Navigation – Plan du site
Éditorial

Étudier la ville caribéenne

Study the Caribbean City
Estudiar la ciudad caribeña
Olivier Dehoorne, Huhua Cao et Dorina Ilies
Traduction(s) :
Study the Caribbean City

Résumés

La ville caribéenne constitue un objet singulier ; elle recouvre des réalités contrastées à travers des territoires composites, denses et complexes. Ces dynamiques urbaines s’imposent dans des espaces insulaires désorganisés marqués par des logiques économiques extraverties qui s’inscrivent dans l’histoire séculaire des économies de plantation. Les territoires urbains, désarticulés, fragmentés, juxtaposent des îlots de richesse et de vastes poches de pauvreté et d’exclusion.
Soulignant la richesse et la complexité de ce champ d’investigation qui demeure méconnu, l’objectif de la présente réflexion est de poser des éléments d’une grille de lecture et des pistes d’études pour investir la ville caribéenne.

Haut de page

Texte intégral

Photographie 1. La Havane, aperçu d’un quartier central

Photographie 1. La Havane, aperçu d’un quartier central

Source : O. Dehoorne, 2015

Introduction

« Au cœur ancien : un ordre clair, régenté, normalisé. Autour : une couronne bouillonnante, indéchiffrable, impossible, masquée par la misère et les charges obscurcies de l’Histoire. Si la ville créole ne disposait que de l’ordre de son centre, elle serait morte. Il lui faut le chaos de ses franges. C’est la beauté riche de l’horreur, l’ordre nanti du désordre. C’est la beauté palpitante dans l’horreur et l’ordre secret en plein cœur du désordre ».
Patrick Chamoiseau, Texaco, Gallimard 1992

1La ville caribéenne, cette inconnue. Établissements humains hétérogènes, héritages des premiers temps coloniaux, refuges des démunis et des sans-logis, métissées et fragmentées, les villes caribéennes affichent les ambitions économiques de ces territoires insulaires et autres rivages baignés par la mer des Caraïbes. D’aspect chaotique, juxtaposant des fragments de modernité et d’exotiques anachronismes, cette ville duale, objet social et vitrine politique, ouvre un champ d’investigation particulièrement riche. Tantôt d’allure européenne, reliquat d’Afrique — diront d’aucuns —, ville américaine — sans doute —, la ville caribéenne constitue bien un objet d’étude original.

2Ces villes s’inscrivent dans un contexte historique, celui de la colonisation des Amériques, et dans un environnement géographique singulier : des territoires insulaires, plus ou moins exigus, des bandes de terres continentales bordées de massifs montagneux sur les rivages sud-américains, à l’embouchure de vastes fleuves… C’est dans ces établissements humains denses et disparates que se concentrent les défis économiques et politiques de ces territoires. Conscients de leur singularité, de la richesse d’un patrimoine plus ou moins bien valorisé et des enjeux de développement qu’ils cristallisent, ces territoires de l’urbanité offrent un champ florissant pour la conduite de projets innovants, des initiatives de rénovation de quartiers en difficulté à la construction d’édifices répondant aux défis du XXIe siècle.

3Ces territoires urbains sont en premier lieu ceux des îles-villes à l’image de l’urbanisation diffuse qui couvre désormais l’essentiel des territoires de la Barbade, la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Martin... Ce sont également de vastes complexités urbaines comme l’East-West Corridor de Trinidad qui concentre près de la moitié de la population de l’île dans une suite de zones urbaines juxtaposées sur une trentaine de trente kilomètres, depuis le secteur littoral de Port of Spain jusqu’à Arima, contenue par les hauteurs de la Northern Range. Des ruines de Port-au-Prince aux ghettos de Kingston en passant par la douce léthargie de la capitale cubaine, La Havane l’orgueilleuse, les villes et les formes d’urbanités de l’espace caribéen constituent des objets d’études riches et complexes

  • 1 Ce livre n’est pas encore traduit en langue française et il n’existe pas à ce jour de travaux propo (...)

4Les études consacrées aux villes caribéennes restent limitées, notamment en langue française. Les principaux travaux — et les plus anciens — sont portés par des chercheurs de la Caraïbe anglophone — avec l’Université des West Indies. Les travaux de Lowenthal (1972), Comitas et Lowenthal (1973) et Cross (1979) forment un premier socle pour comprendre le contexte dans lequel s’établissent ces différentes entités urbaines. Les premiers travaux de référence qui développent une vision d’ensemble des villes caribéennes sont dirigés par R.B. Potter avec la publication d’une première synthèse Urbanization, Planning and Development in Caribbean en 1989, puis l’ouvrage de référence The Urban Caribbean in an Era of Global Change en 2000 — qui vient de faire l’objet d’une seconde édition enrichie en 20171. D’autres travaux proposent également des approches synthétiques, comme ceux de A. Portes, C. Dore-Cabral et P. Lanbolt (1997), E. Rojas (2002), Jaffe, de Bruijne et Schalkwijk (2008) et plus récemment C. Klaufus et R. Jaffe (2015) et R. Jaffe (2016a et 2016b). Les études urbaines les plus avancées sont consacrées à la ville de Kingston, dans le contexte jamaïcain. Ce sont les travaux de C. Clarke, avec sa thèse sur Kingston (1975, rééditée et actualisée 2006c), et ceux de H. Levy (2009). Les études portées par l’école jamaïcaine — le campus de Mona — mettent l’accent sur la question de la violence (Clarke, 2006b), la violence politique et le libéralisme (Eyre, 1984, 1986 ; Clarke, 2006a, 2016 ; Jaffre, 2012), les gangs et la drogue (Clarke, 2016 ; Campbell et Clarke, 2017), la pauvreté, l’exclusion et « la ghettoïsation du paradis » (Ford et Griffin, 1979 ; Eyre, 1983 ; Moser et Holland, 1997 ; de Bruijne et Schalkwijk, 2008 ; Clarke, 2010 ; Jaffe, 2008, 2016a), la vulnérabilité des plus pauvres ( Rajack et Barhate, 2004 ; Winchester et Szalachman, 2009)

5Sur le plan de la recherche francophone, la ville de Port-au-Prince est la plus étudiée, tant sous l’angle de la « modernisation manquée » (Lucien, 2013, 2014) que celui des catastrophes naturelles (Desse, Pierre et Lucien, 2010 ; Lucien, 2010) et de la vulnérabilité qui en résulte (Tamru et Piard, 2017). Les études sur les Antilles françaises restent éparses, telles celles de S. Letchimy (1992), D. Martouzet (2001 et 2002), J.V. Marc (2007) sur la ville de Fort-de-France. Des travaux récents investissent les questions des risques (Terral, 2013a, 2013b), de la revitalisation urbaine et de la dimension sociale (Depault, 2016), de l’agriculture urbaine et de la souveraineté alimentaire (Marc et Martouzet, 2012 ; Gignac, 2016) et des friches touristiques dans les paysages urbains (Dehoorne et Theng, 2016 ; Parent, 2016). M. Sélise, dans le cadre de sa thèse de géographie, a entrepris les premières approches comparatives entre les deux principales villes des Antilles françaises, Fort-de-France et Pointe-à-Pitre, et leurs voisines Castries et Roseau, respectivement capitales de Sainte-Lucie et de la Dominique.

6La « combinaison de territoires » (Roncayolo, 1990), les « irrégularités de la ville » (Roulleau-Berger, 1994) ouvrent de multiples pistes de recherche comme le décryptage des rapports sociaux (Lefebvre) dans ces paysages façonnés par d’implacables dynamiques de ségrégation socio-ethnico-spatiale. De l’exclusion à l’inclusion, avec les discours sur la mixité sociale — illusoire ? – dans ces territoires, denses et étroits, désarticulés, qui juxtaposent des fragmentations d’espaces aux antagonismes exacerbés, entre des îlots exclusifs qui concentrent des richesses excessives — ostentatoires — au pied desquels s’étendent des interstices — espaces refuges — où s’accumulent pauvreté, exclusion, discrimination et se recompose tant bien que mal un quotidien entre économie de survie, économie parallèle, économie illicite... Il s’agit bien d’investir ces territoires composites, de donner une « lisibilité du paysage urbain » (Lynch, 1976), décrypter le sens de l’enchevêtrement des symboles plus ou moins connus, d’identifier la cohérence et les logiques des territoires du quotidien.

1. Aux fondements de la ville caribéenne

1.1. Les étapes de la construction urbaine

7Les embryons d’urbanisation dans la Caraïbe remontent aux XVIe et XVIIe siècles avec la colonisation de ces pays et la mise en place d’une économie des plantations destinées à exporter leurs ressources. Le fait urbain demeurait réduit comme l’analyse Potter avec les phases successives du modèle de « plantopolis » (cf. Figure 1). Dans la phase initiale, la ville coloniale est le lieu du pouvoir politique. À partir de son port, elle polarise les échanges, les exportations agricoles, les services et les activités commerciales diverses. Au milieu du XIXe siècle, les processus d’émancipation ouvrent une seconde phase : la libération des esclaves donne lieu à une densification des espaces habités avec l’édification de villages libres dans des zones inoccupées, non appropriés, autour des plantations, dans les montagnes — et plus généralement les reliefs accidentés moins propices aux grandes plantations —, sur les bandes littorales. Les établissements urbains, portuaires, évoluent peu lors de cette période.

8Le troisième stade, à partir des années 1950, est celui de l’ère moderne. Il se caractérise par une extension et une densification des espaces urbains, avec une intensification des flux et des multiples relations avec l’intérieur de l’île. La croissance démographique se concentre dans les villes qui conjuguent les excédents de leur solde naturel et des apports migratoires avec l’exode rural de jeunes travailleurs. La croissance urbaine s’impose à partir des années 1950 et s’accélère à partir de 1970. La part des populations urbaines dans les territoires de la Caraïbe passe alors de 36,5 % en 1960 à 57,5 % en 1990 pour atteindre aujourd’hui plus de 70 %.

Figure 1. Les étapes de la construction urbaine dans la Caraïbe (d’après Potter - 2004)

Figure 1. Les étapes de la construction urbaine dans la Caraïbe (d’après Potter - 2004)

Source : d’après Potter — 2004

9Dans les petits territoires insulaires, le taux d’urbanisation excède rapidement les 80 % et peut atteindre 100 % comme à Saint-Martin et Caïmans (cf. Tableau 1). Certains taux peuvent apparaître relativement faibles selon les comptages et les définitions en vigueur. Par exemple, la Barbade n’a officiellement que 39 % de populations urbaines, mais dans les faits, avec une densité de 642 habitants/km2 (et une superficie de 430 km2), la majorité du territoire est marquée par la diffusion de formes d’urbanisation diverses. Les modes de vie sont plus proches de l’urbanité, les coûts du foncier et de l’immobilier y dessinent le zonage implacable d’une stratification sociale établie.

Tableau 1. L’évolution de l’urbanisation de la Caraïbe insulaire

Territoire

superficie

Densité

(hab/km2)

Plus grande ville

Populations urbaines (en milliers)

Taux d’urbanisation (%)

Croissance annuelle moyenne 2010-2015

1990

2014

2050

1990

2014

2050

Bahamas

13 940 km2

214

Nassau

205

317

430

80

83

87

0,1

Barbade

430 km2

642

Bridgetown

58

90

122

33

32

39

-0,4

Caïmans

260 km2

170

George Town

25

59

67

100

100

100

0

Cuba

110 860 km2

102

La Havane

7 777

8 666

7 833

73

77

83

0,1

Curaçao

450 km2

385

Willemstad

124

145

162

85

89

91

-0,1

Dominique

754 km2

96

Roseau

45

50

59

63

69

78

0,4

Grenade

350 km2

258

St-Georges

32

38

42

33

36

44

-0,1

Guadeloupe

1 628 km2

249

Pointe-à-Pitre

371

-

-

96

98

99

0

Haïti

27 750 km2

375

Port-au-Prince

2 027

6 009

10 936

29

57

76

2,4

Iles Vierges américaines

352 km2

302

Charlotte Amalie

91

102

100

88

95

97

0,2

Iles Vierges britanniques

153 km2

156

Road Town

6

13

20

63

69

78

0,4

Jamaïque

11 425 km2

245

Kingston

1169

1 527

1 900

49

55

68

0,4

Martinique

1 128 km2

344

Fort-de-France

309

360

365

86

89

91

0

Porto-Rico

8 870 km2

420

San Juan

3 270

3 449

3 424

93

94

95

0

République dominicaine

48 730 km2

204

Saint-Domingue

4 001

8 019

12 003

55

78

90

1,4

St-Kitts-et-Nevis

261 km2

164

Basseterre

14

18

29

35

32

43

0,2

St-Martin

87km2

850

Philipsburg

29

46

61

100

100

100

0

St-Vincent-et-les Grenadines

389 km2

304

Kingstown

45

55

69

41

50

62

0,7

Ste-Lucie

620 km2

279

Castries

41

34

52

41

50

62

0,7

Trinidad-et-Tobago

5 130 km2

240

Port of Spain

104

115

123

9

9

11****

-1,5

Turk-et-Caïcos

948 km2

54

Cockburn Town

9

31

42

74

92

96

0,4

Source : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2014) et Wikipedia

1.2. Des territoires urbains désarticulés : entre déficit industriel et excès de tourisme

10À ce stade, deux processus doivent être abordés : la boulimie touristique et l’industrialisation par invitation. Tout d’abord, rappelons que la ville caribéenne n’est pas une ville industrielle, mais juste une porte ouverte sur le monde qui exporte ses matières brutes et qui importe les biens manufacturés nécessaires (cf. Figure 2).

Figure 2. Fonctions et structuration de la ville caribéenne (d’après Potter 2002 et 2004)

Figure 2. Fonctions et structuration de la ville caribéenne (d’après Potter 2002 et 2004)

Source : d’après Potter 2002 et 2004

11La rapidité de l’urbanisation est concomitante à l’émergence du fait touristique (Weaver, 1993). Parallèlement à l’extension des zones urbaines, la croissance des fréquentations touristiques s’impose : 1 million en 1960, plus de 10 millions en 1990 et plus de 20 millions en 2010. L’importance de ces flux doit être perçue au regard de l’exiguïté de ces territoires, des charges de populations qui se concentrent sur les franges littorales (continentales et insulaires).

12Outre les intérêts et les limites économiques qui accompagnent l’affirmation de ce secteur d’activité (Dehoorne, 2013), il convient ici d’insister sur son impact sur le prix des terrains et les spéculations immobilières. Des franges littorales, hier délaissées, où vivent des familles sans titre de propriété — ces descendants d’esclaves émancipés, discriminés, qui se sont investis progressivement dans les métiers de l’agriculture vivrière et de la pêche —, sont brutalement convoitées dans la perspective de juteux projets immobiliers et touristiques. En 2014, sur l’ensemble des rivages caribéens, environ 29 500 chambres d’hôtel sont en construction, ce qui correspond à une hausse de plus de 18 % des capacités.

13Les constructions touristiques, avec leurs phases d’accélération et leur lot de spéculations immobilières, contribuent à l’urbanisation des rivages et transforment des petites îles en « île-ville » avec une urbanisation désarticulée où les quartiers résidentiels cossus s’agglomèrent aux complexes touristiques pour donner lieu à des couloirs urbains. Ces processus touristiques contribuent inéluctablement à déstabiliser de fragiles espaces de vie. Les populations locales font face à de multiples contraintes administratives et autres pressions diverses — violentes au besoin — pour les « aider » à quitter ces lieux convoités et gagner la ville : la ville refuge et ses espaces interstitiels… Dans le cadre caribéen, le tourisme participe donc à l’accélération de l’urbanisation et à la déstructuration du tissu rural qui renforce les processus migratoires vers la ville.

14C’est dans ce contexte que se posent les enjeux de l’industrialisation dans les villes et plus largement dans les territoires caribéens. Les productions brutes sont exportées sans valorisation. Les villes manquent d’emplois pour occuper toutes ces populations ; nombreux d’actifs, sans emploi ou sous-employés, passent leur journée dans les rares lieux publics ouverts (comme les places et quelques jardins publics). Dans ces villes sans industrialisation majeure, le développement est conçu dans le cadre de stratégies dites « d’industrialisation par invitation » (Lewis, 1955) : l’initiative lancée dès le début des années 1950 consiste à créer les conditions propices à l’investissement d’entreprises multinationales. Ce sont les opérations « Boostrap » à Puerto-Rico et « Beehive » de la Barbade et les « invitations » des entreprises nord-américaines Reynolds, Alcan et Kaiser à la Jamaïque. Certes, les avis sont partagés sur les résultats obtenus, souvent inférieurs à ceux escomptés, mais les enjeux sont fondamentaux : pour les territoires d’accueil, il s’agit à la fois de créer des emplois pour absorber une partie de leur abondante main-d’œuvre disponible, sans réelle qualification, et de stimuler les exportations ; en contrepartie, les entreprises multinationales bénéficient d’avantages fiscaux significatifs et d’un cadre législatif avantageux et leurs productions peuvent être aisément écoulées sur le marché nord-américain voisin.

Photographie 2(a-b-c). La Havane, entre investissement touristique, pauvreté frugale et patrimonialisation

Photographie 2(a-b-c). La Havane, entre investissement touristique, pauvreté frugale et patrimonialisation

Source O. Dehoorne, 2015

1.3. Crise et prégnance de la pauvreté

15Comme l’expose B. Carrer (2009), « s’il est une dimension qui n’échappe à aucune ville de la Caraïbe continentale à la Caraïbe insulaire, de la Métropole régionale à la ville secondaire, du régime collectiviste à la société libérale, c’est bien que la ville traverse la crise (…) qu’elle soit financière, économique et sociale à l’image d’un monde libéral confronté au choc du déclin, qu’elle soit environnementale ou climatique, rendant vulnérables et périlleux des territoires soumis à des aléas parfois incontrôlables ou du moins difficilement maîtrisables ».

Figure 3. La politique du logement et de l’État dans la Caraïbe insulaire anglophone

Figure 3. La politique du logement et de l’État dans la Caraïbe insulaire anglophone

Source : d’après Potter, 1995

16Les structures urbaines de la Caraïbe et les Amériques, héritages des temps coloniaux et de nouveaux fronts de peuplement, creusets riches et originaux réceptacles de populations diverses et métissées, n’en constituent pas moins des sociétés duales où la pauvreté et la précarité s’étendent aux pieds de poches de richesses arrogantes. Cette dualisation, brutale et radicale, n’est pas sans nous interpeller sur des perspectives de ces villes. Des territoires insulaires au pourtour continental de la mer de la Caraïbe, toutes les villes sont concernées à divers degrés par la problématique de la pauvreté, de l’exclusion (Dehoorne, 2013 ; Dehoorne et al., 2013). Les politiques urbaines doivent donc soutenir des stratégies d’inclusion sociale pour répondre aux défis posés par la violence et la petite criminalité, l’essor des économies illicites et de leurs réseaux inter-îles. Dans ce contexte, les projets urbains doivent s’attacher à traiter les questions essentielles que constituent le logement, la mobilité dans la ville, l’accès à la ville, le vivre ensemble.

17Dans les départements français des Amériques, la loi contre l’habitat insalubre constitue une entrée stratégique pour définir de nouveaux projets urbains (Letchimy, 2009). La lutte contre l’habitat indigne dans les départements d’outre-mer permet de soutenir — et d’encourager — l’engagement des pouvoirs publics. La circulaire du 26 mars 2008 relative à la mise en œuvre des opérations de maîtrise d’œuvre urbaine et sociale spécifique insalubrité (MOUS insalubrité) définit un panel complet d’outils opérationnels et financiers adaptés aux spécificités de ces territoires qui sont mis à la disposition des collectivités territoriales. Le contexte est donc propice à l’expérimentation de nouvelles stratégies d’actions dans les établissements urbains français de la Caraïbe.

18Ainsi, si « la crise est un point de rupture, un moment décisif où les facteurs de tension et d’instabilité, où les incertitudes et les remises en question confrontent chaque acteur à ses repères et ses modes de faire, de penser, d’être », comme le souligne B. Carrer (2009), la crise ouvre de nouvelles perspectives et la ville caribéenne, « berceau des exclusions et matrice des inégalités », doit aussi être entendue comme « l’espace de la conquête des droits, de l’organisation communautaire, de l’alternative économique et de l’imaginaire créatif. Elle est tout autant victime de la crise par l’exclusion qu’elle produit et accueille que potentiel de rebond, de réponse, de projection. »

2. Pour une lecture de la ville caribéenne  

19La ville caribéenne, entre crises structurelles et conjoncturelles, crises naturelles et sociétales (Carrer, 2009 ; Desse et Sélise, 2010, Jabouin, 2010 ; Lucien, 2010), constitue un authentique laboratoire, espace refuge ou de survie, lieu de tous les possibles dans cette « combinaison de territoires » (Roncayolo, 1990). L’analyse de la ville caribéenne, l’appréhension de ses fondements, des processus et des défis peuvent être envisagées à partir des six entrées suivantes.

2.1. La ville-capitale

20« Entre résistance et performance », les villes capitales reposent sur de fragiles armatures urbaines articulées autour de quelques infrastructures déficitaires qui limitent leur attractivité. Elles sont confrontées à cette « dialectique des extrêmes » entre d’une part une position de résistance, composite (identités vs. globalisation ; solidarité, informel, espace refuge des précaires et démunis) et, d’autre part, les impératifs de la performance et de la compétitivité incontournable pour soutenir leur développement économique.

Photographie 3. Castries, le cœur économique de la capitale de Sainte-Lucie

Photographie 3. Castries, le cœur économique de la capitale de Sainte-Lucie

Source : O. Dehoorne, 2011

2.2. L’étalement urbain

21Après les années d’exodes rural et agricole provoquées par la crise sucrière qui ont conduit à un entassement urbain de populations démunies dans les espaces jusqu’alors non construits (reliefs abrupts ou instables, zones marécageuses et de mangroves ; Letchimy, 1992), l’avènement tardif (et progressif) de « l’automobile pour tous » produit de nouvelles logiques de diffusion des populations à partir des années 1990 : c’est l’étalement urbain, le mitage des espaces agricoles qui perdent de leur intérêt économique face aux perspectives de plus-values foncières permises par cette périurbanisation.

22L’étalement urbain se traduit par la diffusion et la dilution des formes d’urbanité dans le reste de l’espace insulaire, avec ces couloirs d’urbanisation anarchiques qui remontent les vallons ou s’étirent sur les littoraux les plus prisés. Les navettes quotidiennes sur des infrastructures routières insuffisantes, plus ou moins bien entretenues, sont désormais le lot de la majorité des actifs qui consacrent journellement des heures dans leur isolement « automobile ». Les incontournables embouteillages font partie du quotidien de ces îles urbanisées surmotorisées où le rattrapage automobile impose désormais son règne sans partage.

2.3. Les villes fermées vs. les villes ouvertes

23Les inégalités socio-économiques se concentrent dans les espaces urbanisés de la Caraïbe, sur fond d’histoire coloniale — parfois inachevée —, marqués par la dimension raciale (Mohammed, 2008; Rodriguez et Arriagada, 2004). Ces étendues urbaines faites « de continuité et de discontinuités, voire de “continuités discontinues” donnent lieu à des morphologies fragmentées » (Roulleau-Berger, 1995) avec des accumulations de richesses concentrées au profit de quelques lieux privilégiés qui se dégagent du reste du paysage urbain. Des zones résidentielles fermées (dans la logique de « Privatoria » ; Mckenzie, 1994), des quartiers d’affaires internationalisés puis de multiples espaces intermédiaires, sans fonction dominante, parfois héritage de l’histoire, reliquat d’une ville coloniale noyée dans le brouhaha des automobiles ; une suite d’« irrégularités », de ruptures complétées par des zones déshéritées où s’organisent les activités informelles et les économies parallèles. Ces espaces urbains fragmentés, fermés, exclusifs, violents, sont loin des cartes postales touristiques (De Albuquerque et McElroy, 1999) ; d’ailleurs, les lieux touristiques réputés de la Caraïbe sont des territoires retranchés où les touristes séjournent dans des bulles sécurités, exclusives, à côté desquelles se greffent de nouveaux quartiers résidentiels privés (Dehoorne, 2004).

24Espaces ouverts ou fermés, espaces publics ou privés, stratégie d’ouverture, d’inclusion sociale ou d’exclusion sont autant de thèmes qui ouvrent la réflexion sur des concepts fondamentaux entre « ville passante ou juxtaposition d’environnements sécurisés » (Mangin, 2004, 2006).

2.4. La ville refuge

25La ville caribéenne est aussi cette ville refuge avec ses divers quartiers populaires, précaires ou insalubres, des quartiers d’exil, des minorités ethniques en situation d’exclusion sociale, des jeunes qui « galèrent »... Autant de zones urbaines marquées par les stigmates de la pauvreté où se concentrent des habitats précaires, insalubres, ces « habitats indignes » (Letchimy 2009).

26Rappelons que dans ces espaces insulaires où la terre est la principale richesse et source d’enrichissement, la diffusion des opportunités — et spéculations — foncières et immobilières, sur les rivages comme dans l’intérieur des terres, aboutit à une déstructuration des espaces de vie ruraux et, plus largement, à une fermeture des espaces qui conduit inéluctablement les personnes marginales ou en situation précaire à converger vers cette ville refuge.

27Pour répondre au défi majeur de l’exclusion sociale (Dubet et Lapeyronnie, 1992), l’intervention des politiques publiques est essentielle pour porter des opérations de rénovation urbaine en faveur de l’inclusion des populations  marginales ; au-delà de l’approche classique « sécurisation-répression-fermeture » — la protection des biens privés —, il convient d’imaginer d’autres stratégies, de développer de nouveaux outils pour construire de nouveaux compromis sociaux.

Photographie 4. Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), l’autre visage d’une agglomération française des Antilles

Photographie 4. Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), l’autre visage d’une agglomération française des Antilles

Source O. Dehoorne, 2016

Photographie 5. La ville refuge : les parcs publics, lieu privilégié des populations sans emploi

Photographie 5. La ville refuge : les parcs publics, lieu privilégié des populations sans emploi

Source O. Dehoorne, 2011

2.5. La ville face aux risques

28Dans cet espace régional très exposé aux risques et aléas naturels, les villes sont particulièrement vulnérables. Ces établissements humains de fortes densités sont confrontés à des évènements majeurs comme les séismes qui détruisirent en grande partie Kingston au début du XXe siècle ou Port-au-Prince un siècle plus tard, sans oublier l’importance de la saison cyclonique, avec le souvenir de l’ouragan Katrina sur La Nouvelle-Orléans et la récurrence des dégâts sur le territoire haïtien, à l’image de la ville de Gonaïves en 2008. Ces évènements brutaux mettent en exergue « l’inégalité des territoires devant les catastrophes naturelles » (Desse et al., 2010 ; Lucien, 2010) comme l’illustre le contraste entre, d’une part, la capacité de résilience de l’île Cuba et, d’autre part, la résonnance du chaos haïtien confronté à l’irréversibilité des dégradations environnementales du pays avec son lot d’écoréfugiés (Lucien, 2010, 2013, 2014).

2.6. Rénovation urbaine, recomposition des espaces de vie, le projet de ville en question

29L’histoire de la ville sort de l’ombre à travers le processus de patrimonialisation qui redonne à la ville sa « considération perdue ». Selon les projets de villes, ces opérations peuvent avoir une portée sociale et culturelle essentielle pour la (re)construction du lien social, l’édification d’une conscience, l’éveil culturel. Inversement, lorsqu’elles s’inscrivent dans des stratégies financières qui dépassent les seuls enjeux locaux, la patrimonialisation favorise un remplacement des populations au profit d’une gentrification des quartiers sauvegardés comme cela s’observe à San Juan ou Santo-Domingo. La production de la ville nécessite de trouver le juste dosage entre la démolition et la réhabilitation et de s’interroger sur l’intérêt des « pratiques réparatrices des quartiers dégradés ».

30Les populations les plus vulnérables se concentrent et s’organisent dans les espaces interstitiels (mangroves urbaines, friches industrielles, secteurs à la topographie contraignante ou à risques : talus abrupts et abords des lits des rivières). À l’écart du contrôle des politiques publiques, oubliées, elles développent « des socialisations productrices de cultures de l’aléatoire qui peuvent être mobilisées dans des processus d’affiliation, de désaffiliation et de réafiliasation urbaine et économique » (Roulleau-Berger, 1995).

Photographie 6. Lorsque le Street art investit les rues dégradées de Fort-de-France

Photographie 6. Lorsque le Street art investit les rues dégradées de Fort-de-France

Source O. Dehoorne, 2012

Conclusion

31Dans les îles gagnées par une urbanité mal digérée, où les confins de l’urbanisation enserrent les enclaves touristiques, c’est l’ensemble d’un territoire qui connaît un mal-être. Nuisances, urbanisation fragmentée, îlots de richesses ostentatoires cerclés de poches de pauvreté, désordre territorial, bidonvilles d’hier et squats d’aujourd’hui, la question urbaine et le projet urbain sont au cœur des défis de développement dans ces territoires en quête d’attractivité. C’est à travers la dimension urbaine, la relecture de l’espace urbain, le réinvestissement des centralités que ces îles seront en mesure d’initier une reconversion volontariste de leur économie. Sortir de l’économie de plantation (de la domination d’un cycle de production agricole comme la banane à celui de la production touristique balnéaire monolithique) (Britton, 1988, Dehoorne, 2007) nécessite de se doter de villes-capitales motrices de stratégies économiques prometteuses.

32Outre les dimensions sociales et culturelles, qui nourrissent notamment des processus de patrimonialisation, force est de reconnaître que les enjeux économiques qui se concentrent dans ces villes sont cruciaux pour le développement de leurs pays respectifs. L’avenir économique des territoires caribéens passe inéluctablement par l’urbain et la définition de projets novateurs et audacieux. En effet, compte tenu de l’exiguïté de ces territoires insulaires, qui portent encore les stigmates de l’économie de plantation et de l’étendu des emprises touristiques sur les portions littorales les plus convoitées, toujours sous l’emprise de logiques économiques extraverties, la ville, espace de production, de création, espace refuge, espace privilégié de recomposition sociale et culturelle, est au cœur des enjeux de développement des territoires caribéens.

33Pour l’heure, la ville caribéenne répond au modèle de ville fragmentée, loin des concepts de « ville métisse » ou de « ville homogène » (Mangin, 2004), loin d’un idéel d’urbanisme vertueux qui œuvrerait à une exigence de sociabilité, d’inclusion sociale, d’une certaine conception du « vivre ensemble ». Ce sont des logiques économiques libérales et des motivations politiques qui alimentent les ressorts d’un urbanisme du réel d’où résultent des paysages urbains composés d’une juxtaposition de bulles sécurisées — l’entre-soi, la volonté d’évitement —, des espaces intermédiaires plus ou moins fonctionnels et des interstices multiples, ces espaces des « autres » : des peu argentés, des démunis, des discriminés, des invisibles, des réfugiés… Ces sociétés urbaines denses sont le creuset de la ségrégation, de la privation des lieux où les « environnements sécurisés » « contribuent à une réduction drastique de l’espace public au sens strict du terme, c’est-à-dire gratuit et accessible à tous » (Mangin, 2004). 

34Au regard des enjeux de développement, des défis et des problématiques de rénovation spécifiques, des inéluctables expérimentations à initier en matière de gouvernance, ces territoires urbanisés offrent un remarquable champ d’investigation, une somme de possibles qui sont autant d’opportunités à valoriser sur les plans économique, social et politique, pour une recomposition de ces espaces de vie du quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Britton, S.G. (1982). ‘The political economy of tourism in the Third World’, Annals of Tourism Research 9(3): 331–358.

Campbell, Y. & C. Clarke (2017). The Garrison Community in Kingston and Its Implications for Violence, Policing, De Facto Rights, and Security in Jamaica, In T. Hilgers & L. Macdonald (ed.), Violence in Latin America and the Caribbean: Subnational Structures, Institutions, and Clientelistic Networks, Cambridge University Press: 93–111.

Carrer, B. (2009). La Ville et la Crise, les villes et les crises… réalités et réponses dans la Caraïbe, Colloque Regards sur la Ville, Maison de l’Architecture de la Guadeloupe.

Clarke, C. (1975). Kingston, Jamaica: Urban Development and Social Change 1692–1962, Los Angeles and Berkeley, University of California Press.

Clarke, C. (2006a). Decolonizing the Colonial City. Urbanization and Stratification in Kingston, Jamaica, Oxford University Press.

Clarke C. (2006b). Politics, Violence and Drugs in Kingston, Jamaica, Bulletin of Latin American Research 25(3): 420–440.

Clarke, C. (2006c). Kingston, Jamaica: Urban Development and Social Change 1692–2002, Ian Randle Publishers.

Clarke, C. (2010). From slum to ghetto: multiple deprivation in Kingston, Jamaica, In D. McGregor, D. Dodman & D. Barker (eds.), Global Change and Carribean Vulnerability: environment, economy and society at risk, University of West Indies Press: 261–278.

Clarke, C. (2016). Race, Class, and the Politics Decolonization, Palgrave Macmillan

Comitas, L & D. Lowenthal (1973). Slaves, free men, citizens: West Indian perspectives, Anchor Book

Cross, M. (1979). Urbanization and Urban Growth in the Caribbean: An Essay of Social Change in Dependent Societies, Cambridge University Press.

De Albuquerque K. & McElroy J-L. (1999). ‘A longitudinal study of serious crime in the Caribbean’, Caribbean Journal of Criminology and Social Psychology (4): 32–70

De Bruijne & A. Schalkwijk (2008). Etnic Residential Patterns in Paramaribo: Spatial Segregation or Blending?, In R. Jaffe (ed.), The Caribbean City, Kingston & Miami, Ian Randle Publishers/Leiden, KITLV Press: 162-188.

Dehoorne O. (2013). « Tourisme et lutte contre la pauvreté : opportunités et défis », Études caribéennes 24-25, URL, http://etudescaribeennes.revues.org/6601 

Dehoorne, O. (2007). « Le tourisme dans la Caraïbe. De la nécessité de sortir du tourisme de masse », Téoros 26(1). URL : http://journals.openedition.org/teoros/2822

Dehoorne O. (2006). « Les bulles touristiques en milieu tropical : logiques et enjeux des enclaves touristiques dans les pays en développement », dans J. Rieucau et J. Lageiste (dir.), L’empreinte du tourisme. Contribution à l’identité du fait touristique, L’Harmattan : 289 — 319.

Dehoorne, O., Tatar C. et S. Theng (2013). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », Études caribéennes, 24-25, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/6578>  

Dehoorne, O et S. Theng (2016). « Le tourisme à la Martinique : de l’usure d’un modèle à la perte d’attractivité d’un territoire », dans O. Dehoorne, H. Cao et D. Ilies (dir.), Brownfields, friches urbaines et recompositions territoriales. La durabilité en question, Paris, Publibook : 141-163.

Dehoorne, O., H. Cao et D. Ilies (2016). « La ville caribéenne comme objet d’étude », dans O. Dehoorne, H. Cao et D. Ilies (dir.), Brownfields, friches urbaines et recompositions territoriales. La durabilité en question, Paris, Publibook : 193-225.

Depault, K (2016). « Revitalisation et gentrification en Martinique : le projet de la Pointe Simon comme figure de proue de la transformation du centre-ville de Fort-de-France », dans O. Dehoorne, H. Cao et D. Ilies (dir.), Brownfields, friches urbaines et recompositions territoriales. La durabilité en question, Paris, Publibook : 97-104.

Desse, M. et M. Selise (2010). « Crises et conflits dans les territoires insulaires de la Caraïbe et de l’océan Indien (2009-2010) », Études caribéennes, 17, URL, http://etudescaribeennes.revues.org/5013

Desse, M., J-Ph. Pierre et G-E. Lucien (2010). « Trajectoires et adaptations à une crise multiple : Port-au-Prince depuis le séisme du 12 janvier 2010 au travers des concepts d’exit, voice, loyalty et apathie », VertigO, URL : https://journals.openedition.org/vertigo/13006

 Dubet, F. et D. Lapeyronnie (1992). Les quartiers d’exil, Paris, Seuil.  

Eyre, A-L. (1983). The Ghettoization of an Island Paradise, Journal of Geography 82(5): 236–249.

Eyre, A-L. (1984). Political Violence and Urban Geography in Kingston, Jamaica, Geographical Review 74(1): 24–37.

Eyre, A-L. (1986). The Effect of Political Terrorism on the Residential Location on the Poor in the Poor in the Kingston Urban Region, Jamaica, West Indies, Urban Geography 7(3): 227–241.

Ford, L & E. Griffin (1979). The Ghettoization of Paradise, Geographical Review (69): 140–158.

Gignac, G. (2016). « L’agriculture urbaine au cœur de la souveraineté alimentaire : l’appropriation d’un espace dévalorisé par une communauté virtuelle à Schœlcher (Martinique), dans O. Dehoorne, H. Cao et D. Ilies (dir.), Brownfields, friches urbaines et recompositions territoriales. La durabilité en question, Paris, Publibook : 179-189.

Jabouin E. (2010), « Haïti, en situation post-séisme : quelques effets de la catastrophe du 12 janvier 2010 sur la population locale », Études caribéennes, 17, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/4842>  

Jaffe, R. (2008). Fragmented Cities/ Social Capital and Space in Urban Curaçao and Jamaica , In R. Jaffe (ed.), The Caribbean City, Kingston & Miami, Ian Randle Publishers/Leiden, KITLV Press : 189-208.

Jaffe, R. (2012). The popular culture of illegality: crime and the politics of aesthetics in urban Jamaica, Anthropological Quarterly 85(1): 79–102. http://dx.doi.org/10.1353/anq. 2012.0010

Jaffe, R. (2016a). Fragmented CitiesConcrete Jungles. Urban Pollution and the Politics of Difference in the Caribbean, New York, Oxford University Press, 

Jaffe, R. (2016b). Concrete jungles: urban pollution and the politics of difference in the Caribbean, New York, Oxford University Press.

Jaffe, R., A; de Bruijne & A. Schalkwijk (2008). The caribbean City : An Introduction, In R. Jaffe (ed.), The Caribbean City, Kingston & Miami, Ian Randle Publishers/Leiden, KITLV Press : 1-23.

Klaufus, C. & R. Jaffe (2015). Latin American and Caribbean Urban Development, European Review of Latin American and Caribbean Studies / Revista Europea de Estudios Latinoamericanos y del Caribe (100):63-72.

Lefebvre, H. (1960). « Les nouveaux ensembles urbains », Revue française de sociologie (I) : 186-201.

Letchimy, S. (1992). De l’habitat précaire à la ville. L’exemple martiniquais, Paris, L’Harmattan.

Levy, H. (2009). Inner City Killing Streets: Reviving Community, Kingston, Arawak publications.

Lewis, W. A. (1955). The Theory of Economic Growth, Irwin, Homewood.

Lowenthal, D. (1972). West Indian societies, American Geographical Society Research series, n°26, Institute of Race Relations, London, in collaboration with the American Geographical Society

Lucien, G.E. (2010). « Considérations sur la saison cyclonique dévastatrice de septembre 2008 en Haïti : De l’importance des actions majeures dans une perspective de durabilité », Études caribéennes, 17, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/4851>

Lucien, G.E. (2013). Une modernisation manquée, Port-au-Prince (1915-1956), volume 1, modernisation et centralisation, Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 285 p.

Lucien, G.E. (2014). Une modernisation manquée — Port-au-Prince (1915-1956), volume 2 : centralisation et dysfonctionnements, Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

Lynch K. (1976). L’image de la cité, Paris, Dunod.

Mangin, D. (2004). La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine, Paris, Éditions de la Villette.

Mangin, D. (2006). « Pour une ville passante et métisse », Le journal de l’école de Paris du management (58) : 23-28.

McKenzie, E. (1994). Privatopia. Homeowner Association and the Rise of Residential Private Government, Yale University Press.

Marc, J.-V (2007). Le végétal dans les espaces urbains et périurbains des Petites Antilles : le cas de Fort-de-France, Thèse de doctorat, Université des Antilles et de la Guyane.

Marc, J-V. et D. Martouzet (2012). « Les jardins créoles et ornementaux comme indicateurs socio-spatiaux : analyse du cas de Fort-de-France », VertigO, Hors-série 14, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12526 ; DOI : 10.4000/vertigo.12526

Martouzet, D. (2001). Fort-de-France ville fragile ?, Paris, Anthropos, collection Villes.

Martouzet, D. (2002). « La perception de l’urbain par la population martiniquaise et conséquences urbaines et spatiales », Annales de géographie (623) : 73-85.

Mohammed, A. (2008).Colonial Influences on Urban Form in the Caribbean : Illustrated by Port of Spain, Trinidad and Tobago, In R. Jaffe (ed.), The Caribbean City, Kingston & Miami, Ian Randle Publishers/ Leiden, KITLV Press : 24-42.

Moser, C. (1997) Urban Poverty and Violence in Jamaica, Kingston, Jamaica, World Bank Latin American and Caribbean Studies. URL: http://documents.worldbank.org/curated/en/781221468262490586/Urban-poverty-and-violence-in-Jamaica

Orozco-Lamore, M-E. et M-T. Fleitas Monnar (2011). Formation d’une ville caraïbe : urbanisme et architecture à Santiago de Cuba, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

Parent, J-F. (2016). « Les enjeux de la revitalisation des friches industrielles sur le territoire de la Martinique : une étude de cas dans la région de la Pointe-du-Bout aux Trois-Îlets », dans O. Dehoorne, H. Cao et D. Ilies (dir.), Brownfields, friches urbaines et recompositions territoriales. La durabilité en question, Paris, Publibook : 53-59.

Pinson, D. (2000). « L’usager’ de la ville », dans T. Paquot, M. Lussault et S. Body-Gendrot (dir.) (2000), La ville et l’urbain, l’état des savoirs, Paris, La Découverte : 233-243.

Portes, A., C. Dore-Cabral & P. Landolt (1997). The Urban Caribbean: Transition to the New Global Economy, Baltimore, Johns Hopkins University press.

Potter, R.B. (ed.) (1989). Urbanization, Planning and Development in the Caribbean, London and New York, Mansell.

Potter, R.B. (1992). Housing Conditions in Barbados: A Geographical Analysis, Institute of Social and economic Research, Mona, University of the West Indies.

Potter, R.B. (1995). Low-Income Housing and State Policy in the Eastern Caribbean, University of the West Indies Press, Barbados, Jamaica and Trinidad and Tobago.

Potter, R.B. (2017). The Urban Caribbean in an Era of Global Change, London, Routledge [1er edition 2000].

Potter, R.B., D. Barker, D. Conway & T. Klak (2004). “Housing in the Caribbean”, Chapter 6, and “Urban dynamics and townscapes”, chapter 7, in Potter et al. (eds), The Contemporary Caribbean, Prentice Hall, Pearson.  

Rojas, E. (2002). Urban Heritage Conservation in Latin America and the Caribbean: A task for All Social Actors, IDB Publications.

Rajack, R. & S. Barhate (2004). Urban poverty and habitat precariousness in the Caribbean, Santiago, CEPAL

Rodriguez, J. & C. Arriagada (2004). « Segregación residential en la ciudad latinoamericana, Revista Eure XXIX(89): 5-24.

Roulleau-Berger, L. (1994). « Ordres et désordres locaux : des politiques d’insertion aux espaces intermédiaires », Revue française de science politique (5) : 856-880.

Roulleau-Berger, L. (1995). « Villes en friches : précarités, socialisations, compétences », Multitudes, URL : http://multitudes.samizdat.net/spip.php?page=imprimer&id_article=780.

Selise, M. (2010). La dynamique comparée de quatre villes principales des Petites Antilles : les exemples de Fort-de-France (Martinique), Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Castries (Sainte-Lucie) et Roseau (Dominique), Thèse de Doctorat, Université des Antilles et de la Guyane.

Tamru, B. et B. Piard (dir.) (2017). Cahier cartographique du programme : Port-au-Prince entre vulnérabilité et croissance urbaine, construction d’une métropole caribéenne, Centre National de l’Information Géo-Spatiale, Port-au-Prince.

Terral, R. (2013a). La rénovation urbaine de Pointe-à-Pitre du départ de Felix Eboué (1938) à la fermeture de l’usine Darboussier (1981), Thèse de doctorat, Université des Antilles et de la Guyane.

Terral, R. (2013b). « Composition urbaine et risques naturels au XXe siècle : l’exemple de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) », dans J. Soumagne (dir.), Nature et Composition urbaine, Paris, CTHS : 65-76. URL : <http://cths.fr/ed/edition.php?id=6741>

Weaver, D.B. (1993). ‘Model of urban tourism for small Caribbean islands’, Geographical Review 83(2): 134–140.

Winchester, L. & R. Szalachman (2009). The Urban Poor’s Vulnerability to the Impacts of Climate Change in Latin American and the Caribbean. A Policy Agenda, Fifth Urban Research Symposium. URL: https://www.researchgate.net/publication/228586778_THE_URBAN_POOR%27S_VULNERABILITY_TO_THE_IMPACTS_OF_CLIMATE_CHANGE_IN_LATIN_AMERICA_AND_THE_CARIBBEAN_APolicy_AGENDA

Haut de page

Notes

1 Ce livre n’est pas encore traduit en langue française et il n’existe pas à ce jour de travaux proposant une approche globale en français

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. La Havane, aperçu d’un quartier central
Crédits Source : O. Dehoorne, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 1. Les étapes de la construction urbaine dans la Caraïbe (d’après Potter - 2004)
Crédits Source : d’après Potter — 2004
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2. Fonctions et structuration de la ville caribéenne (d’après Potter 2002 et 2004)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Crédits Source : d’après Potter 2002 et 2004
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photographie 2(a-b-c). La Havane, entre investissement touristique, pauvreté frugale et patrimonialisation
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Crédits Source O. Dehoorne, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 3. La politique du logement et de l’État dans la Caraïbe insulaire anglophone
Crédits Source : d’après Potter, 1995
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photographie 3. Castries, le cœur économique de la capitale de Sainte-Lucie
Crédits Source : O. Dehoorne, 2011
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photographie 4. Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), l’autre visage d’une agglomération française des Antilles
Crédits Source O. Dehoorne, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photographie 5. La ville refuge : les parcs publics, lieu privilégié des populations sans emploi
Crédits Source O. Dehoorne, 2011
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Photographie 6. Lorsque le Street art investit les rues dégradées de Fort-de-France
Crédits Source O. Dehoorne, 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12699/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne, Huhua Cao et Dorina Ilies, « Étudier la ville caribéenne », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12699

Haut de page

Auteurs

Olivier Dehoorne

Université des Antilles (FWI), dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Huhua Cao

University of Ottawa (Canada), caohuhua@uottawa.ca

Dorina Ilies

University of Oradea (Roumanie), iliesdorina@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals