué d’un sceau indélébile la langue française. Nous nous sommes appropriés cette dernière. Nous avons étendu le sens de certains mots. Nous en avons dévié d’autres. Et métamorphosé beaucoup. Nous l’avons enrichie tant dans son lexique que dans sa syntaxe. Nous l’avons préservée dans moult vocables dont l’usage s’est perdu. Bref, nous l’avons habitée. […]. En elle, nous avons bâti notre langage […] Notre littérature devra témoigner de cette conquête» (Bernabé, Chamoiseau et al., 1990 : 46). Le rôle de l’écrivain est donc fondamental quant à la préservation et à la transmission du patrimoine linguistique.

4La visée de cet article est d’apporter un éclairage sur les diatopismes lexicaux du français des Antilles. Pour ce faire, nous ferons un état des lieux des travaux qui portent sur cette thématique. Puis, nous dégagerons les principaux facteurs qui contribuent à la variation lexicale du français des Antilles vis-à-vis du français standard. Par conséquent, nous aborderons les dimensions géographique, culturelle et linguistique de la Martinique. Nous réaliserons une étude lexicologique du lexique du français des Antilles afin de mettre en relief les procédés qui rentrent dans la constitution de ce lexique.

5Dans un second temps, nous mettrons en évidence le manque de politique en France en faveur de la reconnaissance officielle des variations du français, en analysant la présence de diatopismes lexicaux du français des Antilles dans les dictionnaires de français commun. Puis, à l’aide d’une enquête réalisée auprès de répondants francophones non antillais, nous dévoilerons la difficulté de ces derniers à interpréter les diatopismes lexicaux du français des Antilles.

1.Les diatopismes lexicaux du français des Antilles

1.1. État des lieux

6Les travaux réalisés sur le français régional des Antilles, et plus particulièrement sur le lexique, témoignent d’une prise de conscience de l’existence d’une variation lexicale du français des Antilles à l’égard du français standard.

7En effet, la thèse rédigée par Jean-Pierre Jardel en 1973 constitue à notre sens un premier jalon vers cette prise de conscience. Dans le chapitre intitulé Interférences lexicales et sémantiques, Jardel prend le parti de nommer les termes et expressions créoles francisés « créolismes ». Au chapitre 5 de sa thèse, dans la partie qui traite des interférences lexicales et sémantiques, il propose quelques exemples de termes et expressions. Il cite aussi des néologismes créés par dérivation ou emprunt.

8En 1981, Lambert-Félix Prudent, dans la deuxième partie de son article, attire notre attention sur la possible existence d’un interlecte en Martinique. Suite à une enquête réalisée par deux jeunes Martiniquaises sur le marché de Trinité, Prudent observe, lors des interviews, des passages où les femmes interrogées s’expriment tout d’abord en créole, puis subitement toujours dans la même phrase, en français. La terminologie retenue pour identifier ce phénomène linguistique est le « code-switching » (Prudent, 1986 : 27). Il poursuit son étude en se focalisant sur l’analyse lexicale et morphosyntaxique de certains énoncés en créole ou en français tels que « Mes affaires je fais mes affaires, maman han ! » (Prudent, 1986 : 30). En étudiant les énoncés des Martiniquais en créole et en français, Prudent met en évidence ce va-et-vient entre le français et le créole. Par conséquent, il s’ensuit des interférences entre ces deux systèmes linguistiques. La conclusion de Prudent présuppose alors l’existence d’une spécificité lexicale du français des Antilles.

9Jean Bernabé dans Fondal-Natal reprend les grands concepts inhérents à la sociolinguistique, à l’instar du concept de diglossie, ou celui de mésolecte établi par Bickerton. Il présente la situation sociolinguistique de la Martinique et de la Guadeloupe dont l’une des caractéristiques est « la discontinuité créole/français » (Bernabé, 1983 : 70). Bernabé distingue « deux pôles, l’un supérieur, occupé par le français standard, l’autre inférieur, correspondant au basilecte » (Bernabé, 1983 : 71).

10Puis il atteste l’existence de « deux autres niveaux lectaux : le français créolisé et le créole francisé » (Bernabé, 1983 : 71) issus des deux pôles. L’approche de Bernabé repose sur ce qu’il nomme « le modèle continuum-discontinuum » (Bernabé, 1983 : 72) dont la frontière résulte entre le français créolisé et le créole francisé. La prévalence de ce modèle est qu’il permet de « préserver la réalité des faits de continuum tout en tenant compte des faits de discontinuum » (Bernabé, 1983 : 74).

11Par ailleurs, Bernabé émet des réserves face aux velléités de Prudent qui « s’applique à scruter les innovations interlectales et souhaite les voir organisées dans une grammaire à découvrir » (Bernabé, 1983 : 68). Pour lui, cette grammaire ne peut être réalisée qu’après avoir analysé au préalable la situation linguistique en observant « les mécanismes sous-jacents à l’emprunt » (Bernabé, 1983 : 68). Il soutient que ce n’est « qu’après avoir mis en évidence certaines caractéristiques propres à l’emprunt que nous serons en mesure de présenter du créole une description qui situe comme il se doit les différents niveaux “lectaux” » (Bernabé, 1983 : 68). La démarche de Bernabé semble être plus réfléchie que celle de Prudent dans le sens où il s’attache à prendre en compte tous les paramètres de la zone interlectale.

12Contrairement à la démarche de Prudent qui est d’examiner la zone interlectale à partir d’énoncés en créole et en français, Muriel Gabourg, dans son mémoire, entreprend l’étude de quelques termes employés à l’oral dans des énoncés français par des locuteurs témoins. Sa démarche est de les définir et de préciser s’ils sont répertoriés dans Le Littré. Il en ressort que d’une part, certains termes et expressions employés en Martinique ne le sont pas en français standard, à l’instar de « béké, bois mangot, vonvon » (Gabourg, 1996). D’autre part, certains termes et expressions usités en français standard sont employés en Martinique avec un sens différent. C’est le cas de « aristocrate, bourg, bord, ou bien commune » (Gabourg, 1996).

13Au cours de la même année, C. March publie les résultats d’une enquête sociolinguistique menée auprès des mères antillaises. Son insertion lui a valu d’être témoin de la présence d’un français local qu’il choisit de nommer « français martiniquais ». Il va jusqu’à préciser que certains groupes de recherche, tel que le CRESH, en ont fait leur objet d’étude : « le CRESH (Collectif de Recherches En Sciences Humaines dans la Caraïbe, Krèch Karayib en créole) s’est également intéressé à la particularité du français parlé à la Martinique et à ce que pensent les gens de ce français régional » (March, 1996 : 48).

14Il faudra attendre l’année suivante pour entrevoir une nouvelle évolution de cette prise de conscience de la variation lexicale du français des Antilles vis-à-vis du français standard. Cette nouvelle étape se manifeste avec la volonté de nommer ce français. L’article d’Isabelle Michelot répertorie, tout comme les travaux précédents, des termes utilisés dans le français des Antilles. Cet article met en avant la spécificité lexicale de ce français ; de plus il prône l’existence d’un français régional des Antilles. Michelot finit cet article en répertoriant dans une annexe, les termes qui relèvent du français régional et qui sont liés à l’histoire de la Martinique. Pour répertorier ce lexique propre au français régional, elle s’appuie sur des journaux, des bandes dessinées, des parutions locales spécialisées, des prospectus ainsi que sur le discours oral.

15C’est aussi en 1997 que sera publié le premier et unique Dictionnaire du français régional des Antilles : Guadeloupe, Martinique réalisé par Sylviane Telchid, militante de la langue créole. Elle définit le français régional des Antilles en mettant en exergue que le facteur identitaire semble être à l’origine de ce français, puisqu’elle y entrevoit une dimension personnelle. Cela laisse entendre que le français des Antilles relèverait d’une volonté consciente des Antillais d’introduire des singularités lorsqu’il s’exprime en français, ce qui peut paraître contestable. En effet, l’interférence entre le français et le créole mise en évidence par Lambert-Félix Prudent, semble être pour Telchid ce qu’elle nomme un « compromis » (Telchid, 1997). Les principaux objectifs de Telchid en réalisant ce dictionnaire, sont d’amener à une prise de conscience de l’existence d’un français régional aux Antilles, et d’être une aide à la compréhension des œuvres littéraires antillaises. Pour réaliser ce dictionnaire, elle se fonde principalement sur des œuvres littéraires à la fois guadeloupéenne et martiniquaise. Elle a aussi eu recours à des dictionnaires tels que le Dictionnaire encyclopédique des Antilles et de la Guyane de Jack Corzani. La parution de ce dictionnaire du français régional des Antilles Guadeloupe-Martinique représente une autre étape à l’égard de la visibilité du français régional des Antilles et plus précisément de la variation lexicale de celui-ci.

16Dans son ouvrage Le français des Antilles paru en 2012, André Thibault nous offre un éclairage sur divers champs. Tout d’abord il identifie les raisons qui expliquent un certain désintérêt vis-à-vis du français régional des Antilles. Puis il définit la constitution du lexique du français des Antilles au niveau diachronique et synchronique. Tout comme les travaux de Muriel Gabourg et Jean-Pierre Jardel l’ont montré, l’enrichissement de ce français se caractérise en partie avec l’interférence mutuelle entre le français et le créole.

17André Thibault met aussi l’accent sur la prise de conscience de l’existence d’un français régional des Antilles, laquelle se manifeste dans la littérature antillaise, mais aussi dans quelques travaux. Par exemple, il indique que dans le Dictionnaire créole martiniquais-français de Raphaël Confiant, l’on retrouve la mention F.R.A, soit français régional des Antilles. Toutefois, à la différence des travaux précédents, il ne livre pas une liste de termes relevant du Français des Antilles. Dans cette étude, soulignons qu’André Thibault préfère parler d’un français des Antilles que d’un français régional des Antilles.

18Docteur depuis novembre 2012, Teodor Fl. Zanoaga a rédigé une thèse dans laquelle il réalise un glossaire où il intègre « 1600 lexies susceptibles d’être des particularités lexicales » (Zanoaga, 2012 : 139) du français régional des Antilles. La visée de ce glossaire est de faciliter la lecture des œuvres antillaises pour un lecteur exogène, car celles-ci regorgent de diatopismes lexicaux et de néologismes littéraires. La confection de ce glossaire met en évidence l’intérêt que portent les jeunes chercheurs et lexicographes sur le lexique du français régional des Antilles.

19Pour finir, il est important de mentionner la récente création de la section « Antilles » dans la base de données lexicographique panfrancophone dont Bernard Quemada est l’instigateur. Cette section, qui est complétée entre autres par Teodor Florin Zanoaga, est une véritable avancée dans le domaine.

20Cet état des lieux a mis en évidence la prise de conscience de l’existence d’une variation lexicale du français des Antilles. En outre, la volonté de décrire ce français des Antilles et de répertorier les diatopismes lexicaux issus de ce français, témoigne du désir de préserver ce patrimoine linguistique.

21La littérature antillaise semble être un espace favorable à l’identification et à la préservation du lexique du français des Antilles. En effet, Sylviane Telchid s’est fondée sur des œuvres martiniquaises et guadeloupéennes pour confectionner son dictionnaire. André Thibault rappelle aussi le rôle important que joue la littérature. Il considère que « le français littéraire antillais issu du mouvement de la Créolité est un objet d’étude en soi pour les linguistes » (Thibault, 2012 : 12). Ses deux articles intitulés Les régionalismes dans La Rue Cases-Nègres de Joseph Zobel et Français des Antilles et français d’Amérique : les diatopismes de Joseph Zobel, auteur martiniquais, mettent bien en évidence que la littérature antillaise est un vivier dans lequel le lexicographe peut puiser pour repérer les diatopismes lexicaux du français des Antilles.

22Néanmoins, il nous faut tout de même manifester une certaine prudence, car certains auteurs antillais comme Raphaël Confiant, Ernest Pépin, Patrick Chamoiseau ou encore Jean Bernabé, intègrent dans leurs romans de nombreux néologismes littéraires. Ces créations peuvent induire en erreur les lecteurs et les lexicographes non avisés, en leur donnant à croire que ce sont des termes employés par les Antillais, et qu’ils relèvent donc du lexique du français des Antilles. De plus, ces néologismes rendent la tâche du lexicographe plus ardue ; il devra donc être plus vigilant.

1.2. Variation lexicale : les facteurs

23Louis-Jean Calvet considère que l’origine géographique est un facteur qui caractérise « la langue que nous parlons et la façon dont nous la parlons » (Calvet, 2001 : 6). La faune, la flore ainsi que le climat sont en relation avec l’espace géographique. Les Antilles françaises font partie de l’archipel caribéen. Afin de décrire cet univers, de le matérialiser, on trouvera donc des lexies spécifiques aux Antilles françaises. En effet, de nombreuses espèces animales, végétales sont tropicales, et donc ne vivent et ne poussent que dans des régions tropicales. Certains phénomènes climatiques sont propres aussi à ces régions. Pour désigner ces réalités, la langue a parfois recours à des innovations formelles et sémantiques, comme fruit-à-pain, qui est un fruit que l’on consomme comme légume aux Antilles françaises ; ou bien à des innovations sémantiques telles que les avents, qui en fonction du contexte, peuvent renvoyer au vent que l’on nomme les alizés en français standard. Il en découle que la dimension géographique est l’un des facteurs qui favorise la variation lexicale du français des Antilles vis-à-vis du français standard.

24La dimension culturelle participe aussi de ce processus. La fonction identitaire de la langue n’est plus à prouver, ni le fait que la langue soit un des vecteurs qui mette en exergue la singularité d’une culture. Il n’est donc pas étonnant que chaque culture ait des lexies qui lui soient propres pour désigner différents aspects spécifiques à celle-ci. Par exemple, l’innovation sémantique décollage en français des Antilles désigne une pratique culturelle aux Antilles qui consiste à prendre un verre de punch le matin. L’innovation formelle et sémantique nègre gros sirop représente une des figures symboliques du carnaval aux Antilles françaises.

25La situation linguistique des Antilles françaises contribue aussi à la variation lexicale. Le créole et le français sont les deux idiomes pratiqués sur ces territoires. Jean-Pierre Jardel, Lambert-Félix Prudent, Syliviane Telchid ou encore André Thibault ont mis en exergue, à leur façon, l’interférence mutuelle entre ces deux langues. Cette interférence donne lieu à un processus de refrancisation des termes créoles, comme doucelette, doubleur, ainsi qu’à la présence régulière de termes créoles dans des énoncés français. On observe dans ces énoncés l’intégration de lexies créoles, ce qui signifie qu’il n’y a pas nécessairement de différence orthographique entre le terme français et le terme créole, c’est le cas de ravet, vaval, ou bien vidé.

26Ce lien étroit entre le français et le créole aux Antilles françaises ne relève pas de la synchronie, mais de la diachronie. Dès les prémisses de la langue créole, le lexique du français, ou du moins le lexique des français régionaux, a servi de base lexicale au créole. C’est pourquoi l’on retrouve de nombreux termes créoles issus des français régionaux. La langue créole s’est donc nourrie lexicalement des divers français régionaux en empruntant et créolisant par la suite ces emprunts. Actuellement, cette relation intrinsèque entre le créole et le français se manifeste par les interférences mutuelles entre les deux langues. La francisation de termes créoles est l’une des conséquences de cette interférence sur le français des Antilles. Quant au créole, il connaît depuis quelques décennies un processus de décréolisation dû au fait qu’il ne créolise plus ses emprunts au français. D’où le sentiment d’un créole francisé.

27Cette analyse sur les facteurs liés à la variation lexicale du français des Antilles nous amène ainsi à réaliser une étude lexicologique dans laquelle nous mettrons en avant les divers procédés lexicologiques qui caractérisent la création lexicale du français des Antilles.

1.3. Étude lexicologique

28La situation linguistique des Antilles françaises à l’époque coloniale indique qu’il y a eu des emprunts entre les diverses langues qui cohabitaient à ce moment, c’est-à-dire avant la disparition des peuples amérindiens et l’acculturation que les esclaves noirs ont subie.

29On retrouve quelques amérindianismes comme coui, caïmite, cassave, anolis, cayali, ou bien manicou. La présence de termes d’origine amérindienne vient du fait que lorsque les colons sont arrivés sur le nouveau continent et sur les îles avoisinantes, ils ont découvert une nouvelle culture. Afin d’exprimer certains éléments propres à cette nouvelle culture, ils ont dû emprunter des termes amérindiens puisque dans leur propre langue il n’existait pas de termes pour pouvoir traduire cette réalité. En effet, la caïmite, par exemple, était un fruit inconnu des colons, et l’un des recours utilisés pour nommer ces nouvelles réalités culturelles, c’était l’emprunt de mots amérindiens.

30Tout comme les peuples amérindiens, on retrouve dans le français des Antilles des termes d’origine africaine. Lorsque les esclaves sont arrivés en Amérique, ils avaient leur propre culture, et malgré l’acculturation qu’ils ont subie, ils ont pu en conserver certains traits. Comme il n’existait pas de termes dans la langue du colon pour désigner certains éléments culturels africains, celle-ci a donc emprunté quelques termes africains. C’est pourquoi à ce jour on en trouve toujours dans le français pratiqué aux Antilles les termes quimbois, bonda, mokozombi, zamba. La culture antillaise a donc conservé et intégré des éléments de la culture africaine.

31La Caraïbe a été un point de rencontre de plusieurs civilisations et cultures. Les langues amérindiennes et africaines ne sont donc pas les seules langues qui ont laissé leur trace dans le français des Antilles. On y retrouve des emprunts de termes anglais comme chadèque qui vient du terme anglais shaddock qui désigne une sorte de gros pamplemousse avec lequel on fait des sucreries aux Antilles. Le terme couli est lui aussi un emprunt à l’anglais du terme cooli. Il renvoie de nos jours à l’Antillais qui a quelques caractéristiques physiques plus ou moins marquées de l’Indien venant de l’Inde. On retrouve aussi des emprunts de termes espagnols tels que créole qui vient de criollo.

32Par ailleurs, l’arrivée des Indiens d’Inde en tant que nouvelle main d’œuvre à la Martinique de 1853 à 1883, a eu un impact sur la culture créole. En effet, les influences indiennes se manifestent à travers notamment le lexique culinaire, à l’instar du terme colombo qui est un mélange d’épices et un mode de préparation culinaire originaire de l’Inde. Le terme madras renvoie au tissu local utilisé pour confectionner les tenues traditionnelles en Martinique. Le nom madras provient d’une grande ville de l’Inde rebaptisée Chennai en 1996.

33Les innovations formelles et sémantiques issues de la composition dite populaire, et dont la forme rappelle le français standard sont un autre procédé qui constitue la création lexicale du français des Antilles. Nous avons déjà mentionné précédemment l’exemple de fruit-à-pain, que nous pouvons compléter avec les termes suivants : abricot-pays, bois d’Inde, gros-thym, raisin-bord de mer, le chien créole, la fourmi-manioc, la case-à-rhum, le jardin créole, le taxi-pays, le nègre caraïbe.

34Ces exemples ont la caractéristique d’être des lexies composées le plus souvent de deux lexies qui représentent un seul signifié. Pour certaines innovations formelles et sémantiques, on retrouve souvent l’usage des lexies « pays » ou « créole » en deuxième position, à l’instar de nougat-pays, abricot-pays, amandier-pays, taxi-pays, chien créole, jardin créole. Ce procédé permet d’attirer l’attention sur le fait que ces termes ne renvoient pas au même référent qu’en français standard. Par exemple, l’abricot-pays ne renvoie pas à l’abricot de France. Le terme « pays » indique qu’il ne s’agit donc pas du même fruit.

35Autre exemple avec le jardin créole. Le terme « créole » suggère que le jardin aux Antilles que l’on nomme « jardin créole » a des caractéristiques qui lui sont propres. En effet, il s’agit d’un jardin où l’on retrouve des plantes alimentaires, médicinales et ornementales tropicales.

36On observe aussi des innovations formelles et sémantiques formées par dérivation affixale par suffixation et/ou par préfixation telles que doucine, doucelette ou bien djobeur. Les innovations sémantiques telles que le chaudeau, le cabri, l’antéchrist, les avents, broder, couper, le décollage, le forçat, l’habitation, participent aussi de ce processus.

37Ces quelques exemples permettent de rappeler l’existence de faux amis dans le français des Antilles. Par exemple le verbe broder peut renvoyer à l’Antillais qui s’exprime avec l’accent parisien, en s’efforçant, en outre, d’articuler parfois exagérément. Le forçat fait plus fréquemment référence à un gros collier qu’à un homme condamné aux galères ou aux travaux. Lorsqu’un Antillais veut mettre en avant le côté farouche, craintif d’une personne, il peut employer le terme mangouste par analogie à l’animal qui est sauvage, craintif. Pour désigner une femme ayant des formes généreuses, les Antillais ont souvent recours à l’adjectif costaud, c’est un faux ami puisqu’il ne s’agit pas du même sens qu’en français standard. Le terme habitation représente à la fois la maison du maître, les cases des nègres, mais aussi l’exploitation. Les archaïsmes que sont mitan ou bien mécréance, font aussi partie des procédés qui constituent le lexique singulier du français des Antilles.

38Cette étude lexicologique révèle que les principaux procédés de la création lexicale d’une langue sont aussi ceux que l’on retrouve dans la variation lexicale de la langue standard.

2. Statut et visibilité du français des Antilles

2.1. Statut des diatopismes lexicaux

39La variation lexicale du français des Antilles à l’égard du français standard n’est pas un mythe, mais bien une réalité qui touche les Antilles françaises. Cette réalité ne concerne pas que les Antilles. Des travaux sur la diversité de la langue française tendent à mettre en évidence les différentes variations du français. En effet, on retrouve des travaux sur le français de l’île de la Réunion, le français à Abidjan, ou encore le français de Louisiane. Cette volonté de faire ressortir la diversité de la langue française nous amène à nous interroger sur le statut accordé aux diatopismes lexicaux dans les dictionnaires de français commun. Le monde hispanophone a très tôt pris conscience de l’existence de variations de l’espagnol standard, et, ce faisant, de variations lexicales. L’apparition de lexiques ou dictionnaires propres à ces lexies, ainsi que par l’intégration de ces diatopismes lexicaux dans les dictionnaires d’espagnol commun, tels que la Real Academia española, mettent en évidence la volonté de faire ressortir la richesse de la langue espagnole. En est-il de même dans le monde francophone ?

40Après avoir cherché la présence de vingt diatopismes lexicaux du français des Antilles dans le Littré, le Larousse et le dictionnaire de l’Académie française, cette étude dévoile la faible intégration de ces diatopismes dans ces dictionnaires comme l’indiquent le Tableau 1 et la Figure 1 ci-dessous.

Tableau 1. Intégration des diatopismes lexicaux du Français des Antilles dans trois dictionnaires de français commun

Diatopismes lexicaux du F.A.

Le Littré

Le Larousse

L’Académie française

Les avents

Oui, mais on ne retrouve pas le sens des alizés.

Oui, mais on ne retrouve pas le sens des alizés.

Oui, mais on ne retrouve pas le sens des alizés.

Le babillage

Oui, mais on ne retrouve pas le sens que l’on a aux Antilles, soit protestation, querelle

Oui, mais on ne retrouve pas le sens que l’on a aux Antilles, soit protestation, querelle

Oui, mais on ne retrouve pas le sens que l’on a aux Antilles, soit protestation, querelle

Le boudin

Oui, mais on ne retrouve pas le sens de ventre.

Oui, mais on ne retrouve pas le sens de ventre.

Oui, mais on ne retrouve pas le sens de ventre.

Broder

Oui, mais on ne retrouve pas le sens que l’on a aux Antilles

Oui, mais on ne retrouve pas le sens que l’on a aux Antilles

Oui, mais on ne retrouve pas le sens que l’on a aux Antilles

Cacarelle

Non

Non

Non

Caïmite

Non

Non

Non

Carnavalier

Non

Non

Non

Chabin

Oui, mais il ne s’agit pas du même sens qu’aux Antilles

Oui, mais il ne s’agit pas du même sens qu’aux Antilles

Non

Chiquetailler

Non

Non

Non

Décollage

Non

Oui, mais il ne s’agit pas du même sens qu’aux Antilles

Oui, mais il ne s’agit pas du même sens qu’aux Antilles

Débit de la régie

Non

Non

Non

Forçat

Oui, mais il ne s’agit pas d’un collier

Oui, mais il ne s’agit pas d’un collier

Oui, mais il ne s’agit pas d’un collier

Le manicou

Non

Non

Non

Le nègre gros sirop

Non

Non

Non

Le pipiri

Oui, mais on ne retrouve pas le sens que l’on a aux Antilles

Non

Non

Le quimboiseur

Non

Non

Non

Le ravet

Oui

Non

Non

Le taxi-pays

Non

Non

Non

Vaval

Non

Non

Non

Le vidé

Non

Non

Non

Figure 1. Représentativité des diatopismes du Français des Antilles dans trois dictionnaires de français commun

Figure 1. Représentativité des diatopismes du Français des Antilles dans trois dictionnaires de français commun

41On constate à travers cette étude que l’intégration de diatopismes lexicaux du français des Antilles dans ces dictionnaires reste encore très faible. Une des explications pourrait être l’absence en France de politique en faveur de la variété de la langue française et de sa diversité. Néanmoins, les travaux consacrés à la diversité de la langue française sont une réelle avancée pour le monde francophone. Les premiers travaux à ce sujet datent des années 1970. On peut citer Le français de Marseille. Étude de parler régional d’Auguste Brun, Le français hors de France d’Albert Valdman, ou encore Le français parlé à la Réunion. Phonétique et phonologie de Michel Carayol, etc.

42Dès lors on ne peut contester la grande diversité de la langue française. Une plus grande intégration de ces diatopismes dans les dictionnaires de français commun consentirait à donner plus de légitimité aux variations du français. De plus, ces diatopismes auraient une plus grande visibilité ce qui permettrait aux francophones d’avoir accès au sens de ces derniers. À ce moment-là, lire une œuvre écrite dans la variation du français, comme certaines œuvres antillaises, serait alors plus facile d’accès pour le lecteur. Ce serait aussi un atout considérable pour les traducteurs qui auraient la tâche de traduire ce genre d’œuvres.

2.2. Cas expérimental : Interférences et ambiguïtés des diatopismes lexicaux

43L’enquête réalisée pour nos travaux de thèse auprès de treize francophones non antillais au sujet des diatopismes lexicaux du français des Antilles, témoigne bien de cette réalité, à savoir l’existence d’une variation lexicale du français des Antilles.

44En effet, nous avons soumis à ces derniers un texte dans lequel nous avons introduit dix-sept diatopismes lexicaux du français des Antilles. Les treize personnes interrogées devaient restituer le sens en français standard si possible, ou alors identifier globalement le sens de ces dix-sept termes.

Figure 2. Profil des répondants

Figure 2. Profil des répondants

45Le profil des répondants indique qu’il s’agit de francophones dont certains ont des origines autres que celles de la culture antillaise. Nous avons trouvé pertinent d’interroger des francophones de diverses origines afin de proposer un échantillon plus représentatif de la société française actuelle, puisque ce sont des lecteurs potentiels des littératures francophones. Outre la diversité des origines des répondants, nous les avons aussi sélectionnés pour leur méconnaissance de la culture antillaise. C’est pourquoi il y a peu de répondants, car la visée de cette enquête n’était pas quantitative, mais axée sur les deux critères énoncés précédemment.

46Pour analyser les réponses des treize répondants, nous avons réalisé le Tableau 2 qui comprend cinq colonnes. La première colonne comprend les dix-sept termes en français des Antilles. La deuxième colonne « vrai » renvoie au nombre de bonnes réponses, la troisième colonne « faux » indique le nombre de réponses erronées, la quatrième colonne représente le nombre de personnes n’ayant pas donné de réponses. La cinquième colonne renvoie au nombre de réponses partiellement correctes. Par exemple, si pour ravet une personne a répondu « un animal», on considère que la réponse est partiellement correcte. Elle manque de précision, et ne correspond pas au terme équivalent en français standard, soit cafard.

Tableau 2. Résultats enquête

Termes

Vrai

Faux

Aucune proposition

Proposition proche du sens

Raide

12

0

0

1

Gâteau patate

1

9

2

1

Boudin

1

6

1

5

Décollage

1

8

3

1

Ravet

3

3

5

2

Être bonne

0

13

0

0

Chabin

2

5

4

2

Mater

0

10

3

0

Grand grec

6

2

5

0

Quimbois

0

3

10

0

Zique

3

5

4

1

C’est ma faute

0

6

7

0

Mangouste

2

8

3

0

Grainé

0

9

4

0

Forçat

2

10

1

0

Vieux corps

11

1

1

0

Quénette

2

7

3

1

47Les résultats de cette enquête révèlent la difficulté des répondants à interpréter les dix-sept termes en français des Antilles présents dans le texte. Ils permettent aussi de mettre en lumière les interférences ou les ambiguïtés qui peuvent se créer, lorsqu’un francophone non antillais est confronté à des termes relevant du français des Antilles.

48Par exemple le terme gâteau patate a majoritairement induit en erreur les répondants, puisque sur treize un seul en a trouvé le sens correct. La majorité des répondants ont pensé qu’il s’agissait d’un gâteau à base de pomme de terre puisque l’on nomme aussi en français standard, la pomme de terre « patate ». Cependant, aux Antilles françaises le terme « patate » renvoie à la patate douce.

49L’expression être bonne en français régional des Antilles a elle aussi été source d’ambiguïté, car douze répondants ont défini ce terme par « être gentille, sympa ». Pour définir cette expression, les répondants se sont donc fondés sur le sens qu’ils connaissent de l’adjectif bon. L’innovation sémantique de cet adjectif s’avère être un faux ami, car l’expression en français des Antilles « être bon » signifie en français standard en avoir marre.

50Le terme français régional quimbois est le terme qui a posé le plus de difficulté d’interprétation. Dix répondants n’ont pu donner le sens de ce terme.

51Il en ressort que seuls deux termes sur les dix-sept en français régional des Antilles ont été définis correctement par la majorité des répondants. Cette enquête dévoile que le lexique du français des Antilles peut être source d’interférences et d’ambiguïtés pour un francophone non antillais. La visée pédagogique du dictionnaire du français régional des Antilles Guadeloupe-Martinique de Sylviane Telchid prend tout son sens avec les résultats de cette enquête, puisque les treize francophones non antillais ont eu des difficultés à comprendre le sens des termes en français des Antilles. On voit donc l’utilité de réaliser de tels lexiques afin de pallier les incompréhensions et ambiguïtés que peuvent occasionner les termes relevant du français régional des Antilles.

Conclusion

52Nous avons tout au long de cet article mis en exergue l’existence d’un patrimoine linguistique à la Martinique autre que le créole, soit le français des Antilles. Dans la première partie, nous l’avons démontré en mettant l’accent sur les travaux réalisés sur le français des Antilles, en analysant les facteurs inhérents à son existence et en dévoilant les procédés lexicologiques constitutifs des diatopismes lexicaux. Il était important dans cette première partie de matérialiser l’existence du français des Antilles, car, contrairement au créole qui jouit d’une reconnaissance officielle, ce n’est pas le cas pour le français des Antilles.

53La deuxième partie de cet article a d’une part révélé le manque d’intégration des diatopismes lexicaux du français des Antilles dans les dictionnaires de français commun. Dans cet article nous abordons uniquement les diatopismes lexicaux du français des Antilles. Toutefois, nous signalons que dans le cadre de notre thèse une étude comparative similaire a été menée sur les diatopismes lexicaux des français régionaux de la France hexagonale, ainsi que sur les diatopismes lexicaux du français louisianais. Le résultat est le même, nous observons une faible intégration de ces diatopismes lexicaux dans les dictionnaires de français commun. À la lumière de ce résultat, qui ne concerne pas uniquement le français des Antilles, mais tous les français régionaux, il semble que la politique linguistique en France tende plutôt à préserver l’unité de la langue française et non pas sa variété. Cependant, on ne peut contester la grande diversité de la langue française, et celle-ci gagnerait à être davantage mise en lumière comme un atout et une richesse. Le français des Antilles en fait partie et il appartient assurément au patrimoine linguistique de la Martinique.

54D’autre part, l’enquête réalisée auprès des francophones atteste l’importance d’accorder une plus grande visibilité aux diatopismes lexicaux du français des Antilles dans le dessein de faciliter l’accès à ce patrimoine linguistique, et de permettre ainsi une meilleure compréhension des œuvres issues du courant de la Créolité.

Haut de page

Bibliographie

Bernabé, J. (1983). Fondal-natal, Paris, L’Harmattan.

Bernabé, J., P. Chamoiseau et R. Confiant (1990). L’Éloge de la créolité, Paris, Gallimard.

Calvet, L.J. (2001). « Identités et plurilinguisme » dans Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Trois espaces linguistiques face aux défis de la mondialisation, Actes du colloque international, Paris : 147-160.

Confiant, R. (2007). Dictionnaire créole martiniquais-français, Martinique, Ibis Rouge Éditions.

Gabourg, M. (1996). Étude lexico-syntaxique d’un corpus de français oral recueilli chez des locuteurs créolophones martiniquais, Université des Antilles et de la Guyane.

Jardel, J.P. (1974). Du conflit des langues au conflit interculturel : une approche de la société martiniquaise, Université de Nice.

Lehman, A. et F. Martin-Berthet (1998). Introduction à la lexicologie Sémantique et morphologie, Paris, Edition Dunod.

March, C. (1996). Le discours des mères martiniquaises, Diglossie et créolité : un point de vue sociolinguistique, Paris, L’Harmattan.

Michelot, I. (1997). « Du Neg nwe au Beke Goyave, le langage de la couleur de la peau en Martinique », Constellations francophones, 7.

Prudent, L.F. (1980). Des baragouins à la langue antillaise, Paris, Éditions Caribéennes.

Prudent, L.F. (1981). « Diglossie et interlecte », Langages, 61 : 13-38.

Telchid, S. (1997). Dictionnaire du français régional des Antilles Guadeloupe/Martinique, Paris, Edition Bonneton.

Thibault, A. (2012). Le français des Antilles, Paris, l’Harmattan.

TLFi : Trésor de la langue française informatisé, http://www.atilf.fr/tlfi, ATILF — CNRS & Université de Lorraine.

Zanoaga, T.F. (2012). Contribution à la description des particularités lexicales du français régional des Antilles. Étude d’un corpus de littérature contemporaine : les romans L’Homme-au-Bâton (1992) et L’Envers du décor (2006) de l’auteur antillais Ernest Pépin, Université Paris-Sorbonne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Représentativité des diatopismes du Français des Antilles dans trois dictionnaires de français commun
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11823/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 2. Profil des répondants
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11823/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Cocote, « Pour la préservation du patrimoine linguistique : le français des Antilles  », Études caribéennes [En ligne], 1 | Juillet 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11823 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11823

Haut de page

Auteur

Élodie Cocote

Université des Antilles, laboratoire le CRILLASH, Doctorante en traductologie, illud972@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals