Navigation – Plan du site
La ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe

Port-au-Prince : une ville caribéenne au cœur de l’impasse modernisatrice

Port-Au-Prince: a Caribbean City at the Heart of the Modernizing Impasse
Jacques Nesi

Résumés

Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, préoccupe l’analyste en raison du violent séisme qui a détruit le 12 janvier 2010 la quasi-totalité de l’espace urbain et les principaux symboles de l’Etat, mais également parce que la pauvreté, sous les effets conjugués des vulnérabilités environnementales et de la crise d’adaptation à la mondialisation, y étend ses tentacules. Loin d’aborder la pauvreté à Port-au-Prince selon le prisme économique qui dissimule le piège soulevé par l’objet d’étude, l’approche privilégiée vise à analyser les différents discours diffusés sur la pauvreté dans la capitale, son appropriation par les élites et les masses qui tentent d’en tirer profit, en fonction de leurs intérêts, sans nier le poids de l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Jamais l’image d’une ville abandonnée, marquée par la pauvreté, ne s’est imposée avec autant de certitudes que celle de Port-au-Prince aujourd’hui. Ce qui reste de l’espace urbain après le séisme du 12 janvier 2010 est un champ de ruines, une capitale transfigurée en dépotoir, où se dessine en pointillé un chaos indescriptible. Elle s’offre un spectacle de désolation où des hordes de marchandes, des gens affairés déambulent sur des trottoirs occupés par des vendeurs de produits de tous genres. Une ville qui absorbe vite le regard et le corps entier du visiteur. « Odeur des eaux usées qui s’écoulent à terre et des piles d’immondices qui sont amassées çà et là, tentatives dérisoires de nettoyage ; odeur aussi du pétrole non raffiné s’échappant des centaines de véhicules qui passent en permanence dans un bruit tonitruant ; odeur enfin de la sueur, qui flotte dans l’air et va jusqu’à coller aux billets et aux pièces de monnaie. Les roues sont défoncées. Les trottoirs aussi… » (Cruise, 2014). Port-au-Prince, où trônent des pneus d’occasion, se dessinent des « coulées de déchets », « des flaques d’eaux usées », où les eaux sales et les déchets abandonnés serpentent les rues vers la baie, qui, il y a quelques années, offrait l’hospitalité à des milliers de touristes en croisière. Pourtant, cette capitale que les familles aisées s’empressent de quitter concentre en des espaces réduits, limités au centre urbain des activités économiques les plus importantes. Elle tient sa différenciation des autres capitales par son ambivalence : un degré extrême de pauvreté et une minorité réfugiée dans les villas, puis des classes moyennes et pauvres. Elles conduisent de façon consciente une lutte à mort pour l’occupation des espaces les moins dégradants, reléguant le pauvre dans un carcan. L’analyse de la pauvreté dans la capitale est ainsi construite selon un schéma spécifique. Tout effort d’explication, d’extrapolation des observations propres à la capitale à des terrains urbains autres que Port-au-Prince est vain. Aussi, les solutions proposées jusqu’ici visant à limiter la pauvreté se révèlent souvent inefficaces, insuffisantes et peu convaincantes. Elles circonscrivent la question dans un champ quantitatif associé à la mobilisation des outils de l’économisme, niant le paradigme culturaliste. N’a-t-on pas tort de négliger la culture comme lieu de construction d’une nouvelle relation entre les Haïtiens et les biens consommables ?

2Il est difficile de définir la pauvreté dans l’absolu. C’est une notion relative et variable selon les périodes, les sociétés (Sen, 1982 ; WAgle, 2002) La pauvreté ne signifie pas la même chose en Europe, aux États unis, en Haïti (Galbraith, 1979 ; Sach et Esteva, 1996 ; Rahnema, 2003 ; Bauman, 2009). La pauvreté est la situation d’individus, de groupes démunis de ressources jugées essentielles et se trouvant dans une précarité. Des travaux sont consacrés à la compréhension du phénomène de la « pauvreté » (Dehoorne et al., 2013a, 2013b ; Hillali, 2013 ; Sarrasin et Ramahatra, 2013). Les approches sont variables d’une société à une autre. Dans les pays développés, la pauvreté est mesurée en termes d’inégalités entre les différentes catégories socio-économiques. Elle est également étudiée sous l’angle de la précarité au point où le concept précariat éclaire l’émergence une nouvelle classe sociale marquée par l’insécurité économique, les privations quotidiennes et le poids des accidents de la vie. Cette classe est étudiée comme une menace pour l’équilibre social, économique et politique, telle est l’approche de Standing Guy (2017). Certains travaux portent un intérêt sur les mécanismes d’exclusion des pauvres, notamment dans les grandes villes (Paugam et al., 2017). Les approches varient également d’une discipline à une autre : économistes, politologues sociologues abordent la pauvreté sous des angles différents, ce qui donne au phénomène une dimension plurielle (Fusco, 2007).

3Cet article propose une nouvelle approche de la pauvreté à Port-au-Prince. Pour mieux la cerner, il examine les implications d’une « profonde révolution culturelle » nécessaire à la redéfinition d’un espace infra-urbain. La pauvreté renvoie à diverses représentations : elles sont évoquées non pour la comprendre, mais pour la « figer » dans des catégories fixes. En décrivant ses diverses formes, l’analyste est habitué à négliger les éléments de corrélation. Au lieu de se laisser influencer par les stratégies énonciatrices de la pauvreté, l’article tente de comprendre « l’erreur » ou le « piège » soulevé par l’objet, à retrouver derrière le discours misérabiliste ce qui est caché. Il nous apparaît ici utile de nous référer à la méthode esquissée par Michel Foucault : « Pour l’histoire des idées, la différence, telle qu’elle apparaît, est erreur, ou piège ; au lieu de se laisser arrêter par elle, la sagacité de l’analyse doit chercher à la dénouer : à retrouver au-dessous d’elle une différence plus petite, et au-dessous de celle-ci, une autre plus limitée encore, et ceci indéfiniment jusqu’à la limite idéale qui serait la non-différence de la parfaite continuité. L’archéologie en revanche, prend pour objet de sa description ce qu’on tient habituellement pour obstacle : elle n’a pas pour projet de surmonter les différences, mais de les analyser, de dire en quoi, au juste, elles consistent, et de les différencier » (Foucault, 1969). Nous inspirant de la démarche foucaultienne, nous nous démarquons d’une évaluation quantitative de la pauvreté (Institut haïtien des statistiques et d’informatique, 2014) objet de nombreuses études et champs d’expertise d’une communauté spécifique pour poser l’hypothèse que la pauvreté, résultat de l’échec des politiques économiques adaptées à l’environnement politique et social, renvoie à une déconnexion de l’autochtonie du processus culturel de nature occidentale.

4La littérature sur la pauvreté en Haïti partage un constat unanime et accablant : la pauvreté caractérise de façon structurelle la société haïtienne, elle la marque dans ses pans entiers, la domine dans ses moindres compartiments, entrave ses efforts de modernisation et de consolidation de la démocratie. Ainsi, la pauvreté en Haïti est intimement liée à la société haïtienne, et elle tend à s’accentuer davantage notamment depuis les années 1980. « La pauvreté est l’expression absolue de ce que certains auteurs appellent la désarticulation sociale : raccourci permettant de synthétiser toutes les situations traduisant l’écart important et croissant entre les niveaux de vie des couches dites supérieures et inférieures des populations des pays du Tiers Monde… Plus encore, ce phénomène prend à son niveau un caractère tellement massif et démesuré qu’il tend à déterminer les caractéristiques principales de sa formation économique et sociale. Pourtant, ou peut-être à cause de cette situation d’évidence de la pauvreté massive en Haïti, le phénomène n’a pas tellement fait l’objet d’études circonstanciées et systématiques malgré que beaucoup d’indicateurs aient été accumulés là-dessus et que des études partielles aient été réalisées sur certains domaines de la vie économique et sociale » (Cadet, 1996). Cette étude tente de comprendre les mécanismes reproducteurs de la pauvreté, les politiques aggravantes de la situation économique de tendance néo-libérale, dont les effets frappent de plein fouet les catégories les plus vulnérables, telles, les femmes, les paysans, les fonctionnaires, les enfants de rue vite transformés en frontaliers errants, obstinés et acharnés, sur les chemins de la survie1.

5Mais l’étude qui étudie les liens entre pauvreté et paysannerie est celle de l’économiste suédois Mats Lundahl (1979) qui étudie les liens entre la paysannerie et la pauvreté. L’État est pour lui un État prédateur (Predatory State) qui se charge d’enrichir les élites qui le perçoivent comme une machine visant à éloigner les masses périphériques du centre politique. Les Haïtiens sont ravalés au rang de sujets mis au rabais pour être au service des clans au pouvoir (Lundahl, 1992).

6Notre article est divisé en deux parties : la première vise à comprendre les représentations de la pauvreté par la prise en compte de la dimension locale. Et par une compréhension des différents discours sur la pauvreté en Haïti, nous cherchons à comprendre pourquoi ils sont inscrits dans un ordre déterminé par la trajectoire de l’histoire.

7La deuxième partie s’attache à comprendre les limites imposées par l’importation d’un modèle économique, d’une vision économique de l’homme incarnée par l’homo oeconomicus qui entre en dissonance avec les croyances et les valeurs de la réalité haïtienne. Elle montre comment l’appropriation de l’étiquetage pauvreté fait l’objet d’une double appropriation, d’une part par les élites, de l’autre par les masses pauvres.

1. Port-au-Prince : vulnérabilités environnementales et crise d’adaptation

8Port-au-Prince est caractérisée par la sur- occupation de l’espace et l’explosion démographique. Elle devait accueillir 150 000 habitants, elle en comptait pourtant 715 000 en 1980,1 500 000 en 1988 et 2 274 000 en 1996.1 500 000 vivent dans des bidonvilles, soit sur 22% de l’espace urbain. (Hurbon, 2012). Cette enflure démographique ne trouve pas sa justification dans le post- séisme du 12 janvier 2010, elle s’explique plutôt par les effets conjugués des vulnérabilités environnementales et d’une crise d’adaptation d’Haïti à l’économie tournée davantage vers l’extraversion par la production de biens destinés à l’exportation et l’ouverture de son marché aux produits nord-américains et dominicains. Les conséquences en sont dramatiques : le coût du logement à la capitale, la démission de l’État quant à son rôle de rationaliser l’occupation de l’espace, l’exode rural dû aux défis climatiques et à la décroissance des rendements des terres agricoles, l’absence de politiques en matière de logement expliquent l’extension de la pauvreté à la capitale.

  • 2 Les études chiffrées sur la pauvreté sont rendues publiques par l’Institut haïtien des statistiques (...)

9Et comment s’en sortir ? L’organisation de l’économie mondiale est pensée à travers la hiérarchisation : les capitaux des sociétés riches et des sociétés moins riches. Le critère de distinction est fondé sur l’accumulation des biens et la capacité de celles-ci à s’insérer dans un ordre imposé. La pauvreté est ainsi associée à une opération de qualification des individus par rapport à leurs performances économiques. Ils sont sommés ainsi de choisir leurs camps, de se justifier dans le contexte d’une compétition pour se hisser au niveau de la grandeur. Ce qui apparaît à première vue comme une tendance universelle à s’accommoder d’un modèle économique porteur de valeurs de solidarité sécrète la distinction, en reprenant l’explication de Paul Ricœur. « La justification est la stratégie par laquelle les compétiteurs font accréditer leurs places respectives dans ce que les auteurs appellent des économies de la grandeur. C’est donc du concept d’économie de la grandeur qu’il faut d’abord parler avant de rendre compte de l’entreprise de justification en tant qu’opération de qualification des personnes par rapport à la situation qu’elles occupent sur l’échelle des grandeurs » (Ricœur, 2004). Les Haïtiens sont forcément égarés, perturbés, saisis par l’improbabilité de reproduire des postures de justification. En effet, l’incapacité à reproduire avec efficacité les référentiels économiques vaut également exclusion, mise hors-piste. La prétention à la différence est ici bannie, enfermée dans un processus d’évaluation de sa taille par rapport aux autres. C’est par une approche de la reconnaissance de la régression économique que le modèle néo-classique tire sa supériorité et légitime la rhétorique sur la pauvreté2.

10C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le poids du phénomène.

1.1. Le poids de la pauvreté

11Haïti dispose de trois atouts très souvent évoqués : sa position stratégique au milieu de la mer des Caraïbes à quelques kilomètres des États-Unis d’Amérique, la jeunesse de sa population (dont 64 % ont moins de 24 ans), un patrimoine culturel source de richesses et de croissance en matière touristique. Pourtant, ces potentialités ne sont exploitées : plus de 6 millions d’Haïtiens, sur une population totale de 10,4 millions soit 59 %, vivent sous le seuil de pauvreté, fixé à 2,41 dollars par jour, et plus de 2,5 millions (24 %) sous le seuil de pauvreté extrême (1,23 dollar par jour). À la lutte contre le fléau s’opposent les approches des experts d’origine interne et externes, somme toute homogènes. Elles se résument à une définition des politiques économiques installant l’État au cœur du dispositif lié à un volontarisme des acteurs locaux. Elles préconisent que la réduction de la pauvreté passe par une croissance durable et forte, la réduction des inégalités, la lutte systématique contre l’exclusion sociale. « Les entrepreneurs, quels qu’ils soient — fermiers, petites entreprises, sociétés industrielles et entreprises multinationales — sont au cœur du processus de développement. Ils fournissent plus de 90 % des jobs, et représentent donc des acteurs incontournables pour la croissance. Leur décision d’investir est déterminée par le climat d’investissements, et le climat d’investissements, c’est le gouvernement qui le détermine, car c’est au gouvernement à garantir les droits de propriété, à assurer la sécurité des transactions, à fournir l’infrastructure à des coûts modérés et stables, à pratiquer une politique fiscale d’encouragement et d’incitation à la réalisation d’investissements, à entourer le marché du travail et le marché des capitaux du cadre propre à les inciter à contribuer à la croissance. C’est au Gouvernement qu’il appartient de prendre des mesures efficaces de lutte contre la corruption, de maintien d’un environnement politique démocratique et fonctionnel et d’un climat sécuritaire satisfaisant » (Bazin, 2009). En outre, d’autres recommandations vont dans le sens de la définition d’une politique de rattrapage permettant l’insertion d’Haïti dans l’économie internationale par la production de biens à forte valeur ajoutée et la relance de l’agriculture (CEPAL, 2005)

12Pour comprendre le discours sur la pauvreté en Haïti, il faudrait se demander si les représentations de la pauvreté sont homogènes et partagées par les analystes en ce qui concerne Haïti. Par le recours à des données empiriques, essayons de cerner le profil d’un pauvre à la capitale.

  • 3 Banque mondiale, 23 juin 2017, ww.banquemondiale.org/fr
  • 4 Des indications quantitatives sur l’état de la pauvreté en Haïti : « La pauvreté est généralisée en (...)

13Répondre à cette question mobilise autant de figures différentes que de situations disparates et hétérogènes. Le pauvre y est perçu comme un individu portant des vêtements en guenilles, pieds nus, cheveux hirsutes, espérant une obole dans la sébile aux coins des rues de la Capitale que le passant fait retentir, sous les regards méprisants des spectateurs. Replié dans les bidonvilles abandonnés où s’entassent des immondices visitées par des porcs élevés en plein air, l’individu regagne le soir, aux termes d’une longue journée harassante qui l’a vu offrir un plateau de petits produits dont la valeur totale n’est pas supérieure à 100 euros. Pourtant, ce sont les maigres recettes de sa journée que la famille, nombreuse, mobilise les frais d’achat de produits de qualité médiocre destinés au repas du soir. La figure du pauvre est ce déraciné rejeté par la ruralité où les inondations répétées conjuguées aux pertes de récolte, de têtes de bétail, dépourvu de toute perspective de recapitalisation, qui s’installe à la capitale, dans l’espoir d’un changement de vie. Le pauvre vit au milieu des immondices, dans des bicoques délabrées, dépourvues d’eau potable, d’installations sanitaires incapables de résister aux pluies, il croupit dans des tanières investies par des bandits recherchés ou connus par les services de la police nationale (Alter presse, 2018). C’est également un père de famille dont les enfants meurent avant le cinquième anniversaire, alors que son espérance de vie n’est que de 63 ans. Les enfants survivants ne sont pas scolarisés, n’ont pas accès aux soins faute de moyen3. Ainsi, on se rend compte de la difficulté à identifier la pauvreté à une catégorie spécifique. Et sans doute, souligne-t-elle le caractère complexe du phénomène qui s’accompagne de doutes et de prudence dans le cadre des politiques publiques ou des actions des organisations non gouvernementales4.

  • 5 Le rapport de la Banque Mondiale souligne que les dépenses publiques de santé par habitant n’atteig (...)

14Mais la pauvreté en Haïti renvoie-t-elle aux significations communes à d’autres sociétés ? La dimension locale n’est pas souvent prise en compte dans ses représentations. Phénomène relatif, la pauvreté est intimement liée aux considérations locales, aux orientations consuméristes des pauvres, de leurs désirs, de leurs frustrations, du contraste entre les habitants de la capitale, de leur lieu de résidence et de leur capital social. Elle échappe à la compréhension, aux catégories d’analyse et aux critères des experts : par exemple, le seuil de pauvreté international fixé à 1,25 dollar par jour par l’ONU dans ses objectifs du millénaire pour le développement est un code symbolique qui est peu opératoire en ce qui concerne Haïti. Conçu pour des sociétés fondées sur l’accumulation des richesses et des biens, ce critère d’évaluation de la pauvreté est le résultat d’une conception purement maîtrisée de la notion de richesse ; il pose problème, parce qu’il ne nous renseigne pas sur la réalité de la pauvreté en Haïti, notamment à Port-au-Prince où elle désigne des réalités très hétérogènes : en effet, peu de citoyens haïtiens occupent un emploi, ne sont bénéficiaires de revenus de transfert dans le cadre d’un filet de sécurité protecteur. En revanche, ils accèdent aux ressources qui financent l’achat de biens qu’on serait tenté de considérer comme étant supérieurs. Elle obéit plutôt aux relations qu’entretient l’individu avec les biens dont ils sont privés comme critère de distinction, de différenciation, dans une société où le pauvre est dévalorisé, approprié par une expérience malheureuse5.

1.2. Les sources de légitimation

  • 6 Christian Aid (2008) a analysé les effets provoqués par la libéralisation du commerce dans l’agricu (...)

15Le discours sur la pauvreté en Haïti est alimenté par plusieurs sources et diverses approches. La première d’ordre économique associe les faiblesses structurelles de la production agricole aux déficiences de l’intervention étatique, et la récurrence des cycles de crises économiques. (Girault, 1992). La libéralisation économique après le départ de Jean-Claude Duvalier, a certes, suscité des attentes des catégories les plus pauvres, mais elle s’est soldé par un échec marqué par la destruction de l’agriculture vivrière, l’importation massive du riz, le rétrécissement des marchés d’exportation, l’explosion de la contrebande, l’aggravation de l’oisiveté dans la campagne (Aid, 20086 ; Fréguin, 2006 ; PAPDA, 2011).

16La seconde approche d’ordre historique renvoie au modèle de la rente qui émerge des décombres de la victoire des troupes indigènes, en 1804. Ce modèle constitué par les anciens libres, s’appuie sur les catégories les plus marginalisées de la société comme étant des forces productives. Malgré les luttes revendicatrices ouvertes à leur initiative pour une participation équitable aux richesses, elles sont appauvries par le mode de structuration de la production agricole. Celle-ci reste dépendante de l’archaïsme colonial marqué par l’usage des instruments rudimentaires (houe, machette, pioche), l’absence des moyens techniques et financiers, et la faible valorisation des ressources naturelles, la faible implication des communications, l’échec de l’institutionnalisation des services publics au bénéfice des catégories les plus faibles. Cette crise de la fin du XIXe siècle connaît son point culminant avec l’effondrement des prix du café sur le marché international, conjuguée aux effets de la dette de l’indépendance, et se traduit par l’accumulation de rente fortifiée par le passage de l’État, voie d’accès royale pour l’enrichissement rapide. (Cadet, 1996)

  • 7 Une étude de l’Université américaine Yale confirme l’introduction du choléra en Haïti par les troup (...)

17La troisième approche d’ordre néocolonial porte sur les effets destructeurs de l’occupation américaine d’Haïti de 1915 à 1934. Le premier est la transformation de la main-d’œuvre paysanne d’une part, en force de travail nécessaire à la production des biens agricoles destinés au marché américain, de l’autre en une migration de la main-d’œuvre agricole vers des sites de production industrielle dans la Caraïbe. Enfin, le marché états-unien, au XXe siècle s’est orienté vers la recherche d’autres matières premières à haute valeur ajoutée, et les logiques imposées par la nouvelle division du travail international, ajoutées à l’incapacité d’Haïti à investir dans des filières lui permettant d’avoir des avantages comparatifs, explique la situation désastreuse des masses paysannes. Ainsi, « dans les régions les plus sèches du pays la menace de la disette est toujours latente. La malnutrition aggrave l’état sanitaire du monde rural, le manque d’hygiène est absolu et général. La famille rurale s’alimente en eau et à la rivière, au canal ou à la mare. Les campagnes n’ont pratiquement pas de médecins et leur isolement se traduit également par l’analphabétisme quasi général. » (Cadet, 1996). Ce tableau reflète les facteurs aggravants de la pauvreté dus à l’introduction du choléra en Haïti par les soldats onusiens du Népal7.

18On voit bien que ce discours sur la pauvreté semble enfermer celle-ci dans un paradigme déterministe, lié à l’historicité, à la trajectoire de l’histoire contrastant avec le bilan décliné comme un échec malgré la rupture avec l’ordre esclavagiste réalisée avec éclat. Néanmoins, l’indépendance des anciens esclaves qui poursuivait l’objectif de mettre fin à « la souffrance, l’abjection, l’humiliation, la violence », n’a pas abouti à la construction d’un ordre égalitaire. Et même la commémoration de l’indépendance d’Haïti bute sur un « échec » « un fiasco des gesticulations livrées aux projecteurs » non seulement parce qu’elle renseigne « après deux siècles d’indépendance » l’état « d’une population accroupie dans la misère » (Corten, 2006), mais parce qu’elle « a conduit au redoublement, à de nouvelles formes de servitude, activités de l’autre que l’on pratique par soi-même et contre soi-même » (Mbembe, 2010). Les remarques de Corten et Mbembe soulignent la responsabilité des élites locales dans cet échec. Mais essayons de comprendre les usages qu’elles en font.

2. Le savoir sur la pauvreté

19La pauvreté n’est pas seulement un objet de qualification d’une société. Elle produit un savoir sur la nature de la société existante et son évolution dans le futur. Elle renseigne sur les institutions qui, dans un corps-à-corps avec les normes, tentent de réduire ses effets. La pauvreté enserre dans un univers ordonné les individus qui s’affrontent pour la survie dans un champ de luttes. L’appropriation de la rhétorique de la pauvreté fait l’objet d’une interprétation spécifique de la part des élites locales. Celles-ci revisitent les causes de la pauvreté par sa dissociation avec la corruption, l’incurie administrative, l’évanescence de l’État qui renvoient par effets de miroir à la banalisation de l’indépendance.

2.1. Une banalisation de la portée de l’acte libérateur assumé par les anciens esclaves

  • 8 M.R.Trouillot explique que « ce silence des généralistes s’étale dans les manuels et les livres de (...)

20Les facteurs explicatifs de la pauvreté méritent d’être soulignés. Néanmoins, plus récemment, la rhétorique dominante est celle du paradigme linéaire de la colonisation. Explique-t-elle la pauvreté en Haïti ? À des intervalles plus ou moins réguliers, la question d’un ton accusateur souvent s’est posée. Elle trouve sa justification dans les conditions qui entourent la lutte en faveur de l’égalité des hommes. Son indépendance considérée comme un arrachement, une entorse à l’ordre colonial, est un acte d’une portée planétaire, quoique réduit à une dimension banale, triviale et ordinaire (Eugène, 2003 ; Elizabeth, 2003 ; Léonard, 2003). Le traitement de la Révolution haïtienne s’est confondu avec son aversion, prolongée par le silence des historiens, déniant les enjeux de savoirs que soulève l’exploitation du champ haïtien dans l’espace des révolutions. (Trouillot, 1995)8

21On comprend alors que la reconnaissance internationale de l’indépendance soit liée au versement d’une forte indemnité au roi Charles X. En effet, à la politique de rupture engagée par les nouveaux dirigeants haïtiens sur fond de tensions avec la France, a répondu une offensive engagée par celle-ci en vue du versement d’une indemnité aux anciens colons. L’indemnisation est-elle pensable, recevable, dans un contexte de guerres où le vaincu est récompensé, le vainqueur sanctionné ? Sous la menace militaire, aux termes des négociations, le roi Charles X par une ordonnance datée du 17 avril 1825, exige de verser « à la Caisse des Dépôts et Consignations de France en cinq termes égaux, d’année en année, le premier échéant le 31 décembre 1825, la somme destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité ». (Blancpain et Dorigny, 2004) Les dirigeants haïtiens acceptent ainsi, pendant cinquante ans de luttes diplomatiques, de sortir de l’ostracisme et de vider le contentieux franco-haïtien qui entrave l’émancipation et l’épanouissement économique d’Haïti.

22Cette sanction imposée au lendemain de l’indépendance obère les virtualités de son économie. Aussi, ses principales ressources sont-elles destinées à assumer avec dignité les obligations de la dette. Mais cette sanction est un message adressé aux autres peuples qui ont engagé leur libération. Les dirigeants haïtiens au lendemain de l’indépendance, enserrés dans un ordre régional contraignant, porteur de valeurs de solidarité, ont apporté leur aide matérielle, logistique aux combattants de la liberté en Amérique latine. (Bourhis-Mariotti, 2015) Pourtant, les résultats des efforts engagés en vue de la consolidation de l’indépendance sont disproportionnés quant au bilan désastreux superposé à l’enracinement de la pauvreté. Une rhétorique du pessimisme surgit, jugeant futile l’héroïsme des libérateurs haïtiens. Elle ternit la portée de l’héroïsme, l’esprit conquérant, la symbolique de l’exemplarité, minimise les effets de la serpe révolutionnaire, se fracassant contre la pauvreté dans la société haïtienne. Irréversible, elle avance comme une hydre comme si Haïti n’a pas su tirer profit des tentatives de modernisation économique et politique engagées au XIXe siècle. Cette rhétorique érige en même temps en modèle la civilisation occidentale qu’Haïti n’a pas su copier et en faire une réussite. Ce modèle lié à l’économisme, aux valeurs quantitatives, à l’organisation spatiale de la société a triomphé dans le contexte esclavagiste (Piketty, 2013). La comparaison de la période florissante de la « perle des Antilles » avec l’ère contemporaine est une manière inintelligible de comprendre les discours portés sur l’échec des politiques économiques engagées par les dirigeants haïtiens. D’abord, le modèle esclavagiste, fondé non pas sur la rémunération, mais sur le rendement de la force de travail sans contrepartie distribuée au « travailleur » est une économie gagnante, exclusive. Ensuite, le mode de production à grande échelle sur les espaces les plus fertiles ne correspond plus aux dotations factorielles de l’après-libération (Pierre-Charles, 1967). En plus de la géographie, des modes de culture — il fallait produire pour la métropole — les performances économiques espérées après l’indépendance sont entravées par les stratégies guerrières. Ces performances sont influencées par les effets de la destructuration de l’économie, d’une part. De l’autre, les luttes politiques, accompagnées de la présence permanente de l’armée, la mauvaise gestion économique des dirigeants ont conduit à la débâcle économique (Charles, 1994). On l’aura compris, c’est un raisonnement qui permet de saisir les liens entre la pauvreté et les usages que les élites et les masses populaires en font. Cette articulation permet de penser le rapport que ces deux catégories entretiennent avec la pauvreté comme marqueur de différenciation sociale et de prise de distance avec l’autre (Casimir, 2009).

2.2. L’appropriation de la pauvreté par les élites locales

  • 9 Le Monde, 22 février 2010 
  • 10 La Croix, 30 mars 2010

23L’appropriation de la pauvreté par les élites est analysée à travers le déploiement de leurs stratégies de rente et de prédation. Le séisme du 12 janvier 2010 est révélateur du comportement rationnel de l’entrepreneur à la capitale : le bilan impressionnant tant par son ampleur que par ses effets sert de référence à notre grille d’analyse (Jean, 2017). C’est une catastrophe qui entraîne, en effet, la disparition de plus de 300 000 personnes9, l’effondrement à 90 % des édifices publics, y compris le palais national, la cathédrale, les facultés, les hôpitaux, les églises, les édifices publics, 11 bâtiments sur 13 de l’université d’État, plus de 2 000 écoles publiques et privées10, les hôtels, les magasins, 7 milliards de dollars US (Revue Projet, 2014), sur fond d’irresponsabilité et d’ignorance des dirigeants haïtiens et des bailleurs de fonds (Calais, 2017). Il est intéressant à ce point de vue de reprendre l’hypothèse de « l’exploitation religieuse des souffrances du peuple » soulevée par Hurbon. Renforcée par « le niveau d’éducation scientifiquement faible », associée à une prétention de sauver les Haïtiens, elle est illustrée par l’opportunisme des religions — l’islam assisté de son ONG, les fondamentalistes évangéliques des États-Unis — qui s’est signalé par leur intrusion dans les « campements de fortune où s’entassent des milliers de survivants du séisme et de nombreux habitants de bidonvilles non sinistrés venus profiter de l’aide offerte par les ONG » (Hurbon, 2012). On peut indiquer également qu’une croisade évangélique organisée par Billy Graham et son fils, puis un autre pasteur des États-Unis font une interprétation religieuse du séisme, lié à un relâchement de la compassion divine sur la capitale. Le châtiment que représenterait le séisme fait l’objet d’une exploitation par les pentecôtistes qui stigmatisent les vodouisants et les perçoivent comme étant à l’origine de l’épidémie du choléra. Les témoignages ne pèsent aucun poids face à la recherche d’un pis-aller : ce qui compte ce sont les résultats » pratiques qui sont recherchés en priorité : changement de moralité, nouvelle famille, rupture avec la famille et la communauté traditionnelle, avantages sociaux et économiques. Il se produit bien une uniformisation progressive des religions, et cela se vérifie dans la quête elle-même de faveurs individuelles : résolution de difficultés matrimoniales emploi, visa pour les États-Unis ou un pays étranger quelconque, guérisons, logement décent, éloignement des mauvais sorts) (Hurbon, 2012). La misère étant un défi insoluble à l’État, entre dans l’arène religieuse et s’y installe, s’épanouit notamment dans un terreau propice à l’institution d’un « sauve-qui-peut individuel ». On ne peut s’arrêter là : il nous faut poursuivre le questionnement sur la pauvreté et le succès du pentecôtisme à la capitale.

24L’exploitation de la religion est soulignée également par la coïncidence entre la justification à la catastrophe et l’imminence de la fin d’un monde tant annoncée par le pentecôtisme à Port-au-Prince et d’autres mouvements religieux. Faute d’explications rationnelles, la foule désemparée, saisie par la soudaineté et la puissance du séisme, se réfugie dans les pratiques religieuses. « La perspective du châtiment n’est pas la première à se présenter à la foule, mais elle s’approche, car c’est la fin du monde, prévue selon la Bible à une date inconnue… et qui s’adresse aussi aux survivants, mais en frappant au départ les récalcitrants à la conversion autant que les innocents. » Ces derniers nourrissent leur foi quant aux contacts des « soins thérapeutiques, solidarité, occasions de rencontre » des membres qui trouvent dans les services religieux des « possibilités de catharsis face au désarroi de la vie quotidienne marquée par l’absence d’emplois… » (Hurbon, 2012) Ce succès du protestantisme, qui s’explique par le poids qu’il exerce dans l’univers médiatique à titre monopolistique, est dû à une entreprise pensée, travaillée par un usage ambivalent du vaudou : sa « diabolisation » et son exploitation en permanence, son renouvellement, l’adaptation de ses pratiques.

25Mais cette place si importante qu’occupe le protestantisme semble être une réponse à la souffrance que développent les âmes désemparées face à l’explosion de la misère. Celles-ci sont méfiantes du sens caché de l’expression généreuse des donateurs, des acteurs de l’aide internationale. D’autant que celle-ci est critiquée pour son inefficacité : elle ne répond pas aux défis de la souffrance haïtienne parce qu’elle n’a pas pour objectif de la panser, mais plutôt de l’entretenir, et en faire un motif de révolte ; parce que le souffrant haïtien vit dans une impasse instituée par des expériences frustrantes qui au nom de la générosité bien comprise se sont transformées en machines à fabriquer des estropiés et des handicapés. À titre d’illustration, on peut signaler la hâte que mettent des médecins recrutés par des ONG lors du séisme du 12 janvier 2010 à amputer les jambes, c’est également l’effet dévastateur de l’épidémie du choléra introduite par des soldats népalais de l’ONU.

  • 11 La CIRH est créée le 10 avril 2010 par la loi de l’état d’urgence pour une durée de 18 mois. « Sa f (...)

26D’autres modalités d’appropriation se déploient : elles renvoient à une intervention des acteurs de la communauté internationale. Depuis 1990, ils définissent leur agenda et leur politique au nom d’une croisade contre la pauvreté, qui prend des proportions plus importantes au lendemain du séisme du 12 janvier 2010. Les défis de la reconstruction de la capitale et ceux de la pauvreté seraient désormais résolus selon les « schémas imposés par les technocrates d’Harvard Business School. Haïti devait s’insérer dans les paramètres de l’efficacité capitaliste » (Seitenfus, 2015). Le modèle économique inspiré de Taïwan, transformerait Haïti en un vaste entrepôt, une vaste usine de production du textile, d’attraction du tourisme et de centres d’appel en capacité de concurrencer d’autres sites de la caraïbe. L’état de catastrophe, soutenu par la création de la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH), a réveillé les espoirs de la société haïtienne, incarnés par l’activisme et l’emballement compassionnel de Bill Clinton, les attitudes carriéristes des fonctionnaires internationaux, le retrait imprudent des autorités politiques locales de l’espace étatique. L’échec de la reconstruction du paysage port-au-princien sous l’impulsion de la CIRH ajouté aux effets ravageurs de l’ouragan Matthew les 3 et octobre 2016 posent l’hypothèse de la construction d’échappée favorable aux masses11.

2.3. L’appropriation de la pauvreté par les masses

  • 12 La presse locale accorde une large diffusion des actes de banditisme qui ont été enregistrés dans d (...)
  • 13 www.alterpresse.org, 7 juin 2017

27Le lien entre la pauvreté à Cité Soleil et le développement des zones franches est établi par les analystes qui montrent que contrairement aux politiques coloniales européennes qui ne toléraient aucune activité alternative aux migrants ruraux, on a assisté au gonflement des villes à « l’infiltration sûre des interstices et des limites de la ville » (Cruise, 2011). L’extension des espaces qui échappent au contrôle des nantis qui s’octroient les espaces les plus saints et laissent se développer de nouvelles formes d’économie de survie, de la débrouille. En effet, des espaces proches de la capitale haïtienne sont des « espaces dérogatoires, illégaux et informels », tels les quartiers de Martissant, Cité Soleil, où des gangs armés rivalisent d’autorité avec les autorités de la police nationale. L’échec du désarmement des anciens membres de l’armée, l’inefficacité des actions de lutte contre le banditisme, la pauvreté, la porosité des frontières haïtiano-dominicaines, l’absence de contrôle sur la quantité d’armes en circulation, l’impunité, la corruption des magistrats… sont les facteurs explicatifs le plus souvent annoncés. La question à se poser : la criminalité se développe-t-elle davantage dans des espaces pauvres ?12 La lecture des différents rapports des organisations locales de défense des droits humains met en avant cette hypothèse, sous-tendue par la complicité des autorités de police avec les « bandits » connus par les autorités, recrutés comme attachés à la sécurité des parlementaires13. Ils appartiennent à des réseaux qui se consacrent à l’exploitation des rentes générées par le trafic d’armes, l’enlèvement des personnes et l’insertion de la violence dans l’organisation et la structuration des forces politiques. Les acteurs politiques, traitant en toute clandestinité des relations avec les « chefs » des gangs de ces bidonvilles, entrent dans l’arène par l’intégration dans leur offre, lors des différentes consultations électorales, des modalités de déploiement de la violence. Les acteurs politiques, de gauche ou de droite, sont pris à leur piège : ils ont tiré profit de la politisation de ces groupes recomposés en milice, par leur implication dans les luttes qui ont conduit au départ de Jean-Bertrand Aristide en 2004, à l’interposition des Casques bleus de l’ONU, et par une alliance tacite, reproduisant la violence « infrapolitique » dans les bidonvilles. « Face à leurs adversaires, des acteurs politiques ayant pour objectif de conserver le pouvoir ou de le conquérir peuvent s’allier à des groupes s’adonnant à la contrebande ou au trafic de stupéfiants, d’armes et de munitions dont l’objectif est tout au moins de vassaliser le pouvoir d’État. Ces derniers cherchent toujours à garder une certaine autonomie leur permettant de redéfinir les alliances en fonction de l’évolution des rapports de force. Ces alliances ont été observées dans la situation haïtienne ces dernières années… Le pouvoir de marchandage gardé par les “chefs” des quartiers populaires tant aux Gonaïves qu’à Cité Soleil, facilité somme toute par la faiblesse des acteurs politiques (partis politiques et leaders) s’est révélé un facteur d’instabilité… »Cet accaparement des moyens matériels par des acteurs, comme moyen de sortie de la pauvreté, nuance la thèse anthropologique d’Oscar Lewis selon laquelle les individus reproduisent des normes et attitudes transmises de génération en génération et perpétuent l’état de pauvreté, produisant ainsi une véritable culture de la dépendance et une incitation au fatalisme (Duvoux, 2010).

Conclusion

28Cette lecture de la pauvreté par les masses pauvres repliées dans des bidonvilles sanctuarisés participe d’une nouvelle dynamique d’interaction entre les masses populaires et les élites. Comme si leurs relations sont établies par des alliances irréversibles, elles adoptent des attitudes d’indifférenciation. D’un côté, les élites, dépouillées de toute conscience sociale, influencées par le modèle occidental se réfugient dans le cosmopolitisme renforcé par la mondialisation, elles s’en approprient avec délectation non pas par effets d’adaptation, mais pour construire des digues d’un Apartheid social. De l’autre, les masses populaires repoussées dans les quartiers pouilleux de Port-au-Prince construisent de nouvelles formes de survie, de résilience et d’adaptation n’excluant pas le déchaînement de la violence sociale et politique, en marge de l’État, alimentant des poches de paupérisation et de marginalisation des catégories les plus pauvres, cherchant enfin dans le vote, dans l’émigration vers l’étranger une sortie du tunnel. On pourrait toujours souhaiter la reconstruction de l’État soutenu par un appareil bureaucratique moderne, porteur de politiques publiques visant à « répondre aux besoins de santé, d’éducation de la population, promouvoir des systèmes d’adduction d’eau et d’égouts construits dans des villes telles que Port-au-Prince, exprimer la vocation séculaire des élites et promouvoir l’unité des Haïtiens » (Thomaz, 2005).

29La pauvreté renvoie à des représentations matérielles qui sous-tendent un choix culturel. L’imaginaire haïtien est influencé par l’image que lui renvoient les pays occidentaux : forgé par la périphérie qui l’a projeté dans la pauvreté, il serait incapable de s’en sortir. L’appropriation de son état est non seulement un handicap à sa transformation, parce que déterminé par le poids de l’histoire, mais encore il inscrit ses efforts dans une logique de retard. Il ne pourrait résorber les écarts de son rattrapage : il est pris au piège du modèle de la croissance de Rostow dont la dernière étape est la consommation de masse (Rostow, 1960). Or il ne pourra jamais atteindre ces étapes, qui apparaissent lointaines et utopiques. En effet, il ne suffit pas d’adhérer à ces étapes, faudrait-il qu’elles soient compatibles avec les potentialités, les capacités d’Haïti. Sa jeunesse, sa diaspora, deux atouts majeurs du développement d’Haïti, deux forces motrices nécessaires à une « profonde révolution culturelle » ne sont pas valorisées comme des éléments » nécessaires à la redéfinition d’un espace infra-urbain. « Celle-ci commence par une modification du regard » qu’Haïti « porte sur elle-même, restaurer son image dans le miroir, se respecter, s’estimer à nouveau… participer à l’œuvre d’édification de l’humanité en bâtissant une civilisation plus responsable, plus responsable de l’environnement, plus soucieuse de l’environnement, de l’équilibre entre les différents ordres, des générations à venir, du bien commun, de la dignité humaine : une civilisation poétique » (Sarr, 2016).

Haut de page

Bibliographie

Aid, C. (2008). « Haïti : dans l’engrenage de la libéralisation agricole », Mondialisation.ca. URL <http:// www.mondialisation.ca>

Bauman, Z. (2009). Vies perdues, La modernité et ses exclus, Payot.

Bazin, Marc — Louis (2009). « Haïti (économie) III, Les composantes d’une stratégie », Le Nouvelliste, 21 mai 2009.

Blancpain, F., M. Dorigny et R. Debray (dir.) (2004). Haïti et la France, Rapport à Dominique de Villepin, ministre des Affaires étrangères, Paris, La Table ronde.

Borhorquez C. L. (2003). L’ambivalente présence d’Haïti dans l’indépendance du Venezuela, dans M. Dorigny (dir.), Haïti première République noire, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer : 227-240.

Bourhis-Mariotti, C. (2015). L’Union fait la force. Les noirs américains et Haïti 1804-1893, Presses universitaires de Rennes.  

Bulletin de l’Association haïtienne des Économistes (2002). Lutte contre la pauvreté et Politique économique en Haïti, 1 (3).

Cadet, C-L. (1996). Crise paupérisation et marginalisation dans l’Haïti contemporaine, Paris, UNICEF.

Calais E. (2010). Science et conscience dans la post-urgence du séisme d’Haïti, Paris, L’Harmattan.

Casimir, J. (2009). Haïti et ses élites. L’interminable dialogue de sourds, Port-au-Prince, Editions de l’Université d’État d’Haïti.

Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (2005). La pauvreté en Haïti : situation, causes et politiques de sortie, CEPALC, URL : https://repositorio.cepal.org/bitstream/handle/11362/25746/LCMEXR879f_fr.pdf

Corten, A. (2006). Planète misère. Chroniques de la pauvreté durable, Éditions Autrement.

Cruise, R. (2011). Géopolitique d’une périphérisation du bassin caribéen, Presses de l’Université du Québec.

Cruise, R. (2014). Une géographie populaire de la Caraïbe, Montréal Québec, Mémoire d’Encrier.

Dehoorne, O, C. Tatar et S. Theng (2013b). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », Études caribéennes, 24-25. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6578 

Dehoorne, O, C. Tatar et S. Theng (2013a). « Lorsque le tourisme se préoccupe de la pauvreté », Études caribéennes, 24-25. URL : <http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6476>.

Devienne, S. et S. Fréguin (2006), « Libéralisation économique et marginalisation de la paysannerie en Haïti : le cas de l’Arcahaie », Revue Tiers Monde 3 (187) : 621-641.

Dorigny (dir.), Haïti première République noire, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer : 155-175.

Duquesne, A-P. et J. Plaisir (2014), Quel développement sans État ? Le cas d’Haïti, Revue Projet (339).

Etzer, C. (1994). Le pouvoir politique en Haïti de 1957 à nos jours, Paris, Karthala.

Eugène, I. (2003). La normalisation des relations franco-haïtiennes (1825-1838), dans M.

Foucault, M. (1969). L’Archéologie du savoir, Paris, Editions Gallimard.

Fusco, A. (2007). La pauvreté : un concept multidimensionnel, Paris, L’Harmattan.

Galbraith, J.K. (1979) : Théorie de la Pauvreté de masse, Gallimard.

Girault, C. et G. Barthélemy (1992). La république haïtienne. État des lieux et perspectives, Paris, Karthala.

Gomez, E-L. (2013). Le spectre de la révolution noire. L’impact de la révolution haïtienne dans le monde atlantique 179-1886, Presses universitaires de Rennes.

 Hillali, M. (2013). « Du tourisme et de la pauvreté en Afrique : duel ou duo ? », Études caribéennes, 24-25. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6563

Hurbon, L. et J-D. Rainborn (dir.) (2012). Haïti, réinventer l’avenir, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Jean, F.A. (2013). Haïti, la fin d’une histoire économique, Port-au-Prince.

Léo, E. (2003). « Les relations entre les Petites Antilles françaises et Haïti de la politique du refoulement à la résignation (1804-1825) », dans M. Dorigny (dir.), Haïti première République noire, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer : 177-206.

Léonard, R-M. (2003). « L’indépendance d’Haïti : perceptions aux États-Unis 1894-1864 de Rose Marie Léonard », dans M. Dorigny (dir.), Haïti première République noire, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer : 207-226.

Lundahl M. (1992), Politics or markets: essays on Haitian underdevelopment, London, New York.

Lundahl, M. (1979). Peasants and poverty: a study of Haiti, London, Croom Helm.

Mbembe, A. (2010). Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, Paris, La Découverte.

Moïse, J. (2017). L’action humanitaire dans les pays du Sud : le cas d’Haïti. Essai d’analyse de l’échec de la reconstruction post-séisme, Paris, L’Harmattan.

Montas, R. (2002). Évolution macroéconomique, Pauvreté et inégalité en Haïti : 1986-2001, Port-au-Prince, PNUD.

Paugam S., B. Cousin, G. Camila et J. Naudet (2017). Ce que les riches pensent des pauvres, Paris, Seuil.

Pedersen, J. et K. Lockwood (2005). Determination of poverty Line for Haiti, FAFO Institute of Applied International Studies, London and New York.

Pierre-Charles, G. (1967). L’économie haïtienne et sa voie de développement, Paris, Editions Maisonneuve et Larose.

Piketty, T. (2013). Le capital au XXIe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Plateforme haïtienne de Plaidoyer pour un Développement alternatif (2001). Haïti dans l’impasse des politiques de libéralisation commerciale. L’opportunité d’un Moratoire aujourd’hui. Campagne pour un Moratoire sur les accords de libéralisation commerciale en Haïti, PAPDA.

PNUD (2002). La bonne gouvernance, un défi majeur pour le développement durable en Haïti, Port-au-Prince, Rapport national sur le développement humain.

Rahnema, M. (2003). Quand la misère chasse la pauvreté, Fayard/Actes sud.

Ricœur, P. (2004). Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock.

Rostow, W.W. (1960). The stages of Economic Growth: a Non-Communist Manifesto, Cambridge University Press.

Sachs, I. et G. Esteva (1996). Les ruines de développement, Serpent à plumes

Sarr F. (2016). Afrotopia, Paris, Philippe Rey.

Sarrasin, B. et H. Ramahatra (2013). « Le développement touristique à Tolagnaro et dans le Parc national d’Andohahela (Madagascar): la mise en valeur des ressources naturelles par la lutte contre la pauvreté », Études caribéennes, 24-25. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6557

Seitenfus, R. (2015). L’échec de l’aide internationale à Haïti. Dilemmes et égarements, Port-au-Prince, Editions de l’Université.

Sen, A. (1982). Poverty and Famines: An Essay on Entitlements and Deprivation, Oxford, Clarendon Press.

Standing, G (2017). Le précariat : les dangers d’une nouvelle classe, Paris, Les éditions de l’Opportun.

Thomaz, O.R. et M. Moore (2005). Elite perceptions of poverty and Inequality, London, Zed Books.

Trouillot, M.R. (1995). « Penser l’impensable : la révolution haïtienne et les horizons intellectuels de l’Occident », dans M. Hector (dir.), La révolution française et Haïti : filiations, ruptures, nouvelles dimensions, Port-au-Prince, Éditions Henri Deschamps : 399-416.

Wagle, U. (2002). « Repenser la pauvreté : définition et mesure », Revue nationale des sciences sociales, 171 : 175-186. DOI : 10.3917/riss.171.0175

Wiens, T. et C. Sobrado C. (1998). « Pauvreté rurale en Haïti », dans Haïti : les défis pour le soulagement de la pauvreté, Volume II, Documents techniques, Banque mondiale.

Haut de page

Notes

1 Voir le rapport 2011 sur www.un.org/fr/millenniumgoals/pdf/report2011_goal1pdf

2 Les études chiffrées sur la pauvreté sont rendues publiques par l’Institut haïtien des statistiques et d’informatique : elles soulignent la difficulté pour celui-ci à produire des données dans un cadre autonome. Il y parvient grâce à l’assistance technique de la Banque mondiale, d’un comité technique comprenant d’autres organismes qui ont développé un nouveau seuil de pauvreté pour Haïti. www.ihsi.ht : pdf/ecvmas/ Le taux de pauvreté extrême pour Haïti est de 24,7 % citant le Rapport OMD 2013 du Programme des Nations Unies pour le développement.

3 Banque mondiale, 23 juin 2017, ww.banquemondiale.org/fr

4 Des indications quantitatives sur l’état de la pauvreté en Haïti : « La pauvreté est généralisée en Haïti, avec un taux national de 58,7 % et un taux de pauvreté extrême de 23,9 % en 2012. Près de 6,3 millions d’Haïtiens ne peuvent pas satisfaire leurs besoins de base, et 2,5 millions vivent en dessous du seuil d’extrême pauvreté, ce qui signifie qu’ils ne peuvent même pas couvrir leurs besoins alimentaires. Un million de personnes vivent juste au-dessus du seuil de pauvreté et pourraient être poussées au-dessous à la suite d’un choc quelconque ; ce qu’implique que près de 70 % de la population sont soit pauvres soit vulnérables à la pauvreté. Seulement 2 % de la population possèdent un niveau de consommation qui excède les 10 dollars par jour ; ce qui représente le seuil de revenu de la région Latino-Américaine pour définir la classe moyenne. Tous les ans, un ménage haïtien typique doit faire face à plusieurs chocs. Environ 75 % des ménages ont été affecté économique » (http://www.ihsi.ht/pdf/ecvmas/ecvmas_)

5 Le rapport de la Banque Mondiale souligne que les dépenses publiques de santé par habitant n’atteignent que 13 dollars par an ce qui est inférieur à la moyenne de 15 dollars des pays à faible revenu, et bien en dessous de la moyenne des pays voisins comme la République dominicaine (180 dollars) ou Cuba (781 dollars). Pourtant, les besoins en matière de santé, la part du budget de l’état haïtien alloué à la santé n’a cessé de diminuer au cours de 12 dernières années, baissant de 16,6 % du budget national en 2004 — un chiffre supérieur à la moyenne de la région d’Amérique latine et Caraïbes — à 4,4 % du budget national actuel (Banque mondiale, 23 juin 2017, ww.banquemondiale.org/fr

6 Christian Aid (2008) a analysé les effets provoqués par la libéralisation du commerce dans l’agriculture, « pertes supposées principalement par la population rurale, dont 82 % vivent dans la pauvreté ». Il indique que : « des pertes particulièrement importantes ont été enregistrées dans les secteurs du riz et du sucre, qui sont tous les deux importants pour un grand nombre d’agriculteurs pauvres. La production de riz a chuté de près de moitié et des baisses aussi élevées ont été enregistrées dans la production sucrière puisque les industries de transformation ont été obligées de fermer leurs portes. La libéralisation a également contribué à la destruction de l’industrie avicole, un secteur qui avait développé une chaîne d’approvisionnement semi-industrielle qui marchait bien. Les investissements antérieurs des bailleurs de fonds dans les industries avicoles et sucrières ont été gaspillés, en laissant Haïti endosser le remboursement de prêts improductifs. Les gains espérés dans d’autres secteurs du fait de cette libéralisation ont été rares. Avec un tel déclin du secteur agricole, les revenus des agriculteurs ont chuté considérablement. Nous estimons qu’environ 831 900 personnes ont été directement affectées par la baisse des revenus due aux effets de la libéralisation dans trois secteurs de produits uniquement ».

7 Une étude de l’Université américaine Yale confirme l’introduction du choléra en Haïti par les troupes de l’ONU. (Le Monde, 14 août 2013) Cette démonstration est assurée par le rapport du Professeur Renaud de Piarroux. www.ph.ucla.edu/epi/snow/piarrouxcholerareport_french.pdf

8 M.R.Trouillot explique que « ce silence des généralistes s’étale dans les manuels et les livres de vulgarisation qui ont dressé des générations de scolarisés, en Europe, en Amérique et dans le Tiers Monde, qui leur ont appris que la période qui va de 1789 à 1843 pouvait proprement s’appeler l’âge des révolutions». Dans cet espace et à travers ces procédés qui rappellent le XVIIe siècle, la révolution haïtienne n’existe pas ; elle n’a pas eu lieu ». Ce silence est noté aux États-Unis, en Amérique latine, en Angleterre. Et même l’historien Éric Hobsbawn dans son livre « l’âge des révolutions, 1789-1843 », qui mentionne à peine la révolution haïtienne.

9 Le Monde, 22 février 2010 

10 La Croix, 30 mars 2010

11 La CIRH est créée le 10 avril 2010 par la loi de l’état d’urgence pour une durée de 18 mois. « Sa fonction principale était de veiller à une administration transparente, efficace et cohérente des ressources envoyées par la Communauté internationale. Elle s’inspirait du modèle utilisé au moment du tsunami qui avait ravagé Aceh en Indonésie. Les membres haïtiens étaient issus du pouvoir exécutif, de la diaspora, de mouvements sociaux et d’ONG. La coprésidence était exercée par le Premier ministre Jean Max Bellerive et l’ancien président des États-Unis, William Jefferson Clinton. À l’occasion de la conférence des donateurs en mars 2010 à New York les promesses de dons ont atteint le chiffre impressionnant de 11 milliards de dollars US pour les cinq années à venir. Sans comprendre la véritable fonction de la CIRH, aussitôt pour beaucoup de regards se sont tournés vers elle, aussi bien les regards bien intentionnés que les autres » (Steinfus, 2015 : 223).

12 La presse locale accorde une large diffusion des actes de banditisme qui ont été enregistrés dans des bidonvilles de Port-au-Prince de Grand Ravine, Martissant, Cinquième Avenue Bolosse, et de Ti Bois. (www.alterprese.org), « Les bandits armés imposent leur loi à l’entrée de Port-au-Prince », Le Nouvelliste, 11 juin 2018, www.lenouvelliste.com

13 www.alterpresse.org, 7 juin 2017

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Nesi, « Port-au-Prince : une ville caribéenne au cœur de l’impasse modernisatrice », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12483 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.12483

Haut de page

Auteur

Jacques Nesi

Laboratoire caribéen en sciences sociales (LCS2), Jacques_nesi@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals