Navigation – Plan du site
Dossier

La Matoutou Falaise, patrimoine naturel et culturel à préserver

The Matoutou Falaise, Natural and Cultural Heritage to Preserve
Patrick Maréchal

Résumés

La Matoutou falaise, la mygale arboricole Caribena versicolor, est un sujet tout indiqué dans le cadre d’une journée de réflexion sur les héritages patrimoniaux de nos sociétés insulaires. En effet, cette araignée donne l’occasion de nouer un lien transversal entre les notions de patrimoine naturel, puisqu’elle est une endémique stricte de la faune martiniquaise, et de patrimoine culturel en tant qu’espèce emblématique participant à l’identité de l’île. C’est donc à double titre que se pose l’enjeu majeur de sa protection, cette espèce étant particulièrement prisée par les éleveurs du monde entier alors même que sa distribution spatiale a sévèrement reculé depuis les débuts de l’exploitation du territoire. Elle est d’ailleurs protégée par un arrêté préfectoral depuis le 9 novembre 1995, mais qui n’empêche nullement un trafic régulier d’ampleur mondiale.
C’est dans ce cadre que des études ont été menées afin d’apporter des arguments permettant une meilleure protection tant au niveau national qu’international, la première étant effective depuis le 23 septembre 2017. Parmi l’ensemble des domaines abordés, les travaux concernant la structure et la dynamique des populations par l’utilisation d’un modèle matriciel, devenus aujourd’hui classique dans ce type d’études, a permis de constater une relative bonne santé des populations du nord de l’île, mais avec un équilibre qui reste extrêmement fragile et précaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre d’une réflexion sur les héritages patrimoniaux des sociétés insulaires, il est peu de sujets capables de nouer un lien transversal entre la notion de patrimoine naturel et de patrimoine culturel. La Matoutou falaise, mygale arboricole de la Martinique, semble être l’un d’entre eux, capable de jeter un pont entre diverses disciplines habituellement assez éloignées l’une de l’autre, entre les sciences sociales par exemple et les sciences de la nature.

2En effet, cette araignée est devenue au fil du temps un symbole de la Martinique presque systématiquement mentionnée, voire mise en avant dans les nombreux guides et prospectus disponibles dans le secteur touristique. Mais son utilisation comme symbole dans d’autres situations comme des courses d’ultra trail (Mythik et Tit’Mythik), et aux côtés du Carouge, autre emblème local, dans le logo de la mission patrimoine mondial en charge du dossier visant au classement des « forêts et volcans de la montagne Pelée et des Pitons du nord de la Martinique » à l’UNESCO, la consacre définitivement comme élément culturel participant à l’identité de notre île.

3Cette utilisation de plus en plus fréquente ne doit rien au hasard, mais à l’esthétique, la placidité et une certaine grâce de cette espèce qui entraîne aussi, pour son malheur, une demande importante parmi les éleveurs du monde entier qui la classent depuis des années dans le top 10 des mygales les plus prisées. C’est une des raisons pour lesquelles la Matoutou Falaise est protégée par un arrêté préfectoral en date du 9 novembre 1995 qui interdit « la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, le transport, la naturalisation, la cession à titre gratuit ou onéreux », mais n’empêche nullement un trafic régulier comme le montre les saisies d’une part, et la profusion de sites internet qui la propose à la vente d’autre part.

4C’est dans ce cadre que des études ont été menées depuis 2007 afin d’apporter des arguments permettant une meilleure protection de cette mygale tant au niveau national qu’international. Ce travail fut initié dans un contexte de connaissances très lacunaires concernant la biologie de ces araignées, avec tout de même quelques données sur une espèce proche, Avicularia avicularia, concernant son cycle vital au laboratoire (Dresco-Dérouet, 1970 ; Dresco-Dérouet et Gros, 1970, 1972), quelques éléments d’écologie générale dans une ancienne plantation de fèves de tonka à Trinidad (Stradling, 1978, 1994), et un travail de récolement des rares informations disponibles sur la Matoutou falaise dans un rapport de master 1 (Louis-Jean, 2005). L’approche a donc été large et entreprise selon plusieurs axes, cartographie de l’aire de répartition, comportement, densités, etc… (Maréchal et al., 2009). Parmi les divers aspects abordés, l’évaluation de la santé des populations dans le massif de la montagne Pelée, le site actuel le plus important pour la Matoutou Falaise, est passée par l’étude de sa structure et de sa dynamique qui sont les deux points abordés dans cet article.

1. Matériel et méthode

1.1. La Matoutou Falaise

5La Matoutou Falaise (figure 1) était jusqu’à peu connue sous le nom scientifique de Avicularia versicolor, mais vient de changer de nom. En effet, le genre Avicularia a fait l’objet d’une révision taxonomique récente (Fukushima et Bertani, 2017) avec de nombreux changements dont la création de plusieurs nouveaux genres à l’intérieur de l’ancien. L’un d’eux, le genre Caribena a été spécifiquement créé pour les deux représentants des Antilles qui deviennent donc C. laeta (Porto Rico) et C. versicolor (Martinique). Leur statut spécifique reste inchangé, c’est-à-dire que ces deux mygales sont bien des espèces valides.

6Caribena versicolor est une mygale endémique stricte de la Martinique et appartient à la famille des Theraphosidae. Ses mœurs sont arboricoles avec une nette prédilection pour les forêts mésophiles au sein desquelles elle tisse une loge dans les anfractuosités ou recoins des arbres. Elle peut également fréquenter les forêts humides, mais jamais les milieux xérophiles (Maréchal et al., 2009). Généralement nocturne, il n’est pas rare de la voir à l’affût, ou en vadrouille sur les troncs ou les feuilles de balisier, entre autres. Ces habitudes la rendent facile d’accès, notamment pour le suivi et l’étude des populations sur le terrain.

7Contrairement à d’autres espèces d’araignées, la reproduction est saisonnière chez la Matoutou Falaise. Les accouplements débutent vers la fin janvier jusque vers la fin mars, les premiers cocons sont pondus courant février et les premières éclosions de jeunes interviennent fin mars avec un pic courant mai. Les individus mettent environ 18 mois pour atteindre la maturité sexuelle et ne se reproduisent donc qu’en n+2 (Maréchal et al., 2009).

Figure 1 : Caribena versicolor, la Matoutou Falaise, mygale endémique de la Martinique.

Figure 1 : Caribena versicolor, la Matoutou Falaise, mygale endémique de la Martinique.

Source : l’auteur

1.2. Structure de population

8Pour aborder la structure des populations de Caribena versicolor sur le terrain, le massif de la montagne Pelée a été parcouru sur plusieurs jours, sur et hors sentiers, et chaque individu rencontré et accessible a été mesuré. Ont ainsi été relevée la largeur du céphalothorax, prise entre les deuxième et troisième paires de pattes (plus grande largeur) et sa longueur, de l’avant de l’aire oculaire à l’échancrure postérieure au niveau du pédicule (figure 2). Ceci a été réalisé à l’aide d’un pied à coulisse à affichage numérique et en fibre de carbone, matière peu sensible aux conditions du milieu contrairement au même instrument en métal dont le curseur se grippe facilement en ambiance chaude et humide, rendant la mesure moins précise. Afin de déterminer l’âge des individus, les données ainsi récoltées sont comparées à des tables définies lors d’un précédent travail à partir d’un élevage de référence au laboratoire (Maréchal et al., 2009). Les résultats présentés sont issus de trois campagnes de terrain, en novembre-décembre 2007, mars 2008 et février-mars 2012.

Figure 2 : Prises de mesures du céphalothorax de la Matoutou Falaise sur le terrain.

Figure 2 : Prises de mesures du céphalothorax de la Matoutou Falaise sur le terrain.

Source : l’auteur

1.3. Dynamique de population et modélisation

  • 1 Logiciel en téléchargement libre sur http://www.biologie.ens.fr/~legendre/ulm/ulm.html.

9L’étude de la dynamique de population de Caribena versicolor est réalisée à l’aide du logiciel ULM1 développé par Legendre et Clobert (1995) dans le cadre d’une modélisation mathématique matricielle développée par Leslie (1945) et adaptée aux populations à structure d’âge par Lefkovitch (1965).

2. Résultats

2.1. Structure de population de Caribena versicolor

10La structure de population a été étudiée lors de deux campagnes de mesures dans le massif de la montagne Pelée en 2007/2008 et en 2012. La technique utilisée, celle des mesures allométriques du céphalothorax, n’est pas la plus précise et la population a donc été divisée en trois classes d’âge seulement ; les individus nés l’an passé et qui sont dans leur première année (N1), les individus de l’année précédente qui sont donc dans leur deuxième année et qui vont se reproduire pour la première fois (N2) et les autres plus âgés (N3+). Dans le travail qui nous intéresse ici, cette première approximation de la structure des âges est suffisante.

Tableau 1. Structure de population de Caribena versicolor lors des trois campagnes de mesures sur le terrain

N1

N2

N3+

n

Novembre-décembre 2007

32 %

25 %

43 %

28

Mars 2008

30 %

24 %

46 %

33

Février-mars 2012

33,7 %

22,5 %

43,8 %

89

11On remarque tout de suite une certaine stabilité entre les deux campagnes de mesures (2007-2008 et 2012), ce qui est plutôt encourageant quant à la santé de la population du massif de la montagne Pelée. Mais l’intérêt principal de ces données et d’estimer les taux de survie d’une classe d’âge à l’autre ce qui, avec l’estimation des taux de fécondité réalisés par marquage et suivi d’individus sur le terrain (Maréchal et al., 2009 ; Maréchal et Iinuma, 2013), permet d’aborder la dynamique et sa modélisation.

2.2. Dynamique de population de Caribena versicolor et modélisation

12Comprendre comment fonctionne une population dans le temps, en d’autre terme étudier sa dynamique, revient à examiner ce qui se passe entre deux instants t et t+1. Comme la Matoutou Falaise est une espèce qui ne se reproduit qu’une fois par an à une saison relativement précise, on va s’intéresser à ce qui se passe entre le début de la saison d’une année et celle de l’année suivante en restant dans la perspective des trois classes d’âge définies plus haut.

13Dans l’intervalle de t à t+1, les individus vont se reproduire une fois et le nombre total de jeunes produits sera la somme des jeunes produits par chaque classe d’âge, ce qui en terme mathématique se traduit par :

14où nx(t) est l’effectif d’une classe quelconque Nx au temps t, et fx son taux de fécondité.

15Dans le même intervalle, chaque classe d’âge va subir des pertes (maladies, prédation, prélèvements, etc.) et l’effectif à t+1 pour chacune d’elle pourra s’écrire :

16où SNx est le taux de survie de la classe d’âge Nx.

17Les effectifs des classes d’âge à la date t+1 se déduisent ainsi de ceux observés à la date t par des relations linéaires ; pour la première classe :

18Où SN0 est le taux de survie des juvéniles au temps t pour devenir des individus de classe N1 au temps t+1 et sr est le sex ratio puisqu’en N2 seules les femelles produisent de la descendance. Mais comme les N1 ne sont pas adultes, leur fécondité f1 est donc égale à 0, et l’équation devient :

19Pour les deux autres classes d’âge, on aura :

20

21où sr est le sex ratio, car seules les femelles peuvent passer du stade N2 au stade N3+ puisque tous les mâles meurent après la reproduction.

22L’ensemble de ces équations linéaires s’écrit plus simplement sous forme matricielle :

23Ce qui veut dire que le vecteur des effectifs à la date t+1 est égal au vecteur des effectifs à la date t que multiplie une matrice, la matrice de Leslie qu’il est d’usage de noter L. C’est une matrice de transition qui permet de prévoir les effectifs à la date t+1, connaissant ceux qui existent à la date t.

24Dans le cas présent, avec les données mesurées sur le terrain, on obtient la matrice suivante :

25Et avec ce genre de matrice, on peut donc évaluer ce qui se passe dans le temps ce que l’informatique permet de calculer rapidement. On peut ainsi modéliser le devenir d’une population sur de longues périodes en faisant éventuellement varier divers paramètres afin de simuler leur(s) effet(s).

26Par ailleurs, lorsqu’une matrice carrée est élevée à des puissances successives L2, L3,… Ln, ce que fait l’ordinateur lors des simulations, il arrive généralement une étape où la matrice résultat est le produit de la matrice résultat précédente par un même nombre, la plus grande valeur propre de la matrice notée λ0. On aura donc au final :

27

28où λ0 représente la plus grande valeur propre de la matrice de Leslie et mesure donc le taux fini d’accroissement λ entre les temps t et t+1, et le vecteur colonne des effectifs représente la structure stable des âges.

29Pour Caribena versicolor, l’itération sur 50 ans a permis de montrer que la population est relativement stable avec un très faible taux d’accroissement de l’ordre de 1, ce qui implique que la population est stable, mais très fragile, ne supportant que de faibles prélèvements.

30Pour aller plus loin, on peut aborder la sensibilité de ce modèle matriciel. En effet, la valeur du taux fini d’accroissement λ est une fonction de l’ensemble des coefficients de la matrice de transition démographique et l’implication de chaque élément peut être mesurée ; il suffit de le faire varier légèrement et de mesurer à chaque fois la variation de λ. On obtient ainsi des sensibilités absolues qui, ramenées à 1, ou à 100 pour avoir des pourcentages, permettent de calculer les sensibilités relatives, aussi appelées élasticités ce qui donne dans notre cas :

Tableau 2. Elasticités de chaque élément de la matrice. 1, 2, 3 et A, B, C, simples coordonnées

1

2

3

A

0

0,0376

0,1462

B

0,1837

0

0

C

0

0,1462

0,4864

31La remarque la plus importante à propos de ces données concerne la grande différence d’implication entre la reproduction (A) et les taux de survie (C). S’il est vrai qu’il faut d’abord survivre pour espérer avoir une descendance, la production d’une nouvelle génération n’intervient que pour 18 % (A2 + A3) dans le taux fini d’accroissement alors que la survie de la classe N3+ (C3) compte pour presque 49 % ! En clair, il est moins préjudiciable de perdre des cocons ou des juvéniles que des individus en pleine maturité, ceux dont la capture est justement privilégiée par les pourvoyeurs du commerce transfrontalier de ce type d’animaux.

32Avec ce type de modèle on pourrait aller beaucoup plus loin dans l’analyse des résultats, mais également dans la possibilité des tester des hypothèses, mais on se heurte rapidement à une limite de taille, une imprécision des résultats liés au type de critère initialement retenu pour construire le modèle et il ne serait pas raisonnable, a ce stade de connaissance, d’aller plus loin dans l’analyse.

Conclusion

33Bien que le modèle construit pour les besoins de cette étude soit plutôt simple, avec des données de terrain dont la précision est toute relative, il répond parfaitement aux attentes concernant l’état des populations de Caribena versicolor, notamment dans le massif de la montagne Pelée. La structure est relativement stable dans le temps, mais la valeur du taux fini d’accroissement λ est proche de 1, ce qui veut dire que la population étudiée reste fragile. Comme elle subit également d’autres pressions, notamment sur son habitat qui s’est réduit de près de 80 % au cours du siècle passé (Maréchal et al, 2009 ; Maréchal et Iinuma, 2013), le renforcement de sa protection par une inscription sur les listes nationales d’espèces protégées est parfaitement légitime, ce qui vient d’avoir lieu par la signature d’un arrêté ministériel en date du 4 août 2017 publié au journal officiel du 23 septembre 2017.

34Dans l’avenir, il serait utile d’affiner ce modèle par la poursuite de l’étude de terrain qui devra s’attacher à mesurer de manière beaucoup plus fine chaque paramètre, et notamment ceux liés à l’âge en utilisant d’autres critères que les mesures allométriques. Plus difficile à mettre en œuvre sur le terrain, mais bien plus précise, la trichobothriotaxie, étude du nombre de certains poils spéciaux, les trichobothries, au cours du développement, est une technique développée chez les araignées par Emerit (1969, 1972) et déjà utilisée avec succès chez d’autres mygales (Maréchal, 1993). Il serait ainsi possible de connaître de manière plus précise le taux fini d’accroissement λ qui constitue un excellent indicateur de la capacité de résistance et de régénération de la population face aux agressions extérieures comme des catastrophes naturelles ou des prélèvements excessifs.

35L’amélioration de ce modèle dynamique par une plus grande précision des paramètres du système permettrait également d’aborder les risques d’extinction. Ce volet est particulièrement d’actualité pour les populations isolées du sud de la Martinique, notamment après des événements cycloniques comme DEAN en 2007. Cependant, la stochasticité génétique est également une approche pertinente puisque ces isolats sont de faible effectif (Maréchal et al., 2009). Dans ces situations, bien qu’il existe diverses manières d’approcher ces problèmes, le modèle matriciel de Leslie reste le plus simple à manier (Burgman et Neet, 1989) et s’appuie sur le concept fondamental de population minimale viable introduit par Schaffer (1981). Il serait ainsi possible d’évaluer la probabilité de survie de ces populations relictuelles et de définir, à l’aide de simulations, les meilleures stratégies afin de les conserver et optimiser ainsi les ressources à allouer.

36Un tel programme serait un beau sujet de thèse pour un étudiant désireux de se lancer dans la biologie de la conservation, domaine qui s’intègre parfaitement dans des perspectives à la fois naturelles et culturelles.

Haut de page

Bibliographie

Burgman M. A. et C. R. Neet (1989). « Analyse des risques d’extinction des populations naturelles », Oecologia generalis, 10 (3) : 233-243.

Dresco-Dérouet L. (1970). Cycle de développement d’Avicularia avicularia (L.), araignée mygalomorphe, en captivité. Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Paris, 270 : 2299-2301.

Dresco-Dérouet L. et M. Gros (1970). Étude des mygales. III. Élevage d’une espèce de Guyane : Avicularia avicularia (L.). Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, Tome 42, n° 6, 1970(19721) : 1224-1227.

Dresco-Dérouet L. et M. Gros (1972). Croissance pondérale et linéaire d’Avicularia avicularia (L.), araignée mygalomorphe. Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Paris, 274 : 1327-1330.

Emerit M. (1969). Contribution à l’étude des Gastéracanthes (Araneïdes, Argiopides) de Madagascar et des îles voisines, Thèse de Doctorat en Sciences naturelles, Montpellier, 434 pages.

Emerit M. (1972). « Le développement des Gastéracanthes (Araneida, Argiopidae). Une contribution à l’étude de la morphologie de l’appendice aranéidien », Bulletin du Musée royal d’Afrique Centrale, Tervuren, 195 : 1-103.

Fukushima C. S. et R. Bertani (2017). « Taxonomic revision and cladistic analysis of Avicularia Lamarck, 1818 (Araneae, Theraphosidae, Aviculariinae) with description of three new aviculariine genera », Zookeys, 659 : 1-185.

Lefkovitch, L. P. (1965). ‘The study of population growth in organisms grouped by stages ’, Biometrics, 21 : 1–18.

Legendre S. et J. Clobert (1995). ‘ULM, a software for conservation and evolutionary biologists ’, Journal of applied statistics, 22 : 817–834.

Leslie P. H. (1945). ‘On the use of matrices in certain population mathematics ’, Biometrika, 33 : 183–212.

Louis-Jean L. (2005). Gestion de la biodiversité dans un cadre de développement durable et législation concernant les mygales en Martinique : Avicularia versicolor et Acanthoscurria antillensis. Rapport Master 1 SDUEE/EBE à l’Université Pierre et Marie Curie, sous la tutelle du professeur Mme Célérier Marie-Louise, 30 pages.

Maréchal P. (1993). Ecophysiologie comparée du système visuel et rythmes d’activité au cours du développement chez Ischnothele guyanensis et deux autres mygales (Araneae), Thèse de Doctorat, Université Paris 6, 193 pages.

Maréchal P., C. Rollard, E.-A. Leguin et L. Monpiou (2009). « Étude sur l’état des populations de Avicularia versicolor, mygale endémique de la Martinique », rapport de synthèse missions 2007-2008, 74 pages.

Maréchal P. et E. Iinuma (2013). Étude sur l’état des populations de Avicularia versicolor, mygale endémique de la Martinique, rapport complémentaire, campagne 2012-2013, 28 pages.

Schaffer M. L. (1981). « Minimum population size for species conservation », BioScience, 31 (2) : 131-134.

Stradling D. J. (1978). The growth and maturation of the tarantula Avicularia avicularia L. Zoological Journal of the Linnean Society, 62 : 291–303.

Stradling D. J. (1994). Distribution and behavioural ecology of an arboreal tarantula spider in Trinidad. Biotropica, 26(1): 84-97

Haut de page

Notes

1 Logiciel en téléchargement libre sur http://www.biologie.ens.fr/~legendre/ulm/ulm.html.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Caribena versicolor, la Matoutou Falaise, mygale endémique de la Martinique.
Crédits Source : l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 2 : Prises de mesures du céphalothorax de la Matoutou Falaise sur le terrain.
Crédits Source : l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-3.png
Fichier image/png, 1,4k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-4.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-5.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-6.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-7.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-8.png
Fichier image/png, 1,6k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-9.png
Fichier image/png, 3,2k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-10.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-11.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12063/img-12.png
Fichier image/png, 1,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Maréchal, « La Matoutou Falaise, patrimoine naturel et culturel à préserver », Études caribéennes [En ligne], 1 | Juillet 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12063 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.12063

Haut de page

Auteur

Patrick Maréchal

Institut Caribéen pour la Nature et la Culture (ICNC), Président et directeur de recherche, patrick.marechal972@gmail.com, icnc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals