Navigation – Plan du site
La ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe

Dynamiques urbaines communes et spécificités des villes des Antilles françaises (Guadeloupe, Martinique) des origines de la colonisation (1635) à nos jours

Common urban dynamics and specificities of French Caribbean cities (Guadeloupe, Martinique) from the origins of colonization (1635) to the present day
Roméo Terral et Mario Sélise

Résumés

Au travers de l’évolution des villes françaises aux Antilles, depuis leurs origines jusqu’à la fin du XXe siècle, il s’agit de comprendre quelles ont été les spécificités de ces villes par rapport à celles de métropole, et d’analyser quelles ont été les dynamiques urbaines communes observées entre celles établies dans l’archipel de Guadeloupe et l’île de la Martinique. La découverte de l’Amérique, le phénomène de l’insularité́, le monde des plantations, la traite négrière et l’esclavage, les abolitions, les catastrophes naturelles servent de dénominateur commun à l’histoire des villes que les Français ont fondées aux Antilles. Elles partagent un héritage historique commun avec les autres villes établies dans la région par les Européens lors des premiers siècles de la colonisation en Amérique. L’évolution des villes françaises aux Antilles depuis les origines de la colonisation jusqu’à nos jours, a donné naissance à des espaces urbains ayant une morphologie, une identité particulière dans un contexte où s’entremêlent la ville planifiée et la ville spontanée. À travers l’exemple de ces villes fondées par les Français en Amérique, il s’agit de déterminer quelles sont les spécificités des villes françaises aux Antilles et les dynamiques urbaines communes observées, en tenant compte de leurs différentes composantes et en s’interrogeant sur ce qui fait leur singularité.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Guadeloupe, Martinique
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La loi de départementalisation (n° 46-451) du 19 mars 1946, adoptée par l’Assemblée nationale co (...)
  • 2 Cette dénomination exclut les villes que les Français fondent, aux xviie et xviiie siècles, dans l (...)

1Jusqu’à la loi de départementalisation (n° 46-451) du 19 mars 19461, l’archipel Guadeloupe et l’île de la Martinique constituent deux des quatre plus anciennes colonies françaises et, à ce titre, elles sont restées pendant des siècles un espace d’exercice de la souveraineté de l’État colonial français en Amérique. La colonisation, le phénomène de l’insularité́, le monde des plantations, la traite négrière et l’esclavage, les abolitions, les catastrophes naturelles servent de dénominateur commun à l’histoire des villes que les Français ont fondé aux Antilles2. Celles-ci partagent un héritage historique commun avec les autres villes établies dans la région par les Européens lors des premiers siècles de la colonisation en Amérique. Dès les origines, la fondation de villes aux Antilles françaises a contribué à asseoir la conquête des îles notamment face à la menace des autres puissances coloniales européennes présentes dans la région (Pérotin-Dumon, 2000). Jusqu’à la fin du XIXe siècle, leur prospérité́ provient presque essentiellement du sucre et d’autres cultures (tabac, café...). Leur développement est lié à l’activité́ des campagnes et leur rôle est bien souvent limité à la régulation des exportations agricoles et des importations de décrets politiques, de main d’œuvre servile et de marchandises nécessaires au ravitaillement de l’île. C’est au XXe siècle que les villes des Antilles françaises deviennent de plus en plus attractives et, deux d’entre elles, finissent par concentrer la majorité des habitants : Pointe-à-Pitre en Guadeloupe et Fort-de-France en Martinique qui connaissent, au cours des Trente Glorieuses, une forte croissance urbaine (Sélise, 2010).

2L’évolution des villes françaises aux Antilles, depuis les origines de la colonisation jusqu’à nos jours, a donné naissance à des espaces urbains ayant une morphologie et une identité particulières dans un contexte où s’entremêlent la ville planifiée et la ville spontanée. À travers l’exemple des villes fondées par les Français aux Petites Antilles, il s’agit de déterminer quelles sont les spécificités et les dynamiques urbaines communes observées tout en s’interrogeant sur ce qui fait leur singularité.

3Pour y répondre, il convient d’abord d’analyser comment s’est opérée la genèse des villes aux Antilles françaises à partir de leur site d’implantation. Les extensions des premiers siècles de la colonisation permettent ensuite de comprendre la structure urbaine des villes et leurs différentes composantes. Enfin, le XXe siècle voit apparaître de nouvelles formes urbaines et une nouvelle organisation de la ville qui répondent aux aspirations des populations urbaines les plus défavorisées ainsi qu’au besoin de se protéger face aux risques naturels majeurs.

Figure 1 : Localisation des Antilles dans l’espace caribéen

Figure 1 : Localisation des Antilles dans l’espace caribéen

Source : M. Sélise

1. La genèse des villes françaises aux Petites Antilles

4Généralement implantées dans un site favorable au mouillage des embarcations de commerce, les villes des Antilles françaises ont souvent eu leur taille proportionnelle au volume de marchandises échangées sur les quais du port. Si l’on excepte les villes fondées par les Espagnols, la « ville intra-muros » était souvent délimitée, non pas par des fortifications, mais par des canaux de ceinture ou bien des rivières ou ravines.

1.1. La particularité des sites d’implantation

  • 3 Les villes de Saint-Pierre en Martinique, Basse-Terre en Guadeloupe, Castries à Sainte-Lucie, Ports (...)

5Dans les Grandes Antilles, des villes nouvelles ont été fondées dès le début de la conquête espagnole en Amérique au XVIe siècle. Dans les Petites Antilles, la fondation de nouvelles villes s’est faite plus tardivement aux XVIIe et XVIIIe siècles (cf. Figure 1). La plupart d’entre elles sont des ports et la liberté d’entreprendre a poussé les pionniers français et anglais à occuper en priorité la partie occidentale du territoire, en position d’abris par rapport aux vents dominants, au pied des mornes et volcans des îles Sous-le-Vent (Moullet et al., 2007)3. La présence d’un relief difficile (mornes et volcans) limite les tentatives d’invasion par voie terrestre. La proximité des forêts pour le bois, et des rivières pour l’eau douce, détermine bien souvent l’emplacement des premiers établissements qui ont davantage l’allure de villes spontanées, édifiées à la hâte, et dont l’extension s’est faite initialement le long d’une rade foraine (Vidal et D’Orgeix, 1999).

6Malgré des logiques d’organisation de l’espace urbain parfois convergentes, les villes des premiers colons sont le fruit d’une urbanisation hétérogène et contrastée, et ne sont pas toujours ordonnées. Les premiers développements de Basse-Terre en Guadeloupe et Saint-Pierre en Martinique ne renvoient pas l’image de planifications exécutées à la hâte, mais bien celle d’une certaine liberté d’allure offerte aux pionniers français (Bégot, 1992). Des établissements construits sans grand ordre le long d’une voie principale, avec un fortin placé sur promontoire, une église, une place. Le plan quadrillé n’y apparaît que plus tard.

7Le site initial des premières villes ne donne pas toujours entière satisfaction, car bien souvent choisi sur des connaissances imparfaites des contraintes du milieu. Les rades foraines de Basse-Terre et de Saint-Pierre sont ouvertes et ne réunissent pas toujours les conditions optimales, car les navires ancrés deviennent particulièrement vulnérables lors du passage d’un cyclone (Guibert, 2013). La localisation excentrée de ces deux villes fondées au début de la colonisation, et la mise en valeur sucrière progressive des plaines centrales des îles, les rendent peu propices à une administration efficiente de l’espace insulaire, ni à l’exploitation efficace du potentiel économique. Si bien que ces premiers établissements sont suivis de la création de villes nouvelles (Terral 2013). Le pouvoir colonial privilégie un lieu sûr, bien abrité, qui offre de bonnes conditions de mouillage et situé dans une position centrale et stratégique, pour les facilités de commerce et la défense militaire.

  • 4 Le Fort-Royal est édifié en 1672, au bord de la baie abritée des Flamands, mais l’établissement, qu (...)

8C’est selon ces modalités que sont fondés le Fort-Royal en Martinique (Fort-de-France) à la fin du XVIIe siècle, la ville du Morne Renfermé en Guadeloupe (Pointe-à-Pitre) en 17694. Une nouvelle génération de villes généralement situées aux abords d’un cul-de-sac marin ou d’une baie, où les Français organisent une appropriation raisonnée de l’espace (tracé des rues et plans quadrillés), en dépit d’un site parfois inhospitalier, et où le développement d’une ville ne semble pas, a priori, s’imposer : Fort-de-France et Pointe-à-Pitre sont édifiées sur des plaines marécageuses ceinturées de mornes. Il s’agit essentiellement de fondations régulières avec un découpage orthogonal du parcellaire, et des îlots délimités par des rues rectilignes dont les principales mènent à une place d’Armes excentrée et ouverte sur la mer. L’urbanisme diffusé prône un espace rationnellement organisé selon un ordre défini par le pouvoir colonial. Cette deuxième génération de villes répond à des préoccupations stratégiques et non à l’urgence ou à un concours de circonstances (Terral, 2013).

1.2 Rivières et canaux

9Le modèle de la ville fortifiée, importé par les Espagnols, n’est pas repris par les Français dans les Petites Antilles. Il n’y a pas eu, à proprement parler, de fondations ex nihilo sur le modèle des villes militaires conçues par les ingénieurs du Roi en France ou ailleurs en Amérique (Saint-Domingue, Guyane, Nouvelle-France, Louisiane) (Vidal et D’Orgeix, 1999). En Guadeloupe et Martinique, les villes n’ont jamais été renfermées à l’intérieur de murailles, la plupart sont dépourvues d’enceinte fortifiée, au contraire des villes espagnoles comme San Juan (Porto-Rico), Saint-Domingue (République dominicaine) ou La Havane (Cuba). Pour autant, elles sont souvent établies près d’un fort et protégées par une série de batteries côtières.

10Pour faire face aux problèmes liés à la nature marécageuse du sol, l’édification d’une ville nécessite bien souvent l’assèchement des marais grâce à des remblais provenant de l’arasement des mornes et, s’il n’existe pas de cours d’eau, le creusement de canaux. Ces derniers peuvent parfois ceinturer une partie de la ville coloniale, mais dès que celle-ci atteint ses limites maximales, elle déborde au-delà et les canaux servent alors de séparation entre le centre colonial et les faubourgs. C’est le cas à Fort-de-France (Martinique) et Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), où les anciens canaux « La Levée » et « Vatable » servent de limite au plan quadrillé de la vieille ville (cf. Figure 2). Même s’ils sont comblés au XIXe siècle, et transformés en rues ou boulevards, ils continuent de ceinturer une partie de la ville (Terral, 2013).

11Le comblement d’un canal nécessite le creusement d’un autre permettant l’écoulement vers la mer des eaux de ruissellement provenant des mornes avoisinants. C’est ainsi que sont aménagés le canal de Trenelle, au nord du faubourg des Terres-Sainville à Fort-de-France, ainsi que le canal du Raizet au nord-est des faubourgs de Pointe-à-Pitre. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ces deux nouveaux canaux servent désormais de séparation entre les anciens faubourgs, qui se sont développés entre 1850 et 1950, et les nouveaux qui sont apparus après la départementalisation (quartier de Trenelle-Citron à Fort-de-France, quartiers de Boissard et Lacroix à Pointe-à-Pitre). Dans les villes implantées sur une plaine marécageuse, le creusement d’un canal, ou son assèchement, signale l’extension de la ville et parfois même l’intégration des faubourgs au centre ancien (Terral, 2013).

12Cependant, un tel modèle d’extension ne s’applique pas aux villes plus anciennes (Basse-Terre en Guadeloupe, Saint-Pierre en Martinique) dont les rades foraines sont situées au pied des mornes et volcans de la Côte-sous-le-Vent. L’écoulement des eaux de pluie vers la mer se fait naturellement par les rivières et ravines. L’extension de la ville se fait alors de part et d’autre du cours d’eau. Néanmoins des caniveaux peuvent exister, soit pour alimenter les fontaines, ou border des rues qui dévalent la pente jusqu’au port.

  • 5 D’autres villes des Petites Antilles, situées dans la partie occidentale de l’île, se sont étendues (...)

13La ville de Basse-Terre (Guadeloupe) s’est étendue de part et d’autre de la rivière Galion et de la rivière aux Herbes qui prend sa source au volcan de la Soufrière. La construction de ponts favorise l’étalement de la ville le long du littoral ainsi que l’émergence du quartier populaire de Bas-du-Bourg au début du xxe siècle. La ville de Saint-Pierre, située près de la montagne Pelée, s’est étendue de part et d’autre de la rivière Roxelane, puis en direction de la Rivière-des-Pères. La rivière Roxelane délimite les quartiers principaux de la ville coloniale (quartiers du Fort, du Mouillage, le Centre). L’extension en direction du nord et de la Rivière-des-Pères donne naissance au faubourg Fonds Coré qui s’est constitué le long du littoral entre les deux rivières. En Côte-sous-le-vent, c’est donc la rivière qui sert de séparation entre le centre historique et les faubourgs5.

Figure 2 : Plan de la ville de Pointe-à-Pitre par Friesz (1827)

Figure 2 : Plan de la ville de Pointe-à-Pitre par Friesz (1827)

Sources : Archives départementales de la Guadeloupe (2 Fi 3).

2. Ville coloniale et faubourgs entre opposition et complémentarité

14Jusqu’au milieu du XXe siècle, les villes s’organisent selon une structure duale qui oppose l’ancienne ville coloniale et les faubourgs qui connaissent un véritable essor, car ils captent une partie des migrations rurales qui s’intensifient depuis l’entre-deux-guerres (cf. Figure 3).

Fig. 3. Les étapes du développement de la ville de Pointe-à-Pitre de 1775 au milieu du xxe siècle

Fig. 3. Les étapes du développement de la ville de Pointe-à-Pitre de 1775 au milieu du xxe siècle

Source : Carte de Lasserre p. 297 vol. 2 éditions kolodjie 1978

2.1 Une structure urbaine duale

  • 6 Habitat traditionnel de bois, recouvert d’essentes, de tuiles, ou de tôles, dans les faubourgs souv (...)

15Les faubourgs ont longtemps désigné aux Antilles françaises une fraction d’une entité urbaine qui s’oppose implicitement à la ville ancienne, ou centre colonial, reconnaissable à son plan quadrillé (cf. Figure 4). Leurs caractéristiques diffèrent des faubourgs des villes européennes du fait de la nature du site d’implantation (mornes, palétuviers et terres basses noyées), du type d’habitat (cases6) et de la violence des catastrophes naturelles (Terral, 2013). Les villes fondées par les colons ont donc longtemps été marquées par une opposition entre la ville coloniale et les faubourgs qui ont d’abord regroupé des esclaves fuyant les habitations (marrons) et des libres de couleurs, puis des nouveaux libres après l’abolition de 1848.

16Les villes présentent donc une structure duale et fortement ségrégative avec une hiérarchisation de l’occupation urbaine selon les revenus qui se double, ici, d’une hiérarchisation basée sur les préjugés de la couleur de peau, l’esclavage et la nature même du prolétariat urbain qui en découle. L’abolition ne met pas un terme ̀à la division de la société créole et aux préjugés de couleurs, et la nette séparation entre la ville coloniale et les faubourgs reproduit pendant longtemps les divisions topographiques et raciales qui régissaient les plantations.

17À la fin du xixe siècle, le centre colonial symbolise la ville du colon et des familles de la bourgeoisie citadine, avec ses quartiers (administratif, militaire, religieux, commercial), articulés autour de places et de monuments représentant le pouvoir colonial. Le territoire urbain de la ville coloniale est caractérisé par une sectorisation spatiale. Le bord de mer est occupé par les activités d’échange et de négoce marquées par la présence de magasins, d’entrepôts et des résidences des riches négociants. Les abords de la place d’Armes, ou du fort, sont généralement occupés par les bâtiments militaires et administratifs, tandis que l’église et son parvis signalent la présence de bâtiments à vocation religieuse.

18Les faubourgs rassemblent des zones d’habitat précaire qui se sont développées, à partir du milieu du xixe siècle, sur des terrains pentus ou marécageux, non assainis, et où se sont multipliées des constructions « spontanées » dans des lieux rendus insalubres du fait des contraintes du milieu naturel et du climat (cf. Figures 4 et 5). Certains se sont structurés autour d’une usine implantée à proximité d’une ville. La Pointe Simon à Fort-de-France, où la société Desrones & Cail installe la première usine à sucre de Martinique (1845), le quartier Raspail à Pointe-à-Pitre, où est implantée l’usine Darboussier (1869), et Fonds Coré à Saint-Pierre avec l’usine Guérin, restent des cas de faubourg dont l’origine est liée à l’implantation d’une usine ou d’une distillerie. Néanmoins le modèle de la ville industrielle ne s’applique pas automatiquement aux Petites Antilles. Le paysage urbain des villes antillaises, en ce début de xxe siècle, amène plutôt à suggérer l’existence de faubourgs à caractère paysan avec des habitants très souvent originaires de la campagne et qui restent encore des travailleurs ruraux. Ils vivent en ville dans les faubourgs où ils adoptent un mode de vie mi-rural, mi-urbain.

Figure. 4 : Plan des travaux d’assainissement de la ville de Pointe à Pitre.

Figure. 4 : Plan des travaux d’assainissement de la ville de Pointe à Pitre.

Robert G., Les travaux publics de la Guadeloupe (p. 188), URL :: http://www.manioc.org/​images/​NAN130410194i1

19L’habitat se caractérise par une architecture simple, sans décoration, et par sa mobilité (les cases reposent sur des pierres), phénomène attesté dans de nombreux faubourgs antillais (Pointe-à-Pitre, Basse-Terre, Castries, San Juan) ou un vide sanitaire est laissé sous les habitations. Le déplacement de case tire son origine de l’habitude qu’avaient les esclaves de déplacer leur case dans les plantations. Après l’abolition de l’esclavage, les travailleurs fixés sur le domaine de l’usine continuent de déplacer leur habitat au gré des terres qu’ils louent. Ce phénomène s’est ensuite diffusé dans les faubourgs des villes quand des ruraux sont venus s’y installer (Terral, 2013). Là où les cases reposent sur un soubassement en dur, souvent à cause de la forte pente des mornes, les éléments principaux de l’habitation sont parfois démontables et peuvent être assemblés ailleurs (Fort-de-France).

2.2 Les cours : des fractions urbaines spécifiques

20L’extension des faubourgs répond à une logique mise en œuvre par les populations urbaines qui s’emploient à̀ suivre une trame viaire particulière avec des habitations qui s’organisent linéairement à des chemins étroits ou des passages ouverts à la circulation piétonne. Quand il n’y a plus de place le long de ces rues informelles, les cases occupent les espaces interstitiels tout en maintenant des cours qui séparent les unités d’habitations. Les cours urbaines désignent non seulement les espaces situés à l’arrière des cases, mais signifient également des chemins le long desquels s’implantent les cases, ou bien des espaces interstitiels, plus vastes, parcellisés ou non par les propriétaires (Terral, 2013). Traditionnellement, la bourgeoisie citadine qui occupait une maison dans l’ancienne ville coloniale cédait une partie de leur arrière-cour aux esclaves, puis louait aux domestiques après l’abolition. Sur ce même principe, des rentiers rachètent des terrains insalubres à la périphérie des villes pour y aménager de vastes cours qui servent de refuge, contre loyer, aux ruraux venus s’installer en ville (Rey, 2001).

21Comme la Cour Zamia à Pointe-à-Pitre (cf. Figure 6) ou la Cour Clindor à Fort-de-France, elles sont bien souvent baptisées du nom du propriétaire qui divise son terrain en parcelles pour les louer à de nouveaux occupants. Il participe à la densification du quartier par le lotissement, la vente ou la location de terrains. Ainsi, en 1904, le faubourg des Terres-Sainville est acheté aux enchères par la société du Faubourg Thébaudière, dirigée alors par Mary de Berry, qui loue à prix forts des terrains non assainis où se multiplient des cases posées sur pilotis (Marlin-Godier, 2000). L’occupation de la cour Zamia à Pointe-à-Pitre tient au destin d’un homme, dénommé Honoré Zamia, qui fait fortune dans le commerce et l’élevage de cochon. Il devient en 1910 propriétaire d’un vaste terrain qu’il divise en parcelle et loue à de nouveaux arrivants après le cyclone de 1928 (Terral, 2013).

22La cour accueille les espaces communs extérieurs à l’habitat (cuisine placée sous le vent, vaisselle, poulaillers, réserves d’eau). Parfois, de vastes cours intérieures servent aux artisans et commerçants. C’est aussi le domaine des cabris, volailles et porcs. Encore aujourd’hui, il n’est pas surprenant de voir ces petits espaces urbains réservés au jardin créole avec des arbres fruitiers, des arbres à pain, des ignames (Terral, 2013). Tout comme la cour, le jardin créole est un élément incontournable du paysage urbain des faubourgs aux Antilles. C’est une pratique héritée des esclaves dans les plantations, qui a perduré à la campagne après l’abolition de l’esclavage et qui a été transposée en milieu urbain par ceux qui sont venus à la ville. Le jardin créole est indissociable de la cour urbaine qui sert donc d’espace de culture et d’élevage et a longtemps contribué à l’autosubsistance alimentaire des habitants des faubourgs (Marc et Martouzet, 2012). Elle apparaît ainsi comme un espace de protection qui permet à ses occupants, le plus souvent d’origine rurale, de s’adapter à la ville en menant un mode de vie mi-rural/mi-urbain.

  • 7 Roseau en Dominique, Castries à Sainte-Lucie, Port of Spain à Trinidad et Tobago, Kingston en Jamaï (...)

23La cour urbaine reste une spécificité du paysage urbain des faubourgs aux Antilles. C’est cette parcellisation autour de cours urbaines qui a structuré le tissu urbain de nombreux bourgs et villes françaises (Abymes, Basse-Terre Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, Fort-de-France en Martinique) et que l’on retrouve également dans les faubourgs d’autres villes antillaises (Sélise, 2010)7.

Figure 6 : L’extension de Pointe-à-Pitre (1968)

Figure 6 : L’extension de Pointe-à-Pitre (1968)

Source : M. Sélise (2009) d’après F. Goudet

2.3 L’impact des migrations rurales

24Au cours de la première moitié du XXe siècle, de nombreuses cours sont apparues dans les faubourgs des principales villes et elles regroupent parfois de fortes densités de cases. Si l’on excepte la période des deux guerres mondiales, le phénomène est continu, marqué par le déclin puis l’effondrement de l’économie sucrière et par une série de catastrophes naturelles qui constituent, aux Antilles, des éléments déclencheurs de migrations qui profitent à la principale ville de l’île (Audebert et Saffache, 2001).

25C’est le cas en Martinique pour Fort-de-France, après l’éruption de la montagne Pelée en 1902 qui détruit la ville de Saint-Pierre et déclenche l’exode d’une partie des sinistrés vers les faubourgs de Fort-de-France (Terres-Sainville, Sainte-Thérèse, l’Ermitage, Crozanville, Morne Pichevin, Canal Alaric) dont l’extension s’est faite après les éruptions de 1902 et 1929 (Stélhé, 2010). La catastrophe provoque la destruction des infrastructures portuaires de Saint-Pierre, et réoriente les activités commerciales et marchandes vers le port de Fort-de-France qui connaît alors un essor et une prospérité sans précédent.

26La destruction de Pointe-à-Pitre, après le violent séisme de 1843, a certainement attiré́ vers la ville une main-d’œuvre d’origine rurale, afin d’en assurer la reconstruction, d’autant que le nombre important de victimes a certainement suscité des besoins nouveaux en main-d’œuvre. Mais en l’absence de sources fiables, il est difficile de confirmer une telle hypothèse. Il en est de même également pour le séisme du 29 avril 1897 pour lequel nous n’avons guère de renseignements. En revanche pour ce qui est du cyclone du 12 septembre 1928, les témoignages s’accordent à démontrer que la reconstruction de la Guadeloupe s’est accompagnée de l’émergence de migrations rurales et que bon nombre d’entre elles convergent vers les faubourgs de Pointe — ̀à-Pitre qui connaissent une extension (Lasserre, 1978).

27L’existence d’une population mobile se justifie par le nombre important de sinistrés après chaque catastrophe et la destruction de tout ou partie de l’appareil productif. Nombre de travailleurs ruraux se retrouvent alors au chômage, et certains décident de quitter la campagne pour la ville. La mobilité s’explique également par l’effet polarisant exercé par des villes-ports qui connaissent une augmentation du mouvement maritime et du trafic depuis l’ouverture du canal de Panama, la généralisation des bateaux à vapeur et l’installation de grandes compagnies maritimes de commerce. La hausse du trafic nécessite une main-d’œuvre abondante sur les quais et dans les commerces et négoces des villes. Cet essor contribue à l’extension des faubourgs notamment le long des littoraux avec la formation de quartiers ouvriers près des carénages : à Fort-de-France (Texaco, la Pointe de la Vierge, Fonds Populaire), à Pointe-à-Pitre (Carénage, Raspail, Zamia) ou à Basse-Terre (Bas-du-Bourg).

3. Les mutations urbaines au XXe siècle

28Ce n’est qu’à partir des années 1930 que les faubourgs vont faire l’objet de premières tentatives de rénovation urbaine. Cependant, il faut encore attendre l’avènement de la Ve République pour voir les villes antillaises devenir le cadre d’un urbanisme centralisé d’État qui prenne en compte les aspirations des populations les plus défavorisées. Les vastes opérations urbaines menées au cours de Trente Glorieuses favorisent la naissance de nouvelles agglomérations qui concentre la majorité des habitants et des activités de chaque territoire.

3.1 Les premières tentatives de rénovation urbaine

29Les faubourgs, où vivent les populations les plus défavorisées, ont bien souvent été délaissés et n’ont jamais fait l’objet d’aucune opération urbaine avant l’entre-deux-guerres. Les destinataires des programmes d’aménagement sont rarement les populations des faubourgs, et il faut attendre la fin des années 1920 pour voir naître les premiers projets de rénovation urbaine aux Antilles françaises. L’embellissement des villes de Guadeloupe et Martinique, prévu pour les célébrations des festivités du tricentenaire (1635-1935) du rattachement des Antilles à la France, est l’occasion de projeter des opérations urbaines dans les faubourgs des deux principales villes afin d’y mener des projets de cités ouvrières pour assainir et résorber l’habitat insalubre. Ce type de célébration était bien souvent l’occasion de lancer de grands projets dans les villes coloniales. En 1930, les festivités du Centenaire de la colonisation de l’Algérie permettent ainsi de lancer de vastes aménagements dans la capitale Alger. Avec les festivités du tricentenaire, l’objectif des autorités et de la propagande coloniale est de montrer que les colonies sont entrées dans la civilisation et le progrès par la mise en œuvre de programme d’embellissement des principales villes telles que Basse-Terre et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, Fort-de-France en Martinique.

  • 8 La Société des plans régulateurs de villes (1923), fondée par René Danger et son frère Raymond, réa (...)

30C’est au cours de cette période que l’administration coloniale française introduit aux Antilles l’idée de ville moderne souvent associée à l’hygiénisme. Le but est de redessiner les villes avec le souci de les rendre salubres et d’y aménager des logements ouvriers8. Raison pour laquelle, en 1924, la municipalité foyalaise de Victor Sévère choisit de racheter le faubourg des Terres-Sainville afin d’assainir puis de lotir les terrains pour les rétrocéder aux habitants selon un cahier des charges voté en 1925 (Marlin-Godier, 2000). Dix ans plus tard, quand une fontaine lumineuse est inaugurée sur la place principale du faubourg, le quartier des Terres-Sainville n’est pas entièrement rénové. À Pointe-à-Pitre, les opérations de reconstruction menées après le cyclone de 1928 sont l’occasion de mener un vaste programme d’assainissement au nord de la ville, composé des cinq étapes de rénovation, afin d’y aménager un quartier d’architecture moderne et art déco : le quartier de l’Assainissement (cf. Figure 5). Felix Eboué, nommé gouverneur de la Guadeloupe pendant le Front populaire, soutient le projet de création de cités ouvrières, mais, faute de financement, celui-ci est abandonné.

31À cette époque encore, la construction de logements bon marché (HBM) n’est pas la priorité de l’administration coloniale. D’ailleurs les programmes d’embellissement menés au cours de la première moitié du XXe siècle ne concernent que des édifices publics ou administratifs, ou bien des immeubles et maisons privés, notamment en Guadeloupe (Basse-Terre et Pointe-à-Pitre) où la plupart avaient été détruits après le cyclone de 1928.

Photographie 1 : Vue de la cour Zamia depuis le morne Massabielle (Pointe-à-Pitre)

Photographie 1 : Vue de la cour Zamia depuis le morne Massabielle (Pointe-à-Pitre)

Source : M. Sélise. 2007.

3.2 De nouveaux modèles importés

32Bien que des lotissements aient été aménagés à la périphérie des villes (cité du Raizet aux Abymes, lotissements Petit-Paradis et Saint-Georges à Schœlcher), au cours des années 1950, ils restent inaccessibles aux populations les plus défavorisées. La structure duale de la ville tend néanmoins à disparaître depuis que des membres de la bourgeoisie citadine, désormais propriétaires d’une automobile, quittent l’ancienne ville coloniale et choisissent d’investir ces nouveaux lotissements, tandis que d’autres choisissent de quitter l’agitation du centre pour emménager sur les hauteurs de la ville (quartier de Didier en Martinique, bourg de Saint-Claude en Guadeloupe).

33Néanmoins, les opérations urbaines menées au cours de la première moitié du xxe siècle n’ont pas permis de faire face à la croissance démographique des principales villes causée par un solde migratoire positif et un accroissement naturel en hausse. Entre 1954 et 1967, la population de Pointe-à-Pitre et celle des communes voisines (Abymes, Baie-Mahault, Gosier) passe de 57 284 à 86 515 habitants. En 1974, la population de l’ensemble aggloméré est désormais de 98 601 habitants. La commune de Fort-de-France compte 60 648 habitants en 1954 contre 98 408 en 1974. Les populations des Antilles françaises entrent dans leur seconde phase de transition démographique sous les effets conjugués d’une hausse de la natalité et du déclin de la mortalité. Les taux de fécondité, supérieurs à la moyenne métropolitaine, atteignent des niveaux semblables à ceux des autres îles antillaises (une moyenne de cinq enfants par femme). Si bien que la démographie des villes antillaises reste marquée par une augmentation du nombre d’habitants et l’extrême jeunesse des populations urbaines qui ne sont pas sans poser des problèmes d’équilibre en termes d’emplois, d’équipements et de logements.

34Il faut attendre l’avènement de la Ve République, et l’extension en outre-mer des décrets ZUP (1958-1959), pour que de vastes opérations d’urbanisme soient menées afin de reloger les habitants des faubourgs dans des tours et barres d’immeubles en béton, notamment à Pointe-à-Pitre qui devient le centre de l’une des plus vastes rénovations urbaines menées en France entre 1958 et 1982. Cette rénovation a ainsi permis le relogement, dans de grands immeubles en dur, de 20 000 habitants qui résidaient auparavant dans des cases vétustes sans aucun équipement, ni confort (Terral, 2013).

35Le second xxe siècle est donc davantage marqué par l’apparition de nouvelles formes urbaines importées qui rompt totalement avec l’architecture vernaculaire des siècles précédents. Des grands ensembles de logements collectifs sont édifiés en lieu et place des anciens faubourgs de cases qui s’étaient étendus depuis le xixe siècle (cités de l’Assainissement, Malraux, Bergevin, Mortenol à Pointe-à-Pitre). Pour répondre à la crise à la fois quantitative et qualitative du logement, les villes des Antilles françaises vont devenir le cadre d’un urbanisme centralisé et planifié qui vise à importer une nouvelle architecture, d’inspiration corbuséenne, qui place l’hygiénisme au centre des préoccupations urbanistiques (cf. Figures 5 et 6).

36Elle répond à l’urgence sociale et permet le relogement des habitants des faubourgs dans des appartements salubres où l’air et la lumière circulent librement. Le raccordement à un réseau d’électricité, d’adduction des eaux, l’existence de sanitaires, salles d’eau et d’une cuisine intérieure dans les logements incarnent alors le progrès, la modernité pour les populations de l’époque. Pour loger les habitants des campagnes venus s’installer à la ville, de nouvelles cités de logement ont été édifiées à la périphérie des villes, sur des terrains autrefois occupés par des champs de canne à sucre (Anquetil, Grand-Camp, Petit-Pérou en Guadeloupe, Dillon, Ozanam, en Martinique) et sur le modèle de celles construites dans les banlieues de métropole à la même époque.

3.3 L’émergence de deux agglomérations polycentriques

37Les principaux aménagements menés au cours des années 1970-1990 concernent désormais les communes placées dans la sphère d’influence des anciennes villes. La croissance démographique des communes voisines s’intensifie grâce aux programmes immobiliers réalisés (grands ensembles, lotissements) au cours des Trente Glorieuses. L’adoption de plans d’urbanisme directeur (PUD), puis de schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme (SDAU), à partir de 1971, pour les villes de Pointe-à-Pitre et Fort-de-France, permet la réalisation d’extensions urbaines périphériques sur le territoire des communes voisines qui visent à aménager de nouvelles zones fonctionnelles.

38Cette période est donc marquée par l’aménagement de deux vastes zones industrialo-portuaires dans les communes du Lamentin en Martinique et de Baie-Mahault en Guadeloupe. L’objectif est de décongestionner les quais des anciens ports et de transférer les activités encombrantes et polluantes à distance des habitations, pour mettre ̀à disposition des industriels et des entrepositaires de vastes terrains reliés à̀ un terminal pétrolier puis, à partir des années 1980, à un terminal à conteneurs (Jean-Etienne, 2008). En outre, la généralisation des transports aériens a accéléré l’aménagement de zones aéroportuaires à la périphérie des villes (Abymes en Guadeloupe, Lamantin en Martinique) qui ont aujourd’hui remplacé les ports d’antan en devenant les nouvelles portes d’entrée dans ces territoires insulaires (Ranely Vergé-Dépré, 2014). Deux campus universitaires sont implantés à la périphérie de Fort-de-France et Pointe-à-Pitre proches des zones touristiques où sont aménagés, à partir du milieu des années 1970, des hôtels, marinas, casinos et équipements de loisirs (Pointe de la Verdure, Bas-du-Fort en Guadeloupe, Batelière/Schœlcher en Martinique).

39Les études de zoning élaborées pour les infrastructures sont complétées par des plans d’équipement pour adapter les villes à la croissance du trafic automobile. Des rocades de contournement, avec quatre voies de circulation (2X2 voies), et des pénétrantes urbaines relient les différentes zones fonctionnelles entre elles qui forment désormais de nouvelles agglomérations qui s’étendent sur le territoire de plusieurs communes. Dans la plupart des cas, l’extension de l’ensemble aggloméré se développe sous la forme d’anneaux semi-concentriques partant du port vers la périphérie (Moullet et al., 2007). Les migrations pendulaires et la circulation automobile qui s’intensifient au cours de la période 1980-2000, favorisent l’implantation de zones commerciales, d’hypermarchés et de nouvelles zones résidentielles, dans des zones non encore occupées où l’habitat est plus diffus et mêle logements individuels et collectifs.

40Ces nouvelles implantations accentuent le phénomène de périurbanisation qui s’est traduit par le transfert progressif d’une grande partie des habitants et des activités économiques des anciennes villes principales vers les nouvelles zones aménagées sur le territoire des communes voisines. L’attractivité des communes situées dans la sphère d’influence de Basse-Terre (Baillif, Gourbeyre, Saint-Claude), Pointe-à-Pitre (Abymes, Baie-Mahault, Gosier), Fort-de-France (Lamentin, Schœlcher, Saint-Joseph) participe à la mutation des villes en agglomérations suivant de nouveaux pôles aménagés. Les anciennes villes coloniales sont reconverties en centres historiques et les anciens quais sont adaptés au tourisme de croisière.

41Par ailleurs, si des considérations liées à la localisation, au contexte politico-administratif, et aux modalités d’extension spatiale des villes aux Antilles françaises sont des facteurs constitutifs de leur morphologie particulière, la prise en compte des risques naturels majeurs dans les constructions et opérations d’aménagement contribuent également à façonner leur identité.

Photographie 2 : Les tours en béton et les cases de pêcheurs du quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre

Photographie 2 : Les tours en béton et les cases de pêcheurs du quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre

Source : M. Sélise (2010).

Photographie 3 : Grands ensembles du quartier « des hauts du port » situé au morne Pichevin à Fort-de-France

Photographie 3 : Grands ensembles du quartier « des hauts du port » situé au morne Pichevin à Fort-de-France

Source : M. Sélise (2010)

4. Les risques naturels majeurs comme facteur d’identité urbaine

42Les villes aux Antilles sont soumises à tous les types de risques naturels majeurs. Afin de protéger les habitants, de nouveaux matériaux construction et de nouvelles réglementations ont souvent été mises en œuvre au cours des siècles. Mais aujourd’hui encore, de nombreux habitants vivent dans des quartiers exposés à de tels risques.

4.1 Typologie des risques naturels

43L’arc des Petites Antilles est une région où le contexte est propice aux aléas naturels d’intensité́ élevée. Aux risques sismiques et cycloniques jugés importants, s’ajoute une activité́ volcanique intense, des risques de tsunamis ou marées de tempête, des inondations (Etna et Huc, 2015). En outre, les villes aux Antilles sont parfois situées dans des zones contenant des formations liquéfiables, du fait de la nature humide et meuble des sols, provoquant bien souvent des glissements de terrain ou l’affaissement des bâtiments. Au niveau de la résonance, les effets de site sont importants du fait de la présence des mornes calcaires qui amplifient les ondes sismiques.

44Le tremblement de terre de forte intensité est de loin le risque le plus dangereux, du fait non seulement de sa capacité à toucher inopinément et avec violence des territoires isolés, mais surtout du fait d’infrastructures aujourd’hui encore très vulnérables aux séismes, ce qui est le cas aux Antilles. Depuis les débuts de la colonisation, la Guadeloupe a connu deux séismes d’intensité VIII ou plus (1843, 1897), la Martinique en a connu cinq (1702, 1727, 1827, 1839, 1946) de la même intensité (Mavoungo et Balandier, 2007).

45Jusqu’̀à l’introduction du béton armé, au cours des années 1930, les édifices les plus vulnérables sont les structures lourdes des centres historiques, généralement réalisées en moellons, briques, pierres taillées. L’effondrement des constructions venait bien souvent de la mauvaise qualité́ des mortiers (utilisation du sable des fonds marins) et de la chaux fabriquée. En cas de séisme, aucun élément architectural n’était en mesure d’assurer une cohésion d’ensemble des bâtiments (Robin-Clerc, 2006). Ainsi, le 11 janvier 1839, un séisme détruit une partie du centre de Fort-de-France et fait près de 300 victimes et de nombreux dégâts. Le bilan du séisme du 8 février 1843 à Pointe-à-Pitre est estimé entre 1500 et 3000 morts pour une population à l’époque d’environ 15 000 habitants. Soit entre 10 et 25 % de la population de la ville qui périt dans la catastrophe.

46Les constructions érigées au cours des siècles ont démontré, au travers des différentes actions destructrices de la nature, que le bois est le matériau le plus adapté aux séismes. Néanmoins, si les cases en bois souffrent moins des secousses sismiques que les édifices lourds en maçonnerie, elles résistent très difficilement aux vents violents des ouragans notamment celles qui ne reposent sur aucune fondation. Le cyclone de 1891 qui touche la ville de Fort-de-France, mais plus encore celui de 1928 à la Guadeloupe qui détruit la ville de Pointe-à-Pitre, causant ainsi de nombreux morts.

47Au-delà du bilan humain, des pertes et dégâts matériels, les risques naturels majeurs, lorsqu’ils touchent une ville, peuvent occasionner de profondes mutations dans l’organisation du territoire insulaire. C’est le cas en Martinique après les éruptions de la montagne Pelée en 1902 et 1929, mais également en Guadeloupe après l’éruption du volcan de la Soufrière (1976) qui provoque le transfert d’une partie des activités portuaires de Basse-Terre vers l’agglomération de Pointe-à-Pitre. La catastrophe cause également le départ de certains habitants, car la ville de Basse-Terre, comme celle de Saint-Pierre, se situe à moins de dix kilomètres du volcan.

4.2 La prévention des risques : un composant de la morphologie urbaine

48Les risques naturels ne sont pas seulement des éléments de destruction et une menace permanente pour les villes, mais également des facteurs de mutation favorisant l’introduction de nouveaux matériaux de construction et de nouvelles réglementations pour une meilleure prévention. Le séisme de 1839 en Martinique, puis celui de 1843 en Guadeloupe consacrent l’usage du bois dans l’architecture et inaugurent celui de la tôle, tandis que les premiers projets en structure métallique (fer, fonte) et maçonnerie armée voient le jour dans la deuxième moitié́ du xixe siècle, mais ne concernent, bien souvent, que les principaux édifices (Église Saint-Paul/Pierre à Pointe-à-Pitre, Cathédrale Saint-Louis et Bibliothèque Schœlcher de Fort-de-France).

49Le cyclone de 1928 en Guadeloupe est ̀à l’origine de l’introduction de l’architecture moderne et art déco qui utilise le béton, l’acier, le ciment, les bois de coffrage, les fers ronds dans les constructions. Son introduction favorise l’élaboration de nouveaux procédés et de nouvelles formes architecturales adaptées au risque cyclonique. Les autorités de l’époque sont unanimes pour que l’emploi du béton armé soit généralisé aux nouvelles constructions édifiées dans la colonie après 1928. Cette nouvelle architecture est alors perçue comme seule capable de résister à la violence des catastrophes et elle est introduite également dans les villes de Martinique à la même époque (Terral, 2013).

50Au cours des Trente Glorieuses, grâce au relogement progressif des familles dans des grands ensembles de logements collectifs, et grâce à la généralisation du béton dans l’habitat privé, les cyclones font moins de victimes et les bilans humains ne sont plus aussi lourds qu’auparavant. Les habitants qui disposent de revenus suffisants se mettent à̀ « durcir » leur case en procédant à des extensions en béton. En outre, la construction de tours et barres d’immeubles, parfois sur pilotis, et la généralisation de constructions en hauteur permet de préserver les habitants des inondations.

51C’est à partir des opérations urbaines menées pendant les Trente Glorieuses, que sont également mises en application les premières règles parasismiques françaises, dites « PS 69 ». Leur introduction est en partie l’œuvre de l’architecte guadeloupéen Gérard-Michel Corbin (1905-1975) chargé par le ministère de l’Intérieur d’une mission dans l’ancienne Orléans-Ville (El Asnam), en Algérie, au lendemain du séisme du 9 septembre 1954. Mais ce n’est véritablement qu’au cours des années 1980, que les architectes intègrent dans leurs études les versions successives qui ont été publiées (« PS 82") (Terral, 2013).

  • 9 Les PLU ont été institués par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains en 2000. (...)

52La prévention des risques naturels majeurs devient peu à peu un enjeu des politiques publiques aux Antilles françaises à partir des années 1980 grâce à la mise en œuvre des Plans d’occupation des sols (POS), puis des Plans locaux d’urbanisme (PLU) qui définissent des catégories de zones à risques et des servitudes concernant les constructions dans chaque commune9. Les plans de prévention des risques (PPR), institués par la loi Barnier (1995), ont amélioré la prise en compte des risques dans les politiques d’aménagement et les constructions futures, et diminué la vulnérabilité de quartiers déjà existants par la délimitation des zones à risques et la mise en œuvre de plans de prévention et d’information à destination des populations urbaines dont une partie reste encore largement exposée (Robin-Clerc, 2006).

4.3. Les reliques d’un urbanisme pathogène : des quartiers encore vulnérables

53Tous les habitants n’ont pas eu accès à un logement aux normes dans un quartier ayant fait l’objet d’un programme d’aménagement. La mise en œuvre de la législation sociale métropolitaine dans les DOM s’est faite sous certaines conditions, car longtemps jugée trop onéreuse pour le budget de l’État. Les allocations logement et autres aides sociales n’ont été étendues que très tardivement, au cours des années 1980-2000, perpétuant ainsi les inégalités entre la métropole et les départements d’outre-mer et rendant difficile l’accès à ces nouveaux logements (Terral, 2013).

54Les quartiers d’habitat précaire n’ont donc pas disparu dans les villes où ils n’ont jamais fait l’objet de rénovation. Certains qui s’étaient développés depuis le début du xxe siècle n’ont pas été rénovés et ont continué à s’étendre (Cour Zamia, Fonds Laugier en Guadeloupe). D’autres sont apparus, notamment au cours des Trente Glorieuses, parfois sur le territoire des communes voisines (Abymes en Guadeloupe, Schœlcher en Martinique), et ils s’étendent sur des marécages ou sur les pentes des mornes, là où la survie décide de l’organisation du tissu urbain (Rey, 2001). Encore dans les années 1990, les faubourgs de Fort-de-France sont décrits par Serge Letchimy comme une « mangrove urbaine », c’est-à-dire un écosystème urbain, reflet et expression de l’économie informelle, mais également le lieu d’une organisation solidaire de la survie (Letchimy, 1992).

55Ceux qui se situent près du rivage, et qui se sont développés à une altitude d’un mètre en moyenne au-dessus du niveau de la mer, sur des terres basses noyées (mangrove, palétuviers), sont très exposés en cas d’inondations ou de forte houle cyclonique (Texaco, Volga-Plage en Martinique, Carénage, Grand-Baie en Guadeloupe). L’habitat est auto-construit et ne respecte pas toujours les normes de construction parasismiques. Beaucoup d’habitations ont adopté le principe du toit-terrasse en béton, plus résistant que les tôles en cas de cyclone, mais qui présente l’inconvénient d’alourdir la structure ce qui n’est pas sans poser des problèmes en cas de séismes notamment pour les habitations situées à flanc de mornes (quartiers de Trenelle et Citron à Fort-de-France) ou près des ravines et qui restent exposées à des glissements de terrain et des inondations.

56Le programme Gemitis (1994), mené à Pointe-à-Pitre et Fort-de-France dans le cadre de la Décennie internationale pour la prévention des risques coordonnée par l’ONU (1990-1999), a démontré que les grands ensembles édifiés, au cours des Trente Glorieuses, restent particulièrement vulnérables aux mouvements telluriques (Mavoungo et Balandier, 2007). Les règles parasismiques n’ont été appliquées à l’ensemble des constructions qu’à partir des années 1980. Or de nombreux édifices ont été réalisés avant, et les normes utilisées (PS 55, PS 69) étaient encore imparfaites notamment pour les immeubles sur pilotis. En outre, les fortes averses tropicales et le ruissellement ont provoqué le pourrissement des enduits et des joints parasismiques sur certains immeubles. Ainsi, des confortements parasismiques, des escaliers extérieurs et des contreventements longitudinaux ou transversaux ont été parfois rajoutés (Robin-Clerc, 2006).

57Depuis le début des années 2000, c’est la crainte d’un séisme majeur qui a motivé le lancement de nouvelles vastes opérations urbanisme actuellement menées par l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), dans les agglomérations de Fort-de-France et Pointe-à-Pitre, et qui visent ̀à réhabiliter les grands ensembles de logements collectifs ainsi que les établissements publics (école, collège, CHU) édifiés au cours des Trente Glorieuses. Les tours et barres d’immeubles en béton, construites il y a un demi-siècle, sont désormais détruites et remplacées par des immeubles R+2, R+3. La lutte contre la fatalité́ remplace aujourd’hui l’urgence sociale d’hier (Jallet, 2008).

Conclusion

58L’existence d’un modèle urbain de la ville antillaise paraît peu probable même si des logiques d’organisation de l’espace urbain sont parfois convergentes. Cependant, une telle hypothèse paraît peu vraisemblable du fait des disparités démographiques évidentes qui existent entre les villes des Grandes Antilles et celles des Petites Antilles. Bien que ces dernières possèdent des caractéristiques communes, elles sont le fruit d’une urbanisation hétérogène et contrastée. On ne retrouve pas les mêmes influences architecturales dans toutes les villes antillaises et celles-ci gardent leurs spécificités selon l’origine de la domination coloniale puis, après les indépendances, selon la nature du régime politique en place. La départementalisation permet un changement de statut des villes françaises aux Antilles qui deviennent alors des préfectures, sous-préfectures après avoir été durant plus de trois cents des villes coloniales. Dès lors, elles eurent un destin différent des autres villes antillaises dont certaines deviennent, après les indépendances, des capitales d’État. La morphologie urbaine des villes françaises aux Antilles prend donc des formes spécifiques en fonction de l’influence exercée par le pouvoir central, de la résilience des habitants face à des modèles planifiés importés. Si bien que les dynamiques urbaines communes observées entre la Martinique et la Guadeloupe attestent de la singularité des villes françaises aux Antilles qui restent des exemples d’anciennes villes coloniales antillaises devenues, après la départementalisation, des villes assimilées à la métropole et à l’Union européenne.

Haut de page

Bibliographie

Audebert, C. et P. Saffache (2002). « Les quartiers populaires de la ville de Fort-de-France : approche sociohistorique et intégration urbaine », La Géographie (1507) : 20-31.

Bégot, D. (1992). « Villes et urbanisme », dans Voyage aux Îles d’Amérique, Paris, Archives Nationales : 258-268.

Etna, M. et J-C. Huc (2015). Éclats de temps. Anthologie des évènements climatiques extrêmes aux Antilles, Gosier, PLB éditions.

Gautier, A. (2004). « Procréation et famille en Guadeloupe et dans la Caraïbe », Espaces, Populations, Sociétés (2) : 209-217.

Guibert, J-S. (2013). « Des mouillages, des rades et des ports. Les mots et la chose portuaire : contribution à l’histoire maritime des Petites Antilles », Revue d’histoire d’Outre-Mer (378-379) : 66-75.

Jalet, M. (2008). L’urgence, l’échéance, la durée, Paris, Archibooks.

Jean-Etienne, C. (2008). Les espaces portuaires et maritimes des Petites Antilles : Les cas de Fort-de France, Pointe-à-Pitre et Castries, thèse de doctorat, Université des Antilles et de la Guyane.

Lasserre, G. (1978). La Guadeloupe : étude géographique, Fort-de-France, Éditions Kolodziej, 3 volumes.

Letchimy, S. (1992). De l’habitat précaire à la Ville. L’exemple martiniquais, Paris, L’Harmattan.

Marc, J-V. et D. Martouzet (2012). « Les jardins créoles et ornementaux comme indicateurs socio-spatiaux : analyse du cas de Fort-de-France », VertigO, Hors-série 14, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12526

Marlin-Godier, M. (2000). Fort-de-France (1884-1914), Paris, Ibis Rouge.

Mavoungo, J. et P. Balandier (2007). « Les Antilles françaises : entre risque sismique et stratégies locales de prévention », Études caribéennes, n° 7, URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/289.

Moullet, D., P. Saffache et A-L. Transler (2007). « L’urbanisation caribéenne : effets et contrastes », Études caribéennes, n° 7, URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/342

Pérotin-Dumon, A. (2000). La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, 1650-1820, Paris, Karthala.

Ranély Vergé-Dépré, C. (2009). « Les dynamiques aéroportuaires dans l’archipel des Antilles », Bulletin de l’Association de Géographes Français (4) : 512-521.

Rey, N. (2001). Lakou & Ghetto : Les quartiers périphériques des Antilles françaises, Paris, L’Harmattan.

Robin-Clerc, M. (2006). Urbanisme et architecture. Risques majeurs et développement durable. L’agglomération de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, thèse de doctorat, Université Paris IV.

Selise, M. (2010). La dynamique comparée de quatre villes principales des Petites Antilles : les exemples de Fort-de-France (Martinique), Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Castries (Sainte-Lucie) et Roseau (Dominique), thèse de doctorat, Université des Antilles et de la Guyane.

Stélhe,́ G. (2010). « L’impact des éruptions de la Pelée sur l’économie de la Martinique au début du XXe siècle », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe (156) : 21.

Terral, R. (2013). « Les faubourgs dans les villes des Petites Antilles françaises (1848-1946) », dans Dumont J., B. Bérard et J.-P. Sainton (dir.), Les territoires de l’histoire antillaise, Paris, Outre-Mer, Societe
 Française d’Histoire d’Outre-mer : 77-85.

Terral, R. (2013). La rénovation urbaine de Pointe-à-Pitre du départ de Felix Éboué (1938) à la fermeture de l’usine Darboussier (1981), thèse de doctorat, Université des Antilles et de la Guyane.

Vidal, L. et E. D’Orgeix (1999). Les villes du Nouveau Monde. Des premiers fondateurs aux ingénieurs du Roy XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Somogy.

Haut de page

Notes

1 La loi de départementalisation (n° 46-451) du 19 mars 1946, adoptée par l’Assemblée nationale constituante, érige les quatre plus anciennes colonies françaises (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) en départements français.

2 Cette dénomination exclut les villes que les Français fondent, aux xviie et xviiie siècles, dans l’ancienne partie française de l’île de Saint-Domingue devenue indépendante en 1804 (Haïti).

3 Les villes de Saint-Pierre en Martinique, Basse-Terre en Guadeloupe, Castries à Sainte-Lucie, Portsmouth et Roseau en Dominique, Bridgetown à la Barbade.

4 Le Fort-Royal est édifié en 1672, au bord de la baie abritée des Flamands, mais l’établissement, qui n’est qu’un bourg à la fin du xviie siècle, devient officiellement le chef-lieu de la colonie en 1692. À Saint-Domingue, les Français fondent la ville de Port-au-Prince en 1749 qui devient la capitale de la colonie dès 1770.

5 D’autres villes des Petites Antilles, situées dans la partie occidentale de l’île, se sont étendues de part et d’autre d’une rivière : Roseau (Dominique), Bridgetown (Barbade), Castries (Sainte-Lucie).

6 Habitat traditionnel de bois, recouvert d’essentes, de tuiles, ou de tôles, dans les faubourgs souvent déclinés dans sa version parfois la plus modeste avec des « gaulettes », que l’on trouve encore au début du xxe siècle, et qui sont des cases dont les façades sont constituées de branchages entrelacés enduits d’un torchis.

7 Roseau en Dominique, Castries à Sainte-Lucie, Port of Spain à Trinidad et Tobago, Kingston en Jamaïque, Cap-Haïtien et Port-au-Prince en Haïti.

8 La Société des plans régulateurs de villes (1923), fondée par René Danger et son frère Raymond, réalise de nombreux plans d’aménagement dans les villes coloniales françaises en Algérie, au Liban (Beyrouth, Tripoli) et aux Antilles.

9 Les PLU ont été institués par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains en 2000. Ils remplacent dans les communes les POS mis en œuvre après la Loi d’orientation foncière, de 1967, étendue aux DOM en 1971.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des Antilles dans l’espace caribéen
Crédits Source : M. Sélise
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 2 : Plan de la ville de Pointe-à-Pitre par Friesz (1827)
Crédits Sources : Archives départementales de la Guadeloupe (2 Fi 3).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-2.png
Fichier image/png, 687k
Titre Fig. 3. Les étapes du développement de la ville de Pointe-à-Pitre de 1775 au milieu du xxe siècle
Crédits Source : Carte de Lasserre p. 297 vol. 2 éditions kolodjie 1978
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure. 4 : Plan des travaux d’assainissement de la ville de Pointe à Pitre.
Crédits Robert G., Les travaux publics de la Guadeloupe (p. 188), URL :: http://www.manioc.org/​images/​NAN130410194i1
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 6 : L’extension de Pointe-à-Pitre (1968)
Crédits Source : M. Sélise (2009) d’après F. Goudet
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Photographie 1 : Vue de la cour Zamia depuis le morne Massabielle (Pointe-à-Pitre)
Crédits Source : M. Sélise. 2007.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Photographie 2 : Les tours en béton et les cases de pêcheurs du quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre
Crédits Source : M. Sélise (2010).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photographie 3 : Grands ensembles du quartier « des hauts du port » situé au morne Pichevin à Fort-de-France
Crédits Source : M. Sélise (2010)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12811/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roméo Terral et Mario Sélise, « Dynamiques urbaines communes et spécificités des villes des Antilles françaises (Guadeloupe, Martinique) des origines de la colonisation (1635) à nos jours », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12811 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.12811

Haut de page

Auteurs

Roméo Terral

Docteur en histoire contemporaine - Université des Antilles (AIHP-GEODE EA-929, romeo_terral@hotmail.com

Mario Sélise

Docteur en géographie - Université des Antilles (AIHP-GEODE EA-929), mselise8@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals