Navigation – Plan du site
La ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe

Cap-Haïtien versus Jacmel, essai sur la ville en Haïti

Cap-Haïtian versus Jacmel: an essay on cities in Haiti
Isabelle Duhau et Jean Davoigneau

Résumés

Les deux villes portuaires haïtiennes Cap-Haïtien et Jacmel ont bénéficié à peu d’années de distance d’un inventaire très complet du patrimoine bâti de leur centre historique qui permettent des comparaisons. Cap-Haitien, au nord de l’île au bord de l’Atlantique, fut pendant toute la période coloniale la principale et la plus riche cité des Antilles françaises, alors que Jacmel, au bord de la mer des Caraïbes au sud, demeurait un modeste comptoir, avant de connaître une période de gloire, après l’indépendance en devenant la capitale du café haïtien. À ces histoires singulières s’ajoutent des contextes géographiques spécifiques qui ont produit un urbanisme bien différent aux tracés viaires contrastés. C’est également dans l’architecture de leurs édifices que les singularités des deux cités s’expriment : provenance et usage distincts des matériaux, composition du bâti, rapport à l’espace public et modèles architecturaux différents. Toutefois, depuis quelques années, une perception sans nuance du phénomène urbain haïtien et une architecture nouvelle s’installant en périphérie, mais remplaçant également en plein cœur des centres anciens les maisons traditionnelles menacent à terme les qualités patrimoniales et l’unicité de ces espaces urbains.

Haut de page

Texte intégral

Ville : Agglomération de taille moyenne ou grande, constituée d’édifices aux fonctions diversifiées (administration, économie, transports, culture, éducation, logement, etc.), en majorité non agricoles.
Bernard Gauthiez (2003)

Introduction

1Haïti, l’ancienne colonie française de Saint-Domingue, voit se succéder les périodes de troubles et d’instabilité politique depuis son indépendance conquise en 1804. Le pays affiche un indice de développement humain de 0,456, le plaçant à la 161place dans le concert des nations. Il compte près de 11 millions d’habitants, répartis dans 10 départements, 42 arrondissements et 140 communes (Institut haïtien de statistique…, 2015). Ces chiffres cachent un déséquilibre flagrant. Tandis que l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, la capitale, concentre plus de 2,6 millions d’habitants, aucun autre arrondissement ne dépasse 500 000 habitants. Comme toujours dans les territoires insulaires, les principales villes haïtiennes sont implantées sur le rivage, jouant un rôle d’interface entre les productions provenant de l’intérieur des terres et leurs débouchés maritimes commerciaux. L’histoire urbaine de ces villes est encore difficile à faire, faute d’études approfondies et méthodiques qui restent à conduire. Toutefois, à ce jour, le pays bénéficie de deux inventaires urbains et patrimoniaux exhaustifs : ceux des centres anciens de Jacmel et de l’ancienne capitale de Cap-Français, aujourd’hui Cap-Haïtien. Cap-Haïtien, premier port sur l’océan Atlantique, est désormais la troisième ville du pays, derrière Gonaïves, avec environ 275 000 habitants, tandis que Jacmel, première ville de la côte sud, sur la mer des Caraïbes, se place en sixième position (après Saint-Marc et Port-de-Paix) avec une population estimée de 187 000.

Illustration 1. Carte d’Haïti localisant Cap-Haïtien et Jacmel

Illustration 1. Carte d’Haïti localisant Cap-Haïtien et Jacmel

Source : Rémi Kaupp, CC-BY-SA, Wikimedia Commons.

  • 1 Toutefois selon la loi haïtienne seuls les édifices appartenant à l’État peuvent bénéficier du stat (...)

2Cap-Haïtien est la première véritable ville fondée par les Français ; elle demeura la capitale et la plus grande ville du pays durant près d’un siècle et demi, véritable plaque tournante du commerce. Les bateaux y embarquaient le sucre, principale production, et déchargeaient les importations de la métropole. Surmontant les traumatismes climatiques récurrents et les incendies dus aux conflits successifs, elle s’est chaque fois reconstruite sur ses fondations, étendant son périmètre, mais conservant certaines de ses caractéristiques d’ancienne capitale coloniale. En 1995, l’État a ainsi décidé d’inscrire son remarquable centre ancien sur la liste du patrimoine national1. La petite cité de Jacmel connut, quant à elle, quelques décennies de véritables prospérités à partir de la seconde moitié du xixsiècle, lorsque son port devint la plaque tournante de l’exportation, principalement vers la France, du café produit sur les pentes de l’arrière-pays. Les riches négociants transformèrent le centre-ville en y construisant leurs entrepôts commerciaux et leurs résidences, pour lesquels ils importèrent de nombreux éléments architecturaux d’Europe ou des États-Unis. C’est ainsi que le cœur de la ville se trouva doté d’un patrimoine bâti exceptionnel, qui justifie que l’État haïtien ait fait figurer ce centre historique sur la liste indicative destinée à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2004.

  • 2 L’inventaire du patrimoine du centre ancien de Cap-Haïtien a été entrepris en 2010, dans le cadre d (...)

3Après un bref historique contextualisant la réalité haïtienne, nous nous attacherons à présenter les histoires urbaines de Cap-Haïtien et de Jacmel, analyses rendues possibles grâce aux conclusions des deux inventaires conduits ces dernières années dans le cadre de coopérations avec la France2. Nous montrerons ensuite comment certains traits communs cachent de nombreuses spécificités, à y regarder de plus près, qu’il s’agisse de l’histoire, des formes urbaines, du rôle politique social ou économique de ces deux villes, ou enfin de leur architecture et du cadre bâti.

1. De la plus prospère des colonies françaises à la première république noire

  • 3 Dans le cadre des traités de Ryswick (20-21 septembre 1697) qui mirent fin à la guerre de la Ligue (...)

4Saint-Domingue, île des Grandes Antilles, fut découverte en novembre 1492 par Christophe Colomb, qui la baptisa Hispañola. La fondation de Jacmel semble remonter à cette période espagnole, ainsi qu’en atteste une carte de 1564, localisant une Villanueva dans la baie. Mais en l’état actuel des connaissances, l’histoire des villes haïtiennes commence avec l’occupation des Français qui, durant la seconde moitié du xviie siècle, disputent l’ouest de l’île aux Espagnols. Flibustiers et boucaniers, d’abord installés sur l’île de la Tortue, gagnent finalement la côte nord ; en 1670, ils officialisent l’installation de Cap-Français. En 16973, ils intègrent cette portion du territoire aux possessions françaises et, grâce au système de l’esclavage, la transforment jusqu’à en faire la colonie la plus productive, dirigée depuis sa capitale, Cap-Français. Ils se lancent dans la culture du sucre grâce à une main-d’œuvre d’esclaves noirs amenés d’Afrique. Commence alors un siècle de richesse inouïe. Les sucreries se multiplient et produisent toujours plus. Installées notamment dans les grandes plaines du Nord, ces exploitations facilitent la montée en puissance de Cap-Français, bientôt la ville la plus prospère de la Caraïbe. Médéric Louis Élie Moreau de Saint-Méry a publié en 1798 une histoire de la partie française de l’île de Saint-Domingue, dans laquelle il dépeint ce premier siècle de présence coloniale. À la fin du xviiisiècle, le territoire compte environ 520 000 habitants, dont 40 000 blancs, 28 000 affranchis (principalement des mulâtres) et 452 000 esclaves noirs. L’activité économique se répartit entre sucreries, indigoteries, cotonneries, caféteraies, cacaoyères, distilleries de tafia ou d’eau-de-vie de sucre, tanneries, briqueteries ou tuileries, fours à chaux et poteries. La France est alors la deuxième puissance commerciale mondiale. Saint-Domingue à elle seule comptabilise les trois quarts de son commerce extérieur colonial ; elle devient le premier producteur mondial de sucre (voir notamment Clément, 2009).

  • 4 Au moment de l’indépendance, les anciens esclaves affranchis possédaient environ un tiers des terre (...)

5À la suite de la Révolution française et d’une longue guerre, les esclaves, guidés par Toussaint Louverture, conquièrent l’indépendance. Ils fondent la première république noire libre du monde le 1er janvier 1804, changeant le nom de Saint-Domingue pour Haïti. Jean-Jacques Dessalines, proclamé empereur, déplace la capitale à Port-au-Prince. Il ne règne que deux ans avant d’être assassiné et le pays est partagé durant quelques années en deux États. Les troubles ne cesseront plus tout au long du xixsiècle. Les luttes intestines perpétuelles, compliquant la construction de l’unité nationale et instaurant des régimes successifs toujours plus instables ou corrompus, ne permettent pas au pays d’asseoir une situation économique stable. Le système des grandes exploitations agricoles de canne à sucre implantées dans les plaines périclite. La main-d’œuvre s’exile vers les hauteurs afin de fuir l’enrégimentement forcé, profitable aux seuls grands propriétaires, la bourgeoisie mulâtre, qui prend les rênes politiques, administratives et économiques du nouveau pays4. Les plus humbles se réfugient ainsi dans les montagnes du Sud. Les caféteraies coloniales, ordonnées, bien soignées grâce à une main-d’œuvre abondante et peu coûteuse, où les plantes étaient à découvert, cèdent rapidement la place à de petites exploitations familiales à l’ombre des sucrins et des bananiers, sous une couverture végétale propice à la croissance du caféier. Les lopins de terre consacrés à l’agriculture vivrière se multiplient, complétés autant que faire se peut par quelques plants de café. Le sud du pays, totalement montagneux et où cette agriculture de petite propriété dominait, voit son poids économique s’accroître au détriment du nord. En 1789, la production nationale caféière provient à 45 % de la région nord et 18 % de la région sud. En 1860, les proportions se sont inversées : 13 % de la région nord et 54 % de la région sud.

  • 5 Bois utilisé pour faire des teintures rouge, mauve, violet, gris et noir.

6Le commerce tombe aux mains des Anglo-Saxons, le nouveau pays ne possédant pas de marine marchande au long cours. Les Américains, les Anglais et les Danois se partagent le trafic, les négociants français s’évertuant à regagner le terrain perdu avec l’indépendance. Durant l’occupation militaire américaine (1915-1934), la stabilité imposée permet de retrouver une relative prospérité. La disposition constitutionnelle interdisant la propriété foncière aux étrangers est supprimée et le droit de propriété accordé aux résidents étrangers et aux sociétés formées par des étrangers pour leurs besoins. Port-au-Prince gagne en importance, continuant son ascension inéluctable. Les principaux négociants y transfèrent leur siège social. Cap-Haïtien réussit vaille que vaille à maintenir sa place économique, bientôt devancée par la nouvelle capitale, mais les établissements jacméliens deviennent de simples succursales, lieux d’entrepôt et de redistribution. À cette époque, Haïti importe plus de 80 % de ses besoins des États-Unis, mais continue d’exporter sa production (70 à 80 % de café, 10 % de coton, 6 % de bois de campêche5, 3,5 % de sucre et moins de 3 % de cacao) à près de 50 % vers la France et 30 % vers les États-Unis. Une quinzaine de ports sont ouverts au commerce international, le premier Port-au-Prince, suivi de Cap-Haïtien et, en troisième position, la seconde pour le café, Jacmel.

  • 6 Afin de produire du charbon de bois, seule source d’énergie pour bien des familles. Ce déboisement (...)

7L’instabilité politique reprend de plus belle après le départ des Américains. La crise redouble de violence à partir de 1946, lorsque se succèdent des régimes de junte militaire, jusqu’à l’accession au pouvoir de François Duvalier (1907-1971), qui inaugure une période sinistre. À la fin des années 1960, le dictateur ordonne la fermeture au commerce international des ports de province, au bénéfice de la seule capitale. En outre, l’ensemble du commerce intérieur doit également transiter par Port-au-Prince ; les villes s’enfoncent dans le marasme. Le pays connaît à la fois une importante croissance démographique – 3 millions en 1950, 5 millions en 1982 – et une forte émigration : des élites aux plus pauvres, tous cherchent à fuir. Jean-Claude Duvalier (1951-2014), son fils, finalement chassé du pouvoir en 1986, laisse un pays exsangue, bien incapable de surmonter les terribles défis climatiques régionaux. La désorganisation de l’agriculture et le déclin de ses débouchés, l’épuisement des terres ainsi que le déboisement continuel6 conduisent aujourd’hui à une tertiarisation de l’économie haïtienne, entraînant un spectaculaire exode rural qui explique le phénomène de « bidonvillisation » des principaux centres urbains, et en premier lieu, celui de Port-au-Prince (voir notamment Paul, 2010).

2. De Cap-Français à Cap-Haïtien, devenir d’une capitale

8Passant du statut de capitale des Antilles françaises à celui de métropole provinciale, l’histoire de la ville du Cap, qui a peu à peu cédé la première place à Port-au-Prince, est unique7.

2.1. La principale ville coloniale française

9Cap-Haïtien est implanté dans une large baie où plusieurs cours d’eau forment des zones de marais plus ou moins vastes en fonction des saisons. La Grande Rivière du nord se jette dans l’océan à l’est, la rivière Commerce au fond de la baie au sud, et la rivière du Haut-du-Cap (ou rivière Mapou ou encore Gallois) à l’ouest. Ce dernier fleuve forme à son embouchure une sorte de lac, le bassin Rhodo, entouré de mangroves. À partir de 1670, les premiers Français s’installent d’abord au sud de la baie au lieu-dit la Petite-Anse. Peu à peu ils se déploient également sur la rive gauche de la rivière du Haut-du-Cap, au pied d’une chaîne de mornes. On parle alors du Haut du Cap, pour les terres vers le sud, et du Bas du Cap lorsque l’on s’approche du rivage. Plusieurs incendies détruisent les premières installations de la fin du xviie siècle. Lors de la reconstruction, il est décidé de réunir les deux centres d’implantation et de n’en retenir qu’un, l’actuel centre ancien du Cap. Le roi confirme en 1711 ce choix, quelque temps contesté au profit de la Petite-Anse, où était situé l’embarcadère.

Illustration 2. La baie de Cap-Haïtien

Illustration 2. La baie de Cap-Haïtien

Au centre à gauche, la ville ancienne et le port, à droite l’embouchure de la rivière du Haut-du-Cap, au-delà, au fond de la baie, le quartier de Petite-Anse.

Source : Rémi Kaupp, CC-BY-SA, Wikimedia Commons.

  • 8 Sur les 33 monuments historiques classés « patrimoine national » en 1995, 28 sont des forts constru (...)

10L’habituel tracé en damier des villes neuves, adopté après l’incendie de 1694, est mis en œuvre avec davantage de rigueur, tandis que l’armée construit un réseau de forts positionnés le long de la côte afin de protéger la ville8. Les maisons s’élèvent lentement. En 1721, une ordonnance interdit de couvrir les constructions en végétaux par crainte du feu. L’année suivante, le missionnaire dominicain Jean-Baptiste Labat donne une description de l’implantation coloniale :

Le bourg du Cap avoit été ruiné et brulé deux fois pendant la guerre de 1688 par les Espagnols et les Anglois joints ensemble. Il s’étoit rétabli depuis ce temps-là, et rien n’étoit plus facile, puisque toutes les maisons n’étoient que de fourches en terre, palissadées, ou entourées de palmistes refendus, et couvertes de taches, comme on appelle en ce païs-là, les queües ou les guaisnes des palmistes. Il y avoit au milieu du bourg une assez belle place d’environ trois cent pas en quarré, bordée de maisons comme celle que je viens de décrire. Un des côtez étoit occupé entre autres bâtiments, par un grand magasin qui avoit servi à mettre les munitions du Roi. Il servoit d’hôpital, en attendant que celui qu’on bâtissoit à un quart de lieüe du bourg, fut achevé. Il y avoit sept à huit ruës ou especes de ruës, qui aboutissoient à cette place, lesquelles étoient composées d’environ trois cent maisons.

L’église paroissiale étoit dans une ruë à côté gauche de la place ; bâtie comme les maisons ordinaires, de fourches en terre ; elle étoit couverte d’essentes […] Le bourg du Cap François n’est point fermé de murailles, ni de palissades. Il n’est pas même dans un endroit propre à être fortifié, étant extrêmement commandé du côté du sud et de l’ouest. Il n’y avoit alors pour toute défense que deux batteries, une à l’entrée du port, et l’autre devant le bourg […] La garnison étoit composée de quatre compagnies détachées de la Marine, qui pouvoient faire deux cent hommes […] Dans les promenades que nous fîmes à une ou deux lieües aux environs […] on commençoit à établir des sucreries, au lieu de l’indigo qu’on y avoit cultivé jusqu’à lors.

11À cette date, la ville compte environ 1 000 hommes « et pas une seule personne de considération » tandis que ses activités exigent 3 000 à 4 000 esclaves par an (Le Pers, 1730-31). Malgré un énième incendie en 1734, Cap-Français poursuit son expansion régulière. Cinquante ans plus tard, elle est devenue la ville la plus considérable de la colonie, où une quarantaine d’habitations peuvent occuper chacune « deux cents nègres » (Raynal, 1785). Les plans de la fin du xviiie siècle pourraient laisser croire que la cité a été dessinée et bâtie d’un seul trait. Bien au contraire, Cap-Français, tout au long du siècle, est un perpétuel chantier non seulement parce que les maisons sont construites progressivement, mais également parce que de gros travaux d’infrastructure sont engagés pour transformer le rivage côtier, quasiment vierge et très accidenté, en capitale portuaire. Il faut d’abord remblayer pour établir le quai. Durant trois ans, les navires arrivants ont l’obligation de fournir des tonneaux de lest en roches ou cailloutages. Les déblais de l’abattage du morne à côté de la place d’Armes servent également de remblai. La rue Neuve (ou rue du Marché-des-Blancs, car les marins y sont autorisés à vendre divers produits et comestibles apportés de France) ainsi que 7 îlots supplémentaires sont gagnés sur la mer. La poursuite du remblaiement vers le sud permet de prolonger nombre de rues nord-sud, de créer des rues perpendiculaires et de nouveaux îlots ainsi que plusieurs places. Au nord, au-delà de l’arsenal, les remblais de la petite anse que formait la côte servent à prolonger les quais, à créer une douzaine d’îlots et un bassin de carénage pour un port militaire autonome.

Illustration 3. Plan de la ville du Cap, 1744

Illustration 3. Plan de la ville du Cap, 1744

Source : Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 15DFC340B ; ANOM.

12Moreau de Saint-Méry décrit par le menu Cap-Français, « établissement le plus considérable de la colonie, sa capitale de fait, le siège de ses principales richesses, de son luxe, le lieu le plus commerçant ». Peu avant l’indépendance, la ville forme donc un quasi-rectangle orienté nord-sud dont un grand côté fait face à la mer à l’est et le second est adossé aux mornes à l’ouest. Les rues, tirées au cordeau, se coupent à angle droit. À deux ou trois exceptions près, elles ont toutes 24 pieds de large et séparent 260 îlets ou carrés de 120 pieds sur chaque face. On compte 37 rues d’est en ouest et 19 nord-sud. Seules quelques-unes sont entièrement pavées, celles où sont implantés les commerces. Les autres sont couvertes de sable et ne disposent de pavés que dans leur milieu, de manière à former un ruisseau. Assez souvent, le bord des maisons comprend un petit trottoir formé de carreaux, de briques ou de pierres (certes un peu plus larges que celles du ruisseau, mais qui ne sont à proprement parler que des cailloux). Moreau de Saint-Méry note encore que le niveau de la rue a souvent été mal pris. Ainsi, à certains endroits, des remblais successifs enfouissent de plusieurs pieds le rez-de-chaussée des bâtiments. Presque tous les îlets sont divisés en quatre emplacements, totalisant environ 1 000 emplacements ou maisons. Ces dernières, alignées sur la rue, forment un front bâti continu. Environ 150 d’entre elles sont encore en bois, les autres déjà en maçonnerie. Seules 300 disposent d’un étage, trois ou quatre en ont deux ; toutes les autres restent en rez-de-chaussée. Divers bâtiments occupent les cours intérieures si bien que les jardins sont quasiment inexistants. Seules quelques demeures près de la ravine (au nord) en bénéficient ; l’une d’elles abrite la résidence de l’intendant de la colonie.

13La première place aménagée est la place d’Armes, vaste esplanade carrée occupant l’équivalent de quatre îlets. Côté sud, l’église Notre-Dame y est maintes fois reconstruite et agrandie, d’abord en bois puis en pierre de taille apportée de Nantes. Après qu’elle se fut écroulée, René Gabriel Rabié, ingénieur en chef, trace de nouveaux plans en 1774. Le cimetière, d’abord implanté à son chevet, est rejeté à l’extérieur de la zone lotie, à l’extrême sud, tout comme l’hôpital. La cathédrale demeure la seule église malgré l’augmentation régulière de la population. Toutefois, les communautés religieuses, dont les jésuites, disposent de couvents, notamment à l’ouest, près du palais du gouverneur et des casernes. Au fur et à mesure que la ville s’étend vers le sud, d’autres places sont tracées : la place Royale (aujourd’hui Toussaint-Louverture) ou la place de Clugny, entreprise en 1764 pour établir un marché à l’emplacement de quatre îlets expropriés. Cette dernière reçoit le nom de l’intendant précédent (elle accueille désormais le marché couvert). Au total, huit places publiques, bien entretenues, offrent des lieux de promenade ; elles sont chacune dotées d’une fontaine publique pour alimenter le quartier en eau douce.

Illustration 4. Cap-Français, vue depuis la colline. Gouache signée Van Blanrenberghe, 1778.

Illustration 4. Cap-Français, vue depuis la colline. Gouache signée Van Blanrenberghe, 1778.

Source : Musée du Nouveau Monde, La Rochelle. http://www.alienor.org/​collections-des-musees/​fiche-objet-29842-la-ville-du-cap-francais-a-saint-domingue-vue-de-la-colline

14À la fin du xviiie siècle, le port est encore relativement modeste, mais directement connecté avec la ville. Cinq appontements se succèdent, perpendiculairement au quai Saint-Louis : une cale royale pour la marine, une cale marchande, une troisième, la cale Le Febvre, pour le négociant du même nom, la cale des passagers, enfin celle en face de la place Le Brasseur, la plus au sud. Construites sur pilotis avec de forts madriers de 80 pieds de long et 15 de large et parfaitement adaptées, elles permettent de charger et décharger à basse comme à haute mer. Les maisons qui bordent le quai depuis la place Le Brasseur sont « presque toutes des magasins de négociants, des entrepôts de passagers, des auberges, des cafés, des billards ». On y trouve également des bains publics, installés en 1788, ainsi que des installations privées, dotées de baignoire en bois ou en marbre. Pour s’abriter du soleil, qui frappe les maisons dès son lever, « on y a des tentes spacieuses, sous lesquelles la brise est respirée avec délices, aussitôt que la chaleur est dissipée et que le soleil a dépassé son méridien ». En 1746, une double allée d’arbres, le long du quai, près de la batterie royale, avait été plantée, formant la seule véritable promenade de la ville. Mais les arbres périclitent et doivent être replantés, l’air marin et l’eau salée étant peu propices à leur développement.

Illustration 5. Plan de la ville du Cap servant à indiquer son état actuel et les progrès de ses reconstructions, 1798.

Illustration 5. Plan de la ville du Cap servant à indiquer son état actuel et les progrès de ses reconstructions, 1798.

En bleu les bâtiments de l’État ; en rouge foncé les maisons épargnées par l’incendie ; en rose et en bistre les maisons reconstruites ; en blanc les emplacements restant à reconstruire ; en jaune les emplacements sur lesquels il n’y a jamais eu de construction. Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 15DFC406A.

Source : ANOM.

  • 9 Petite charrette à deux roues que l’on emploie dans les plantations des Antilles pour transporter l (...)

15Outre le quai, la rue du Gouvernement (aujourd’hui rue D) est presque entièrement occupée par des commerçants. Les capitaines de navires y ont des magasins, la plupart dans des maisons à étage. Au-devant de chaque boutique, un tableau détaille la cargaison mise en vente. Les cabrouets9 forment un ballet incessant, permettant de transporter les marchandises du rivage au magasin et du magasin au rivage. Malgré l’importance de son activité commerciale et l’éloignement de certaines familles, installées dans leurs habitations, Cap-Français souhaite apparaître comme une véritable ville, également dotée de lieux intellectuels ou culturels. Elle compte un cabinet littéraire, un théâtre, un imprimeur-libraire. La Société royale des sciences et arts y siège.

16Bientôt, les troubles révolutionnaires commencent. La ville est incendiée en 1791, 1793 et de nouveau en 1802 lorsque Henri Christophe voit arriver les troupes du corps expéditionnaire dirigées par le général Leclerc.

2.2. Reconstruction après l’indépendance

17La ville est rebaptisée quelques années Cap-Henri avant de devenir Cap-Haïtien. Henri Ier, dit le roi Christophe, lui préfère pourtant son palais de Milot, Sans-Souci, et la forteresse de La Ferrière, dans les montagnes, deux constructions qu’il commande pour s’y établir. Au Cap, il installe sa résidence à l’ouest de la place d’Armes, poursuit le pavage des rues, entreprend la construction d’un observatoire et d’un théâtre royal, fait restaurer l’église et l’hôpital militaire. Le Code Henri, publié en 1812, comprend quelques dispositions dans son titre XIV. « Des servitudes et services fonciers » imposant une règle de construction pour prévenir les ravages du feu : toute construction de cheminée, four, fourneau et forge ne pourra se faire à moins d’un demi-pied d’un mur mitoyen, lui-même devant mesurer au minimum 8 pieds de haut. En effet, après l’incendie de 1802, le nouvel État a hérité d’une ville en partie ruinée. Des centaines de maisons, le palais du gouverneur, la trésorerie sont à terre. Une fois de plus, la cité redevient un vaste chantier durant plusieurs décennies. L’activité commerciale reprend peu à peu. Cap-Haïtien reste l’unique port atlantique du pays et le principal chantier pour les caboteurs, toutefois concurrencé par Gonaïves, haut lieu de la contrebande et où une partie des détaillants de certains bourgs s’approvisionnent (Benoit, 1972). L’ancienne capitale conserve la première place nationale et demeure l’entrepôt des denrées de l’île. En 1823, elle compte 40 000 habitants, alors que Port-au-Prince n’en dénombre encore que 20 000.

18Le tremblement de terre du 7 mai 1842 ensevelit la moitié de la population sous les décombres ; il est suivi neuf ans plus tard d’un nouvel incendie. En 1865, le Bull-Dog, navire anglais, canonne le port et l’arsenal, à l’instigation du président haïtien Fabre Geffrard (1806-1878). La fin des années 1860 est marquée par plusieurs périodes de troubles accompagnées de nouveaux bombardements. En 1872, un auteur évoque la splendeur perdue du « Paris de Saint-Domingue » (La Salve, 1881). La ville, de nouveau ruinée, est méconnaissable. Le long des rues, les maisons achèvent de crouler, brique après brique. Le soleil, la lune, les pluies ont creusé les pierres et émietté le mortier. Partout, des toits effondrés, des ouvertures béantes, des pans de murs déchirés d’énormes lézardes. Les herbes couvrent le sol. Des festons de lianes remplacent les corniches tombées. Seules quelques centaines de maisons ont été épargnées ou rebâties, d’un étage au plus, en pitchpin, en brique, peintes en noir, blanc, jaune et rouge, disséminées dans toute la ville.

19Éternel recommencement, Cap-Haïtien, panse ses plaies et rebâtit peu à peu ses demeures, sans jamais remettre en question son plan en damier. Le parcellaire, lui-même en damier, ne le permet pas. Trop rares sont les îlets qui connaissent le même sort lors d’une catastrophe : tandis qu’une ou deux maisons sont détruites, une seconde peut être seulement endommagée et une dernière totalement préservée. Difficile, dans ces conditions, et en l’absence de services publics organisés, d’établir un plan d’alignement pour élargir une rue ou dégager une nouvelle place. Généralement les fondations, en pierre, sont conservées et seuls les murs et les toitures doivent être refaits. Tous les matériaux récupérables sont réutilisés. Ainsi, la ville se rebâtit-elle sur elle-même et à l’identique, conservant ses modèles architecturaux, ce qui explique aujourd’hui sa cohérence et in fine, sa distinction patrimoniale.

20La fin du xixe siècle connaît un certain essor économique qui tient à la diversification de la production ainsi qu’à la transformation de la marine marchande. Outre le sucre ou le café, la ville sert de débouché à tout le nord de l’île, exportant du campêche, du charbon bois de très bonne qualité, des traverses de chemin de fer, des poteaux de soutènement ou encore des pièces de bateau), du cacao, du cuir de bœuf. Ainsi, le quartier du port se métamorphose. Un nouveau wharf est construit en 1878. Un pont de fer franchissant la rivière du Haut-du-Cap est inauguré en juin 1877. Racheté par le gouvernement dix ans plus tard, il facilite la liaison entre le port et la plaine de l’arrière-pays. Des rails et des wagonnets équipent les infrastructures portuaires. Plusieurs usines sont installées, au sud, de part et d’autre de l’embouchure de la rivière, ainsi qu’un chantier de marine et des ateliers de construction de petits bateaux pour le cabotage. La partie résidentielle de la ville bénéficie de cet élan, l’éclairage public est installé. Le marché de Clugny, fait de vastes nefs métalliques, est importé d’Europe en 1896. La ville a pourtant perdu la moitié de ses habitants par rapport au début du siècle et n’en compte plus que 20 000.

Illustration 6. Carte postale, début du XXe siècle

Illustration 6. Carte postale, début du XXe siècle

Source : Coll. Part.

21Durant l’occupation américaine, l’économie est consolidée. L’exploitation agricole de la grande plaine du Nord est relancée, qui conforte la place portuaire internationale qu’est demeurée Cap-Haïtien. Le wharf est amélioré. La bourgeoisie gagne les zones plus fraîches du Bel-Air et du Haut-du-Cap, amorçant, sur les premières pentes des mornes, les débuts de l’extension de la ville vers le sud. Avec leur pragmatisme bien connu, les Américains renomment toutes les rues du centre-ville, leur appliquant leur système alphanumérique : les voies perpendiculaires à la mer reçoivent un numéro, celles parallèles, une lettre. En 1950, le Cap dénombre 30 000 habitants.

Illustration 7. Carte postale, bureau du port, début du XXe siècle

Illustration 7. Carte postale, bureau du port, début du XXe siècle

Source : Coll. part.

Illustration 8. Le port de Cap-Haïtien, carte postale, vers 1960.

Illustration 8. Le port de Cap-Haïtien, carte postale, vers 1960.

Source : Coll. part.

3. Jacmel, la provinciale

22Premier port de Saint-Domingue sur la mer des Caraïbes, Jacmel a connu une exceptionnelle prospérité durant quelques décennies grâce au café, avant de stabiliser sa situation de ville côtière de moyenne importance10.

3.1. Le port du sud

23Jacmel (pour l’ensemble de cette partie voir Davoigneau, Duhau, 2016) est également implantée dans une baie où les navires marchands peuvent mouiller. La côte très escarpée, la mer souvent houleuse et les fréquents raz-de-marée rendent toutefois l’approche dangereuse. Le relief des terres cernant la baie, entourée de mornes, et les embouchures de la Petite Rivière de Jacmel, de la rivière des Orangers et de la Grande Rivière de Jacmel dans laquelle conflue légèrement en amont la rivière de la Gauche et celle de la Gosseline, expliquent que le débarcadère et la ville se soient implantés dans l’angle nord-est de cette baie.

Illustration 9. Jacmel, vue depuis les hauteurs, au-delà de l’embouchure de la Grande Rivière et de ses terres inondables (au centre).

Illustration 9. Jacmel, vue depuis les hauteurs, au-delà de l’embouchure de la Grande Rivière et de ses terres inondables (au centre).

Source : Alex Polotsky, Flickr, CC BY 2.0.

24Assurément habitée depuis les années 1680, la bourgade est incluse dans la concession faite à la Compagnie de Saint-Domingue lors de sa création, en 1698. Celle-ci y construit plusieurs magasins. Pour autant, la ville, mal reliée aux autres régions par voie de terre, demeure au second plan. La paroisse, se déployant sur près de 250 km², compte 67 blancs en 1703, 3 affranchis et 104 esclaves et en 1798, 550 blancs, 582 affranchis et 8 500 esclaves. La ville reste d’importance modeste tout au long du xviiisiècle en temps de paix, mais prend un peu plus d’importance en temps de guerre, en raison de son implantation stratégique. Plusieurs batteries isolées l’entourent et la défendent tandis que la poudrière est placée dans la savane. L’activité économique connaît une très lente progression, parallèle à l’essor démographique. La paroisse compte des indigoteries, des élevages, 2 sucreries en 1730. Bientôt se développent les cultures du cacao, du coton et du café, introduit dans l’île dès 1726. À la fin du xviiisiècle, il ne demeure plus qu’une sucrerie et 7 indigoteries, mais on comptabilise également 20 cotonneries, quelques cacaoyers, 8 fours à chaux et surtout 100 caféteraies. Les navires embarquent ces marchandises afin de les acheminer pour les trois quarts vers le port de Bordeaux, et le reste au Havre et à Marseille.

25Ces premières installations sont érigées en paroisse avant 1709. Au sud-ouest, une première église, jouxtée par le cimetière, est construite « au haut du monticule ». Jacmel comprend 25 maisons en 1740, 42 en 1765 et 63 en 1776. Elle souffre des aléas climatiques et des séismes et doit être constamment reconstruite : incendie en 1721, ouragan qui détruit toute la basse ville en 1751, à l’exclusion d’une maison en maçonnerie, nouveaux ouragans destructeurs en 1754 et 1788, tremblement de terre en 1770, détruisant quant à lui les maisons en maçonnerie. Le plan directeur de la ville date de 1781. L’église, devenue vétuste, est remplacée et déplacée au nord-est de la ville en 1783. À la fin du xviiisiècle, Jacmel est composée de 160 demeures. La basse ville, dépourvue de place publique et de marché, accueille la Grand’Rue, la seule pavée, et ses maisons de marchands, de capitaines de navires et de commerçants divers. Elle est implantée dans une gorge étroite où l’air est étouffant et très humide l’été du fait des pluies, provoquant une insalubrité chronique. Le port, un simple appontement, est positionné à l’extrémité est de ce quartier. La ville haute, là où les premières maisons s’implantèrent, baptisée le quartier du Bel-Air, est plus heureusement située, jouissant d’une merveilleuse vue entre mer et campagne. Les rues sont très étroites, irrégulières et souvent abîmées par les pluies qui y creusent des trous dans lesquels les voitures versent. Les parcelles également étroites génèrent des maisons aux cours exiguës. Finalement, Moreau de Saint-Méry conclut de Jacmel « que sa médiocrité la fait encore appeler souvent bourg ».

Illustration 10. Plan de la ville de Jacmel, 1799.

Illustration 10. Plan de la ville de Jacmel, 1799.

L’extension de la ville vers l’ouest (au-delà de la rivière des Orangers) est amorcée. Le cimetière est encore implanté au sud-ouest, dans l’embouchure de la rivière des Orangers.

Source : National Maritime Museum Collections, Greenwich, London.

26Malgré le tracé assez régulier des représentations de la ville au tournant du xixsiècle, l’observation in situ révèle beaucoup d’adaptations aux principes de la ville neuve coloniale (implantation côtière ; tracé régulier organisé autour du port de commerce ; fortifications de défense le long des rives et dans les terres ; place d’Armes ; connexions viaires de la ville avec la plaine cultivée rythmée de ses habitations…). La configuration géographique – au fond d’une baie, à flanc de coteau, contenue à l’ouest par l’embouchure des cinq rivières confluentes – fait de Jacmel une ville pleine de particularismes. Son tracé viaire, contraint de s’adapter à la déclivité du terrain, serpente parfois ; c’est le cas notamment de la Grand’Rue (aujourd’hui avenue de la Liberté) qui contourne les monticules pour gagner le rivage, mais pas le port, implanté à l’est à l’abri des petits récifs et finalement mal relié à la ville. Des pas-d’âne, aujourd’hui transformés en ruelles en escalier, sont ménagés dans la trame parcellaire pour faciliter les circulations. Le fort du gouvernement, érigé sur le point haut, est précédé de la place d’Armes, d’où l’on domine parfaitement les alentours. La façade de l’église neuve rythme une nouvelle place, implantée plus à l’est en pendant, place qui accueille également le marché.

3.2. La capitale du café

27Le contexte politique de l’indépendance explique la montée en puissance de la ville et sa nouvelle position dans l’économie nationale. Jacmel prospère lentement mais sûrement tout au long du xixsiècle grâce à la culture du café. En 1823, elle compte 6 000 habitants. Pourtant, elle demeure isolée du reste du pays, car elle est toujours difficilement accessible par la route. Du fait de cette absence de voies intérieures, elle est alimentée et dessert un vaste hinterland via une flottille de cabotage, et fait ainsi partie des sept ports haïtiens ouverts au commerce international. Son marché devient assez considérable ; il offre un important débouché aux articles d’Europe. Les échanges sont assurés par des lignes régulières, uniquement avec l’Europe jusqu’en 1880 puis également avec les États-Unis (les navires américains apportant notamment le bois de construction). La ville devient le premier port caféier du pays, représentant environ 20 % des exportations nationales et le troisième port haïtien. Elle fait commerce de coton, de campêche et d’écorces d’orange amère (pour la fabrication française du Cointreau). C’est à Jacmel que tout voyageur doit se rendre afin d’embarquer pour l’Europe, tout comme le courrier qui y est regroupé, expédié à dos de mule depuis l’ensemble du pays.

28La population mulâtre, composée de petits propriétaires et de commerçants, poursuit son ascension sociale et économique. Cette « bourgeoisie » métisse remplit le rôle d’intermédiaire ou de prête-nom pour le compte des commerçants étrangers, car depuis l’indépendance, la constitution nationale stipule que seuls les Haïtiens sont autorisés à posséder des biens immobiliers. Jacmel voit prospérer une nouvelle profession, le « spéculateur en denrées », qui joue le rôle d’intermédiaire entre le paysan-producteur et le négociant-exportateur. Les mulâtres aident également les entrepreneurs étrangers à contourner une autre loi, qui interdit aux exportateurs de faire du commerce de détail. Ainsi, les familles qui possèdent le négoce de café possèdent aussi les commerces du centre-ville.

29La physionomie de la ville évolue lentement. Toujours exposée aux aléas naturels, elle continue de se reconstruire sans cesse sur elle-même et reste de taille modeste selon la description d’Edgar Le Selve, qui la visite en 1873. Lorsqu’on débarque sur le petit wharf, il faut gravir un escalier dont les marches irrégulières, usées, roulent brique à brique sous le pied mal assuré. La ville, très commerçante, possède des magasins dont la plupart ouvrent sur deux rues, étroites et inégales. La nouvelle « bourgeoisie », où les familles se mélangent (les immigrants épousant fréquemment des femmes mulâtres), habite en ville. Les maisons jouxtent ou surmontent les entrepôts commerciaux. Elles sont implantées au plus près du port, dans la ville basse. Chaque famille possède par ailleurs une maison de villégiature dans l’arrière-pays, notamment au quartier des Orangers (nord), sur les pentes des mornes, où la chaleur est moins vive et la salubrité mieux garantie.

30Le cimetière, toujours implanté au bord de la rivière des Orangers, dans une zone peu salubre et inondable, est déplacé en 1820 à l’est de la ville. La place d’Armes reste implantée sur les « confins » de la ville haute. Faute de fontaine publique, il faut puiser l’eau dans la Grande Rivière et attendre 1875 pour qu’une fontaine soit érigée sur la place du Marché de l’église et douze bornes-fontaines réparties dans les différents quartiers. En 1860, le premier lycée municipal du pays est créé à Jacmel, alors qu’il n’existait que trois lycées nationaux (à Port-au-Prince, Cap-Haïtien et Les Cayes). Un hôtel de voyageurs est bâti près du port afin d’accueillir la clientèle venant embarquer ou débarquant d’Europe. En 1895, un éclairage public est installé grâce à une petite usine construite au sud du port et l’année suivante, c’est au tour d’un réseau téléphonique d’être mis en service pour 300 abonnés.

Illustration 11. Plan de la ville de Jacmel, 1892.

Illustration 11. Plan de la ville de Jacmel, 1892.

Source : BNF (ark:/12 148/btv1b52503688j).

31Le plan de la ville dressé en 1892 par le géomètre Justin Bouzon est particulièrement précieux, car il livre un état détaillé et précis à la fin du xixsiècle. Si le bâti n’y figure pas, le document se rapproche toutefois d’un cadastre, car il comporte le dessin des parcelles et le nom de leur propriétaire. Le centre plus ancien conserve ses rues sinueuses et ses passages dans la pente, tandis qu’un tracé directeur orthogonal a été mis en œuvre dans les nouveaux quartiers. Plusieurs places ont été aménagées, chacune destinée à recevoir un marché. Les quatre entrées de ville indiquées existent toujours : le portail de Bainet, le portail de Léogâne, le portail de la Gosseline, enfin, le portail de Saint-Cyr.

32Le 19 septembre 1896, la ville est ravagée par un incendie. Lors de la reconstruction, le tracé viaire n’est pas modifié, seul le bâti est entièrement renouvelé. Chaque famille redouble d’efforts pour se faire élever une résidence à la hauteur de son prestige et de sa prospérité, n’hésitant pas à mettre en œuvre des éléments, notamment métalliques, importés d’Europe ou d’Amérique. Le centre demeure organisé en deux pôles : le Bel-Air, sur le ressaut de terrain où sont implantés l’église, la place d’Armes, le nouveau marché (vastes halles métalliques importées de Belgique) et l’hôtel de ville, tandis qu'à « Anbalavil », les entrepôts des commerçants se succèdent en bord de mer, au port et entre les deux rues parallèles du Commerce et Sainte-Anne. L’hôpital Saint-Michel est créé en 1912 et implanté au nord-est, au-delà de la rivière des Orangers. L’ensemble de la commune compte près de 10 000 habitants. Durant la période d’occupation américaine, l’activité commerciale se maintient. Le wharf et le bâtiment des douanes sont reconstruits. L’arrondissement compte environ 70 000 habitants en 1920. Mais le krach d’octobre 1929 et la crise économique mondiale qui suit imposent un coup d’arrêt à la prospérité de la capitale provinciale. Le cours du café s’effondre et la ville ne s’en remettra pas. Publié en 1955, le texte d’Edmond Lauture intitulé Jacmel, grandeur et décadence évoque une splendeur passée, période prospère qui ne dura finalement que quelques décennies et qui produisit une ville aujourd’hui jugée digne de postuler au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Illustration 12. Panorama du port de Jacmel vers 1920.

Illustration 12. Panorama du port de Jacmel vers 1920.

Source : Dans : Compagnie biographique (éd.). Livre bleu d’Haïti. Op. cit., p. 207.

4. Un urbanisme au service de réalités différentes

33Cette approche monographique des deux principales villes haïtiennes aux caractères patrimoniaux reconnus, après Port-au-Prince, esquisse des portraits singuliers à bien des égards dont l’observation, même à une échelle macroscopique, ne parvient pas à masquer la disparité.

4.1. Le contexte géographique

34Certes, Cap-Haïtien et Jacmel partagent la même réalité météorologique : un climat tropical, avec une température moyenne annuelle autour de 26°, une saison plus sèche et d’importantes précipitations (1 595 mm pour la première et 1 266 mm pour la seconde)11. Comme l’ensemble du pays, elles souffrent toutes deux de catastrophes renouvelées. Les crues de la saison des pluies peuvent être ravageuses. L’Atlantique nord connaît des cyclones récurrents lors de la saison des ouragans. Enfin, Haïti se trouve dans une zone sismiquement active, entre deux plaques tectoniques, ce qui explique les tremblements de terre successifs. Par ailleurs, les deux villes sont implantées à l’embouchure de rivières, dans une baie protégée.

35Pour autant, leur configuration ne se ressemble pas. Jacmel, contrainte par le relief et l’hydrographie de se déployer sur les pentes, d’implanter son port à une extrémité de la ville, demeure, somme toute, le modeste centre d’une vaste région montagneuse. En revanche, Cap-Haïtien a longtemps réussi à maintenir son développement dans la plaine en gagnant notamment sur la mer, en arasant les premières pentes des mornes et en urbanisant d’importantes zones inondables et marécageuses. Son port de commerce, depuis toujours implanté au plus près et directement relié au centre urbain, a grandi en même temps que la ville.

4.2. Le statut administratif

36Cap-Français, capitale de la colonie, réunissait tous les éléments liés à ce statut, à commencer par les sièges des représentants militaire et civil du pouvoir royal. Si les affaires militaires relevaient du seul gouverneur, et celles, financières, de l’intendant, tous deux se partageaient, voire se disputaient, l’ensemble des autres responsabilités administratives. La ville abritait par ailleurs, pour les affaires de justice, l’un des deux conseils souverains (le second siégeant à Port-au-Prince) (Hrodej, 2007). Ainsi, les bâtiments officiels, la maison du roi (prison civile, Conseil, juridiction, logement de l’intendant) et les installations liées à la défense (casernes, arsenal, parc d’artillerie, poudrière, place d’Armes, champ de manœuvre, carénage) occupaient des places stratégiques dans le dispositif urbain. Jacmel, simple bourgade de province, certes normalement administrée, ne disposa jamais d’équipements de cette envergure.

37Outre la foule des commerçants et des petits métiers, Cap-Français hébergeait également nombre de militaires, de marins, de magistrats et autres juristes. Au cours du xviiie siècle, la présence de colons plus ou moins fortunés et cultivés, comme la montée en puissance d’une classe créole avide d’asseoir sa position sociale, explique la création de lieux où se déployaient les activités mondaines réservées aux plus privilégiés. Cette élite de la colonie aspirait à vivre dans une ville selon les critères européens, réclamant des voiries aménagées (séparation des trafics piétons et véhicules, pavement…), des dispositifs sanitaires et d’aménagement (fontaines publiques, places, promenades, établissements de bains…). Il fallut attendre la fin du xixe siècle et la nouvelle prospérité économique qu’apporta le café pour voir ce phénomène prendre forme à Jacmel, avec la création de quelques établissements littéraires ou de spectacle. Même après l’indépendance et la perte du statut de capitale, Cap-Haïtien demeura longtemps encore la première ville du pays. La reconstruction « à l’identique » du bâti de son centre ancien plusieurs fois endommagé procède – autant que les contraintes techniques – de cette volonté de maintenir son image et son statut de ville d’importance nationale, la capitale du Nord, en quelque sorte.

4.3. Le tracé urbain

  • 12 Étendue de terrain ayant été divisée en îlots (Gauthiez, 2003).

38La comparaison des cartes anciennes successives des deux villes permet de voir dès le premier coup d’œil les différences de leur composition urbaine. Le centre de Cap-Haïtien semble être le résultat parfait d’un tracé de ville neuve – planifiée d’un seul geste – tel qu’on le rencontre partout sur le continent américain. Habitués à ces villes du Nouveau Monde, les États-Uniens ne s’y trompèrent pas qui, lorsqu’ils occupèrent le pays, débaptisèrent tous les noms des rues pour les remplacer par des lettres et des numéros. Pour autant, ce tracé en damier est aussi vieux que le concept même de ville. Cap-Haïtien se développa en réalité peu à peu, remblayant les irrégularités de la côte ou aplanissant les tertres afin de poursuivre ce tracé parfait : certaines rues se terminent même littéralement en cul-de-sac au pied du morne. Ce qui est remarquable ici, c’est l’importance symbolique que revêtit ce plan, au point d’être décliné dans certaines nouvelles zones urbanisées de manière spontanée et sans aucune planification administrative, notamment sur la rive droite de la rivière du Haut-du-Cap, au lieu-dit de Petite-Anse. L’îlotissement12 orthonormé est poussé au Cap à son comble, chaque îlot étant lui-même recoupé en quatre parcelles de plan carré. Ce système conditionne totalement les élévations sur rue et génère des fronts bâtis dont l’homogénéité est encore renforcée par l’étroitesse des rues, interdisant d’y réaliser des galeries qui auraient apporté une variété architecturale.

Illustration 13. Phases d’extension successives de Cap-Haïtien

Illustration 13. Phases d’extension successives de Cap-Haïtien

Noir 1709 ; rouge 1728 ; vert 1744 ; marron 1786 ; rose 1948) et de son trait de côté (bleu clair 1744 ; bleu foncé 1948).

Source : Fond de carte Google Earth.

Illustration 14. Une rue du centre historique de Cap-Haïtien, 2014.

Illustration 14. Une rue du centre historique de Cap-Haïtien, 2014.

Source : Jean Davoigneau, Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel.

39De ce point de vue, la composition de Jacmel se révèle bien plus organique, calée sur la topographie accidentée du sol. Des rues serpentent, d’autres franchissent un relief. Des escaliers publics ajoutent des circulations uniquement piétonnes, facilitant l’accès d’un quartier à l’autre. Une certaine hiérarchie conditionne le tracé urbain, quelques rues étant bien plus larges que d’autres. En conséquence, le parcellaire est irrégulier, offrant ici de vastes emprises, là des terrains laniérés, et le bâti, varié, présentant des élévations sur rue d’une grande richesse d’invention. Le caractère pittoresque du centre-ville constitue l’un des éléments qui permirent de soutenir la candidature à l’UNESCO. Pourtant, un rapport tout récent indique encore : « la reconstruction du damier de Port-au-Prince serait ensuite le support pour une vaste réflexion sur la restauration et la mise à niveau des centres d’un réseau de villes historiques : […] Jacmel […] Cap-Haïtien, etc. » (République d’Haïti, comité interministériel d’aménagement du territoire, 2010). Les présupposés ont la vie dure : en quoi « le damier » de Jacmel peut-il bien consister ?

Illustration 15. Les entrepôts de café derrière la douane, au croisement des rues du Commerce de Petite-Batterie et Isaac-Pardo, carte postale, vers 1925.

Illustration 15. Les entrepôts de café derrière la douane, au croisement des rues du Commerce de Petite-Batterie et Isaac-Pardo, carte postale, vers 1925.

Source : Delcampe.net.

Illustration 16. Escalier public ayant remplacé un pas-d’âne, centre historique de Jacmel, 2017.

Illustration 16. Escalier public ayant remplacé un pas-d’âne, centre historique de Jacmel, 2017.

Source : Adeline Gressin.

4.4. Des nœuds de communication

40Si les deux villes sont dotées d’un aéroport, l’activité n’y est pas significative. Celui de Jacmel reste un équipement à rayonnement local quand celui de Cap-Haïtien est un aéroport – certes international – mais dont les infrastructures ne permettent d’accueillir que des avions de ligne d’une capacité maximale de 20 passagers. En outre, sa localisation en zone inondable nécessite d’envisager son déplacement. Les réseaux routiers sont insuffisamment développés ; Jacmel en pâtit probablement davantage que Cap-Haïtien. Celle-ci, ouverte sur l’Atlantique et par là même, sur l’Europe et l’Amérique, très éloignée de Port-au-Prince, demeure en quelque sorte la capitale du nord du pays, irriguant les régions alentours. La route nationale 3, réalisée par tronçons successifs pour la relier à Port-au-Prince, devrait être achevée tout prochainement. Jacmel, elle, souligna toujours la grande difficulté que représentait pour sa croissance économique l’absence de route praticable la reliant à Port-au-Prince, pourtant située à moins de 50 km à vol d’oiseau. La route de l’Amitié (route nationale 4) fut inaugurée en 1976. Seule route asphaltée des environs quand toutes les autres restent en terre battue, elle met la capitale à 85 km et quelques heures de voiture. Si le trafic augmenta immédiatement, cette infrastructure ne suffit pas à stopper le déclin de la ville et à la sortir de son relatif enclavement.

Illustration 17. Le port de Jacmel, 2007

Illustration 17. Le port de Jacmel, 2007

Source : Haïti Liberté.

  • 13 Bien que ce dernier dispositif soit concurrencé par les installations de l’enclave de Labadie, situ (...)

41La voie maritime reste encore aujourd’hui le moyen de communication privilégié. Les pouvoirs publics haïtiens, comme ceux d’occupation, n’eurent de cesse de reconstruire, moderniser, étendre les équipements portuaires, qu’il s’agisse des wharfs eux-mêmes, des entrepôts ou des bâtiments de douane. Malgré tout, à l’instar des équipements aéroportuaires, le port de Jacmel reste un équipement fort modeste, un appontement unique, au regard de celui de Cap-Haïtien, qui disposait dès l’époque coloniale de cinq appontements. Aujourd’hui, les modestes installations jacméliennes sont très peu utilisées, la ville espérant un hypothétique développement du tourisme pour relancer son activité. En revanche, le port du Cap, le second du pays, conserve son importance internationale. Il entretient un commerce florissant avec Miami (d’où sont importés nombre de produits manufacturés et de première nécessité), avec la République dominicaine, les îles Turks-et-Caicos, les Bahamas, Cuba, le reste des États-Unis et l’Europe. Les productions agricoles tirées de l’immense plaine du Nord, igname, banane, tarot, haricot, et quelques produits artisanaux y trouvent leur débouché. Le port dispose d’équipements d’envergure, quai de cabotage, quai pour les croisières13, quai pour le commerce international, réserves de carburant, d’eau potable, centrale thermique à mazout (fort polluante au demeurant), hangars, parking, stockage de containers, service de douanes… Les aménagements ont continué à être gagnés sur la mer grâce à d’importants travaux de remblai. Un vaste projet de rénovation et d’extension est aujourd’hui en cours.

Illustration 18. Le port de Cap-Haïtien, 2008

Illustration 18. Le port de Cap-Haïtien, 2008

Source : Bernie Leon.

4.5. Une actualité contrastée

42Les troubles récurrents durant le xixe siècle empêchèrent le pays de construire une véritable unité. Le fonctionnement régionalisé des onze provinces, souvent en lutte les unes contre les autres pour des raisons économiques ou politiques, perdura longtemps, assurant le maintien d’un maillage de centres urbains d’une certaine ampleur. Au xxe siècle, le phénomène de centralisation autour de Port-au-Prince réduisit tout le reste du pays à peu de chose. Cap-Haïtien réussit néanmoins à garder une certaine autonomie, une vivacité économique et une position internationale, à la différence de Jacmel. Cela explique leur réalité contrastée aujourd’hui : tandis que les sections communales de Jacmel restent très majoritairement rurales (soit 74 % de la population), celles de Cap-Haïtien sont quasi exclusivement urbaines (98 % des habitants). Ainsi, les phénomènes observés de « bidonvillisation » de ces dernières décennies sont-ils incomparables dans les deux cités.

Illustration 19. Carte de Cap-Haïtien, édition 3-DMA, séries E935, 1994

Illustration 19. Carte de Cap-Haïtien, édition 3-DMA, séries E935, 1994

Source : Defense Mapping Agency, United States Government.

43Au Cap, durant la seconde moitié du xxe siècle, la conquête sur la mer s’est poursuivie. Le port a été considérablement agrandi, le boulevard Carénage construit, ainsi qu’un nouveau pont pour atteindre la rive droite de la rivière du Haut-du-Cap, vers le quartier industriel et bientôt celui de la Petite-Anse. La ville confirme sa place de second pôle économique du pays. Bientôt, l’exode rural provoque une explosion urbaine totalement incontrôlée. Les nouveaux arrivants s’installent comme ils peuvent, y compris dans les zones inondables de Petite-Anse. Les mangroves autour du bassin Rhodo se réduisent comme peau de chagrin tandis que le bassin, comme le reste de la côte dans la baie, se transforme en décharge à ciel ouvert. Cap-Haïtien compte 60 000 habitants en 1971, 74 000 dix ans plus tard et 275 000 aujourd’hui (en comptant le quartier de Petite-Anse). Ainsi, le centre ancien étudié dans le cadre de l’inventaire patrimonial ne représente-t-il plus aujourd’hui qu’une part modeste de la superficie totale de la ville actuelle (environ 52 km²).

Illustration 20. Cap-Haïtien, 2016

Illustration 20. Cap-Haïtien, 2016

Source : Haititech News.

  • 14 1 carreau est égal à 1,29 hectare : 12 926,32 m², soit moins de 260 m².

44Jacmel est confronté au même phénomène, sans qu’il atteigne de loin la même ampleur. Son centre ancien continue de se densifier. Les parcelles sont redécoupées afin de permettre la construction de nouvelles maisons. Le partage continuel des héritages et la spéculation foncière expliquent la vente de propriétés de centième de carreau, voire de 20 ou 30 millièmes de carreau14. En vingt ans, entre 1982 et 2003, la superficie urbanisée a quadruplé et s’est développée le long des grands axes d’accès au centre. Ainsi, la route de l’Amitié, mais surtout l’avenue de la Barranquilla, pénétrant est-ouest en ville, sont devenues les principales artères, celles – suffisamment larges – où se concentrent constructions, commerces et trafic d’automobiles et de motocyclettes. La ville dénombre 12 000 habitants en 1975, 37 000 en 2003 et 48 000 actuellement, tandis que ses sections rurales en totalisent plus de 138 000. Ainsi, à côté du centre urbain, en grande partie étudié dans le cadre de l’inventaire patrimonial, et de ses faubourgs (environ 18 km²), un bâti résidentiel diffus existe-t-il encore, qui mériterait la plus grande attention.

Illustration 21. Détail de la carte de Jacmel, préparée par les ingénieurs du service de Géodésie et des Forces armées d’Haïti sous la supervision du département des Travaux publics et avec la collaboration de l’US Army Inter American Geodetic Survey, révisée en 1987 par le Defense mapping agency hydrographic/topographic center

Illustration 21. Détail de la carte de Jacmel, préparée par les ingénieurs du service de Géodésie et des Forces armées d’Haïti sous la supervision du département des Travaux publics et avec la collaboration de l’US Army Inter American Geodetic Survey, révisée en 1987 par le Defense mapping agency hydrographic/topographic center

Source : Defense mapping agency.

Illustration 22. Territoire rural à l’habitat diffus autour de Jacmel, 2013

Illustration 22. Territoire rural à l’habitat diffus autour de Jacmel, 2013

Source : Laurent Poupard, Région Bourgogne - Franche-Comté, Inventaire général du patrimoine culturel.

5. Architectures sous influences ou architectures haïtiennes ?

  • 15 Certains critères sont identiques : implantation dans la parcelle et par rapport à la rue, matériau (...)
  • 16 Pour faciliter la lecture, nous avons choisi dans ce texte de ne conserver que la terminologie des (...)

45Bien que menés dans des contextes différents et par des équipes distinctes, les inventaires de Cap-Haïtien et de Jacmel sont largement comparables, dressés à peu d’années de distance et avec des méthodologies proches. Le périmètre retenu pour l’étude est celui du centre ancien. Le principe d’exhaustivité a été adopté : tous les édifices ont été observés depuis l’espace public, systématiquement photographiés, et leur élévation décrite avec quelques paramètres. À l’issue de ce premier « repérage », les équipes ont « sélectionné » des édifices pour lesquels une deuxième observation a permis d’établir des couvertures photographiques plus complètes et des descriptions plus fines (à partir d’une trentaine de critères, dont la géolocalisation15) résultant de cette observation préliminaire. Ainsi, l’analyse statistique des données d’environ 590 bâtiments relevant de l’architecture domestique à Jacmel et 865 à Cap-Haïtien a produit deux synthèses parfaitement étayées, faisant fi des présupposés (inventaires partiels anciens, listes des « incontournables », secteurs dits distingués, etc.) et palliant la difficulté que l’absence ou l’inaccessibilité d’archives ou de documentation sérieuse constitue. Géographes ou urbanistes à Cap-Haïtien et historiens de l’architecture à Jacmel, bien qu’utilisant un vocabulaire professionnel quelque peu différent16 ont restitué leur travail d’observation dans deux rapports.

5.1. La composition du bâti

46À Jacmel, à l’exception d’une poignée de maisons et de quelques équipements publics implantés en milieu de parcelle pour signaler leur fonction, le bâti est toujours aligné sur la rue. Il en va de même pour Cap-Haïtien à 95 % ; les 5 % restants représentant une poignée d’édifices publics et un type de maisons, peu nombreuses, mais singulières, entourées d’un jardin et localisées en bord de mer au nord de la ville. La spécificité de ces îlots et de leurs terrains (taille, forme, pente, vue sur mer, etc.) a permis des constructions ne tenant pas compte de la règle tacite d’implantation, en bord de parcelle sur rue. Autre signe distinctif, ces édifices sont les seuls à posséder des protections en façade contre le vent et les embruns.

47Dans ces deux villes, il existe néanmoins une différence notable entre les maisons qui semblent mitoyennes au premier regard. Ce n’est finalement pas le cas à Jacmel où, en réalité, une circulation piétonne est souvent ménagée de part et d’autre de la façade sur rue afin de donner un accès direct au jardin situé à l’arrière, mais aussi de faire barrière à la propagation des incendies. Le feu, également préoccupation majeure au Cap, a produit une solution différente : de puissants et hauts murs maçonnés délimitent les quatre parcelles d’origine de chaque îlet. Ces murs pignons, coupe-feu, séparent les propriétés et s’élèvent au-dessus des toitures. C’est ainsi un véritable front bâti continu qui ceinture les îlots ; à Jacmel, les espaces entre les maisons sont dissimulés depuis la rue par un mur percé d’une porte, simulant une continuité des élévations. En périphérie des deux centres-villes, là où le bâti est moins dense, les espaces libres de part et d’autre des maisons augmentent, mais celles-ci restent néanmoins, à de rares exceptions près, alignées sur la rue.

Illustration 23. Cap-Haïtien, rue ombragée protégée du soleil par l’enfilade des balcons filants des maisons mitoyennes alignées sur la rue

Illustration 23. Cap-Haïtien, rue ombragée protégée du soleil par l’enfilade des balcons filants des maisons mitoyennes alignées sur la rue

Source : Inventaire général, 1997.

48Près des deux tiers des édifices sont en rez-de-chaussée à Jacmel, pour seulement 59 % au Cap ; dans les deux villes, les autres maisons possèdent deux niveaux et quelques rares exemplaires trois. Le commerce en tout genre, important et massé dans les centres historiques, ne prend pas toujours un aspect formel. Il est souvent difficile de distinguer les parties commerciales des parties domestiques. Les locaux commerciaux se repèrent plus facilement dans les édifices à étages. Plus vastes, ils occupent la totalité des rez-de-chaussée. Si, à Jacmel, les maisons les plus grandes sont parfois habitées par plusieurs générations d’une même famille, à Cap-Haïtien, sur le linéaire de chaque quart d’îlet apparaissent par le jeu des couleurs des enseignes et des surélévations visibles les multiples découpages du fonds. Dans les deux cités, ces divisions survenues au fil du temps résultent des évolutions familiales, des revers de fortune et des complications successorales.

49Un type particulier d’édifice distingue Jacmel du Cap : les entrepôts de café. Au sein de leurs vastes maisons, les négociants disposaient parfois en rez-de-chaussée d’espaces professionnels servant d’entrepôts, de bureaux ou de locaux commerciaux. Toutefois, le commerce du café nécessitant des terrasses de séchage aisément accessibles, l’essentiel de cette activité se concentrait dans des bâtiments spécifiques, pour la plupart en rez-de-chaussée. Plus d’une cinquantaine étaient regroupés dans le quartier du bord de mer.

Illustration 24. Jacmel, entrepôt en brique dont l’encadrement des baies, leurs impostes et leur agrafe saillante sont en relief

Illustration 24. Jacmel, entrepôt en brique dont l’encadrement des baies, leurs impostes et leur agrafe saillante sont en relief

Des gargouilles en céramique évacuent les eaux de pluie du toit terrasse, utilisé comme aire de séchage du café.

Source : Inventaire général, 1997.

  • 17 Mur extérieur sous les gouttières ou les chéneaux d’un versant de toit.
  • 18 Mur extérieur à pignon (partie supérieure d’un mur correspondant à la hauteur du comble, habituelle (...)

50À Jacmel, outre les entrepôts de café, plus de 14 % des maisons sont également dotées d’un toit terrasse, proportion quasiment identique à Cap-Haïtien (15 %). Dans les deux cités, la majorité des édifices sont couverts par des toitures à deux pans (75 % au Cap, 68 % à Jacmel). Le front bâti continu des îlots du Cap favorise de manière systématique la toiture à deux pans avec mur gouttereau17 sur rue. L’absence de mitoyenneté du bâti jacmélien fait que chaque édifice possède une toiture indépendante, qui présente de fait une plus grande diversité : 15 % des édifices couverts d’un toit terrasse, 68 % d’un toit à deux pans avec, là encore, une originalité – une répartition quasi égale de mur gouttereau sur rue et de mur pignon18 sur rue, 8 % des édifices, d’un toit à quatre pans (essentiellement les grandes maisons de négociants) et pour un même pourcentage, des édifices modestes couverts d’un toit à un seul pan.

51La modestie des charpentes et la fragilité des toitures face aux aléas climatiques n’encouragent pas l’aménagement des combles. À Jacmel toutefois, 4 % des maisons présentent encore un dispositif de « galata », terme créole tiré du « galetas » français désignant un grenier d’entreposage des aliments. Le galata se rencontre principalement dans les maisons en rez-de-chaussée les plus modestes, notamment celles à pignon sur rue débordant. Il est, la plupart du temps, accessible de l’extérieur via une échelle donnant accès à une porte pleine. Par ailleurs, dans cette même ville, 6 % des maisons possèdent des combles à lucarnes – parfois assez monumentales – éclairant un espace de vie accessible depuis un escalier intérieur. Ce chiffre n’est que de 3 % au Cap, aucun balata n’y ayant été repéré.

5.2. Les matériaux

  • 19 Le latanier est un palmier local. Dans une étude de l’ISPAN de 1978, ce matériau végétal était enco (...)

52À Cap-Haïtien, sous l’effet du traumatisme des destructions et des nombreuses victimes causées par les incendies, les règlements et ordonnances interdirent dès 1721 de couvrir les constructions en végétaux, et par la suite, d’utiliser le bois en gros œuvre. Jacmel subit un terrible incendie en 1896. Lors de sa reconstruction, le bois en gros œuvre et les végétaux en couverture furent bannis : à l’occasion de l’inventaire, seules trois maisons complètement en bois et une autre, encore couverte en latanier19, ont été repérées. Le séisme de 2010 a malheureusement permis, en éventrant et en ruinant nombre d’édifices, de mieux documenter les matériaux de construction employés. Ceux-ci regroupent à la fois des matériaux endogènes (torchis, bois, canne à sucre, corail, palmier, moellons de calcaire local provenant des pentes des mornes) et d’autres, importés d’Europe ou des États-Unis (structures et éléments décoratifs métalliques, tôle ondulée des toitures, ciment, brique). Le ciment est importé d’abord des États-Unis et en second lieu, d’Allemagne. Les produits métallurgiques proviennent également des États-Unis, et dans une proportion moindre, du Royaume-Uni (Haiti. Annual report of the financial…).

53Aucun édifice n’est construit en pierre de taille qui n’est qu’exceptionnellement utilisée, en encadrement de baie ou en chaînage d’angle. Mais, le plus souvent, cette apparence cache un décor rapporté en plâtre, enduit ou ciment. La pierre, de provenance locale, est principalement employée en moellon, dans une mise en œuvre de maçonnerie traditionnelle sous enduit.

Encor que la pluspart des bastimens de ces isles ne soient construits que de bois et de roseaux, et couverts de füeilles et d’essentes, c’est plustost faute de bons ouvriers que de materiaux : car dans presque toutes les parties de ces isles, il y a quantité de roches et de rochers d’une certaine pierre bise, qui se taille aisement. Les massons et tailleurs de pierres l’estiment beaucoup. […] Il y a aussi dans plusieurs quartiers de toutes les isles, de la terre, non seulement à faire des briques et des tüilles, mais encore de la poterie : de sorte que si les pauvres habitans mangent dans des calebasses, et dans des couys, ce n’est que faute de potiers de terre […] L’on y fait de la chaux d’une pierre marine blanche, qui est naturellement toute gravée de quelques petites rustiques assez agreables : quelques curieux qui en ont dans leurs cabinets m’ont voulu persuader, que céastoient des champignons petrifiez. Cette chaux ne cede en rien à celle de l’Europe.

54écrit le botaniste Jean-Baptiste Du Tertre (1668). Cette « pierre marine blanche » est en réalité du corail. « Les branches de corail noir, et surtout celles du corail blanc (coralia), se trouvent aussi en abondance aux Antilles. On pêche, pour en faire de la chaux, une espèce de corail blanc, que l’on appelle de la roche à chaux, et qui se trouve près des côtes » (Boyer Peyreleau, 1823). Ce corail n’a été observé, utilisé en moellons, que dans plusieurs édifices jacméliens dont les enduits avaient partiellement disparu. Mais à Cap-Haïtien, épargnées par le tremblement de terre, les recenseurs ont photographié des façades enduites (86 %) en bon état. Moreau de Saint-Méry nous précise d’où proviennent la pierre et les autres matériaux de construction employés :

  • 20 Nom que les habitants donnent au squelette calcaire d’un type de corail.
  • 21 Bois imputrescible issu du cyprès chauve, espèce qui fut abondante sur l’île.

Ces maisons sont bâties avec de la pierre tirée des mornes, ou avec de la roche à ravet20, et quelques-unes avec de la pierre de taille apportée de France par des bâtiments de Nantes, venus presque à vide pour chercher du fret. Nantes procure aussi des ardoises d’Anjou, qui sont la plupart des couvertures des maisons du Cap. Les autres sont couvertes de tuiles de Normandie ou du pays, et un très petit nombre en bardeaux ou essentes, dont les plus estimées, à cause de leur durée, sont de bois du pays ; les autres viennent du Mississippi ou de l’Amérique septentrionale. On préfère celles du premier lieu, et parmi les unes ou les autres, celles qui sont de bois de cipre21.

  • 22 L’annonce de la fuite d’une jeune esclave appartenant au fermier de la briqueterie Gulman au Haut d (...)
  • 23 Voir par exemple : SPOONER, Simon Q., GENDRON, François. « Amiral Baudin, nous avons retrouvé le Ca (...)

55L’auteur ne mentionne pas l’utilisation de la brique au Cap, bien qu’elle ait été observée, en maçonnerie ou en décor, sur certains édifices. De plus, les sources mentionnent la présence de briqueteries au Haut du Cap22. Par contre, à Jacmel, aucune briqueterie n’est attestée dans les environs bien que le matériau y soit très présent. Il proviendrait essentiellement du ballast des navires marchands23. Dans les échanges transatlantiques, le lest pouvait changer de nature à chaque voyage. En outre, les navires devaient s’alléger afin d’accoster dans les eaux peu profondes de la baie.

  • 24 Du fait des successions, elles appartiennent souvent à une multitude de propriétaires de la diaspor (...)

56Dans les deux villes, de nombreux éléments métalliques sont utilisés dans la construction. Il s’agit de produits d’importation, matériaux bruts (feuilles, plaques, barres ou tiges de métaux ferreux) comme éléments en fonte, arrivant déjà moulés et usinés. Les marchés en fer de Jacmel et Cap-Haïtien ont été commandés sur catalogue en Europe et aux États-Unis et livrés sur l’île en éléments préfabriqués. Les maisons dites « importées », particularité de Jacmel, comportent des pièces de fonte moulée ou des éléments métalliques, notamment les structures des galeries et les escaliers. Cette appellation indique clairement leur caractère étranger. Ces maisons, parmi les plus anciennes encore existantes, sont peu nombreuses, mais emblématiques. Elles se concentrent dans le cœur historique. Bâties après l’incendie de 1896 pour les plus riches commerçants, elles sont reconnues comme des éléments patrimoniaux par excellence, malgré leur mauvais état, déjà préoccupant avant le tremblement de terre. Certaines sont aujourd’hui plus que jamais menacées24, d’autres semblent d’ores et déjà perdues et les éventuels projets de restauration qui les concernent s’apparentent davantage à des reconstructions.

Illustration 25. Jacmel, la maison Boucart

Illustration 25. Jacmel, la maison Boucart

Bel exemple de maison de deux étages à éléments importés, garde-corps et colonnes en fonte moulée. Ces dernières servent également de descente des eaux pluviales.

Source : ISPAN, 2013.

  • 25 Revêtement en matériaux de couverture d’une paroi verticale (Pérouse de Montclos, 2011).
  • 26 Sa fabrication fut rendue possible grâce aux perfectionnements des laminoirs et à l’utilisation de (...)
  • 27 Ces ornements en métal ou en céramique sont extrêmement fragiles et à ce titre, leur présence au Ca (...)

57Après 1896, à Jacmel, le métal est également utilisé comme élément fireproof. Les portes des entrepôts, comme celles des maisons de marchands ou de commerçants qui comprennent des locaux d’activités en rez-de-chaussée, sont réalisées avec deux feuilles de métal enserrant une couche d’amiante afin de mieux résister au feu et protéger les stocks. Ce dispositif n’a pas été repéré à Cap-Haïtien. Enfin, la tôle ondulée est désormais utilisée non seulement pour les toitures (86 % à Jacmel), mais fréquemment aussi en essentage25 ou élément de protection de murs extérieurs. Ce matériau, devenu aujourd’hui le symbole de l’habitat précaire, existe en réalité depuis le milieu du xixsiècle26. Il fut d’abord mis en œuvre dans les maisons bourgeoises de commerçants avant de prendre le pas, au milieu du xxsiècle, sur tout autre matériau, au moins pour les toitures. À Jacmel, un toit terrasse en béton couvre seulement 14 % des édifices. Au Cap, la tôle ondulée est moins systématique (59 %), 24 % des maisons sont encore pourvues de toits en tuile plate ou mécanique, et même 1 % en ardoise. Tuile et ardoise couvrent des toits aux charpentes anciennes et dont les pentes sont plus fortes que celles des toits en tôle ondulée ; un épi de faîtage ornait même le sommet des maisons d’angle27.

Illustration 26. Cap-Haïtien, croisement des rues 12 et F

Illustration 26. Cap-Haïtien, croisement des rues 12 et F

La maison d’angle a gardé son toit débordant couvert en tuile plate et décoré de lambrequins en bois découpé. Les peintures des façades indiquent les différentes occupations. Une partie de la maison sur la rue 12 a été surélevée et un balcon en bois installé à l’étage.

Source : Jean Davoigneau, Mission Inventaire général du patrimoine culturel, 2014.

58Dans les deux villes, le ciment est l’autre matériau importé et de plus en plus employé au fil des années depuis le début du xxsiècle, comme mortier ou pour la confection de parpaings. Ceux-ci sont réalisés localement, en nombre et dans des qualités extrêmement diverses, parfois fabriqués entièrement à la main pour l’auto-construction. Le ciment est également moulé pour former des colonnes des galeries ou des décors de façade. Le béton est largement utilisé à partir des années 1950 pour les structures porteuses et les toits terrasse.

59Enfin, les usages du bois dans la construction ont fortement changé au cours du temps. Moreau de Saint-Méry mentionnait ce matériau, employé en couverture, pour l’essentage et le bardage des maisons du Cap. À Jacmel, son utilisation dans le gros œuvre est différente, élément structurant des maisons en pan de bois ou élément de remplissage. Quelques maisons disposent d’un rez-de-chaussée en maçonnerie tandis que leur étage est entièrement en bois, les parements étant recouverts de lambris. Enfin, la plupart des murs intérieurs sont également des cloisonnements en bois. Certaines structures ont été importées sous forme d’éléments préfabriqués, tels les escaliers et leur garde-corps aux balustres tournés. Au Cap, les maisons dites de bord de mer disposent souvent d’un rez-de-chaussée en maçonnerie et d’un étage en bois. Ce type se retrouve dans les îlots du nord de la ville, entre les pentes des mornes et la mer, hors du quadrillage de la ville coloniale. Autre emploi, à vocation plus décorative ici : le bois découpé. Des lambrequins ornent les ouvertures et les débords de toiture.

5.3. La galerie jacmélienne et le balcon capois

  • 28 La galerie est couverte par un appentis, c’est-à-dire un toit à seul versant dont le faîte s’appuie (...)
  • 29 La galerie est couverte par l’avancée en saillie du toit terrasse. 14 % des maisons de Jacmel.
  • 30 La galerie est couverte par l’avancée en saillie du comble du toit. Les maisons qui possèdent ce ty (...)
  • 31 La galerie est couverte par le versant du toit qui s’étend au-delà de l’aplomb du mur gouttereau. 4 (...)

6095 % des maisons du centre de la ville de Jacmel disposent d’une galerie ouverte, alignée sur la rue, ce qui fait de cet élément une caractéristique récurrente de son bâti. La proportion tombe à 50 % pour les entrepôts de café, mais cela est probablement dû au fait que ces édifices sont, fin de la richesse caféière oblige, souvent inutilisés, non entretenus, voire laissés à l’abandon. Quelles que soient ses dimensions, la galerie est donc présente dans tous les types de bâtiments, du plus modeste à la demeure de riche commerçant. En rez-de-chaussée, elle détermine un espace intermédiaire, à la fois public et privé, qui permet la circulation des passants à l’abri du soleil aux heures les plus chaudes, et aux habitants de vivre en partie à l’extérieur : c’est un lieu de sociabilité par excellence. Quant à la galerie à l’étage des maisons imposantes, elle constitue un espace plus privé, point de vue privilégié sur l’activité de la rue et espace de distribution des pièces. Ces galeries forment quatre grandes familles, des moins fréquentes aux plus courantes : celles sous appentis28,celles sous toit-terrasse29, celles sous pignon débordant30, enfin, celles sous avant-toit31.

Illustration 27. Jacmel, la maison Lauture, transformée en école, possède une très belle galerie en bois, heureusement préservée

Illustration 27. Jacmel, la maison Lauture, transformée en école, possède une très belle galerie en bois, heureusement préservée

Source : ISPAN, 2013.

  • 32 Ce qui d’ailleurs est le cas de la plupart des emmarchements nécessaires pour entrer dans les rez-d (...)
  • 33 L’égout est la partie basse du versant d’un toit, il ne se distingue du reste du versant que quand (...)

61Au Cap, point de galerie : seuls 1,25 % des édifices en possèdent une. Le mur continu ceinturant l’îlet sépare l’espace public et l’espace privé, si bien que les galeries ajoutées auraient empiété sur le domaine public et la voirie, déjà étroite32. Pour circuler et vivre à l’abri du soleil, la solution trouvée est tout autre. Les habitants et surtout les commerçants prirent l’habitude, pour couvrir les rues, de tendre des toiles (sortes de velums) suspendues aux édifices par des crochets métalliques. Certaines maisons possèdent toujours ces petits dispositifs ; devenus fragiles, car désormais dénués de sens, ils disparaissent lors des réhabilitations. 9 % des maisons présentent une disposition différente, celle d’un toit débordant sur la chaussée, sans pour autant être supporté par des poteaux. Les maisons à étages (41 % du corpus) possèdent quant à elles toutes un balcon filant devant les baies, en surplomb sur la rue. Cet ouvrage, dit coursière en surplomb, assure bien une fonction de circulation en desservant les pièces de l’étage. Il est toujours abrité, pour quelques-uns sous un toit débordant, le plus souvent sous un simple avant-toit dont un tiers se termine en égout retroussé33.

Illustration 28. Cap-Haïtien, diversité des façades de la rue A

Illustration 28. Cap-Haïtien, diversité des façades de la rue A

Au premier plan, une maison en rez-de-chaussée couverte en tuile plate, les peintures rose et bleue distinguent les différents occupants. La maison a gardé ses crochets de suspension des toiles de protection du soleil. Au second plan, une maison avec un balcon filant avec garde-corps et consoles en fer forgé, abrité sous un avant-toit débordant à égout retroussé.

Source : Inventaire général, 1997.

62Galerie à Jacmel et balcon au Cap caractérisent et distinguent les deux centres. Éléments saillants et bien visibles des façades, ils signent l’image de chacune des villes. Emblématiques, ils sont décorés et entretenus avec soin. Dans la ville du sud, les galeries sous appentis, celles sous pignon débordant et les plus communes, celles sous avant-toit, se rencontrent essentiellement dans les modestes maisons en rez-de-chaussée, construites en maçonnerie traditionnelle. Dans près de 80 % de ces cas, les poteaux sont encore en bois. Leur mise en couleur, celle des garde-corps lorsqu’ils sont présents, et celle des pignons différencient chaque façade. Ces poteaux de bois peuvent être complétés d’aisseliers décoratifs et plus ou moins structurants, en menuiserie, voire, plus exceptionnellement, en ferronnerie importée. Périssables, ils tendent à être remplacés par des supports en béton. Ces derniers transforment la perception des édifices, rendent leur silhouette plus massive d’une part, et favorisent la clôture partielle ou complète de la galerie sur la rue d’autre part. Toutefois, ce renouvellement peut également être l’occasion d’une mise en œuvre plus décorative, doubles poteaux ou colonnes à chapiteaux d’ordre composite.

63Les galeries sous avant-toit se rencontrent également dans les maisons de deux ou trois niveaux, qu’il s’agisse de celles à éléments importés, de celles à combles aménagés, ou encore de celles dont l’étage est en bois ou en maçonnerie traditionnelle. Le choix des matériaux et des techniques des supports correspond alors au type de la maison : celles à éléments importés ont des colonnes en fonte, celles à étage en maçonnerie ont des poteaux en béton, les autres ont des poteaux en bois. Les galeries les plus exceptionnelles, caractéristiques d’édifices prestigieux, sont supportées par des piliers en brique ou des colonnes en fonte. Les piliers en brique et les arcades également en brique qu’ils supportent, souvent mis en œuvre de manière soignée dans des jeux géométriques et de couleurs, donnent à la demeure un caractère massif et solide ; les propriétaires cherchent sans aucun doute à signifier par-là la solidité de leur entreprise de négoce et la puissance de leur pouvoir politique. D’effet opposé, les colonnes en fonte sont associées à des garde-corps en ferronnerie ou en fonte moulée qui assurent une transparence et une légèreté aux galeries, dévoilant de belles élévations ordonnancées sur deux voire trois étages. Elles soulignent alors le bon goût, l’élégance et la culture du propriétaire, ainsi bien entendu que son importance sociale. Ces deux types peuvent même coexister dans le même édifice qui présente alors une galerie au rez-de-chaussée en brique et une galerie à l’étage en colonnes de fonte.

Illustration 29. Cap-Haïtien

Illustration 29. Cap-Haïtien

Maison à un étage, transformée en collège, couverte en tuile plate ; elle a conservé son épi de faîtage. À l’étage, un balcon avec garde-corps et consoles en fer forgé, abrité sous un avant-toit en appentis laissant voir la corniche moulurée qui couronne le mur de façade.

Source : Jean Davoigneau, Mission Inventaire général du patrimoine culturel, 2014.

  • 34 Ainsi, la plupart des écoles sont situées dans le centre historique et abritées dans d’anciens édif (...)

64Au Cap, les balcons les plus anciens reposent pour la plupart sur des consoles en fer forgé et disposent d’un garde-corps également en fer forgé, richement décoré (arabesques et volutes s’y déploient) ; le garde-corps et les poteaux supportant le toit débordant sont en bois pour les autres. Dans tous les cas, le jeu des couleurs qui différencie les propriétés complète le décor. Les balcons les plus récents sont en béton, ajoutés lors d’une surélévation, ou reconstruits lors d’une reprise du bâti ou de sa transformation en édifice public34. Ses dispositifs sont bien plus massifs que les balcons en métal ou en bois, souvent moins colorés, peints de couleurs claires (crème ou blanc), mais portent un important décor : colonnes à chapiteaux, garde-corps à balustres. En saillie et ne reposant sur aucun support, ils prolongent les dalles des planchers de chaque étage. Les édifices en rez-de-chaussée ne sont pas pour autant dépourvus de décor. Outre leur couleur, ils se distinguent par leur modénature, le plus souvent en maçonnerie enduite faisant appel au vocabulaire architectural classique. Le rythme et l’ordonnancement des façades, la séparation des propriétés ainsi que les angles, pour les édifices situés aux carrefours, sont marqués par des éléments verticaux : pilastres moulurés ou piliers d’angle soignés portant base, fût et chapiteau dorique ou toscan. À cela s’ajoutent des éléments de décor horizontaux : bandeaux et corniches (certains portant encore les crochets pour tendre les toiles). Le Cap ne connut pas toujours une palette de couleurs si variée, comme le rappelle Moreau de Saint-Méry :

 Une chose qui choque dans les maisons, c’est l’usage de blanchir l’extérieur avec un lait de chaux. Dans un pays où le soleil est ardent, la réflexion de ces façades blanches est insupportable pour la vue. On y avait maladroitement substitué un enduit noir, formé de charbon pilé mêlé à de l’eau de chaux ; ce qui augmentait la réfraction et pénétrait les murs d’une chaleur que la nuit pouvait à peine dissiper. Mais on a adopté une idée tout à la fois plus raisonnable et plus agréable, en employant pour les façades de lait de chaux, la peinture jaune tendre et la couche charbonnée. Cette dernière fait un linteau dans le bas, la partie supérieure étant jaune et le cintre des portes et des fenêtres en blanc.

5.4. Les baies

  • 35 Et très généralement dans les climats tropicaux avant l’invention de la climatisation et les précau (...)
  • 36 Les persiennes sont des contrevents formés de lamelles horizontales inclinées, assemblées dans un c (...)

65Galeries ou balcons desservent des pièces dont les baies sont presque exclusivement des portes-fenêtres. La difficulté d’importer du verre et des raisons climatiques évidentes expliquent qu’aucune ne soit vitrée. À Jacmel comme au Cap35, un double système de vantaux pleins, côté extérieur, et de persiennes, côté intérieur, permet à la fois de clore la maison et de favoriser la circulation de l’air et sa ventilation lorsqu’elle est habitée. Moreau de Saint-Méry, dans sa description de Cap-Français, note l’installation encore nouvelle – mais fort utile – des persiennes, qu’il dénomme « jalousies36 » :

 depuis 1776, le goût des jalousies aux fenêtres et même aux portes s’est singulièrement étendu. On en voit presque partout de mobiles et d’immobiles, de celles qu’on élève, de celles à châssis. Les galeries en sont garnies, il faut avouer que c’est une des idées les plus heureuses qu’on ait pu avoir dans ce climat, où les jalousies diminuent l’éclat du jour, le modèrent à volonté et augmentent l’action du vent, en l’obligeant à se comprimer pour passer entre les palettes. On a de plus l’obligation bien douce de pouvoir laisser les fenêtres ouvertes la nuit et de jouir d’un sommeil qui n’est qu’une fatigue nouvelle lorsqu’il est pris dans un lieu étouffé.

66Seule différence notable entre les deux cités, à Cap-Haïtien toujours, de nombreuses baies possèdent dans leur partie haute une imposte fixe en bois ajouré dont la découpe forme des motifs de treillage, de frises géométriques ou d’arabesques ; dans quelques rares maisons, ces impostes sont en fer forgé. Le couvrement des baies offre également une grande variété de modèles : le linteau plat présent dans la moitié des édifices, l’arc surbaissé dans 40 %, l’arc en plein cintre dans 30 %, l’arc en anse de panier dans 13 %, et l’arc segmentaire découvert dans une seule maison.

  • 37 L’agrafe est un ornement en relief mouluré semblant agrafer les moulures d’un arc.

67À Jacmel, c’est surtout dans les entrepôts de café, emblèmes de la richesse de la ville, qu’une attention particulière est portée au décor des encadrements de baies et des chaînages d’angle des façades sur rue, le plus souvent matérialisé par une maçonnerie de briques apparentes ou enduites, extrêmement travaillée, puisant parfois dans un répertoire savant. Ainsi, les trois quarts des ouvertures en plein cintre repérées possèdent des impostes et des clefs d’arc moulurées ; celle-ci, parfois même « surdimensionnée », devient agrafe37. Des baies secondaires, non fermées, assurent la ventilation des espaces intérieurs. Elles sont de deux types : des oculi, munis de grille pour se prémunir d’une intrusion, et des petits jours en archère.

5.5. Absence de « pain d’épice »

  • 38 Pain d’épice en français.
  • 39 Aux États-Unis, le style gingerbread, est également nommé Carpenter Gothic, il apparaît vers 1870 p (...)

68Les deux inventaires ont également pointé, sinon l’absence, du moins une présence non significative de maisons gingerbread38. Ce style, dont on qualifie l’architecture haïtienne du début du xxsiècle, est parfois considéré comme le premier véritable « style national ». En réalité, s’il emprunte son nom à l’histoire de l’architecture américaine39, le gingerbread haïtien opère un métissage entre des éléments caribéens et certaines caractéristiques propres à l’architecture éclectique française. Les architectes et les ingénieurs haïtiens de la fin du xixsiècle, le plus souvent formés à Paris, construisirent au tournant du siècle, principalement à Port-au-Prince, des résidences privées où ils déclinèrent toutes les caractéristiques de l’éclectisme et du régionalisme alors en vogue en France (plan complexe, abandon de l’élévation ordonnancée, diversité et étagement des toitures, prédilection pour le régionalisme néo-normand ou alpin, polychromie et mixité des matériaux mêlant moellon, brique, métal et bois), conjuguées à des spécificités régionales telle l’utilisation de galeries extérieures. Ce corpus de maisons principortaines a ainsi donné naissance au gingerbread haïtien, in fine phénomène pourtant très localisé, bien différent de ce que l’on observe à Cap-Haïtien ou à Jacmel, où les maisons n’ont jamais abandonné leur alignement sur rue, leur composition en plan massé et leurs élévations ordonnancées (Doret, 1986). Même rivalisant avec le gingerbread sur le plan décoratif, elles sont à mettre en rapport bien davantage avec l’architecture des Caraïbes (voire au-delà) dans le dernier tiers du xixsiècle qu’avec les maisons observées dans la capitale. On retrouve ce type dans toutes les Antilles et à La Nouvelle-Orléans, voire jusqu’en Australie.

5.6 L’architecture aujourd’hui

69L’inventaire de Jacmel a montré la rapidité, depuis quelques dizaines d’années, avec laquelle les maisons traditionnelles sont remplacées, y compris en plein cœur de la ville, par des bâtiments neufs aux caractéristiques architecturales bien différentes du corpus patrimonial : ils préfigurent la ville de demain. Le béton est devenu l’unique matériau de gros œuvre, à l’exception de quelques éléments de murs très localisés en moellons non recouverts d’enduit, utilisés pour leurs effets décoratifs. Phénomène inséparable de la modernité, les nouvelles constructions comprennent de plus en plus souvent un garage à voiture intégré. Autre phénomène lié à l’évolution dans la manière d’habiter, la galerie tend à être remplacée par des balcons et des loggias, souvent fermés par des grilles en ferronnerie, privatisant et sécurisant totalement ces espaces extérieurs. Le sacro-saint alignement sur la rue de la maison à élévation ordonnancée est remis en cause dans une recherche générale de fantaisie. Il semble qu’il s’agisse désormais moins de concevoir un bâtiment s’intégrant au tissu urbain que de se distinguer de son voisin en redoublant d’originalité. L’inventaire de Cap-Haïtien s’est moins focalisé sur ce phénomène. S’il est plus aisément observable dans les quartiers du bord de mer ou des premières pentes des mornes, le strict quadrillage du centre-ville historique et son homogénéité contiennent mieux le phénomène. Il faudrait toutefois analyser de manière fine la multiplication des surélévations qui pourraient menacer, à terme, la qualité urbaine et architecturale du quartier le plus patrimonial.

Conclusion

70La ville haïtienne se révèle finalement bien plus complexe que ce que l’on en a volontiers toujours dit :

En Europe, où la terre produit toutes les choses nécessaires à la vie, les villes peuvent être considérées comme une assemblée de gens qui s’occupent sous leurs toits, s’amusent ou se reposent, et qui tiennent à leurs gages les gens de la campagne pour fournir à leur entretien et à leur subsistance. À Saint-Domingue, c’est tout le contraire ; les villes ne sont établies que pour le service des habitants, dont elles sont les magasins et l’entrepôt. Là se trouvent réunis les marchands, les artisans, les juges, greffiers, notaires, procureurs, huissiers, médecins, soldats, les prêtres, et enfin les préposés du Gouvernement qui contiennent et dirigent. Il n’y a ni nobles, ni bourgeois, ni rentiers, ni beaux esprits. Chaque ville est un atelier relatif au sucre, au café, coton, indigo, et aux gens qui les cultivent ; tout le monde y est occupé.

71L’abbé Raynal (1713-1796), auteur connu pour son opposition au colonialisme, décrit déjà en 1785 cette « réalité » fantasmée, alors même qu’il ne traversa jamais lui-même l’Atlantique. Les analyses, depuis, tendent à accréditer cette thèse du modèle unique et plaqué par l’occupant. La réalité dépend davantage de la focale adoptée pour sa lecture. Le travail minutieux d’inventaire, ayant enregistré, trié et organisé les milliers d’informations recueillies, démontre, s’il en était besoin, qu’il existe au moins autant de spécificités que de traits communs. Ces particularismes que nous avons essayé de mettre en lumière à l’échelle de deux cités pourraient être déclinés non seulement aux autres principales villes du pays, mais également à d’autres champs de la connaissance nécessaires à une fine analyse du fait urbain global. En effet, la réalité urbaine revêt des « formes » diverses et des « sens » multiples. Cette polysémie de la ville s’explique parce qu’elle ne se limite pas à son histoire, à son tracé, sa morphologie, encore moins à son architecture, principaux axes du présent travail. La recherche devrait se poursuivre au-delà du périmètre des centres anciens afin d’étudier le phénomène d’urbanisation des faubourgs, leur « bidonvillisation », conséquence des bouleversements socio-économiques des dernières décennies. La transdisciplinarité – approches statistique, sociologique, écologique et paysagère, économique, politique – est essentielle pour appréhender l’entière réalité de la ville. Malheureusement, en Haïti, les données démographiques au sens large (population, activités économiques, revenus, conditions de vie, consommation, flux migratoires, religion, etc.) font terriblement défaut pour nourrir ces facettes de l’analyse.

72Restent certaines réalités partagées qui compliquent le futur et constituent un véritable défi pour la patrimonialisation des deux centres anciens de Jacmel et Cap-Haïtien. « Le pays vit depuis de nombreuses années sur un mode où la survie prime sur toute autre considération. […] La nation comme les villes sont dans un processus de désintégration et dans un état de grande vulnérabilité. Le royaume de l’informel et de l’absence de contrôle explique l’ampleur du drame actuel » (République d’Haïti, comité interministériel d’aménagement du territoire, 2010) indiquent les services gouvernementaux chargés de l’aménagement du territoire. Déliquescence qui se traduit par de cruelles insuffisances en matière d’infrastructures : réseaux d’égouts ou de drainage, de collecte et d’élimination des ordures, de distribution d’eau potable ou d’électricité, de transports collectifs, d’entretien des routes, d’équipements collectifs… et bien sûr, absence totale d’outils de planification et de gestion urbaine opérationnels. Toutefois, un potentiel théorique peut susciter l’espoir. Les services techniques de Jacmel disposent d’un système d’information géographique (SIG) grâce à une coopération avec la ville de Strasbourg. À Cap-Haïtien, il existe plusieurs instruments de gestion urbaine et une structure d'encadrement technique : la cellule Patrimoine, relevant de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN). Les pouvoirs publics placent beaucoup d’espoirs de développement dans le tourisme – aujourd’hui quasiment inexistant – sur le modèle de la République dominicaine, leur voisine, pour qui il représente près de 60 % du PIB. Les projets sont nombreux sur le papier, mais se heurtent au manque criant d’infrastructures de tous ordres. Jacmel, malheureusement très endommagée par le tremblement de terre de 2010, peut compter sur son célèbre carnaval, ses plages et les eaux bleues de la mer des Caraïbes. Quant à Cap-Haïtien, elle possède l’indéniable atout d’être située à quelques kilomètres du palais Sans-Souci et de la citadelle La Ferrière, dans le Parc national historique, seuls sites haïtiens inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982.

Illustration 30. Le centre ancien de Cap-Haïtien depuis les hauteurs du morne, 2014

Illustration 30. Le centre ancien de Cap-Haïtien depuis les hauteurs du morne, 2014

Source : https://www.youtube.com/​watch?v=sii1hyBO_uA

73Ainsi, parmi les défis que doivent aujourd’hui relever les villes haïtiennes figure la prise de conscience de leur unicité à travers chacune de leurs spécificités. Le risque de l’uniformisation les guette, qu’il s’agisse des politiques d’aménagement ou des pratiques architecturales, par exemple. Tandis que les projets de complexes touristiques déploient un modèle d’architecture caribéenne standardisé, l’auto-construction généralisée en parpaing de ciment d’un côté et les opérations d’aide internationale de l’autre déclinent des constructions stéréotypées. L’ISPAN, en charge notamment de dresser des inventaires en vue de protections et de conduire des études de restauration et de valorisation patrimoniales, donc très impliqué dans le devenir des centres anciens de Jacmel et de Cap-Haïtien, tente vaillamment de relever ce défi.

Illustration 31. Les toits du centre historique de Cap-Haïtien, 2014

Illustration 31. Les toits du centre historique de Cap-Haïtien, 2014
Haut de page

Bibliographie

Les surélévations anarchiques en parpaing sont bien visibles, tout comme l’urbanisation sauvage du morne et du bassin Rhodo, à l’arrière-plan.

Source : Association Pour Le Progrès Éducatif, Culturel et Social, Haïti

Benoit, J. (1972). « Commerce et décolonisation. L'expérience franco-haïtienne au xixsiècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 27e année, no 6.

Boyer Peyreleau, E-E. (1823). Les Antilles françaises, particulièrement la Guadeloupe, depuis leur découverte jusqu'au 1er janvier 1823, Paris, Brissot-Thivars, vol. 1.

Clément, A. (2009). « “Du bon et du mauvais usage des colonies” : politique coloniale et pensée économique française au xviiie siècle », Cahiers d’économie politique/ Papers in Political Economy, vol 1, no 56, URL: <https://www.cairn.info/revue-cahiers-d-economie-politique-2009-1-page-101.htm>.

Davoigneau, J. et Duhau, I. (2016). « Jacmel, entre rêve et réalité », In Situ, n° 30, URL : <http://insitu.revues.org/13721>.

Doret, Michel R. (1986). « Un abrégé de l’histoire de l’architecture haïtienne », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, vol. 44, n150, mars.

Du Tertre, J-B (1668-1671). Histoire générale des Antilles habitées par les François... Paris, chez T. Jolly, T. II contenant l’histoire naturelle, Chapitre « Des matériaux, comme pierres de taille, briques tuilles, plastre, pierres à faire la chaux & pierres ponce ».

Gauthiez, B. (2003). Espace urbain. Vocabulaire et morphologie, Paris, Éditions du patrimoine.

Haiti. Annual report of the financial adviser-general receiver, for the fiscal year october, 1926 – september, 1927, Port-au-Prince, Imp. du service technique, 186 p.

Hrodej, P. (2007). « L’État et ses principaux représentants à Saint-Domingue au xviiisiècle : contradictions et manquements », Outre-mers, vol. 94, no 354.

Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI). Population totale, de 18 ans et plus. Ménages et densités estimés en 2015, Ministère de l’Économie et des Finances, direction des Statistiques démographiques et sociales (DSDS), mars 2015. http://www.ihsi.ht/pdf/projection/Estimat_PopTotal_18ans_Menag2015.pdf

La Salve, E. (1881). Le Pays des nègres. Voyage à Haïti, ancienne partie française de Saint-Domingue, Paris, Hachette (L’auteur a effectué son voyage en 1872).

Labat, J-B. (1722). Nouveau Voyage aux isles de l’Amérique, contenant l’histoire naturelle de ces pays, l’origine, les mœurs, la religion et le gouvernement des habitans anciens et modernes, les guerres et les événemens singuliers qui y sont arrivez… le commerce et les manufactures qui y sont établies… Paris, Pierre-François Giffart, 6 vol.

Le Pers, J-B. (1730-1731). Histoire de l’isle Espagnole ou de S. Domingue, écrite particulièrement sur des mémoires manuscrits du P. Jean-Baptiste Le Pers, jésuite, missionnaire à Saint-Domingue, et sur les pièces originales qui se conservent au dépôt de la Marine, par le P. Pierre-François-Xavier de Charlevoix…, Paris, Hippolyte-Louis Guérin, 1730-1731, 2 vol.

Moreau de Saint-Méry, L-É. (1797). Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue avec des observations générales sur sa population, sur le caractère et les mœurs de ses... habitans, sur son climat, sa culture... accompagnées des détails les plus propres à faire connaître l’état de cette colonie à l’époque du 18 octobre 1789 et d’une nouvelle carte... par M. L.-É. Moreau de Saint-Méry..., Philadelphie, L.-É. Moreau de Saint-Méry ; Paris : Dupont ; Hambourg : chez les principaux libraires, 2 vol.

Paul, B., A. Dameus & M. Garrabe (2010). « Le processus de tertiarisation de l’économie haïtienne », Études caribéennes, no 16, URL: <http://etudescaribeennes.revues.org/4728>.

Pérouse de Montclos, J-M. (2011). Architecture. Description et vocabulaire méthodiques, Paris, éditions du Patrimoine (1er éd. 1971)

Raynal, G-T. (1785). Essai sur l'administration de St. Domingue, s. l.

République d’Haïti, Comité interministériel d’aménagement du territoire (2010). Haïti demain. Objectifs et stratégies territoriales pour la reconstruction, mars.

Haut de page

Notes

1 Toutefois selon la loi haïtienne seuls les édifices appartenant à l’État peuvent bénéficier du statut de monument historique. Aucune législation ne définit un centre historique et les conséquences de sa protection patrimoniale, rendant cette protection impossible à mettre véritablement en œuvre.

2 L’inventaire du patrimoine du centre ancien de Cap-Haïtien a été entrepris en 2010, dans le cadre de la coopération décentralisée entre les villes de Suresnes (Hauts-de-Seine, France) et Cap-Haïtien par l’Atelier d’urbanisme de Cap-Haïtien et l’université Paris-Sorbonne Paris-IV sous la direction de François Dumail. Celui du centre historique de Jacmel a été coordonné à partir de 2012 par l’UNESCO, grâce à un financement de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) et mené dans le cadre de la coopération culturelle entre les ministères de la Culture haïtien et français par l’Institut de sauvegarde du patrimoine national haïtien (ISPAN) et l’Inventaire général du patrimoine culturel (IGPC). Nous tenons tout particulièrement à remercier François Dumail qui a mis, dès avril 2012, à la disposition de la Mission Inventaire général du patrimoine culturel les résultats du travail d’inventaire mené à Cap-Haïtien. Pour la consultation en ligne de l’inventaire de Jacmel voir : http://www.inventaire.culture.gouv.fr/ coopérations internationales.

3 Dans le cadre des traités de Ryswick (20-21 septembre 1697) qui mirent fin à la guerre de la Ligue d’Augsbourg entre la France et les puissances européennes, dont l’Espagne.

4 Au moment de l’indépendance, les anciens esclaves affranchis possédaient environ un tiers des terres agricoles, principalement de petites propriétés éloignées des grandes exploitations des plaines.

5 Bois utilisé pour faire des teintures rouge, mauve, violet, gris et noir.

6 Afin de produire du charbon de bois, seule source d’énergie pour bien des familles. Ce déboisement provoque érosion et ensablement du lit des rivières ce qui aggrave les inondations lors des fortes pluies.

7 https://www.youtube.com/watch?v=0OQPuDwGEKQ

8 Sur les 33 monuments historiques classés « patrimoine national » en 1995, 28 sont des forts construits durant la période coloniale, au Cap comme dans d’autres villes haïtiennes.

9 Petite charrette à deux roues que l’on emploie dans les plantations des Antilles pour transporter les cannes à sucre.

10 https://www.youtube.com/watch?v=akctgeXhOU0

11 https://fr.climate-data.org/

12 Étendue de terrain ayant été divisée en îlots (Gauthiez, 2003).

13 Bien que ce dernier dispositif soit concurrencé par les installations de l’enclave de Labadie, située à cinq kilomètres au nord-ouest de Cap-Haïtien. Cette presqu’île, transformée en station touristique privée inaccessible derrière sa clôture, est louée par l’État depuis 1986 à la Royal Caribbean International.

14 1 carreau est égal à 1,29 hectare : 12 926,32 m², soit moins de 260 m².

15 Certains critères sont identiques : implantation dans la parcelle et par rapport à la rue, matériaux de la façade et de la couverture, type de toit, nombre d’étages ; d’autres sont distincts : éléments de décor pour Cap-Haïtien, caractéristiques des galeries pour Jacmel… qui reflètent les différences dans l’architecture de ces deux villes.

16 Pour faciliter la lecture, nous avons choisi dans ce texte de ne conserver que la terminologie des vocabulaires de l’Inventaire général. Voir notamment Pérouse de Montclos, 2011.

17 Mur extérieur sous les gouttières ou les chéneaux d’un versant de toit.

18 Mur extérieur à pignon (partie supérieure d’un mur correspondant à la hauteur du comble, habituellement triangulaire).

19 Le latanier est un palmier local. Dans une étude de l’ISPAN de 1978, ce matériau végétal était encore utilisé dans 16 % des édifices.

20 Nom que les habitants donnent au squelette calcaire d’un type de corail.

21 Bois imputrescible issu du cyprès chauve, espèce qui fut abondante sur l’île.

22 L’annonce de la fuite d’une jeune esclave appartenant au fermier de la briqueterie Gulman au Haut du Cap est publiée dans les Affiches américaines du 24 janvier 1789. http://www.marronnage.info/fr/lire.php?id=9200&type=

23 Voir par exemple : SPOONER, Simon Q., GENDRON, François. « Amiral Baudin, nous avons retrouvé le Casimir ! » Pour la science, no 362, 2007, p. 50-57. <halshs-00348032>. Des plongées dans les archives maritimes et dans la mer de la côte nord-dominicaine ont révélé l’épave d’un brick havrais typique du commerce au long cours français vers Haïti au début du xixsiècle. « Les fouilles ont enfin révélé que le Casimir transportait un gros volume de matériaux de construction qui lui servait en même temps de lest. Il s’agit de centaines de briques et de grandes plaques de verre à vitres ».

24 Du fait des successions, elles appartiennent souvent à une multitude de propriétaires de la diaspora haïtienne et sont laissées dans un état d’abandon total.

25 Revêtement en matériaux de couverture d’une paroi verticale (Pérouse de Montclos, 2011).

26 Sa fabrication fut rendue possible grâce aux perfectionnements des laminoirs et à l’utilisation de la machine à vapeur.

27 Ces ornements en métal ou en céramique sont extrêmement fragiles et à ce titre, leur présence au Cap de plus en plus exceptionnelle. Quelques rares maisons, souvent en rez-de-chaussée, où la tôle ondulée a remplacé le matériau de couverture traditionnel, conservent néanmoins leur épi de faîtage.

28 La galerie est couverte par un appentis, c’est-à-dire un toit à seul versant dont le faîte s’appuie contre le mur, que celui-ci soit gouttereau ou pignon. 12 % des maisons de Jacmel.

29 La galerie est couverte par l’avancée en saillie du toit terrasse. 14 % des maisons de Jacmel.

30 La galerie est couverte par l’avancée en saillie du comble du toit. Les maisons qui possèdent ce type de galerie sont évidemment des maisons avec mur pignon sur rue. 30 % des maisons de Jacmel.

31 La galerie est couverte par le versant du toit qui s’étend au-delà de l’aplomb du mur gouttereau. 46 % des maisons de Jacmel.

32 Ce qui d’ailleurs est le cas de la plupart des emmarchements nécessaires pour entrer dans les rez-de-chaussée surélevés des maisons et commerce depuis la rue : 46 % des édifices de la ville du Cap ont un escalier d’accès situé dans l’espace public.

33 L’égout est la partie basse du versant d’un toit, il ne se distingue du reste du versant que quand il est retroussé, c’est-à-dire quand le versant du toit est brisé, de manière à ce que la pente de l’égout soit moins forte que la pente générale.

34 Ainsi, la plupart des écoles sont situées dans le centre historique et abritées dans d’anciens édifices domestiques transformés.

35 Et très généralement dans les climats tropicaux avant l’invention de la climatisation et les précautions sécuritaires.

36 Les persiennes sont des contrevents formés de lamelles horizontales inclinées, assemblées dans un châssis ; les lamelles peuvent être mobiles. La jalousie, quant à elle, est un store à lamelles orientables.

37 L’agrafe est un ornement en relief mouluré semblant agrafer les moulures d’un arc.

38 Pain d’épice en français.

39 Aux États-Unis, le style gingerbread, est également nommé Carpenter Gothic, il apparaît vers 1870 pour qualifier des constructions de charpentier au plan assez simple, mais à la profusion d’éléments décoratifs en bois découpé, notamment dans les toitures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Carte d’Haïti localisant Cap-Haïtien et Jacmel
Crédits Source : Rémi Kaupp, CC-BY-SA, Wikimedia Commons.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Illustration 2. La baie de Cap-Haïtien
Crédits Au centre à gauche, la ville ancienne et le port, à droite l’embouchure de la rivière du Haut-du-Cap, au-delà, au fond de la baie, le quartier de Petite-Anse.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Illustration 3. Plan de la ville du Cap, 1744
Crédits Source : Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 15DFC340B ; ANOM.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Illustration 4. Cap-Français, vue depuis la colline. Gouache signée Van Blanrenberghe, 1778.
Crédits Source : Musée du Nouveau Monde, La Rochelle. http://www.alienor.org/​collections-des-musees/​fiche-objet-29842-la-ville-du-cap-francais-a-saint-domingue-vue-de-la-colline
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Illustration 5. Plan de la ville du Cap servant à indiquer son état actuel et les progrès de ses reconstructions, 1798.
Légende En bleu les bâtiments de l’État ; en rouge foncé les maisons épargnées par l’incendie ; en rose et en bistre les maisons reconstruites ; en blanc les emplacements restant à reconstruire ; en jaune les emplacements sur lesquels il n’y a jamais eu de construction. Archives nationales d’outre-mer, FR ANOM 15DFC406A.
Crédits Source : ANOM.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-5.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Illustration 6. Carte postale, début du XXe siècle
Crédits Source : Coll. Part.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 7. Carte postale, bureau du port, début du XXe siècle
Crédits Source : Coll. part.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Illustration 8. Le port de Cap-Haïtien, carte postale, vers 1960.
Crédits Source : Coll. part.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Illustration 9. Jacmel, vue depuis les hauteurs, au-delà de l’embouchure de la Grande Rivière et de ses terres inondables (au centre).
Crédits Source : Alex Polotsky, Flickr, CC BY 2.0.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Illustration 10. Plan de la ville de Jacmel, 1799.
Crédits L’extension de la ville vers l’ouest (au-delà de la rivière des Orangers) est amorcée. Le cimetière est encore implanté au sud-ouest, dans l’embouchure de la rivière des Orangers.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Illustration 11. Plan de la ville de Jacmel, 1892.
Crédits Source : BNF (ark:/12 148/btv1b52503688j).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Illustration 12. Panorama du port de Jacmel vers 1920.
Crédits Source : Dans : Compagnie biographique (éd.). Livre bleu d’Haïti. Op. cit., p. 207.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Illustration 13. Phases d’extension successives de Cap-Haïtien
Crédits Noir 1709 ; rouge 1728 ; vert 1744 ; marron 1786 ; rose 1948) et de son trait de côté (bleu clair 1744 ; bleu foncé 1948).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-13.png
Fichier image/png, 10M
Titre Illustration 14. Une rue du centre historique de Cap-Haïtien, 2014.
Crédits Source : Jean Davoigneau, Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Illustration 15. Les entrepôts de café derrière la douane, au croisement des rues du Commerce de Petite-Batterie et Isaac-Pardo, carte postale, vers 1925.
Crédits Source : Delcampe.net.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Illustration 16. Escalier public ayant remplacé un pas-d’âne, centre historique de Jacmel, 2017.
Crédits Source : Adeline Gressin.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Illustration 17. Le port de Jacmel, 2007
Crédits Source : Haïti Liberté.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Illustration 18. Le port de Cap-Haïtien, 2008
Crédits Source : Bernie Leon.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Illustration 19. Carte de Cap-Haïtien, édition 3-DMA, séries E935, 1994
Crédits Source : Defense Mapping Agency, United States Government.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Titre Illustration 20. Cap-Haïtien, 2016
Crédits Source : Haititech News.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 21. Détail de la carte de Jacmel, préparée par les ingénieurs du service de Géodésie et des Forces armées d’Haïti sous la supervision du département des Travaux publics et avec la collaboration de l’US Army Inter American Geodetic Survey, révisée en 1987 par le Defense mapping agency hydrographic/topographic center
Crédits Source : Defense mapping agency.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 22. Territoire rural à l’habitat diffus autour de Jacmel, 2013
Crédits Source : Laurent Poupard, Région Bourgogne - Franche-Comté, Inventaire général du patrimoine culturel.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9M
Titre Illustration 23. Cap-Haïtien, rue ombragée protégée du soleil par l’enfilade des balcons filants des maisons mitoyennes alignées sur la rue
Crédits Source : Inventaire général, 1997.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Illustration 24. Jacmel, entrepôt en brique dont l’encadrement des baies, leurs impostes et leur agrafe saillante sont en relief
Légende Des gargouilles en céramique évacuent les eaux de pluie du toit terrasse, utilisé comme aire de séchage du café.
Crédits Source : Inventaire général, 1997.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Illustration 25. Jacmel, la maison Boucart
Légende Bel exemple de maison de deux étages à éléments importés, garde-corps et colonnes en fonte moulée. Ces dernières servent également de descente des eaux pluviales.
Crédits Source : ISPAN, 2013.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M
Titre Illustration 26. Cap-Haïtien, croisement des rues 12 et F
Légende La maison d’angle a gardé son toit débordant couvert en tuile plate et décoré de lambrequins en bois découpé. Les peintures des façades indiquent les différentes occupations. Une partie de la maison sur la rue 12 a été surélevée et un balcon en bois installé à l’étage.
Crédits Source : Jean Davoigneau, Mission Inventaire général du patrimoine culturel, 2014.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Illustration 27. Jacmel, la maison Lauture, transformée en école, possède une très belle galerie en bois, heureusement préservée
Crédits Source : ISPAN, 2013.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Titre Illustration 28. Cap-Haïtien, diversité des façades de la rue A
Légende Au premier plan, une maison en rez-de-chaussée couverte en tuile plate, les peintures rose et bleue distinguent les différents occupants. La maison a gardé ses crochets de suspension des toiles de protection du soleil. Au second plan, une maison avec un balcon filant avec garde-corps et consoles en fer forgé, abrité sous un avant-toit débordant à égout retroussé.
Crédits Source : Inventaire général, 1997.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Titre Illustration 29. Cap-Haïtien
Légende Maison à un étage, transformée en collège, couverte en tuile plate ; elle a conservé son épi de faîtage. À l’étage, un balcon avec garde-corps et consoles en fer forgé, abrité sous un avant-toit en appentis laissant voir la corniche moulurée qui couronne le mur de façade.
Crédits Source : Jean Davoigneau, Mission Inventaire général du patrimoine culturel, 2014.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Illustration 30. Le centre ancien de Cap-Haïtien depuis les hauteurs du morne, 2014
Crédits Source : https://www.youtube.com/​watch?v=sii1hyBO_uA
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Illustration 31. Les toits du centre historique de Cap-Haïtien, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12835/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Duhau et Jean Davoigneau, « Cap-Haïtien versus Jacmel, essai sur la ville en Haïti  », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12835 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.12835

Haut de page

Auteurs

Isabelle Duhau

Ministère de la Culture, Conservatrice en chef du patrimoine, isabelle.duhau@culture.gouv.fr

Jean Davoigneau

Ministère de la Culture, Chercheur, jean.davoigneau@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals