Navigation – Plan du site
Dossier

Gestion de la biodiversité et du territoire dans un état en post-conflit : le cas de la Colombie

Management of Biodiversity and Territory in a Post-Conflict State: the Case of Colombia
Gestión de la biodiversidad y del territorio en un estado post-conflicto: el caso de Colombia
Luis Fernando Macias Gomez

Résumés

La biodiversité en Colombie a joué un rôle important depuis l’Indépendance jusqu’à nos jours où l’on cherche à mettre en œuvre les Accords de Paix, ce qui donne lieu à un post-conflit problématique et de nombreux défis. La Colombie est connue comme un pays très divers, mais cette richesse a été ignorée par rapport à l’importance qu’elle représente, en partie par le manque de vision des dirigeants, mais aussi à cause de la situation de conflit qui empêchait qu’elle soit vue dans sa véritable dimension.
Tout au long de l’histoire, le processus d’occupation du territoire n’a jamais été paisible, et il semblerait qu’il ne le sera pas plus aujourd’hui dans la nouvelle intelligibilité de sa richesse de biodiversité. La Colombie dispose d’un cadre institutionnel et juridique qui vient du siècle précédent, et qui devra maintenant être révisé pour faire face à ces défis. Le futur sera complexe, mais nous aspirons à l’affronter.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Colombie est considérée comme un des pays les plus riches en biodiversité. Toutefois, son importance n’est pas nouvelle parce qu’avant l’Indépendance fut réalisée « l’Expédition botanique du Nouveau Royaume de Grenade » afin de connaître la nature du territoire de la vice-royauté. Événement qui s’est produit entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe. Comme héritage de ces découvertes, beaucoup des collaborateurs créoles furent ultérieurement des partisans fervents de l’Indépendance.

2Le pays n’a toutefois pas vu l’importance de la biodiversité au-delà de son exploitation comme facteur de développement. Le conflit armé apparu vers le milieu du siècle passé et auquel on tente maintenant de mettre un terme a contribué ensuite à produire un plus grand impact sur cette richesse naturelle.

3Or, la Colombie est un pays de paradoxes. En effet, il existe un conflit politique depuis plus d’un demi-siècle animé par divers groupes d’extrême gauche qui ont revendiqué la lutte armée ; des groupes paramilitaires d’extrême droite liés à de grands propriétaires fonciers, à des chefs d’entreprise et à des élites politiques (comme cela résulte des procédures judiciaires existantes et des divers débats politiques réalisés) qui ont déchaîné une vague de violence contre divers secteurs de la population non armée, et ont été le théâtre de divers attentats terroristes commis par ces groupes outre ceux imputables au narcotrafic. Malgré ce qui précède, le pays dispose d’un cadre constitutionnel et juridique qui figure parmi les plus solides du continent. À ceci s’ajoute la stabilité politique relative que le pays a toujours maintenue au long de son histoire.

4Aujourd’hui, la Colombie se trouve confrontée à un processus de post-conflit, après avoir souscrit un Accord de Paix avec un des groupes d’extrême gauche, insurgés en armes depuis plus de 50 ans. Dans ces accords, a été établie la nécessité d’utiliser et de conserver la biodiversité. Le grand défi qui lui est imposé est alors de savoir comment y parvenir.

5Le pays possède un cadre juridique et politique assez large pour réussir la conservation, mais qui requiert toutefois des ajustements pour pouvoir répondre aux nouveaux défis qui découlent de la sortie d’une réalité qui après plus d’un demi-siècle doit être modifiée.

6Dans cet article, nous entendons uniquement exprimer quelques idées sur les nouvelles circonstances auxquelles fait face le pays, et dans lesquelles la biodiversité cherche un nouvel espace pour aboutir à une gestion qui non seulement conduise à une utilisation soutenable, mais contribue au développement.

7La première partie présente un panorama général du pays (I). Dans la deuxième, nous développerons le cadre juridique et institutionnel en vigueur (II). Finalement, nous conclurons par une réflexion sur l’importance du territoire et les processus d’occupation qui peuvent affecter l’aptitude à soutenir des opérations prolongées en termes de biodiversité (III).

1. Panorama général de la Colombie

8La Colombie est un pays situé dans la partie nord de l’Amérique du Sud, délimité à la fois par l’océan Pacifique et la mer des Caraïbes. Elle possède trois cordillères, une montagne enneigée contiguë à la mer des Caraïbes située dans la ville la plus ancienne du pays. Elle compte approximativement 45 millions d’habitants, et une superficie tant continentale que maritime qui s’étend sur près de 2 millions de km2.

9Sa diversité géographique égale sa grande biodiversité a conduit à la considérer comme ultra diversifiée, étant donnée sa richesse naturelle que l’on rencontre sur l’ensemble de son espace géographique. Selon l’IDEAM (Institut d’Hydrologie, de Météorologie et d’Études environnementales)1, « le territoire colombien est composé de 98 types d’écosystèmes généraux (74 écosystèmes naturels et 24 écosystèmes transformés) et plus de 8000 écosystèmes spécifiques, répartis comme suit :

  • Écosystèmes terrestres : 92 691 148 ha,

  • Écosystèmes insulaires : 8 475 ha,

  • Écosystèmes marins identifiés : 472 773 (0,51 % de l’ensemble du secteur marin),

  • Écosystèmes côtiers : 767 499 ha,

  • Écosystèmes aquatiques : 20 528 919 ha ».

10Sa diversité d’espèces peut être appréciée sur la figure 1, et sur la figure 2 présente la disposition des divers parcs naturels distribués sur son territoire.

11Sa population est également diverse. Selon des sources officielles du Département administratif national de Statistique (DANE), la population du pays est constituée à 10,6 % d’afro-colombiens, 3,4 % d’indigènes, 49 % de métis et de 37 % de blancs.

12On peut dire que la Colombie est un pays d’une grande diversité géographique, climatique, naturelle et humaine, ce qui rend plus complexe la gestion de la biodiversité et du territoire. Toutefois, le pays dispose d’un cadre institutionnel et juridique qui, devant les nouvelles approches de la biodiversité et le contexte de post conflit auquel il se trouvera confronté durant les prochaines années, lui impose une série de défis auxquels il devra faire face.

13Or, au sein de cette même paradoxale Colombie, comme nous le verrons plus loin, s’est élaborée et développée une conception de la biodiversité qui ne la restreint pas aux seuls éléments naturels, mais au contraire incorpore la société, les groupes indigènes, afro-colombiens et la relation de ceux-ci avec les éléments qui constituent traditionnellement la biodiversité.

Figure 1. La diversité de la faune en Colombie

Figure 1. La diversité de la faune en Colombie

Source : Memorias Foro de Biodiversidad. Santa Marta. 16 de Junio de 2010.

Figure 2. La localisation des parcs naturels colombiens

Figure 2. La localisation des parcs naturels colombiens

Source : http://www.tremartoscolombia.org ; consulté le 11 mai 2017

2. Cadre institutionnel et juridique

14Au-delà du socle sociopolitique du pays, celui-ci a développé un cadre juridique et institutionnel solide, le secteur environnemental étant un de ceux qui pourraient offrir un exemple à beaucoup de pays, y compris les pays qualifiés de développés.

15C’est-à-dire que l’image d’un pays en conflit permanent n’est pas en accord avec la réalité institutionnelle et juridique.

16Les politiques publiques et l’ordre légal en rapport avec la biodiversité ont été développés, comme dans beaucoup d’autres secteurs, de manière coordonnée et en accord avec les programmes de chaque gouvernement. La qualité environnementale et la protection de la biodiversité ont été y compris incorporés à la Constitution nationale depuis 1991.

2.1. Cadre juridique

17La Constitution colombienne de 1991 introduit non seulement le droit à l’environnement comme un droit collectif, mais, en outre, dans divers articles, règle des points en rapport avec celui-ci. Dans ceux-ci, et pour les résultats de cette recherche, il importe de souligner principalement les articles 7 et 8. Le premier établit que l’État reconnaît et protège la diversité ethnique et culturelle de la nation colombienne. À son tour, l’article 8 indique comme obligation de l’État de protéger les richesses culturelles et naturelles de la nation. Le sujet s’avère important quand on examine l’article 330 de la Constitution parce qu’il établit qu’il est évident que « l’exploitation des ressources naturelles dans les territoires indigènes sera faite sans détérioration de l’intégrité culturelle, sociale et économique des Communautés indigènes. Dans les décisions qui sont adoptées en ce qui concerne cette exploitation, le gouvernement rendra propice la participation des représentants des Communautés respectives ».

  • 2 Cour const. ; Acción de Tutela, Expediente: T-1398036; Magistrado Ponente: Clara Inés Vargas Hernan (...)

18L’importance de cet article est qu’il permet de faire le lien entre les ressources et les richesses naturelles, la diversité culturelle et son interrelation avec les groupes indigènes. Dans ce même ordre d’idées, la Cour constitutionnelle a développé une vaste jurisprudence qui fait référence à la nécessité de protection de la biodiversité. Il vaut la peine citer le jugement de Tutelle T – 760 de 20072, qui dispose :

« Pour obtenir une protection et une conservation adéquate des ressources biologiques de chaque État, il faut partir de la reconnaissance de la souveraineté sur les biens de sa propriété, ce qui suppose l’obligation de garantir sa subsistance et permanence dans le cadre du respect mutuel et de la conservation d’une atmosphère saine et propice pour que la vie elle-même et les nécessités sociales, économiques, culturelles, etc., des générations présentes et futures, puissent être satisfaites dans des conditions naturelles appropriées, chaque fois qu’elles résultent être patrimoine l’humanité et les objectifs clairs implantés constitutionnellement par la nouvelle charte politique » (...)

« Sur le particulier, la Cour souligne que la protection des richesses culturelles et naturelles constitue une obligation dont le responsable n’est pas seulement l’État, mais, également, toutes les personnes (C.P., art. 8), dont dérivent, nécessairement, des restrictions éventuelles à leurs droits et leurs libertés, pour l’accomplissement de ce mandat. Dans ce sens, sous le cadre constitutionnel colombien le droit à la liberté économique peut être limité, quand ainsi l’exigera l’intérêt social, l’atmosphère et le patrimoine culturel de la nation (C.P., art. 333), tout comme la propriété privée, dans la mesure où elle constitue forme une fonction sociale qui implique des obligations et comme tel lui est inhérente une fonction écologique (C.P., art. 58) ».

19Il est établi un lien entre les richesses naturelles, la biodiversité et y compris la possibilité de restreindre la propriété et la liberté d’entreprise en vertu de la nécessité de sa protection.

  • 3 Cour const., Dossier : L.A.T. - 036, Magistrat Ponente : Vladimiro Naranjo Mesa, 21 nov. 1994.

20Au titre de la politique environnementale du pays en développement issue de la Constitution de 1991, la Loi 165 de 1994 a ratifié la Convention sur la diversité biologique. En vertu du contrôle préalable par la Cour constitutionnelle des lois approbatrices de traités internationaux, celle-ci a précisé en ce sens dans sa décision C 519 de 19943 ce qui suit :

« Quelle que soit l’interprétation qui est donnée au terme “biodiversité”, on peut dire qu’elle inclut nécessairement celle de la variété et multiplicité d’organismes vivants, ou de gènes, d’espèces ou d’écosystèmes dans un cadre territorial déterminé. Cependant, on doit aussi reconnaître que ce concept comprend – pour certains – ou au moins est mis en intimement rapport - pour d’autres - avec la notion de diversité culturelle humaine ; cela dans la mesure où l’homme avec ses coutumes, ses traditions et ses mécanismes de développement influence de manière substantielle l’habitat, définissant dans certains cas l’intégrité, l’équilibre et la stabilité de l’environnement écologique. Sur le particulier, il suffit de mentionner la polémique qui se présente actuellement en ce qui concerne la manière dont les cultures indigènes, paysannes et agricoles ont joué un rôle fondamental dans la découverte et l’utilisation de ressources génétiques inconnues pour les organisations scientifiques » (…)

« Finalement, la Cour ne doit pas ignorer le fait que le Constituant, dans son souci de consacrer des dispositions orientées vers l’obtention de la préservation et la conservation de l’atmosphère et de l’environnement écologique, s’est occupé avec un intérêt particulier du sujet de la biodiversité. Ainsi, elle a stipulé - en premier lieu - l’obligation des autorités publiques et des particuliers de protéger la richesse culturelle et naturelle de la nation (Art. 8o. C.P.). Il convient à ce point d’insister sur le fait que la richesse naturelle et culturelle appartient à la nation ; autrement dit, bien que la protection de l’atmosphère soit une affaire qui dépasse les limites territoriales et concerne l’humanité en général, les ressources qui se trouvent dans chaque État lui appartiennent à, par conséquent, seulement cet État a la faculté de les utiliser et profiter d’elles économiquement en accord avec ses intérêts propres. De la même manière, pour les effets de l’affaire qui est examinée, la Cour doit souligner l’importance que revêtent les ressources et l’information génétique qui a été exploitée par les Communautés indigènes, noires et paysannes - principalement - dont la connaissance traditionnelle doit être reconnue et être respectée au moment de commencer à négocier une richesse qui appartient à l’État colombien, mais qui requiert la participation active de ces communautés, comme l’exige, pour le cas des indigènes, le Paragraphe de l’article 330 constitutionnel ».

21La Cour a pris une position claire face à l’importance de la protection de la biodiversité et à son interrelation avec le développement, la propriété et la liberté d’entreprise. La Constitution colombienne n’introduit pas de contradiction entre l’un et l’autre de ces principes, mais au contraire les rend compatibles à travers le développement durable.

22Ceci signifie que le développement normatif du pays dans ce domaine trouve un plein soutien dans la Constitution. Mais il y a un point important à souligner également, c’est la relation que pose la Cour entre la biodiversité et le territoire, dûment encadrée en accord avec certains aspects culturels et ethniques qui enrichissent le concept. Certainement, en incluant ces aspects, se renforce l’idée de ce qu’est la biodiversité pour y inclure non seulement les espèces végétales et animales, mais aussi ce qui est culturel, ethnique, territorial et social. Aspects qui sont fondamentaux au moment d’aborder le sujet traité ici.

23Cependant, le concept de diversité biologique ou de biodiversité n’a pas été ignoré du dispositif normatif colombien. En effet, dans le Décret-loi 2811 de 1974, qui a été établi le Code de Ressources naturelles renouvelables, il est affirmé que l’un des buts principaux du système de parcs nationaux est de « maintenir la diversité biologique » (art. 328).

24Mais bien avant cette disposition, durant l’année 1959 avait été adoptée la Loi 2 en tant que loi de promotion forestière, qui consacre la protection de la faune et de la flore par la création des parcs nationaux. Au sein de ceux-ci peuvent être établies des réserves intégrales biologiques. Mais il existe un antécédent plus ancien, qui est la création de la Réserve nationale de la Macarena (situé au sud-est du pays) comme réserve biologique naturelle.

25La Colombie a également signé diverses conventions pour la protection de la biodiversité comme la Convention CITES ou des traités relatifs à l’Amazonie, c’est-à-dire que la législation est prolifique en matière de biodiversité.

26En 1993, l’adoption de la loi 99, qui réorganise tout le régime institutionnel environnemental du pays, qualifié de « Système national environnemental » (SINA), a créé le Ministère de l’Environnement et les Corporations Autonomes Régionales comme autorités environnementales, régulatrices et qui formulent des politiques. Ont en outre été créés plusieurs instituts dont la mission est orientée principalement sur le thème de la biodiversité. C’est ainsi qu’ont été mis en place les instituts suivants :

  • l’Institut de Recherches de Ressources biologiques « Alexander Von Humboldt », chargé d’effectuer une recherche de base et appliquée sur les ressources génétiques de la flore et la faune nationale, et de relever et de constituer l’inventaire scientifique de la biodiversité dans tout le territoire national.

  • L’Institut amazonien de Recherches scientifiques « SINCHI », qui aura pour but la réalisation et la divulgation d’études et recherches scientifiques de haut niveau en rapport avec la réalité biologique, sociale et écologique de la région amazonienne. On souligne l’interrelation avec le secteur social et la diversité biologique.

  • l’Institut du Pacifique qui regroupera les secteurs intéressés à la recherche de l’environnement du littoral pacifique et du Chocó biogéographique.

27C’est-à-dire que le pays possède en matière environnementale un modèle institutionnel concentré et spécialisé, mais articulé avec les organismes territoriaux (départements et communes). On cherche ainsi obtenir une plus grande coordination dans le développement de la fonction de protection et de gestion de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables.

28La même loi établit que le Ministère de l’Environnement et du Développement durable, en accord avec les Instituts de caractère scientifique, favorisera le développement et la diffusion des connaissances, valeurs et technologies sur la gestion environnementale et des ressources naturelles, des cultures indigènes et autres ressources ethniques. D’autre part, il existe un manuel pour la compensation de perte de biodiversité dans le cas de projets soumis à évaluation d’effet sur l’environnement.

29En ce qui concerne les ressources génétiques, la Colombie dispose d’une législation issue de l’Accord de Carthagène. La Décision 391 de 1996 régule le contrat d’accès à des ressources génétiques. Elle établit l’égal droit des Communautés, y compris indigènes, aux bénéfices qui leur correspondent si cet accès se trouve dans leurs territoires ; elle fait également référence à la distribution juste et équitable des bénéfices.

30En ce sens, la structure constitutionnelle et légale du pays procède d’un ample concept de la biodiversité, y compris de son aspect culturel, de sa dimension ethnique et des connaissances des Communautés traditionnelles, encadré dans une composante territoriale qui définit et délimite le domaine d’action sur sa gestion.

Photographie 1. Paysage de Vichada (Région Amazonie, Colombie)

Photographie 1. Paysage de Vichada (Région Amazonie, Colombie)

Source : L.F Macias Gomez

2.2. Cadre de la politique de biodiversité

  • 4 Ministerio del Medio Ambiente (1999), “Política nacional de biodiversidad” En Ministerio del Medio (...)

31Depuis l’adoption de la Constitution de 1991 ont été élaborées deux politiques en matière de biodiversité. La première, date de 1995, se fondant sur le principe qu’elle constitue un « patrimoine de la nation et possède une valeur stratégique pour le développement présent et futur de la Colombie »4. Le document souligne l’importance de la biodiversité pour le développement du pays, en indiquant que son utilisation peut concerner l’alimentation, la médecine, la construction, le tourisme, la productivité, les débits d’eau, entre autres.

  • 5 Ibídem. Pág. 147

32Mais la richesse de la biodiversité du pays se trouve affectée par le manque d’incorporation de celle-ci dans les plans de développement, générant au contraire des politiques qui agissent au détriment de celle-ci. Les processus d’occupation du territoire et de colonisation tout au long de l’histoire du pays ont eu un impact considérable sur ces richesses naturelles. Ils montrent que « la colonisation a étendu la frontière agricole par l’occupation de vastes régions du pays qui se caractérisent par un bas développement économique, une présence faible de l’État, une vulnérabilité écologique et des situations de conflit armé et social. Ainsi le conflit d’utilisation des terres dans le pays est critique, puisque 45 % du territoire national est utilisé à des fins différentes de sa vocation »5.

33On ne peut ignorer que le conflit armé et social pour la lutte dans les processus d’occupation du territoire est d’un grand risque pour la conservation et la gestion de la biodiversité. Afin d’essayer d’atténuer cette situation, on pose comme politique l’utilisation durable de la biodiversité dans toutes ses composantes, en cherchant à ce qu’elle contribue au développement local, régional et national.

34Ce qui précède signifie que le pays était conscient de l’importance de la biodiversité pour tenter de résoudre une partie de ses problèmes. Toutefois, on doit reconnaître que ce furent de bonnes intentions, mais le conflit s’est au contraire accentué durant les années suivantes, engendrant par la même un plus grand impact sur la biodiversité. D’autre part, il faut prendre en considération que sa gestion n’est pas limitée aux mandats de chaque gouvernement, mais doit être une politique d’État qui perdure dans le temps.

35Durant l’année 2012 a été entamé un processus de dialogue avec un des groupes armés de gauche, principal protagoniste du conflit durant les 50 dernières années. En 2014 a été formulée une nouvelle politique de biodiversité nommée « politique pour la gestion intégrale de la biodiversité et ses services écosystémiques » (PNGIBSE).

  • 6 Ministerio de Ambiente y Desarrollo Sostenible, (s.f) “política para la gestión integral de la biod (...)

36Il faut met en exergue dans cette nouvelle politique une plus grande référence à sa composante sociale, ainsi que sa vision économique. Elle est également définie à partir d’un territoire dont interdépendance avec les systèmes humains est manifeste. C’est dire combien y est valorisé le concept de biodiversité. En effet, la gestion intégrale de la biodiversité et ses services écosystémiques y est définie comme : « le processus par lequel sont planifiées, exécutées et contrôlées les actions pour la conservation de la biodiversité et ses services écosystémiques, dans une dimension sociale et territoriale définie et dans différents états de conservation, afin de maximiser le bien-être humain, à travers le maintien de la résilience des systèmes partenaire écologiques à l’échelle nationale, régionale, locale et transfrontalière »6.

  • 7 Ibídem. Pág. 8.

37Cette politique reconnaît également le caractère stratégique de la biodiversité, en introduisant toutefois des modifications au regard de la précédente. Elle cherche avec la gestion un maniement intégral entre le volet écologique, le secteur social et la conservation de celle-là. La gestion la comprend comme « le résultat d’une interaction entre des systèmes de préservation, restauration, utilisation soutenable et construction connaissance et information »7.

  • 8 Ibid. 22

38Bien que soit reconnu le conflit comme facteur de risque il est fait particulièrement référence au conflit socio-environnemental compris comme « les tensions, désaccords, confrontations et/ou chocs par opposition entre deux forces d’acteurs (personnes, organisations, institutions) parce qu’ils poursuivent des objectifs contraires en ce qui concerne l’accès, l’utilisation, la gestion et la protection de la biodiversité et ses services écosystémiques, ou parce que les actions d’un groupe d’acteurs n’est pas ce que l’autre groupe attend ou a besoin »8.

39Ce qui est intéressant dans cette nouvelle politique est que la biodiversité la situe de manière explicite sur un territoire qui, nécessairement, touche la reconnaissance, peut-être implicite, de l’existence du conflit armé et social du pays qui a engendré tant d’effets a tous les niveaux de la vie nationale, y compris la biodiversité. Et il sera reconnu comme tel dans le Plan national de Développement 2014 - 2018.

40Au fur et à mesure qu’a avancé le processus de négociation avec le groupe armé des FARC (Forces Armées révolutionnaires de Colombie) la nécessité d’incorporer la variable du post-conflit dans la gestion de la biodiversité est devenue plus explicite, en tenant compte de l’approche territoriale qu’a aussi intégrée le processus. Finalement, il s’agirait d’une nouvelle façon de gérer le territoire.

Photographie 2. Désert en bord de mer (Département de la Guajira, nord de la Colombie)

Photographie 2. Désert en bord de mer (Département de la Guajira, nord de la Colombie)

Source : L.F. Macias Gomez

3. Territoire, biodiversité et post-conflit

41L’idée de territoire a été analysée selon diverses perspectives, mais ici nous ferons référence à une vision plus liée à l’idée a l’environnemental. C’est ainsi que, pour certains, le territoire est appréhendé en tant qu’espace occupé par une population et transformé par celle-ci, population qui, à son tour, se transforme aussi. Ernesto Guhl indique que « dans la mesure où l’espace géographique sert de base aux activités humaines qui donnent naissance à son occupation, maniement et contrôle, à l’utilisation de ses ressources naturelles et à sa fonction comme réservoir de résidus qu’elles produisent, l’espace se transforme en un produit historique et social que l’on appelle alors territoire. C’est-à-dire que nous comprenons le territoire comme l’espace géographique humanisé, comme l’espace transformé par l’homme ».

  • 9 Guhl E., (2000) “La sostenibilidad: ¿un nuevo camino? EN autores varios, ¿Qué está pasando en Colom (...)

« À partir de cette vision, on comprend que le territoire est changeant avec le temps, parce qu’il est en transformation permanente suite à l’interaction du monde naturel avec le monde culturel. C’est-à-dire qu’il se produit à partir de la combinaison des processus socio-économiques et culturels, des relations et des structures de pouvoir et des stratégies adaptatives de la population aux ressources naturelles et des potentialités et des limitations de l’offre environnementale, ce qui fait que chaque territoire est unique »9.

42Cette considération conduit à poser la nécessité de tenir compte du fait que le territoire n’est pas seulement un espace géographique limité physiquement, mais comporte aussi une dimension dynamique, intégrant des ressources et une population. C’est-à-dire que la relation est conflictuelle, raison pour laquelle dans la majorité des cas on fait référence à l’influence du conflit, caractérisé ou déterminé par des problèmes de territoire et par les processus d’occupation de ce dernier par divers groupes de population.

43Il existe en réalité une relation importante entre conflit et biodiversité, dont la nature biologique et humaine constitue un paramètre de la tension qui en résulté. Ce conflit est influencé, marqué ou imprégné par la relation entre pouvoir et territoire, et les processus d’occupation de ce dernier par divers groupes de population. Ce phénomène relève d’un processus d’appropriation des ressources naturelles dans le souci d’atteindre de meilleures conditions de vie. C’est l’absence d’État et son incapacité à gouverner qui ont engendré des processus désordonnés d’occupation du territoire.

44La Colombie est un pays dont le développement est géographiquement centralisé. Les conditions de vie les plus favorables se situent dans le centre du pays, ce qui entraîne le déplacement désordonné de population vers des lieux qui offrent de meilleures conditions d’exploitation agricole ou d’élevage favorisées par une riche biodiversité.

  • 10 Rangel Suárez A. (2004), “Naturaleza y dinámica de la guerra en Colombia” (p. EN Cárdenas M -Rodríg (...)

45Selon le professeur Alfredo Rangel Suárez, dans un essai présenté au Forum national environnemental réalisé le 17 mai 2004, « la Colombie a été un pays avec beaucoup plus de territoire que d’État. Cette précarité des institutions de l’État face à la dimension du territoire a rendu possibles des phénomènes comme la colonisation spontanée et non réglementée et l’implantation de groupes insurgés dans de vastes zones du pays »10. N’est-ce pas une reconnaissance claire de l’absence de capacité de gouverner le processus d’occupation du territoire, le développement d’activités et l’implantation de la population qui est reconnue ici ?

46Mais c’est sans doute Ernesto Guhl qui résume le mieux la problématique du territoire, de la population et de l’environnement dans le processus de formation de l’État colombien : « Le résultat de cinq cents ans d’histoire en termes de construction de territoire est que la société colombienne a occupé et a profité de quelque chose comme le tiers de son espace continental, et qu’il commence à peine à penser l’utilisation de ses espaces marins. Pour cela on dit que la Colombie est un pays qui possède davantage de territoire que d’État. Ce processus d’occupation progressive a été mené à bien principalement dans les régions andine et Caraïbes, elle a eu un grave impact du point de vue environnemental (…).

« C’est sans doute un grand paradoxe qu’un pays apparemment si riche en ressources naturelles n’a pas été capable d’en profiter et continue de se concentrer sur une partie relativement petite de son extension, que nous avons soumis à un processus d’exploitation épuisante et excessive. Ce paradoxe pose une question sur la capacité de l’homme colombien à occuper et profiter de son territoire et ses ressources naturelles, et, en même temps, offre un espoir pour le futur, dans le sens où nous puissions le faire d’une manière plus rationnelle en termes sociaux et plus équitables pour les générations à venir ».

« L’exubérance beauté, l’apparente richesse et la grande dimension spatiale de notre paysage naturel ont créé, comme il a été indiqué auparavant, un sentiment chez l’homme colombien que sa nature était inépuisable et qui, par conséquent, fournirait ses nécessités sans aucune limite pour un temps indéfini. Cette vision a marqué la relation homme – nature et a déterminé les formes d’exploitation et d’utilisation des ressources naturelles, en lui donnant un caractère déprédateur, à travers une attitude à court terme d’exploitation et de pillage ».

  • 11 Guhl E. op. cit., p. 176

« Mais, en outre, notre atmosphère naturelle est difficile pour l’homme du point de vue de la santé. Les vastes plaines et zones sylvestres, chaudes et humides, sont propices à l’existence et peu des connaissances graves maladies tropicales comme la malaria et les maladies gastro-intestinales. À son tour, la présence d’animaux inconnus et dangereux a créé une attitude de confrontation entre l’homme et la nature. Ainsi, aux concepts de déchets et d’abus a été ajouté un sentiment d’inimitié, parce qu’il était nécessaire « de vaincre » la nature pour pouvoir « civiliser le territoire. Avec ces ingrédients la relation homme-nature s’est construite marquée par la violence »11.

47On pourrait dire qu’il est nécessaire de comprendre qu’en Colombie la variable environnementale appelle une nouvelle façon d’analyser l’exercice du pouvoir sur un territoire et une population déterminée. Ceci exige une plus grande rationalité à long terme, une prévisibilité et un calcul, ainsi qu’une nouvelle connaissance et de nouvelles technologies pour pérenniser et accroître le pouvoir de l’État, mais en termes démocratiques.

48Ce processus violent d’occupation du territoire a également produit des relations sociales violentes. L’État a été incapable, historiquement, de parvenir à un véritable contrôle de l’ensemble du territoire, et de proposer des politiques démographiques qui tiennent compte de la nécessité de l’implantation des populations dans des zones qui permettent un développement équilibré entre l’utilisation du territoire, c’est-à-dire de ses ressources, et la conservation de l’environnement.

  • 12 Departamento Nacional de Planeación (DNP). (2015). Plan nacional de desarrollo 2014-2018. T. II. Im (...)

49Cette situation a nécessairement engendré une pression sur la biodiversité en mettant en danger la richesse qui caractérise le pays. Ceci a été reconnu dans le Plan national de Développement 2014 - 2018, qui dispose que « dans les dernières décennies, l’activité économique et la pression démographique ont déchaîné des transformations dans le territoire qui imposent des défis croissants sur la biodiversité et les systèmes dont ils dépendent. L’utilisation inadéquate et l’occupation du territoire, le conflit armé et la dégradation de la qualité de l’environnement ont créé des conditions de conflit qui requièrent d’être abordées à partir de l’ordre et de la gestion environnementale sectorielle, en apportant à la construction d’un pays plus équitable et en paix »12.

50Ceci signifie que l’État reconnaît la relation étroite entre le processus d’occupation du territoire et le développement économique et social, ce qui a nécessairement un impact sur la biodiversité.

  • 13 Ibid., p. 677

51Pour faire face à ce défi, le même Plan reconnaît la nécessité de donner un contenu économique à la biodiversité et aux services écosystémiques qu’elle fournit. Il y est ainsi indiqué que « la biodiversité et ses services écosystémiques fournissent des bénéfices qui sont la base pour le développement des activités économiques et sociales du pays et l’adaptation au changement climatique. Pour maintenir la capacité des écosystèmes à fournir ces bénéfices, il est nécessaire de les conserver, les restaurer et réduire leur dégradation, actions qui partent d’un ordre intégral du territoire dans lequel les acteurs font un usage adéquat de ce dernier, en réduisant les conflits et en promouvant l’aptitude à soutenir des opérations prolongées. Maintenir le flux de services écosystémiques requiert aussi une gestion sectorielle et urbaine durable et l’impulsion d’un commerce qui promeut l’utilisation adéquate de la biodiversité, en obtenant comme résultat une amélioration dans la qualité des ressources naturelles »13.

52Cet objectif du Plan pose la nécessité, entre autres aspects, de réduire les conflits, mais en même temps établit comme mécanisme de conservation de la biodiversité son évaluation en produisant des instruments économiques pour y parvenir, comme le paiement par des services environnementaux.

  • 14 http://www.altocomisionadoparalapaz.gov.co/procesos-y-conversaciones/Documentos%20compartidos/24-11 (...)

53Le plus intéressant quant à l’importance reconnue à la biodiversité dans le Plan national de Développement est qu’il est repris dans l’Accord souscrit avec les FARC appelé « Accord final pour l’Arrêt du Conflit et la Construction d’une Paix stable et durable »14. On y reconnaît dès le préambule la nécessité de respecter, parmi d’autres aspects, ses ressources naturelles renouvelables, non renouvelables et la biodiversité.

54Dans le premier point de l’accord sont reconnues comme actions à suivre diverses façons de protéger la biodiversité, parmi lesquelles la fermeture de la frontière agricole et la protection de zones de réserve, par l’ordonnancement environnemental qui permet d’identifier des zones haute biodiversité, d’écosystèmes fragiles et stratégiques.

  • 15 Ibid. p. 29.

55Cependant, l’Accord, non seulement fait référence à ces aspects de conservation, mais y voit des stimulants de la production agricole et de l’économie solidaire et coopérative, de même que l’assistance technique, la promotion et la protection des semences et banques de semences indigènes, mais sans autres restrictions pour autant. Tout cela se situe « le cadre de l’obligation inébranlable de l’État de prendre les mesures et utiliser les outils nécessaires pour sauvegarder le patrimoine génétique et la biodiversité comme ressources souveraines de la nation »15.

56Le tourisme durable est également un concept qui a été introduit comme une opportunité pour les secteurs réinsérés, afin, en outre, de profiter de la richesse naturelle du pays au service du développement de ce secteur.

57L’incorporation de la biodiversité dans l’Accord de Paix est un exemple de l’importance qu’elle revêt pour l’État et pour une grande partie de la société colombienne. Mais elle montre surtout qu’elle n’est pas seulement comprise dans un sens uniquement conservateur, mais qu’il lui est reconnu une composante économique qui l’insère dans une logique de marché, ce qui posera sûrement de nombreux défis à la mise en œuvre des Accords de Paix dans la mesure où ils concernent le développement agricole.

58D’autre part, a été conjointement reconnue la nécessité d’une organisation territoriale qui s’efforce de dépasser la logique d’une relation tumultueuse entre les processus d’occupation du territoire et l’apparition de conflits. C’est-à-dire qu’en changeant la façon de mettre en rapport la société avec l’espace géographique qu’elle occupe, on dépasse le conflit au profit de la quête d’une paix durable. La biodiversité se trouve au centre de cette problématique, et acquiert droit de cité par la reconnaissance de son importance dans le processus de dépassement d’un conflit vieux de plus d’un siècle.

59Certains aspects de l’Accord de Paix supposent l’adoption d’une législation exhaustive offrant un cadre juridique approprié. Parmi les normes projetées, on trouve une législation de terres, qui suscitera certainement une polémique en raison de la présence d’anciens combattants ou de secteurs paysans qui vont occuper des zones sensibles pour l’environnement, y compris les secteurs des parcs nationaux et des réserves forestières, lieux naturels de conservation de la biodiversité. La possibilité que des intérêts économiques puissants envisagent désormais, sans plus se heurter à l’obstacle du conflit, d’occuper de grandes étendues de terre, ce qui aura un impact inévitable sur biodiversité, engendrera également des difficultés.

60Malgré tout, il existe d’autres activités illicites qui affectent la biodiversité du pays, comme l’industrie minière illégale, la persistance de cultures illicites qui engendrent une déforestation et, plus généralement, la présence de groupes armés d’extrême droite qui poursuivent le conflit.

  • 16 Ceci sans compter que 52 % des Colombiens ont voté contre le processus, et que des voix politiques (...)

61Le grand défi est alors de savoir comment dans un pays en post-conflit peut-on prendre en compte des facteurs en rapport avec la biodiversité ? C’est le paradoxe et la contradiction de la paix colombienne16 que, pour parvenir à dépasser la guerre, la biodiversité est également mise en danger, ce qui impose de la considérer comme une composante stratégique de la puissance de l’État et de la sécurité nationale.

Conclusion

62La Colombie, tout au long de son histoire, a connu des périodes durant lesquelles elle s’est éloignée du contexte du reste du continent, non sans contradictions et de paradoxes. Sans doute la géographie elle-même en est-elle la cause, avec une cordillère qui pénètre dans le pays en se divisant en trois parties pour s’y achever, un pays composé de régions aussi diverses que peuvent l’être l’amazonienne, l’andine ou les Caraïbes. Sa population a occupé le territoire en accord dans les limites du tracé issu de la colonisation, alors que les dynamiques d’occupation de l’espace n’y ont changé que récemment. Ceci a généré un processus d’utilisation des ressources naturelles également désordonné, avec un État faible et de peu de présence institutionnelle, au-delà du secteur militaire.

63Une législation qui pourrait être qualifiée d’environnementale, datant de la seconde moitié du siècle passé, a depuis cette époque cherché à protéger la biodiversité, même si cette dernière n’était pas encore qualifiée ainsi. Un code de ressources naturelles renouvelables qui depuis 1974 place l’environnement au cœur de la préoccupation légale, mais n’y est pas parvenu au niveau institutionnel. Au cours de la dernière décennie du XXe siècle ont été incorporés dans la nouvelle Constitution non seulement le droit à un environnement sain comme droit collectif, mais aussi la diversité naturelle, ethnique et sociale, reconnue dans la partie relative au programme de la charte. Le Traité sur la Diversité biologique a été ratifié, et, en outre, la Déclaration de Rio de Janeiro a acquis force juridique.

64Toutefois, cette richesse naturelle est restée éloignée des préoccupations de l’État, et c’est récemment seulement qu’elle a fait l’objet d’une reconnaissance en faisant partie d’un discours chaque fois plus marqué par la nécessité de sa conservation et en étant prise en compte dans des discours voyant chaque fois un peu plus dans son utilisation un facteur de développement du pays, spécialement comme élément structurel de l’après-conflit.

65Cependant, ceci représente de grands risques et défis. D’abord, en raison de la manière dont des territoires riches en biodiversité, auparavant exclus par le conflit, deviennent maintenant des parties essentielles de la mise en œuvre de l’Accord de Paix, ce qui suppose leur utilisation et exploitation, tout en suscitant la convoitise des grands groupes économiques intéressés à exploiter des territoires potentiellement riches en productions alimentaires et d’autres ressources naturelles. Mais existe aussi le risque que la biodiversité entre dans une logique chère au marché qui tend à la réduire et à la subordonner à de seules considérations économiques.

66Le défi du droit pour pouvoir canaliser ces tensions et protéger les principes consacrés dans la Constitution constitue de ce fait un des plus importants paramètres du débat relatif au futur de la biodiversité en Colombie. Il revêt une importance majeure, non seulement au regard de l’exigence de consolider le processus de paix dans le post-conflit, et d’incorporer la société dans les processus de recherche de solutions ; mais aussi et surtout de comprendre la meilleure façon d’utiliser la biodiversité, d’occuper les territoires qui y abritent ses richesses, et surtout d’éviter la réduire dans son ensemble à une simple valeur économique, au détriment de toute valeur politique et stratégique. Il est en ce sens souhaitable que, de même que l’Expédition botanique qui avait contribué à l’indépendance du pays, cette redécouverte de la biodiversité contribue à libérer la Colombie de la guerre pour y installer la paix. Il convient de nourrir l’espoir que le futur puisse y conduire.

67Departamento Nacional de Planeación (DNP) (2015), Plan nacional de desarrollo 2014-2018, Bogotá, Imprenta Nacional de Colombia, 2 vol.

Haut de page

Bibliographie

Foucault, M. (2004). Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, París, Seuil.

Friedman, T. L. (28 de Junio de 2009). “La revolución verde”, El Espectador 59.

Haeckel, E. (2013). Generalle morphologie der organismen, dans A. Debourdeau, Les grands textes fondateurs de l’écologie, París, Flammarion.

Guhl, E., (2000) “La sostenibilidad : ¿un nuevo camino?”, In autores varios, ¿Qué está pasando en Colombia. Anatomía de un país en crisis, Bogotá, El ANCORA Editores : 167-210.

Hochstetler, K. (2010). “El problema ambiental como problema político”, In M. Navarro, Ciencia política. Nuevos contextos. Nuevos desafíos. Bases del análisis político, México, Editorial Limusa : 354-375.

Hommer – Dixon, T.F. (1999). Environment, scarcity and violence, Princeton, Princeton University Press.

Ministerio del Medio Ambiente (1999). “Política nacional de biodiversidad”, Ministerio del Medio Ambiente, Políticas ambientales de Colombia, Imprenta Nacional : 137-168.

Ministerio de Ambiente y Desarrollo Sostenible (s.f). Política para la gestión integral de la biodiversidad y sus servicios ecosistémicos (PNGIBSE), Bogotá, Ministerio de Ambiente y Desarrollo Sostenible, 124 p.

Nuñez Ladevese, L. (1977), Lenguaje jurídico y ciencia social, Madrid, AKAL.

Rangel Suárez A. (2004), “Naturaleza y dinámica de la guerra en Colombia”, dans M. Cárdenas & M. Rodríguez (ed.), Guerra, sociedad y medio ambiente, Bogotá: Foro Nacional Ambiental: 49-65.

Sánchez, A. & Madriñan, S. (2016). Biodiversidad, conservación y desarrollo, Bogotá. Universidad de los Andes.

Références électroniques

http://www.ideam.gov.co/web/siac/ecosistemas consultado el 22 de abril de 2017 a las 17:05 horas.

http://www.altocomisionadoparalapaz.gov.co/procesos-y-conversaciones/Documentos%20compartidos/24-11-2016NuevoAcuerdoFinal.pdf

consultado el 2 de mayo 2017 a las 5:20 horas.

http://www.tremarctoscolombia.org/. Consultado el 11 de mayo de 2017 a las 16:19 horas.

Haut de page

Notes

1 http://www.ideam.gov.co/web/siac/ecosistemas consulté le 22 avril 2017 à 17h 05

2 Cour const. ; Acción de Tutela, Expediente: T-1398036; Magistrado Ponente: Clara Inés Vargas Hernandez, decisión del 25 sept. 2007.

3 Cour const., Dossier : L.A.T. - 036, Magistrat Ponente : Vladimiro Naranjo Mesa, 21 nov. 1994.

4 Ministerio del Medio Ambiente (1999), “Política nacional de biodiversidad” En Ministerio del Medio Ambiente, políticas ambientales de Colombia, Imprenta Nacional, pp. 137-168.

5 Ibídem. Pág. 147

6 Ministerio de Ambiente y Desarrollo Sostenible, (s.f) “política para la gestión integral de la biodiversidad y sus servicios ecosistémicos” (PNGIBSE). Bogotá. Ministerio de Ambiente y Desarrollo Sostenible. Pág. 37.

7 Ibídem. Pág. 8.

8 Ibid. 22

9 Guhl E., (2000) “La sostenibilidad: ¿un nuevo camino? EN autores varios, ¿Qué está pasando en Colombia. Anatomía de un país en crisis, Bogotá : El ANCORA Ed., p. 169.

10 Rangel Suárez A. (2004), “Naturaleza y dinámica de la guerra en Colombia” (p. EN Cárdenas M -Rodríguez M (editores), Guerra, sociedad y medio ambiente, Bogotá: Foro Nacional Ambiental, p.. 49.

11 Guhl E. op. cit., p. 176

12 Departamento Nacional de Planeación (DNP). (2015). Plan nacional de desarrollo 2014-2018. T. II. Imprenta Nacional de Colombia. Bogotá, p. 657.

13 Ibid., p. 677

14 http://www.altocomisionadoparalapaz.gov.co/procesos-y-conversaciones/Documentos%20compartidos/24-11-2016NuevoAcuerdoFinal.pdf consulté le 2 mai.

15 Ibid. p. 29.

16 Ceci sans compter que 52 % des Colombiens ont voté contre le processus, et que des voix politiques s’élèvent chaque jour plus nombreuses en faveur de la guerre et les représentants de l’extrême droite qui a effectué des alliances avec les paramilitaires pour s’opposer avec une plus grande virulence à l’accord.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La diversité de la faune en Colombie
Crédits Source : Memorias Foro de Biodiversidad. Santa Marta. 16 de Junio de 2010.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13042/img-1.png
Fichier image/png, 430k
Titre Figure 2. La localisation des parcs naturels colombiens
Crédits Source : http://www.tremartoscolombia.org ; consulté le 11 mai 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13042/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Photographie 1. Paysage de Vichada (Région Amazonie, Colombie)
Crédits Source : L.F Macias Gomez
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photographie 2. Désert en bord de mer (Département de la Guajira, nord de la Colombie)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Crédits Source : L.F. Macias Gomez
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luis Fernando Macias Gomez, « Gestion de la biodiversité et du territoire dans un état en post-conflit : le cas de la Colombie », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13042 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.13042

Haut de page

Auteur

Luis Fernando Macias Gomez

Avocat, Enseignant à l’Universidad del Rosario de Bogota (Colombie), lufemago@maciasabogados.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals