Navigation – Plan du site

N° 43, 2019 – Economie de la Caraïbe

Image 100000000000038B000000C832C0C48B.png

Dans la cadre de ses activités sur les processus d’intégration économique régionale, la Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée lance un appel à contributions pour l’édition d’un numéro thématique «Economie de la Caraïbe aujourd’hui» de la Revue Etudes caribéennes (parution envisagée fin du premier semestre 2019).

La région de la Caraïbe doit être appréhendée économiquement par sa zone d’échanges naturelle qui comprend, outre sa composante insulaire, les territoires continentaux contigus. De ce point de vue, l’AEC apparaît comme une entité relativement plus pertinente par rapport à la Caricom, par exemple. L’espace caribéen subit des contraintes de population et environnementales qui impactent son développement économique actuel et futur. Confronté au vieillissement démographique, à une cohésion sociale insuffisante (chômage, croissance de la pauvreté, inégalité d’accès aux soins, insécurité des biens et des personnes), cet espace géographique se heurte aussi au défi climatique. La prégnance de ce problème est considérable car la zone ne résistera pas à une récurrence de reconstructions coûteuses, induites par des cyclones majeurs dévastateurs (risques élevés de migrations climatiques et de désertification économique).

Dans un contexte mondial libre-échangiste (de plus en plus de pays sont membres de l’OMC), les actions de développement économique doivent prendre en compte aujourd’hui des contraintes multidimensionnelles, par exemple en termes de répartition internationale des processus productifs. Ainsi, la mondialisation des activités bénéficie principalement aux pays en voie d’industrialisation ou dotés d’une industrie puissante. Cela aboutit à une concentration productive prépondérante dans la zone asiatique autour de la Chine, limitant de fait la capacité industrielle du reste du monde, celle-ci se maintenant à un niveau significatif dans des pays comme l’Allemagne ou les Etats-Unis. Des stratégies de niches industrielles restent accessibles à la plupart des Etats, notamment ceux de la Caraïbe. Aujourd’hui, l’économie de ces territoires est caractérisée par un dualisme productif. Activités traditionnelles agricoles et tertiaires (tourisme, transport, finance) côtoient des entreprises industrielles (et services associés) d’efficience inégale, rendant contrastées les remontées de filières ou l’insertion dans les chaînes de valeur mondiales. De ce point de vue, la qualité de l’innovation dans les processus productifs (en particulier dans la création de biens nouveaux) et le degré de qualification réelle de la population active sont déterminants de la capacité future de la Caraïbe à mieux s’insérer dans une mondialisation dans laquelle elle joue aujourd’hui un rôle marginal tant en termes d’échanges commerciaux que d’IDE en stock ou en flux. Le système financier de cette zone qui propose des activités en coin (paradis fiscal ou micro-crédit) ne semble pas suffisamment efficient dans son activité fondamentale de financement du développement économique local.

Des expériences d’intégration économique régionale ou d’accords de partenariat avec l’UE par exemple peuvent-elles permettre à cette zone de réduire les déséconomies liées à l’atomicité de ses territoires et de ses appareils productifs ? Ou a contrario n’est-il pas préférable, de façon très pragmatique, de promouvoir, dans le cadre de pôles de compétitivité pertinents, des coopérations internationales sur les modèles d’Airbus ou de l’Agence spatiale européenne pour mieux aborder la mondialisation actuelle ? En tout état de cause, la position géographique de la Caraïbe lui confère un atout significatif pour être un hub économique fécond entre l’UE, les Amériques du Nord et du Sud, notamment dans les activités du secteur tertiaire ou des services aux entreprises (numérique, intelligence artificielle, énergies renouvelables).

Toutes ces questions doivent être discutées dans le cadre de contributions qui répondront aux thèmes listés dans l’annexe ci-dessous. Des propositions d’articles autres que celles recensées dans cette annexe pourront être exprimées et seront examinées par le comité éditorial de la Revue.

Les propositions d’articles (500 mots max.) devront parvenir à Bernard Yvars avant le 25 septembre 2018 aux adresses électroniques suivantes :
bernard.yvars@scpobx.fr et yvars.bernard@yahoo.fr

A la date du 30 septembre 2018, le sommaire définitif du numéro thématique «Economie de la Caraïbe aujourd’hui» sera établi et communiqué aux différents auteurs. Les articles proposés ne devront pas excéder 45 000 signes (espaces compris), les textes en anglais et en espagnol étant acceptés. Ils devront parvenir en format électronique aux mêmes adresses au plus tard le 31 décembre 2018. D’ores et déjà, les contributeurs intéressés peuvent accéder aux instructions générales de la Revue aux auteurs en utilisant le lien ci-après : https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/812

Quelques indications complémentaires sur la rédaction économique seront fournies ultérieurement aux contributeurs retenus pour que les articles soient accessibles au plus grand nombre de lecteurs, notamment les non-économistes.

  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals