Navigation – Plan du site
Dossier

Le Parc national de la Guadeloupe : un territoire insulaire unique dédié à la protection de la biodiversité

The Guadeloupe National Park: a Unique Island Territory Dedicated to the Protection of Biodiversity
Hervé Magnin

Résumés

Le parc national de la Guadeloupe, créé en 1989 et modifié en 2006, est devenu un acteur central de la protection de la biodiversité de l’archipel. La moitié des visiteurs qui viennent en Guadeloupe parcourt les grands sites du parc. Une grande diversité d’habitats terrestres, aquatiques et marins caractérise les cœurs du parc. La géologie, le climat, l’histoire, comme l’intervention de l’homme ont façonné des paysages et une biodiversité originale, aujourd’hui soumis à diverses menaces localisées ou globales.
Au travers de ses missions, le parc national intervient sur la connaissance, sur des mesures de gestion en faveur de la conservation de la biodiversité, des actions de restauration écologique, en mettant l’accent sur la pédagogie et la sensibilisation aux enjeux environnementaux. Son nouveau défi est de réussir à mobiliser les acteurs de l’aire d’adhésion et de l’aire maritime adjacente autour du concept de solidarité écologique et ainsi de consolider la conservation de la biodiversité des cœurs.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’archipel de la Guadeloupe appartient à l’arc des Antilles, il se situe à une latitude de 16° soit environ 7° au sud du tropique du Cancer. Son climat tropical est contrasté, avec une île basse et sèche, de calcaire corallien – Grande-Terre - et une autre attenante île haute volcanique et abondamment arrosée – Basse-Terre. Plusieurs dépendances apportent une diversité supplémentaire autant au niveau des paysages que de la biodiversité. La biodiversité de l’archipel a été mise à l’épreuve de la colonisation. Toutes les terres étaient à l’arrivée de Christophe Colomb couvertes de forêts du bord de mer aux hauteurs de la Basse-Terre. Les défrichements détruisirent l’essentiel des forêts de basse et moyenne altitudes, seules les hauteurs du massif recèlent encore des forêts originelles. Le xxe siècle a été celui de la croissance de la population, du développement et de l’urbanisation. C’est certainement durant cette période que les dommages sur les milieux marins et les rivières ont été les plus forts par l’impact des pollutions diverses et des prélèvements.

2Le Parc national de la Guadeloupe fut créé en 1989 après une dizaine d’années de gestation, c’est le premier parc national d’outre-mer. En 2009, il absorba la réserve naturelle du Grand Cul-de-sac marin ainsi que les îlets Pigeon et devient depuis un parc terrestre et marin.

1. Les enjeux de la biodiversité des Petites Antilles

1.1. L’histoire géologique et la géographie

3L’arc des Antilles s’étend sur 3500 kilomètres de la Floride jusqu’au nord du Venezuela. Il se compose de deux sous-ensembles à l’histoire géologique distincte, celui des Grandes Antilles au Nord et celui des Petites Antilles auquel appartient la Guadeloupe. Les Petites Antilles, limitées au nord par la fosse d’Anegada, rejoignent le continent sud-américain 850 kilomètres plus bas. Elles se décomposent elles-mêmes en deux arcs issus de la subduction de la plaque Amérique qui glisse sous celle de la Caraïbe. L’émergence de l’arc externe - le plus ancien - remonte à 40 millions d’années environ, alors que celui de l’arc interne est beaucoup plus jeune - 10 millions d’années - et abrite encore un volcanisme actif.

4L’archipel de la Guadeloupe occupe un territoire de 1700 km² avec ses dépendances (Marie-Galante, la Désirade et les Saintes). Grande-Terre et les dépendances appartiennent à l’arc interne, elles sont de basse altitude et constituées de calcaire corallien. La fermeture de l’isthme de Panama il y a environ trois millions d’années a conduit à l’isolement géographique de la région Caraïbe et de l’arc des Antilles qui en fait aujourd’hui un des 35 hot spots de la biodiversité mondiale (Myers et al., 2000) par son taux d’endémisme élevé, combiné à la perte rapide de ses habitats.

1.2. Le climat

5La climatologie de l’archipel est assez contrastée, les îles basses et le littoral de la côte sous le vent ont un climat sec avec des précipitations ne dépassant pas 1 500 mm/an. À l’inverse, la Basse-Terre est une île volcanique haute avec son point culminant occupé par le volcan actif de la Soufrière (1467 mètres), son relief retient les dépressions que ramènent les alizés par l’Est. C’est le château d’eau de la Guadeloupe et ses versants possèdent une des plus belles forêts tropicales humides des Petites Antilles avec des précipitations qui peuvent culminer au-delà de l’incroyable seuil de 10 m/an.

Figure 1. Diagramme climatique de Sainte-Rose

Figure 1. Diagramme climatique de Sainte-Rose

Source : CLIMATE-DATA.ORG

1.3. L’occupation humaine et de ses impacts sur l’environnement

6Les premières occupations humaines des Antilles sont datées de 5 000 ans av. J.-C. à Cuba, dont l’origine est sujette à discussion. Le site d’occupation le plus ancien de l’archipel (hors îles du Nord) est le Morne Cybèle, à la Désirade, daté de 1 140 ans. Les Amérindiens capitulent après des années de résistance en 1660 lors du traité signé à Basse-Terre avec les Français et les Anglais qui leur concèdent la Dominique et Saint-Vincent. C’est à peu près le moment où la culture de la canne à sucre se développe à grande échelle en Guadeloupe.

  • 1 Conseil général, Diagnostic forestier de la Guadeloupe, IFN/IGN, 2014

7Quand Christophe Colomb pose le pied en Guadeloupe en 1493, il découvre une terre dominée par la forêt sur les reliefs comme sur les terres basses. À partir du XVIIe siècle, les défrichements progressent au profit de la culture de la canne. Il reste aujourd’hui seulement 22 % de surface forestière en Grande-Terre et 60 % en Basse-Terre1, pour un total d’environ 70 000 ha. Les seules forêts primaires ou très peu perturbées, qui subsistent sont sur les hauteurs de la Basse-Terre, sous la protection du parc national, alors qu’elles ont disparu partout ailleurs pour laisser place à des forêts secondaires. Le défrichement, même si son rythme s’est heureusement beaucoup réduit, continue petit à petit son œuvre de destruction et de fragmentation des habitats.

1.4. Le peuplement

8L’archipel compte plus de 400 000 habitants (INSEE, 2014), soit une densité de 235 habitants/km² ; ce peuplement est à l’origine de multiples atteintes à l’environnement, dont les deux principales sont la dispersion des habitats et les pollutions des eaux superficielles et des eaux littorales. Les efforts à consacrer pour améliorer cette situation sont en cours, mais la tâche reste immense. Les fragiles formations coralliennes qui se développent dans des eaux naturellement oligotrophes sont directement impactées par ces pollutions organiques. C’est l’urgence écologique majeure du territoire.

1.5. Agriculture

9Une nouvelle culture d’exportation se développe au début du XXe siècle : celle de la banane. L’utilisation massive du chlordécone - pesticides organochlorés très rémanents - pour lutter contre le charançon entre 1973 et 1993, a conduit à un empoisonnement à grande échelle des sols et des eaux. Malgré ce scandale sanitaire et des conséquences en matière de contamination qui se mesurent en centaines d’années pour les écosystèmes aquatiques (rivières, zones humides et eaux littorales) touchés, l’utilisation des pesticides plus banalement appelés « phytosanitaires » se poursuit. Que dire de la quantité massive d’herbicides totale (glyphosate), bien que suspectée d’être cancérigène, encore largement utilisée, y compris par les collectivités et les particuliers.

10À noter l’interdiction des épandages aériens de fongicides dans les cultures de bananes a été obtenue en 2014 par l’intervention d’un collectif associatif. Le développement de l’agroécologie est un impératif, seul objectif durable en matière de politique agricole dans un petit territoire insulaire comme la Guadeloupe.

1.6. Ressources en eau

11Les captages en rivières, qui représentent 70 % du volume prélevé pour l’eau potable (Agreste Guadeloupe, 2011) sont tous effectués en Basse-Terre. Ainsi, le cœur forestier du parc contribue pour environ 50 % de l’approvisionnement en eau potable (environ 80 % des prélèvements en rivières dépendent de la zone cœur du parc), soit 30 millions de m3 sur les 60 millions de « productions utiles moyennes d’eau » (Office de l’Eau, n.d.).

12À cela, on peut ajouter 5 à 10 millions de m3 captés dans les sources situées directement en aval de la zone cœur du Parc dans la région de Trois-Rivières. La zone cœur de parc contribue aussi à environ 90 % du volume d’eau pour l’irrigation qui s’élève à 15 millions de m3 (SDAGE 2010-2015). Les périmètres irrigués recouvrent 9 300 ha (SDAGE, 2003), qui incluent d’importantes surfaces en Grande-Terre, pour une bonne partie dédiée à la culture du melon, très gourmande en eau.

13Ces prélèvements au fil de l’eau sur les rivières créent des déséquilibres majeurs dans le fonctionnement de ces écosystèmes que seule une meilleure gestion des réseaux d’une part et la réalisation de bassins de stockage d’autre part pourront rétablir.

1.7. Un flux continu d’introduction d’espèces exotiques

14La Guadeloupe est depuis longtemps une terre où de nombreuses espèces exotiques ont été introduites volontairement et involontairement, à l’image de la flore dont 15 % sont considérées comme naturalisées (Fournet et al., 1978, 2002). La faune n’est pas en reste comme en témoigne l’expérience catastrophique de l’introduction volontaire d’un nouveau prédateur - la petite mangouste indienne (Herpestes javanicus auropunctatus) - pour réguler un autre intrus involontaire : le rat. La fourmi manioc (Acromyrmex octospinosus), intrus involontaire arrivé d’Amérique du Sud, est un autre exemple de ravageur ayant entraîné des dégâts considérables sur les cultures maraîchères. En mer, on peut noter, à la suite d’un relâcher accidentel en Floride à la fin des années 1980, l’arrivée en 2010 du poisson-lion (Pterois volitans), rapidement installé dans toutes les eaux de l’archipel. Avec l’intensification des échanges commerciaux internationaux, il est maintenant important d’être beaucoup plus vigilant face à ce risque d’invasion biologique et mettre en place les bonnes mesures de prévention. Ce risque est considéré par l’UICN comme la troisième menace sur la biodiversité mondiale.

1.8. Des changements globaux aux impacts aggravants sur la biodiversité

  • 2 C. Cayol, Météo France, 2015 (Entretien)

15Caché derrière ces menaces majeures immédiates pour la biodiversité pointe déjà les effets amplificateurs du changement global. Bien que les modèles d’évolution du climat sur les Antilles françaises fassent apparaître des incertitudes concernant les précipitations et la fréquence de cyclones, l’augmentation des températures (de 1,5 à 2,5 °C d’ici 2050) et des précipitations extrêmes est très probable. D’ores et déjà, l’analyse des données au cours des 60 dernières années fait apparaître une élévation de la température moyenne annuelle de 1,2 °C2 supérieure à la moyenne mondiale constatée par le rapport du GIEC (réchauffement de 0,85 [0,65 à 1,06] °C au cours de la période 1880-2012).

16Le réchauffement global a aussi des effets divers et menaçants tels que l’élévation du niveau marin, l’élévation de la température de l’eau ou encore l’acidification des eaux. Les impacts potentiels de ces phénomènes sont très variables selon les situations et les écosystèmes concernés. Face à l’impuissance à agir à la source de ce phénomène, l’essentiel repose donc sur l’urgence de réduire les menaces immédiates et redonner de la résilience aux écosystèmes afin de leur permettre de s’adapter ou de mieux résister.

2. Le territoire du parc

17Après une dizaine d’années de préparation le parc national de la Guadeloupe est créé en 1989, premier parc national de l’outre-mer et septième et dernier parc issu de la loi de 1960. Une zone centrale constituée de 17 300 ha de forêt dense humide sur les hauteurs de la Basse-Terre et trois communes de la Côte-sous-le-vent (Vieux-Habitants, Bouillante et Pointe-Noire) sont inscrites en zone périphérique. Devant l’impossibilité légale de pouvoir proposer un parc avec une zone centrale géographiquement discontinue, le Grand Cul-de-sac marin (six unités) est classé en 1987 en réserve naturelle, dont la gestion sera rapidement confiée au parc. En 2006 une nouvelle loi revoit les principes directeurs des parcs nationaux, ouvrant la voie a deux nouveaux parcs outre-mer : le parc amazonien de Guyane puis celui de la Réunion, suivi du dernier né, celui des Calanques. En 2009, le périmètre du parc national est redessiné :

  • les espaces classés en réserve naturelle deviennent « cœur de parc » (3 800 ha) ;

  • trois nouveaux cœurs sont retenus : les îlets Kahouanne (17 ha) et Tête à l’Anglais (1 ha) – zone terrestre seulement et le site des îlets Pigeon – zones terrestres et marine (1 000 ha) ;

  • une aire maritime adjacente qui s’étend jusqu’au 12 milles marins (130 000 ha) ;

  • une aire optimale d’adhésion de 21 communes (94 000 ha).

Figure 2. Les emprises spatiales du Parc national

Figure 2. Les emprises spatiales du Parc national

2.1. Les espaces terrestres du parc national de la Guadeloupe

18Une grande majorité des écosystèmes de l’archipel sont présents dans le parc national, du sommet de la Soufrière aux formations littorales. Le fleuron de cette diversité est le massif forestier de la Basse-Terre, dont les zones d’altitude sont dans un parfait état de conservation. Une réserve intégrale est d’ailleurs à l’étude sur les hauteurs du massif dans des zones inaccessibles. L’autre écosystème remarquable est la forêt installée sur les rives du Grand Cul-de-sac marin, qui se partage entre les forêts marécageuses inondables et les mangroves qui bordent le littoral. La Guadeloupe était nommée par les Indiens Karukera - l’île aux belles eaux - qui rappelle la richesse en rivières qui dévalent ses versants.

2.2. Les espaces marins du Parc national de la Guadeloupe

19La baie du Grand Cul-de-sac marin se présente comme un « Grand V » (GranV la) entre les pointes nord de la Basse-Terre et de la Grande-Terre. Elle recèle trois grands types de biocénoses originales : les mangroves, les herbiers de phanérogames marines et les récifs coralliens. L’îlet Tête à l’Anglais et l’îlet Kahouanne sont des milieux rares. Les fonds marins environnants des îlets Pigeon sont occupés par une communauté corallienne non récifale, mais d’une grande biodiversité. Il s’agit de la plus florissante de la Guadeloupe avec une des biodiversités parmi les plus élevées des Antilles françaises.

20L’aire maritime adjacente s’étend en mer des Caraïbes de la Pointe de la Grande Vigie à Anse-Bertrand, jusqu’à l’Anse à la Barque à Bouillante. Ainsi, elle comprend les eaux du Grand Cul-de-sac marin ainsi que les eaux territoriales au large de la Côte-sous-le-vent jusqu’à la limite des 12 milles marins.

21L’ensemble des eaux économiques exclusives (ZEE) de l’archipel est depuis 2010 partie intégrante du sanctuaire AGOA pour la protection des mammifères marins.

3. La nouvelle gouvernance du Parc national

22La loi de 2006 instaure une nouvelle démarche : la charte de territoire. Elle s’inspire de l’expérience des parcs naturels régionaux en proposant un périmètre (aire optimale d’adhésion) dans lequel les communes peuvent adhérer librement à un projet de charte. Cette charte vise à renforcer les « solidarités écologiques » des cœurs avec les espaces périphériques anthropisés. Elle fixe les objectifs de développement durable au sein de l’aire optimale d’adhésion et vient encadrer les activités présentes en cœur (mesures d’application de la réglementation en cœur). Seize communes sur les vingt et une du périmètre se sont engagées par délibération des conseils municipaux à adhérer à la charte de territoire en 2014.

23Un conseil d’administration est une instance de gouvernance locale qui réunit l’ensemble des collectivités concernées, dont les vingt et une communes, les principales administrations de l’État, les chambres consulaires, les socio-professionnels et diverses personnes qualifiées. Il vote les budgets et conduit la mise en œuvre de la charte de territoire. Il est appuyé par deux instances consultatives : le Conseil scientifique et le Conseil économique, social et culturel. Il possède l’autorité d’émettre des avis conformes, dès lors que des projets d’activités ou d’aménagements sont de nature à porter atteinte de façon significative au cœur du parc.

4. La biodiversité : richesse et menaces

4.1. La forêt tropicale humide et les fourrés d’altitude

24Le cœur « historique » du Parc national s’étend sur toute la partie haute du massif montagneux de la Basse-Terre. La distribution des peuplements forestiers (Breton, 2008) répond à trois variables principales : un effet d’altitude, un effet de versant (au vent et sous le vent ou effet de foehn) et un effet de latitude, via une histoire géologique plus ancienne au nord.

Figure 3. Effet de foehn

Figure 3. Effet de foehn

Source : A. Rousteau

25La forêt hygrophile peut monter jusqu’à plus de 1000 mètres et la pluviométrie y est importante, de 1 500 à 5 000 mm par an. Le genre Sloanea regroupe les arbres les plus spectaculaires de ce milieu, pouvant dépasser 30 mètres de haut et mesurer plusieurs mètres de circonférence. D’autres espèces d’arbres typiques structurent cette forêt : gommier blanc, mapou baril, marbris - dit « bois bandé » - ou encore bois rouge carapate, endémique de l’île. Certaines espèces exotiques ont été introduites en forêt par l’homme comme le mahogany grandes feuilles, le pin caraïbe, le bambou, le tulipier du Gabon ou bien la pomme rose, ces quatre dernières étant reconnues pour leur risque invasif.

26La forêt altimontaine rabougrie, de 550 à 850 mètres, comprend des arbres colonisés par les mousses et les épiphytes. Au-dessus de 850 mètres se développent les hauts fourrés d’altitude, dominés par le mangle montagne et les savanes d’altitude composées de formations où s’entremêlent ligneux, herbacées, ananas et épiphytes adaptés à la saturation en eau qui accompagne la forte couverture nuageuse. L’endémisme est positivement corrélé à l’altitude : c’est dans les savanes que vivent le plus grand nombre de taxons endémiques. Ces écosystèmes sont globalement à l’abri des atteintes directes par l’homme, ce sont les changements globaux qui sont susceptibles de perturber les équilibres.

27En Côte-sous-le-vent, la végétation du littoral jusqu’à 500 mètres d’altitude est composée de forêts semi-décidues et sempervirentes saisonnières à forte richesse floristique, essentiellement secondaires. La très forte déprise agricole qui marque cette région favorise sa reconstitution à long terme. Quelques îlots de forêts primaires subsistent en bord de falaise, de ravines et en limite de cœur du parc national.

28La flore est particulièrement riche : 811 plantes à fleurs, 274 fougères, 84 espèces d’orchidées dont 5 espèces endémiques de la Guadeloupe sont présentes dans le cœur forestier du parc national.

29La faune comprend des espèces endémiques des Petites Antilles, voire de la Guadeloupe seulement. Le Pic de Guadeloupe, seul pic sédentaire des Petites Antilles et endémique de la Guadeloupe, est largement représenté dans le cœur forestier qui protège près d’un tiers de la population de Guadeloupe.

30La destruction des forêts est en train d’isoler la sous-population des Grands-Fonds menacée par la pression urbaine de l’agglomération pointoise. Vingt-huit espèces nicheuses d’oiseaux peuplent ces forêts dont douze sont endémiques de quelques îles seulement : la paruline caféiète, très commune en forêt humide n’habite qu’en Guadeloupe et à la Dominique, la grive à pattes jaunes est endémique de quatre îles des Petites Antilles et classée menacée au niveau mondial. Le martin-pêcheur à ventre roux dont la population est estimée à une dizaine de couples (Villard, 2010) trouve probablement son déclin dans la contamination des rivières par le chlordécone.

31Avec ses quatorze espèces de chauves-souris, la Guadeloupe possède la plus grande diversité spécifique des Petites Antilles. La rarissime Sérotine de la Guadeloupe est le seul mammifère strictement endémique de la Guadeloupe, son statut est très inquiétant sans que les causes soient à ce jour comprises. Deux grenouilles forestières sont également endémiques de la Basse-Terre : l’hylode de Pinchon et l’hylode de Barlagne, menacées notamment par la compétition avec l’hylode de Johnstone (espèce introduite envahissante) et l’arrivée possible d’un champignon pathogène (chytridiomycète).

32Chez les serpents, la grande et la petite couresse sont de plus en plus rarement observées et la cause de leur déclin difficile à interpréter. Les insectes recèlent des taxons originaux tels que le spectaculaire dynaste Hercule, insecte protégé en Guadeloupe, ou la mélipone (abeille sauvage) de Guadeloupe menacée par son exploitation sans précaution. Notons aussi la présence de la Mygale de la Soufrière, endémique du massif.

4.2. Les forêts sèches

33Les forêts sèches constituent un des écosystèmes forestiers les plus dégradés par le développement des activités humaines, les plus belles reliques se retrouvant en Grande-Terre et sur le littoral de la Côte-sous-le-vent. Elles renferment une biodiversité potentielle importante, avec notamment la plus grande abondance d’espèces forestières et arbustives (mapou, courbaril, gommier rouge, bois d’inde, raisinier grandes feuilles, etc.). La plupart de ces forêts sont impactées par les prélèvements de bois pour le charbonnage et les défrichements agropastoraux. Elles n’en revêtent pas moins des fonctions de protection des sols et de corridors écologiques pour la faune, à l’exemple du Pic de Guadeloupe et certaines espèces de chauves-souris forestières. En cœur de parc, on retrouve cet écosystème sur les îlets Kahouanne et Pigeon.

34Les forêts sèches préservées abritent une forte densité de petits reptiles : sphérodactyles fantastiques, petits geckos, anolis caractérisés par une grande variabilité phénotypique (Legreneur, 2013). L’iguane endémique des Petites-Antilles est passé en 2009 d’espèce « vulnérable » à espèce « en danger », sous la menace de son hybridation régressive avec l’iguane commun. Il fait l’objet d’un second Plan national d’action sur les Antilles françaises.

4.3. Les milieux karstiques des « Grands Fonds »

35La couverture végétale des Grands Fonds recèle une grande variété d’espèces (238 puces), dont une proportion importante d’espèces endémiques des Petites Antilles telles que le palmier dinde. On y retrouve des formations de forêts sèches plus ou moins dégradées, des pâturages et des vallons encaissés qui accueillent des forêts mésophiles voire ponctuellement à tendance hygrophile. Parmi les espèces emblématiques de l’avifaune, le Pic de Guadeloupe, intimement lié à la présence de la forêt, dont la population est en déclin.

36Les ravines boisées abritent encore de belles populations d’hylode de la Martinique, une grenouille endémique des Petites Antilles et en déclin. L’ensemble de ce patrimoine est menacé par l’urbanisation, les carrières de tuf et la production informelle de charbon de bois.

4.4. Les rivières, étangs et zones humides

37Les 55 rivières de la Basse-Terre ont une composition faunistique réduite, mais originale : on y trouve une douzaine d’espèces de crustacés et de poissons au cycle diadrome, c’est-à-dire qu’il implique des phases larvaires en milieu estuarien ou marin. Parmi les insectes aquatiques, très peu nombreux, on note la présence d’une libellule endémique de l’île (Protoneura romanae), récemment découverte. Le Grand Étang permet de découvrir quelques oiseaux d’eau (grèbe bigarré, poule d’eau, échassiers, etc.) et le Martin pêcheur à ventre roux dont la cause de l’effondrement de sa population reste incertaine. Le martinet sombre, rare et discret, nidifie sous certaines cascades.

38Hors du cœur, les rivières sont souvent altérées par les pressions anthropiques. Les embouchures, mangroves et canaux sont cependant des interfaces d’intérêt écologique majeur entre milieux d’eau douce et milieux marins, structurés par la présence de végétation des rives ou de mangrove qui contribuent à leur bon fonctionnement. Ces écotones offrent aux poissons marins et aux crustacés des conditions idéales pour leurs stades juvéniles ou leur reproduction. L’embouchure de la Grande Rivière à Goyaves est le seul estuaire inscrit en cœur du parc avec tous les enjeux qu’il représente en tant que plus important bassin versant de Guadeloupe.

39Les zones humides, comme partout, ont été comblées ou polluées, les sites qui ont résisté à ces pressions représentent un enjeu patrimonial majeur. Elles contribuent à accueillir les oiseaux d’eau durant leur migration. On ne compte pas moins de 37 espèces d’odonates attachées à ces milieux, ce qui fait de la Guadeloupe la plus riche des îles des Petites Antilles. La présence de nombreuses mares artificielles en Grande-Terre a contribué à cette diversification de ce groupe. À l’exception de certaines zones humides du littoral du Grand Cul-de-sac marin, ces zones humides sont en majorité situées hors cœur. L’envahissement par des espèces végétales exotiques (typha, jacinthe, laitue d’eau, etc.) est localement un problème.

40Les cours d’eau, qui proviennent principalement du massif montagneux, cœur du parc national, sont préservés des dégradations sur l’amont des bassins versants, mais subissent l’impact de l’homme à l’aval (prélèvements, rejets domestiques, pollutions industrielles, pollutions agricoles, artificialisation des berges, obstacles à la continuité écologique, etc.). La Guadeloupe accuse un gros retard sur ses obligations européennes de traitement des eaux d’assainissement collectif et individuel. La mauvaise gestion des réseaux d’eau potable entraîne des pertes importantes et accroît donc les prélèvements des eaux de surface. Ce rendement pourrait s’améliorer avec la construction de nouvelles retenues dont la capacité de stockage viserait atteindre 12 millions de m³ supplémentaires (SDAGE 2016-21). En Basse-Terre le croissant bananier est à l’origine d’une très grave pollution des sols, des rivières et du littoral par un insecticide très rémanent : le chlordécone, comme en témoignent les interdictions de pêche en rivière et sur le littoral, prises au regard de la santé publique.

4.5. Les formations littorales

41La végétation des plages est constituée de plantes rampantes (patate bord de mer, pois bord de mer, etc.) et d’herbacées (pourpier bord de mer, etc.). En arrière de cette frange pionnière, on trouve une végétation arbustive qui peut comporter des épineux, notamment la canique grise. L’arrière-plage est souvent occupée par une forêt littorale dominée par le raisinier bord de mer, le catalpa, le mancenillier, l’amandier pays et le galba. La litière épaisse de ces forêts est l’habitat privilégié des petits geckos terrestres, les sphérodactyles fantastiques, endémiques des Petites Antilles. Les plages offrent un habitat favorable à la nidification de trois espèces de tortues marines, dont la tortue luth qui niche en Guadeloupe.

42Les mangroves sont des formations originales qui s’ordonnent selon la salinité des eaux : peuplements de palétuvier rouge en façade maritime puis palétuviers blanc, noir et gris sur trois ceintures de végétation imbriquées. Leurs fonctions écologiques et leurs services rendus sont maintenant bien connus et reconnus. Au contact des mangroves, la forêt marécageuse est constituée essentiellement par le mangle médaille, parfaitement adaptée aux sols inondés. Cette forêt est unique aux Antilles.

43Les formations herbacées inondables se distribuent au sein de deux grandes catégories d’habitat : les marais saumâtres ou d’eau douce et les prairies humides (eaux salées et eaux douces) pâturées. Les marais sont des habitats favorables à l’avifaune migratrice qui trouve dans ces milieux une abondante nourriture. Les prairies humides sont pâturées par des bœufs et constituent des paysages menacés par l’urbanisation.

44Les falaises constituent, hors cœur, un lieu privilégié de nidification d’oiseaux marins tel que les magnifiques grandes pailles en queue (ou pailles en queue à bec rouge). Elles abritent des grottes qui peuvent servir de gîtes diurnes aux chauves-souris. Trois espèces de cactacées rares ou très rares en Guadeloupe y sont présentes.

45Les îlets du Grand Cul-de-sac Marin et de la Côte-sous-le-vent abritent une palette très variée d’habitats : mangroves, marais, forêts sèches, plages ou encore des faciès rocheux. L’îlet Christophe est ceinturé par une couronne de Palétuviers rouges et a vu le retour récent de la nidification du pélican brun en 2014. Les îlets Carénage et la Biche sont constitués par des formations de mangrove ainsi que par un banc de sable. De nombreuses espèces d’oiseaux : échassiers et oiseaux marins utilisent les palétuviers comme dortoirs et lieux de reproduction, mais la forte sensibilité au dérangement du pélican comme de la frégate freine le retour de leur nidification. Elles exploitent le lagon pour s’alimenter.

46La sterne de Dougall qui niche, avec la petite sterne, sur l’îlet Blanc est le seul lieu de nidification de l’archipel de cette espèce dont la population est une plus menacée de la région. Malheureusement, l’érosion de cet îlet sableux s’est accélérée ces dernières années. La plage du four à chaux de Fajou est un site important de ponte pour la tortue imbriquée. L’îlet héberge aussi une population de la sous-espèce endémique de râle gris. Son statut de protection en fait aussi une des haltes migratoires de limicoles les plus importantes de l’archipel.

47Sur les îlets Kahouanne et Tête-à-l’Anglais, quelques espèces végétales rares y sont localisées notamment deux orchidées protégées et deux cactus (raquette volante et cactus cierge). L’îlet de Tête à l’Anglais est un site assez inaccessible qui accueille une des plus belles colonies d’oiseaux marins de l’archipel, dont plusieurs espèces nicheuses. On y croise une sous-espèce d’anolis endémique. Kahouanne accueille également une plage de nidification de la tortue verte.

4.6. Le milieu marin

4.6.1. La baie du Grand Cul-de-sac marin

48D’une superficie de 20 000 ha, le Grand-Cul-de-Sac marin constitue une extraordinaire mosaïque d’habitats naturels (les mangroves, les herbiers de phanérogames marines et les récifs coralliens) unique dans les Petites Antilles. Traversée par une barrière corallienne de 29 kilomètres de long, la baie est bordée par la plus large ceinture de mangrove des Petites Antilles (plus de 6 000 ha) et une forêt marécageuse très étendue. C’est une baie peu profonde parsemée d’îlets et abritée de la houle qui attire de nombreux plaisanciers, une activité de pêche artisanale et une offre de découverte touristique en plein développement.

49La barrière récifale protège le lagon de la houle, les herbiers constitués de deux espèces structurantes (« herbe à tortue » et « herbe à lamantin ») contribuent à l’oxygénation de l’eau, piègent les sédiments et assurent le rôle de nursery des poissons et de certains invertébrés. Les mangroves offrent protection contre la sédimentation, abri et alimentation aux alevins.

4.6.2. Les formations coralliennes des îlets Pigeon

50Sur seulement quelques dizaines d’hectares, ces îlets possèdent une valeur écologique exceptionnelle. La majorité des espèces présentes dans les Antilles françaises y ont été recensées : 64 espèces de coraux, 155 espèces de poissons et près de 70 éponges, etc. Cet écosystème est aujourd’hui menacé par la surfréquentation. On estime avoir atteint 100 000 plongées par an, auquel s’ajoutent deux bateaux à fond de verre, de la randonnée palmée et des visites en kayak.

4.6.3. Le milieu pélagique

51130 000 ha ont été classés en aire maritime adjacente, c’est le lieu d’expression des cétacés et des poissons pélagiques. On recense en Guadeloupe 28 espèces de cétacés, des plus communes (cachalots, baleines à bosse, dauphins) aux plus rares (sténos, baleines à bec, orques, etc.). Dans cet espace la pêche est essentiellement développée autour des DCP (dispositifs de concentration de poissons).

4.6.4. Les menaces

52Les milieux marins tropicaux sont diversifiés, mais fragiles, les eaux tropicales sont naturellement pauvres au niveau trophique du fait de la température élevée de l’eau et de sa pauvreté en nutriments. Les récifs coralliens des Antilles constituent des oasis de biodiversité au taux d’endémisme élevé. Ils sont fragilisés par de nombreuses atteintes, dont les principales sont les flux de pollution, l’hypersédimentation due à l’érosion des sols et la surpêche.

53Les épisodes de réchauffement qui conduisent au blanchissement des coraux et peuvent déboucher sur la mort des coraux viennent aggraver cette situation. Ils ont été multipliés par dix en moins de quarante ans, passant d’un tous les vingt-cinq ou trente ans au début des années 1980 à un tous les trois ans en 2017 (Hughes et al., 2018). Pour faire face à ces changements, il est donc indispensable de redonner de la résilience aux coraux en réduisant les menaces sur lesquelles il possible d’intervenir rapidement.

5. Rôle du Parc dans la gestion de la biodiversité

5.1. La connaissance et la recherche

54La connaissance est un pilier de l’action du Parc sans laquelle son expertise perdrait beaucoup de sa légitimité et de son rôle dans l’aménagement du territoire. Il est accompagné par un Conseil scientifique qui le guide dans ses inventaires de la biodiversité et l’étudie du fonctionnement des écosystèmes. Il s’appuie pour ça sur une stratégie scientifique (2013-2023), adoptée par le Conseil d’administration du parc. Cette expertise scientifique doit aussi permettre au parc d’instrumenter sa vision globale et dynamique des grands processus (trame verte et bleue, fragmentation, érosion de la biodiversité et changements globaux).

55Le Parc s’est doté d’outils qui lui permettent de suivre l’état de la biodiversité de son territoire. La plupart de ces protocoles s’inscrivent dans le suivi à long terme de certains indicateurs. Ces longues séries de données, le plus souvent hors de portée des instituts de recherche, apportent des enseignements majeurs pour comprendre la dynamique des populations et des écosystèmes et mesurer les impacts des pressions anthropiques.

5.2. Quelques exemples d’actions de conservation

5.2.1. Le projet de réintroduction du lamantin

  • 3 Ce projet, déjà bien avancé, a très regrettablement et contre toute attente été annulé par N. Hulot (...)

56Dans la baie du Grand Cul-de-sac marin, le projet de réintroduction du lamantin est une action majeure du parc en matière de biodiversité. Inscrit initialement dans les grands objectifs de la réserve naturelle du Grand Cul-de-sac marin, sa faisabilité et de nombreuses études préalables ont été initiées depuis 2007. Le premier objectif est de restaurer un élément majeur de la biodiversité perdue par la faute de l’homme. Une chasse intensive commencée à l’époque coloniale se termine au début du XXe siècle, entraînant la disparition totale de la population de Guadeloupe. Cette action est aussi vue comme une extraordinaire occasion de sensibiliser les citoyens à l’environnement et fédérer les acteurs de la baie pour une meilleure prise en compte des menaces sur les écosystèmes littoraux (Breton, 2010a)3.

5.2.2. La préservation de la nidification des oiseaux du Grand Cul-de-sac marin

57 La préservation de la nidification des oiseaux est une responsabilité du parc que de préserver la tranquillité des nombreuses colonies d’échassiers et d’oiseaux marins présente sur les îlets de la baie. Elles sont assez vulnérables au dérangement que provoquent les visiteurs en s’approchant de trop près. La priorité a été d’alerter les opérateurs touristiques et de les sensibiliser à de bonnes pratiques. Ensuite est en préparation, avec la direction de la mer, une réglementation interdisant la navigation à moins de 50 mètres des colonies et une matérialisation de la limite par des bouées et des espars. On peut noter que ces premiers efforts ont permis au pélican brun de revenir nicher dans la baie après plus de vingt ans. Un suivi des colonies permettra d’évaluer cette gestion et de communiquer annuellement sur les résultats.

5.2.3. Le renforcement de la population d’une espèce d’orchidée très menacée : Epidendrum revertianum.

58La Guadeloupe recèle une richesse exceptionnelle d’orchidées avec plus d’une centaine d’espèces. Parmi elles Epidendrum revertianum - espèce pionnière - a connu un déclin alarmant. Elle a vu ses stations passer d’une dizaine dans les années 90 à 4 en 2015. Des semis en culture in vitro ont été réalisés depuis 2011, avec l’aide du CIRAD, à partir d’une trentaine de croisements entre plants sauvages. Sont actuellement disponibles plusieurs milliers de plants. Des prospections ont permis de localiser une 50taine de sites qui seraient conformes aux besoins de l’espèce. Le projet EPIREV porté par l’AGO (Association guadeloupéenne d’orchidophilie) et soutenu par le Parc national et l’État a démarré en 2016 par l’installation de quatre néo-populations, dont trois sont positionnées en cœur.

5.2.4. L’étude de l’écologie de la mélipone de Guadeloupe et la réflexion sur une méliponiculture durable

59Dans la zone néotropicale, le groupe majeur d’abeilles sociales (hors abeille domestique) est constitué par les représentants de la tribu des Meliponini avec 43 genres et environ 350 espèces (Michener, 2007 ; Meurgey, 2014) qui sont considérées comme d’importants pollinisateurs (Heard, 1999). Parmi cette tribu, une seule est indigène des Antilles, Melipona variegatipes Gribodo, 1893 et endémique de Guadeloupe. La présence de cette espèce et la collecte de miel dans les colonies sauvages sont attestées depuis 1630 en Guadeloupe. Malheureusement, l’écologie et la biologie de cette espèce sont encore inconnues et des mauvaises pratiques sont susceptibles de la mettre en danger. Le peu de miel de mélipone produit en Guadeloupe est très recherché sur le marché régional et vendu jusqu’à 10 fois le prix du miel d’abeille domestique. Le Parc national, en partenariat avec l’Apigua (Association des apiculteurs de Guadeloupe), a donc décidé de monter un projet, démarré en juillet 2017 sur 18 mois. Il consiste à étudier sur une année complète (saison sèche et saison humide) de l’espèce Melipona variegatipes dans le but de cerner les différents aspects écologiques, biologiques et génétiques de cette espèce vulnérable. En parallèle seront menés le suivi de diverses colonies et l’expérimentation avec quelques apiculteurs professionnels de techniques d’élevage.

5.2.5. La restauration de la forêt marécageuse à mangle médaille

60La forêt marécageuse à mangle médaille (Pterocarpus officnalis) est un type forestier original dont il ne reste plus que quelques milliers d’hectares en Guadeloupe ; elle occupe les zones inondables d’eau douce littorales qui jouxtent souvent la mangrove. Cette forêt joue un rôle important dans la régulation des transferts terrigènes qui affectent les écosystèmes marins côtiers, le stockage des eaux pluviales et la prévention des inondations. Dans le contexte du réchauffement climatique en cours et de ses effets attendus à moyen terme, cette formation paraît particulièrement menacée, car elle serait prise en étau entre l’expansion des mangroves littorales accompagnant le relèvement du milieu marin et la salinisation de la nappe et les contraintes orographiques et anthropiques empêchant sa progression vers l’amont (Migeot, 2010). Par ailleurs ces milieux ont subi de nombreux défrichements pour l’implantation de cultures vivrières, de pâturages des bovins, voire de canne à sucre. Une belle forêt marécageuse encore bien préservée, la forêt de Golconde, se trouve en cœur de parc sur la commune des Abymes. Le Parc a engagé depuis 2016 la constitution d’une pépinière in situ et envisage la reconstitution progressive des peuplements disparus situés en lisière de la forêt existante, en s’appuyant sur l’expérimentation réalisée par l’Université des Antilles et l’ONF dans le cadre du programme INTERREG IV « Zones humides littorales » (Bompy, 2013).

5.3. Quelques exemples de mesures de la gestion des usages

  • 4 Loi n° 2006-436, 14 avril 2006, relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parc (...)

61Les parcs nationaux doivent depuis 20064 mieux tenir compte des usages récréatifs présents dans leurs cœurs (Breton, 2010c). L’apparition de nouveaux usages, comme le canyoning, les courses en montagne (trail), le paddle ou le kite surf en mer, nécessitent de pouvoir évaluer leurs impacts sur la biodiversité et anticiper sur de potentielles dégradations. Dans certains cas, il est plus prudent d’appliquer le principe de précaution, considérant qu’il est souvent difficile de revenir sur des situations installées, même avec des arguments (Breton, 2010b).

62Les trails ou courses en montagne sont un bon exemple d’une activité nouvelle en plein essor dans les espaces naturels protégés. La plus connue de ces courses en Guadeloupe est le « Volcano Trail » créé en 2001. Son succès s’est confirmé avec une diversification des parcours et une importante croissance de la participation. La fréquentation de la Soufrière est relativement stable depuis une dizaine d’années (98 500 visiteurs en 2016 ; enquête Qualistat 2016-17). Les 600 participants de la dernière édition de septembre 2017 ne représentent donc que 6 % de la fréquentation annuelle. Il ne faut pas pour autant négliger le fait que ces coureurs utilisent des sentiers éloignés et fragiles peu ou pas utilisés par le grand public. Par ailleurs, il faut prendre en compte le temps passé par les coureurs à l’entraînement qui s’ajoute à la compétition. Le rassemblement de coureurs sur un temps court augmente l’impact direct sur le milieu. Dans ces milieux d’altitude, les précipitations sont importantes et peuvent dépasser 6 m/an. Les sentiers tracés en montagne sont, du fait de la nature des sols volcaniques sont très instables. Ils sont par ailleurs soumis à une forte érosion due au ruissellement important à ces altitudes sur les sols nus. Ce phénomène entraîne des coûts d’entretien élevés et des risques de glissement de terrain dommageables pour la biodiversité. Dans ce contexte, le parc national a travaillé avec son conseil scientifique et décidé d’interdire toute nouvelle compétition en cœur et appliqué un numerus clausus sur celles existantes. Chaque course fait l’objet d’une concertation avec les organisateurs sur les tracés envisagés, avant autorisation formelle délivrée par le directeur de l’établissement.

63La plongée est une activité très pratiquée depuis longtemps sur les îlets Pigeon, commercialement dénommée « réserve Cousteau ». C’est seulement en 2009 que ce territoire est doté d’un gestionnaire, après son intégration en cœur du parc national. Le premier acte a été de geler l’installation de toute nouvelle structure, déjà nombreuses sur le site. Ensuite par la voie de la négociation, le principe de reporter une des trois sorties quotidiennes en dehors des îlets a été accepté par les opérateurs. Une convention type, inspirée de l’expérience du parc national de Port Cros, a ensuite été proposée aux structures pour l’application de règles de conduite permettant de limiter l’impact de la plongée sur le milieu. L’installation de bouées de mouillage obligatoires pour les professionnels et les particuliers a aussi contribué à contingenter l’utilisation des sites de plongée. La mise en place d’une redevance par plongée versée au Parc national pour l’aider dans la gestion de cet espace naturel protégé est en cours. Il n’en reste pas moins que le site reste surfréquenté, avec en 2015 un nombre estimé de 65 000 plongées. Il va donc falloir trouver d’autres mesures pour réduire cette pression qui menace directement le patrimoine naturel exceptionnel qui fait l’attraction de ces îlets.

5.4. Valorisation et sensibilisation

64Tout le travail fait par le Parc national au bénéfice de la connaissance et du suivi des espèces et des écosystèmes, sert d’une part à orienter sa gestion, mais d’autre part à sensibiliser et éduquer les usagers et le grand public aux enjeux de la biodiversité.

65Certaines actions exemplaires comme celle de la réintroduction du lamantin (Trichechus) en Guadeloupe, portée par le Parc national, peuvent aussi offrir l’occasion d’attirer l’attention sur des écosystèmes négligés ou ignorés du public comme la mangrove ou les herbiers sous-marins et aborder la complexité des interactions qui sous-tendent le fonctionnement écologique des milieux naturels. L’arrivée de nouvelles menaces pour les équilibres tels que le changement climatique ou les espèces exotiques envahissantes doivent être expliqués, sans pour autant faire oublier les pressions anthropiques délétères existantes (pollutions, défrichement, surpêche, etc.) sur lesquelles il est toujours plus facile et rapide d’agir.

66Les initiatives comme le nettoyage des fonds marins ou les opérations d’élimination d’espèces envahissantes sont des exemples de mobilisation directe du public à forte portée pédagogique. Les sciences dites « participatives » ou « collaboratives » offrent l’occasion de sensibiliser sur la biodiversité tout en collectant des données sur l’environnement.

  • 5 karunati.fr

67Enfin, les nouvelles technologies apportent des possibilités immenses de partage de ces connaissances par les bases de données relationnelles accessibles sur Internet. Elles donnent aux gestionnaires d’aires protégées l’occasion de faciliter la circulation des données dans différents réseaux régionaux, nationaux et internationaux, ainsi que de respecter l’obligation de l’accès des citoyens à la donnée publique. Le Parc national a développé un outil de consultation des données sur la biodiversité : « Karunati »5, qui a été adopté comme plateforme du Système d’information de la nature et du paysage (SINP) par les directions de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL) de la Guadeloupe et de la Réunion.

Conclusion

68L’outre-mer français est considéré comme hébergeant 80 % de la biodiversité nationale. Malheureusement, aucune politique dédiée ne tient encore vraiment compte de cette originalité. La création en discussion d’une agence régionale de la biodiversité serait à ce titre une vraie avancée, à condition que les moyens qui lui seront attribués soient à la hauteur des enjeux. La prise en compte des trames verte et bleue par la Région dans le schéma régional de cohérence écologique et dans son schéma d’aménagement régional donnera obligation de mieux préserver la fonctionnalité des écosystèmes et leurs interconnexions. Il reste un travail important à faire sur la connaissance de la biodiversité. Les grandes missions, comme « Karubenthos », montée en partenariat avec le ministère en charge de l’environnement (MNHN), ont démontré qu’il y avait encore beaucoup d’espèces à décrire, dont certaines nouvelles pour la science.

  • 6 Directive n° 2000/60/CE, du Parlement et du Conseil établissant un cadre pour une politique communa (...)

69Rétablir la qualité des masses d’eau continentales et marines (directive-cadre sur l’eau)6 est un immense défi à relever, sans lequel il sera très difficile de sauver les rivières et les écosystèmes coralliens, fragilisés par les pollutions. Les enjeux de conservation de la biodiversité sont partagés en premier lieu avec la Caraïbe et la grande région Amérique. L’archipel doit donc sortir de son isolement et s’ouvrir plus sur les réseaux régionaux, notamment scientifiques. La meilleure façon de préparer nos écosystèmes à s’adapter aux changements globaux est de restaurer le plus possible leur résilience, en allégeant les pressions qui pèsent sur eux.

70Face à l’érosion de la biodiversité, les actions de restauration écologique peuvent freiner ce processus ou améliorer localement le statut des habitats ou des espèces, mais elles ne doivent pas faire oublier l’importance qu’il y a à prévenir au maximum les atteintes. Les services écosystémiques rendus par les milieux naturels sont aujourd’hui étudiés (Therme, 2015), de façon à quantifier par différentes méthodes leur valeur économique. C’est une approche pédagogique intéressante pour démontrer qu’il est toujours plus coûteux de devoir restaurer un service que de laisser la nature s’en occuper. Éviter doit donc rester le maître mot pour tout projet d’aménagement. Il reste au Parc national à relever le défi de servir et concrétiser l’objectif inscrit dans sa charte, celui de renforcer les solidarités écologiques nécessaires à la conservation du patrimoine naturel des cœurs.

Haut de page

Bibliographie

Aubin, T., R. Boistel, G. Daghfous, N. Pollet, A. Herrel et M. Breuil (2014). Bioacoustique de la batrafaune guadeloupéenne : inventorisation, communication et effets des espèces invasives, Rapport final, Université Paris Sud.

Bompy, F. (2013). Approche écologique et écophysiologique de l’effet des variations saisonnières sur la croissance des arbres dans les forêts côtières inondables des Antilles, Université des Antilles et de la Guyane, Thèse, multigr., 344 p.

Breton, J.-M. (2008). « Activités écotouristiques et valorisation des espaces forestiers protégés (l’exemple du Parc national de la Guadeloupe) », dans M. Lequin, M. et B. Sarrasin (dir.), Tourisme et espaces forestiers, Sainte-Foy, Presse de l’Université du Québec : 111-145.

Breton, J.-M. (2010a). « Valorisation de la biodiversité marine et écotourisme en Guadeloupe et dans la Caraïbe. La réintroduction de mammifères marins menacés au bénéfice d’offres alternatives de tourisme de nature », Management & Avenir 34 : 19-32.

Breton, J.-M. (2010 b). « Sport, tourisme, environnement et développement local durable (activités récréatives et sportives et protection de l’environnement : le cas du Parc national de la Guadeloupe) », RJE 2 : 219-230.

Breton, J.-M. (2010 c). « Aires protégées, gestion participative des ressources environnementales et développement touristique durable et viable dans les régions ultrapériphériques », Études caribéennes 12, URL : https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/3560

Conseil général (2014). Diagnostic forestier de la Guadeloupe, IFN/IGN.

DEAL (2015). Schéma départemental d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) 2016-2021, Pointe-à-Pitre, DEAL.

Fournet, J. (1978). Flore illustrée des phanérogrammes de la Guadeloupe et de la Martinique, dans Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 25ᵉ année, Bull. n° 2 : 129-131 (nouvelle édition 2002, co-ed. CIRAD et Gondwana).

Heard, T.A. (1999). “The role of stingless bees in crop pollination”, Annual review of entomology 44(1): 183–206.

Hughes, T. et al. (2018). Spatial and temporal patterns of mass bleaching of corals in the Anthropocene, Science 359(6371): 80–83.

Jackson, J. et al. (2014). Status and trends of caribbean coral reefs : 1970–2012, Global Coral Reef Monitoring Network, Washington D.C., 304 p.

Legreneur, P. (2013). Répartition des anatoles sur la Basse-Terre et la Grande-Terre de Guadeloupe, Parc national de la Guadeloupe/Université de Lyon, muligr., 59 p.

Meurgey, F. (2014). Diversité des abeilles sauvages en Guadeloupe et leur contribution à la flore butinée, Parc national de la Guadeloupe/Société d’histoire naturelle L’Herminier, multigr., 63 p.

Michener, C. D. (2007) The Bees of the World [2nd Edition], Johns Hopkins U. P., Baltimore, MD, 953 p.

Migeot, J. (2010). Déterminants climatiques, édaphiques et biologiques de la croissance et de la reproduction de « Pterocarpus officinalis » Jacq. (Fabacées), arbre structurant de la forêt marécageuse des Antilles, Thèse, Université des Antilles et de la Guyane, multigr., 242 p.

Myers, N. et al. (2000). “Biodiversity Hotspots for Conservation Priorities”, Nature 403(2): 853–858.

Therme, T. (2015). « Les services d’usages indirects fournis par les écosystèmes marins et côtiers de Guadeloupe : fonction, valeur, efficacité », dans Breton, J.-M., Dehoorne, O. et Furt, J.-M., Espaces et environnements littoraux et insulaires. Accessibilité-Vulnérabilité-Résilience, Série « Iles et pays d’Outre-Mer », vol. 10, Paris, Karthala : 101-121.

Villard, P. et al. (2010). État de la population du martin-pêcheur à ventre roux en Guadeloupe et mesures de conservation, Rapp. n° 32, Ed. AEVA, Petit-Bourg, Guadeloupe.

Villard, P. et al. (2010). “Population Size and Habitat Associations of the Endemic Guadeloupe Woodpecker”, Journal of Field Ornithology, 81(3): 278–286.

Haut de page

Notes

1 Conseil général, Diagnostic forestier de la Guadeloupe, IFN/IGN, 2014

2 C. Cayol, Météo France, 2015 (Entretien)

3 Ce projet, déjà bien avancé, a très regrettablement et contre toute attente été annulé par N. Hulot, ministre en charge de l’environnement, en juin 2018, alors que, malgré des aléas inévitables, il avait fait l’objet de dix ans de travail acharné de la part d’une équipe spécialement formée du Parc, et que la coopération établie à cet effet avec le Mexique ouvrait grande la porte pour la réception et le prélâcher de cinq animaux, alors que l’Europe avait de son côté renouvelé sa confiance au projet pour lequel avait été trouvée une nouvelle approche d’aménagement du Parc

4 Loi n° 2006-436, 14 avril 2006, relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux, JO 15 avril, p. 5682

5 karunati.fr

6 Directive n° 2000/60/CE, du Parlement et du Conseil établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau, 32000L0060, 23 oct. 2000, JOUE 22 déc., p. 1-73 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Diagramme climatique de Sainte-Rose
Crédits Source : CLIMATE-DATA.ORG
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13187/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2. Les emprises spatiales du Parc national
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13187/img-2.png
Fichier image/png, 576k
Titre Figure 3. Effet de foehn
Crédits Source : A. Rousteau
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13187/img-3.png
Fichier image/png, 7,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Magnin, « Le Parc national de la Guadeloupe : un territoire insulaire unique dédié à la protection de la biodiversité », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13187 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.13187

Haut de page

Auteur

Hervé Magnin

Ancien chef du Service Patrimoines du Parc national de la Guadeloupe, Directeur délégué du Parc naturel marin du golfe du Lion, herve.magnin@afbiodiversite.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals