Navigation – Plan du site
Dossier

Biodiversité et conservation néolibérale au Québec : la place de l’écotourisme

Biodiversity and Neoliberal Conservation in Québec: the Role of Ecotourism
Jonathan Tardif et Bruno Sarrasin

Résumés

L’écotourisme joue un rôle croissant à l’échelle planétaire dans la conciliation entre la conservation de la biodiversité et le développement socio-économique. Bien que l’écotourisme soit souvent présenté comme un allié à la conservation, un courant de la littérature scientifique affirme qu’il permet plutôt au capitalisme d’identifier, ouvrir et coloniser de nouveaux espaces. Au Québec, l’écotourisme apparaît à l’agenda politique des pouvoirs publics dans la foulée de l’Année internationale de l’écotourisme proclamée en 2002. Plusieurs acteurs se sont mobilisés depuis et le présentent comme une stratégie de développement durable. À partir d’une approche critique, ce chapitre expose les conditions d’émergence de l’écotourisme au Québec et les raisons qui incitent des acteurs sociaux, politiques et économiques à choisir de mettre en valeur la biodiversité par et pour l’écotourisme. Cette démarche permet de relever les spécificités, les tensions et les enjeux propres au Québec, mais qui font écho à ce qu’on observe ailleurs dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ayant pris naissance dans les sciences biologiques, la notion de biodiversité est depuis tombée dans le giron du politique. Pour certains auteurs, cette « transcription » du biologique au politique a contribué à occulter la complexité associée à la notion de biodiversité (Agrawal et Redford, 2006). Comme le souligne Aubertin (2005 : 100), « la biodiversité est une notion floue. Elle possède une grande plasticité sémantique, sans doute à l’origine de son succès, mais qui rend illusoire toute tentative de définition et obscurcit bien des débats ». Cette simplification a probablement contribué à positionner la problématique de la conservation de la biodiversité et de son utilisation « durable » comme représentant l’un des enjeux clés du XXIe siècle (Rands et al., 2010). La principale conclusion de l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (2005), une étude approfondie réunissant quelque 1 360 experts de près de 50 pays, suggère que la biodiversité est en régression à l’échelle planétaire. Les menaces qui pèsent sur elle sont multiples, que ce soit la mondialisation et les échanges commerciaux, les changements climatiques ou l’expansion de l’agriculture. Reconnaissant que la biodiversité sous-tend le fonctionnement des écosystèmes essentiels au bien-être humain, plusieurs pays se sont mobilisés dans l’adoption du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 (Objectifs d’Aichi pour la biodiversité). C’est dans ce contexte que le tourisme – et plus particulièrement l’écotourisme – est appelé à jouer un rôle important (CBD Secretariat, 2015).

2Le rôle de l’écotourisme, dans la conciliation entre la conservation et le développement, a gagné en importance à l’échelle internationale au cours des dernières années. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) s’est par exemple dotée d’un groupe de travail (Tourism and Protected Areas Specialist Group) réunissant plus de 350 spécialistes dont le mandat vise notamment la conciliation entre la conservation et la mise en valeur économiques des ressources naturelles (IUCN, 2017). C’est dans ce contexte que les Nations Unies ont proclamé 2017 l’Année internationale du tourisme durable pour le développement, insistant sur « [l’] opportunité unique d’accroître la contribution du secteur du tourisme aux trois piliers de la durabilité, l’économique, le social et l’environnemental » (OMT, 2015). Mais comme le rappellent McShane et collaborateurs (2011), les solutions gagnant-gagnant permettant à la fois de conserver la biodiversité et de favoriser le bien-être humain sont difficiles à réaliser ; les compromis et les choix qu’ils impliquent sont plutôt la norme.

3Le Québec ne fait pas exception à l’insertion de l’écotourisme dans la dialectique conservation-développement. Ce dernier apparaît à l’agenda politique des pouvoirs publics dans la foulée de l’Année internationale de l’écotourisme dont le sommet, organisé sous les auspices de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), s’est tenu dans la ville de Québec en 2002. Plusieurs acteurs se sont mobilisés depuis et présentent l’écotourisme comme une stratégie de développement durable, c’est-à-dire un compromis opérationnel entre la conservation de la biodiversité, la croissance économique et le développement social. Nous proposons, à partir d’une approche critique, de présenter les conditions d’émergence de l’écotourisme au Québec et les raisons qui incitent des acteurs sociaux, politiques et économiques à choisir de mettre en valeur la biodiversité par et pour l’écotourisme. En explorant les structures de pouvoir et en identifiant les valeurs prioritaires auxquelles adhèrent les principaux acteurs impliqués sur la biodiversité et l’écotourisme au Québec, nous présentons une synthèse analytique des particularités de la mise en valeur touristique de la biodiversité. À l’instar de Weinberg et collaborateurs (2002 : 380), nous sommes d’avis que les principaux défis de l’écotourisme ne sont ni techniques ni économiques, mais plutôt politiques.

1. Cadre d’analyse

4Notre démarche s’inscrit dans le courant de l’économie politique internationale (EPI) développée par Susan Strange. Cette approche propose une critique du modèle orthodoxe du libéralisme politique et économique. Le processus de réflexion proposé par Strange s’articule atours de deux questions : « qui – ou quoi – est responsable du changement ? » et « qui – ou quoi exerce l’autorité – le pouvoir de modifier les aboutissants et de redéfinir le choix des autres – dans l’économie ou la société mondiale ? » (Strange, 2011 : 305). Dans cette approche, le système économique contemporain résulte de marchandages entre acteurs à partir de « structures de pouvoir » (notamment législative) définissant les rôles et les modalités de l’exercice du pouvoir de chacun. Ces structures portent également des « valeurs prioritaires » (prospérité, justice, équité, sécurité, savoir, etc.) qui lui confèrent sa légitimité économique, sociale et, éventuellement, politique et idéologique. La prise en compte des valeurs privilégiées par ceux qui détiennent le pouvoir contribue à mieux comprendre les structures et les accords qui caractérisent celles-ci et révèle leurs fragilités. Dans cette approche, le pouvoir est donc moins appréhendé dans sa dynamique relationnelle (le pouvoir d’un acteur de modifier le comportement ou les préférences d’un autre) que dans sa dimension structurelle (le pouvoir d’un acteur de façonner les structures et de définir les règles du jeu dans lesquelles s’inscriront ensuite les comportements des autres acteurs). À partir de cet ancrage, et dans le but d’élargir la compréhension du rôle de l’écotourisme dans la conservation de la biodiversité au Québec, nous posons les hypothèses suivantes :

  1. Le modèle dominant de conservation des ressources naturelles repose sur des valeurs prioritaires néolibérales au sens de Susan Strange ;

  2. l’écotourisme s’insère dans et contribue à la conservation néolibérale.

5Dans la première section de ce chapitre, nous posons un regard critique sur l’écotourisme et sa relation avec la conservation de la biodiversité. Nous proposons ensuite un survol de l’évolution du cadre institutionnel et des acteurs qui régissent la biodiversité au Québec, en portant une attention particulière aux aires protégées. Notre démarche permettra de relever les spécificités, les tensions et quelques enjeux propres au Québec, en plus de faire écho au modèle dominant de conservation des ressources naturelles.

2. L’écotourisme au cœur de la conservation néolibérale

6La littérature scientifique ne propose pas de définition unique de l’écotourisme (Donohoe et Needham, 2006). Parmi celles les plus souvent évoquées, figure The International Ecotourism Society qui le présente comme une forme de voyage responsable dans les espaces naturels, contribuant à la protection de l’environnement et au bien-être des populations locales, et comportant une dimension éducative (TIES, 2017 [2015]). Malgré les débats entourant le sens précis du terme, il est généralement reconnu que l’écotourisme doit satisfaire à la fois des objectifs de conservation et de développement (Brockington et Duffy, 2010). Ces conditions prennent la forme d’une « conservation intégrée » évoquée par Rodary et Castellanet (2003 : 10), pour qui l’emploi du qualificatif « intégré » accolé à la notion de conservation « est justifié par la volonté de mettre en évidence le processus diachronique d’inscription de la protection dans les logiques de développement ». La conservation intégrée, à laquelle adhèrent la plupart des projets d’écotourisme, met principalement l’accent sur deux aspects, qui prennent la forme de valeurs prioritaires d’un modèle de représentations et d’actions de protection des ressources naturelles. Le premier est la dimension locale du politique ; on y trouve une volonté, réelle ou simulée, d’impliquer directement les communautés dans la gestion et le partage des bénéfices qui découlent des projets de conservation. Le second est la marchandisation de la nature – ou valorisation économique de la biodiversité – qui permet de privatiser en partie la gestion des aires protégées et de rallier les populations locales au projet de conservation en fournissant des incitatifs économiques (Rodary et Castellanet, 2003). Ce dernier fait écho à l’idéologie néolibérale avec laquelle l’écotourisme possède plusieurs affinités.

7Igoe et Brockington (2007) définissent le néolibéralisme comme la réorganisation du monde visant à faciliter l’expansion du libre marché. Afin d’éviter de rester dans l’abstraction, ils proposent la notion de « néolibéralisation », terme possédant l’avantage de mettre l’accent sur les processus impliqués, variables dans le temps et dans l’espace. Un des processus souvent évoqués est la déréglementation, à travers laquelle l’État voit son rôle et sa capacité d’agir diminuer, le plus souvent au profit du secteur privé. Pour sa part, Castree (2008) suggère qu’il serait plus juste dans bien des cas d’évoquer la notion de re-réglementation, c’est-à-dire la transformation d’éléments non négociables sur les marchés en marchandises avec l’aide de l’État. Au Québec, la mise en valeur touristique des ressources naturelles contribue à l’élaboration d’une structure fondamentale de pouvoir produite par l’État et permettant notamment aux acteurs privés de contribuer à définir les règles du jeu à partir desquelles s’inscrira la définition des problèmes et des solutions en s’appuyant sur leurs valeurs prioritaires du modèle dominant de conservation. Dans ce contexte, la « nature », auparavant présentée comme un espace à préserver des forces économiques, contribue plutôt à nourrir le capitalisme (Brockington et Duffy, 2010).

8Perçue à travers ce prisme, la conservation de la biodiversité joue un rôle important dans la croissance et la reproduction du capitalisme ; c’est ce que plusieurs auteurs anglophones nomment la conservation néolibérale (Igoe et Brockington, 2007), expression issue de la littérature sur la néolibéralisation de la nature (Castree, 2008). Que ce soit à travers les paiements pour services environnementaux (Ferraro, 2011), la mise en place de projets REDD qui visent à réduire les émissions de CO2 provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts (Harvey et al., 2010), la privatisation des aires protégées (Carter et al., 2008) ou encore l’omniprésence de l’écotourisme (Duffy, 2010), on assiste à une réorganisation des forces en présence, notamment une plus forte participation des acteurs du secteur privé (opérateurs, associations, ONG) dans ces nouvelles formes de territorialisation (Tardif et Sarrasin, 2016). Un des principaux arguments pour justifier le développement de l’écotourisme dans les aires protégées repose justement sur la valeur économique de la nature pour laquelle les touristes sont prêts à payer d’importantes sommes afin d’admirer des paysages intacts ou des espèces rares (Sarrasin, 2013). Ces actions s’appuient sur l’axiome suivant : sans associer une valeur économique à la biodiversité, impossible d’atteindre les objectifs de conservation. L’écotourisme permet ainsi au capitalisme d’identifier, d’ouvrir et de coloniser de nouveaux espaces à partir de problèmes et de solutions qu’il contribue à redéfinir (Duffy et Moore, 2010).

9Parce qu’elles mettent l’accent sur la conservation de la biodiversité et des écosystèmes, les aires protégées représentent des lieux privilégiés pour l’écotourisme, lequel dépend en grande partie d’un environnement naturel de qualité. L’écotourisme peut contribuer à la conservation de ces espaces de plusieurs façons, notamment en générant des fonds pour gérer et protéger les habitats naturels et les espèces, ou encore en donnant la chance aux communautés locales de faire des gains économiques (Tardif, 2003). Ainsi, le tourisme représente l’un des moyens les plus souvent utilisés pour justifier et légitimer la conservation par les aires protégées (Brockington et Duffy, 2010). Cependant, cette synergie tourisme/aires protégées entraîne également des effets négatifs, tant sur l’écosystème que sur le système social dans lesquels il s’insère, que ce soit en raison des touristes, des infrastructures ou encore des nouveaux arrangements institutionnels qui viennent modifier les dynamiques sociopolitiques et économiques sur le terrain (Sarrasin et al., 2016).

10Au Canada, au Québec et ailleurs dans le monde, le financement des aires protégées repose toujours davantage sur les revenus du tourisme, la privatisation des attractions touristiques et les partenariats avec le secteur privé afin de respecter les objectifs de conservation dans le cadre de budgets réduits (Tardif et Sarrasin, 2016). L’implication des acteurs du secteur privé est perçue à la fois comme une opportunité et une menace potentielle pour la gouvernance des aires protégées et leur intégrité écologique. Les partisans soutiennent que la privatisation et l’implication accrue des acteurs du secteur privé peuvent contribuer à surmonter certains des défis financiers auxquels sont confrontés les parcs nationaux et fournir de l’emploi aux communautés environnantes (Le Roy et Green, 2005). Les critiques suggèrent plutôt que les intérêts privés privilégient les bénéfices financiers par opposition aux valeurs de conservation, limitent l’accès du public et mettent en péril l’écologie des parcs (CPAWS, 2012). Au Québec, l’épisode très médiatisé d’un projet avorté de développement immobilier dans le parc national du Mont-Orford constitue un exemple récent ayant révélé les nombreuses tensions entourant l’implication du secteur privé dans la gestion des aires protégées, laissant craindre un précédent dans le traitement d’autres parcs nationaux (Gagnon et Lahaye, 2010). C’est à partir de l’individualisme et du libéralisme économique, deux valeurs prioritaires chères aux acteurs impliqués dans la conservation néolibérale, que s’articule la gouvernance de la biodiversité au Québec.

3. Gouvernance de la biodiversité au Québec : cadre institutionnel et acteurs

  • 1 À l’instar de l’UICN, nous définissons la gouvernance comme « les interactions entre structures, pr (...)
  • 2 Le Québec a été la première province canadienne à ratifier la Convention sur la diversité biologiqu (...)

11Faisant écho à la mouvance mondiale, la gouvernance de la biodiversité a beaucoup évolué au Québec et se joue aujourd’hui à plusieurs échelles1. Par exemple, cette province canadienne s’implique sur la scène internationale, notamment à travers le Partenariat mondial sur l’action locale et infranationale pour la biodiversité. Le Québec est aussi un des membres fondateurs du Comité consultatif des gouvernements infranationaux de la Convention sur la diversité biologique (CDB) qu’il a ratifiée en 19922. Par ailleurs, l’État n’est plus le seul à intervenir dans ce domaine au Québec et une variété d’acteurs est maintenant impliquée, notamment les villes, la société civile ou encore le secteur associatif à travers, par exemple, de multiples entreprises touristiques regroupées au sein de l’organisation Aventure Écotourisme Québec.

  • 3 Parmi les autres lois importantes en ce domaine, mentionnons la Loi sur les réserves écologiques (1 (...)

12Depuis le début des années 1970, le gouvernement du Québec a adopté plusieurs lois ayant un impact sur la protection de la biodiversité dont deux sont particulièrement significatives pour notre propos (Berteaux et al., 2014)3. En 1977, le gouvernement du Québec se dote de la Loi sur les parcs, se donnant ainsi le pouvoir d’établir des parcs de conservation et de récréation où l’exploitation des ressources (à l’exception de la pêche) est interdite. Elle a été modifiée en 2001 afin de remplacer les notions de parc de conservation et de récréation par la désignation de parc national répondant aux critères internationaux établis par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), venant ainsi renforcer la mission de conservation des parcs. Cette loi définit un parc comme « un parc national dont l’objectif prioritaire est d’assurer la conservation et la protection permanente de territoires représentatifs des régions naturelles du Québec ou de sites naturels à caractère exceptionnel, notamment en raison de leur diversité biologique, tout en les rendant accessibles au public pour des fins d’éducation et de récréation extensive. » Comme le soulignent Gagnon et Lahaye (2010 : 16), « [c]ette définition de [parc national] contient une tension potentiellement conflictuelle, mettant côte à côte la conservation et la récréation extensive. »

13Avec l’adoption, en 2002, d’une Politique sur les parcs, le gouvernement du Québec énonce les orientations encadrant l’ensemble des aspects qui touchent au développement et à la gestion du réseau des parcs nationaux québécois : la protection, l’offre d’activités et de services, l’éducation et l’aménagement. Le gouvernement entend ainsi associer la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique en se positionnant à l’égard de l’écotourisme et du tourisme d’aventure, consacrant ainsi la valorisation économique des ressources naturelles à partir des valeurs prioritaires sur lesquelles s’appuie la conservation néolibérale. En outre, l’adoption de la Loi sur le développement durable en 2006 a modifié la Charte des droits et libertés de la personne en ajoutant un article stipulant que « toute personne a droit, dans la mesure et suivant les normes prévues par la Loi, de vivre dans un environnement sain et respectueux de la biodiversité » (article 46.1, 2006, c. 3, a. 19). Plusieurs des principes de cette loi concernent directement le maintien des espèces, les services écosystémiques, la relation homme-nature ou encore le patrimoine naturel, reconnaissant ainsi l’importance de la biodiversité dans la mise en œuvre du développement durable (Nature Québec et SNAP, 2015 : 5). Dans la foulée de l’adoption du nouveau Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 de la Convention sur la diversité biologique, qui contient vingt objectifs concrets nommés « objectifs d’Aichi », le gouvernement du Québec a adopté en juin 2013 de nouvelles orientations gouvernementales en matière de biodiversité qui concernent plusieurs ministères et organismes. Prenant appui sur la Loi sur le développement durable, cette approche repose sur trois enjeux fondamentaux qui touchent simultanément les trois dimensions du concept : le milieu de vie (dimension environnementale), le mode de vie (dimension sociale) et le niveau de vie (dimension économique) (MDDEFP, 2013). Cette démarche législative consacre la structure de pouvoir qui sous-tend la gouvernance de la biodiversité au Québec où le milieu de vie et le mode de vie sont conditionnés par le niveau de vie. L’objectif de développement économique dans un contexte de conservation met en relief la volonté de soutenir des secteurs à forte croissance comme le tourisme et trouve un écho dans le développement des aires protégées.

  • 4 Le Gouvernement du Canada gère également son propre réseau d’aires protégées au Québec par le biais (...)

14Le réseau d’aires protégées au Québec
Au 31 mars 2017, le Québec comptait 155 885 km2 d’aires protégées terrestres, soit 9,35 % de sa superficie. Quant au réseau d’aires marines protégées, il couvrait à peine 1,3 % du milieu marin québécois4 (MDDELCC, 2017). Pourtant, le Québec s’est engagé face aux conventions internationales en matière de biodiversité à atteindre la cible de 17 % en 2020. La conservation stricte étant de plus en plus difficile à mettre en œuvre, le gouvernement du Québec cherche à innover avec l’introduction des aires protégées polyvalentes (APP), une forme de territoire moins restrictif relativement commune en Europe – tels les Parcs Naturels Régionaux français – où les paysages sont très humanisés (Comité de coordination APP, 2016). Cependant, malgré les actions entreprises par le gouvernement depuis l’adoption des premières lois en matière de biodiversité, plusieurs acteurs sont insatisfaits de la situation. En 2011, un chroniqueur réputé en appelait à la mise en place d’une politique nationale de la biodiversité au Québec (Francoeur, 2011). Dans un récent rapport publié par la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), on apprend que le Canada, avec ses 10,6 % d’aires protégées, fait piètre figure parmi les pays du G7 en matière de protection de la biodiversité et que le Québec tire le pays vers le bas (SNAP, 2017). En juillet 2016, la SNAP invitait le gouvernement du Québec à tenir un Sommet extraordinaire sur la biodiversité au cours duquel seraient abordées au moins trois questions fondamentales, soit celles de la gouvernance environnementale, de l’indépendance scientifique et de la transparence, de même qu’un rééquilibrage entre protection et développement (SNAP, 2016). Selon l’organisation, le Québec ne se pose pas en leader en ce domaine et on observe plusieurs incohérences dans les projets qui obtiennent l’approbation gouvernementale. Le Québec a désigné plus d’une centaine de territoires pour devenir des aires protégées, mais ceux-ci ont un statut temporaire – parfois depuis plusieurs années – et certains sont même exposés à des activités d’exploration minière, gazière ou pétrolière, ou se font amputer une partie de leur superficie (Shields, 2016). Comme le souligne le gouvernement sur son site Internet, « [s]ur le plan économique, les aires protégées favorisent la diversification des économies locales et régionales. Elles contribuent à sauvegarder un potentiel biologique qui constitue une ressource naturelle renouvelable, laquelle permet le maintien d’activités telles que la chasse, la pêche et le piégeage. De façon très significative, elles soutiennent l’industrie touristique et l’industrie écotouristique, qui sont en plein essor » (MDDELCC, 2017, nous soulignons).

Figure 1 : Les aires protégées au Québec

Figure 1 : Les aires protégées au Québec

Source : MDDELCC, 2018

4. L’écotourisme au Québec : catalyseur d’insertion de la nature dans le marché

  • 5 Tourisme Québec est le principal mandataire gouvernemental dans l’organisation de l’offre écotouris (...)

15Dans le cadre de l’Année internationale de l’écotourisme des Nations Unies, un premier Sommet mondial de l’écotourisme s’est tenu à Québec en 2002. Il était organisé conjointement par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), la Commission canadienne du tourisme (CCT) et Tourisme Québec5. Ce Sommet s’est conclu avec l’élaboration de la Déclaration de Québec sur l’écotourisme dont l’objectif était d’établir un programme préliminaire et une série de recommandations favorisant le développement d’activités écotouristiques dans un contexte du développement durable. Ces recommandations s’adressent tant aux décideurs publics que privés, institutionnels, associatifs et aux communautés locales. Cette déclaration, malgré ses faiblesses et lacunes (voir par exemple Butcher, 2007), justifiait la création d’une Table de concertation en écotourisme par Tourisme Québec permettant au gouvernement de se doter d’un plan de développement et de promotion de l’écotourisme qui précise les grandes orientations et axes d’intervention. La première démarche fut de réaliser un portrait sectoriel de l’écotourisme au Québec en analysant l’offre, la demande et la concurrence. Ce diagnostic a permis d’identifier les principaux enjeux et défis qui conditionnent le développement et l’exploitation de ce secteur, et d’en dégager quelques pistes d’intervention (Tourisme Québec, 2002).

  • 6 Écotourisme et tourisme de nature au Québec, orientations et plan d’action 2003-2008.

16Tourisme Québec a élaboré par la suite un plan d’action6 dont les bases découlent d’une consultation réalisée en 2003 auprès de quelque 120 participants provenant des régions, du secteur de l’environnement et du tourisme. Le gouvernement du Québec justifiait le besoin de se doter d’un cadre de référence pour la planification de l’écotourisme et du tourisme de nature à partir de trois constats majeurs. D’abord, la demande croissante pour des activités réalisées sur des espaces naturels risque de causer de fortes pressions sur ces milieux, d’où l’urgence de mieux planifier le développement de l’écotourisme et du tourisme de nature ainsi que de sensibiliser les individus à adopter des comportements qui respectent la fragilité des écosystèmes. Ensuite, pour répondre à ces besoins accrus d’espaces naturels, l’offre touristique s’est fortement diversifiée à travers les producteurs de tourisme d’aventure, d’écotourisme, de tourisme de nature ou de plein air qui voient à développer de nouveaux produits orientés davantage sur l’appréciation de la nature et sa compréhension. En ce sens, un cadre de référence devenait essentiel, ne serait-ce que pour lever toute ambiguïté quant à la définition même de l’écotourisme. Finalement, le Québec n’est pas le seul à offrir des espaces naturels attrayants où la diversité biologique et l’exotisme constituent une richesse indéniable. La concurrence mondiale représente une réalité incontournable, d’où le besoin pour le Québec de se positionner adéquatement afin de planifier l’émergence de produits et services spécifiques et de qualité dans un contexte de développement durable.

17Loin de constituer un « nouveau modèle », avec l’inclusion de la biodiversité comme « capital » dans un contexte d’échanges mondialisés, les aires protégées instrumentalisent les ressources naturelles au profit d’une structure de pouvoir portée par des acteurs publics et privés privilégiant une conception commune des relations entre l’humain et la nature. Par exemple, la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), laquelle assure l’administration et le développement de plusieurs territoires publics du Québec méridional offrant des activités liées à l’écotourisme (parcs nationaux, réserves fauniques), a investi ces dernières années dans une offre plus luxueuse et confortable afin d’élargir sa clientèle et remédier à la baisse de fréquentation, provoquant plusieurs critiques (voir Roy, 2017 pour quelques exemples). À l’image de Parcs Canada et d’autres agences de parcs à travers le monde, la Sépaq a bonifié son offre d’hébergement et augmenté ses différents tarifs, rendant l’accès tributaire du revenu des utilisateurs. Les parcs nationaux ont souvent été critiqués de représenter le terrain de jeu des touristes urbains plus fortunés (Duffy 2010) et l’orientation de la Sépaq s’inscrit dans cette démarche. Cette dernière s’appuie sur une utilisation « rationnelle » des ressources, c’est-à-dire sur un mode capitaliste de production basé sur l’arbitrage avantage/coût, une valeur prioritaire qui sous-tend le modèle de conservation néolibéral, la structure de pouvoir et le rôle des acteurs qui en découle.

Figure 2 : Réseau de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq)

Figure 2 : Réseau de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq)

Source : Sepaq, 2018

  • 7 Le MFFP a le mandat de planifier et de développer le réseau des parcs nationaux québécois, ainsi qu (...)

18Le rapport du Vérificateur général (2015) montre bien la marginalisation de la conservation au Québec au profit de la mise en valeur, du développement et de la capture de revenus. On y apprend par exemple que les documents d’encadrement du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP)7 concernant la conservation du patrimoine naturel des parcs nationaux sont devenus caducs (par exemple les plans directeurs inexistants, incomplets ou trop vieux - plus de vingt ans en moyenne). On y apprend également que les actions de conservation dans le réseau des Parcs nationaux du Québec (Sépaq) sont insuffisantes et que l’information diffusée sur la conservation du patrimoine naturel dans les parcs nationaux est incomplète.

Conclusion

19Cet article proposait d’explorer la relation entre les objectifs de développement du tourisme et ceux de protection des ressources naturelles, en s’intéressant au cas du Québec à travers le prisme de l’économie politique de Susan Strange. À ce titre, nous avons identifié les valeurs privilégiées par certains acteurs, en particulier ceux qui détiennent le pouvoir de définir le modèle de développement qui sous-tend les stratégies de conservation et la place que doit occuper l’écotourisme dans ce contexte. Bien que le pouvoir reste diffus et résulte d’une négociation permanente entre les acteurs, il repose sur des structures de pouvoir dont les assises - législatives et du savoir (la connaissance des problèmes et des solutions associées à la biodiversité) - définissent les règles du jeu dans lesquelles s’inscrivent les comportements des autres acteurs. Comme ailleurs au Canada et en plusieurs lieux dans le monde, la conservation au Québec s’insère dans un modèle néolibéral. Dans ce contexte, les ressources naturelles s’inscrivent dans une restructuration de la société où la promotion de l’utilisation des marchés replace le rôle de l’État comme producteur d’un environnement stable, prévisible et sécuritaire pour les échanges monétarisés (Castree, 2008). Les valeurs prioritaires auxquelles ce chapitre fait référence ont des conséquences directes sur le rapport des personnes au territoire occupé et traversé, où l’espace naturel doit être valorisé économiquement pour que la biodiversité soit protégée.

20L’exemple du Québec confirme que le modèle dominant de conservation des ressources naturelles repose sur des valeurs prioritaires néolibérales au sens de Susan Strange et que l’écotourisme s’insère dans et contribue à la conservation néolibérale. Si l’écotourisme participe de façon marginale à freiner la dégradation des ressources naturelles, il a contribué à positionner la logique d’un modèle de conservation. L’échec relatif de l’écotourisme repose sur les mêmes problèmes que les stratégies de conservation néolibérale cherchent à résoudre, c’est-à-dire la place prépondérante d’acteurs qui possèdent les moyens économiques et politiques les plus importants. Bien que certaines de ses manifestations ne soient pas aussi spectaculaires que dans d’autres parcs canadiens, le cas du Québec montre qu’une position alternative au modèle dominant de représentation des ressources naturelles est difficile à négocier et l’intérêt des acteurs ayant peu de moyens d’influencer les structures de pouvoir en place a peu de chance d’être entendu dans ce contexte.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal, A. et K. Redford (2006). Poverty, Development, and Biodiversity: Shooting in the Dark?, WCS Working Paper Series, New York: Wildlife Conservation Society.

Aubertin, C. (2005). « La biodiversité : une notion en quête de stabilité », dans C. Aubertin (dir.), Représenter la nature : ONG et Biodiversité, Bondy, IRD Editions, 99-122.

Berteaux, D. (éd.) (2014). Changements climatiques et biodiversité du Québec : vers un nouveau patrimoine naturel, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Blanc, G. (2015). « Harmonie, écologie et nationalisme : la mise en parc de Forillon (1970-2012) », Revue d’histoire de l’Amérique française 68 (3-4) : 375-401.

Brockington, D. et R. Duffy (2010). Capitalism and conservation: the production and reproduction of biodiversity conservation », Antipode 42 (3): 469-484.

Butcher, J. (2007). Ecotourism, NGOs and development: a critical analysis, London & New York: Routledge.

Carter, E., W. M. Adam et J. Hutton (2008). Private protected areas: management regimes, tenure arrangements and protected area categorization in East Africa”, Oryx 42 (2): 177–186.

Castree, N. (2008). Neoliberalising nature: the logics of deregulation and reregulation”, Environment and Planning A 40 (1): 131–152.

CBD Secretariat (2015). Tourism supporting Biodiversity – A Manual on applying the CBD Guidelines on Biodiversity and Tourism Development, Montreal, Secretariat of the Convention on Biological Diversity.

Comité de coordination APP (2016). Projet d’expérimentation d’aires protégées polyvlentes, tome 3 : constats, recommandations, options de déploiement et réflexion sur la gouvernance, Québec : Gouvernement du Québec.

CPAWS (2012). The state of Canada’s parks: Parks under threat, Annual report of theCanadian Parks and Wilderness Society.

Donohoe, H. M. et R.D. Needham (2006). Ecotourism: The Evolving Contemporary Definition”, Journal of Ecotourism, 5 (3): 192–210.

Dudley, N. (éd.) (2008). Lignes directrices pour l’application des catégories de gestion aux aires protégées, Gland, UICN.

Duffy, R. (2010). Nature Crime - How We’re Getting Conservation Wrong, New Haven & Londres, Yale University Press.

Duffy, R. et L. Moore (2010). Neoliberalising nature ? Elephantback tourism in Thailand and Botswana, Antipode 42 (3): 742-766.

Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (2005). Rapports des évaluations mondiales, URL : <http://www.millenniumassessment.org/fr/Global.html>.

Ferraro, P.J. (2011). “The Future of Payments for Environmental Services”, Conservation Biology, 25 (6): 1134-1138.

Francoeur, L.-G. (2011), « Pour une politique nationale de la biodiversité », Le Devoir, 4 février 2011.

Gagnon, C. et N. Lahaye (2010). « Tensions entre conservation et développement touristique : le cas du Parc national du Mont-Orford (Québec, Canada) », dans C. Gagnon (dir.), L’écotourisme visité par les acteurs territoriaux. Entre conservation, participation et marché, Québec, Presses de l’Université du Québec : 11-30.

Harvey, C. A., B. Dickson et C. Kormos (2010). “Opportunities for achieving biodiversity conservation through REDD”, Conservation Letters 3(1): 53–61.

Igoe, J. et D. Brockington (2007). “Neoliberal Conservation: À Brief Introduction”, Conservation and Society 5(4): 432–449.

IUCN (2017). Tourism – TAPAS, URL: <https://www.iucn.org/theme/protected-areas/wcpa/what-we-do/tourism-tapas>.

Le Roy, S. et K. Green (2005). Can markets save Canada’s national parks?, The Fraser Institute Digital Publication.

McShane, T.O., P.D. Hirsch, T.C. Trung, A.N. Songorwa, A. Kinzig, B. Monteferri, D. Mutekanga, H. Van Thang, J.L. Dammert, M. Pulgar-Vidal et M. Welch-Devine (2011). “Hard choices: making trade-offs between biodiversity conservation an human well-being”, Biological Conservation 144(3): 966–972.

MDDEFP (2013). Orientations gouvernementales en matière de diversité biologique 2013, Québec, Gouvernement du Québec.

MDDELCC (2017). « Les aires protégées au Québec », URL : <http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees/aires_quebec.htm>

Nature Québec et SNAP (2015). Le maintien de la biodiversité : un principe à replacer au cœur du développement durable !, Mémoire présenté à la Commission des transports et de l’environnement dans le cadre des consultations particulières sur le projet de stratégie gouvernementale de développement durable révisée 2015-2020.

OMT (2015). Les Nations Unies proclament 2017 Année internationale du tourisme durable pour le développement, URL : <http://media.unwto.org/fr/press-release/2015-12-10/les-nations-unies-proclament-2017-annee-internationale-du-tourisme-durable->, communiqué de presse consulté le 3 juillet 2017.

Rands, M.R., W.M. Adams, L. Bennun, S.H. Butchart, A. Clements, D. Coomes, A. Entwistle, I. Hodge, V. Kapos, J.P. Scharlemann et W.J. Sutherland (2010). “Biodiversity conservation: challenges beyond 2010”, Science 329(5997): 1298–1303.

Rodary, E. et C. Castellanet (2003). « Introduction. Les trois temps de la conservation », dans E. Rodary, C. Castellanet et G. Rossi (dir.), Conservation de la nature et développement : l’intégration impossible ?, Paris, Karthala : 5-44.

Roy, G. (2017). « Sépaq : l’avenir des parcs nationaux en question », Espaces, 3 mars 2017.

Sarrasin, B., O. Dehoorne et D. Augier (2016). « Tourisme et ressources naturelles, prendre la mesure du défi », Études caribéennes 33-34, URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/9489.

Sarrasin, B. (2013). Environnement et développement à Madagascar. Du plan d’action environnemental à la mise en valeur touristique des ressources naturelles, Paris, Karthala.

Shields, A. (2016). « Des aires protégées en attente... de protection. Certains territoires sont exposés à des activités d’exploration minière », Le Devoir, 25 octobre.

SNAP (2016). Sortie de crise : La SNAP Québec propose un Sommet extraordinaire sur la biodiversité, communiqué de presse émis le 14 juillet 2016.

SNAP (2017). De retardataire à chef de file ? L’intérêt renouvelé du Canada pour la protection de la nature pourrait donner des résultats, Rapport, Ottawa, Société pour la nature et les parcs du Canada.

Strange, S. (2011). Le retrait de l’État. La dispersion du pouvoir dans l’économie mondiale, Paris, Temps présent.

Tardif J. (2003). « Écotourisme et développement durable », VertigO, 4 (1), URL : <http://vertigo.revues.org/4575>.

Tardif J. et B. Sarrasin (2016). « La conquête territoriale par l’écotourisme : le cas de ChiPhat dans les Cardamomes », dans F. Guérin-Pace et E. Mesclier (dir.), Territoires et mobilisations contemporaines. Regards sur un phénomène planétaire, Paris, Karthala : 111-130.

TIES (2017). “What is ecotourism?”, URL : <http://www.ecotourism.org/what-is-ecotourism>, consulté le 18 juillet 2017.

Tourisme Québec (2002). Nature et tourisme : l’écotourisme au Québec en 2002, Québec, Gouvernement du Québec.

Vérificateur général (2015). Rapport du Vérificateur général du Québec à l’Assemblée nationale pour l’année 2015-2016. Rapport du commissaire au développement durable. Printemps 2015, Montréal, Vérificateur général du Québec.

Haut de page

Notes

1 À l’instar de l’UICN, nous définissons la gouvernance comme « les interactions entre structures, processus et traditions qui déterminent comment le pouvoir est exercé, comment les décisions concernant des questions d’intérêt public sont prises et comment les citoyens ou autres parties prenantes ont leur mot à dire » (Dudley, 2010 : 92).

2 Le Québec a été la première province canadienne à ratifier la Convention sur la diversité biologique dont le Secrétariat est situé à Montréal. Dans le même temps, le Québec s’est lancé dans l’élaboration d’une stratégie provinciale pour mettre en œuvre les objectifs de la CDB et, en 1996, il est devenu la première province à se doter d’une stratégie sur la biodiversité.

3 Parmi les autres lois importantes en ce domaine, mentionnons la Loi sur les réserves écologiques (1974), la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune (1983) et la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (1989).

4 Le Gouvernement du Canada gère également son propre réseau d’aires protégées au Québec par le biais de l’Agence Parcs Canada, laquelle établit ses propres critères de conservation. Parcs Canada gère trois parcs nationaux au Québec (Forillon, Mauricie, Archipel-de-Mingan) en plus de cogérer le Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent en partenariat avec la Sépaq. Cette présence fédérale au Québec dans le domaine de la conservation n’a pas été sans créer de vives tensions entre les différents niveaux de gouvernement (Blanc, 2015).

5 Tourisme Québec est le principal mandataire gouvernemental dans l’organisation de l’offre écotouristique au Québec.

6 Écotourisme et tourisme de nature au Québec, orientations et plan d’action 2003-2008.

7 Le MFFP a le mandat de planifier et de développer le réseau des parcs nationaux québécois, ainsi que d’encadrer leur gestion, dans le respect de la Loi sur les parcs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les aires protégées au Québec
Crédits Source : MDDELCC, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13142/img-1.png
Fichier image/png, 389k
Titre Figure 2 : Réseau de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq)
Crédits Source : Sepaq, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13142/img-2.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Tardif et Bruno Sarrasin, « Biodiversité et conservation néolibérale au Québec : la place de l’écotourisme », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13142 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.13142

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals