Navigation – Plan du site
Etudes urbaines africaines, approches complémentaires

Ngo, une petite ville du Nord-Congo : cadre de vie et rôle régional

Ngo, Small City of the North-Congo: Living Environment and Regional Role
Damase Ngouma, Pépin Hippolyte Ndey Ngandzo et Robert Ngomeka

Résumés

Située dans le département des Plateaux Batéké, à 250 kilomètres au nord de Brazzaville, la localité de Ngo est bâtie sur la route nationale n° 2, au carrefour de quatre axes routiers dynamiques. Érigée en communauté urbaine en 2010 et dotée d’infrastructures et services assez considérables, elle est devenue une petite ville cosmopolite et en pleine croissance spatiale. Le paysage urbain s’est transformé au fil des années et la population a presque doublé entre 1996 et 2007, passant de 3887 habitants à 7500. Les avantages administratifs de la ville et sa situation géographique particulière lui permettent d’entretenir des relations socio-économiques diverses, non seulement avec les 74 villages qu’elle encadre, mais aussi avec Brazzaville, la capitale du pays. Sa zone d’influence s’étend jusqu’aux limites géographiques de la sous-préfecture dont elle est le chef-lieu.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’un des faits marquants de l’urbanisation en Afrique subsaharienne est l’émergence des localités qui, non seulement ont passé le stade de simples villages pour devenir des villes, mais encore connaissent des mutations profondes. Classées parmi les villes « petites et moyennes », elles constituent de nouvelles polarités urbaines émergentes qui ont un rôle fondamental dans l’organisation de l’espace, participent à l’évolution générale et entretiennent des « rapports organiques avec le milieu ambiant » (Wackermann, 2000 : 95). En relation étroite avec leurs campagnes, ces villes subissent aussi des contrecoups économiques et sociaux des crises rurales (Chaléard et Dubressin, 1999). Certains auteurs, considérant l’enjeu qu’elles représentent, ont été emmenés à plaider pour un développement des réseaux urbains en se basant sur ces petites et moyennes villes pour aboutir à une meilleure imbrication des relations ville-campagne et à la promotion du développement local (Chaléard et Dubresson, 1989).

2La République du Congo, avec une population urbaine estimée à environ 72 % de la population totale en 2007 (CNSEE, 2010), donne un exemple patent de ce phénomène. L’urbanisation a fait que, outre les quatre villes principales reconnues depuis longtemps (Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie et N’kayi), les chefs-lieux de département et de sous-préfecture dont la population dépasse les 5 000 habitants pour certains, et même plus de 10 000 habitants pour d’autres, sont devenus des centres urbains. Les infrastructures dont ils disposent, les équipements et services divers, quoique de niveau encore inférieur, leur donnent le statut de petites villes (Ditengo, 2012). Elles ont bénéficié d’une promotion administrative dans le passé, dotées d’une mission d’encadrement administratif de la campagne. La localité de Ngo, avec 16 200 habitants au recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 2007, revêt actuellement des caractéristiques d’une agglomération urbaine classée au rang des petites villes congolaises (Ngouma, 2012). Cet article vise à analyser les relations entre Ngo (comme petite ville) et sa zone d’influence d’une part et entre Ngo et Brazzaville (ville capitale) d’autre part. Cette ville connaît depuis quelques décennies une dynamique spatiale nouvelle avec une influence de plus en plus considérable dans « sa région ». Quelles sont les principales caractéristiques de cette dynamique ? Quelles sont les localités qui entretiennent des relations avec Ngo ? Quelle est la nature de ces relations et quelles en sont les conséquences ? Telles sont les questions auxquelles cette étude tente de répondre.

1. Localisation de la zone d’étude

3Située à deux-cents cinquante kilomètres au nord de Brazzaville, sur le plateau de Nsa-Ngo, l’un des quatre plateaux formant l’ensemble appelé Plateaux Batéké, Ngo est le chef-lieu de la sous-préfecture portant le même nom. Cette localité jouit d’une situation géographique privilégiée, bâtie sur un carrefour de trois axes routiers dynamiques : Brazzaville-Gamboma-Owando-Ouesso (RN2), Ngo-Mpouya et Ngo-Djambala-Lékana. C’est ce qui lui vaut d’ailleurs l’appellation de « Ngo la Boussole ». La sous-préfecture de Ngo est encadrée par celle de Gamboma au nord, Ngabé au sud, Mpouya à l’est, Djambala à l’ouest et Mbon au nord-ouest (cf. Figure 1). Cet emplacement fait de Ngo la plaque tournante des villages de la sous-préfecture du même nom et ceux des sous-préfectures voisines, et le passage obligatoire pour tout trafic routier en direction ou en provenance des départements de la Cuvette et de la Cuvette-Ouest. En tant que communauté urbaine, il polarise les activités de 74 villages alentour disposés sur quatre axes routiers.

Figure 1. Localisation de la ville de Ngo (République du Congo)

Figure 1. Localisation de la ville de Ngo (République du Congo)

2. Matériel et méthodes

4Pour la collecte des données, le matériel suivant a été utilisé : un appareil photo numérique pour les prises de vue instantanées ; la carte topographique du Congo réalisée en 1993 par l’Institut géographique national (IGN) de France en collaboration avec le Centre de recherche géographique et de production cartographique (CERGEC) du Congo, et un ordinateur portatif.

5L’approche méthodologique est basée sur l’exploitation des techniques d’analyse quantitative et qualitative des données d’enquêtes et celles issues des différents recensements administratifs réalisés dans le pays, notamment en 1974, 1984 et 2007. Le recensement de 1996 dont les résultats provisoires n’avaient pas été validés a aussi été utilisé. En effet, en l’absence de données officielles plus récentes sur la population des petites localités du Congo, ce recensement reste la seule référence disponible actuellement. Les variables d’enquête regroupent notamment les informations sur les caractéristiques de l’habitat, la composition ethnique, les infrastructures et les services administratifs de la ville de Ngo, et les activités économiques réalisées dans la zone d’étude.

6Deux méthodes de collecte de données ont été utilisées pour la réalisation de ce travail : la recherche documentaire et l’enquête de terrain. La première s’est faite dans les différentes bibliothèques de l’Université Marien Ngouabi. Un supplément d’informations diverses a été trouvé dans les autres bibliothèques de la place, notamment celles du Palais des congrès et du Ministère du Plan. L’enquête de terrain s’est déroulée principalement à Ngo (centre), suivant une démarche associant trois méthodes : les observations directes des caractéristiques de l’habitat sur le terrain, l’entretien avec les personnes-ressources (chefs de quartiers et autres autorités de l’administration locale) et l’enquête par questionnaire auprès des ménages de la ville. La taille de l’échantillon a été déterminée sur la méthode probabiliste basée sur un tirage du 1/10 des 1138 ménages de la ville (selon les données du recensement administratif de 2007), soit un total de 114.

Tableau 1 : La répartition de l’échantillon d’enquête

Quartier

Échantillon

Pourcentage

1

Yana-yani,

36

31

2

Mbessala

26

23

3

Mpala

26

23

4

Nkono

26

23

Total

114

100

Source : enquête de terrain, 2014

7Les ménages enquêtés ont été choisis parmi les quatre quartiers de la ville (Yana-yani, Mbessala, Mpala et Nkono), repartis de la manière suivante : 36 au premier et 26 dans chacun des trois autres (cf. Tableau 1). Une personne a été sélectionnée par ménage pour être soumise au questionnaire, suivant un seul critère : être âgé d’au moins 40 ans et capable de relater les faits sur les mutations qui ont eu lieu dans la ville au cours des trois dernières décennies précédant l’enquête. Le nombre plus élevé d’enquêtés à Yana-yani par rapport aux autres quartiers est dû au fait que ce dernier est considéré comme le centre de la ville où se concentrent les principales activités économiques. Le traitement des données recueillies, s’est fait à l’aide de l’outil informatique (logiciels Sphinx et Excel) et a permis la réalisation des tableaux et des figures.

3. Résultats et discussion

3.1. Naissance de la ville et transformation du paysage urbain

8La petite ville de Ngo est née du village «  Bioo » qui signifie en téké «  paquets de petits villages ». La localité a été créée autour des années 1940 par Impioro Ngandzion, un paysan originaire du village Abili situé dans les environs. Bâti sur la route de Mpouya, «  Bioo » était alors proche de deux autres villages : Mouari, sur le tronçon Ngo-Djambala, et Mpala (Ngouma, 2012). C’est l’installation au village de l’administrateur colonial Xavier Malet, chef de la circonscription Alima-Léfini, qui amorce son processus de développement. Il est par la suite transformé à partir des années 1943 en un poste dynamique où les paysans récolteurs de «  caoutchouc » venaient pour l’écouler. L’évolution spatiale et démographique de la localité et l’installation des structures socio-économiques et administratives (publiques et privées) firent que celle-ci fut érigée en poste de contrôle administratif en 1968, en district en 1995 puis en communauté urbaine en 2010.

9Ngo connaît depuis quelques décennies une dynamique spatiale nouvelle qui se traduit par l’extension de ses limites. Un élément marquant illustre le développement spatial de la localité : tous les cimetières jadis distants de la ville et les petits villages des Atsoua (nom local des peuples autochtones) bâtis à l’origine à environ cinq kilomètres de Ngo, se trouvent désormais tous dans la ville, incorporés au paysage urbain. Ngo compte actuellement quatre quartiers bien distincts : Kono, Mbessala, Mpala et Yana-Yani.

10La transformation de Ngo en petite ville a engendré des mutations au niveau de l’habitat, notamment concernant les types de maisons et les matériaux de construction utilisés. Même si la maison rurale traditionnelle, entièrement faite en matériaux d’origine végétale, se rencontre encore dans la localité, on note de plus en plus une modernisation des habitations (maisons de type «  tôles ondulées parpaing » et «  tôles ondulées briques adobes ou briques cuites ») dans tous les quartiers de la ville.

11Malgré la présence des critères de ruralité visibles — arbres fruitiers en nombre important, habitations noyées dans la végétation, jardins comportant quelques pieds de manioc — le paysage de la ville comporte de nombreux bâtiments modernes et des infrastructures sociosanitaires (écoles primaires, collèges, dispensaires, etc.) qui lui confèrent un caractère urbain. D’ailleurs, c’est la présence de ces diverses infrastructures qui expliquent l’attrait de la ville auprès des populations rurales.

3.2. Croissance démographique et diversification des populations

12Deux traits démographiques caractérisent Ngo : la diversité ethnique de cette ville bâtie en territoire téké et l’évolution croissante de sa population au fil des années.

3.2.1. Une structure de la population marquée par sa diversité ethnique

13La diversité des composantes de la population est l’un des traits caractéristiques d’une ville, du fait de l’accueil des migrants à différentes étapes de son développement. À Ngo, si la souche principale de la population est d’origine téké, sa structure actuelle évolue avec l’arrivée de populations venues d’ailleurs. La répartition ethnique reste dominée par les Boma au niveau de toutes les tranches d’âges (80,7 % de la population totale), mais elle montre la présence de plusieurs autres ethnies : les Gangoulou (3,5 %), les Nzinkou, Mbossi, et Teke (2,6 %), les Koukouya, Akoua, et Kongo (1,8 %). Il y a aussi des populations étrangères, notamment des Camerounais, des Congolais (RDC), des Rwandais, des Burkinabés et des Maliens qui représentent 0,9 % de la population totale (cf. Figure 2).

Figure 2 : La répartition ethnique de la population de Ngo en 2013

Figure 2 : La répartition ethnique de la population de Ngo en 2013

Source : enquête de terrain, 2013

3.2.2. La consolidation du peuplement

14Ngo, comme d’autres petites villes du Congo, a connu une augmentation rapide de sa population. Malgré l’absence de données statistiques rendant compte des mouvements de la population pendant les premières années de la création de la ville, on peut constater à la lumière de celles disponibles que Ngo enregistre une croissance démographique constante. La figure n° 3 montre qu’entre 1996 et 2007, en l’espace de onze ans, la population de la ville a presque doublé, passant de 3887 habitants à 7500. Les estimations faites à partir des données du dernier recensement (RGPH, 2007) indiquaient que cette tendance à l’augmentation devrait se maintenir dans la période 2007-2012. Ceci s’explique d’une part par l’apport du croit naturel et d’autre part par l’arrivée des migrants attirés par la consolidation du rayonnement de la ville. Cette évolution de la population urbaine, comme l’a constaté Ditengo (2012) au sud du pays, porte les empreintes des acteurs sociaux qui ont façonné le milieu selon les périodes, le marquant au niveau de l’architecture, de la structuration urbaine et du fonctionnement de la ville. À défaut de données statistiques récentes, il est difficile de dire avec certitude le rythme actuel de la croissance de la population de Ngo. Toutefois, au regard des nouvelles infrastructures dont la ville a bénéficié dans le cadre de la politique nationale de rénovation urbaine, il est certain que cette population est encore appelée à augmenter.

Figure 3 : L’évolution de la population de Ngo de 1996 à 2012

Figure 3 : L’évolution de la population de Ngo de 1996 à 2012

Source : INSEE, 2013

15Il convient de dire que la croissance de la population de Ngo va de pair avec le rythme de modernisation de la ville, de plus en plus équipée afin de mieux encadrer la campagne environnante. Cette situation est analogue à celle des années 1980 marquées par une amorce de modernisation des centres urbains secondaires. En effet, à la faveur du plan quinquennal de 1982-1986 et des schémas directeurs d’urbanisme élaborés alors pour les villes congolaises, quelques équipements (scolaires et sanitaires compris) avaient été implantés dans les centres urbains secondaires (chefs-lieux de district ou de département), avec un rayonnement sur le monde rural. La conséquence en avait été l’augmentation des mouvements migratoires orientés vers ces localités émergentes, notamment vers celles situées sur les principales voies de communication (chemin de fer et route nationale). Le résultat de cette politique, c’est le constat fait par Huber en 1992 : «  deux Congolais sur trois habitent dans des agglomérations de plus de 2 000 habitants (…). La civilisation urbaine a largement pénétré toutes les couches de la population ».

16Ngo constitue donc l’exemple type de ces petites villes dont la promotion administrative d’abord au rang de P.C.A, de district, puis de communauté urbaine, en a fait un centre suscitant un afflux sans cesse renouvelé des migrants ruraux à la recherche d’une activité économique et des structures de base de meilleure qualité. C’est ce qui en fait un espace intermédiaire à mi-chemin entre les villes moyennes et les campagnes (Ziavoula, 1996). Même si la localité présente à certains égards un caractère rural, comme l’avait affirmé Mengho : «  les habitants qui y vivent se considèrent comme des citadins et ont le sentiment de vivre en ville » (1984).

3.3. Ngo : un centre influent pour la campagne environnante

17De par sa situation géographique de «  ville-carrefour » et son rôle (politico-administratif, socio-économique et culturel) dans la sous-préfecture, Ngo entretient diverses relations avec les localités de sa zone d’influence.

3.3.1. Un centre attractif pour la population rurale

18L’implantation à Ngo de diverses infrastructures et la présence de nombreux services, surtout administratifs, motivent les mobilités régulières des ruraux. Ces derniers proviennent parfois des villages très éloignés et les distances parcourues dépendent essentiellement de la nature des services demandés et de l’accessibilité de la localité par rapport à la ville.

19Ngo joue le relais du pouvoir central à l’échelle du district de cette sous-préfecture. En effet, l’installation de l’administration publique, du Centre de Santé intégré, du collège d’enseignement général, l’unique de la sous-préfecture et d’une station-service a accru le rayonnement de la ville sur les localités environnantes. Ce rayonnement a été accentué ses dernières années grâce à la présence des services agricoles, notamment ceux fournis par l’antenne locale d’Agricongo. Spécialisée dans la vulgarisation agricole, cette structure réalise des aménagements ruraux et fait la vente des produits agricoles et la distribution des outils de travail agricole. Aussi, elle contribue à orienter et animer l’économie rurale dans la sous-préfecture en donnant à Ngo le rôle de concepteur et d’encadrement de cet espace. En effet, à en croire les autorités locales enquêtées, pour les villageois, tout ordre ou conseil en matière d’agriculture, toute aide et toute source de nouveau profit ne peuvent venir que de Ngo.

20L’arrivée à Ngo des ruraux sollicitant les prestations des divers équipements urbains est facilitée par le fait que la plupart des villages et hameaux ont été bâtis le long des axes routiers. Déjà, le réseau routier de la sous-préfecture est constitué de quatre axes routiers qui convergent vers la ville de Ngo : Ngo-Etsouali (vers Brazzaville dans le sud), Ngo-Ombima (vers Gamboma dans le nord), Ngo-Mpouya (à l’est) et Ngo-Allion (vers Djambala à l’ouest). Ce réseau fait donc de Ngo un nœud routier qui exprime un passage obligé pour accéder à toutes les directions du pays. C’est d’ailleurs ce qui fait qu’actuellement la petite ville de Ngo se retrouve au centre de 74 villages avec lesquels il entretient des relations diverses. C’est ce vaste espace qui constitue sa zone d’influence, les limites géographiques de sa sous-préfecture, c’est-à-dire : d’Etsouali (en direction de Brazzaville) à Ombima (vers Gamboma), dans le sens sud-nord, et d’Allion (vers Djambala) à Elouna (vers Mpouya), dans le sens ouest-est (figure 4).

Figure n° 4 : La zone d’influence de Ngo

Figure n° 4 : La zone d’influence de Ngo

Source : CRGEC, 2002

21Par ailleurs, la position administrative de Ngo, les infrastructures et services dont elle dispose ont favorisé en grande partie une forte concentration humaine dans la ville. En effet, comme l’affirme Ngouma, « les commodités de la ville, les activités commerciales, l’administration publique, les prestations de scolarité et de santé figurent parmi les services prioritaires qui motivent les déplacements des populations rurales » (Ngouma, 2012 : 80).

22Il en résulte une profonde modification du genre de vie et des comportements de la population locale, contribuant ainsi à créer autour de ce chef-lieu de sous-préfecture une ébauche de vie régionale. Auger (1973) était aussi parvenu à ce constat, alors même que les pouvoirs publics avaient à peine amorcé la politique d’équipement des centres urbains secondaires. Il explique que l’infrastructure administrative donne aux petites villes des fonctions urbaines et crée autour d’elles une ébauche de vie régionale. C’est aussi ce qu’affirme Mengho (1984) qui insiste sur le rôle de centre de relais joué par cette catégorie d’agglomérations.

23Il faut dire que l’influence de la ville de Ngo, comme celle de la plupart des petites villes du Congo, reste encore limitée du fait d’un niveau d’équipement encore modeste à l’échelle régionale. Toutefois, Ngo demeure pour le monde rural le lieu par excellence d’où provient toute décision administrative.

3.3.2. Un centre socio-économique dynamique dans sa région

24La petite ville de Ngo entretient des relations économiques avec les localités de sa zone d’influence, marquées essentiellement par le ravitaillement vivrier de la ville et le commerce de distribution dans la campagne.

3.3.2.1. Le ravitaillement de Ngo par la campagne

25De par la taille de sa population, Ngo constitue un grand marché qui reçoit particulièrement les produits vivriers issus de l’agriculture, de la pêche, de la chasse et du ramassage. Une part importante du trafic qui en découle est écoulée vers Brazzaville.

26Les principales productions rencontrées à Ngo sont : le manioc (manihot esculenta) sous la forme de cossettes de manioc et de chicouangues (manioc roui emballé dans des feuilles marantacées et bouillies dans de grandes marmites), l’igname (Dioscorea cayenensis rotundata), la patate douce (Ipomea batatas), la banane (Musa sapientum), l’ananas (Ananas comosus), l’arachide (Arachis hypogaea), le maïs (Zea maïs), l’aubergine (Solanum incanum), le gombo (Hibiscus esculentis), l’oseille (Hibiscus sabdariffa) et le piment (Capsicum frutescens). Certaines de ces cultures sont devenues caractéristiques de la production vivrière de la sous-préfecture de Ngo.

27C’est le cas du manioc, notamment les cossettes qui font de Ngo le grenier des plateaux. En effet, selon les personnes interrogées, la production actuelle des cossettes de manioc dans la sous-préfecture de Ngo est très élevée, plus que dans les villages du plateau de Mbé, auparavant en tête dans la production. Chaque jour, des quantités de sacs de cossettes sont envoyées dans la ville et stockés dans les maisons ou les dépôts. Les ruraux n’ayant pas de moyens de transport gardent leurs stocks aux champs. L’igname aussi, timidement produite dès son introduction, connaît aujourd’hui un grand essor à Ngo. Elle fait l’objet d’importantes transactions au marché local (cf. photographie 1), vendu en tas de 500 francs CFA (cf. photographie 2). Il convient de noter que le prix de l’igname a augmenté à Ngo. Jadis, on pouvait trouver des tas de 250 Fcfa, presque aussi gros que ceux vendus actuellement à 500 Fcfa. Mais la forte demande alimentaire du marché brazzavillois, destination finale, a fait augmenter les prix.

Photographie 1 : Une vue du marché principal de Ngo

Photographie 1 : Une vue du marché principal de Ngo

Source : Cliché de H. P. Ndey, 2014

Photographie 2 : Tas d’ignames sur le marché de Ngo

Photographie 2 : Tas d’ignames sur le marché de Ngo

Source : Cliché de H. P. Ndey, 2014

28Toutefois, il convient de retenir qu’une part de la production de l’igname sort de Ngo centre et un tiers des villages environnants (Elouna, Okonkon, etc.). Un autre produit qui fait la une à Ngo ces dernières années est la banane. Elle provient principalement des villages environnants. L’une des personnes interrogées affirme : «  il arrive que nous coupions par semaine 4 à 5 régimes de bananes, ce qui est l’équivalent d’environ 15 régimes par mois ». Une autre a déclaré : «  ces dernières années, la banane ce n’est pas ce qui manque à Ngo. Le véritable problème est que, nous sommes confrontés à une grave difficulté ; il n’y a pas d’acheteurs et très souvent nous n’avons pas des moyens pour aller vendre nos produits à Brazzaville ». Le prix du régime de bananes à Ngo varie entre 1000 à 2000 Fcfa. Sur le marché de Ngo, on rencontre divers produits vivriers en provenance des différents villages. Et la plus grande part de la production agricole de la sous-préfecture est expédiée vers Brazzaville, principal centre consommateur (cf. les photographies 3 et 4).

Photographie 3 : Transport de divers produits vivriers vers Brazzaville

Photographie 3 : Transport de divers produits vivriers vers Brazzaville

Source : Cliché de D. Ngouma, 2014

Photographie 4 : Des cossettes de manioc chargées dans un camion en partence à Brazzaville

Photographie 4 : Des cossettes de manioc chargées dans un camion en partence à Brazzaville

Source : Cliché de D. Ngouma, 2014

29Concernant l’approvisionnement en produits de pêche, Ngo reçoit chaque vendredi du poisson d’eaux douces appelé « Ibouoli », en provenance des localités de Makotipoko, Mongolo, Balemon, Mbouémba, dans les sous-préfectures de Makotipoko et de Mpouya. En effet, tous les vendredis la ville enregistre une forte concentration des populations venant de différents horizons pour la vente et l’achat du poisson frais. Il faut dire qu’avec les facilités de mobilité dans la zone d’étude (présence des tronçons bitumés viables et de moyens de transport), ces poissons sont presque commercialisés dans toute la sous-préfecture. Les populations venues des autres localités achètent à Ngo pour aller revendre en taxis et taxis moto dans les différents villages. Le poisson frais est conservé et transporté dans des glacières.

30En somme, quoique sa population continue de pratiquer les activités de type rural, Ngo reçoit toujours des produits vivriers provenant de la campagne, aussi bien pour son ravitaillement alimentaire que pour celui de Brazzaville, principale consommatrice des denrées alimentaires de la campagne. Il est aussi intéressant d’analyser la nature de marchandises expédiées de Ngo vers les villages environnants.

3.3.3.2. Un centre de distribution des produits manufacturés et autres

31La petite ville de Ngo assure l’approvisionnement de la campagne en produits manufacturés provenant en particulier de Brazzaville. Elle joue un rôle très modérateur dans le commerce de redistribution des produits alimentaires (les vivres congelés, boîtes de conserve, produits laitiers, etc.), des matériaux de construction et de divers autres produits manufacturés en direction des villages de la sous-préfecture, et même ceux des sous-préfectures frontalières.

32La présence des transporteurs routiers et des commerçants grossistes à Ngo est essentielle dans la réalisation de cette mission. Parmi ces derniers, on peut citer GODE et BEBE RICO, les plus célèbres, SIDI (des Mauritaniens), SIMPHO et d’autres établissements tenus pour la grande majorité par les Rwandais. Ces derniers se rendent à Brazzaville pour y acheter les produits manufacturés locaux ou importés et repartent à Ngo pour les revendre. Ils disposent des groupes électrogènes et des congélateurs pour la conservation des produits surgelés ou congelés. Sur place, ces divers produits sont ensuite achetés par des petits commerçants venus des localités environnantes qui vont à leur tour les revendent au détail ou « micro-détail ». Il se dessine donc un circuit long impliquant plusieurs intermédiaires-grossistes, demi-grossistes et détaillants. Et c’est au marché de Ngo centre, lieu par excellence des activités mercantiles, que se passent les plus grandes transactions entre vendeurs et acheteurs.

33L’autre produit industriel participant à la vie économique de Ngo est le carburant, dont la population peut s’approvisionner à la station-service de la ville. Cette station est considérée comme l’une des plates tournantes de la sous-préfecture, car étant l’une des seules de la zone. Et les populations quittent souvent les villages et les campements parfois éloignés pour s’approvisionner en pétrole lampant, en carburant (essence et gas-oil). Ces produits sont achetés en ville dans des bidons de 5, 10 et 25 litres et revendus en détail dans les villages. Le commerce des produits pétroliers, généralement rentable, est davantage pratiqué par les jeunes.

3.3.3.3. Le rôle des taxis et des taxis-motos dans le transport à Ngo

34À Ngo, les taxis appelés communément «  cent-cent » et taxis-motos ou «  djakartas » occupent une place de choix dans les déplacements quotidiens de la population de la zone et dans le commerce de redistribution entre la ville et la campagne.

35Ngo dispose de deux parkings de taxis : le premier est situé sur l’axe de Ngo-Brazzaville, à côté du siège de la régie nationale des travaux publics (RNTP), et le second au carrefour des deux axes Djambala-Ngo et Ngo-Gamboma. Le transport par taxis-motos est une activité économique très récente dans la zone. Au départ elle était strictement interdite étant donné le nombre de cas d’accidents qu’elle avait occasionnés. Mais le besoin en moyens de transport étant très important dans la zone, le transport par «  Djakartas » a dû être accepté par les autorités locales. Les conducteurs sont en majorité les jeunes ; la recette journalière oscille entre 7500 et 10 000 Fcfa, montant qui doit être versé régulièrement au propriétaire de la moto. La croissance des besoins en matière de transport dans la localité et le niveau acceptable des recettes générées par l’activité expliquent la forte concentration des taxis-motos à Ngo.

36Les taxis et les taxis-motos sont les moyens de transport de prédilection pour les populations rurales et les commerçants exerçant entre Ngo et les villages environnants cf. photographie 5). Ces derniers les utilisent pour aller en ville afin d’y vendre les produits vivriers et repartir dans leurs localités, après avoir acheté diverses marchandises, notamment les denrées de première nécessité destinées en partie à la revente. Les commerçants de poissons quittant Djambala, Abbah, Allion et Nsah sur l’axe Ngo-Djambala et souhaitant se rendre aux marchés de Makotipoko, Mbouémba et Balemo les utilisent aussi pour arriver jusqu’à Ngo, où ils empruntent ensuite d’autres moyens de transport. À leur retour, ils utilisent généralement aussi ces taxis. Ces moyens de transport sont également utilisés dans les situations d’urgence, notamment les cas de maladie. Pendant la saison sèche, ils soulagent la population des villages environnants pour le transport et la commercialisation de l’eau.

37L’introduction des taxis moto à Ngo a complètement modifié le mode de vie de la population locale et sans nul doute contribuée à asseoir l’influence de la ville dans sa région. À Ngo actuellement, la plupart des déplacements sont effectués à l’aide des taxis-motos « Djakarta ».

Photographie 5 : Les taxis et motos-taxis utilisés à Ngo

Photographie 5 : Les taxis et motos-taxis utilisés à Ngo

Source : Clichés de D. Ngouma, 2013 et 2014

38Les activités économiques organisées à partir de Ngo font donc de cette localité un centre attractif où se retrouvent régulièrement des populations venues de plusieurs horizons. La ville revêt par conséquent le visage d’un grand marché où on enregistre une confrontation fréquente entre vendeurs et acheteurs en présence des marchandises, essentiellement les produits alimentaires, mais non exclusivement (Cabanne, 1984 : 252). Les taxis et taxis-motos jouent un rôle important dans le commerce de redistribution grâce aux services de transport qu’ils offrent à la population de Ngo et au-delà celle de la sous-préfecture. Concernant la moto, celle-ci est devenue une solution viable au manque d’un système de transport intra urbain, surtout avec le développement spatial de la ville qui allonge les distances intra-urbaines. L’arrivée dans la ville de la moto dite «  Djakarta » vient donc pallier les difficultés des citadins en la matière de déplacement. Les travaux de Guezere (2008), Mouthou et Ngouma (2015) et Ndiaye (2015) sont parvenues aux mêmes résultats.

3.4. Les relations entre Ngo et Brazzaville

39Les deux localités entretiennent depuis des décennies de multiples relations ponctuées par des mouvements d’hommes et de marchandises sur les deux cent cinquante kilomètres qui les séparent.

3.4.1. La diminution des migrations vers la capitale

40Il est vrai que la population locale, comme celle de toutes les petites villes congolaises, est attirée par Brazzaville où les ruraux vont pour de nombreuses raisons. Mais on note actuellement un renversement de tendance : l’inversion progressive des flux migratoires. En effet, ces dernières années, les migrations vers la capitale diminuent tandis que Ngo accueille de plus en plus des «  ex-Brazzavillois ». Ce phénomène, très insignifiant au départ, est devenu perceptible depuis plus d’une décennie. Les migrants sont constitués des jeunes acculés par le chômage, des «  séniors » en situation de retraite administrative et des anciens ruraux qui font une migration de retour vers leur terroir d’origine. C’est ce qu’a également constaté Ngouma (2012) qui souligne que les migrations vers le milieu rural en provenance de la ville sont «  le fait de quelques ruraux qui, ayant séjourné en ville et n’y ont pas trouvé un travail rémunérateur, repartent à la campagne pour reprendre les activités abandonnées ». Mais parallèlement à ces migrations en provenance de Brazzaville, l’émigration de la population locale vers la capitale perdure, même si le nombre des migrants est en régression ces dernières années, à en croire les autorités locales. Notre enquête de terrain révèle encore une proportion notable de ménages ayant enregistré au moins le départ d’un membre de la famille vers Brazzaville au cours des dix dernières années. Ils représentent 27 % du total des enquêtés (cf. Tableau 2).

Tableau 2 : Les ménages ayant enregistré des départs vers Brazzaville

 

Quartier

Ménages enquêtés

Ménages ayant enregistré au moins un départ

Nombre

Part (%)

1

Yana-yani,

36

15

13

2

Mbessala

26

3

2,6

3

Mpala

26

5

4,4

4

Nkono

26

8

7

Total

114

31

27

Source : enquête de terrain, 2014

41Concernant l’accueil des migrants à Ngo, il est difficile de dire avec exactitude l’ampleur du mouvement, en l’absence de données statistiques disponibles. Les personnes-ressources consultées soulignent l’augmentation du nombre des «  ex-Brazzavillois » dans la localité. Ainsi, acculés par le chômage, le problème de logement, et manquant de soutien, certains Brazzavillois ont donc quitté la ville pour s’installer à Ngo dans le but d’y exercer en particulier des activités agricoles.

42Les migrations de Ngo vers Brazzaville entraînent la baisse du taux de masculinité dans la ville, du fait du départ vers la capitale d’une proportion notable de jeunes hommes. La conséquence en est la perte d’une main-d’œuvre valide, nécessaire dans la réalisation des activités économiques, notamment l’agriculture vivrière. Cette perte est en partie compensée par l’arrivée des Rwandais dans la ville. Ces derniers, très impliqués dans le commerce, participent activement aux relations économiques entre Ngo et la capitale.

3.4.2. Les relations économiques entre Ngo et Brazzaville

43Ces relations sont dominées par le ravitaillement de la capitale en produits vivriers en provenance de Ngo et l’approvisionnement de cette dernière en produits manufacturés venus de la grande ville (Brazzaville).

44Ngo ravitaille Brazzaville en produits agricoles, de pêche, de cueillette et de ramassage. Ces denrées alimentaires sont produites à la fois par Ngo centre et par les villages environnants. En fait, il convient de noter que les produits agricoles reçus à Ngo en provenance des villages environnants sont pour l’essentiel destinés au marché brazzavillois. Motivée par diverses raisons personnelles (achat d’un véhicule pour le commerce, de parcelles de terrain, obtention d’un fonds de commerce, etc.) et la présence d’une clientèle abondante, la population de la zone d’étude se lance dans une production importante de produits vivriers pour répondre à la demande de la capitale. Elle est encouragée par la présence d’une main-d’œuvre bon marché composée de Rwandais et de Congolais de la RDC et de quelques tracteurs. Les commerçants grossistes quittent la capitale pour s’approvisionner en cossettes de manioc, «  chicouangues », ignames, arachide, feuilles de marantacées, aubergines, asperges et autres légumes. À bord de taxis et de minibus appartenant aux transporteurs privés, ils se rendent régulièrement à Ngo ou dans les villages de la sous-préfecture pour y collecter ces produits. Les quantités achetées sont fonction des moyens financiers dont dispose chacun. Ainsi, chaque jour, des véhicules transportent vers Brazzaville des sacs des cossettes de manioc et des quantités d’ignames et autres produits vivriers pour le ravitaillement de la population de la capitale. Ceci favorise le développement d’une agriculture commerciale, ou du «  vivrier marchand » selon le mot de Chaléard (1996), à Ngo et dans la campagne environnante.

45Par ailleurs, la ville de Ngo compte également la présence de boutiques, de kiosques et de petites échoppent qui proposent aux passants des produits manufacturés divers. Elles appartiennent à des commerçants qui se déplacent régulièrement à Brazzaville pour s’approvisionner, achetant en gros leurs marchandises. Ils effectuent généralement deux à trois voyages mensuels vers la capitale, profitant de la présence de la route nationale n° 2 (RN2) et des services de transport assez réguliers dans la zone. La RN2 favorise les relations entre Ngo et Brazzaville et permet le développement d’un courant d’échanges fructueux entre les producteurs ruraux et les commerçants collecteurs citadins.

Conclusion

46Bâtie le long de la RN2, à laquelle elle doit son développement, la localité de Ngo connaît depuis quelque temps d’importants changements. Son paysage urbain a connu une évolution remarquable et la population augmente et se diversifie. Jouant un rôle socio-économique remarquable, elle est aujourd’hui un centre attractif avec ses services, ses commerces, ces flux de marchandises, les uns venant des campagnes, les autres de la capitale. Toute cette économie est soutenue par le secteur des transports, adapté aux besoins locaux, qui facilitent la fluidité des échanges tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle nationale. Son réseau routier viable lui permet de développer des relations avec les autres localités, notamment Brazzaville, capitale du pays.

47La situation géographique particulière de la ville de Ngo et sa position administrative lui confèrent une importance indéniable dans sa zone d’influence. Étant l’unique point de concentration des équipements et services sur une vaste portion de territoire, la petite ville de Ngo joue un rôle essentiel dans l’organisation de l’espace régional.

Haut de page

Bibliographie

Auger, A. (1973). Kinkala : Étude d’un centre urbain secondaire au Congo-Brazzaville, Brazzaville, ORSTOM, n° 28, 132p.

Auger, A. (1965). Kinkala : centre urbain secondaire et sa vie de relation, Brazzaville, ORSTOM, n° 28, 209p.

Cabanne, C. (dir.) (1984). Lexique de géographie humaine et économique, Paris, Dalloz, 432p.

Chaléard, J.-L et A. Dubresson A. (dir.) (1989). Villes industrielles en Côte d’Ivoire : pour une géographie de l’accumulation urbaine, Paris, Karthala, 852 p.

Chaléard, J.-L (1996). Temps des villes temps des vivres. L’essor du vivrier marchand en Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 661 p.

Chaléard, J.-L et A. Dubresson (dir.) (1999). Villes et campagnes dans les pays du sud, Paris, Karthala, 264 p.

Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques (2010). Le RGPH-7 en quelques chiffres, Brazzaville, 23 p.

Ditengo, C. (2012). Croissance d’une ville du Congo méridional : cas de la ville de Dolisie, thèse de doctorat unique, Brazzaville, Université Marien Ngouabi, FLSH, 375 p.

Enouni, E.C. (2006). Le centre semi-urbain de Ngo de 1945 à nos jours, mémoire de CAPES, Brazzaville, ENS/DSH/UMNG, 56 p.

Guezere, A. (2008). «  OLEYIA » (Taxi moto) : Acteurs et usagers d’un mode de transport artisanal récent à Lomé, thèse de doctorat d’état, université de Lomé, 455 p.

Huger, J. (1992). «  L’exode rural et aménagement du territoire », Perspectives (4) : 12-15.

Mengho, B.M. (1984). «  Ouesso, quelques aspects géographiques d’un centre semi-urbain au Congo », Cahier d’Outre-Mer (147) : 235-255.

Mengho, B.M. (1989). «  Centres semi-urbains et périurbanisation au Congo : Ouesso et Owando », Périurbanisation dans les pays tropicaux, Bordeaux, CEGET (1) : 159-174.

Moatila, O.L. (2010). Étude monographique du centre urbain secondaire de Ngo, mémoire du CAPES, Brazzaville, École Normale Supérieure, Université Marien Ngouabi, 61 p.

Ndiaye, I. (2015). «  L’intégration des taxis-motos-motos Jakarta dans le transport de personnes : une solution aux problèmes de mobilité et d’emploi urbain dans les villes secondaires du Sénégal ? », Annales de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (44-45) : 75-93.

Ngouma, D. (2012). L’axe Brazzaville-Gamboma : le rôle de la route dans l’organisation de l’espace et le développement rural, thèse de doctorat unique, Brazzaville, Université Marien Ngouabi, FLSH, 361 p.

Ngouma, D. et J-L. Mouthou (2014). «  La place de la moto dans les déplacements intra-urbains à Gamboma (République du Congo) », Cahier de l’IGRAC (10) : 79-95.

Obounou, G. (2005). L’évolution des Tswas de Ngo de 1960 à nos jours dans le district de Ngo, mémoire de CAPES, Brazzaville, École Normale Supérieure, Université Marien Ngouabi, 63 p.

Wackermann, G. (2000). Géographie urbaine, Paris, Ellipes, 240 p.

Ziavoula, R.E. (1996). Ville secondaire et pouvoir locaux en Afrique subsaharienne. Le Congo, UPPSALA, Nordic, Africa Institute. Document de recherche 1, 145 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la ville de Ngo (République du Congo)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 2 : La répartition ethnique de la population de Ngo en 2013
Crédits Source : enquête de terrain, 2013
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 3 : L’évolution de la population de Ngo de 1996 à 2012
Crédits Source : INSEE, 2013
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-3.png
Fichier image/png, 8,8k
Titre Figure n° 4 : La zone d’influence de Ngo
Crédits Source : CRGEC, 2002
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-4.png
Fichier image/png, 138k
Titre Photographie 1 : Une vue du marché principal de Ngo
Crédits Source : Cliché de H. P. Ndey, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photographie 2 : Tas d’ignames sur le marché de Ngo
Crédits Source : Cliché de H. P. Ndey, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photographie 3 : Transport de divers produits vivriers vers Brazzaville
Crédits Source : Cliché de D. Ngouma, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photographie 4 : Des cossettes de manioc chargées dans un camion en partence à Brazzaville
Crédits Source : Cliché de D. Ngouma, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-8.png
Fichier image/png, 304k
Titre Photographie 5 : Les taxis et motos-taxis utilisés à Ngo
Crédits Source : Clichés de D. Ngouma, 2013 et 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12896/img-9.png
Fichier image/png, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damase Ngouma, Pépin Hippolyte Ndey Ngandzo et Robert Ngomeka, « Ngo, une petite ville du Nord-Congo : cadre de vie et rôle régional », Études caribéennes [En ligne], 39-40 | Avril-Août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12896 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.12896

Haut de page

Auteurs

Damase Ngouma

Responsable de Parcours-type géographie, enseignant, Université Marien NGOUABI, Congo, dngoum@yahoo.fr,

Pépin Hippolyte Ndey Ngandzo

Enseignant, Université Marien NGOUABI, Congo, phndeyngz@gmail.com

Robert Ngomeka

Enseignant, Université Marien NGOUABI, Congongomekarobert@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals