Navigation – Plan du site
Dossier

L’énergie thermique des mers dans les Outre-mer français : un enjeu stratégique de territoire ?

The Ocean Thermal Energy Conversion (OTEC) in French Overseas: A Strategic Issue for the Territories?
Sylvain Roche

Résumés

La production électrique dans les territoires français d’Outre-mer reste aujourd’hui largement dépendante des énergies fossiles. Le contexte d’environnementalisation des politiques énergétiques, rejoint par les débats actuels autour de la croissance bleue, encourage les îles à se positionner comme des territoires laboratoires des nouvelles technologies écologiques. C’est dans ce terreau favorable à la croisée de plusieurs dynamiques que sont nés des projets d’énergie thermique des mers (ETM), à l’image du projet NEMO à la Martinique. Dans le domaine des énergies marines, c’est sans doute la filière la moins connue du public et pourtant l’une des plus stratégiques. Une science à la croisée de trois secteurs économiques, l’énergie, l’industrie et le maritime, où la France est en pointe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette ambition reste plus ou moins réalisable en fonction de la taille de l’île et du nombre d’habi (...)

1Isolées d’un point de vue énergétique, ne bénéficiant pas d’interconnexion aux réseaux électriques continentaux, les îles doivent trouver des solutions « à l’épreuve du climat » (climate-proofing) pour produire leur propre électricité à partir des ressources locales. En tant que zones non interconnectées (ZNI), c’est-à-dire des territoires dont l’éloignement géographique empêche ou limite une connexion au réseau électrique continental, les îles présentent des particularités géographiques qui demandent la mise en place de stratégies spécifiques. Cette particularité fait des îles des laboratoires à ciel ouvert pour de nouvelles expériences technologiques avec comme objectif l’autonomie énergétique à l’horizon 20301. Pour atteindre cette autosuffisance, les îles misent sur leurs « avantages différenciatifs » (Pecqueur, 2006) en valorisant leurs ressources territoriales spécifiques. Si le concept de patrimoine naturel n’est pas nouveau, la préservation et la valorisation de l’environnement s’inscrivent aujourd’hui dans la perspective d’une gestion du territoire à long terme (Lefeuvre, 1990). La valorisation de certaines ressources énergétiques ne peut alors être dissociée de leur préservation dans le temps, ce qui oriente nécessairement les choix des acteurs sur les territoires insulaires où elles sont produites, et transformées par le vecteur technologique.

2Depuis les études proposées par l’anthropologie des sciences et techniques (Akrich, 1987 ; Latour, 1992) et celles plus récentes en sociologie politique des techniques (Barthe, 2009 ; Hecht, 2014), chacun reconnaît que les « capacités de la technologie ne sont pas neutres » (Piatti, 2001 : 32). L’histoire montre en effet que l’innovation technologique n’est neutre ni politiquement ni socialement (Caron, 2010). Les projets technologiques ont des propriétés politiques qui leur sont propres et répondent à des objectifs politiques précis. Selon Louis Marrou et Nina Soulimant (2011), ces projets sont souvent des vitrines pour un pays, une région ou une filière industrielle. La transition énergétique offrirait ainsi un « rayonnement technopolitique » à ces territoires à travers la modernisation technologique (Crusol, 2007). Selon Gabriele Hecht (2014 : 24) le concept de technopolitique désigne « les pratiques stratégiques qui consistent à concevoir ou à utiliser la technique afin de mettre en place des objectifs politiques, de leur donner forme et de les réaliser. »

  • 2 DCNS est devenu Naval Group en juin 2017.
  • 3 « Demain, l’Outre-mer s’éclairera... à l’eau chaude », Le Parisien, 11/05/2015.

3Nous étudierons ici le cas spécifique des projets ETM actuellement en gestation dans plusieurs îles des Outre-mer. Il s’agit d’utiliser le différentiel de températures entre eaux froides et eaux chaudes pour produire de l’électricité par une machine thermique. L’ETM étant une énergie hautement territorialisée (réservée à la zone intertropicale, là où la température de surface est assez élevée pour assurer un différentiel suffisant avec les eaux froides profondes), elle s’inscrit dans cette démarche de valorisation d’un patrimoine naturel local. En 2030, l’ETM pourrait peser 30 à 50 GW dans le monde, selon Naval Group2, soit l’équivalent de 10 réacteurs nucléaires3. Ce marché non négligeable a poussé les entreprises et les territoires à se positionner rapidement sur cette filière présentée comme stratégique.

4Un des projets les plus avancés aujourd’hui, le projet NEMO a été lancé par les entreprises françaises DCNSet Akuo Energy en 2014. Il prévoit la construction d’un pilote préindustriel à La Martinique d’ici 2020. Naval Group a également mené des études de faisabilité au profit de la Réunion et Tahiti. Comme nous le verrons, le sujet de l’ETM a été construit comme un enjeu stratégique du fait qu’il s’inscrit dans une logique de convergence des intérêts : d’un côté des intérêts énergétiques et environnementaux, d’un autre côté des intérêts scientifiques et industriels, et enfin des intérêts politiques et diplomatiques.

1. Les Outre-mer à l’avant-poste de l’ETM

1.1. Le lancement des projets ETM dans un contexte de concurrence territoriale

5Dans un contexte « d’environnementalisation » des politiques énergétiques (Bouvier, 2012), l’ETM a bénéficié d’un regain d’intérêt de la part de certains pays à partir des années 2000. Des pré-études sont réalisées dans le cadre du programme DOCUP 2000-2006 (étude NRJRUP) visant à identifier les potentiels énergétiques et technologiques issus des ressources marines pour produire de l’électricité dans les Régions ultrapériphériques d’Europe (RUP). Les résultats des études présentèrent l’ETM comme « la filière énergies marines la plus appropriée pour la Martinique et la Guadeloupe » et « à considérer pour la Guyane et la Réunion ». Quelques mois auparavant, Nicolas Sarkozy, alors candidat à l’élection présidentielle, déclarait dans La Revue Maritime (n° 478, avril 2007) que « la mer tropicale est également une source majeure d’énergies renouvelables, malheureusement inexploitée aujourd’hui. Leur développement passe par une recherche appliquée pertinente sur l’éolien offshore, sur l’hydrolien, et surtout sur l’énergie thermique des mers, actuellement ignorée. » Le Grenelle de l’Environnement (2007), puis le Grenelle de la Mer (2009) amplifièrent la dynamique en identifiant les Outre-mer comme des territoires propices à développer les énergies des océans. Le texte final du Grenelle de la Mer précisait d’ailleurs que « l’Outre-mer sera la vitrine technologique et le territoire d’expérimentation de la France en matière d’énergies marines renouvelables ». Le livre bleu de la Stratégie nationale pour la mer et les océans (2009) indiquait quant à lui « que les Outre-mer constitueront des zones d’action prioritaire et de déploiement précoce pour les énergies renouvelables marines, et des zones d’expérimentation privilégiées pour certaines techniques comme celles liées à l’énergie thermique des mers. » C’est dans le cadre de cette émulation générale que plusieurs îles lancèrent des projets ETM.

  • 4 Tahiti-infos, 15/06/2015.
  • 5 « La Réunion, future vitrine internationale de l’Énergie thermique des mers », Zinfos974, 29/06/201 (...)

6L’objectif des territoires est alors de bonifier et communiquer sur son offre territoriale de manière à attirer des investissements ainsi que des entreprises dans une démarche promotionnelle. Ce marketing territorial prend une ampleur particulière dans l’agenda médiatique local, du fait du caractère unique et novateur des projets. Ces grands projets offrent en effet une tribune médiatique à ces îles en quête de reconnaissance afin d’afficher sa réussite et son dynamisme : « Tahiti, le rêve pour développer l’énergie thermique des mers »4, « La Réunion, future vitrine internationale de l’Énergie thermique des mers »5. Ces projets deviennent dès lors des vitrines technologiques pour le territoire.

1.2. La dynamique contrastée du projet réunionnais

  • 6 « DCNS et La Réunion placeront la France en tête de l’ETM dès 2011 », Energies de la Mer, 1/07/2010
  • 7 Jean-Ballandras est aujourd’hui Secrétaire général chez Akuo Energy.

7La Réunion est l’un des territoires qui a le plus poussé les réflexions sur les énergies marines, et ceci dès le milieu des années 2000. Dans le cadre de son programme Green Energy Revolution : Reunion Island (GERRI) qui devait faire de la Réunion un modèle en matière de production et de consommation d’énergie à l’horizon 2030, l’ARER et la Région de la Réunion présentaient à Brest en 2008 un axe de développement stratégique qui intègre résolument les énergies marines. Selon l’Agence régionale de l’énergie de La Réunion c’est une véritable « Révolution Bleue » qui se prépare alors pour l’île, avec un nombre important de projets. L’ETM est présentée comme une énergie 100 % propre et « à l’abri des fluctuations du marché »6 par Jean-Ballandras, alors secrétaire général des affaires régionales7. À la suite de cette volonté politique clairement affichée, des échanges se tissent entre les administrations locales et l’industriel DCNS.

8La Région et DCNS, après avoir signé une première convention en avril 2009 permettant de vérifier la faisabilité d’un démonstrateur, signent en octobre de la même année une deuxième convention pour un programme de recherche qui prévoit notamment la construction d’un « Prototype à Terre ETM » (PAT ETM). Construit dans les locaux de DCNS à Nantes-Indret, ce prototype à échelle réduite (1/150) est installé et inauguré à l’IUT de Saint Pierre de l’Université de La Réunion début 2012. Il doit marquer la première étape opérationnelle de l’entrée de la France dans le développement de l’ETM (Photographie 1).

Photographie 1. Prototype à Terre Energie Thermique des Mers (PAT ETM)

Photographie 1. Prototype à Terre Energie Thermique des Mers (PAT ETM)

Source : Université de la Réunion

  • 8 Ibidem.
  • 9 Entretien avec l’Université de la Réunion, 30/06/2017.

9L’objectif est alors de constituer un écosystème d’innovation autour de l’ETM « pour faire de la Réunion une base arrière du développement de l’énergie thermique sur la ceinture intertropicale qui passe par la constituions d’un pôle scientifique de formation de rayonnement international pour les éventuels exploitants de l’ETM »8. Cette politique scientifique passe notamment par « des collaborations directes avec d’autres parties du monde sur l’ETM, comme les États-Unis ou le Japon »9. L’organisation à la Réunion du 5e symposium international sur l’ETM en novembre 2017 conforte cette volonté d’inscrire l’île comme l’un des principaux leaders mondiaux sur le sujet.

  • 10 « La Réunion : L’État investit 8 millions pour les énergies marines », Le Marin, 24/07/2009.
  • 11 Huit millions d’euros pour les énergies marines sur la table, Clicanoo, 14/10/2009.
  • 12 La Réunion, future vitrine internationale de l’Énergie thermique des mers, Zinfos974, 29/06/2010.

10En déplacement les 9 et 10 juillet 2009 à la Réunion, le Premier ministre François Fillon apporta une enveloppe de huit millions d’euros dans le cadre du plan de relance pour financer la recherche et le développement des énergies marines. Cinq millions d’euros sont attribués pour construire un démonstrateur ETM au large du Port, projet jugé « GERRI-compatible »10. Paul Vergès, Président de la Région, déclarait fièrement que « ces travaux sur l’ETM auront une portée internationale. Nous sommes comme des découvreurs »11. À l’époque, le conditionnel n’est pas de mise. « Le projet réunionnais sera la première centrale pilote mondiale (…) un tel projet fera de l’île la vitrine internationale du produit » écrit la journaliste Karine Maillot dans son article Réunion, future vitrine internationale de l’Énergie thermique des mers12.

  • 13 L’énergie thermique des océans testée à la Réunion, Le Figaro, 07/07/2014.
  • 14 Énergie thermique des mers : La Martinique grille la Réunion, Clicanoo, 11/08/2011.

11Des études de faisabilité technique, environnementale et économique sont alors rapidement menées. On parle d’un projet préindustriel d’ici 2014-2015, d’une centrale d’une puissance de 10 MW permettant de produire de l’électricité pour 70 000 personnes, soit environ 10 000 foyers. Le coût est chiffré à 400 millions d’euros. Au sujet du projet, Emmanuel Brochard, directeur ETM de DCNS, déclare : « les éléments clés du dispositif ont été testés avec succès. Nous devrions conclure nos premiers contrats commerciaux dans les trois ans, avec un prix de l’électricité visé entre 250 et 300 euros du MWh pendant vingt-cinq ans, avec un électricien ou un investisseur dans les énergies renouvelables »13. Jean-François Le Bert, alors chef du projet à DCNS, explique en juin 2010 : « La Réunion cumule les avantages. Le projet y est bien accepté. Le tissu industriel est adapté pour l’armement final et le développement futur »14.

12Néanmoins pour des raisons techniques et économiques, la vision d’une production locale d’énergie s’est petit à petit éloignée sur le court terme au profit d’un projet axé sur la recherche scientifique et la pédagogie. Ce changement de stratégie se réalise au profit de l’île de la Martinique, les Caraïbes offrant une meilleure ressource naturelle valorisable.

  • 15 Entretien avec la Région de la Réunion, 05/07/2017.

« Au départ, on pensait avoir des unités de production de l’ordre de 4 à 5 ans. Mais les études techniques sur démonstrateur ont montré qu’il fallait d’abord développer la technologie avant d’envisager une mise en œuvre opérationnelle (…) Les études montraient aussi que la Martinique ou la Guadeloupe offraient des conditions de température plus favorables que la Réunion »15.

  • 16 « La Martinique double la Réunion sur l’énergie thermique des mers », Zinfos974, 11/08/2011.

13Nul doute que d’autres facteurs peuvent (en partie) expliquer ce revirement territorial. Alin Guezello, alors élu chargé des énergies renouvelables à la Région, admettra : « La Martinique a eu un temps de réaction plus court que nous et a su saisir l’opportunité »16.

1.3. La Martinique : une vitrine territoriale de la dynamique caribéenne ?

  • 17 Le Marin, 16/03/2017.
  • 18 « Martinique : une déclaration d’intention pour une “île durable” » signée par Ségolène Royal, AFP (...)

14Naval Group s’intéresse depuis le début aux potentiels d’autres îles tropicales françaises. L’industriel a ainsi réalisé en 2008 une étude de préfaisabilité pour l’île de la Martinique. En novembre 2010, des accords sont conclus avec la Martinique. Le 20 juillet 2011, une convention est signée entre DCNS et la Martinique pour développer un premier prototype préindustriel. Cette situation va faire de la Martinique le nouveau « laboratoire des énergies thermiques des mers17 ». Des études sont rapidement lancées afin de définir les possibilités et conditions de la mise en place d’une centrale ETM pilote de 10 MW. La conception de la centrale pilote NEMO est alors engagée. Le dossier de financement du projet est retenu pour le programme Investissements d’Avenir et fait partie des projets que le gouvernement présente au programme de financement européen pour les énergies renouvelables NER300. Porté Naval Group et Akuo Energy, le projet fait partie des lauréats et bénéficie d’un apport de l’Europe de 72 millions d’euros. En déplacement à la Martinique en septembre 2014, la ministre Ségolène Royal déclara que « La Martinique peut devenir le laboratoire de ce que peut être le nouveau modèle énergétique français (…) Elle est sur ce point exemplaire avec le projet NEMO d’Akuo, soutenu par DCNS »18.

15Le projet NEMO est ainsi configuré territorialement sous la forme d’un spectacle technique, comme un site touristique, un monument à visiter pour faire la promotion de l’île.

  • 19 Propos de Jean Ballandras, directeur ETM chez Akuo Energy, dans Le Parsien.fr, lundi 11/05/2015.

« La centrale NEMO sera notre vitrine, et nous ferons venir des visiteurs du monde entier ! »19

  • 20 Entretien avec l’Agence Martiniquaise de l’Énergie, 12/07/2017.

« Quand on a un projet, tel que l’ETM, qui est un 1er mondial, vous dirigez tous les feux de projecteur sur l’endroit qui porte le projet, c’est-à-dire la Martinique (…) Ce projet NEMO est du tourisme technologique »20.

  • 21 « NEMO : Projet de centrale énergie thermique des mers flottantes », Enerzine, 4/09/2014.
  • 22 Entretien avec la Région de la Réunion, 05/07/2017.

16L’argumentaire promotionnel autour de NEMO répond à un triple objectif : un objectif de production d’énergies renouvelables décarbonées, un objectif industriel à vocation commerciale et un objectif de création d’emplois. Comme il est indiqué dans les conclusions de l’enquête relative à l’exploitation de la centrale NEMO comme ICPE (15 janvier 2016) : « ce projet, s’il se concrétise, permettra de réduire la consommation d’énergie fossile et donc de réduire la production de Gaz à Effet de Serre en créant des emplois. » De même, lors de sa venue à la Martinique, Ségolène Royal déclarait à propos du projet NEMO : « outre de l’autonomie énergétique, de tels projets apportent aussi de l’emploi, de la formation, de la croissance verte ». Il est en effet prévu que la plateforme soit construite et assemblée dans un chantier naval français, permettant la création de près de 1 300 emplois. Les constructions en phase commerciale de centrales devraient quant à elles mobiliser plus de 2 000 emplois en France pendant quatre ans par centrale21. Nous pouvons donc penser à l’heure d’aujourd’hui que l’essentiel des emplois créés et qualifiés sera localisé en France métropolitaine, et non à la Martinique. Notons enfin qu’à la différence de la Réunion, le projet ETM de la Martinique ne s’est pas greffé à un projet scientifico-pédagogique. Ceci s’explique du fait « que l’Université de la Martinique est avant tout sciences sociales. Il n’y a pas une grosse faculté de sciences appliquées, à la différence de la Réunion »22.

17Aujourd’hui, la centrale NEMO est toujours présentée comme la première centrale de ce type au monde. La centrale, dont la mise en service est prévue en 2020, affichera une puissance de affichera une puissance de 10 MW et fournira de l’électricité à 35 000 foyers (Photographie 2).

Photographie 2. NEMO, la centrale ETM développée par Naval Group et Akuo Energy en Martinique

Photographie 2. NEMO, la centrale ETM développée par Naval Group et Akuo Energy en Martinique

Source :Naval Group

2. L’ETM comme outil stratégique de puissance technopolitique

2.1. L’héritage comme outil de légitimation

18En déplacement à Nantes pour les 10e Assises de l’économie de la mer en décembre 2014, le Premier ministre Manuel Valls déclarait :

« Il y a près de cinquante ans, la France avait été précurseur avec l’usine marémotrice de la Rance, et elle doit retrouver vite cette ambition et cette audace. Les pistes sont nombreuses, vous les connaissez, énergie thermique des mers, hydrolienne marine ou fluviale, éolienne ancrée ou flottante, et bien d’autres encore ».

19Si l’on replace cette déclaration dans une perspective éminemment historique, on constate qu’elle s’inscrit précisément dans la période de « l’âge d’or de l’État » (Suleiman et Courty, 1997). La politique d’indépendance nationale et de grandeur de la France se revendiquait alors dans la conduite de grands programmes technologiques de souveraineté nationale caractérisant le colbertisme high-tech (Cohen, 1992). Non seulement le développement industriel, scientifique et technique devait permettre de reconstruire l’économie nationale, mais également redonner à la France sa place de leader mondial.

  • 23 Projet NEMO, un projet innovant de centrale d’énergie thermique des mers, 16/06/2015, Forum Bòdlanm (...)

20Le discours de Manuel Valls s’inscrit dans cette ambition, dans cet héritage, qui est de promouvoir la France comme grande puissance maritime et technologique. Rajoutons de plus que l’énergie est depuis toujours en France un secteur privilégié de l’action publique où l’État joue le rôle de législateur, opérateur, régulateur, financier et stratège. La politique énergétique est un pouvoir régalien hautement stratégique. En faisant référence à l’usine marémotrice de la Rance (inaugurée par le général de Gaulle en 1967) et les nouveaux projets énergétiques (dont le projet NEMO), le Premier ministre fait le lien entre héritage, rayonnement de la France, réussite technologique et identité nationale. Le rayonnement national passe ici d’abord et avant tout d’abord en termes de prouesses technologiques. Selon Philippe Baumard (2004) : « la question de la puissance revêt une signification toute particulière dans le monde de la technologie et de la recherche ». Si après la guerre, la technique nucléaire devint « la quintessence même du symbole de la modernité et de la puissance nationale » (Hecht, 2014 : p.11), le XXIe siècle est celui d’une course internationale autour des nouvelles technologiques environnementales, notamment énergétiques. L’histoire est ici utilisée pour légitimer la relance des projets ETM en France (voir l’ensemble des articles consacrés sur le site internet du Club des Argonautes). Comme il est mentionné dans une présentation d’Akuo Energy de 201523, « l’ETM, une technologie inscrite dans l’histoire industrielle française ». Elle est de plus « une aventure technologique liée à l’Outre-mer ».

21L’invocation de l’héritage permet ainsi de créer un sentiment d’objectivité qui à son tour accomplit le travail de légitimation de la filière ETM. L’histoire est ainsi présentée comme un avantage compétitif pour construire une filière industrielle nationale. Comme le mentionne Bernadette Bensaude-Vincent (2015 : 65) : « le passé historique est souvent instrumentalisé pour crédibiliser et légitimer une ligne d’action présente ». Nous retrouvons actuellement le même phénomène avec la filière marémotrice (Roche et Bouvier, 2017).

22Dès les années 1920, l’ingénieur Georges Claude a en effet été le premier à se lancer dans la construction d’une « usine à vapeur d’océan ». Ce projet s’inscrivait alors dans un contexte de « mise en valeur des colonies » (Simonet, 1930), ces dernières jouant le rôle de laboratoires expérimentaux pour les savants de la métropole (Photographie 3).

Photographie 3. Coupe schématique du projet d’usine « aquathermique »

Photographie 3. Coupe schématique du projet d’usine « aquathermique »

Source : de Georges Claude et Paul Boucherot, dans Je sais tout, la Grande Revue de Vulgarisation Scientifique, n° 254, février 1927

23À la suite de la crise énergétique des années 1970, plusieurs pays reconsidérèrent l’intérêt du concept de l’ETM. Cette relance s’appuya notamment sur un argument économique, celui d’un prix du « kilowattheure ETM compétitif » par rapport au prix du « kilowattheure pétrole ». La crise pétrolière eut en effet pour conséquence de valoriser la technologie ETM, mais également les autres sources d’énergie. En France, entre 1982 et 1985, le groupement d’intérêt économique Ergocéan, unissant l’IFREMER à des industriels comme Spie-Batignolles ou Alstom, consacra soixante-dix millions de francs à des études portant sur une centrale ETM pilote à Tahiti. À partir des années 1960, les besoins de la recherche spatiale et de l’expérimentation nucléaire vont en effet renouveler cet intérêt stratégique insulaire en devenant des localisations intéressantes pour les stations de recherches scientifiques (Crusol, 2007). Comme il est indiqué dans une note de l’IFREMER (Blanchard, 1986 : B.1-2) : « l’existence du projet ETM peut avoir des retombées pour le territoire dans la mesure où elle confirme la vocation de la Polynésie française à être un centre scientifique et technologique à rayonnement régional et un haut lieu de la recherche sur les ressources de la mer et sur les énergies renouvelables ». Néanmoins, le contre-choc pétrolier de 1986 (entre 1985 et 1986, le prix du fioul à Tahiti passa de 2,70 F à 1,60 F le litre) conduit à l’abandon de ce projet. Le système énergétique des Outre-mer se « normalisa » autour du paradigme du pétrole.

24Aujourd’hui, on inscrit le projet NEMO « dans cette histoire industrielle française » (Le Lidec, 2009), dans une sorte de « roman national » se revendiquant de Georges Claude et du projet polynésien.

2.2. Un nouveau « champion national » comme outil de crédibilisation

25En 2007, afin de compenser la baisse programmée de ses commandes françaises, le groupe DCNS, devenu Naval Group en 2017, a mené une vaste réflexion stratégique afin d’identifier de nouveaux secteurs potentiellement valorisables. En 2008, l’entreprise a choisi de se tourner vers le nucléaire civil et les services aux infrastructures complexes. Mais DCNS retient aussi les énergies marines :

  • 24 Entretien Naval Group, le 26/07/2017.

« Ce projet ETM s’intègre dans une démarche de diversification stratégique d’aller chercher des marchés contra-cycliques à ceux du naval de défense »24.

  • 25 « La reconquête industrielle des océans », TTU, Supplément au n° 940, 02/07/2014.

26DCNS adopte en 2009 le projet d’entreprise « championship », dont le but est de positionner le groupe comme leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l’énergie (nucléaire civil et énergies marines). La vision 2020+, élaborée en 201225, tout comme la création en 2016 d’une filiale Naval Énergies, conforte l’ambition du groupe d’investir dans les énergies de l’océan. Aujourd’hui, Naval Group est présent dans l’éolien flottant, l’hydrolien et l’ETM. Les projets en cours, que ce soit l’hydrolienne de Paimpol-Bréhat en Bretagne ou le projet NEMO en Martinique, offrent ainsi une vitrine à Naval Group pour matérialiser et communiquer sur sa nouvelle stratégie industrielle. Ce sont les « têtes de proue » de cette nouvelle stratégie de Naval Group, fleuron français de l’industrie de défense depuis 1631, mais aussi désormais un acteur majeur des technologies environnementales.

  • 26 « La nouvelle vague des énergies offshore », Libération, 21/05/2015.
  • 27 DCNS Energies, Création d’un champion français des EMR, ASAF, 11/01/2017.

27Cette ouverture de Naval Group vers les énergies marines répond à deux objectifs : encourager la capacité d’une industrie nationale à innover dans les nouveaux champs du développement durable à haute intensité technologique et rechercher conjointement un avantage de « first mover » (premier entrant) dans la compétition commerciale internationale (qui nous verrons se limite aujourd’hui grossièrement à la France et les États-Unis). Comme le mentionnait Philippe Baumard (2004) : « l’enjeu est d’assurer une présence nationale sur les domaines émergents, en s’assurant de la maîtrise des “têtes de pont” adéquates à chaque lieu d’effervescence des nouvelles technologies. » Il s’agit ici de ne pas rater « la nouvelle vague des énergies offshore »26, comme ce fut le cas auparavant dans l’éolien ou le solaire. Naval Group prend ainsi le statut de « nouveau champion national des énergies marines »27. Cette « francisation » de la filière EMR permet de donner une image de marque aux projets (celle du made in France), tout en les crédibilisant.

  • 28 Synthèse des travaux du débat national sur la transition énergétique de la France présentée par le (...)
  • 29 « DCNS Energies : Création d’un champion français des EMR », Mer et Marine, 10/01/2017.

28Cette volonté d’ériger de nouveaux champions nationaux dans le champ des énergies renouvelables avait été soulignée en 2013 lors des débats sur la transition énergétique : « L’investissement dans la recherche et l’innovation auront fait émerger des champions français et européens de l’énergie, compétitifs, créateurs d’emplois, capables de faire rayonner notre savoir-faire et de créer des coopérations dans le monde entier »28. Un rapport de février 2017 (Campana, Sorro et al.) met clairement en avant les opportunités commerciales qu’offre la transition énergétique aux acteurs industriels français. La taille de Naval Group, tout comme son statut de grande entreprise stratégique, lui confère une capacité d’action élevée. En tant que « champion français des EMR »29, on lui assigne la mission de mettre en œuvre les découvertes et les applications scientifiques les plus récentes et d’assurer le renouveau du tissu économique de la France.

  • 30 Entretien Naval Group, 26/07/2017.

29Il est ici intéressant de voir que ces projets EMR ont été abordés par Naval Group à travers le paradigme du big is beautiful. On peut de nouveau ici faire un parallèle intéressant avec les grands programmes technologiques des années 1960-1970. Un représentant de Naval Group m’avoua « que le projet NEMO a été probablement lancé dans une démarche pompidolienne »30 en rajoutant « qu’on a en France toutes les briques technologiques pour faire réussir ce projet et pour l’exporter et créer une vraie industrie française à l’export ».

30Notons enfin que Naval Group investit dans d’autres systèmes énergétiques qu’il destine principalement aux îles. On peut notamment penser au projet Flexblue, une petite centrale nucléaire sous-marine étudiée depuis 2008, en partenariat avec AREVA, le CEA et EDF.

2.3. Faire d’un enjeu industriel un enjeu géopolitique

  • 31 L’énergie thermique des océans sera américaine, l’Usine Nouvelle, 09/03/1978.

31Cette concurrence internationale autour de l’ETM est ancienne. On la retrouvait déjà lors des différents projets ETM développés dans les années 1980. Un document présenté par les Américains lors de la 8e conférence sur l’énergie des océans, qui se tenait à Washington en 1981, faisait alors état d’un marché important de 60 GWe (900 milliards de francs) entre 1990 et 2010. (Dunbar, 1981). On prévoit en l’an 2000 « une demande de cent cinquante centrales de 120 MW »31. La France est alors « un des deux pays dans la course à l’énergie thermique des mers » (Girard, 1981 : 90) avec les États-Unis.

32Nous retrouvons aujourd’hui la même situation de compétition internationale autour de l’ETM. Il est intéressant ici de noter que les deux principaux industriels positionnés sur cette technologie sont Lockheed Martin et Naval Group deux entreprises de rang mondial de défense et de sécurité. Au-delà des compétences strictement technologiques, ce positionnement montre le caractère éminemment stratégique de cette filière. Les États-Unis ont plusieurs projets de centrales ETM pour leurs bases militaires d’Outre-mer, une de 8 MW pour Diégo Garcia et l’autre pour celle de Guam.

33Sur un plan industrialo-commercial, l’objectif des industriels est d’imposer rapidement un dominant design dans la filière ETM afin de se positionner comme leader technologique. La finalité étant d’obtenir l’avantage au premier entrant (first-mover advantage). Selon Jolly (2008 : 14), « dans les secteurs émergents, les règles du jeu sont fréquemment à construire, notamment au plan technique. (…) Dès lors, les firmes luttent âprement pour fixer les standards. (…) La raison d’une telle lutte est que l’avènement d’un standard est une condition de l’entrée du secteur dans une seconde phase de son cycle de vie, c’est-à-dire le développement à des taux de croissance soutenus ». Kim et Mauborgne (2004) ont utilisé le terme d’océan bleu pour qualifier ces nouveaux marchés émergents (comme les énergies marines) que les innovateurs doivent créer pour les dominer. Selon Philippe Baumard (2004), « la puissance technologique se mesure en puissance de marché. Elle est avant tout une capacité à transformer des leaderships en recherche fondamentale en amont, en domination des marchés à l’aval ». Ces océans bleus, sans concurrence initiale ou limitée, offrent la possibilité aux pionniers de bâtir un avantage durable.

  • 32 Entretien avec Akuo Energy, 12/03/2017.

« Celui qui arrivera à construire le premier projet ETM à taille industrielle, c’est lui qui aura la grosse part du marché. Avec NEMO, on switche vers la phase industrielle. Ce premier projet est dès le départ dans une phase industrielle, car il est de taille industrielle (10 MW) »32.

34Cette « reconquête industrielle des océans » n’est pas seulement économique. La mer est en effet « un élément stratégique, d’un point de vue militaire, mais aussi commercial, idéologique et écologique (soft power).

  • 33 Entretien avec Stratégies Mer et Littoral SAS, le 08/08/2017.

« L’importance géostratégique des océans est une donnée de base pratiquement inchangée, mais leur importance en termes d’influence a nettement augmenté. Les territoires insulaires qui étaient à la marge sont désormais au centre du jeu géopolitique »33.

  • 34 Ibidem.
  • 35 Entretien avec le Cluster maritime polynésien, le 07/03/2017.

35L’ETM étant la principale ressource d’énergie renouvelable partagée dans le monde, ses aspects géopolitiques deviennent ici clairement stratégiques. En citant Patrice Gourdin (2014) : « la possession et le contrôle des ressources naturelles, ainsi que leur accès, constituent toujours un des attributs de la puissance. » Cette compétition pousse ainsi les industriels à se positionner rapidement sur les « meilleurs territoires éligibles », ceux présentant la meilleure ressource naturelle valorisable et/ou la meilleure force de frappe commerciale : « DCNS positionne ses pions sur les meilleurs territoires »34. « DCNS vise le marché hawaïen. Ils ont Papeete comme point de départ pour développer toute la technologie ETM autour des îles du Pacifique »35.

36Le territoire essaie de se mettre en avant et de régler ses problèmes énergétiques, alors que les industriels utilisent le territoire essentiellement comme une tête de pont pour un futur marché mondial. Il est important là de rappeler la dimension maritime et stratégique des Outre-mer. Selon le ministère des Outre-mer : « la mer présente des atouts considérables et les outre-mer sont au défi de la maritimisation du monde »36. Pour la France, dont l’espace maritime de onze millions de kilomètres carrés se trouve essentiellement Outre-mer avec 90 % de ses zones économiques exclusives, quelque quatre à cinq millions de kilomètres carrés sont donc potentiellement accessibles à l’ETM. Un rapport parlementaire de 2013 (Boye, Caquot et al.) insistait sur le fait qu’une grande partie du gisement potentiel était situé dans les zones d’influence française.

37L’hexagone souhaite donc profiter de « l’intérêt stratégique des insulaires », et plus spécifiquement des îles tropicales dans le cadre de l’ETM. Jean Crusol (2007 : 15) définit « l’intérêt stratégique des insulaires » comme « l’intérêt offert à une métropole par un territoire insulaire qui lui permet d’obtenir un avantage en matière de sécurité ; de défense ou d’attaque militaire, en matière économique (proximité d’un gisement ou d’un marché, positionnement sur une route aérienne ou maritime…) ou symbolique (possibilité de rayonnement international…). » Concernant cet « intérêt stratégique des insulaires », la déclaration du général de Gaulle en Martinique du 23 mars 1964 est ici encore éclairante pour comprendre les enjeux géopolitiques actuels : « là où est placé ce département, en plein milieu de l’océan, entre une immense Amérique, celle du Nord et celle des Latins et une grande Europe, la Martinique est un témoin, un lien, un point, un lien d’où la France doit rayonner précisément sur l’ensemble de cet océan dont je parle ».

  • 37 Entretien avec Naval Group, le 30/03/2017.

38Le caractère stratégique de l’ETM l’amène à être un enjeu stratégique de « diplomatie commerciale ». Lee (2004 : 51) définit la « diplomatie commerciale » comme « the work of a network of public and private actors who manage commercial relations using diplomatic channels and processes ». Un représentant de Naval Group rencontré sur Paris m’indiquait en effet qu’il « existait aujourd’hui une diplomatie de l’ETM37 ». Un contrat entre l’américain Lockheed Martin et le chinois Reignwood a été signé en avril 2013 en présence du secrétaire d’État américain chargé des Affaires étrangères, pour construire une centrale de 10 MW au large de la Chine. Un partenariat entre la Chine et les États-Unis fut en même temps annoncé pour lutter contre le changement climatique (Photographie 4). Cette séquence est un bon exemple pour représenter la « diplomatie de l’ETM », diplomatie qui est le cœur de métier des industries de défense et de sécurité.

Photographie 4. Les représentants de Lockheed Martin et de leur client, le groupe de tourisme chinois Reignwood, entourent le secrétaire d’État américain

Photographie 4. Les représentants de Lockheed Martin et de leur client, le groupe de tourisme chinois Reignwood, entourent le secrétaire d’État américain

Source : Lockheed Martin.

39La réponse de Naval group (et donc de la France) a été de signer un partenariat avec la Malaisie lors du salon de la Défense à Kuala Lumpur en avril 2016, afin de réfléchir sur les opportunités de développement d’une ferme ETM sur l’île de Layang-Layang. L’enjeu stratégique est ici bien évidemment de se positionner dès maintenant sur le marché potentiellement porteur des îles asiatiques.

Conclusion

40Nous avons pu voir que l’ETM a été construit comme un enjeu stratégique pour les Outre-mer car il est au service de trois ambitions : le développement des énergies renouvelables, le développement de la recherche et des industries de la mer et le rayonnement d’un territoire périphérique. Présentée comme stratégique, à la croisée des enjeux énergétiques et maritimes, cette filière prend une dimension technopolitique.

  • 38 Ibidem.

41La proximité entre le politique et la technologie ne doit pas en effet nous faire oublier que l’économie restera le critère déterminant dans les nouvelles guerres de l’énergie. L’avortement du projet ETM polynésien dans les années 1980 nous rappelle au combien la technologie ne suffit pas et que la réussite d’un projet dépend surtout de sa crédibilité économique. À 300 euros le MWh38, l’ETM est encore une technologie coûteuse par rapport aux autres énergies renouvelables. Les résultats de l’appel d’offres lancé en décembre 2016 pour la construction d’installations solaires en Corse et dans les départements d’Outre-mer ont montré l’intérêt économique du photovoltaïque avec stockage avec un prix moyen de 113,6 €.

42Comme toutes les études de ce type concernant les énergies nouvelles où l’investissement est lourd, le prix du kWh est éminemment fonction du temps d’amortissement, donc de la fiabilité des machines sur plusieurs années (fiabilité face aux aléas naturels inhérents aux régions d’implantation). Le grand défi des industriels est donc de faire la promotion d’un « kWh ETM compétitif » face aux autres énergies renouvelables plus matures et moins chères.

  • 39 Entretien avec le Commissariat général à l’investissement, 6/09/2016.

« La géothermie des océans sera particulièrement en concurrence avec le solaire. Où il y a de l’eau de chaude, c’est où il y a du soleil. Il y a aura systématiquement compétition avec le solaire »39.

43De même, si l’avenir de l’ETM s’inscrit aujourd’hui dans un contexte de compétition inter-filière énergétique renouvelable, il s’inscrit aussi dans le cadre d’une compétition renouvelable/fossile. La mise en service d’une centrale thermique à moteur diesel à Bellefontaine en Martinique en 2012, ainsi que celle du Port Est inaugurée à la Réunion en 2013, est symbolique de ce verrouillage que continuent d’exercer les énergies fossiles sur les systèmes énergiques des Outre-mer (carbon lock-in). La transition énergétique risque d’être longue et difficile dans certaines îles, notamment les plus peuplées.

  • 40 Entretien avec Akuo Energy, 12/03/2017.

« La menace du fioul est très présente. En Martinique ils viennent d’installer une centrale à fioul toute neuve. Ils n’ont pas envie de se dire qu’ils vont devoir l’arrêter partiellement pour qu’on puisse mettre notre ETM »40.

44Le défi actuel est donc autant technologique qu’économique ou territorial : c’est de pouvoir maîtriser un projet d’ensemble et d’en faire une activité industrielle territorialisée à un coût pertinent. Aussi, si nous pouvons dire que la phase d’impulsion des projets ETM a été jusqu’ici plutôt réussie, nous pouvons aussi dire que la phase d’enracinement reste pour l’instant plus que jamais incertaine.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M. (1987). « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques & Culture, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 49-64

Barthe, Y. (2009). Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires, Tracés, DOI: 10.4000/traces.2563

Baumard P. (2004). « Les stratégies de puissance technologique des nations : de la maîtrise des actifs critiques à la stratégie de dominance », dans C. Harbulot et D. Lucas (dir.), La France a-t-elle une stratégie de puissance économique ?, éd. Lavauzelle, Paris

Bensaude-Vincent, B. (2015). « Promesses et régime d’historicité en technosciences », dans Sciences et Technologies émergentes : Pourquoi tant de promesses ?, Paris, Hermann : 49-68.

Blanchard, P. (1986). Avant-projet — Tahiti Centrale ETM. 5 MW, Retombées potentielles pour le territoire de la Polynésie française partie B, IFREMER, Juin 1986.

Bouvier, Y. (dir.) (2012). Les défis énergétiques du XXIe siècle. Transition, concurrence et efficacité au prisme des sciences humaines, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang : 103-110.

Boye, H. Caquot, E. et al. (2013). Rapport de la mission d’étude sur les énergies marines renouvelables, MEDDE, mars.

Campana, M., J-F. Sorro et al. (2017). Opportunités industrielles de la transition énergétique, Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies, Paris, Février.

Caron, F. (2010). La dynamique de l’innovation : Changement technique et changement social (XVIe-XXe siècle), Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris.

Cohen, E. (1992). Le colbertisme « high tech », Économie des Telecom et du Grand projet, Paris, Hachette.

Crusol, J. (2007). « Les ruptures politiques d’après-guerre : la bipolarisation du monde et les voies divergentes de décolonisation insulaire, dans Les Caraïbes dans la géopolitique mondiale », dans E. Lambourdière (dir.), Les Caraïbes dans la géopolitique mondiale, Paris, Ellipses : 11-47.

Crusol, J., (2007). « Les îles face aux enjeux du XXIe siècle : statuts politiques, modernisation et capacité d’affronter la globalisation », dans E. Lambourdière (dir.), Les Caraïbes dans la géopolitique mondiale, Paris, Ellipses : 87-133.

Dunbar, L.E. (1981). ‘Market Potential for OTEC in Developing Nations’, Proceedings, 8th Ocean Energy Conference, Washington, Juin 1981.

Girard, D. (1981). « L’exploitation des océans, les mutations technologiques et certaines de leurs conséquences », dans J-M. Chevalier et P. Olivier (dir.), Les mutations technologiques, Université de Paris XIII, Paris, Collection firme et système industriel.

Gourdin, P. (2015). Manuel de géopolitique, Paris, Diploweb.com.

Hecht, G. (2014). Le rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, Paris, La Découverte.

Jolly, D. (2008). « À la recherche du design dominant », dans Revue française de gestion, 182(2): 13-31.

Kim, C. et Mauborgne. M. (2004). Stratégie océan bleu, Pearson, Collection village mondial.

Latour, B. (1992). Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte.

Le Lidec, F. (2009). « L’énergie thermique des mers : année charnière d’une histoire industrielle française », dans La Revue Maritime (484): 14-18.

Lee, D. (2004). ‘The Growing Influence of Business in U.K. Diplomacy’, International Studies Perspective, 5(1): 50–54.

Lefeuvre J-C. (1990), « De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel », in Jeudy Henri-Pierre (Dir.), Paris, Patrimoines en folie, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme : 29-75.

Marrou, L. Soulimant, N. (2011), ‘Baisse de la population et concept d’île renouvelable dans l’archipel des Açores’, in F. Taglioni (dir.) Insularité et développement durable, Col. Objectifs Suds, Marseille, IRD Éditions : 107-129.

Pecqueur, B. (2006). « Le tournant territorial de l’économie globale », Espaces et sociétés, 124-125(1): 17-32.

Piatti, M-C. (2001). Les libertés individuelles à l’épreuve des nouvelles technologies de l’information, Presses universitaires de Lyon.

Roche, S. et Bouvier, Y. (2017). « Réinventer la filière marémotrice : l’encombrant héritage du succès de La Rance dans la résurgence du marémoteur en France », présenté lors du colloque international L’énergie des marées hier, aujourd’hui, demain, 20-21-22 juin 2017, Rennes (article en cours de publication).

Simonet, R. (1930). « Grâce à l’usine à vapeur d’océan de MM. G. Claude et P. Boucherot, les mers tropicales seront demain d’inépuisables sources d’énergie », Sciences et voyages, n°585, 13 novembre 1930.

Suleiman, E. et G. Courty (1997). L’âge d’or de l’État. Une métamorphose annoncée, Le Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Cette ambition reste plus ou moins réalisable en fonction de la taille de l’île et du nombre d’habitants.

2 DCNS est devenu Naval Group en juin 2017.

3 « Demain, l’Outre-mer s’éclairera... à l’eau chaude », Le Parisien, 11/05/2015.

4 Tahiti-infos, 15/06/2015.

5 « La Réunion, future vitrine internationale de l’Énergie thermique des mers », Zinfos974, 29/06/2010.

6 « DCNS et La Réunion placeront la France en tête de l’ETM dès 2011 », Energies de la Mer, 1/07/2010.

7 Jean-Ballandras est aujourd’hui Secrétaire général chez Akuo Energy.

8 Ibidem.

9 Entretien avec l’Université de la Réunion, 30/06/2017.

10 « La Réunion : L’État investit 8 millions pour les énergies marines », Le Marin, 24/07/2009.

11 Huit millions d’euros pour les énergies marines sur la table, Clicanoo, 14/10/2009.

12 La Réunion, future vitrine internationale de l’Énergie thermique des mers, Zinfos974, 29/06/2010.

13 L’énergie thermique des océans testée à la Réunion, Le Figaro, 07/07/2014.

14 Énergie thermique des mers : La Martinique grille la Réunion, Clicanoo, 11/08/2011.

15 Entretien avec la Région de la Réunion, 05/07/2017.

16 « La Martinique double la Réunion sur l’énergie thermique des mers », Zinfos974, 11/08/2011.

17 Le Marin, 16/03/2017.

18 « Martinique : une déclaration d’intention pour une “île durable” » signée par Ségolène Royal, AFP Infos Françaises, 02/09/2014.

19 Propos de Jean Ballandras, directeur ETM chez Akuo Energy, dans Le Parsien.fr, lundi 11/05/2015.

20 Entretien avec l’Agence Martiniquaise de l’Énergie, 12/07/2017.

21 « NEMO : Projet de centrale énergie thermique des mers flottantes », Enerzine, 4/09/2014.

22 Entretien avec la Région de la Réunion, 05/07/2017.

23 Projet NEMO, un projet innovant de centrale d’énergie thermique des mers, 16/06/2015, Forum Bòdlanmè.

24 Entretien Naval Group, le 26/07/2017.

25 « La reconquête industrielle des océans », TTU, Supplément au n° 940, 02/07/2014.

26 « La nouvelle vague des énergies offshore », Libération, 21/05/2015.

27 DCNS Energies, Création d’un champion français des EMR, ASAF, 11/01/2017.

28 Synthèse des travaux du débat national sur la transition énergétique de la France présentée par le Conseil national du débat 18/07/2013.

29 « DCNS Energies : Création d’un champion français des EMR », Mer et Marine, 10/01/2017.

30 Entretien Naval Group, 26/07/2017.

31 L’énergie thermique des océans sera américaine, l’Usine Nouvelle, 09/03/1978.

32 Entretien avec Akuo Energy, 12/03/2017.

33 Entretien avec Stratégies Mer et Littoral SAS, le 08/08/2017.

34 Ibidem.

35 Entretien avec le Cluster maritime polynésien, le 07/03/2017.

36 http://www.outre-mer.gouv.fr/la-dimension-maritime-et-strategique-des-outre-mer

37 Entretien avec Naval Group, le 30/03/2017.

38 Ibidem.

39 Entretien avec le Commissariat général à l’investissement, 6/09/2016.

40 Entretien avec Akuo Energy, 12/03/2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Prototype à Terre Energie Thermique des Mers (PAT ETM)
Crédits Source : Université de la Réunion
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photographie 2. NEMO, la centrale ETM développée par Naval Group et Akuo Energy en Martinique
Crédits Source : Naval Group
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photographie 3. Coupe schématique du projet d’usine « aquathermique »
Crédits Source : de Georges Claude et Paul Boucherot, dans Je sais tout, la Grande Revue de Vulgarisation Scientifique, n° 254, février 1927
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photographie 4. Les représentants de Lockheed Martin et de leur client, le groupe de tourisme chinois Reignwood, entourent le secrétaire d’État américain
Crédits Source : Lockheed Martin.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Roche, « L’énergie thermique des mers dans les Outre-mer français : un enjeu stratégique de territoire ? », Études caribéennes [En ligne], 1 | Juillet 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11971 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11971

Haut de page

Auteur

Sylvain Roche

Doctorant CIFRE en économie de l’innovation à la Région Nouvelle-Aquitaine, Laboratoire GREThA (UMR CNRS 5113), Université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals