Navigation – Plan du site

Texte intégral

Photographie 1. Saint-Barthélemy (Petites Antilles), de la difficulté de concilier les pressions anthropiques et la gestion de la biodiversité dans les petites îles

Photographie 1. Saint-Barthélemy (Petites Antilles), de la difficulté de concilier les pressions anthropiques et la gestion de la biodiversité dans les petites îles

Source : O. Dehoorne, 2018

  • 1 Le terme « diversité biologique » (biological diversity) est dû à R. F. Dasmann (1968), puis à T. L (...)
  • 2 Diversité, dans l’espace et dans le temps, des écosystèmes, des espèces vivantes (micro-organismes, (...)
  • 3 « On parle plutôt de diversité biologique pour évoquer l’éventail des modes de vie (des fonctions) (...)
  • 4 1er « Sommet de la terre », reproduit ensuite tous les 10 ans, à Johannesbourg en 2002, puis à nouv (...)
  • 5 Même si certains peuvent estimer que « ce terme est beaucoup trop large pour avoir une véritable co (...)
  • 6 Entré en vigueur le 29 novembre 1993.

1La notion1 de biodiversité2, contraction de « diversité biologique »3, a été utilisée puis largement vulgarisée à l’occasion de la conférence internationale de Rio de Janeiro, en juin 19924. Elle n’a jamais véritablement donné lieu à critique ou à polémique5, la plupart des auteurs et acteurs s’accordant autant sur sa définition que sur son contenu ou ses implications multiples : politiques, économiques, scientifiques ou sociologiques. À cette occasion, a notamment été signée, le 5 juin 1992, la Convention sur la diversité biologique (CDB), traité international juridiquement contraignant6 soulignant trois principaux objectifs : la conservation de la diversité biologique, l’utilisation durable de la diversité biologique, et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources.

  • 7 lemonde.fr, 24.08.2018.

2La préservation et la pérennisation de la biodiversité représentent aujourd’hui un enjeu déterminant, crucial et incontournable pour la planète, pour le vivant et donc, à terme, pour la survie de l’espèce humaine. Un groupe de scientifiques spécialistes de l’écologie affirmait il y a peu qu’il y a désormais urgence à lutter contre l’érosion de la biodiversité, car « chacun le comprend : nos sociétés ne peuvent rester passives devant l’ampleur de l’érosion actuelle de la biodiversité, son caractère multiforme et planétaire. Toute action individuelle en ce domaine, sans nul doute nécessaire, sera insuffisante. Une vision d’ensemble et une détermination politique sont seules à même d’aider à enrayer ce phénomène et à en atténuer les conséquences pour nos sociétés »7.

3La préservation de la biodiversité, parce qu’elle constitue un enjeu vital, et donc une priorité nationale aussi bien qu’internationale, est désormais l’affaire de tous.

  • 8 Loi n° 2016-1087, 8 août 2016, pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, (...)

4La protection de la biodiversité est donc plus que jamais à l’ordre du jour en France, avec successivement l’adoption, il y a deux ans, d’une nouvelle législation en ce sens8, le projet d’introduction dans la Constitution de références écologiques contraignantes, et, de manière plus générale, la dénonciation désormais fréquente et systématique des atteintes à l’environnement et, par voie de conséquence, des pertes accélérées et dramatiques de biodiversité, dans l’Outre-mer français plus encore qu’en métropole. Les problèmes rencontrés - qui appellent des solutions urgentes et drastiques - s’expriment respectivement, et de manière complémentaire, en termes d’identification, de gestion, d’usages et de gouvernance.

  • 9 Projet de loi constitutionnelle, Assemblée nationale n° 911, 9 mai 2018.
  • 10 M. Prieur et al., Droit de l’environnement, 12e éd., Dalloz, Paris, 2016.

5Depuis quelques mois, plusieurs propositions ont été avancées en ce sens, à la suite de rapports parlementaires notamment9, en vue d’insérer dans la Constitution française des dispositions de nature à la « verdir » quelque peu, en y introduisant des dispositions de nature à conférer une dimension et une portée normative constitutionnelles à la protection de l’environnement, lato sensu, afin notamment de consolider et de renforcer l’état du droit en la matière, au nom, de manière latente tout au moins, d’un principe de « non-régression » aujourd’hui plus ou moins ouvertement revendiqué sinon expressément consacré10.

6Il s’agit, tout d’abord, d’inscrire à l’article 1 de la Constitution son caractère de République non seulement « indivisible, laïque, démocratique et sociale », mais également écologique. Il est également envisagé d’inclure dans le panel des compétences de nature législative, telles qu’elles sont énumérées à l’article 34, la lutte contre le changement climatique.

7On peut toutefois regretter à juste titre que cette nouvelle compétence législative - si elle est entérinée - doive se limiter à la seule protection du climat, ignorant ouvertement par là celle de la biodiversité, dont la destruction est tout aussi dramatique et la sauvegarde tout aussi impérative.

8Il convient, en effet, de ne pas perdre de vue que tout ce qui peut aller dans le sens du renforcement de la protection et de la valorisation non seulement du climat, mais également et surtout de la biodiversité, est essentiel et déterminant, y compris le « verrouillage » éventuel des acquis, au nom du principe susvisé de non-régression, via une compétence législative forte à cet égard, qui protégerait des errements éventuels d’un pouvoir réglementaire plus vulnérable aux tendances, intérêts et pressions du moment.

9Ces deux questions - changement climatique et biodiversité - sont effectivement prioritaires pour l’Outre-mer française, et sont au premier plan des préoccupations et des discussions. Mais la biodiversité ne doit en rien être occultée, ou minimisée, au profit du seul climat, quand on sait la nature et l’importance des ressources de biodiversité qu’il abrite, ainsi que leur dégradation et leur disparition alarmantes, quatre fois supérieures à ce que l’on constate en métropole !

10La protection, la conservation et la gestion durable et reproductible de la biodiversité soulèvent plusieurs questions qui, dans la pratique, posent autant ce problème, qui interpellent à différents titres les décideurs et les acteurs de l’environnement. Ils concernent conjointement, à travers les différents aspects de la gestion et de la gouvernance, la protection de la biodiversité in se ; celle, corrélative, des ressources naturelles ; leur conservation et leur valorisation, touristique notamment, au sein et dans le cadre privilégié d’aires protégées ; enfin, la conception et le développement de pratiques de tourismes alternatifs et d’écotourisme aptes à répondre à ce propos et à ces exigences.

11Les contributions réunies dans le présent dossier illustrent à divers titres, sous différentes approches, dans des lieux variés, et à travers des expériences souvent originales, les réponses susceptibles d’être apportées à ces questionnements et aux nécessités y afférentes. Leur apparente hétérogénéité répond en réalité à un souci commun, largement partagé aujourd’hui, au-delà des sensibilités, des politiques et des frontières : celui de la sauvegarde de notre planète, et plus particulièrement du vivant - patrimoine commun et crucial de l’humanité, s’il en est -, en faveur d’un développement durable au profit des générations tant présentes que futures.

12La protection de la biodiversité, outre les pratiques individuelles et collectives attendues d’une sensibilisation ad hoc des individus - qui se développent largement aujourd’hui, bien qu’à des rythmes et des degrés divers selon le pays et les populations -, passe d’abord par des dispositifs juridiques, normatifs et contentieux en l’occurrence, adéquats, effectifs et performants, dans la mise en œuvre de politiques publiques résolues en ce sens. La relation de la biodiversité, de l’écologie et du droit s’avère à cet égard déterminante (Breton). Elle n’est pas étrangère aux stratégies de gestion de territoires insulaires (Magnin), aussi bien que de pays plus vastes où les problèmes rencontrés peuvent revêtent une dimension d’autant plus inquiétante (Macias Gomez ; Tardif et Sarrasin).

13Elle peut prendre aussi bien la forme d’une gestion pertinente, raisonnée, responsable et efficiente des ressources de biodiversité d’un territoire, que celle de la détermination d’une politique adaptée et volontariste dans des régions ou des zones dédiées, plus restreintes. Elle peut également, de manière plus ponctuelle et ciblée, face à des aléas de nature à l’exposer à des menaces graves, sinon des destructions irréversibles, justifier la conception et l’activation de plans de prévention appropriés contre les risques naturels en particulier (Stahl).

14La gestion des ressources naturelles, de faune et de flore notamment, ne saurait y échapper, comme, de manière plus générale, celle de l’ensemble des ressources biotiques et abiotiques. Il en va ainsi en particulier de celles qui présentent un caractère non renouvelable et s’épuisent en effet -, en raison d’une mondialisation désastreuse - à un rythme incontrôlé porteur à terme de catastrophes d’autant plus inévitables que l’on tardera à y apporter des solutions à la fois drastiques et radicales. La promotion et l’exploitation rationnelles et maîtrisées de certaines ressources (Faouzi) peut alors être une voie intéressante à plus d’un égard et revêtir, en cas de succès, valeur d’exemple.

Photographie 2. Iguane commune ou iguane verte (Guadeloupe)

Photographie 2. Iguane commune ou iguane verte (Guadeloupe)

Source : J-M. Breton, 2017

15Il est incontestable que la création et la gestion rationnelle (sauf à préciser de quelle « rationalité » il s’agit, dans chaque cas d’espèce et eu égard à chaque type d’environnement ou catégorie de ressource) d’aires protégées s’inscrit dans un tel objet, et peut offrir une réponse pertinente, pour autant que l’objectif premier et intrinsèque de protection ne soit pas, au fil du temps ou des réformes, occulté et remis en cause par des exigences développementales et ludiques, spécialement au plan local, qui relèvent d’une tout autre approche, et ne génèrent pas des politiques, même implicites et non ouvertement déclarées, qui y feraient obstacle.

16Le propos peut alors concerner la conservation et la valorisation de la grande faune (Koumantiga et al.), comme celle de l’ensemble des ressources de biodiversité (Magnin), ou, dans une perspective plus ciblée, la conservation de ressources propres à alimenter une demande d’écotourisme (Rivas Ortega).

17Demeurent toutefois des problématiques sous-jacentes particulières, sinon sectorielles, qu’il importe de prendre conjointement en cause sauf à s’engager dans des démarches irréalistes, quasi inévitablement vouées à l’échec. Il en va ainsi des volets et paramètres non seulement politiques et économiques, mais également culturels et sociaux appréhendés à travers le prisme de l’appropriation - sinon de la réappropriation - des territoires concernés par les populations et les acteurs locaux, les plus démunis en particulier, y compris au sein des aires protégées (Rojas Correa et al.).

18Ici, dans un triple processus, quasi consubstantiel, de protection, de conservation et de valorisation, le support normatif s’avère déterminant, dans ses formulations constitutionnelle, législative et réglementaire, au plan international aussi bien que régional, national et local (Breton).

19Sont en cause de nouvelles attitudes, de nouveaux comportements, tant individuels que collectifs, tant publics que privés, au niveau des décideurs comme à celui des acteurs, via un processus successif, mais incontournable, d’information-sensibilisation-implication-responsabilisation. Sa mise en œuvre peut revêtir des formes multiples et diverses, au cas par cas, en fonction des circonstances particulières de lieu et de temps. Une « pédagogie » appropriée est alors indispensable pour y satisfaire.

  • 11 Sur les différentes formes de tourismes alternatifs, ainsi que l’écotourisme, et leurs implications (...)

20C’est en particulier le cas du développement d’un tourisme durable, plus précisément d’un développement touristique durable, comme il en va des offres et des pratiques de tourismes alternatifs11, et en particulier d’écotourisme, qui allient activités de loisirs et de découverte, promotion d’un tourisme responsable, et respect de l’environnement et de la biodiversité. Les milieux insulaires, aussi fragiles que convoités, s’agissant des rivages maritimes comme des espaces forestiers, en sont à la fois largement demandeurs et bénéficiaires au même titre que les territoires abritant une faune exceptionnelle, mais menacée (Koumantiga et al.) ?

21L’écotourisme peut apparaître à cet égard comme un facteur et une condition de développement et de valorisation d’aires protégées, dont il est apte à favoriser, via là encore des politiques dépourvues d’ambiguïté (et, surtout, non susceptibles d’être remises en cause au gré d’intérêts financiers spéculatifs dominants), la médiatisation, l’utilisation et, partant, la croissance au profit de la préservation de leurs ressources de toute nature (Macias Gomez). Il peut même constituer l’instrument privilégié de la conception et de la réalisation de politiques innovantes, s’inscrivant dans un cadre économique dépassant un conservatisme étroit au risque d’artificialité (il ne saurait être question de « muséifier » la nature !), au profit d’une approche « néolibérale » de la conservation, impliquant à terme le renouvellement des pratiques de gestion et de gouvernance (Tardif et Sarrasin).

Photographie 3. Bras du Delta du Danube (Roumanie)

Photographie 3. Bras du Delta du Danube (Roumanie)

Source : J-M. Breton, 2016

Photographie 4. Marais dans le Delta du Danube (Roumanie)

Photographie 4. Marais dans le Delta du Danube (Roumanie)

Source : J-M. Breton, 2016

22En fin de compte, la protection de la biodiversité, et à travers elle celle du vivant, et donc la pérennisation de la vie humaine sur terre, devrait être une chose aussi simple et claire qu’évidente. De loin s’en faut, malheureusement, la cupidité des uns s’alliant à l’irresponsabilité des autres pour la reléguer au rang des vœux pieux, des promesses démagogiques, et des politiques oubliées…

  • 12 Volcanisme, tellurisme, cyclones, inondations, tsunamis, etc.
  • 13 Cf. le dossier récurrent du scandale du chlordécone, en Guadeloupe.
  • 14 La perte de l’eau dans le réseau de distribution serait en Guadeloupe de l’ordre de 50 %, due pour (...)
  • 15 Biti a l’éta ! (c’est l’affaire de l’État).

23Et pourtant ! En témoignent négativement, dans les Antilles françaises, et plus généralement dans la Caraïbe, les pertes accélérées de biodiversité ; les dégâts causés par les catastrophes de toute nature, en raison d’une prévention certes en amélioration, mais encore insuffisante et souvent inadaptée des risques naturels12 ; les conséquences désastreuses et dramatiques de la continuité de l’usage de pesticides nocifs et dangereux pour la santé humaine, pourtant interdits de longue date en métropole13 ; la pérennisation de monstrueuses décharges à ciel ouvert, pourtant illégales depuis près de vingt ans ; l’absence ou le caractère rudimentaire du tri sélectif des déchets de toute nature ; le gaspillage des ressources naturelles, en eau en particulier14 (dont on sait aujourd’hui qu’elle n’est pas - qu’elle n’a jamais été - une ressource renouvelable et inépuisable, et à laquelle n’ont plus ou difficilement accès aujourd’hui des centaines de millions d’individus) ; la désinvolture de comportements enclins à se défausser sur l’État15 et les collectivités publiques du souci de l’environnement et du soin de la biodiversité.

  • 16 Les gènes jouent le rôle de « banque de données » destinées à reconstituer les composantes des être (...)

24Alors, que ce soit au Maroc ou en Guadeloupe, au Togo ou au Québec, au Chili ou en Polynésie, en Colombie ou au Mexique, indifféremment du lieu et du moment, les préoccupations sont similaires, les exigences comparables, les attentes de même nature, les démarches inspirées par un même besoin sinon un même idéal. Car la conservation d’un seuil minimum de biodiversité, comme l’ont montré sans équivoque toutes les études scientifiques16, est indispensable au maintien du vivant, à la survie de l’homme, à la sauvegarde de la planète.

25Il n’y a là ni volontarisme idéologique - encore moins dogmatique - de convenance ni tentative d’autolégitimation ; mais une simple réalité qui pose à notre génération un défi crucial, dont on peut espérer que les hommes ne seront pas assez fous pour l’ignorer et pour jouer impunément avec le destin de leurs enfants et petits-enfants. Mais du souhaitable au possible, il n’y a parfois qu’un pas, serait-il le plus difficile à franchir, comme l’illustrent, chacune à la mesure de son objet, de son contexte, de son échelle, et de ses résultats, les expériences présentées ci-après.

Haut de page

Notes

1 Le terme « diversité biologique » (biological diversity) est dû à R. F. Dasmann (1968), puis à T. Love-joy qui l’utilise dans des publications en 1980 ; l’expression est ensuite contractée en « biodiversité » (biodiversity) par W. G. Rosen, en 1986, à l’occasion d’un congrès à Washington (The National Forum on BioDiversity). Le compte-rendu du colloque (E. O. Wilson) a été publié en 1988 sous le titre BioDiversity (fr.wikipedia.org). 

2 Diversité, dans l’espace et dans le temps, des écosystèmes, des espèces vivantes (micro-organismes, végétaux, animaux) et de leurs caractères génétiques présents dans un milieu, et des interactions au sein de ces niveaux d’organisation et entre eux. La diversité du vivant réside dans tous les processus, les modes de vie ou les fonctions qui conduisent à maintenir un organisme à l’état de vie.

3 « On parle plutôt de diversité biologique pour évoquer l’éventail des modes de vie (des fonctions) d’un ou de plusieurs organismes, de diversité spécifique ou diversité floristique lorsqu’on veut débattre de la diversification des espèces végétales, de diversité génétique quand on aborde la variabilité intraspécifique, la diversité fonctionnelle pour définir les fonctions clés assurées par un groupe d’espèces, etc. » (futura-sciences.com, consulté le 25.08.2018).

4 1er « Sommet de la terre », reproduit ensuite tous les 10 ans, à Johannesbourg en 2002, puis à nouveau à Rio en 2012.

5 Même si certains peuvent estimer que « ce terme est beaucoup trop large pour avoir une véritable connotation scientifique. En réalité, c’est un terme autrefois à la mode qui commence progressivement à disparaître du langage des sciences du vivant » (futura-sciences.com, supra).

6 Entré en vigueur le 29 novembre 1993.

7 lemonde.fr, 24.08.2018.

8 Loi n° 2016-1087, 8 août 2016, pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, JO n° 0184, 9 août.

9 Projet de loi constitutionnelle, Assemblée nationale n° 911, 9 mai 2018.

10 M. Prieur et al., Droit de l’environnement, 12e éd., Dalloz, Paris, 2016.

11 Sur les différentes formes de tourismes alternatifs, ainsi que l’écotourisme, et leurs implications, voir J.-M. Breton, Droit et politique du tourisme, Coll. Campus, JurisEditions-Dalloz, Paris, 2016 ; également, « Vous avez dit tourisme(s) alternatif(s) ? », Juristourisme, n° 209, juin 2018, pp. 43-46

12 Volcanisme, tellurisme, cyclones, inondations, tsunamis, etc.

13 Cf. le dossier récurrent du scandale du chlordécone, en Guadeloupe.

14 La perte de l’eau dans le réseau de distribution serait en Guadeloupe de l’ordre de 50 %, due pour partie à la vétusté des canalisations et pour partie aux branchements « sauvages », générant des pénuries qui se traduisent par des coupures répétées au détriment des usagers.

15 Biti a l’éta ! (c’est l’affaire de l’État).

16 Les gènes jouent le rôle de « banque de données » destinées à reconstituer les composantes des êtres vivants en cas de destruction. En deçà d’un stock minimum de « pièces de rechange », cette reconstruction n’est plus possible…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Saint-Barthélemy (Petites Antilles), de la difficulté de concilier les pressions anthropiques et la gestion de la biodiversité dans les petites îles
Crédits Source : O. Dehoorne, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Photographie 2. Iguane commune ou iguane verte (Guadeloupe)
Crédits Source : J-M. Breton, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Photographie 3. Bras du Delta du Danube (Roumanie)
Crédits Source : J-M. Breton, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Photographie 4. Marais dans le Delta du Danube (Roumanie)
Crédits Source : J-M. Breton, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/12983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Breton, « Biodiversité », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/12983

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals