Navigation – Plan du site
Etudes urbaines africaines, approches complémentaires

L’importance de l’horticulture dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la protection de l’environnement à Brazzaville (République du Congo)

The Importance of Horticulture in the Fight against Food Insecurity, Poverty and Environmental Protection in Brazzaville (Republic of Congo)
Francelet Gildas Kimbatsa, Evelyne Mahoungou et Yolande Berton Ofoueme

Résumés

À Brazzaville, les phénomènes d’insécurité alimentaire, de pauvreté et de protection de l’environnement se posent avec acuité. Pour faire face à cette situation, les populations se tournent vers l’horticulture. Cette étude vise à montrer l’apport de l’horticulture dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la protection de l’environnement à Brazzaville. Elle s’est appuyée sur la recherche documentaire, la collecte des données de terrain dans les ménages, sur les enquêtes réalisées à base d’un questionnaire auprès de 305 ménages, les entretiens, et les observations directes. Il ressort de cette étude que l’horticulture est une activité à dominance féminine. Elle constitue une stratégie pour les populations de lutter contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la protection de l’environnement à Brazzaville. L’horticulture se pratique à l’aide d’un outillage et de techniques rudimentaires. Elle offre d’importants avantages à de nombreux citadins de la ville de Brazzaville. Il s’agit, de l’accès à l’alimentation, au revenu, à la satisfaction des divers problèmes sociaux et à la conservation des espaces verts de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les phénomènes d’insécurité alimentaire, de pauvreté et de protection de l’environnement sont devenus ces dernières décennies une préoccupation majeure des gouvernements des pays à travers le monde. Au Congo, ces phénomènes se posent avec acuité dans tous les départements du pays en général et celui de Brazzaville en particulier.

  • 1 Soit 2400 calories par jour par personne.

2Brazzaville capitale de la République du Congo abrite plus de 30 % de la population congolaise (CNSEE, 2007). Dans cette ville, plus d’un millier d’individus vivent avec moins d’un dollar par jour (PNUD, 2010). 60 à 70 % des citadins ne disposent pas de la ration alimentaire minimale recommandée par la FAO1. À côté de cette situation se greffe celle de la croissance de la population, de l’emploi et de la détérioration de l’environnement. Ceci rend de plus en plus difficile l’accès facile des populations aux services sociaux adéquats. La croissance de la population urbaine, comme l’expliquent Belantsi et Toreilles (1998), pose le problème des options de production et d’approvisionnement à partir des zones intra et périurbaines. Ils pensent qu’au Congo, la population en majorité urbaine s’accroît rapidement au rythme de 75 à 80 % alors que la production connaît une régression. Le besoin de l’alimentation est significatif et s’avère préoccupant.

3De fait, pour faire face aux épineux problèmes d’insécurité alimentaire, de pauvreté et de détérioration de l’environnement, les populations de Brazzaville se tournent vers l’horticulture. C’est le cas dans de nombreuses villes africaines où les populations pratiquent l’agriculture urbaine pour permettre aux familles à faibles revenus de produire des légumes et divers condiments (FAO, 2010). De nombreux travaux ont traité la question des stratégies utilisées à travers l’Afrique pour la lutte contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté, la détérioration de l’environnement en pratiquant l’horticulture (Naire, 1995 ; Ofouémé, 1996 ; Arditic et al., 1998 ; Moustier, 2001 ; Niang et al., 2002).

4L’horticulture pratiquée à Brazzaville est de type traditionnel. L’outillage et les techniques utilisés sont rudimentaires. Elle ne bénéficie d’aucun appui véritable de pouvoirs publics (Ofouémé, 1996), mais elle contribue à l’approvisionnement des marchés en produits alimentaires et ornementaux. La ville de Brazzaville et sa périphérie bénéficient d’une longue tradition agricole. D’après les auteurs Sita (1991, 1993), plus de deux tiers des ménages à Brazzaville pratiquent l’agriculture. Malgré l’exercice d’activités agricoles dans la ville, le niveau de vie de populations demeure assez bas (Notten et al., 2008). Au Congo-Brazzaville, la pratique de l’horticulture a commencé à l’époque coloniale, plus précisément dans les zones rurales situées au sud du pays, notamment dans les régions respectives du Pool, de la Bouenza et du Niari où se pratiquait la polyculture vivrière (Mankessi, 1990 et Ofouémé, 1996). Les légumes étaient destinés à l’autoconsommation et au commerce sur des marchés ruraux et urbains congolais. À Brazzaville, la pratique de l’horticulture remonte à l’arrivée de premiers missionnaires blancs catholiques et protestants, il y a plus d’un demi-siècle (Ofouémé, 1996).

5Pour cerner l’importance de cette activité à Brazzaville, il importe de s’interroger de la manière suivante : quel est l’impact de l’horticulture dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la protection de l’environnement à Brazzaville ? L’objectif principal de cette étude consiste à montrer l’apport de l’horticulture dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la protection de l’environnement à Brazzaville.

6La présente étude, après avoir exposé les données du contexte et présenté le cadre méthodologique de recherche, livre des observations de terrain qui permettent de mettre en exergue les effets positifs de l’horticulture qui touchent autant le secteur de l’alimentation que les aspects d’ordre économique, social et environnemental.

1. Les atouts naturels et humains de la zone d’étude

7Brazzaville est située dans la partie sud du Congo, entre 4°6'15" et 4°22'30" latitude Sud et entre 15°6'0" et 15°19'15" longitude Est (cf Figure 2). Brazzaville est la plus grande ville du Congo : elle abrite les sièges de toutes les institutions, le deuxième port et le premier aéroport du pays. La ville est délimitée au nord, par la Djiri, au sud et à l’est, par le fleuve Congo, et à l’ouest, par la sous-préfecture de Goma Tsé-Tsé (Landa, 2014). Le périmètre du département de Brazzaville est composé de trois zones distinctes : une zone urbaine, une zone semi-urbaine ou zone d’extension et enfin une zone rurale. À côté de ces trois zones, s’ajoute le district de l’île Mbamou rattachée à la ville de Brazzaville depuis mai 2011. Au regard de sa superficie de 20 000 hectares, Brazzaville est une petite ville moins étendue et moins développée que les autres métropoles de la région.

8La ville de Brazzaville bénéficie d’atouts naturels et humains pouvant faciliter l’exploitation maraîchère, fruitière et floriculture. Parmi ces atouts, on peut citer le relief, le climat, la végétation, etc. Le relief de Brazzaville est relativement plat avec néanmoins un secteur de collines (319 mètres) dominant la vallée du fleuve, sur les rebords des plateaux Batékés et, fusionnant à l’ouest avec des collines des plateaux des cataractes (Moukolo et Mpounza, 2001). Le climat qui règne dans la ville est de type équatorial, avec ses deux saisons caractéristiques (l’une pluvieuse et l’autre sèche). La grande saison de pluie commence en octobre et se termine en mai avec un ralentissement de pluies de janvier à février. Elle est caractérisée entre octobre et décembre par des pluies d’intensité moyenne et de longue durée, puis entre mars et mai par des pluies orageuses de courte durée. La saison sèche va de juin à septembre (Samba-Kimbata et Mpounza, 2001). La végétation dominante est constituée d’arbres fruitiers disséminés dans les parcelles d’habitation, les grandes artères et espaces de production agricole (Loubelo, 2002). La strate herbacée ne se rencontre que dans des endroits non mis en valeur. Le réseau hydrographique comprend le fleuve Congo, le Djoué, la Djiri et des cours d’eau secondaires, permanents ou temporaires. Le long du fleuve Congo, Brazzaville occupe des positions de terrasses alluviales et d’anciennes zones de marais actuellement exondées. Les sols sont fortement dénaturés, ferrallitiques, sableux et pauvres en matière organique et argile. Sa teneur est inférieure à 20 % (Schwartz, 1986). La pédogenèse est fortement influencée par la topographie.

9Selon le Centre national des statistiques et des études économiques (CNSEE), la population de Brazzaville était estimée à 1 373 382 habitants en 2007 avec un taux d’accroissement naturel de 35,21 % annuel et une densité de 4207,66 habitants par km2. La population jeune, constituée d’une main-d’œuvre valide, active et capable de prendre leur vie en main. La jeunesse de Brazzaville correspond à 53 % des actifs.

Figure 1. Situation de Brazzaville dans le contexte congolais

Figure 1. Situation de Brazzaville dans le contexte congolais

Source : CERGEC, 2009

Figure 2. Limite de la ville de Brazzaville

Figure 2. Limite de la ville de Brazzaville

Source : LANDA, 2014

2. Cadre méthodologique et enquêtes de terrain

10Deux phases importantes ont déterminé la réalisation de cette étude. La première phase a été celle de la collecte des données documentaires. Cette phase a connu deux moments : la première fut la consultation et la collecte des ouvrages ayant trait au thème abordé. En effet, il s’est agi d’exploiter dans les services publics-privés, les bibliothèques, l’internet, les rapports, les mémoires, les articles, etc. publiés au Congo et à ailleurs travers le monde. La seconde s’est consacrée plus spécifiquement à croiser les regards autour de la question de l’horticulture au Congo-Brazzaville, de voir comment elle est abordée dans les travaux antérieurs et à l’extérieur. Ces deux approches ont permis d’obtenir les données liées à la zone d’étude.

11Les observations de terrain ont constitué la deuxième phase de cette étude. Elles étaient capitales et ont permis un contact permanent avec la zone d’étude, les acteurs et les personnes-ressources. Deux stratégies ont été mises en œuvre pour collecter les données de terrain, à savoir : le questionnaire et les entretiens. Le questionnaire a été conçu et utilisé auprès des ménages-producteurs et avait pour priorité : l’identification des ménages-producteurs (qualité, quantité, taille, etc.), les secteurs agricoles, l’outillage, techniques de travail, les types de produits agricoles et leur rôle dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la protection de l’environnement. Les entretiens et interviews ont été menés sous forme de focus group entre les personnes-ressources évoluant dans les administrations publiques et privées en charge des questions agricoles et environnementales.

12L’échantillon choisi pour réaliser ce travail est de 305 personnes (tirées du 1/5 des 2000 ménages). Celles-ci ont été identifiées impartialement dans les six secteurs agricoles que compte la ville. Sur 305 fiches d’enquête, 300 fiches ont été traitées parce que nous avons écarté cinq fiches remplies partiellement. Deux logiciels ont été utilisés pour le traitement des données de terrain notamment l’Excel pour l’analyse des résultats, le Word pour la saisie du texte et Mapinfo pour l’établissement des cartes.

3. Résultats des observations de terrain

3.1. Une activité essentiellement féminine

13L’enquête sur la pratique de l’horticulture à Brazzaville a concerné six secteurs agricoles notamment Makélékélé, Madibou, Mfilou, Talangaï, Djiri, et l’île Mbamou ; au total 300 acteurs enquêtés repartis selon le tableau ci-après.

Tableau 1. Répartition des acteurs selon les filières de l’horticulture dans la zone d’étude

Acteurs

Effectifs

Maraîchers

195

Arboricultures

65

Floriculteurs

40

Total

300

Source : enquête de terrain, 2014

14D’après le tableau ci-dessus, les maraîchers sont les plus nombreux. Selon le dénombrement effectué, ils sont au total 195 acteurs. À côté d’eux viennent les arboriculteurs et floriculteurs qui comptent respectivement 65 et 40 acteurs.

15L’âge des acteurs varie entre 20 et 75 ans. Dans ces intervalles d’âges, les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Elles représentent 91 % de personnes interrogées. Les hommes ne représentent que 9 % des effectifs.

16L’enquête sur la formation, l’expérience professionnelle, le niveau d’instruction et les origines des acteurs ont donné les résultats suivants (cf. Figure 3).

Figure 3. Situation des acteurs sur leur formation dans la filière de l’horticulture à Brazzaville

Figure 3. Situation des acteurs sur leur formation dans la filière de l’horticulture à   Brazzaville

Source : enquête de terrain, 2014

17Selon la figure ci-dessus, 20 % d’exploitants interrogés, déclarent avoir reçu diverses formations (en menuiserie, en agropastorale, en maraîchage, etc.). 40 % des acteurs reconnaissent avoir déjà une expérience professionnelle dans l’horticulture d’une durée de 10 à 20 ans. Par contre, 11 % des acteurs déclarent n’avoir reçu aucune formation et n’ont aucune expérience professionnelle de l’activité. S’agissant du niveau d’instruction, 29 % des producteurs reconnaissent avoir un niveau d’études primaire et secondaire.

18La majorité des acteurs enquêtés dans la filière de l’horticulture demeurent à Brazzaville et sont originaire du Congo. L’enquête effectuée sur les départements d’origine de chaque acteur montre que 60 % des exploitants proviennent du département du Pool. 15 % sont originaires du département de la Bouenza et 20 % sont d’autres départements du Congo. Le sous-groupe prédominant les exploitants est celui de Kongo. Plusieurs raisons justifient cette prédominance à savoir les originaires de la région pionnière de l’horticulture, le dynamisme et la proximité de Brazzaville où la demande en produits horticoles est très forte. Les étrangers ne sont pas trop visibles dans l’horticulture à Brazzaville. Ceux qui l’exercent ne sont pas nombreux. Ils représentent à peine 5 % des acteurs. Il s’agit essentiellement des ressortissants de la République Démocratique du Congo (RDC).

3.2. De faibles étendues, des techniques et des outillages rudimentaires

19À Brazzaville, l’horticulture est pratiquée sur de faibles étendues de dimensions diverses : les parcelles sont étroites, leur longueur moyenne est comprise entre 15, 20, 30 mètres, voire 35 mètres, pour une largeur de 1,2 mètre. Les terrains sont divisés en blocs de deux, trois et quatre. Chaque bloc comprend un nombre donné de planches selon la préférence de chaque producteur (cf. Photographies 1 et 2). Des allées de 0,5 mètre sont prévues entre les blocs et les parcelles pour permettre la libre circulation des producteurs et le ruissellement des eaux.

  • 2 Soit environ 143 euros, 1 € correspond à 656 FCFA.

20Les techniques culturales (cf. Photographies 3 et 4) utilisées sont rudimentaires. Il s’agit de la mise ou remise en état des plantes, de l’ameublement du sol, de la fumure organique, minérale et dure piquage. Les principaux outils de travail sont archaïques à savoir la machette, la houe, la lime, la brouette, la pelle, l’arrosoir, la binette, le pulvérisateur plastique, etc. Le coût d’achat des outils est évalué à 94 000 FCFA2 l’année par horticulteur.

21Les différentes spéculations cultivées sont les fruits, fleurs, l’amarante, l’aubergine, la baselle, le safou, la mangue, l’avocat, la papaye, l’alamanda, le leya, les bougainvillées, etc.

22La récolte d’un produit agricole diffère d’une culture à l’autre. Par exemple, la récolte des feuilles de légume commence entre trois et quatre semaines après le repiquage. Elle est de trois à quatre mois environ pour les légumes fruits. Après la récolte, les produits sont divisés en deux parts. La plus grande partie est destinée à la vente. La petite partie est réservée à la consommation. Sur les marchés, les chaînes de vente s’effectuent selon trois circuits : producteur-détaillant-consommateur, producteur-grossiste-détaillant-consommateur et producteur — consommateur.

Photographies 1 et 2. Planches recouvertes de matière organique au site maraîcher de Jean Bikakoudi dans le secteur agricole de Madibou sur la Rive Droite du Djoué

Photographies 1 et 2. Planches recouvertes de matière organique au site maraîcher de Jean Bikakoudi dans le secteur agricole de Madibou sur la Rive Droite du Djoué

Source : E. Mahoungou, 2014

Photographie 3. Fumiers organique et minérale sous abris au site maraîcher de Jean BIKAKOUDI à la Rive Droite du Djoué

Photographie 3. Fumiers organique et minérale sous abris au site maraîcher de Jean BIKAKOUDI à la Rive Droite du Djoué

Source : E. Mahougou, 2014

Photographie 4. La fumure organique (le panicum)

Photographie 4. La fumure organique (le panicum)

Source : E. Mahoungou, 2014

3.3. Les coûts de production

23L’enquête sur les écarts entre les prix de production incluent une multitude de facteurs (physique, humain et économique) qui se répercutent sur l’horticulture induisent une divergence entre les coûts de production. Les tableaux 2 et 3 présentent les résultats de l’analyse de quelques acteurs de production. Cette analyse porte sur les prix de production des activités horticoles (en termes de valeurs absolues). Elle n’a pu être effectuée que pour les produits dont les données chronologiques relatives aux prix de production existent grâce à nos enquêtes personnelles.

Tableau 2. Compte d’exploitation prévisionnel des produits (légumes) maraîchers en 2014

Equipements/Investissement

Coût FCFA

Nombre de compagnes

d’usage

Amortissement par campagne ou par an en FCFA

Machettes

2 500

4

625

Houes

3 000

4

375

Limes

1 500

2

750

Brouettes

35 000

5

6000

Belles

5 000

4

375

Arrosoirs

7 000

4

1 500

Binettes

2 500

2

375

Pulvérisateur plastique

38 000

3

7 500

Décamètre

3 000

1

3 000

Total investissement

97 500

-

20 520

Source : enquête de terrain, 2014

Tableau 3. Compte d’exploitation prévisionnelle

Désignation

Durée

Prix unitaire

Montant total

Main d’œuvre de mise en culture

-

150 000

Défrichage

12h/an

1 500

18 000

Labour et mise en planches

12h/an

1 500

18 000

Repiquage

12h/an

1 500

18 000

Achat de semences

15h/J

18 750

622 000

Total fonctionnement

-

-

676 000

Source : enquête de terrain, 2014

Tableau 4. Compte d’exploitation prévisionnelle

Entretien des cultures

Quantité

Prix unitaire

Montant total

Achat engrais

1 sac

37 500

37 500

Achat fiente de poulets

10 sacs

2 500

25 000

Achat pesticides

1 litre

25 000

25 000

Main d’œuvre sarclage (3 fois)

12h/an

1 500

18 000

Main d’œuvre tuteurage

15h/J

1 500

18 000

Main d’œuvre fertilisation (3 fois)

12h/J

1 500

18 000

Main d’œuvre traitement phytosanitaire

12h/an

1 500

18 000

Total

14h/J

140 000

159 500

Source : enquête de terrain, 2014

24Les tableaux 3 et 4 montrent les comptes d’exploitation prévisionnelle des acteurs. Le tableau 3, précise les différentes tâches, les quantités, les prix unitaires et les totaux des montants. La réalisation de chaque étape tient compte du temps et de la disponibilité du montant à payer à celui qui s’occupera de cette tâche. Le tableau 4 présente les engrains utilisés par les acteurs pour fertiliser le sol en vue de maximiser les chances de la production et du revenu.

Tableau 5. Compte de commercialisation

Entretien des cultures

Quantité

Prix unitaire

Montant total

Main d’œuvre récolte

12h/an

18 000

Achat seaux de récolte

2

1 000

2 000

Achat panier, enveloppe dame-jeanne

10

500

5 000

Transport

-

-

101 000

Imprévus

-

-

30 000

Total

-

-

256 000

Source : enquête de terrain, 2014

25Ce compte de commercialisation est d’habitude établi après que les cultures atteignent maturité.

4. L’impact alimentaire, économique, social et environnemental de l’horticulture à Brazzaville

4.1. Les effets positifs de l’horticulture sur l’alimentation

26Les produits agricoles consommés dans les ménages à Brazzaville proviennent à plus 60 % de produits horticoles. Ils participent à 49 % dans la sécurité alimentaire de la population de la ville. Sur 300 horticulteurs rencontrés, 95 % déclarent mettre de côté une part importante des produits horticoles après la récolte. Cette part est naturellement destinée à l’alimentation. Par contre, 5 % des enquêtés reconnaissent n’avoir rien gardé de leur production pour l’alimentation. Dans la part réservée à l’alimentaire, 25 % des horticulteurs enquêtés citent les différents types des légumes feuilles les plus consommés. Il s’agit de l’épinard, de l’endive, de l’oseille, etc. En dehors des légumes feuilles, les légumes fruits ont été également cités par 40 % des exploitants. Le rôle important des produits arboricoles et floricoles dans la digestion après le repas et l’ornement ont été reconnu par 10 % des répondants. 20 % des exploitants tirent l’essentiel de leurs vitamines (A, B, E, K, sels minéraux, etc.), indispensables à l’organisme humain dans la consommation régulière des fruits et légumes.

4.2. L’impact de la pratique de l’horticulture sur les économies

27L’horticulture à Brazzaville est économiquement importante. Les apports de la filière horticole offrent des possibilités d’emplois pour une masse importante de la population brazzavilloise en situation de chômage. Entre 2013 et 2014, l’horticulture a créé 10 000 emplois directs et indirects répartis de la manière suivante : 5 000 emplois dans le maraîchage et 5 000 dans l’arboriculture et la floriculture. À la même période, la marge bénéficiaire réalisée par les maraîchers qui utilisent les eaux usées, potables, de puits, pour les superficies de 100 à 1000 m2, en tenant compte des charges globales d’exploitation, était de 1 224 000 FCFA. Elle était de 318 000 et 420 000 FCFA pour les arboriculteurs et les floriculteurs.

28L’exploitation maraîchère, fruitière et floriculture mobilisent depuis la production jusqu’à la commercialisation beaucoup de personnes (travailleurs à temps partiel, salariés en quête de ressources financières supplémentaires, étudiants diplômés, retraités et bien d’autres acteurs de corporations socio - professionnelles diverses).

29De manière spontanée et informelle, des réseaux d’activités interdépendants se sont constitués aussi bien en amont qu’en aval de l’horticulture. Ils contribuent ainsi à la création d’emplois dans les filières artisanales et de prestations de services. Les producteurs maraîchers et fleuristes par exemple font appel à de nombreux menuisiers et forgerons pour la fabrication de leur petit outillage aratoire tel que les arrosoirs, houes, binette, etc.

30Dans le secteur des services, l’horticulture fait appel à des charretiers transporteurs de matière organique (fumier, coques d’arachides, drêche, engrais minéraux, etc.) ou à des petits commerçants distributeurs d’intrants divers conditionnés et adaptés aux besoins et au pouvoir d’achat des exploitants des petits jardins. Les femmes quant à elles ne sont pas laissées pour compte puisqu’elles se spécialisent dans l’identification, la récolte et la vente de productions provenant des jardins maraîchers ou fruitiers où elles viennent s’approvisionner. Cette dernière activité leur permet, le plus souvent, d’établir de petits marchés, étals de légumes et de fruits à proximité des zones d’habitation.

31De plus, le manque de dispositions réglementaires sur les circuits traditionnels existants, le produit arrive au consommateur avec une grande marge séparant le prix de vente à la consommation (détail) du prix au producteur. Ce qui permet aux intermédiaires (transporteurs, commerçants, etc.) d’y trouver leur compte. De même, la présence de nombreux revendeurs qui s’approvisionnent sur les sites de culture constitue un facteur d’incitation pour les producteurs. Sur un autre plan, l’exploitation des ordures et autres déchets de tous ordres a encouragé l’émergence de filières artisanales de récupération/transformation/commercialisation qui contribue à créer de petits emplois qui concourent directement à la fourniture d’intrants et de petits matériels agricoles à l’agriculture urbaine. C’est ainsi que l’exploitation des décharges publiques dans plusieurs endroits de la ville permet à plusieurs groupes socioprofessionnels d’émerger, de s’exercer. Les artisans récupérateurs de fer et d’aluminium approvisionnent les petits producteurs en arrosoirs, râteau, etc. Les pneus et chambres à air usagés servent à la fabrication des puisettes utilisées pour l’exhaure de l’eau des puits au niveau des petites exploitations maraîchères et floricoles.

32Les productions horticoles affichent la complémentarité sur les autres produits alimentaires environnementaux tels que les produits manufacturés. La valorisation des produits de l’horticulture est aujourd’hui possible grâce à l’implantation des sociétés privées ayant investi dans la fabrication des jus de fruits, salade de fruits, de concentré de bissap. La production annuelle en 2014 des jus de fruits planète est de l’ordre de 70 % de concentré de fruits (raisin, orange, passion, ananas, etc.) frais par an (Ragec, 2014).

4.3. Le rôle des cultures maraîchères sur le plan social

33Les revenus tirés des ventes de légumes, fruits et fleurs produits à Brazzaville permettent de répondre aux besoins socio-économiques des acteurs. Les revenus redynamisent les exploitations, procurent aux acteurs un nouvel équipement (houes, pelles, pots, bacs, etc.). Ils facilitent l’investissement dans l’achat des intrants agricoles (semences, engrais, produits phytosanitaires, etc.). Les revenus interviennent dans le règlement de nombreux problèmes sociaux tels que : les diverses cotisations familiales. Elles représentent près de 5 % du revenu. La scolarisation, les soins de santé, occupent une part importante des revenus. Ils absorbent la moitié du revenu. L’investissement dans l’immobilier, l’achat des parcelles, la construction de tombeaux, le retrait de deuil et l’épargne utilisent le reste du revenu.

4.4. La contribution de la pratique de l’horticulture à la protection de l’environnement

34La pratique de l’horticulture à Brazzaville permet de conserver des espaces verts au sein de l’espace bâti. Ces espaces verts sont considérés comme le poumon vert de l’agglomération brazzavilloise. L’horticulture a une valeur écologique réelle. Elle recèle des richesses végétales et fauniques non négligeables pour le maintien de la biodiversité. Elle est même déclarée d’utilité publique par l’État en vue de son aménagement à des fins conservatoires. Les différentes facettes de sa fonction environnementale mettent en évidence que l’exploitation à des fins agricoles et sa protection peut contribuer au maintien de l’équilibre écologique de Brazzaville dans son ensemble.

35La modernisation et l’intensification des systèmes de production induisent une plus forte utilisation d’intrants. Les producteurs horticoles essayent de répondre à cette demande par le recyclage de différents types de déchets. Les activités de tri et de tamisage des déchets urbains emploient plusieurs personnes dans certains quartiers de Brazzaville dans la décharge publique d’après nos propres observations.

36Le produit obtenu est utilisé dans le maraîchage et la floriculture. Pour fertiliser leurs parcelles, les horticulteurs valorisent également les déchets des abattoirs. La litière des eucalyptus source de matière organique est un atout pour l’agriculture. Elle est utilisée par les fleuristes en compost en association avec la fumure animale.

37La croissance de la population urbaine de Brazzaville s’accompagne d’une augmentation importante de déchets qui posent des problèmes de salubrité publique et des économiques liés au coût de leur collecte. D’après l’actualisation de certains travaux, Brazzaville produirait plus de 1 000 tonnes de déchets par jour (FAO, 2012). À cet effet, l’horticulture remplit cette fonction. Elle participe au recyclage de ces déchets de trois manières : la première contribution est liée à l’amoncellement des tas d’ordures en bordure de pente dans la ville que les horticulteurs utilisent comme matière organique. Après la décomposition naturelle, ces amoncellements sont drainés par les eaux de ruissellement dans les vallées et les bas-fonds marécageux inondés en saison de pluies. En saison sèche, l’activité agricole recycle ces détritus quoique ce système pose aussi le problème de salubrité publique ; la deuxième contribution est liée aux stratégies mises en œuvre par les populations. Par exemple, les commerçants ambulants de fruits récupèrent les résidus de l’épluchage des fruits pour les revendre à des éleveurs de porcs familiaux. Le manioc, les fruits et légumes invendables sur les marchés sont aussi recyclés dans les différents élevages périurbains ; la troisième est la valorisation des eaux usées pour l’arrosage des plantes. Seulement, l’utilisation des eaux usées non traitées engendre cependant des problèmes de sûreté alimentaire des productions obtenues et par conséquent, entraîne des risques sanitaires qu’il est nécessaire de prendre en considération.

38À Brazzaville, le bâti perturbe l’écosystème car il crée des zones imperméables à l’infiltration des eaux de pluies dans le sol et provoque des inondations. Par ailleurs, la mise en valeur systématique des zones de pentes accélère les phénomènes d’érosion qui prennent parfois la forme des coulées de boues dramatiques. L’accélération des incidents liés à ces deux phénomènes montre l’utilité de préserver des zones entretenues vierges de construction, favorisant l’absorption des eaux et diminuant le ruissellement superficiel. Or, le maintien d’une activité agricole, sous réserve de pratiques adaptées, est un moyen d’entretenir l’occupation de ces zones.

39Par ailleurs, certaines zones de production de la ville sont devenues des lieux d’aération. Dans certains cas, des zones tampons qui diminuent les nuisances sonores et qui en certaines circonstances, deviennent des lieux de divertissement. Ainsi, l’horticulture modèle la physionomie de la ville par exemple les fleurs. Elles limitent la densité du domaine bâti en maintenant des espaces verts. Par exemple, les arbres fruitiers dans la ville de Brazzaville apportent de l’ombre et participent à la réduction de la pollution.

40Contraintes dans la pratique de l’horticulture

41Malgré ces fonctions importantes, la production horticole à Brazzaville demeure encore traditionnelle et se heurte à diverses contraintes, notamment foncières, institutionnelles, climatiques, techniques, commerciales et financières. Ces contraintes ne permettent pas la production des produits horticoles en quantité suffisante et permanente sur les marchés locaux.

5. Discussion

42La recherche documentaire et les enquêtes de terrain montrent que le milieu physique de la ville de Brazzaville est très propice aux activités agricoles. L’horticulture joue un rôle très important dans la sécurité alimentaire des Brazzavillois. Les revenus issus de cette activité interviennent dans de multiples besoins socio-économiques des populations. Plusieurs analyses de terrain, Ofouémé et Souka (1990) faisant les parts de marché et de production de légumes de la ville de Brazzaville soulignent que la ville couvrait 70 à 80 % de la consommation alimentaire. En cultures maraîchères, 10 % de la production fruitière alors que la production agricole représentait en tout environ 2 % de la consommation alimentaire de Brazzaville. Par ailleurs, L. Temple (2004) étudiant l’horticulture à Dakar démontre que la production de légumes de cette ville couvrait 60 % de la consommation urbaine alors que la production agricole représentait 10 % de la consommation légumière et fruitière. La production de la ville de Cotonou représentait 25 % de la consommation de légumes, le reste provient des zones rurales béninoises ainsi que du Nigeria et du Togo. Au Cameroun, la zone périurbaine de Yaoundé étendue sur un rayon approximatif de 60 kilomètres approvisionne à 90 % la ville en maïs, 62 % en plantain et 25 % en tomate. Au Cameroun, au Sénégal et au Togo, la production citadine en légumes est plus régulière que la production rurale grâce au recours à l’irrigation. Ces légumes constituent un élément central de l’équilibre nutritionnel des populations en situation économique précaire.

43L’horticulture contribue à la sauvegarde de l’environnement de la ville de Brazzaville. Ce constat a été fait également par certains travaux des auteurs. Arditic et Leplaideur (1998) soulignent l’intérêt de l’action de recherche de développement pour moderniser les systèmes de culture maraîchère à Brazzaville entreprise par AgriCongo. Niang et Seydou (2002), dans l’ouvrage Épuration des eaux usées et l’agriculture urbaine, traitent de la pratique de l’agriculture urbaine, activité concernant une large tranche de la population. Cet ouvrage enseigne par les bonnes pratiques de l’utilisation saine des eaux usées dans l’agriculture urbaine, secteur d’importance économique indéniable et de souveraineté alimentaire des villes.

Conclusion

44L’horticulture concerne de manière prioritaire les cultures maraîchères, fruitières et floricoles pour l’autoconsommation, l’ornement et pour la génération des revenus monétaires. La localisation de ces cultures dans les zones de production (haut et bas versants) permet la culture de contre saison par rapport aux zones rurales (cas du maraîchage). Lorsqu’on s’éloigne du centre de la ville vers la proche périphérie (30 à 50 kilomètres), on passe de l’horticulture intensive au vivrier intensif avec la culture du maïs, de l’arachide et au vivrier extensif (manioc, banane douce et plantain).

45Les analyses faites tout au long de notre étude montre que Brazzaville a des atouts importants pour le développement de l’agriculture en général et de l’horticulture en particulier. Le choix de procéder à une relance du secteur est donc justifié, car l’exploitation fruitière, floriculture, les productions maraîchères fruitières et floricoles ont des avantages comparatifs. Autour de Brazzaville, on enregistre un recul des espaces cultivés, alors que le remblayage des cuvettes et la vente des parcelles pour usage d’habitation se fait à un rythme qui peut donner des inquiétudes quant à la viabilité du système agricole urbain. L’évolution de la démographie, fruit d’une forte natalité et des flux migratoires, renchérit le coût de la terre et encourage ainsi une forte spéculation foncière. Pourtant, le maintien d’un équilibre entre urbanisation et horticulture peut exister à condition que les autorités concernées prennent de l’importance de l’horticulture intra et périurbaine dans l’amélioration de la qualité de la vie urbaine et dans l’approvisionnement de Brazzaville en aliments de haute valeur nutritionnelle.

46La faible coopération entre les producteurs pénalise leur prise en compte politique dans les stratégies du développement de la ville et, affaiblie leur pouvoir de négociation face aux commerçants. Il est absolument nécessaire que l’ensemble des acteurs sur le terrain ait une démarche intégrée et concertée non seulement pour l’amélioration des performances des systèmes de production, la réduction des nuisances et risques sanitaires, mais également pour la prise en compte des productions horticoles dans les schémas d’aménagement urbain. Anticiper son avenir et sa durabilité implique par conséquent de conduire des recherches dans un cadre interinstitutionnel pour faire partager l’intérêt que l’on doit lui accorder.

47Il est par ailleurs nécessaire de souligner que si les tendances communes peuvent être dégagées en termes de contraintes-opportunités, il convient de prendre en compte les spécificités locales de chaque ville.

Haut de page

Bibliographie

Arditic, C. et A. Leplaideur (1998). « Les filières maraîchères à Brazzaville, premiers éléments, Esquisse et programme de travail sur 4 ans Montpellier », Agro-Eco/88, n° 12.

Belantsi, R. et J-C. Toreilles (1998). « Dispositif d’appui au développement agricole périurbain au Congo, accompagnement des dynamiques d’installation des exploitations maraîchères et structuration des tissus professionnels », Agriculture périurbaine en Afrique Subsaharienne, Actes de l’atelier du 20-22/04/1998, Montpellier : 43-50.

Mankessi, J. (1990). Climat et production maraîchère à Brazzaville (Essai d’analyse agro climatique), Mémoire de D.E.S, Université Marien Ngouabi, Brazzaville.

Moukolo, N. et M. Mpounza (2001). « Relief et hydrographie du Congo », Atlas du Congo, 2e édition, Les éditions J.A.

Moustier, P (2009). Étude de la problématique de l’autosuffisance alimentaire au Congo, Rapport DD/DP/PRC/2009, FAO, Rome

Moustier, P., (1992). « Dynamique des vivriers à Brazzaville, les synthèses de l’anarchie et de l’inefficace », Cahiers des sciences humaines de l’ORSTOM 27 (1-2) : 2-10.

Moustier, P., (1994). Étude d’opportunités d’échanges régionaux de certains fruits et légumes en Afrique dans la perspective des échanges sud-sud : cas de la RCA et du Congo, CIRAD, FLHOR, PP. 10-50.

Naire, D-L. (1995). L’histoire de la constitution des filières. In filières maraîchères à Brazzaville, Brazzaville, CIRAD/AGRI-SUD/AgriCongo.

Notten, G., B. Makosso et A. Mpoue (2008). La pauvreté multidimensionnelle des enfants et des femmes en République du Congo, République du Congo, Ministère du Plan et de l’Aménagement du Territoire/UNICEF, URL : https://www.unicef.org/wcaro/wcaro_congo_poverty-resized.pdf

Ofoueme-Berton, Y (1996), L’approvisionnement des villes en Afrique noire : produire, vendre et consommer les légumes à Brazzaville, Thèse de Doctorat en Géographie, Université Bordeaux III.

Samba-Kimbata, M-J. et M. Mpouza (2001). « Climat du Congo », dans Atlas du Congo. Éditions J.A.

Schwartz, D. (1986). « Les sols des environs de Brazzaville et leur utilisation », dans Journées d’étude sur Brazzaville », Acte du colloque, Brazzaville (25-28 avril 1986), ORSTOM/AGECO : 37-56.

Sita, R. M. et L.B. Loko (1991). AgriCongo, projet de création d’un verger d’avocatier à la station de Kombe, décembre.

Sita, R. M., (1993). Note trimestrielle sur l’observation des agrumes à la station AgriCongo de Kombe, février.

Souka, J. F., (1987) : Le commerce de distribution des produits alimentaires à Brazzaville, Mémoire de DEA. Étude bibliographique, Université Bordeaux III.

Haut de page

Notes

1 Soit 2400 calories par jour par personne.

2 Soit environ 143 euros, 1 € correspond à 656 FCFA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation de Brazzaville dans le contexte congolais
Crédits Source : CERGEC, 2009
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2. Limite de la ville de Brazzaville
Crédits Source : LANDA, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3. Situation des acteurs sur leur formation dans la filière de l’horticulture à Brazzaville
Crédits Source : enquête de terrain, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12382/img-3.png
Fichier image/png, 8,4k
Titre Photographies 1 et 2. Planches recouvertes de matière organique au site maraîcher de Jean Bikakoudi dans le secteur agricole de Madibou sur la Rive Droite du Djoué
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Crédits Source : E. Mahoungou, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photographie 3. Fumiers organique et minérale sous abris au site maraîcher de Jean BIKAKOUDI à la Rive Droite du Djoué
Crédits Source : E. Mahougou, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12382/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photographie 4. La fumure organique (le panicum)
Crédits Source : E. Mahoungou, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12382/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francelet Gildas Kimbatsa, Evelyne Mahoungou et Yolande Berton Ofoueme, « L’importance de l’horticulture dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la protection de l’environnement à Brazzaville (République du Congo) », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12382 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.12382

Haut de page

Auteurs

Francelet Gildas Kimbatsa

Parcours type Géographie, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, Université Marien NGOUABI Congo-Brazzaville, fkimbatsa@yahoo.com

Articles du même auteur

Evelyne Mahoungou

Parcours type Géographie, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, Université Marien NGOUABI Congo-Brazzaville

Yolande Berton Ofoueme

Professeure des Universités, coordonnatrice de la formation doctorale de géographie, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, Université Marien NGOUABI

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals