Navigation – Plan du site
Dossier

Les pratiques coutumières de gestion des ressources naturelles dans le contexte de la mondialisation économique : cas de l’arganeraie marocaine

Customary Practices of the Management of the Natural Resources in the Context of the Economic Globalization: Case of the Moroccan Arganeraie
Hassan Faouzi

Résumés

Depuis des siècles, dans les arganeraies marocaines, les populations rurales ont organisé le contrôle de l’espace dont elles tiraient leur subsistance en adoptant des pratiques de gestion traditionnelle. Mais, récemment, dans le contexte de la mondialisation économique et sous l’impulsion d’une forte demande extérieure pour l’huile d’argan, on assiste à une grande pression exercée sur les ressources naturelles de l’arganeraie, ce qui accentue les conflits d’usages et de droits et concoure à la dégradation de cet écosystème ce qui traduit l’inadaptation de ces systèmes de gestion traditionnelle à ce nouveau contexte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Partout dans le monde les ressources naturelles connaissent une dégradation alarmante et les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) ne font pas exception. Cette situation est le résultat d’une mobilisation excessive de ces ressources et, dans beaucoup de cas, d’une gestion non durable (Elloumi, 2013). Au Maroc, la forêt d’arganier (Argania spinosa (L) Skeels), aussi appelée arganeraie (Figure 1), est l’une des principales forêts du Maroc qui couvre environ 948 200 ha (Lefhaili, 2010). C’est un écosystème agro-sylvo-pastoral d’une très grande originalité, bien adapté à l’aridité et fournissant à la fois des ressources fruitières et fourragères. Ce système agroforestier repose sur trois composantes majeures en l’occurrence l’arganier, la chèvre et les céréalicultures. L’arganier (argane) (cf. photographie 1) est un arbre endémique qui forme le pivot du système agraire de l’arganeraie assurant la subsistance de quelque 3 millions de personnes (Chaussod et al., 2005) dans une zone qui fait face à de nombreux défis économiques, sociaux et environnementaux.

Figure 1. L’aire de répartition géographique de l’arganier au Maroc (source : Faouzi, 2016).

Figure 1. L’aire de répartition géographique de l’arganier au Maroc (source : Faouzi, 2016).

2Ces dernières années, surtout depuis les années 1980, la détérioration de l’écosystème arganeraie ne cesse d’attirer l’attention de la communauté internationale. En fait, malgré une longue histoire d’une forte exploitation humaine, la dégradation de l’arganeraie reste un fait récent. Cela peut s’expliquer par l’ingéniosité dans les modes d’utilisation des ressources naturelles qui génèrent des adaptations et des innovations permettant de faire face à la dégradation. En effet, dans l’arganeraie se sont développés des usages coutumiers qui ont offert une résilience aux écosystèmes face aux impacts humains (Aziz, 2012 ; Galvin, 2004).

Photographie 1. L’arganier

Photographie 1. L’arganier

Source : Faouzi, 2016

3Notre recherche s’est attachée à s’enquérir des facteurs qui ont mené à l’état stable de quelques arganeraies marocaines. En effet, notre objectif est de comprendre les pratiques de divers acteurs opérant dans l’espace d’arganeraie, leurs stratégies et leurs logiques de gestion des ressources arganières. En fait, l’arganeraie incorpore une multitude d’usages et d’usagers et chaque groupe d’acteurs détient un système de production et de représentation sociale de la forêt qui change selon ses enjeux. Notre démarche consiste à analyser les modes de gestion de l’arganeraie dans le temps et dans l’espace et les rapports entre les différents usagers de l’arganeraie dans un contexte de globalisation économique. Les méthodes utilisées dans le cadre de ce travail sont essentiellement basées sur les questionnaires et l’entretien semi-directif et aussi l’observation sur le terrain ainsi que l’analyse des photos satellites.

4À travers le présent article qui décrit l’agdal en tant que pratique traditionnelle de gestion de l’arganeraie, nous essayerons de voir s’il existe une relation entre les modes de gestion de l’arganeraie et sa préservation/dégradation et on tentera de faire un parallèle entre les deux. En fait, les changements, quand ils sont évalués, ne sont pas mis en rapport avec les modes d’utilisation et de gestion des ressources forestières de l’arganeraie, forêt paysanne et espace multifonctionnel.

1. L’arganeraie : une source de production diversifiée et un espace multifonctionnel

5Dans l’arganeraie, plusieurs activités occupent une place importante : l’agriculture ; l’élevage et la production de l’huile d’argan, activité actuellement en plein essor et la sylviculture (Elloumi, 2013). Certaines de ces activités sont pratiquées depuis les temps anciens : l’agriculture et l’élevage. D’autres se sont amplifiées récemment, dans le contexte de la libéralisation économique, sous l’élan de nouveaux acteurs : la filière de l’huile d’argan et l’agriculture de rente orientée vers l’exportation (Chamich, 2013). On est donc en face de deux sociétés paysannes ; une pratiquant l’agriculture et une autre, agropastorale, pratiquant l’élevage extensif traditionnel, profitant toutes deux de la complémentarité des terroirs. Cette multifonctionnalité de l’arganeraie provoque des conflits d’enjeux à différents niveaux qui sont dus aux divergences dans les représentations sociales de l’espace arganeraie. Avec la mondialisation de l’activité économique et la politique marocaine de libéralisation économique, on assiste à la multiplication et à l’aggravation de ces conflits et à une forte pression anthropique sur les ressources naturelles (Elloumi, 2013). Selon les forestiers, l’élevage caprin est l’une des causes principales de la dégradation de l’arganeraie.

2. L’arganeraie : une évolution à multiples vitesses

6La dégradation de l’arganeraie a été toujours l’objet d’un intérêt considérable de la part du public, de la presse et des milieux universitaires (Faouzi, 2016). De nombreuses études avancent que les arganeraies marocaines ne connaissent pas la même dynamique d’évolution et suivent divers types et rythmes d’évolution suivant la nature et l’importance des actions anthropiques.

7En effet, les arganeraies des plateaux des Haha (McGregor et al., 2009) et celles des versants nord de l’Anti-Atlas (El Aboudi, 1990 ; 2000 ; Msanda, 1993) connaissent une faible dynamique de dégradation, voire même leur régénération (Simenel, 2011) surtout dans la région des Ait Baâmrane. Dans la région d’Awlouz, province de Taroudant, le Polain de Waroux et Lambin (2011) ont constaté une dynamique de perte en densité des arbres d’arganier dont les principales causes sont les conditions naturelles (aridité du climat), la forte demande de bois de feu et le surpâturage (El Wahidi, 2013).

8Plusieurs autres études suggèrent que les différents rythmes d’évolution des arganeraies varient selon les pratiques de gestion des ressources naturelles. Dans les arganeraies où la population usagère conserve un mode de gestion traditionnelle du système agroforestier, les peuplements d’arganiers sont les plus denses et connaissent une très faible dynamique de dégradation (El Aboudi, 2000 ; Msanda, 1993). Par contre, les arganeraies où les modes traditionnels de gestion ne sont pas appliqués, connaissent une importante dynamique de perte en densité des arbres (Le Polain de Waroux et Lambin, 2011). Cette différence d’évolution reflète l’hétérogénéité de l’arganeraie marocaine. En fait, l’arganeraie n’est pas un espace homogène, mais constitué de plusieurs unités et de plusieurs territoires fortement façonnés par plusieurs acteurs aux intérêts divergents.

3. L’arganeraie : un espace de compétition entre groupes aux intérêts divergents

9Dans l’arganeraie, « chaque acteur ou groupe d’acteurs se définit, dans le temps et dans l’espace, sur un territoire qu’il s’approprie par le biais de représentations » (Lassere et Lechaune, 2003, cité par Chamich et Jouve, 2010). On peut distinguer les agriculteurs, les femmes d’agriculteurs travaillant dans les coopératives de fabrication d’huile d’argan, les éleveurs, les industriels de fabrication d’huile d’argan et de produits cosmétiques et, enfin, des institutions étatiques (Chamich et Jouve, 2010). Cette différenciation se manifeste par des pratiques particulières et dans le mode d’utilisation des terres et de gestion la forêt. Ainsi, les agriculteurs ont une plus grande maîtrise des techniques culturales traditionnelles ; et exploitent intensivement leur territoire qui s’élargit progressivement. Ils utilisent la forêt d’arganier pour l’activité agricole, la collecte des fruits d’argan ainsi que l’utilisation du bois comme source d’énergie. Les éleveurs et les nomades utilisent l’arganeraie pour le pâturage.

10Quant aux élus communaux, la vente du bois d’arganier représente une ressource financière importante pour leurs communes (Chamich et Jouve, 2010). De leur côté, les coopératives et les industriels voient dans la forêt un gisement, un potentiel d’exploitation industrielle et une source d’activités économiques. La superposition de nombreuses fonctions collectives sur ce même espace conduit naturellement à la naissance de conflits. Chacune des fonctions tend à s’approprier le support spatial commun pour améliorer ses propres modes de production (Akouehou, 2004). Le duel pâturage-agriculture est le problème qui engendre le plus des conflits entre agriculteurs et éleveurs qui, pendant des siècles ont coexisté et dont les relations sont aujourd’hui émaillées de tension.

4. Conflits d’usages de la forêt d’arganier

11Dans l’arganeraie, on assiste à une forme de comportement concurrentiel entre plusieurs acteurs ayant chacun une représentation de l’autre et vis-à-vis de l’utilisation de la forêt (Chamich, 2013). Ces représentations se traduisent par des comportements basés sur des stratégies souvent contradictoires, ce qui aboutit à des relations conflictuelles notamment entre agriculteurs et éleveurs dont la cohabitation est émaillée de nombreux affrontements (Chamich et Jouve, 2010). Les conflits entre ces deux communautés se sont multipliés depuis les années 1990 et se produisent toujours avec le même prétexte : un animal ravage les champs agricoles et dégrade la forêt (Elloumi, 2013). C’est ainsi et afin de gérer et de contrôler l’accès et l’usage des espaces et des ressources de l’arganeraie, ayants droit et population rurale ont adopté plusieurs modes de gestion coutumière.

5. Les pratiques coutumières : facteur de régulation des usages

12Comme indiqué précédemment, l’arganeraie constitue une source de revenus pour les populations rurales qui adoptent des normes et des droits qui font acte de production juridique, même si celle-ci ne fait pas l’objet d’une codification écrite. Assurément, c’est dans l’arganeraie que la législation forestière et le droit coutumier local cohabitent minutieusement via un ensemble de pratiques de gestion régulant l’accès et l’exploitation des ressources naturelles (Simenel et al., 2009) et permettant la gestion d’un écosystème très complexe.

  • 1 Décret

13Depuis 1925, l’arganeraie bénéficie d’une législation spéciale (Dahir 1du 4 mars 1925) qui stipule la domanialité des peuplements naturels et reconnaît à la population locale les droits de jouissance : la cueillette du fruit, la culture sous l’arganier, le parcours, le ramassage du bois de feu et des matériaux de construction. Ces différents droits reconnus par le législateur se greffent sur un système existant de règles coutumières (ôrf) mises en œuvre par les institutions locales (la Jmaâ) (Auclair, 2010). Ces règles coutumières permettent d’organiser dans le temps et dans l’espace les principaux usages des arganeraies en raccommodant l’intérêt des ayants droit au pâturage et celui des ayants droit à la récolte des fruits (El Wahidi, 2013).

  • 2 Partie de la forêt d’arganier utilisée collectivement et fortement surpâturée

14En effet, autour de la propriété privée, trois modes de gestion coutumière permettent le contrôle de l’accès et de l’usage des espaces et des ressources de l’arganeraie, en l’occurrence la mise en culture sous arganier (MSA), l’agdal et le mouchaâ 2(El Wahidi, 2013).

15L’agdal est un concept désignant à la fois la période de mise en défense pendant laquelle on pratique la collecte des fruits d’argan (cf. photographie 2) et les espaces délimités ou clôturés par des amas de pierres. Pendant la période de l’agdal le parcours n’y est pas autorisé. La période de fermeture de l’agdal est fixée par la jmaâ (assemblée villageoise) entre le mois de mai et d’août ; période qui coïncide avec la maturation des fruits d’argane.

Photographie 2. La noix d’argane (tafyoucht)

Photographie 2. La noix d’argane (tafyoucht)

Source : Faouzi, 2016

16Pour les secteurs forestiers les plus éloignés de statut collectif, ils sont gérés en mouchaâ et librement utilisés toute l’année (El Wahidi, 2013) par tous les usagers pour le parcours, le ramassage et cueillette des de fruit et pour le ramassage de bois à usage domestique.

17Dans ces deux espaces, et d’après nos observations sur le terrain et l’analyse des photos satellites, nous avons remarqué que la dynamique de changement s’est déclenchée à l’intérieur des mouchaâs contrairement à l’agdal qui est l’espace le plus protégé de l’arganeraie. En tant que mode de gestion coutumier régulant l’accès aux ressources, l’agdal a permis la conservation des zones d’arganeraie où il est pratiqué, même si plusieurs auteurs (Lybbert et al., 2011 ; M’hirit et al., 1998) stipulent que cette protection est plus axée sur le pied d’arganier que sur tout l’écosystème arganeraie. Toutefois, malgré son rôle de régulateur, la pratique de l’agdal n’est pas sans générer des conflits entre agriculteurs et éleveurs surtout avec l’extension de cette pratique : corollaire de la forte demande internationale en huile d’argane.

18Pour les éleveurs, les agdals les privent des parcours, ce qui les pousse à vendre une partie du troupeau. Ceci peut alléger la charge animale qui pèse sur la forêt d’arganier surtout que la pression des troupeaux de caprins, selon les forestiers, est l’une des causes principales de la dégradation de l’arganeraie.

19Le succès récent de l’huile d’argane à l’étranger et la forte demande du marché international, a encore plus accentué ces conflits et bousculé les pratiques traditionnelles de gestion de l’arganeraie contribuant ainsi à déstabiliser l’équilibre séculaire de ce système agraire (Faouzi, 2016). Ceci pose la question de l’incidence qu’auraient les modes de gestion coutumière des arganeraies dans le contexte de la mondialisation économique.

6. Quelle est l’incidence de la gestion coutumière dans le contexte de la mondialisation économique ?

20Certes, l’agdal assure la régénération des arganiers, mais cette mise en défens se fait aux dépens de la chèvre qui « est un élément important de l’économie locale et est un maillon clé du système agro-sylvo-pastoral » (Bourbouze et El Aïch, 2005). En fait, la recrudescence d’intérêt économique pour l’huile d’argane de la part des populations locales s’est traduite par l’extension spatiale des aires de cueillette et par l’extension des agdals, réduisant ainsi les espaces de pâturage pour nourrir le bétail composé en grande partie de caprins (Faouzi, 2013, 2017).

21Dans l’arganeraie encore qualifiée de « pays du chèvre », l’élevage caprin a toujours constitué une ressource traditionnelle pour les populations des arganeraies. Ce « système agro-sylvo-pastoral est fondé sur une espèce endémique, l’arganier, exploité par des animaux acrobates parfaitement adaptés, les chèvres » (Bellefontaine, 2010). Or, force est de constater que l’anoblissement de l’arganier comme produit de luxe mondialisé se fait aux dépens de l’espèce caprine, privée de sa friandise favorite, l’affiache (fruit d’argan) (Faouzi, 2016).

22L’évolution du marché de l’huile d’argane a donc produit deux résultats pour le moins contradictoires, d’un côté, l’argent de la vente d’affiache a permis aux éleveurs d’augmenter l’effectif de leur cheptel, essentiellement caprin ce qui se traduit par une incontestable pression animale sur les arganeraies, et dans le même temps, le cheptel caprin est dépossédé de son principal fourrage : l’affiache. La diminution des surfaces consacrées au parcours a entraîné une concentration des troupeaux sur les terres collectives (mouchaâs) à faible productivité ce qui que représente un énorme danger pour l’arganeraie. Henri Plateau, cité par Faouzi (2003), disait : « la chèvre est certes la vache du pauvre, mais élevée en grand nombre, elle devient le rasoir de la forêt ».

23Si autrefois, lors des périodes de sécheresse, on sacrifiait la chèvre au profit de l’arganier avec des réductions drastiques des cheptels qui permettait de réduire la consommation des ressources pastorales pour privilégier l’équilibre de l’écosystème arganeraie, aujourd’hui, on sacrifie la chèvre pour générer du profit (Faouzi, 2016).

24Si l’équilibre précaire qui existait entre exploitation et ressources naturelles s’est maintenu jusqu’à nos jours grâce à une gestion très fine de l’espace, durant les trente dernières années on assiste à un syndrome d’effondrement et de rupture de cet équilibre ce qui aboutit à la dégradation et à la destruction des ressources naturelles.

25D’après nos observations sur le terrain, nous avons remarqué que des endroits sont très dégradés et d’autres bien protégés. Pour le territoire cultivé, l’arganeraie y est claire, on y rencontre de beaux arganiers et des arbres fruitiers. Pour l’agdal et la forêt privée non cultivée, l’arganeraie y est dense et on y rencontre des arganiers divers et enfin les mouchâas où l’on rencontre des traces de surpâturage (cf. photographies 3 et 4). En somme, et comme il a été indiqué précédemment, l’une des conséquences de la multiplication des agdals est la réduction irrémédiable de l’espace sur lequel les paysans peuvent encore faire pâturer leurs troupeaux. Pour remédier à ce déficit, les éleveurs pratiquent un déplacement régulier dans les espaces boisés, surtout l’arganeraie collective (mouchaâ), pour assurer la subsistance du cheptel. En fait, la forêt comme bien collectif fait valoir le célèbre argument de Hardin (1968) qui permet d’appuyer l’idée selon laquelle tout le monde peut exploiter et surexploiter ce qui n’appartient à personne. En effet, les agriculteurs ont une représentation très forte ; c’est une réserve de terre, et pour les éleveurs, c’est une ressource pastorale, dont le seul et principal propriétaire est Dieu.

Photographie 3. Les différents espaces du douar Tassila Ntigajda (image satellite)

Photographie 3. Les différents espaces du douar Tassila Ntigajda (image satellite)

Source : Faouzi, 2016

Photographie 4. Un agdal non cultivé, douar Tassila Ouzough, arganeraie des Haha (image satellite)

Photographie 4. Un agdal non cultivé, douar Tassila Ouzough, arganeraie des Haha (image satellite)

Source : Google Imagery et CNES, 2017

26Les forêts domaniales et collectives étaient jusqu’à un passé récent préservées, mais l’extension des aires de cueillette des affiaches et la multiplication des agdals (conséquence la plus immédiate de la forte demande en huile d’argane) ne laissent aux éleveurs que des ressources forestières de faible valeur des forêts collectives et domaniales dont l’accès au parcours est libre et sans délimitation. Actuellement, la majorité des arganeraies collectives font l’objet d’un surpâturage qui met en danger la régénération des petites pousses qui sont consommés avant même de fructifier ou de former des repousses (Faouzi, 2016).

  • 3 Le terme makhzen désigne de façon spécifique l’appareil étatique marocain.

27Au vu de ce qui précède, on peut donc conclure que la multiplication des agdals a engendré deux résultats pour le moins contradictoire, d’un côté, la protection des espaces mis en défens et d’un autre côté l’exploitation excessive et le surpâturage des forêts collectives (mouchaâs) (Faouzi, 2016). Il est donc clair que l’explosion du marché de l’huile d’argan, s’ajoutant aux effets conjugués de l’accroissement démographique, de la sécheresse et de la pauvreté, a mis à mal les anciennes pratiques de gestion qui étaient en harmonie avec leur écosystème et a accentué les conflits mettant ainsi en péril la durabilité du système agraire de l’arganeraie. Il s’avère donc important de se poser la question suivante : si les structures sociales communautaires anciennes ont été largement anéanties par les années de protectorat et après l’indépendance par la mise en place de nouveaux systèmes makhzanyen3 (Bejbouji et al., 2011), va-t-on assister à la destruction de la pratique des agdals par le phénomène de la mondialisation économique qui a fait de la terre et de l’espace forestier un objet d’appropriation et de commerce ? Effectivement, avec la flambée des prix de l’huile d’argan (depuis les années 1990), nous assistons à de nouvelles dynamiques socio-économiques et de nombreux changements sont en train de prendre place. Quels sont alors les effets de cette marchandisation des produits de l’arganier sur la vie quotidienne des populations locales et sur la durabilité de l’arganeraie ?

7. Discussion

28Depuis des siècles, dans les arganeraies marocaines, les populations rurales ont organisé le contrôle de l’espace dont elles tiraient leur subsistance en adoptant des pratiques de gestion traditionnelle. Mais, récemment, dans le contexte de la libéralisation économique, sous l’impulsion d’une forte demande extérieure pour l’huile d’argan, on assiste à une grande pression exercée sur les ressources naturelles de l’arganeraie, ce qui accentue les conflits d’usages et de droits et concoure à la dégradation de cet écosystème ce qui traduit l’inadaptation de ces systèmes de gestion traditionnelle au nouveau contexte de la mondialisation.

  • 4 En 2008, le Maroc a adopté le Plan Maroc vert, qui vise à faire de l’agriculture un des moteurs de (...)

29Au Maroc, les choix contenus dans le Plan Maroc vert4 sont interprétés comme une tendance actuelle privilégiant les entreprises agricoles et l’accès libre aux ressources naturelles dont la nouvelle politique économique du Maroc a fait un facteur de développement. Avec ce plan, l’accès aux ressources naturelles se libéralise, permettant ainsi la mise en place par des investisseurs privés (qui se comportent en entrepreneurs, parfois en association avec des opérateurs étrangers), d’exploitations intensives sur des terres collectives.

30Cette orientation risque à long terme d’accentuer la pression sur l’arganeraie (Elloumi, 2013), de rendre ardue l’adoption des règles de gestion collective de la forêt et de contribuer à la détérioration des relations entre les différents usagers de la forêt surtout entre les services forestiers et les usagers, sachant que la législation forestière n’est pas reconnue par ces derniers ; le droit écrit n’a pas du tout imprégné la société locale (Buttoud, 1995), qui a gardé ses propres règles de fonctionnement et de gestion.

31En effet, à l’origine, la gestion des ressources naturelles était majoritairement collective. L’organisation tribale permettait la mise en place d’un cadre institutionnel favorable à cette forme de gestion sociale des ressources avec des règles d’accès et des instances (jmaâ) de régulation des conflits.

32Les expériences de développement durable ont montré qu’en matière de préservation des ressources naturelles dans l’arganeraie, il n’est pas aisé de faire participer les populations et les collectivités de base, du fait de la difficulté d’aborder les problèmes d’environnement, surtout quand la ressource est rare et qu’elle est liée directement aux intérêts immédiats des populations.

33Si les systèmes de gestion traditionnelle ont assuré pendant longtemps un rôle insigne dans la gestion des ressources naturelles et la sauvegarde de l’arganeraie, l’évolution du milieu rural, la politique économique du Maroc qui a fait de l’exploitation des ressources naturelles un facteur de développement, l’émergence de nouveaux acteurs, notamment les organisations internationales (Unesco, GTZ, PNUD, UE), et la mise en place par l’État de nouvelles politiques de développement rural (Chamich, ‎2013), ont occasionné des troubles dans le fonctionnement du système coutumier de gestion de l’arganeraie.

34Avec les récentes dynamiques sociales et la valorisation économique de l’huile d’argan (Faouzi, 2015 ; Faouzi et Martin, 2014) les agdals se répandent actuellement et pourraient devenir une forme organisant le paysage dans le futur. Parmi les conséquences majeures d’une telle expansion, on peut citer l’accentuation de la pression sur les arganeraies collectives (mouchaâs) où la régénération se fait mal et la nette régression des terres de pâture ce qui a impliqué des changements dans la structure des troupeaux : après la forte domination des caprins depuis des siècles, une part de plus en plus grande de la population semble préférer l’élevage des ovins à celui des caprins alors que le système agraire de l’arganeraie repose sur deux composantes principales : l’arganier et l’élevage de la chèvre. En fait, l’élevage caprin reste fortement attaché à l’arganeraie dont dépend son apport pastoral (Naggar et Mhirit, 2006).

35Si autrefois, la pratique traditionnelle de l’agdal était conçue pour protéger les fruits d’argane destinés principalement à la consommation domestique locale (Faouzi, 2011) ; dorénavant, l’explosion de la demande internationale donne à l’agdal une autre finalité : il s’agit de produire et de ramasser plus de noix pour satisfaire le marché lucratif des cosmétiques (Faouzi, 2016). Mais, cette évolution n’est pas sans conséquence sur le milieu : la collecte systématique de tous les fruits interrompt le cycle de reproduction, sachant que le fruit (tafyoucht) est essentiel à la reproduction naturelle de l’arbre puisqu’il initie la germination de l’arganier (Faouzi, 2014).

Conclusion

36L’arganeraie constitue un modèle permettant de comprendre, d’une part, la dynamique interactive entre milieu naturel et milieu socio-économique et, d’autre part, vérifier l’hypothèse selon laquelle la dégradation est plus fréquemment liée à une mauvaise gestion des ressources naturelles par les populations locales (Aubert, 2010), et que la globalisation économique, surtout avec l’engouement pour les produits de l’arganier et la flambée de leurs prix, pourrait avoir un impact négatif sur l’environnement et engendrer un dysfonctionnement dans la gestion pérenne de la biodiversité. 

37Généralement, si les arganeraies sont marquées par une faible dynamique de changement, elles subissent toutefois une dégradation qualitative (absence de régénération naturelle) de leurs écosystèmes dus à différentes pressions anthropiques (M’hirit et al., 1998). Face à cette situation, la seule solution pour assurer la conservation des arganeraies et leur régénération reste la mise en défens à travers la pratique de l’agdal. Toutefois, cette pratique doit être adaptée au nouveau contexte socio-économique qui est marqué par une forte concurrence entre les usagers notamment entre agriculteurs et éleveurs et une forte demande pour des produits d’argan sur le marché international. Les pratiques de gestion traditionnelle ne devront pas être ignorées, car elles peuvent souvent conduire à des solutions viables (Thieba, 1997 ; Turner, 2009).

Haut de page

Bibliographie

Ait-Alhayane, K. (2010). « Gestion des ressources naturelles : une démarche pour voir et comprendre l’espace des hommes », L’Espace géographique, 1(39), DOI : 10.3917/eg.391.0020.

Akouehou G. S. (2004). « Environnement institutionnel et gestion traditionnelle des espaces forestiers : cas de la région des monts Kouffé au Centre du Bénin », Les Cahiers d’Outre-Mer (226-227), URL : <http://com.revues.org/526 ; DOI : 10.4000/com.526>.

Aubert, P.M. (2010). Action publique et société rurale dans la gestion des forêts marocaines - Changement social et efficacité environnementale, Thèse de doctorat en Sciences sociales pour l’environnement, AgroParisTech, Montpellier.

Auclair, L. (2010). La forêt rurale au Maroc : Haut Atlas central et arganeraie. Identité, enjeux du développement durable, résilience de la forêt rurale, Compte rendu de fin de projet POPULAR, IRD.

Aziz, L. (2012). Valorisation du savoir local pour une cogestion conservatoire de l’arganeraie marocaine, Thèse Doctorat, Université de Liège, ​Arlon, ​​Belgique.

Bejbouji, J., C. Mougenot, M. Mormont, M. Qarro et L. Aziz (2011). « Appropriation progressive de l’arganeraie : Exploration de l’histoire depuis la genèse des droits jusqu’à leur refonte », 48e colloque de l’Association de Science régionale de Langue française (ASRDLF). 6,7 et 8 juillet à Schœlcher, Martinique.

Bellefontaine, R. (2010). « De la domestication à l’amélioration variétale de l’arganier (Argania spinosa L. Skeels) ? », Sécheresse 21(1) : 42-53.

Bourbouze, A. et A. El Aïch (2005). « L’élevage caprin dans l’arganeraie : l’utilisation conflictuelle d’un espace », Cahiers Agricultures 14(5) : 447-453.

Buttoud, G. (1995). La forêt et l’État en Afrique sèche et Madagascar. Changer de politique forestière, Paris, Édition Karthala.

Chamich, M. (2013). « La forêt d’Arganier : quelle gestion pour quelle ressource ? », Revue forestière française (4), DOI : 10.4267/2042/53628.

Chamich, M. et A.M. Jouve (2010). Gestion des conflits d’usage de l’arganeraie du Souss (Maroc). Une nécessité pour un développement durable du territoire, ENFA Toulouse -IAMM Montpellier, Manuel Gouvernance foncière et usage des ressources naturelles FONCIMED.

Chaussod, R., A. Adlouni et R. Christon (2005). « L’arganier et l’huile d’argane au Maroc : vers la mutation d’un système agroforestier traditionnel ? » Cahiers Agriculture (14) : 351-356.

El Aboudi, A. (1990). Typologie des arganeraies inframéditerranéennes et écophysiologie de l’arganier (Argania spinosa (L.) Skeels) dans le Souss (Maroc). Thèse, Université Joseph Fourier, Grenoble.

El Aboudi, A. (2000). Télédétection et cartographie de la végétation en zone aride. Application à la terminaison occidentale de l’Anti-Atlas marocain, Thèse de doctorat d’état es-sciences biologiques, Rabat, Université Mohammed V - Agdal.

El Wahidi, F. (2013). Dynamiques des dégradations de l’arganeraie et modélisation spatiale de l’évolution forestière : scénarios d’aménagement pournune gouvernance locale, Thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, Faculté d’ingénierie biologique, agronomique et environnementale, Earth and Life Institute.

Elloumi, M. (2013). « Changements des modes de gouvernance et tension sur les ressources naturelles au Maghreb », Revue des Régions Arides 30(1) : 191-205.

Faouzi, H. (2003). L’arganeraie des haha : étude d’un système agraire en mutation (Haut Atlas occidental, Maroc), Thèse de doctorat de géographie, Nancy, Université Nancy 2.

Faouzi, H. et J. Martin (2004). « Soutenabilité de l’arganeraie marocaine », Confins, URL : http:// confins.revues.org/8842 ; DOI : 10.4000/confins.8842.

Faouzi, H. (2015). « Impacto de la evolucion del mercado del aceite de argán sobre la arganería de marruecos », Revista Geográfica de América Central 2(55).

Faouzi, H. (2016). « Pâturage et dynamique des écosystèmes arganeraies. L’élevage caprin face à la mondialisation », Études caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes. revues.org/10342> ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10342.

Faouzi, H. (2017). « L’arganeraie marocaine, un système traditionnel face aux mutations récentes : le cas du territoire des Haha, Haut Atlas occidental », Norois 242(1) : 57-81.

Galvin, M. (2014). La Reconnaissance métisse : une analyse de la politique de protection des connaissances traditionnelles au Pérou, Genève, Université de Genève.

Hardin, G. (1968). ‘The tragedy of the commons, Science’, New Series, 162(3859): 1243–1248.

Lassere, F. et A. Lechaune (2003). Le territoire pensé, géographie des représentations territoriales, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Le Polain de Waroux and E.F. Lambin (2011). ‘Monitoring degradation in arid and semi-arid forests and woodlands: The case of the argan woodlands (Morocco)’, Applied Geography, 2011 (doi:10.1016/j.apgeog.2011.08.005).

Lefhaili, A. (2010). “FAO Forest Resources Assessment: Morocco Country Report”, dans FAO, Évaluation des ressources forestières mondiales, Rome, FAO.

Lybbert, T.J., Aboudrare, A., Chaloud, D., Magnan, N. and M. Nash (2011). “Booming markets for Moroccan argan oil appear to benefit some rural households while threatening the endemic argan forest”, Proc Natl Acad Sci U S A, 108(34): 13963-8.

McGregor, V H., L. Dupont, W. Jan-Berend, J.B. Stuut and H. Kuhlmann (2009). ‘Vegetation change, goats, and religion: a 2000-year history of land use in southern Morocco’, Quaternary Science Reviews, doi : 10.1016/j.quascirev.2009.02.012. 15 p.

M’hirit, O., M. Benzyane, M., F. Benchekroun, S.M. El Yousfi et M. Bendaanoun (1998). L’arganier, une espèce fruitière-forestière à usages multiples, Sprimont (Belgique), Mardaga.

Msanda, F. (1993). Écologie et cartographie des groupements végétaux d’Anzi (Anti-Atlas occidental, Maroc) et contribution à l’étude de la diversité génétique de l’arganier (Argania spinosa (L.) Skeels), Thèse doctorat, Grenoble, Université Joseph Fourier.

Naggar M., O. Mhirit (2006). « L’arganeraie : un parcours typique des zones arides et semi-arides marocaines », Science et changements planétaires/Sécheresse 17(1) : 314-317.

Simenel, R. (2011). L’origine est aux frontières. Les Aït Ba‘amran, un exil en terre d’arganiers (Sud Maroc), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme-CNRS Éditions, coll. « Chemins de l’ethnologie ».

Haut de page

Notes

1 Décret

2 Partie de la forêt d’arganier utilisée collectivement et fortement surpâturée

3 Le terme makhzen désigne de façon spécifique l’appareil étatique marocain.

4 En 2008, le Maroc a adopté le Plan Maroc vert, qui vise à faire de l’agriculture un des moteurs de croissance de l’économie nationale dans les quinze prochaines années. Pour atteindre ses objectifs ambitieux, le Plan Maroc vert cible les exploitations familiales de petite et moyenne taille et les exploitations entrepreneuriales disposant de grandes surfaces et d’un accès aux capitaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’aire de répartition géographique de l’arganier au Maroc (source : Faouzi, 2016).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Photographie 1. L’arganier
Crédits Source : Faouzi, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 2. La noix d’argane (tafyoucht)
Crédits Source : Faouzi, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photographie 3. Les différents espaces du douar Tassila Ntigajda (image satellite)
Crédits Source : Faouzi, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Photographie 4. Un agdal non cultivé, douar Tassila Ouzough, arganeraie des Haha (image satellite)
Crédits Source : Google Imagery et CNES, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Faouzi, « Les pratiques coutumières de gestion des ressources naturelles dans le contexte de la mondialisation économique : cas de l’arganeraie marocaine », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13213 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.13213

Haut de page

Auteur

Hassan Faouzi

Géographe-Sociologue, Universiapolis-Université internationale d’Agadir, Maroc, Laboratoire 2L2S, Université de Lorraine, Metz, France, hassan.faouzi@universiapolis.ma

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals