Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les modes de financement du développement durable et leur impact sur la croissance et le bien-être social dans les Petites Économies Insulaires en développement. Le cas d’Haïti

Impact of Financing for Sustainable Development on Economic Growth and Social Welfare in Small Island Developing States. The Case of Haiti
Louis Dupont

Résumés

Cette étude se fixe un triple objectifs : premièrement, analyser le rôle des sources internes et externes de financement du développement dans les petites économies insulaires en développement (PEID) ; deuxièmement, évaluer l’efficacité des flux internationaux de capitaux sur la croissance et le bien-être social dans les PEID, à l’aide de la technique de cointégration et des tests de causalité de Granger ; enfin, recommander des stratégies de financement du développement durable, en direction des PEID à faible revenu. Haïti constitue à cet effet un terrain d’application fertile, car ce pays figure selon l’Organisation des Nations Unies, à la fois dans le groupe des PEID et dans celui des pays les moins avancés (PMA) du globe. Aussi, est-il utilisé dans cet article comme étude de cas pour un tel exercice. Les résultats indiquent (i) que le principal obstacle à la mobilisation des ressources locales dans les PEID à faible revenu, réside dans leur faible ratio épargne sur investissement, (ii) dans le cas d’Haïti, ils révèlent qu’à long terme comme à court terme, parmi les flux internationaux de capitaux enregistrés, seuls les transferts de fonds des migrants et l’investissement direct étranger, ont une incidence positive sur les conditions de vie des habitants. (iii) Les tests de causalité de Granger confirment l’existence en Haïti d’une causalité unidirectionnelle entre transferts de fonds des migrants et développement humain d’une part, et entre transferts de fonds des migrants et investissement direct étranger, d’autre part, (iv) l’analyse suggère quelques recommandations de politique économique telles que : une meilleure mobilisation des ressources locales, la nécessaire stabilité politique, une gouvernance et des institutions de meilleure qualité, l’amélioration des infrastructures de base, le développement du marché financier, un cadre macroéconomique pertinent, destiné à stabiliser les prix des produits de première nécessité et à améliorer les conditions de vie des plus démunis.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Financer le développement durable et lutter contre la pauvreté sont les principaux défis auxquels sont confrontés la plupart des 52 petites économies insulaires en développement (PEID) recensées à ce jour par l’ONU. Défis redoutables, en particulier pour celles comme Haïti qui appartient en même temps au groupe des 48 pays les plus défavorisés du globe, qui se caractérisent par un dépouillement extrême, des infrastructures défaillantes, des économies vulnérables et manquantes cruellement d’investissements. L’écart entre les besoins de financement du développement de ces pays et les ressources locales disponibles est considérable. Dans un tel contexte, il est légitime de soulever les questions suivantes : quelles sont les principales sources de financement dont disposent les PEID pour faire face à leurs besoins de développement ? Quels sont les modes de financement du développement qui affichent la plus grande efficacité en termes de croissance et de lutte contre la pauvreté ? Quel est l’effet des politiques gouvernementales engagées et des autres déterminants sur la croissance à long terme ? Quelles sont les stratégies les plus pertinentes à recommander dans le domaine du financement du développement durable ?

2Cette étude s’efforce de répondre à ces interrogations majeures sans prétendre à l’exhaustivité, en se fixant trois objectifs : (1) déterminer le rôle des sources internes et externes de financement du développement dans les PEID ; (2) évaluer à l’aide de la technique de cointégration et d’un modèle à correction d’erreur, l’impact des sources externes de financement du développement sur la croissance et le bien-être social dans ces pays. Haïti, pays affichant la plus grande pauvreté parmi les PEID a été choisie comme étude de cas pour cet exercice. (3) recommander des stratégies de financement du développement durable, en direction des PEID à faible revenu, afin de leur permettre d’atteindre, à l’horizon 2030, les principaux objectifs de développement durable (ODD), adoptés à Addis Abeba en juillet 2015 lors de la troisième conférence internationale des Nations Unies sur le financement du développement durable. Cependant, il convient de garder à l’esprit que les PEID sont divers et se caractérisent par des performances économiques contrastées et par des stratégies de croissance différenciées. Quelques-unes bénéficient d’un haut niveau de développement humain comme la Barbade et Singapour, tandis que d’autres comme la Guinée-Bissau, les Comores ou Haïti, affichent un indice de développement humain (IDH) particulièrement faible. Un certain nombre, pour financer leur développement, attirent des investissements étrangers, alors que d’autres comptent principalement sur l’aide étrangère.

3Une littérature abondante a abordé le problème du financement du développement durable dans les pays en développement. Cette littérature se rattache pour l’essentiel aux modèles de croissance endogène dont les auteurs, pour la plupart se concentrent sur les soubassements théoriques de la croissance économique et de ses déterminants. Les travaux de Barro (1998) ont reçu à ce sujet un large écho. D’un point de vue méthodologique, les recherches ont adopté deux types de démarche. D’une part, les approches économétriques transversales, et d’autre part, celles qui portent l’accent en priorité sur l’incidence des modes de financement du développement sur chaque pays, analysé individuellement. Concernant les approches économétriques transversales, il convient de citer les récents travaux de Benmamoun et Lehnert (2013) qui ont utilisé un modèle de croissance, dérivé de celui de Barro (1998) et de celui de Kosack et Tobin (2006) pour analyser, à l’aide de la méthode des moments généralisés (GMM) et de l’estimateur de Arellano Bond, l’impact des investissements directs étrangers, de l’aide publique au développement et des transferts de fonds des migrants sur la croissance économique de 180 pays. Chauvet et Mesple-Somps (2006) ont proposé également une analyse économétrique transversale, pour analyser dans 64 pays, l’impact sur la distribution des revenus de quatre sources de flux de financements internationaux : l’ADP, les IDE, les transferts de fonds des migrants, et les échanges commerciaux. De même, Legros et Sassenou (1998) ont utilisé une analyse économétrique en données de panel pour tester les relations d’endogénéité entre croissance économique et modalités de financement du développement dans 34 pays, ainsi que Driffield et Jones (2013).

4En revanche, plusieurs auteurs ont porté l’analyse uniquement au plan national, tels que Ali (2014) qui a employé la technique de cointégration et les tests de causalité de Granger pour analyser l’impact des flux de capitaux étrangers sur la croissance économique au Pakistan. Les Nations-Unies (2004) et la Banque mondiale (2006) pour leur part, se sont penchés sur l’incidence des transferts de fonds des migrants sur le taux de croissance de l’économie. Blostrom et Kokko (2003), Globerman et Shapiro (2003) ont analysé les effets sociaux des investissements directs étrangers dans un certain nombre de pays. Par ailleurs, Bandow et Vasquez (1994) ainsi que Easterly (2006) ont, dans leurs travaux émis des doutes sur l’efficacité réelle de l’aide publique au développement en direction des pays les moins avancés. Ils considèrent que les ressources domestiques sont le principal pilier du financement du développement dans ces pays. En bref, malgré les controverses qui subsistent sur l’efficacité des flux internationaux de capitaux sur le développement économique et social des PEID, force est de constater que face aux difficultés rencontrées par les PEID à faible revenu pour mobiliser leurs ressources locales, l’aide publique au développement, l’investissement direct étranger et les transferts de fonds des migrants représentent de nos jours les trois principales sources de revenus dans les PEID après les exportations. Contrairement aux exportations, ces flux ne sont pas générés par des activités réalisées dans le pays. Par conséquent, le financement extérieur à trouver pour combattre la pauvreté et assurer le développement durable dans ces pays demeure très important. Aussi, les stratégies de financement devraient tenir compte de toutes les sources dont chacune a son rôle propre, fondé sur ses caractéristiques particulières, ses forces et ses faiblesses.

5La présente étude, en décryptant ces différentes sources, se propose d’analyser leur rôle et de déterminer leur efficacité sur la croissance et le développement humain dans les petites économies insulaires en développement. Elle s’adresse aux décideurs politiques et à leurs partenaires de développement ainsi qu’aux spécialistes du financement du développement. Elle est organisée comme suit : la deuxième section analyse le rôle et l’efficacité des sources locales de financement du développement dans les PEID. La troisième section se penche sur le rôle et l’efficacité des sources externes du financement du développement. La quatrième section propose, dans le cas d’Haïti, une évaluation de l’impact des sources externes de financement du développement sur la croissance et le bien-être social dans ce pays. La méthodologie adoptée ainsi que les résultats d’impact sont présentés également dans cette section. La cinquième et dernière section est consacrée aux recommandations stratégiques en matière de financement du développement et à la conclusion générale de l’étude.

1. Rôle des sources locales de financement du développement dans les PEID

6L’une des principales conclusions et recommandations de la troisième conférence internationale des Nations Unies d’Addis Abeba sur le financement du développement durable porte sur la nécessaire mobilisation et l’efficace utilisation des ressources internes. Cette section a pour but d’analyser leur rôle dans le processus de développement des PEID, à savoir : celui de l’épargne locale, celui du marché financier domestique, et celui du financement public local. Dans chaque cas de figure, nous avons examiné les facteurs qui entravent les flux de capitaux, par la suite, proposé des solutions et des mesures correctives assorties de recommandations.

1.1. L’épargne locale

7L’épargne locale joue un rôle mineur dans le financement du développement des PEID à faible revenu, en raison de l’incapacité de ces pays à mobiliser efficacement et durablement leurs ressources intérieures. Leur économie est dominée par des mécanismes qui empêchent d’accroître leur revenu par habitant. Ces pays sont donc pris dans une « trappe à pauvreté ». Ils ne peuvent épargner suffisamment et créer assez de capital pour dépasser la croissance de la population et la dépréciation du capital. Ainsi, dans plusieurs des pays les moins avancés, les taux d’épargne intérieure sont loin de suffire pour entraîner durablement l’investissement intérieur. Le revenu par habitant dans ces pays, stagne à un niveau bas. Selon le FMI (2011), il existe un écart significatif dans la capacité à mobiliser les ressources publiques, entre pays développés et pays en développement. Le ratio recettes fiscales/PIB est en moyenne de 13 % dans les pays à faible revenu contre 35,4 % dans les pays de l’OCDE. Aussi, les difficultés rencontrées par les pays en développement à faible revenu pour accroître leurs ressources intérieures sont multidimensionnelles. Le verdict des faits à cet égard est implacable. Pour faire face à ces difficultés, ces pays sont dans l’obligation, pour financer leur développement, de recourir à des flux de capitaux extérieurs tels que : l’aide publique au développement, l’investissement direct étranger, l’endettement extérieur, et les transferts de fonds des migrants. En outre, les institutions financières et les banques de développement offrent des mécanismes de facilitation commerciale ou des ressources additionnelles intermédiaires. En bref, les obstacles rencontrés par ces pays pour mobiliser leurs ressources, découlent pour l’essentiel, en des taux d’épargne publique et privé faibles, une mauvaise gestion des taux d’intérêt, l’étroitesse de l’assiette fiscale et les complexités administratives. À cela, s’ajoutent des systèmes inefficaces de recouvrement des recettes et des flux massifs de capitaux illicites. Enfin, un autre obstacle majeur à la mobilisation des ressources nationales est l’existence de nombreuses PME qui opèrent dans le secteur informel et ne paient pas d’impôts. Le ratio de l’épargne brute rapporté à la formation brute de capital fixe donne une idée de la médiocre relation qui existe entre épargne et investissements dans ces économies. Plus ce ratio est élevé, plus le pays est autosuffisant au plan financier. Dans le cas contraire, pour combler l’important écart entre épargne et investissement, le pays fait appel à d’autres sources de financement, en particulier à l’aide publique au développement, qui représente selon la CNUCED (2012) environ la moitié des financements extérieurs des PMA. La figure 1 ci-dessous compare pour un ensemble de PEID, le ratio formation brute de capital fixe/PIB (première barre) et le ratio épargne brute/PIB (deuxième barre). On constate que dans le groupe des PEID, des pays comme Singapour, Bahreïn, Trinidad et Tobago, la Papouasie Nouvelle-Guinée et Cuba ont en moyenne des ratios d’épargne/investissement, ainsi que des PIB par habitant plus élevés que les autres pays du groupe. Six pays ont des taux d’épargne négatifs sur la période 2002-2011.

Figure 1. Formation brute de capital fixe versus Épargne domestique brute dans les PEID (en % du PIB, de 2002 à 2011)

Figure 1. Formation brute de capital fixe versus Épargne domestique brute dans les PEID (en % du PIB, de 2002 à 2011)

Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)

1.2. Le marché financier domestique

8Selon la Banque mondiale, le développement du marché financier est étroitement lié à la croissance économique et au stade de développement des pays en question. Pour bien fonctionner, un système financier devrait (a) produire et fournir des informations sur les investissements possibles à réaliser, (b) offrir des cadres juridiques et réglementaires attractifs pour les investissements étrangers, (c) faciliter le commerce, la diversification et la gestion des risques, (d) mobiliser l’épargne, (e) faciliter l’échange de biens, de services et d’instruments financiers. Parmi les PEID, il existe des pays avec un haut niveau de développement de leur marché financier tels que Singapour et Bahreïn. Ces deux pays s’appuient fortement sur les marchés de capitaux domestiques et internationaux pour équilibrer leur budget et financer leur développement, tandis que d’autres dépendent beaucoup de l’aide étrangère. Par ailleurs, l’absence de marché des obligations à long terme dans beaucoup de pays en développement limite les montants disponibles pour un financement des investissements à long terme. De même, les marchés des actions ne représentent que 20 % à 28 % du PIB dans les pays à faible revenu contre 60 % du PIB dans les pays à haut revenu. Ainsi, parmi les pays pour lesquels des données sont disponibles, on constate que les PEID appartenant au groupe des pays à faible revenu, disposent de marchés financiers peu développés et affrontent ainsi des défis plus importants que les autres dans la mobilisation financière au plan local et international. La figure 2 ci-dessous en fournit une illustration par le ratio crédit bancaire au secteur privé/PIB.

Figure 2. Ratio du crédit bancaire au secteur privé en % du PIB dans les PEID en 2011

Figure 2. Ratio du crédit bancaire au secteur privé en % du PIB dans les PEID en 2011

Source : Base de données du développement financier de la Banque mondiale

9Par ailleurs, quelques auteurs ont évalué, l’efficacité du marché financier domestique sur la croissance et le développement humain dans les pays en développement. Citons les récents travaux (2016) de Fauzel qui a employé une régression en données de panel, pour explorer la relation entre marché financier local et investissements directs étrangers, ainsi que leur incidence sur la croissance et le bien-être social dans 18 petites économies insulaires en développement. Cette étude montre (i) que le ratio crédit bancaire au secteur privé/PIB (proxy du développement du marché financier local) joue un rôle important dans l’attraction des IDE, si bien qu’il existe selon l’auteur, au sens de Granger, une causalité bidirectionnelle entre marché financier domestique et investissements directs étrangers. Ces deux variables se renforcent mutuellement. (ii) l’existence d’une relation positive et significative entre ouverture au commerce international et développement financier. (iii) une augmentation dans ces pays, de 1 % du capital humain (taux de scolarisation au secondaire) se traduit par une augmentation de 0,17 % du marché financier local.

1.3. Le financement public local

10Le rôle du financement public local est également mineur dans le processus de développement des PEID. Comparées aux économies développées, les petites économies insulaires en développement font face à des réalités sociales, démographiques et économiques très différentes. Leurs économies affichent en moyenne un degré d’ouverture au commerce international plus élevé, sont beaucoup moins diversifiées et ont des difficultés à réaliser des économies d’échelle. Le financement public local est un défi pour beaucoup de PEID. D’une part, leurs services publics tendent à être plus coûteux par habitant par rapport à des pays plus peuplés. D’autre part, l’érosion des avantages préférentiels au commerce international, qui leur était jadis accordés, a pour conséquence de réduire leurs recettes douanières. La figure 3 montre d’une part que le financement public local dans ces pays est entravé par des taux de fiscalité moyens relativement élevés. D’autre part, la mobilisation d’un financement public local additionnel à travers des recettes fiscales supplémentaires apparaît difficile à atteindre.

Figure 3. Ratio des recettes fiscales/PIB (en %) dans les PEID, de 2002 à 2011

Figure 3. Ratio des recettes fiscales/PIB (en %) dans les PEID, de 2002 à 2011

Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)

2. Rôle des sources externes de financement du développement dans les PEID

2.1. Rôle de l’aide publique au développement (APD)

11La théorie sur le développement accorde généralement un rôle actif à l’aide publique au développement, en conférant à l’aide étrangère une obligation morale du « nord » envers le « sud », obligation concrétisée par la décision de consacrer depuis 1970, 1 % du PIB des pays donneurs à l’aide, dont 0,7 % pour l’aide officielle. L’objectif était de permettre la satisfaction des besoins essentiels des pays en développement, dans une stratégie de croissance et de redistribution pour réduire la pauvreté. Quel en est aujourd’hui le bilan ? Non seulement, plusieurs pays de l’OCDE ont fourni moins de 0,7 % de leur PIB à l’aide publique au développement, mais il subsiste aujourd’hui un très large écart entre les besoins de financement du développement des PED et les ressources mondiales disponibles. Selon la Banque mondiale (2016), les besoins de financement, uniquement pour les infrastructures dans les PED, s’élèvent aujourd’hui entre 5000 et 7000 milliards de dollars annuels, tandis que l’épargne mondiale est estimée aujourd’hui à environ 22 000 milliards de dollars par an. Aussi, un désenchantement s’installe de plus en plus sur l’efficacité de l’APD, y compris dans des institutions comme la Banque Mondiale. La croissance dans les pays pauvres ne décolle pas, le chômage et le sous-emploi y sont monnaie courante, et la pauvreté s’accroît. De nombreux travaux théoriques et empiriques ont cherché à évaluer l’efficacité de l’APD. Des controverses existent à ce sujet. En réalité, son rôle et son efficacité ne peuvent s’apprécier qu’au cas par cas, plutôt qu’en tendance ou en moyenne. Son efficacité dépend de la manière dont elle est appliquée et de la façon dont les dirigeants et les groupes sociaux l’utilisent. Plusieurs auteurs ont effectué des analyses en données de panel, croisant les données sur les performances économiques d’un grand nombre de pays avec celles de l’APD reçue. Certains, comme Burnside et Dollar (1997 et 2000) ont conclu à l’absence d’effet visible, et donc à son inefficacité. D’autres ont croisé l’APD octroyée avec des indicateurs de la qualité des institutions et de la gouvernance ainsi qu’avec des indices de démocratie. La plupart de ces auteurs ont conclu que l’aide publique au développement était efficace dans les pays bien gouvernés et à régime politique non autoritaire. Cependant, des auteurs comme Easterly, Levine et Roodman, 2003, ont dans leurs travaux, mis en doute ces conclusions, en indiquant qu’il est impossible d’associer l’APD à l’amélioration des performances économiques, même dans les pays « bien gouvernés ». Il va de soi que l’aide étrangère n’est utile et n’a de sens que si elle est adossée à des objectifs louables, comme : la croissance économique, c’est-à-dire le ciblage d’un revenu par tête à atteindre, visant l’éradication de l’extrême pauvreté et de la faim, l’émancipation des femmes, l’égalité des sexes, la protection de l’environnement, la lutte contre les effets néfastes du réchauffement climatique, la bonne gouvernance… À cet égard, la situation est contrastée dans les petites économies insulaires en développement. La figure 4 suivante montre que les PEID qui ont un faible revenu par habitant sont celles qui, en moyenne, reçoivent le moins d’aide publique par habitant. Cependant, paradoxalement, Tuvalu, un micro-État du pacifique, peuplé seulement de 13 000 habitants, classé par la Banque Mondiale, à la fois comme un PMA et comme une PEID, tire ses principales ressources de l’APD. Il apparaît dans la figure 4 comme l’état qui perçoit le plus d’aide par habitant.

Figure 4. Aide publique au développement nette reçue par habitant en 2011 dans les pieds

Figure 4. Aide publique au développement nette reçue par habitant en 2011 dans les pieds

Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)

2.2. Rôle de l’investissement direct étranger

12L’investissement direct étranger est censé jouer un rôle important dans le développement économique des pays en développement. Cependant, son efficacité soulève des controverses, en particulier dans le milieu universitaire. Le débat actuel se focalise sur l’identification des canaux à travers lesquels, les investissements directs étrangers affectent ou non les performances économiques. Certains travaux mettent l’accent sur le fait qu’un minimum de capital humain est nécessaire pour tirer profit des IDE (Borensztein et al., 1998), ces deux variables se renforcent mutuellement par un effet de complémentarité (Myamoto, 2003). D’autres études ont évalué l’impact des IDE sur la productivité (El Mouhoud et al., 2009), et certaines ont trouvé des résultats mitigés sur les effets induits (ou de débordement) des IDE (Kokko, 1998, Blomstrom et Kokko, 1998). Pour certains auteurs, les IDE n’ont pas d’effets distributifs sur la croissance et le développement humain. En réalité, les effets de débordement ou de contagion dépendent de la capacité d’absorption du pays d’accueil et de sa capacité à bénéficier des spillovers destinés à améliorer la croissance. Aussi, les conditions internes de chaque pays d’accueil sont déterminantes pour attirer les IDE et les transformer en des mécanismes de débordement sur l’appareil local de production.

13La figure 5 montre que dans les petites économies insulaires en développement, les investissements directs étrangers se concentrent de manière significative dans un seul pays, Singapour. De 2002 à 2011, ce pays à attirer 290 milliards d’IDE soit près de 80 % des flux nets d’IDE reçus par l’ensemble des PEID. En dehors de Singapour, ces flux sont allés en direction d’un petit nombre de PEID tels que : la République dominicaine, Bahreïn, Trinidad et Tobago, la Nouvelle-Calédonie, la Jamaïque, les Bahamas, et la Barbade.

Figure 5. Investissements directs étrangers dans les PEID de 2002 à 2011 (en milliards de dollars courants)

Figure 5. Investissements directs étrangers dans les PEID de 2002 à 2011 (en milliards de dollars courants)

Source : Indicateurs de développement de la Banque Mondiale (WDI, 2012)

2.3. Rôle de la dette extérieure

14Il existe deux courants de pensée qui s’opposent sur la théorie économique de l’endettement extérieur et de son incidence sur la croissance : les keynésiens et les néoclassiques. Pour les keynésiens, l’endettement n’entraîne de charges ni pour les générations actuelles ni pour les générations futures, en raison notamment de l’effet d’accélérateur qu’il induit sur l’investissement et la production, et de la relance de la demande qu’il provoque. En revanche, les néoclassiques assimilent l’endettement à un impôt futur dont le principal responsable serait l’état. Selon eux, l’endettement défavoriserait l’accumulation du capital et serait un obstacle à l’accroissement de la consommation des générations présentes et futures. La théorie du surendettement (ou debt overhang) suggère que les emprunts, au-delà d’un certain seuil, ont des effets pervers sur la croissance économique, et pour la plupart du temps, il est lié à un triple déséquilibre : déséquilibre épargne-investissement, déficit budgétaire, et déficit de la balance courante. La plupart des études économétriques qui ont été effectuées sur un panel de pays attribuent à l’endettement excessif un effet négatif sur le taux de croissance (Eichengreen et Portes, 1986 ; Elbadawi et al., 1996 ; Patillo et al., 2004). Pour les études spécifiques menées au niveau des pays, les avis divergent. Certains auteurs comme Borensztein (1990) considèrent que la dette est une variable qui agit négativement sur la croissance aux Philippines, tandis que d’autres travaux, tels que ceux de Wejeweera et al. (2005), soutiennent que la croissance économique et l’endettement au Sri Lanka ont eu sur la période 1952-2002, un impact positif sur la croissance. Enfin, Desta (2005) souligne que ce n’est pas le paiement du service de la dette qui entrave la croissance dans les PED, mais plutôt le taux de change effectif réel et l’inflation. En définitive, la plupart des études consacrées à l’endettement des pays en développement arrivent à la conclusion que lorsque cet endettement est excessif et dépasse un certain seuil, il constitue un élément pénalisant pour le développement économique. Dans les petites économies insulaires en développement, l’essentiel de la dette sert à financer les services publics et les déficits budgétaires.

15La figure 6 ci-dessous, montre qu’en 2010, 14 petites économies insulaires en développement ont enregistré une dette publique (externe et interne) qui dépassait 60 % de leur PIB. Huit autres, la plupart situées dans la Caraïbe, affichent des ratios d’endettement sur PIB qui excèdent les 100 %. Par exemple, la dette publique de Saint-Kitts-et-Nevis a enregistré plus de 192 % de son PIB. Le FMI a identifié 9 petites économies insulaires qui sont soit en détresse d’endettement soit à grand risque. Il s’agit des Comores, de la Grenade, la Guinée-Bissau, Haïti, les Maldives, Sao Tomé et Principe, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et les Grenadines et Tonga.

Figure 6. Les PEID dont la dette dépasse 60 % de leur PIB en 2010

Figure 6. Les PEID dont la dette dépasse 60 % de leur PIB en 2010

Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale

2.4. Rôle des transferts de fonds des migrants

16Les migrants contribuent-ils par leurs transferts de fonds, à la croissance et au développement humain dans leur pays d’origine ? Plusieurs études ont tenté de répondre à cette question, en évaluant la contribution des transferts de fonds de la diaspora à la croissance économique et au bien-être des habitants. Un débat s’est engagé sur une large palette de questions liées à ces transferts. Les thèmes retenus incluent les déterminants des transferts de fonds, les circuits empruntés pour opérer ces transferts, et l’impact économique de ces opérations sur les pays destinataires. Aussi, la littérature consacrée à l’impact des transferts des migrants sur la croissance économique et sur le bien-être des habitants est abondante. On distingue à ce sujet deux types d’études, celles qui se concentrent sur les effets microéconomiques de ces transferts, et celles qui se focalisent sur les effets macroéconomiques. Au plan macroéconomique, la plupart des études considèrent que les transferts des migrants agissent positivement sur le développement économique du pays d’origine et sur le niveau de vie des ménages (Adams et al., 2003). Cependant, de rares études aboutissent à des conclusions inverses. Citons à ce sujet celle de Chami et al. (2005) qui montre l’existence d’une relation inverse entre les transferts de fonds des migrants et le taux de croissance du PIB dans un certain nombre de pays en développement, et celle de Guiliano et Ruiz-Arranz (2009) qui aboutit à la même conclusion. Ces auteurs soutiennent que les transferts de fonds des migrants ont une incidence sur la croissance économique, principalement dans les pays dont le secteur financier est peu développé. Le constat est que les transferts de fonds effectués par les émigrés constituent aujourd’hui une source externe de capitaux en augmentation régulière, alors que l’investissement direct étranger et les mouvements de capitaux ont chuté de manière spectaculaire ces dernières années, notamment en raison de la récession qui a frappé les pays à haut revenu. Selon la Banque mondiale (2016), les transferts de la diaspora en direction des pays en développement s’élevaient en 2012 à 510 milliards de dollars, soit un montant trois fois supérieur à celui de l’aide publique au développement. Ces transferts représentent ainsi une part substantielle et croissante des flux internationaux de capitaux. Une partie de ces apports de fonds des migrants est utilisée par certains pays pour constituer des réserves de devises, qui deviennent alors une sorte d’autoassurance contre la fébrilité des flux de capitaux internationaux. La figure suivante présente le niveau des transferts de fonds reçus par les PEID durant la période 2002-2011, par groupe de revenu. Parmi les pays pour lesquels on dispose de données, on constate qu’en valeur absolue, la République dominicaine et la Jamaïque sont les PEID qui ont reçu le plus de transferts de fonds de leur diaspora. En revanche, dans d’autres PEID, la part des transferts de fonds dans le PIB a été plus élevée, dépassant même 15 % de leur PIB. C’est le cas de Saoma, Guyana, Tonga et Haïti. Ces résultats montrent l’importance cruciale des transferts de fonds des migrants pour les PEID les plus pauvres.

Figure 7. Transferts de fonds des migrants reçus par les PEID, en milliards de $ et en pourcentage du PIB, de 2002 à 2011

Figure 7. Transferts de fonds des migrants reçus par les PEID, en milliards de $ et en pourcentage du PIB, de 2002 à 2011

Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)

17Ainsi, tant en volume qu’en pourcentage, les transferts de fonds des migrants jouent un rôle significatif dans la croissance et le développement humain des pays en développement, et ce, par plusieurs canaux de transmission. Tout d’abord, les destinataires de ces transferts obtiennent une source de revenus supplémentaire qui contribue à soutenir la consommation, qui stimule la demande locale, et ce faisant, est susceptible d’améliorer les conditions de vie des plus démunis. D’autre part, ces transferts facilitent l’accumulation de capital et contribuent à briser le cercle vicieux du sous-développement et à sortir les pays à faible revenu de « la trappe à pauvreté ».

3. Évaluation de l’impact des sources externes de financement du développement sur la croissance et le bien-être social : cas d’Haïti.

3.1. Méthodologie

18La méthodologie adoptée dans cette étude vise à tester dans le cas d’Haïti, les relations de cause à effet qui existent entre sources externes de financement du développement, croissance économique et développement humain. Une équation de croissance, dans la lignée de celle de Barro (1998) et de celle de Kosack et Tobin (2006) est employée à cette fin, utilisant pour ce faire, la technique de cointégration, un modèle à correction d’erreur, et les tests de causalité de Granger, sur des données, couvrant la période 1995-2015. Cette évaluation se fera en trois étapes : tests de racine unitaire, tests de cointégration de Johansen, tests de causalité de Granger dans le cadre d’un modèle à correction d’erreur. Il convient auparavant de spécifier le modèle et de décrire les données qui y sont attachées.

19Spécification du modèle

20Pour estimer l’équation de croissance, nous considérerons deux spécifications : l’une a pour variable dépendante, le taux de croissance de l’indice de développement humain (dIDH), et l’autre, toujours comme variable dépendante, le taux de croissance du PIB par habitant (dPIB_hb). L’idée est de s’assurer de la robustesse des résultats. La forme fonctionnelle de notre modèle est la suivante :
dIDH= ƒ (IDE_PIB, APD_PIB, TFM_PIB, DE_EXP, OUV, dPOP, GOV, dPIB_HB(-1), DUM,)

21Les variables dIDH, IDE_PIB, APD_PIB, TFM_PIB, DE_EXP, et OUV, ont été exprimées en logarithme afin d’éviter les problèmes liés aux effets de grandeur et faciliter les interprétations. La forme linéaire est la suivante :
LdIDHt = α0 + α1dPIB_HB(-1)t + α2LAPD_PIBt + α3LTFM_PIBt + α4LDE_EXPt + α5LIDE_PIBt + α6LOUVt + α7dPOPt + α8GOVt + α9DUMt + εt

22Cette équation permet d’effectuer une évaluation de l’incidence des sources de financement externe du développement sur l’indice de développement humain (proxy du bien-être des habitants). Au plan théorique, le modèle repose sur quatre hypothèses qu’il conviendra par la suite de vérifier :

  • h1 : le développement humain est associé positivement à une bonne qualité de gouvernance et des institutions.

  • h2 : plus un pays est engagé dans le développement humain, plus l’aide consacrée à ce pays contribue au bien-être des habitants.

  • h3 : les investissements directs étrangers accélèrent la croissance et le développement humain dans les pays à haut niveau de capital humain et les entravent dans le cas contraire.

  • h4 : dans les pays à faible revenu, le ratio dette sur exportations est associé négativement à la croissance économique et au développement humain.

23Description des données

24Les variables explicatives sont les suivantes : l’investissement direct étranger, exprimé en pourcentage du PIB (IDE_PIB), l’aide publique au développement, en pourcentage du PIB (APD_PIB), les transferts de fonds des migrants, en pourcentage du PIB (TFM_PIB), le ratio dette extérieure sur exportations (DE_EXP) qui définit le ratio de l’encours total de la dette en fin d’année sur exportations de biens et services.

25Les variables de contrôle sont : le degré d’ouverture au commerce international (OUV), mesuré par la somme des importations et des exportations, rapportée au PIB. Le modèle est enrichi par l’introduction d’une variable relative à la gouvernance et à la qualité des institutions (GOV). L’utilisation de cette variable dans ses travaux, a permis à Elinor Ostrom d’obtenir en 2009, le prix Nobel d’économie. Laporta (1997) ainsi que Daron Acemoglu (2001) l’ont également utilisé dans leur modèle de croissance. Cette variable exprime la qualité de la gouvernance et des institutions d’un état, à travers un indice qui agrège six indicateurs, compilés par Kaufman, Kraay et Mastruzzi (2009). Les scores proposés vont de (-2,5) pour les états qui réalisent de médiocres résultats en termes de gouvernance, à (+2,5) pour ceux qui affichent une bonne qualité de gouvernance. Le taux de croissance du PIB par habitant décalé d’une période est également utilisé comme variable de contrôle. Enfin, nous introduisons une variable indicatrice (DUM) qui permet de voir, l’implication du tremblement de terre de 2010 en Haïti sur la croissance et le bien-être social dans ce pays. Cette variable prend la valeur de 1 en 2010, et 0 ailleurs.

26Les données utilisées sont issues des indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2015), des tableaux statistiques nationaux, élaborés par l’université de Pennsylvanie (Penn World Table, 6.1), des rapports annuels sur le développement humain du PNUD, du manuel statistique 2015 de la CNUCED, et des statistiques économiques de la Division des affaires économiques et sociales des Nations Unies.

27Pour aboutir aux résultats, nous utiliserons les développements récents de l’économétrie, en adoptant comme indiqué précédemment, une approche en trois étapes, à savoir :

  1. les tests de racine unitaire
    Ces tests permettent d’identifier la présence de racine unitaire dans une série. Une série chronologique est stationnaire si elle ne comporte ni tendance ni saisonnalité. Le test de Dickey_Fuller augmenté sera employé à cet effet. Dans ce test, on cherchera à vérifier l’hypothèse nulle contre l’hypothèse alternative.

  2. les tests de cointégration de Johansen
    L’étude de la cointégration permet de tester l’existence d’une relation stable de long terme entre des variables non stationnaires, en incluant des variables retards et des variables exogènes. Il existe plusieurs tests de cointégration, le plus général étant celui de Johansen. Quel que soit le test retenu, il n’a de signification que sur des séries non stationnaires longues. Par conséquent, l’analyse de la cointégration permet d’identifier clairement la relation véritable entre les variables, en recherchant l’existence d’un vecteur de cointégration et en éliminant son effet le cas échéant.

  3. Modèle à correction d’erreur et causalité au sens de Granger
    Sur le plan théorique, la mise en évidence de relations causales entre des variables économiques fournit des éléments de réflexion propices à une meilleure compréhension des phénomènes économiques. De manière pratique <the causal knowledge> est nécessaire à une formulation correcte de la politique économique (Bourbonnais, 2003). La présence d’une relation de cointégration entre deux variables, engendre l’existence d’une relation causale dans au moins une direction. Cette relation causale peut être analysée grâce au test de causalité de Granger qui s’appuie sur le modèle vectoriel à correction d’erreur (VECM).

28Selon le théorème de représentation de Granger, tout système cointégré implique l’existence d’un mécanisme à correction d’erreur qui empêche les variables de trop s’écarter de leur équilibre à long terme. Dans notre cas, si les variables étudiées sont cointégrées, on déduit qu’il existe un mécanisme à correction d’erreur.

3.2. Présentation et explication des résultats

29Tout d’abord, une estimation naïve du modèle à long terme, sous le logiciel <Eviews 9.5> donne les résultats suivants :

Figure 8. Estimation naïve du modèle de départ

Figure 8. Estimation naïve du modèle de départ

Source : calculs de l’auteur

30Daprès ces résultats, cette régression est de bonne qualité. Le R2 indique que 94 % de la variation du taux de croissance de l’indice de développement humain en Haïti sont expliqués par les variations des différents flux internationaux de capitaux. Mais au vu des tests de significativité des coefficients, les résultats se révèlent non concluants pour la plupart des exogènes. Un examen plus approfondi des relations qu’entretiennent les variables explicatives avec l’indice de développement humain s’impose donc. Cet examen est effectué ci-après par une analyse des propriétés des séries chronologiques du modèle, en commençant par les tests de stationnarité des séries.

31Afin d’examiner la présence de racine unitaire, les tests de Dickey-Fuller augmentés (ADF) ont été appliqués. Les résultats exposés dans la figure 9 montrent l’existence de séries non stationnaires, mais qui sont intégrées en différence première.

Figure 9. Tests de stationnarité sur les variables utilisées

Variables

c ou ct

ADF (en niveau)

p- value

ADF en différence première

p –value

dPIB_hb

C

ct

-3.36**

-3.12

0.03

0.13

-4.31*

-4.37**

0.00

0.01

APD_pib

C

ct

-1.90

-2.35

0.32

0.39

-3.65**

-3.53***

0.01

0.06

IDE_pib

C

Ct

-2.35

-3.91**

0.16

0.03

-5.00*

-4.87*

0.00

0.00

TFM_pib

c

ct

-4.96*

-9.39*

0.00

0.00

-3.43**

-3.60**

0.02

0.05

DE_exp

C

ct

-3.26**

-4.69*

0.03

0.00

-4.59*

-4.18**

0.00

0.02

OUV

C

ct

-1.30

-3.30***

0.60

0.10

-3.86*

-3.77**

0.00

0.04

GOV

C

ct

-0.79

-2.45

0.80

0.34

-5.29*

-5.25*

0.00

0.00

Didh

C

ct

-11.73*

-3.12*

0.00

0.00

-4.31*

-4.37**

0.00

0.01

DUM

C

ct

-3.08**

-3.16

0.04

0.12

-4.74*

-4.61*

0.00

0.00

*, **, et *** indiquent respectivement la significativité au seuil de 1, 5, et 10 %.

c= constante ; et ct= constante et trend.

Source : calculs de l’auteur à partir de Eviews 9.5

32Un autre test à réaliser lorsqu’on travaille avec des séries temporelles est celui de la cointégration dont le but est de détecter si des variables possèdent une racine unitaire et une tendance stochastique commune. Si tel est le cas, il existe une relation d’équilibre de long terme entre les variables. Pour tester la présence d’une relation d’équilibre entre les variables, le test de cointégration de Johansen a été utilisé dont les résultats sont présentés ci-après :

Figure 10. Résultats des tests de co-intégration de Johansen

Unrestricted Cointegration Rank Test (Trace)

Hypothesized

Trace

0.05

No. of CE(s)

Eigenvalue

Statistic

Critical Value

Prob.**

None *

 0.999980

 379.4886

 95.75366

 0.0001

At most 1 *

 0.980527

 173.9579

 69.81889

 0.0000

At most 2 *

 0.879711

 99.12219

 47.85613

 0.0000

At most 3 *

 0.742925

 58.88291

 29.79707

 0.0000

At most 4 *

 0.716829

 33.07356

 15.49471

 0.0001

At most 5 *

 0.380603

 9.101174

 3.841466

 0.0026

 Trace test indicates 6 cointegrating eqn(s) at the 0.05 level

 * denotes rejection of the hypothesis at the 0.05 level

 **MacKinnon-Haug-Michelis (1999) p-values

Unrestricted Cointegration Rank Test (Maximum Eigenvalue)

Hypothesized

Max-Eigen

0.05

No. of CE(s)

Eigenvalue

Statistic

Critical Value

Prob.**

None *

 0.999980

 205.5307

 40.07757

 0.0001

At most 1 *

 0.980527

 74.83570

 33.87687

 0.0000

At most 2 *

 0.879711

 40.23928

 27.58434

 0.0007

At most 3 *

 0.742925

 25.80935

 21.13162

 0.0102

At most 4 *

 0.716829

 23.97238

 14.26460

 0.0011

At most 5 *

 0.380603

 9.101174

 3.841466

 0.0026

 Max-eigenvalue test indicates 6 cointegrating eqn(s) at the 0.05 level

 * denotes rejection of the hypothesis at the 0.05 level

 **MacKinnon-Haug-Michelis (1999) p-values

Source : calculs de l’auteur

33Ce test dénote l’existence, au seuil de significativité de 5 %, de 6 équations de cointégration avec le test de la trace et de 6 équations de cointégration avec celui de Max-Eigen Statistic. L’hypothèse de cointégration étant vérifiée, on peut donc conclure que c’est un modèle à correction d’erreur. La figure ci-dessous expose les coefficients de l’équation de cointégration.

Figure 11. Les coefficients de l’équation de cointégration (erreur type entre parenthèses)

Normalized cointegrating coefficients (standard error in parentheses)

LIDH

LAPD_PIB

LDE_EXP

LTFM_PIB

LIDE_PIB

DPIB_HB

 1.000000

 0.005810

-0.007420

-0.051841

-0.019250

-0.003275

 (0.00016)

 (0.00012)

 (0.00015)

 (6.3E-05)

 (2.2E-05)

Source : calculs de l’auteur

34La relation normalisée devient :
d(LIDH)= -0.006 d(LAPD_PIB) + 0.007 d(LDE_EXP) + 0.05 d(LTFM_PIB) + 0.02 d(LIDE_PIB) + 0.003 d(dPIB_HB)

35Cette équation indique qu’à long terme, seuls les transferts de fonds des migrants et l’investissement direct étranger ont une incidence positive sur le développement humain en Haïti. En d’autres termes, une augmentation de 1 % des transferts de fonds des migrants, entraînerait toutes choses égales par ailleurs, une amélioration de 0.5 % des conditions de vie des ménages haïtiens. De même, une hausse de 1 % de l’investissement direct étranger, engendrerait toutes choses égales par ailleurs, une amélioration de 0.2 % du bien-être des habitants. En revanche, la croissance économique n’améliore que très faiblement les conditions de vie des habitants, tandis que l’aide publique au développement est corrélée négativement au développement humain. Quant au modèle à correction d’erreur, en intégrant des variables exogènes telles que : l’ouverture au commerce international, la croissance démographique, la gouvernance et la qualité des institutions, et une variable muette, on obtient les résultats suivants :

Figure 12. : Résultats de l’estimation du modèle à correction d’erreur

Figure 12. : Résultats de l’estimation du modèle à correction d’erreur

Source : calculs de l’auteur

36Les résultats du modèle à correction d’erreur montrent qu’à court terme, les fluctuations du taux de croissance du PIB par habitant sont expliquées à 97 % par les variables du modèle, et à 69 % par celles du taux de croissance du développement humain. Le coefficient associé au terme d’erreur de l’équation (cointEq1) affiche le bon signe. Par ailleurs, toutes les variables du modèle sont associées négativement au taux de croissance du PIB par habitant ainsi qu’au taux de croissance du développement humain, à l’exception des transferts de fonds des migrants, de l’investissement direct étranger, de l’ouverture au commerce international, de la gouvernance et des institutions. Enfin, les tests de causalité de Granger présentés ci-dessous confortent les résultats précédents.

Figure 13. Résultats du test de causalité de Granger

 Null Hypothesis:

Obs

F-Statistic

Prob. 

 LDIDH does not Granger Cause LDPIB_HB

 6

 105.598

0.0686

 LDPIB_HB does not Granger Cause LDIDH

 2.32334

0.4208

 LAPD_PIB does not Granger Cause LDPIB_HB

 6

 2.63129

0.3996

 LDPIB_HB does not Granger Cause LAPD_PIB

 6.60733

0.2652

 LDE_EXP does not Granger Cause LDPIB_HB

 6

 1.89193

0.4572

 LDPIB_HB does not Granger Cause LDE_EXP

 0.65495

0.6580

 LTFM_PIB does not Granger Cause LDPIB_HB

 6

 28.4457

0.1314

 LDPIB_HB does not Granger Cause LTFM_PIB

 34.8100

0.1190

 LIDE_PIB does not Granger Cause LDPIB_HB

 6

 62.2498

0.0893

 LDPIB_HB does not Granger Cause LIDE_PIB

 19.3132

0.1589

 LAPD_PIB does not Granger Cause LDIDH

 19

 0.46991

0.6346

 LDIDH does not Granger Cause LAPD_PIB

 3.93864

0.0439

 LDE_EXP does not Granger Cause LDIDH

 19

 0.23914

0.7905

 LDIDH does not Granger Cause LDE_EXP

 1.95705

0.1780

 LTFM_PIB does not Granger Cause LDIDH

 19

 5.65155

0.0159

 LDIDH does not Granger Cause LTFM_PIB

 0.98892

0.3965

 LIDE_PIB does not Granger Cause LDIDH

 19

 0.99461

0.3946

 LDIDH does not Granger Cause LIDE_PIB

 2.19771

0.1479

 LDE_EXP does not Granger Cause LAPD_PIB

 19

 0.26559

0.7705

 LAPD_PIB does not Granger Cause LDE_EXP

 15.0169

0.0003

 LTFM_PIB does not Granger Cause LAPD_PIB

 19

 2.52091

0.1161

 LAPD_PIB does not Granger Cause LTFM_PIB

 2.94411

0.0856

 LIDE_PIB does not Granger Cause LAPD_PIB

 19

 0.09059

0.9139

 LAPD_PIB does not Granger Cause LIDE_PIB

 1.59614

0.2374

 LTFM_PIB does not Granger Cause LDE_EXP

 19

 1.56821

0.2429

 LDE_EXP does not Granger Cause LTFM_PIB

 1.10702

0.3578

 LIDE_PIB does not Granger Cause LDE_EXP

 19

 0.99279

0.3952

 LDE_EXP does not Granger Cause LIDE_PIB

 1.62076

0.2327

 LIDE_PIB does not Granger Cause LTFM_PIB

 19

 0.08421

0.9197

 LTFM_PIB does not Granger Cause LIDE_PIB

 8.47029

0.0039

Source : calculs de l’auteur

37Ces résultats montrent qu’au sens de Granger, et au seuil de significativité de 5 %, les transferts de fonds des migrants causent le développement humain, ces transferts de fonds causent également l’investissement direct étranger. Enfin, le développement humain cause l’aide publique au développement.

4. Recommandations stratégiques et conclusion

38Sept ans après le tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, les flux d’aide diminuent de même que les investissements directs étrangers. Le pays est confronté à d’importants défis, à des pressions budgétaires, fiscales et commerciales sans précédent. L’accès à la plus importante source d’endettement étranger — les prêts concessionnels du Venezuela au titre du programme Petrocaribe — s’amenuise, en raison notamment de la baisse des cours du pétrole ainsi que des difficultés économiques et politiques actuelles du Venezuela. Dans ces conditions, comment s’adapter à la baisse de l’aide étrangère et à celle des IDE, comment mobiliser davantage de ressources internes, accroître l’efficacité des dépenses et préserver les fragiles acquis sociaux obtenus, en ces temps extrêmement difficiles ?. En deux mots, quelles sont les stratégies à mettre en œuvre, en matière de financement du développement pour permettre à Haïti d’atteindre d’ici à 2030, les objectifs de développement durable, adoptés à Addis Abeba en 2015 par la communauté internationale ? Sans prétendre à l’exhaustivité, nous proposons ci-après les principales recommandations dans le domaine du financement durable, pour aider ce pays à sortir du cercle vicieux de la pauvreté et à trouver les voies d’une croissance durable et auto-entretenue.

39Principales recommandations en matière de financement du développement durable en Haïti.

  1. Optimiser les synergies entre les filières de financement.
    Les différents types de financement doivent être utilisés dans une optique intégrée et se compléter au lieu de se substituer les uns aux autres.

  2. Accroître la mobilisation des recettes fiscales.
    Les contributions financières étrangères diminuant, Haïti devra tirer davantage de ressources de l’économie nationale. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre en place un nouveau régime fiscal et d’accroître l’assiette fiscale.

  3. Envisager des financements mixtes (blended finance).
    En associant des capitaux et moyens publics et privés dans le cadre de partenariats innovants. Bien conçue, la finance mixte permet aux gouvernements d’utiliser des fonds publics pour lever des capitaux privés, en partageant les risques et les rendements. Elle peut être utilisée dans toute une série de domaines, tels que les projets d’infrastructure et l’innovation.

  4. Faire reposer l’endettement extérieur et l’aide publique au développement sur des objectifs visant à stimuler la croissance économique.
    Selon des exercices de simulation effectués par la Banque mondiale (2016), le niveau d’extrême pauvreté descendrait à 3 % d’ici à 2030 si la croissance globale de l’économie haïtienne atteignait environ 4 % par an et si les revenus des 40 % de ménages situés au bas de l’échelle de distribution des revenus progressaient à un rythme deux fois supérieur à ce taux.
    Mais, quelles mesures seraient nécessaires pour obtenir ce résultat ?

    1. Des services de santé et d’éducation de qualité.
      Ces services contribuent en général à relever les revenus au bas de l’échelle de distribution des revenus.

    2. La stabilité politique
      Les périodes de calme politique favorisent également la progression du groupe figurant au bas de l’échelle et contribuent à donner confiance aux investisseurs.

    3. L’amélioration des infrastructures.
      Elle est un important facteur de croissance des revenus pour l’ensemble des catégories de population.

    4. Une conduite équitable et efficiente des affaires publiques

  5. Mieux contrôler les dépenses d’investissement public
    Ce contrôle a pour but d’améliorer l’accès aux services d’électricité, au réseau routier, à l’hygiène du milieu, à l’adduction d’eau, aux télécommunications et à stimuler la croissance économique.

  6. Faciliter les courants d’envois de fonds des migrants et l’aide privée au développement.
    Les décideurs et les institutions financières internationales devraient dans ce domaine, étudier les approches innovantes et introduire des incitations à investir dans des activités productives, y compris en émettant des « bons de la diaspora ».

Conclusion

40L’objectif principal de l’étude était de montrer comment les sources de financement du développement durable impactent la performance économique et le développement humain dans les petites économies insulaires en développement. Le but était de vérifier les variables qui influencent positivement ou négativement le taux de croissance de l’économie ainsi que le développement humain. Un modèle de croissance a été employé à cet effet, et ce, dans un cadre de cointégration. Haïti, qui est considéré à la fois comme une PEID et comme un PMA a servi de référence et d’étude de cas dans cet exercice. Au terme de notre analyse, il ressort clairement qu’au plan théorique, les résultats enregistrés apparaissent conformes aux hypothèses initialement retenues. Ces résultats montrent que (i) le principal obstacle à la mobilisation des capitaux dans les PEID à faible revenu, réside dans le faible ratio épargne/investissement, (ii) dans le cas d’Haïti, ils révèlent qu’à long terme comme à court terme, parmi les flux internationaux de capitaux irriguant l’économie de ce pays, seuls les transferts de fonds des migrants et l’investissement direct étranger ont une incidence positive sur le développement humain. L’aide publique au développement ainsi que la dette extérieure n’améliorent pas les conditions de vie des habitants. Quant à la croissance économique, son incidence est mineure sur le bien-être social dans ce pays.

Haut de page

Bibliographie

Ali, S. (2014). Foreign capital flows and economic growth in Pakistan: An empirical analysis’, World applied sciences journal 29 (2): 193–201.

Bain, J.S. (1951). ‘Relationship of Profit Rate to Industry Concentration in American Manufacturing, 1936–1940’, Quarterly Journal of Economics 65: 293–324.

Bandow, D. & I. Vásquez (1994). ‘Introduction: The Dismal Legacy and False Promise of Multilateral Aid’, in Bandow, D., and I. Vásquez, eds., Perpetuating Poverty: The World Bank, the IMF, and the Developing World, Washington D.C., Cato Institute: 1–12.

Banque mondiale (2016). « Mieux dépenser, mieux servir », Revue des finances publiques en Haïti.

Barro, R.J. (1998). Determinants of Economic Growth: A Cross-Country Empirical Study, Cambridge, Mass: MIT Press.

Barro, R.J. & X. Sala-i-Martin (1997). ‘Technological Diffusion, Convergence, and Growth’, Journal of Economic Growth 2(1): 1–26.

Bauer, P. (1991). ‘Foreign Aid: Mend It or End It?’, in Bauer, P., S. Siwatibauand, and W. Kasper, eds., Aid and Development in the South Pacific, Australia: Center for Independent Studies.

Beck, T. & L. Laeven (2006). ‘Resolution of Failed Banks by Deposit Insurers: Cross-Country Evidence’, Policy Research Working Paper, 3920, The World Bank, Washington D.C.

Benmamoun et al. (2013). ‘Financing growth: Comparing the effects of FDI, ODA, and international remittances’, Journal of economic development.

Blomstrom, M. & A. Kokko (1998). ‘The Economics of Foreign Direct Investment Incentives’, NBER Working Papers, Available at http:// www.nber.org/papers/w9489/.

Blomstrom, M. & A. Kokko (2003). ‘Multinational Corporations and Spillovers’, Journal of Economic Surveys 12(2): 1–31.

Blundell, R. & S. Bond (1998). ‘Initial Conditions and Moment Restrictions in Dynamic Panel Data Models’, Journal of Econometrics 87(1):115–143.

Boone, P. (1994). The Impact of Foreign Aid on Savings and Growth, Mimeo, London School of Economics.

Boone, P. (1996). ‘Politics and the Effectiveness of Foreign Aid’, European Economic Review 40:289–329.

Borensztein, E., J. De Gregorioand & J.W. Lee (1998). How Does Foreign Direct Investment Affect Economic Growth?, Journal of International Economics 45(1): 115–135.

Bourguignon, F. (2006). ‘Global Economic Prospects, 2006: Economic Implications of Remittances and Migration’, The World Bank, Available at http://econ.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/EXTDEC/EXTDECPROPK:1026834~pagePK:64167702~piPK:64167676~theSitePK:1026804,00.html/.

Buckley, P.J. (1990). ‘Problems and Developments in the Core Theory of International Business’, Journal of International Business Studies 21(4): 657–665.

Burnside, C. & D. Dollar (2000). ‘Aid, Policies, and Growth’, American Economic Review, 90(4): 847–868.

Campos, N.F. & Y. Kinoshita (2002). ‘Foreign Direct Investment as Technology Transferred: Some Panel Evidence from the Transition Economies’, The Manchester School 70(3): 398–419.

Carkovic, M. & R. Levine (2002). ‘Does Foreign Direct Investment Accelerate Economic Growth?’, University of Minnesota Department of Finance Working Paper, 62 Mamoun Benmamoun And Kevin Lehnert Availabe at http://www.econ.brown.edu/fac/Ross_Levine/Publication/Forthcoming/Forth_moran_FDI and Growth.pdf/.

Casson, M. (2007). ‘Multinational Enterprises: Their Private and Social Benefits and Costs’, World Economy 30(2): 308–328.

CBO (2005). Remittances: International Payments by Migrants’, Congressional Budget Office Papers, Availabe at http://www.cbo.gov/ftpdocs/63xx/doc6366/05-19-Remittances.pdf/.

Clarke, G. & S. Wallsten (2004). Do Remittances Protect Households in Developing Countries Against Shocks? Evidence from a Natural Disaster in Jamaica, Washington, D.C., World Bank.

Colen, L., M. Maertens & J. Swinnen (2012). ‘Foreign Direct Investment as an Engine for Economic Growth and Human Development: A Review of the Arguments and Empirical Evidence’, in O. De Schutter, J. Swinnen & J. Wouters (eds.), Foreign Direct Investment and Human Development: The Law and Economics of International Investment Agreements, Routledge, Abingdon, UK.

Curvo-Cazurra, A. (2006). ‘Who Cares About Corruption?’, Journal of International Business Studies, 37: 807–822.

De Soto, H. (2000). The Mystery of Capital: Why Capitalism Triumphs in the West and Fails Everywhere Else, New York: Basic Books.

Division des affaires économiques et sociales de l’ONU (2013). Financing for sustainable development in small island developing states (SIDS)’, http://sustainabledevelopment.un.org/.../50593611153FFSD_SIDS_final.PDF

Driffield, N. & C. Jones (2013). ‘Impact of FDI, ODA and migrant remittances on economic growth in developping countries: A systems approach’, The European Journal of Development Research 25(2): 173–196.

Dustmann, C. & O. Kirchamp (2001). ‘The Optimal Migration Duration and Activity Choice After Re-Migration’, IZA Discussion Paper, 266, Institute for the Study of Labor (IZA).

Easterly, W.R. (2006). ‘The White Man’s Burden: Why the West’s Efforts to Aid the Rest Have Done So Much Ill and So Little Good’, Economic and Statistics 82(1): 1–11.

Eden, L. (2009). ‘Letter from the Editor-in-Chief: FDI Spillovers and Linkages’, Journal of International Business Studies 40(7): 1065–1069.

Edison, H.J., R. Levine, L. Riccia & T. Sløka (2002). ‘International Financial Integration and Economic Growth’, Journal of International Money and Finance 21(6): 749–776.

Eicher, T. & T. Schreiber (2007). ‘Institutions and Growth: Time Series Evidence from Natural Experiments’, Working Paper, 2007-15, University of Washington.

Fauzel, S. (2016). ‘Modelling the relationship between FDI and financial development in small island economies. A PVAR approach’, Theoretical Economics Letters 6: 367–375.

Globerman, S. & D. Shapiro (1999). ‘The Impact of Government Policies on Foreign Direct Investment: The Canadian Experience’, Journal of International Business Studies 30: 513–532.

Globerman, S. & D. Shapiro (2003). ‘Governance Infrastructure and US Foreign Direct Investment’, Journal of International Business Studies 34(1): 19–39.

Government Accountability Office (2005). ‘International Remittances: Information on Products, Costs, and Consumer Disclosures’, Report to the Committee on Banking, Housing, and Urban Affairs, U.S. Senate, GAO-06-204.

Grabel, I. (2008). ‘The Political Economy of Remittances: What Do We Know? What Do We Need to Know?’, Political Economy Research Institute Working Paper, 184, Financing Growth: Comparing The Effects Of Fdi, Oda 63 University of Massachusetts-Amherst, Available at http://www.peri.umass.edu/236/hash/ 5b36e26901/publication/324/.

Griffin, K. (2000). ‘The Death and Rebirth of International Economic Cooperation’, in J. Freedman (ed.), Transforming Development: Foreign Aid for a Changing World, Toronto: University of Toronto Press: 101–113.

Haddad, M. & A. Harrison (1993). ‘Are There Positive Spillovers from Direct Foreign Investment? Evidence from Panel Data for Morocco’, Journal of Development Economics 42(1): 51–74.

Hsiao, C. & Y. Shen (2003). ‘Foreign Direct Investment and Economic Growth: The Importance of Institutions and Urbanization’, Economic Development and Cultural Change 51(4): 883–896.

Hymer, S.H. (1970). ‘The Efficiency (Contradictions) of Multinational Corporations’, American Economic Review 60(2): 441–448.

Jalles, J.T. (2011). ‘The Impact of Democracy and Corruption on the Debt-Growth Relationship in Developing Countries’, Journal of Economic Development 36(4): 41–72.

Kaufmann, D., A. Kraay & M. Mastruzzi (2009). ‘Governance Matters VIII: Aggregate and Individual Governance Indicators, 1996–2008’, Policy Research Working Paper, 4978, The World Bank.

Kim, E.J. & W. Shaw (2003). ‘Living Up to the Monterrey Commitments: Raising Aid and Ensuring Its Effectiveness’, The World Bank, Available at http://sisteresources.Worldbank.org/INTRGDF/Resources/GDF2003-Chapter6.pdf/.

Kosack, S. & J. Tobin (2006). ‘Funding Self-Sustaining Development: The Role of Aid, FDI and Government in Economic Success’, International Organization (60): 205–243.

Lipton, M. (1980). ‘Migration from Rural Areas of Poor Countries: The Impact of Rural Productivity and Income Distribution’, World Development 8:1–24.

Lowell, B.L. & R.O. De la Garza (2002). ‘A New Phase in the Story of Remittances’, in R. De la Garza & B.L. Lowell (eds.), Sending Money Home: Hispanic Remittances and Community Development, Lanham, MD: Rowman and Littlefield Publishers: 3–27.

Marshall, M.G. & K. Jaggers (2005). Polity IV Project: Political Regime Characteristics and Transitions, 1800–2004, School of Public Policy, George Mason University.

Mencinger, J. (2003). ‘Does Foreign Direct Investment Always Enhance Economic Growth?’, Kyklos 56(4):491–508.

Meyer, K. (2004). ‘Perspectives on Multinational Enterprises in Emerging Economies’, Journal of International Business Studies 35(4): 259–276.

Meyers, D.W. (2002). ‘Migrant Remittances to Latin America: Reviewing the Literature’, in Lowell, B.L. & R.O. De la Garza (eds.), Sending Money Home: Hispanic Remittances and Community Development, Lanham, MD: Rowman and Littlefield Publishers, Mamoun Benmamoun & Kevin Lehnert: 53–81

Mirza, H. & A. Giroud (2003). ‘Regionalization, Foreign Direct Investment and Poverty Reduction’, Journal of the Asia Pacific Economy 9(2): 223–248.

Mohamed, S.E. & M.G. Sidiropoulos (2010). ‘Another Look at the Determinants of Foreign Direct Investment in MENA Countries: An Empirical Investigation’, Journal of Economic Development 35(2): 75–95.

Nunnenkamp, P. & R. Stracke (2008). ‘Foreign Direct Investment in Post-Reform India: Likely to Work Wonders for Regional Development’, Journal of Economic Development 33(2): 55–84.

OECD (2007). International Development Statistics, Available at http://stats.oecd.org/qwids/.

Orozco, M. (2002). ‘Remittances and Markets: New Players and Practices’, in R. De la Garza & B.L. Lowell (eds.), Sending Money Home: Hispanic Remittances and Community Development, Lanham, MD: Rowman and Littlefield Publishers: 85–99.

Patillo, C, L. Ricci & H. Poirson (2002). ‘External debt and growth’, IMF Working paper, no.02/69.

Peck, F.W. (1996). ‘Regional Development and the Production of Space: The Role of Infrastructure in Attraction of New Inward Investment’, Environment and Planning 28:327–339.

Penn World Table (2002). Version 6.1., http://pwt.econ.upenn.edu/php_site/pwt61_form.php/.

Penrose, E. (1956). ‘Foreign Investment and the Growth of the Firm’, The Economic Journal 66(262): 220–235.

Portes, L.S.V. (2009). ‘Remittances, Poverty and Inequality’, Journal of Economic Development 34(1): 127–140.

Ratha, D. (2003). ‘Workers’ Remittances: An Important and Stable Source of External Development Finance’, The World Bank, Available at http://siteresources.worldbank.org/ INTRGDF/Resources/GDF2003-Chapter7.pdf/.

Roodman, D. (2006). ‘How to Do Xtabond2: An Introduction to “Difference” and “System” GMM in Stata’, Center for Global Development Working Paper, 103, Available at http://www.cgdev.org/files/11619_file_HowtoDoxtabond6_12_1_06.pdf/.

Russell, S.S. (1986). ‘Remittances from International Migration: A Review in Perspective’, World Development 14(6): 677–696.

Rugman, A.M. & A. Verbeke (2009). ‘Multinational Enterprises and Public Policy’, in A. Rugman (ed.), The Oxford Handbook of International Business 2nd, Oxford University Press: 228–255.

Sachs, J.D. (2003). ‘Institutions Don’t Rule: Direct Effects of Geography on Per Capita Income’, NBER Working Paper, 9490.

Serino, M.N.V. & D. Kim (2011). ‘How Do International Remittances Affect Poverty in Developing Countries? A Quantile Regression Analysis’, Journal of Economic Development

36(4): 17–40.

Shivani, P. & T. Rizema (1999). ‘Migrant Worker Remittances, Micro-Finance and the Informal Economy: Prospects and Issues’, International Labor Organization Working Paper, 21, Washington, D.C.

Trevino, L. & K.P. Upadhyaya (2003). ‘Foreign Direct Investment and Economic Financing Growth: Comparing The Effects Of Fdi, Oda 65 Growth: Evidence from Asian Countries’, Transnational Corporations (12): 119–136.

United Nations (2006). ‘International Migration and Development’, Report of the Secretary-General, Available at http://www.un.org/esa/population/hldmigration/Text/Report%20of%20the%20SG(June%2006)_English.pdf/.

UNCTAD (2007). ‘World Investment Report: Transnational Corporations, Extractive Industries and Development’, Available at http://unctad.org/en/Docs/wir2007_en. pdf.

UNCTAD (2011). ‘Foreign Direct Investment in LDCS: Lessons Learned from the Decade 2001–2010 and the Way Forward’, Available at http://www.unctad.org/en/docs/diaeia2011d1_en.pdf/.

Wei, S. (2000). ‘How Taxing is Corruption in International Investors? ’, The Review of Economic and Statistics 82(1): 1–11.

Woodruff, C. & R. Zenteno (2001). ‘Remittances and Micro-Enterprises in Mexico’, The Santa Cruz Center for International Economics, Available at http://sccie.ucsc.edu/documents/working_papers/2001/Remittances_Mexico.pdf/.

World Bank (2006). Global Economic Prospects 2006: Economic Implications of Migration and Remittances, Washington, D.C.: World Bank.

World Bank (2008). World Development Indicators 2012 CD-ROM, Washington, D.C.

World Bank (2010). ‘How We Classify Countries’, The World Bank, Available at http://data.worldbank.org/about/country-classifications/.

Zhao, H. (1995). ‘Technology Imports and Their Impacts on the Enhancement of China’s Indigenous Technological Capability’, Journal of Development Studies 31(4): 585–602.

Zhao, J.H., S.H. Kim & J. Du (2003). ‘The Impact of Corruption and Transparency on Foreign Direct Investment: An Empirical Analysis’, Management International Review (43): 41-62.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Tableau des coefficients de corrélation des variables

Annexe 2 : Liste des petites économies insulaires en développement (PEID) et leurs principales caractéristiques.

Le groupe des petites économies insulaires en développement est composé de 52 pays ou territoires, parmi lesquels 38 sont des états membres de l’ONU. Le reste comprend des états non membres des Nations Unies, des territoires affiliés à des « Métropoles », autonomes ou non, et qui sont membres associés à des commissions régionales des Nations Unies. Les PEID sont situées dans trois zones géographiques : la Caraïbe, l’océan pacifique, et l’océan atlantique- indien-méditerranéen-sud de la Chine (AIMS). La plupart des PEID sont des membres ou des observateurs de l’Alliance des petits états insulaires (APEI) et de la commission ad hoc des Nations Unies pour les PEID. 10 d’entre elles sont reconnues par l’ONU comme faisant partie du groupe des pays les moins avancés (PMA) du monde. Enfin, il convient d’indiquer que la plupart des agences spécialisées de l’ONU considèrent Haïti comme une PEID, tandis que la CNUCED, la Banque mondiale et le FMI ont décidé le contraire, en soulignant que les PEID doivent être classées parmi les pays peuplés de moins de 1,5 million d’habitants ; Haïti étant peuplé aujourd’hui de 10,5 millions d’habitants.

Figure 14 : liste des petites économies insulaires en développement

Pays

Régions

Membres de l’ONU

ADEI

Code

PMA

Groupe de revenus

IDH

(classement)

Samoa américaine

Pacifique

*

ASM

Revenu moyen-élevé

Anguille

Caraïbe

Antigua-et-Barbuda

Caraïbe

ATG

Revenu moyen-élevé

67

Aruba

Caraïbe

ABW

Revenu élevé

Bahamas

Caraïbe

BHS

id

49

Bahreïn

AIMS

BHR

id

48

Barbade

Caraïbe

BRB

id

38

Belize

Caraïbe

BLZ

Revenu faible-moyen

86

Les îles vierges britanniques

Caraïbe

Cap Vert

AIMS

CPV

Revenu faible-moyen

132

Communauté des Mariannes du Nord

Pacifique

Comores

AIMS

COM

Revenu faible

169

Les îles Cook

Pacifique

Cuba

Caraïbe

CUB

Revenu moyen-élevé

59

Dominique

Caraïbe

DMA

id

72

République dominicaine

Caraïbe

DOM

id

96

États fédérés de Micronésie

Pacifique

FSM

Revenu faible-moyen

117

Fidji

Pacifique

FJI

id

96

Polynésie française

Pacifique

PYF

Revenu élevé

Grenade

Caraïbe

GRD

Revenu moyen-élevé

63

Guam

Pacifique

*

GUM

Revenu élevé

Guinée-Bissau

AIMS

GNB

Revenu faible

176

Guyana

Caraïbe

GUY

Revenu faible-moyen

118

Haïti

Caraïbe

HTI

Revenu faible

161

Jamaïque

Caraïbe

JAM

Revenu moyen-élevé

Kiribati

Pacifique

KIR

Revenu faible-moyen

121

Maldives

AIMS

MDV

Revenu moyen-élevé

104

îles Marshall

Pacifique

MHL

Revenu faible-moyen

île Maurice

AIMS

MUS

Revenu moyen-élevé

80

île de Montserrat

Caraïbe

Nauru

Pacifique

Antilles néerlandaises

Caraïbe

*

Nouvelle-Calédonie

Pacifique

NCL

Revenu élevé

Niue

Pacifique

Palau

Pacifique

PLW

Revenu moyen-élevé

52

Papouasie

Nouvelle-Guinée

Pacifique

PNG

Revenu faible-moyen

156

Puerto Rico

Caraïbe

*

PRI

Samoa

Pacifique

WSM

Revenu faible-moyen

96

Sao Tomé et Principe

AIMS

STP

id

144

Les Seychelles

AIMS

SYC

Revenu moyen-élevé

46

Singapour

AIMS

SGP

Revenu élevé

18

Les îles Salomon

Pacifique

SLB

Revenu faible-moyen

143

St-Kitts-et-Nevis

Caraïbe

KNA

Revenu élevé

72

Ste. Lucie

Caraïbe

LCA

Revenu moyen-élevé

88

St-Vincent et les Grenadines

Caraïbe

VCT

id

83

Suriname

Caraïbe

SUR

id

105

Timor oriental

Pacifique

TMP

Revenu faible-moyen

134

Tonga

Pacifique

TON

id

95

Trinidad et Tobago

Caraïbe

TTO

Revenu élevé

67

Tuvalu

Pacifique

TUV

Revenu moyen-élevé

Îles vierges américaines

Caraïbe

*

VIR

Revenu élevé

Vanuatu

Pacifique

VUT

Revenu faible-moyen

124

NB: 1) ADE I (Alliance des petits états insulaires)

2) PMA (Pays les moins avancés)

3) IDH (Indice de développement humain)

Source : Division des affaires économiques et sociales des Nations Unies

En dépit de défis communs, les PEID présentent des caractéristiques diverses sur plusieurs points. Leur population va de 100 000 à plus de 10 millions d’habitants, leur PIB par habitant couvre un large spectre, reflétant des situations économiques différentes. La population totale des PEID s’élevait en 2011 à 64,7 millions d’habitants dont 23 % vivent dans les 10 PMA. Haïti, a lui seul, abrite plus de 70 % de la population des PMA qui font partie du groupe des PEID. Selon le rapport 2013 du PNUD sur le développement humain, le niveau de l’indice de développement humain dans les PEID se situe dans une fourchette allant de très élevé à extrêmement faible. Les PEID diffèrent également par la structure de leurs économies. Quelques-unes d’entre elles sont basées sur des économies de services telles que, les Bahamas, la Barbade ou les Seychelles, tandis que d’autres s’appuient sur l’exploitation de ressources naturelles comme Trinidad et Tobago ou la Papouasie- Nouvelle-Guinée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Formation brute de capital fixe versus Épargne domestique brute dans les PEID (en % du PIB, de 2002 à 2011)
Crédits Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-1.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figure 2. Ratio du crédit bancaire au secteur privé en % du PIB dans les PEID en 2011
Crédits Source : Base de données du développement financier de la Banque mondiale
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 3. Ratio des recettes fiscales/PIB (en %) dans les PEID, de 2002 à 2011
Crédits Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 4. Aide publique au développement nette reçue par habitant en 2011 dans les pieds
Crédits Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-4.png
Fichier image/png, 187k
Titre Figure 5. Investissements directs étrangers dans les PEID de 2002 à 2011 (en milliards de dollars courants)
Crédits Source : Indicateurs de développement de la Banque Mondiale (WDI, 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-5.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 6. Les PEID dont la dette dépasse 60 % de leur PIB en 2010
Crédits Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-6.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 7. Transferts de fonds des migrants reçus par les PEID, en milliards de $ et en pourcentage du PIB, de 2002 à 2011
Crédits Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (WDI, 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-7.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 8. Estimation naïve du modèle de départ
Crédits Source : calculs de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 12. : Résultats de l’estimation du modèle à correction d’erreur
Crédits Source : calculs de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11907/img-10.png
Fichier image/png, 336k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Les modes de financement du développement durable et leur impact sur la croissance et le bien-être social dans les Petites Économies Insulaires en développement. Le cas d’Haïti », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11907 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11907

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals